Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le musée de l'armée au château de l'Empéri et hussards polonais

Publié le par bmasson-blogpolitique

Xe siècle – XVe siècle
Ce sont les archevêques d’Arles qui sont les seigneurs temporels de la ville de Salon. Ils tiennent le fief de Salon directement de l’empereur du Saint empire romain germanique. Le nom d’Empéri (ou l’Empire en provençal) donné au château édifié sur l’éminence du Puech, vient de cette particularité.
L’évêque Manasses (920 et 961) fait mention d’un castrum de Sallone dans un acte du siècle.

 

Le 13 mars 1144, l’empereur Conrad III (1138 – 1152) accorde à l’archevêque Raymond de Montredon (1142 – 1160) juridiction et droits régaliens sur la ville d’Arles et lui confirme la possession des châteaux de Salon, Vernègues, Avallon, Saint-Chamas, Castelveyre, Mornas et Mondragon.
A partir du Xe siècle, le château devient la principale résidence des archevêques d’Arles. Ils l’agrandissent et l’embellissent.
Au XIVe siècle, le château et la ville sont frappés par les épidémies et les guerres qui secouent l’Europe. A partir de 1348, la peste noire commence à ravager le pays et en 1361 les grandes compagnies pillent la ville qui se révolte contre les archevêques, Etienne de la Garde (1651 – 1361) puis son neveu Guillaume de la Garde (1361 – 1374).
En 1369 le Pape déchoit l’archevêque et pendant cinq ans le château passe sous la suzeraineté directe de la papauté. En 1374, il repasse sous l’autorité des archevêques d’Arles.
Le siècle suivant marque une étape importante dans les agrandissements, les embellissements et le renforcement du château par les archevêques Pierre de Cros (1374 – 1388) et Pierre de
 

Foix (1450 – 1463).

Mousquet

Canon Pièce de campagne de 8 livres (poids du boulet)
Système Gribeauval. Modèle à l’échelle de ¼ . Œuvre de F Brezin, maître de Forges (1758 – 1828), daté de 1791.
Le canon de huit livres était servi par treize hommes et était tracté par quatre ou six chevaux.
La pièce pesait 1650 kg. Sa portée pratique était de 1000 m. Vitesse initiale du projectile : 420 m/s. Cadence de tir : 2 à 3 coups à la minute.
Cantinière des grenadiers de la garde Impériale.
Uniforme porté par Eugénie Larquet, du premier régiment, mariée en 1865 à Jean-François Chaix, grenadier dans le même régiment de 1854 à 1870. Elle a participé à la campagne d’Italie en 1859.
Vivandières et cantinières sur Twitter.
 

Vivandière :

Personne, généralement une femme, qui suivait les troupes pour vendre aux soldats des vivres, des boissons.

 

Cantinière :

 

Celle qui tient une cantine. (Vieilli) (Militaire) Femme qui tenait la cantine d'un régiment. Dans un coin, la cantinière dormait, la bouche ouverte, pelotonnée sur un banc devant sa petite table chargée de bouteilles vides et de verres troubles.

-------------

Gendarme de France vers 1770
 
Héritière des Compagnies d’Ordonnance de Charles VII, la Gendarmerie de France consistait, avec la Maison du Roi, la grosse cavalerie de l’armée royale. Cet habit a appartenu au chevalier d’Ollignon, de la compagnie des Gendarmes-Dauphin. Culotte de peau. Le chapeau est reconstitué.
Officier de Grenadiers de la Garde Nationale de Paris
1789 – 1792
 
Bonnet d’ourson avec plaque aux armes de France et de Paris. Giberne et sabre aux armes de Paris et « Vaincre ou mourir. » Plaque de ceinturon de la royauté constitutionnelle. Fusil d’officier de modèle 1770. Le régiment des gardes françaises forma le noyau de la Garde nationale, corps de « milices » fondé le 13 juillet 1789. Il compta 48 000 hommes en 60 districts, sous le commandement du général de La Fayette. D’autres Gardes Nationales se fondèrent en province. L’uniforme bleu à distinctives écarlates et blanches fut adoptée en 1793 par l’infanterie de ligne et qu’elle porta jusqu’en 1815.
Les Mameluks furent en Egypte les principaux adversaires des Français. Ancienne milice d’esclaves guerriers au service du Sultan, ils s’étaient emparés du pouvoir en Egypte, province turque. Originaires des Balkans, du Caucase ou de Circassie, ils étaient excellents cavaliers et sabreurs redoutables. Certains suivirent l’Armée française à son retour en France. Bonaparte les incorpora dans la Garde. Ils s’illustrèrent sur tous les champs de bataille d’Europe.
Le Mameluk représenté ici porte des armes orientales. Les pistolets sont un « Koubour » ; Le Kahouk (coiffure) est le seul connu. Le « béniche » (chemise) est reconstitué.
Hussard du 9e régiment
Il porte le plus ancien « shako rouleau » de troupe connu, mode qui apparaît dans la cavalerie légère à la fin de l’Empire pour durer jusque vers 1840. Dolman, culotte, manteau. Campagnes du 9e Hussards :
Russie 1812 : la Moskowa Mojaïsk
 
Saxe 1813 : Bautzen, Leipzig.
 

Général de brigade de cavalerie légère.
 
Fin de l’Empire. Costume à la « hussarde » habituellement porté par les généraux de cavalerie légère comme Lassalle et Fournier-Sarlovèze. Pelisse de colonel avec étoiles de général. Ceinture-écharpe en résille d’or et de soie bleue de général de brigade. Chapeau claque de général. Sabre à la « Mameluke». Légion d’honneur du troisième type de l’Empire. La position du personnage est inspirée du portrait du général Fournier-Sarlovèze par Gros au musée du Louvres.

Officier porte-aigle d’infanterie de ligne.
Shako d’officier de grenadiers du 142e régiment (Lutzen, Bautzen, Dresde, Hanau 1813 – Champaubert, Montmirail 1814) ; habit modèle 1812 (revers droits à la ceinture) avec boutons à l’aigle de la Garde ; hausse-col de grenadier. Banderole porte-aigle en velours brodé en argent d’un aigle et d’étoiles. L’officier porte-aigle était escorté par deux sous-officiers armés
 
D’un esponton orné d’une flamme et d’une paire de pistolets pour la défense rapprochée de l’aigle.

Bernardo Bellotto

Venezia 1722 – Varsavia 1780

La Kreuzkirche , Dresda

1753

Hussards

 

Soldat d’infanterie de ligne en 1870.
L’infanterie impériale comptait 100 régiments en juillet 1870, à l’effectif théorique de 2700 hommes. En réalité, beaucoup d’unités partirent pour le front à l’effectif réel de 1000 à 1500 hommes.
Après les désastres de Sedan et de Metz, il ne restera que six régiments d’infanterie au Gouvernement de la Défense Nationale qui continuera la lutte  avec les armées de province et de Paris, la Garde Nationale Mobile et les formations de Volontaires et de Francs-Tireurs.
Képi, capote bleue, pantalon garance, guêtres, havre-sac : le fantassin français conservera cette silhouette devenue légendaire jusqu’en 1915. Fusil « Chassepot » 1866.

Deux hussards polonais

Bernardo Bellotto

Venezia 1722 – Varsavia 1780

Due ussari polacchi

1742

Deux aides et un homme spalie au tricorne

Bernardo Bellotto

Venezia 1722 – Varsavia 1780

Due aiducchi e un uomo di spalie con tricorne

1762

Maquette du château "l'Emperi" réalisée par des détenus en 2014.

 

Publié dans histoire

Partager cet article
Repost0

Les "poilus" au château de l'Empéri

Publié le par bmasson-blogpolitique

Poilus

Le pantalon rouge garance.

A l'été 1914, les fantassins français portaient le pantalon rouge garance comme le portaient les soldats de 1870. Ils furent une cible facile pour l'armée allemande, le pantalon étant trop voyant.

Canon

 
Vareuse de Jean Brunon (1895 – 1982) au 57emme régiment d’artillerie en 1918. Il porte le brassard de deuil avec drapeaux tricolores : un frère tué

Ambulance

Infirmière

Poilus

Instruments

Poilus

Bivouac

 

Poilus

 

Poilus

Cheminée dans le château de l'Empéri

 

Cheminée dans le château

Cour intérieure du château

Plafond dans le château

Photos de poilus

" La rue aux poilues."

Tag

Marseille

 

 

Publié dans histoire

Partager cet article
Repost0

Armures et arbalète XVe siècle et XVI e siècle

Publié le par bmasson-blogpolitique

Arbalète à cranequin XVe siècle
Fer, bois, ivoire
 
Musée de l’Armée - Château de l'Empéri

Armure du XVe siècle

Armure du XVe siècle

Armure allemande
 
Vers 1520
 
Armure des gendarmes d’ordonnance
Italie
 
1570 – 1580

Chevalier en armure

Armures

A Blois

Armure avec une épée

France ?

16e siècle

Fer et acier

 

Armure « maximilienne » composite

Blois

Atelier germanique (Nuremberg)

1ère moitié du XVIe siècle

Fer, acier, laiton

L'armure, équipement défensif, permet de se protéger des coups de l'adversaire. Elle perd son efficacité avec la généralisation des armes à feu.

Au XVIe siècle, les armures deviennent davantage des tenues de prestige et d'apparat, qui valorisent le statut social de leur porteur.

 

 

Publié dans histoire

Partager cet article
Repost0

Andy Warhol

Publié le par bmasson-blogpolitique

“Dans le futur, tout le monde sera célèbre pendant quinze minutes.”

 

John Lydon

Alias Johnny Rotten

La rage est mon énergie.

Editions du Seuil

2014

 

Page 208 :

« C’était du pur Malcolm : son projet, ses idées et rien d’autre. Le genre de truc que propose un type qui a un complexe Andy Warhol. Malcolm avait toujours été très impressionné par Andy Warhol et par son idée que tout le monde aurait droit à son quart d’heure de célébrité, et c’est à ça qu’il aspirait. »

Andy Warhol
 
Autoportrait à la perruque de peur 1986
Andy Warhol
 

Green Marilyn 1962

“Dans le futur, tout le monde sera célèbre pendant quinze minutes.”

Andy Warhol
Américain, 1928 – 1987
Liz #6 (Early Colored Liz), 1963
Encre sérigraphique et acrylique sur lin
 

San Francisco Museum  of Modern Art

Andy Warhol
Américain, 1928 – 1987
Jackie Triptych, 1964
 

Encre sérigraphique, peinture aérosol, acrylique et peinture argentée sur lin

Alice Neel

Andy Warhol

1970

Huile et acrylique sur toile de lin

Tag

Le Havre

Andy parodié par Aky Warhol

06 20

---------------

Andy Warhol 
Le temps

--------------

Andy Warhol 
Pittsburg (USA), 1928 - New York, 1987
Car crash 
1963 
Sérigraphie sur toile
Dunkerque 
LAAC 
Andy Warhol 
Bianca Jagger, Liza Minelli, and Jacqueline Kennedy Onassis in Minnelli's Broadway Dressing Room.
 1980 
Lisbonne 
Musée art moderne
-----
Andy Warhol 
Judy Garland 
1979 
Lisbonne 
Musée art moderne 
 
-------

Publié dans art pictural

Partager cet article
Repost0

Salvador Dali

Publié le par bmasson-blogpolitique

Magritte et Dali

Au contraire, c’est sa transparence même _ cette qualité mimétique autour de laquelle sa peinture s’est resserrée depuis 1928 et à laquelle la démarche de Dali a apporté sa confirmation _ qui conduit Magritte à lier indéfectiblement communication et mensonge.

Page 192

Magritte

Par Michel Draguet

Folio biographies

Edition Gallimard - 2014

« C’est justement quand ça veut réussir que ça rate », comme on dit à Bruxelles.

Corpus Hypercubus

1954

Peinture choisie par vote en Ecosse en 2007

Portrait de Bunuel

1924

Dali à Barcelone

Cadaques

Dali by Catala-Roca

Dali by Francesco Scavullo

 

A Cadaques

A Cadaques

 

Cadaques

 

 

 

"Notre maison a grandi exactement comme une véritable structure biologique, par bourgeons cellulaires. A chaque nouvel élan de notre vie correspondait une nouvelle cellule, une pièce. Le noyau fut le délire paranoïco-critique de Lidia qui nous offrit la première cellule."
La vie secrète de Salvador Dali.
 

 

 

 

 

Pour les enfants

La sorcière de Cadaques

 

Le théâtre musée de Dali

Salvador Dali à Figueres

Mes dessins

 

Poisson Malebranche

En collaboration avec Salvador Dali

1973

Pâte de verre, cristal moulé.

Musée des Beaux-Arts

Nancy

 

Figueres

Felipa Domènech Ferrés et Salvador Dali Cusi, 

parents de Salvador Dali Domènech, 

1900.

 

Figueres

Anna Maria et Salvador Dali dans le jardin Pichot à Figueres,

1911.

 

 

 

Figueres

Casa de Puig

Maison natale de Salvador Dali

Joseph Azemar, architecte

1898

La maison Puig, œuvre de l’architecte Josep Azemar, dans la rue Carrer Monturiol, où la famille Dali a vécu de 1900 à 1912 et où sont nés les trois enfants du couple.

1910

 

Salvador Dali, son enfance à Figueres.

1900

Els pares

Felipa i Salvador el dia del seu casament

Parents

Felipa et El Salvador le jour de leur mariage

1905

Salvador Dali quan tenia un any

Salvador disfressat

Salvador Dali quand il avait un an

Salvador déguisé

1910

Salvador al jardi de la familia Pichot

Salvador Dali amb Don Osito Marquina

Joan Xirau a l’estudi de Salvador a Figueres

Salvador dans le jardin de la famille Pichot

Salvador Dali avec Don osito Marquina

Joan Xirau dans l'étude de Salvador à Figueres

 

 

Ernest Meissonnier

Né à Lyon en 1815

Il est un peintre et sculpteur français, spécialisé dans la peinture historique militaire.

Salvador Dali a peint des hommages à Meissonnier : le Pêcheur, la Main et Nu gris.

 

 

 

Le musée Dali à Figueres :

Salvador Dali, faisant valoir sa réputation et sa ténacité, proposé de créer dans ce lieu oublié un musée qui lui serait consacré. Dans un premier temps, on lui proposa d’ouvrir une salle Dali dans le Museu de l’Empordà, sur la Rambla, mais l’artiste répondit fermement : « Je ne veux pas de salle, mais un musée Dali à Figueres. » Après plusieurs années, le génie fut satisfait.

Le nouveau musée Dali fut inauguré en 1974.

 

Portrait de Salvador Dali en punk

Tag à Céret, France

 

Céret
"Je suis fou de cette cerise"
Dalire

 

Catalogne-Espagne-

Catalogne, fracture et embrasement.

10 19

Hommage au tableau " Jeune fille à la fenêtre " de Dali (1925)

------------------------------------------------------

Salvador Dali et la Joconde

Pris en flagrant Dali (= jeu de mot avec l'expression "pris en flagrant délit" qui signifie être pris la moustache dans le sac).

---------------

 

Salvador Dali chez Aldi.

No name 

----------------------

Salvador Dali. 

Tee shirt "Resist" 

Fête de l'Humanité 

Alors là! Dali résistant? Ca se saurait. L'exemple est plutôt mal choisi.

Il a vécu tranquillement en Espagne sous la dictature de Franco, sans le critiquer, ni en être inquiété.

Il n'a résisté à rien du tout.

-----------------

Publié dans art pictural

Partager cet article
Repost0

Représentations de Jean Jaurès

Publié le par bmasson-blogpolitique

 

 

 

 

 

Jean Jaurès

Meurtre

Député, tué

 

« A 21 heures 40 minutes, me trouvant de service rue Montmartre face le n° 146, mon attention a été appelée par le bruit de deux détonations, j'ai aperçu un individu qui faisait face au Café du Croissant et qui se retirait en arrière ; au même instant il cherchait à fuir vers la rue Réaumur, c'est à ce moment là que je l'ai arrêté.

Il a déclaré au Bureau de monsieur Gaubert, Commissaire de police, que la fenêtre du Café se trouvant ouverte il avait écarté de la main gauche le brise-bise et que de la main droite il avait tiré sur monsieur Jaurès (Député) qui dînait au dit Café et qui tournait le dos à la fenêtre... »

 

(…)

 

Signé : Marty, G

Posson

Le Commissaire de police : Gaubert

L'an 1914

Le 31 juillet

Interrogatoire de l'inculpé

 

Nous, Vincent Gaubert ;

Commissaire de police de la Ville de Paris, plus spécialement chargé du quartier de Mail (2e arrondissement), Officier de police judiciaire, auxiliaire de monsieur le Procureur de la République,

 

Continuant notre information,

Procédons comme suit à l'interrogatoire de l'inculpé :

  1. Votre état civil ?R. Je refuse de répondre à aucune de vos questions touchant mon identité et le lieu de mon domicile.

  2. Je vous dirai seulement que je reconnais que ce soir, au Café du Croissant, rue Montmartre, 146, j'ai vu, étant dans la rue, monsieur Jaurès attablé dans le café avec six ou huit personnes.

 

J'ai, de la main gauche, soulevé le brise-bise fermant le rideau et, de l'autre, de la main droite, j'ai tiré deux coups de revolver sur monsieur Jaurès qui me tournait le dos.

Si j'ai commis cet acte, c'est parce que monsieur Jaurès a trahi son pays en menant sa campagne contre la loi de trois ans.

J'estime qu'on doit punir les traîtres et qu'on peut donner sa vie pour une cause (sic).

Je ressens un profond sentiment de devoir accompli (sic).

Je n'ai rien à ajouter à ce qui précède.

Et il refuse de signer après avoir reçu lecture de sa déclaration.

Le Commissaire de police.

Signé : Gaubert

 

    Au musée d'art et d'histoire de Saint-Denis:

    Camille Ravot (1873 - 1945)

    Buste de Jean Jaurès

    Bronze

    1914

    Jean Jaurès est député et fondateur du journal L'Humanité en 1904.

    Il participe à la création de la SFIO en 1905.

    Humaniste et ardent pacifiste, il tente, en vain, d'empêcher le déclenchement de la Première Guerre mondiale.

    Il est assassiné le 31 juillet 1914 à Paris, au café du Croissant, par le nationaliste exalté Raoul Villain.

    Le 18 mars 1907, Jaurès publie dans L'Humanité un éditorial consacré à la Commune de Paris, qui oscille entre admiration et prise de distance.

    S'il salue l'héroïsme de cette révolution et la tradition d'audace et d'espoir qui en a résulté dans l'esprit de la classe ouvrière française, il estime qu'une "révolution sociale, une révolution de propriété ne s'improvise pas par un coup de main sur le pouvoir".

    Il conclut que "la victoire de la Commune aurait peut-être avancé de dix ans l'évolution de la IIIe République; elle n'aurait pas fait surgir du sol la République."

    Camille Ravot rend ici hommage à ce grand orateur qui fut également son ami.

     

     

    On ne fait pas la guerre pour se débarrasser de la guerre.
    Jean Jaurès

     

    18 avril 1904 : lancement du journal L'Humanité avec pour directeur politique  Jean Jaurès ,à retrouver

    Le groupe Paprec renonce à poursuivre deux journalistes de l'Humanité et de l'Humanité Dimanche, suite à une forte mobilisation autour de nos collègues.

    Communiqué commun du SNJ et du SNJ-CGT de l'Huma.

     

     

    31 juillet 2018

    Jean Jaurès

    Hommage à Paris

     

     

    Raymond Moretti

    Jean Jaurès

    1997

    Toulouse 

    Voir aussi:

     

    Olivier Ponge lit Jean Jaurès « Notre But »

     "Notre but" : Jean Jaurès (éditorial du premier numéro)

    "Le nom même de ce journal, en son ampleur, marque exactement ce que notre parti se propose. C’est, en effet, à la réalisation de l’humanité que travaillent tous les socialistes. L’humanité n’existe point encore ou elle existe à peine. À l’intérieur de chaque nation, elle est compromise et comme brisée, par l’antagonisme des classes, par l’inévitable lutte de l’oligarchie capitaliste et du prolétariat. Seul le socialisme, en absorbant toutes les classes dans la propriété commune des moyens de travail, résoudra cet antagonisme et fera de chaque nation enfin réconciliée avec elles-mêmes une parcelle d’humanité.

    De nations à nations, c’est un régime barbare de défiance, de ruse, de haine, de violence qui prévaut encore.

    Même quand elles semblent à l’état de paix, elles portent la trace des guerres d’hier, l’inquiétude des guerres de demain : et comment donner le beau nom d’humanité à ce chaos de nations hostiles et blessées, à cet amas de lambeaux sanglants ? Le sublime effort du prolétariat international, c’est de réconcilier tous les peuples par l’universelle justice sociale. Alors vraiment, mais seulement alors, il y aura une humanité réfléchissant à son unité supérieure dans la diversité vivante des nations amies et libres. Vers ce grand but d’humanité, c’est par des moyens d’humanité aussi que va le socialisme. À mesure que se développent chez les peuples et les individus la démocratie et la raison, l’histoire est dissipée de recourir à la violence. Que le suffrage universel s’affirme et s’éclaire ; qu’une vigoureuse éducation laïque ouvre les esprits aux idées nouvelles, et développe l’habitude de la réflexion ; que le prolétariat s’organise et se groupe selon la loi toujours plus équitable et plus large ; et la grande transformation sociale qui doit libérer les hommes de la propriété oligarchique, s’accomplira sans les violences qui, il y a cent dix ans, ensanglantèrent la Révolution démocratique et bourgeoise, et dont s’affligeait, en une admirable lettre, notre grand communiste Babeuf.

    Cette nécessaire évolution sociale sera d’autant plus aisée que tous les socialistes, tous les prolétaires, seront plus étroitement unis. C’est cette union, que tous ici, dans ce journal, nous voulons travailler. Je sais bien quel est aujourd’hui, dans tous les pays, l’âpreté des controverses et des polémiques contre les socialistes. Je sais quel est le conflit des méthodes et des tactiques ; et il y aurait enfantillage à prétendre couvrir ces oppositions d’une unité extérieure et factice. L’union ne peut naître de la confusion. Nous défendrons toujours ici, en toute netteté et loyauté, les méthodes d’action qui nous semblent les plus efficaces et les plus sûres. Mais nous ne voulons pas aggraver, par l’insistance des controverses et le venin des polémiques, des dissentiments qui furent sans doute inévitables, et que le temps et la force des choses résoudront certainement. Socialistes révolutionnaires et socialistes réformistes sont avant tout, pour nous, des socialistes. S’il est des groupes qui, ça et là, se laissent entraîner par passion sectaire à faire le jeu de la contre-révolution, nous les combattrons avec fermeté. Mais nous savons que dans les deux fractions socialistes, les dévouements abondent à la République, à la pensée libre, au prolétariat, à la Révolution sociale. Sous des formules diverses, dont quelques-unes nous paraissent surannées et par conséquent dangereuses, tous les socialistes servent la même cause. Et l’on verra à l’épreuve que, sans rien abandonner de nos conceptions propres, nous tâcherons ici de seconder l’effort de tous.

    ../..

    Mais tout cela ne serait rien et toute notre tentative serait vaine ou même dangereuse si l’entière indépendance du journal n’était point assurée et s’il pouvait être livré, par des difficultés financières, à des influences occultes. L’indépendance du journal est entière. Les capitaux, dès maintenant souscrits, sont suffisants pour nous permettre d’attendre le développement espéré du journal. Et ils ont été souscrits sans condition aucune. Aucun groupe d’intérêts ne peut directement ou indirectement peser sur la politique de l’Humanité. De plus, nous avons inscrit dans les statuts que l’apport de travail fait par les collaborateurs du journal serait représenté par des actions appelées " actions d’apport " qui permettent à la rédaction et à la direction politique de faire équilibre dans la gestion de l’entreprise aux actions en numéraire. C’est, dans la constitution de notre journal, une garantie certaine d’indépendance. C’est à mon nom, comme directeur politique représentant la direction, que se sont inscrites ces actions d’apport. Ai-je besoin de dire que ce n’est là une spéculation ni de ma part, ni de la part de mes collaborateurs ? D’abord, les actions d’apport ne recevront une part quelconque de bénéfice que lorsque les actions représentant le capital en numéraire, celles qui ont été déjà souscrites et celles qui le seront plus tard, auront reçu un dividende de six pour cent. Mais surtout, par une lettre annexée à mon contrat de direction, je remets d’avance au conseil d’administration, composé d’hommes choisis parmi nos amis, les bénéfices éventuels qui pourraient ressortir aux actions d’apport, il devra en disposer pour développer le journal, pour améliorer la condition de tous les collaborateurs et pour contribuer à des ouvres de propagande socialiste et d’organisation ouvrière. Dans ces conditions, quand l’heure sera venue pour nous d’accroître le capital du journal, c’est en toute confiance que nous ferons un appel public à la démocratie et au prolétariat. Faire vivre un grand journal sans qu’il soit à la merci d’autre groupe d’affaires, est un problème difficile mais non pas insoluble. Tous ici, nous nous donnerons un plein effort de conscience et de travail pour mériter ce succès : que la démocratie et le prolétariat nous y aident."

    Jaurès et LREM

    Y'a un problème!

    La droite se réveille et veut récupérer Jean Jaurès pour son profit. Ils font une politique violemment anti-sociale et se rêvent de "gauche"...

    Jean Jaurès (1906) : « Le patronat n’a pas besoin, lui, pour exercer une action violente, de gestes désordonnés et de paroles tumultueuses ! ».

    Nicolas Sarkozy, l'héritier de Jaurès?

    Il nous a fait le même coup avec la tentative de récupération de Guy Moquet...

    Jaurès botte en touche Macron

     Jaurès à la fête de l'Humanité

    CGT

    -----------------------------

    Diaporama - Jean Jaurès - Fête de "L'Humanité".

    A la fête de "L'Humanité". 2019

    Ernest-Pignon-Ernest

    Emmanuel Lepage

    Photos

    Dessins


    --------------------

    Jean Jaurès : se syndiquer.

    -------------------------------------------------

    Jean Jaurès et la vérité à dire.

    -------------------------------------------

    " Il ne suffit pas de flétrir et de dénoncer les scandales, il faut dire encore comment on entend les déraciner et en empêcher le retour"

    -Jean Jaurès,

    À l'assemblée nationale le 8 février 1893, à propos du scandale du Panama.

     

    ---------------------

    Hommage à Jean Jaurès, figure de la lutte contre le "capitalisme tyrannique", comme il l'appelait, et pour la paix entre les peuples.

     

    Fabien Roussel

     

    -----------------

    Jean Jaurès et la vérité

    "Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire: c'est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe."

    --------------

    Jean Jaurès
     
    "Il ne faut avoir aucun regret pour le passé, aucun remords pour le présent, et une confiance inébranlable pour l'avenir."

    ----------------

    « Faire sentir aux enfants l’effort inouï de la pensée humaine »

     

    Jean Jaurès

    -----------------

    Jaurès et l'éducation 

    « « La démocratie a le devoir d’éduquer l’enfance ; et l’enfance a le droit d’être éduquée selon les principes mêmes qui assureront plus tard la liberté de l’homme. Il n’appartient à personne, ou particulier, ou famille, ou congrégation, de s’interposer entre ce devoir de la nation et ce droit de l’enfant. Comment l’enfant pourra-t-il être préparé à exercer sans crainte les droits que la démocratie laïque reconnaît à l’homme si lui-même n’a pas été admis à exercer sous forme laïque le droit essentiel que lui reconnaît la loi, le droit à l’éducation ? Comment plus tard prendra-t-il au sérieux la distinction nécessaire entre l’ordre religieux qui ne relève que de la conscience individuelle, et l’ordre social et légal qui est essentiellement laïque, si lui-même, dans l’exercice du premier droit qui lui est reconnu et dans l’accomplissement du premier devoir qui lui est imposé par la loi, il est livré à une entreprise confessionnelle, trompé par la confusion de l’ordre religieux et de l’ordre légal ? ».

    -------------

    "C'était l'époque où on croyait en l'avenir".

     

     

    France Culture.
     

    (…)  C'est un texte intéressant. Il faut rappeler qu'il s'agit du jeune Jean Jaurès, à l'époque où il publie cette lettre. Jeune agrégé de philosophie, il a enseigné durant trois ans et il vient d'être élu député : le plus jeune député de France. C'est un républicain de progrès. Il n'est pas encore le Jaurès socialiste, leader d'un grand parti, que nous connaîtrons plus tard. 

    (…) C'est une lettre pour les exhorter à être à la hauteur de leur tâche. En gros, il leur dit "Votre tâche n'est pas d'être au niveau du déchiffrage, au niveau du comptage, au niveau d'un primaire rudimentaire. Vous avez une grande tâche : c'est de libérer et de projeter dans l'avenir les jeunes Français".

    (…) C'est une confiance très, très grande dans les capacités de chacun. Jaurès croit à l'éducabilité.

    (…) C'est un gouvernement (= actuel, NDLR) qui tend, en tout cas dans ces aspects de l'Éducation nationale, à travers la figure du ministre, plutôt à la défiance qu'à la confiance.  

    Jean Jaurès 

    Boulevard de Belleville 

    Paris

    -------------

    Fête de l'Huma 2021.

    Jean Jaurès

    -------

    Publié dans Mes Photos

    Partager cet article
    Repost0

    L'art chez les Bozo du Mali

    Publié le par bmasson-blogpolitique

    Marionnettes non articulées représentant deux personnages féminins

    Marionnettes sculptées en bois dont les visages et les cous sont décorés de plaques de métal repoussé pouvant imiter les scarifications ethniques. Leur tête est pourvue de cheveux.

    Afrique

    Mali

    Musée de l’Ardenne      

    Charleville-Mézières

     

    Publié dans Mes Photos

    Partager cet article
    Repost0

    Art - Les girafes

    Publié le par bmasson-blogpolitique

    Girafe chez les Bozos du Mali

    Girafe à Fos sur Mer

    Girafe à Fos sur Mer

    Tag de girafe

    Tag de girafe

     

    Tag de girafe

    Tag de girafe

    Le bol

    Au zoo

    La girafe parisienne et son petit

    La girafe verte marseillaise

    Silhouette de girafe

    La girafe à pois

    La girafe en carton

    La girafe de Gilles Aillaud

    Tag de girafe

     

     

     

    A Marseille:

    Zarafa, la girafe soudanaise qui a distrait les Marseillais de 1826 à 1827.

    Au musée d'histoire naturelle de Nîmes

    Le Havre

    Girafe fleurie

     

    Girafe dorée

    Girafe patchwork

    Arles

    Deux girafes câlinent

    Paris

    La mode à la girafe

    Avignon

     

    L'histoire de la girafe du roi

    En 1826, le vice-roi d'Egypte décida d'offrir à Charles X un girafon.

    Le girafon remonta le Nil par bateau jusqu'au Caire;

    Le nom "girafe" vient du mot arabe "zarafa" signifiant celui qui marche vite.

    Les Grecs croyaient que la girafe était issue de l'union d'un léopard et d'une chamelle;

    Le transport est difficile et seul Jules César en rapporta à Rome en 46 avant J-C.

    Hassan est son jeune gardien soudanais et Atir est son soigneur attitré (au Jardin des Plantes de Paris).

    Après la Crête et la Sicile, le girafon débarque à Marseille en 1826.

    Elle devient l'incarnation d'un monstre, la Tarasque. La bourgeoisie défile devant la girafe.

    On découvre qu'elle est muette, dépourvue de cordes vocales.

    Elle supporte bien les rigueurs de l'hiver;

    Le roi réclame son cadeau.

     

     

     

     

    La girafe et son escorte partent en 1827 vers Paris, puis Saint-Cloud.

    Elle est vêtue d'un imperméable aux armes de deux rois.

    Le cortège traverse Aix, Avignon (2 jours), Orange, Vienne, Lyon (5 jours), Beaune, Chalon, Auxerre, Fontainebleau, Villeneuve-Saint-Georges.

    600 000 Parisiens achetèrent un ticket pour rendre visite à la girafe. 

    Les recettes du péage du pont d'Austerlitz explosent.

    Maurice Koechlin s'est inspiré de la morphologie de la girafe pour le dessin de la Tour Eiffel.

    Elle vécut 21 ans et repose désormais dans le musée de la Rochelle.

     

     

     

    Au Muséum de Toulouse:

    La girafe est le plus grand des animaux contemporains. Elle est originaire d'Afrique et sa taille peut atteindre 5,50 m. En 2016, il existe 4 espèces de girafes. Certaines sont en danger d'extinction.

     

     

    Marionnettes

    Girafe, hippopotame, lion

     

     

    Niko Pirosmani 

    Girafe 

    Fondation van Gogh 

    Arles 

     

    La girafe est en danger.

    Source AFP

    08 19

    Girafe

    Muséum

    Le Havre

    NDLR: elle est curieuse cette girafe. Elle parcourt une exposition de photos.

    -------------------------------

    Une girafe normande.

    Le Tréport

    -

    Andrei Popov 
    Girafe invisible sur une balançoire.
    La taille de la balançoire est adaptée à la taille de la girafe. Mais la verra-t-on un jour sur une balançoire?
    L'invisibilité est-elle une référence à sa future disparition?
     

    Andrei Popov est né en 1970 à Saint-Petersburg. Le milieu militaire de sa famille a abouti à ses études à Mozhaysky Military Air Academy entre 1987 et 1992. En 1995, il a quitté la carrière militaire pour devenir un dessinateur indépendant.

    -------------

    La Girafe est face à un dilemme. Elles sont toutes amoureuses d'elle.
    Quelle matriochka préférer ?
    10 21
    -------

    Publié dans La nature

    Partager cet article
    Repost0

    Les Karellis

    Publié le par bmasson-blogpolitique

    Samuel Whal est réalisateur et Jérôme Wurtz s'occupe de la mise en ligne des vidéos sur le site du PCF.

     

    Ils ont animé un atelier sur le tournage d'une vidéo pendant l'université.

     

     

     

    Publié dans Mes Photos

    Partager cet article
    Repost0

    Manuel Pratt

    Publié le par bmasson-blogpolitique

     

    Manuel Pratt

    Il parle comme si nous étions, les spectateurs et lui-même, dans sa cuisine, assis autour d’un verre. Il parle rapidement et doucement. Il faut le suivre. A peine avons-nous ri d’une blague, une seconde arrive en rafale. Il enchaîne sans répit…C'est décapant, parfois cynique, désespéré, mais empli de vitalité! A l'image de la vie. Quand on l'écoute, on se dit: "Non!? Il ne va pas le dire? Il ne va pas oser?!" Hé bien, si! Il le dit, il ose et c'est drôle.

    C’est scatologique, c’est cru, c’est cynique, c'est dans l’air du temps. Sa marque de fabrique se confond avec l’esprit ambiant de la société. Qui a déteint sur l’autre ?

    Il aime aborder tous les sujets. L’église, le mariage des homosexuels, le racisme, l’intolérance, les politiques, les gourous, la France d’en haut, la France d’en bas, le travail des enfants, les rires, les pleurs, les travers des uns et des autres, notre histoire, celle de la Shoah, des religions,…Quand on écoute un péripétie de sa vie, on se dit: "Oui, il n'y a rien d'original!". Mais, la chute arrive et en une phrase, l'éclat de rire pointe...

    Dans un de ses spectacles, il est tombé dans la marmite du féminisme et imagine une femme exploitant un homme. Qu’il se rassure, elles sont rares, mais elles existent…

    Ses obsessions ? La peur de la mort (il n’est pas le seul !), de la maladie (il est hypocondriaque).

     

    Dès qu’il parle d’un sujet qu'il soit sérieux, qu'il soit banal, zou ! c’est parti ! Ca dérape, ça délire, ça dégénère, toujours avec cet esprit farfelu de mélanger tout et de parler de ce qui est tabou. Ce côté provocateur lui plaît énormément et plaît au public…Il en rajoute.

    Comment peut-il faire rire en parlant de choses si affreuses ou horribles? C’est un mystère. Non, c'est l'effet du décalage entre ce que l'on attend et ce que l'on entend . Ses liens de cause à effet sont surprenants et audacieux, pour ne pas dire osés.

    Il joue le rôle du méchant. Stéphane Guyon s’y était essayé et a rendu l’éponge à la radio car la pression était trop forte. Ses chefs n'ont pas apprécié. Lui ? Il persévère…Le grand écart ne lui fait pas peur non plus : vous pourrez le voir dans des spectacles pour enfants.

    PS : il dit : « Femme qui rit est à moitié dans son lit, c’est bien sauf que l’on ne sait pas quelle moitié on aura ! »

    Publié dans Théâtre

    Partager cet article
    Repost0

    1 2 3 4 > >>