Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

mes poesies

Virginie Despentes - Les chiennes savantes.

Publié le par bmasson-blogpolitique

Virginie Despentes

Les chiennes savantes.

Editions Florent-Massot – 1999

 

 

L’alcoolisme :

Elle ressent comme un « métal enfoncé dans le crâne » dès qu’elle a repris conscience après une bonne cuite. Elle a trop bu la veille (p 29).

 

Le joint et ses synonymes :

Beu, spliff, biz (p 65).

Tamien (p 165).

Elle est dans un « coaltar retors » (p 68).

 

Synonyme de l’argent : la lauve (p 69).

 

Chanson :

« Je peux très bien me passer de toi » (p 113).

J'ai comme une envie de tourner le gaz

Comme envie de m'faire sauter les plombs

Comme envie de t'expliquer comme ça

Que ton indifférence, elle ne me touche pas
Je peux très bien me passer de toi

 

Mano Negra – Pas assez de toi.

 

 

Distanciation :

« J’étais absente pour un moment ? Je ne voulais pas le provoquer. » Il pointe un fusil sur elle, entourée de huit autres hommes ! (p 116).

----------

Publié dans mes poésies

Partager cet article
Repost0

Marc Dugain - L’emprise.

Publié le par bmasson-blogpolitique

Marc Dugain

L’emprise.

Editions Gallimard – 2014

 

Le ciel s’ouvrit (p 38).

 

« Si on devait renoncer à des sanctions contre un collaborateur (trice) au prétexte qu’iel risque de se suicider ! » « Avec sept suicides, nous sommes dans les normes. »  Parole de DRH. (p 61).

 

Un agent de la DCRI méprise Daniel Buren (l’artiste, NDLR) et ses « colonnes en pyjama ». Ceux et celles qui ont « laissé commettre cet outrage » ne méritent pas ses faveurs non plus (p 77).

 

 

En France, on préfère le meurtre symbolique social à la violence physique. NDLR : pourquoi écrire symbolique ? Le meurtre social suffit. (p 192).

 

Les marins qui vivent dans les sous-marins sont surveillés : mails, fréquentations. NDLR : nous sommes, maintenant, tous et toutes des marins ! (p 202).

 

La mort est le cadeau donné à la naissance. L’humain se ment à lui-même et à elle-même sur le sens de sa fin, pour rendre le reste supportable. (p 261).

 

 

Le coq chante chaque jour sa détresse de ne pouvoir voler (p 292).

 

En 1845, les Anglais ont été consternés qu’il n’y ait pas plus d’un million de mort-es parmi les Irlandais-es (p 308).

 

 

Publié dans mes poésies

Partager cet article
Repost0

Peter Brook - Oublier le temps.

Publié le par bmasson-blogpolitique

 

Peter Brook

Oublier le temps.

Editions du Seuil – 2003.

Version anglaise en 1998.

 

Il relie la mémoire avec des fragments de vie ranimés par l’imagination (page 11).

 

Le 666 est le numéro du grand Satan. Pourquoi ?

Pourquoi le chiffre 666 fait peur ?

L'hexakosioihexekontahexaphobie (littéralement, « peur du nombre six cent soixante-six ») est une phobie qui tire son origine du verset 13:18 de l'Apocalypse, l'un des livres de la Bible. Ce verset indique que le nombre 666 est le Nombre de la Bête, bête associée à Satan ou à l'Antéchrist.

(Université de Lyon).

Quel est le secret du 666 ?

Le nombre 666 apparait pour la première fois comme nombre de la bête dans la bible, au niveau du livre de l'apocalypse 13:18. « C'est ici la sagesse. Que celui qui a de l'intelligence calcule le nombre de la bête. Car c'est un nombre d'homme, et son nombre est six cent soixante-six. »

(Livre 666 nombre secret).

 

Il se décrit comme un Russe juif vivant en Grande-Bretagne (page 21).

Adolescent, il a lu « Guerre et Paix » de Tolstoï (page 59).

Pour lui, l’enseigné est passif et actif, avec beaucoup d’intensité (page 105).

 

Sa mère était triste. Encore une ! (page 25).

Elle s’est déçue elle-même. Elle voulait devenir médecin et y a renoncé pour suivre son mari en Russie, en Belgique et en Grande-Bretagne. Elle était très timide (page 25).

 

« Dark of the moon » est une pièce de théâtre américaine basée sur les sorcières (page 59).

Dark of the Moon is a dramatic stage play by Howard Richardson and William Berney. The play was produced on Broadway in 1945. (Wikipédia).

« Dark of the Moon » est une pièce de théâtre dramatique de Howard Richardson et William Berney. La pièce a été produite à Broadway en 1945

 

Le sacrifice sans la compréhension mène au fanatisme (page 106).

 

Les chefs d’orchestre vivent plus vieux que tout le monde. Ils mettent en accord leur corps, leurs émotions et leur pensée (page 112).

 

Jean Genêt massait « tendrement » les pieds de Natasha, la femme de Brook (page 133). Méfiance !

Peter Brook reconnaît à Jean Genêt un « goût pour la violence extrême » (page 135).

 

Un homme politique croit aux promesses qu’il fait même s’il n’en aura pas besoin quand les conditions auront changé (page 176).

 

Le théâtre :

Lear perd son royaume, son autorité, son toit, sa raison, Cordelia. Il garde son autorité, son amoureuse, sa confiance en ses filles, sa raison, mais tout lui est enlevé au fur et à mesure (page 49).

Dans la « Tempête » de Shakespeare, il y a des fées, des sorcières, des esprits (page 178).

« Songe d’une nuit d’été ». Il n’y a pas qu’aux enfants que l’on peut demander de croire aux esprits (page 184).

Hamlet dit « Mes mots s’envolent. Ma pensée reste à terre » (page 107).

Gustave Moreau

1826 - 1898 -Paris

Hamlet

1850  

Musée Gustave Moreau

Paris

---------------

Leonetto Cappiello 

Sarah Bernhardt dans Hamlet 

1900 

Petit Palais 

Paris 

---------------

Une utopie peut se réaliser le temps d’une représentation sur scène (page 176).

 

----------------

Publié dans mes poésies

Partager cet article
Repost0

Diderot - Supplément au voyage de Bougainville et autres textes.

Publié le par bmasson-blogpolitique

Diderot

Supplément au voyage de Bougainville et autres textes.

Editions GF Flammarion – 1972

Première publication en 1772.

 

Additions aux pensées philosophiques.

 

 

Page 43 :

Un enfant apprend qu’il y a des feux follets, des revenants, des loups-garous, et un Dieu. (Dieu est mis au même niveau que les autres inventions humaines).

 

« Si j’avais un enfant à dresser ». (Nous dirions éduquer, maintenant).

 

Page 47 :

Un juge envoie un homme aux Petites-Maisons.

Une prison à Paris ?

 

Petites Maisons est le nom donné à un asile d'aliénés créé en 1557 à Paris à l'emplacement de la maladrerie Saint-Germain. (Wikipédia).

 

 

Page 57 :

Diderot est chrétien « parce qu’il est raisonnable de l’être ».

NDLR : Est-ce bien raisonnable de croire en Dieu ?

Moine priant

Saint-Antoine-la-Forêt

Eglise 

-------------

Page 64 :

D’où vient la raison ?

« Si ma raison vient d’en haut, c’est la voix du ciel qui marle par elle ; il faut que je l’écoute. »

NDLR : L’humain est-il commandé dans son esprit et ses sentiments par quelque chose d’extérieur à lui et qui le « pénètre » ? La science ne peut pas démontrer où se situe notre âme, dans notre corps, en 2024.

 

 

Page 65 :

Etre méchant rend malheureux :

« N’as-tu pas déjà été malheureux d’avoir été méchant ? »

NDLR : La vie est plus agréable quand on fait du bien aux autres.

 

Le Diable est supérieur à Dieu. Sa qualité ? « Il n’a pas abandonné son fils à la mort ».

NDLR : Il n’en a pas ! On ne saura jamais.

 

Dieu s’occupe plus des pommes que d’Adam et Eve :

« Dieu est un père qui fait grand cas de ses pommes, et fort peu de ses enfants. »

 

 

Diderot aime « démontrer ».

Les miracles vus par quelques hommes ne suffisent pas pour qu’une religion soit crue par tout le monde :

« Les faits de quelques hommes seulement peuvent être témoins sont insuffisants pour démontrer une religion qui doit être également crue par tout le monde. »

Pour Diderot, il est difficile de prouver, donc de croire.

NDLR : Mais comme il est question de croyance, il n’est pas question de raisonnement ! Les humains sont prêts à croire tout ou n’importe quoi.

 

Page 72 :

Sur les soixante Evangiles, on n’en a conservé que quatre. Les autres exemplaires étaient-ils puérils et plein d’inepties ?

« On en a rejeté cinquante-six pour raison de puérilité et d’ineptie. Ne reste-t-il rien de cela dans ceux qu’on a conservés ? »

NDLR : il n’est pas tendre avec les Evangiles !

 

Evangelia 

Evangiles dits Du Fay 

Parchemin enluminé.

9 e s 

Musée Gustave Moreau  

Paris

--------------

Additions à la lettre sur les aveugles.

 

Page 133 :

« Jamais un homme ne me fera tourner la tête. » Elle était aveugle, heureuse et facile à tromper. « Comme il aurait été honteux de la tromper ! »

NDLR : si Diderot savait que la situation des femmes handicapées ne s’est pas améliorée. Elles subissent les violences sexuelles plus que les autres femmes, en 2024.

 

Supplément au voyage de Bougainville.

 

Page 152 :

J. M. Barré fut à deux doigts d’être violée par les Tahitiens qui avaient deviné son sexe au premier coup d’œil. L’équipage masculin européen n’avait rien vu depuis le départ.

 

 

Page 179 :

La galanterie est partagée par les deux sexes. Elle permet d’obtenir la préférence pour goûter la jouissance (sexuelle).

 

Page 180 :

La jalousie est la passion d’un être avare qui craint de manque. Il use du droit de propriété sur une autre personne qui veut être libre. Le jaloux est sombre.

NDLR : pas d’amélioration en 2024.

Diderot

Les scandales de la religieuse

Arte

Marguerite Delamarre, religieuse voulant se libérer de ses voeux.

L'Humanité

Parue en 1796, après la mort de son auteur, la Religieuse, de Denis Diderot, fait scandale. Plus de cent cinquante ans plus tard, lorsque Jacques Rivette l'adapte au cinéma avec en tête d'affiche une figure de proue de la nouvelle vague, Anna Karina, le film est censuré. Il « est interdit et le restera ! (L’Humanité).

Dans les années 1960, Jacques Rivette décide d'adapter "La Religieuse". (Orange).

 

 

Marguerite Delamarre demandait à être libérée de ses vœux forcés. (Les coulisses de la télévision).

Elle est connue pour le procès qu'elle a vainement intenté en 1758 pour être libérée de ses vœux et avoir inspiré la trame de La Religieuse de Denis Diderot. (Wikipédia).

La Religieuse est un roman de Denis Diderot (1713-1784) qui trouve son origine dans une supercherie. (La boutique Universalis).

Pourquoi Diderot a écrit la religieuse ?

Dans les années 1760, un marquis croit recevoir les lettres d'une femme qui s'est enfuie de son couvent. Elles sont en fait écrites par Denis Diderot. Ce dernier décide d'en faire un roman. Entre 1780 et 1782, différents épisodes sont publiés en feuilleton. (kartable).

Comment se termine la religieuse ?

Plus tard, elle tente de faire résilier ses vœux, mais elle perd son procès. Elle passe par trois différents couvents avant de pouvoir s'enfuir. On devine qu'elle mènera à l'état laïque une vie aventureuse, bien que la dernière partie de l'œuvre ait été seulement ébauchée par l'auteur. (Cairn).

Pourquoi lire la religieuse ?

La Religieuse est aussi et surtout une chaleureuse apologie de la liberté individuelle. Et ce thème, bien sûr, est totalement intemporel. Denis Diderot était anticlérical et cette oeuvre l'est aussi par excellence, mais le respect qu'il porte au personnage de Suzanne dans ses croyances est magistral. (Babelio).

 

Quelle est l'idée principale de Diderot ?

  • À travers l'Encyclopédie, il condamne l'absolutisme, la monarchie de droit divin, dénonce les privilèges, les atteintes à la liberté du travail et la guerre. (BNF).

------------------

"On avale à pleine gorgée le mensonge qui nous flatte; et l'on boit goutte à goutte une vérité qui nous est amère."

 Denis Diderot

-------------------

Publié dans mes poésies

Partager cet article
Repost0

Diderot - Supplément au voyage de Bougainville et autres textes. Jeanne Baret

Publié le par bmasson-blogpolitique

Diderot

Supplément au voyage de Bougainville et autres textes.

Editions GF Flammarion – 1972

Première publication en 1772.

 

Additions aux pensées philosophiques.

 

 

Page 43 :

Un enfant apprend qu’il y a des feux follets, des revenants, des loups-garous, et un Dieu. (Dieu est mis au même niveau que les autres inventions humaines).

 

« Si j’avais un enfant à dresser ». (Nous dirions éduquer, maintenant).

 

Page 47 :

Un juge envoie un homme aux Petites-Maisons.

Une prison à Paris ?

 

Petites Maisons est le nom donné à un asile d'aliénés créé en 1557 à Paris à l'emplacement de la maladrerie Saint-Germain. (Wikipédia).

 

 

Page 57 :

Diderot est chrétien « parce qu’il est raisonnable de l’être ».

NDLR : Est-ce bien raisonnable de croire en Dieu ?

 

Page 64 :

D’où vient la raison ?

« Si ma raison vient d’en haut, c’est la voix du ciel qui marle par elle ; il faut que je l’écoute. »

NDLR : L’humain est-il commandé dans son esprit et ses sentiments par quelque chose d’extérieur à lui et qui le « pénètre » ? La science ne peut pas démontrer où se situe notre âme, dans notre corps, en 2024.

 

 

Page 65 :

Etre méchant rend malheureux :

« N’as-tu pas déjà été malheureux d’avoir été méchant ? »

NDLR : La vie est plus agréable quand on fait du bien aux autres.

 

Le Diable est supérieur à Dieu. Sa qualité ? « Il n’a pas abandonné son fils à la mort ».

NDLR : Il n’en a pas ! On ne saura jamais.

 

Dieu s’occupe plus des pommes que d’Adam et Eve :

« Dieu est un père qui fait grand cas de ses pommes, et fort peu de ses enfants. »

 

 

Diderot aime « démontrer ».

Les miracles vus par quelques hommes ne suffisent pas pour qu’une religion soit crue par tout le monde :

« Les faits de quelques hommes seulement peuvent être témoins sont insuffisants pour démontrer une religion qui doit être également crue par tout le monde. »

Pour Diderot, il est difficile de prouver, donc de croire.

NDLR : Mais comme il est question de croyance, il n’est pas question de raisonnement ! Les humains sont prêts à croire tout ou n’importe quoi.

 

Page 72 :

Sur les soixante Evangiles, on n’en a conservé que quatre. Les autres exemplaires étaient-ils puérils et plein d’inepties ?

« On en a rejeté cinquante-six pour raison de puérilité et d’ineptie. Ne reste-t-il rien de cela dans ceux qu’on a conservés ? »

NDLR : il n’est pas tendre avec les Evangiles !

 

 

Additions à la lettre sur les aveugles.

 

Page 133 :

« Jamais un homme ne me fera tourner la tête. » Elle était aveugle, heureuse et facile à tromper. « Comme il aurait été honteux de la tromper ! »

NDLR : si Diderot savait que la situation des femmes handicapées ne s’est pas améliorée. Elles subissent les violences sexuelles plus que les autres femmes, en 2024.

 

Supplément au voyage de Bougainville.

 

Page 152 :

J. M. Barré fut à deux doigts d’être violée par les Tahitiens qui avaient deviné son sexe au premier coup d’œil. L’équipage masculin européen n’avait rien vu depuis le départ.

 

 

Page 179 :

La galanterie est partagée par les deux sexes. Elle permet d’obtenir la préférence pour goûter la jouissance (sexuelle).

 

Page 180 :

La jalousie est la passion d’un être avare qui craint de manque. Il use du droit de propriété sur une autre personne qui veut être libre. Le jaloux est sombre.

NDLR : pas d’amélioration en 2024.

Femmes travesties

Agnodice

Jeanne Baret

Sophie Germain

------------

 

Agnodice ou Hagnodikè est, selon une légende grecque rapportée par Hygin dans la 274ᵉ de ses Fabulae, l'une des premières femmes médecin et gynécologue.

Quelle science a pratiqué Agnodice ?

Agnodice est la première femme médecin à pratiquer légalement, à Athènes, en 350 av. J. -C. Celle-ci doit se déguiser en homme pour suivre les cours de médecine, passe brillamment l'examen et devient gynécologue, mais sans révéler sa véritable identité.

(Wikipédia).

Agnodice, toujours travestie en homme, suit les cours du célèbre Hérophile. Elle le voit disséquer les cadavres et enseigner. (Arrête ton char).

Soutenue par son père, qui la fait passer pour son neveu, Agnodice se travestie en homme pour pouvoir étudier la gynécologie. (Radio France).

-------------

Jeanne Barret, née le 27 juillet 1740 à La Comelle et morte le 5 août 1807 à Saint-Aulaye, en France, est une exploratrice et botaniste française. Elle est notamment connue pour être la première femme à avoir fait le tour du monde avec l'expédition de Bougainville sur la Boudeuse et l'Étoile de 1766 à 1769.  (Wikipedia).

Jeanne Barret : cette illustre baroudeuse qui a fait le Tour du monde travestie en homme · De servante à botaniste · Une exploratrice. (Radio France).

Pourquoi Jeanne-barret a fait le tour du monde ?

Au XVIII e siècle, la Marine royale interdit toute présence féminine sur ses bateaux. Pour contourner ce règlement, l'apprentie botaniste Jeanne Barret (1740-1803) se fait passer pour un homme et embarque aux côtés de l'explorateur Bougainville autour du monde. (Slate).

Comment Jeanne-barret a fait le tour du monde ?

De 1766 à 1769 Jeanne embarque sur les navires de l'Étoile et la Boudeuse et devient ainsi la 1ère femme à faire le tour du monde, lors de l'expédition de Bougainville. Pour ce faire, elle a du redoubler d'efforts, d'inventivité et de courage. (Flockeo).

  ------------          

 

Sophie Germain est une mathématicienne, physicienne et philosophe française. Pour pouvoir se faire connaître dans le monde des mathématiques, alors réservées aux hommes, elle utilisa un nom d’emprunt de 1794 à 1807 : Antoine Auguste Le Blanc. (Wikipédia).

Féministe avant l'heure, elle s'est notamment travestie en homme à de nombreuses reprises, pour pouvoir suivre les cours de l'École polytechnique.  (Anonymal).

Est-ce que le nom de Sophie Germain est inscrit sur la Tour Eiffel ?

Désormais, il y est inscrit : « Sophie Germain, Philosophe et Mathématicienne ». Mais Sophie Germain restera quand même la grande « oubliée de la Tour Eiffel ». En effet, tout autour de la Tour Eiffel, sont inscrits, en lettres d'or, les noms de 72 savants du 19ème siècle mais celui de Sophie Germain, n'y figure pas. (Theonet).

Audacieuse, elle l'est, pour oser s'imposer dans un milieu défendu aux femmes. Se faisant passer pour un homme, elle parvient à intégrer l'école polytechnique. (Editions Petit à Petit).

Qu'est-ce qu'a découvert Sophie Germain ?

Fille d'un membre de la Constituante nommé plus tard directeur de la Banque de France, Sophie Germain découvre l'Histoire des mathématiques de Montucla, qu'elle dévore en cachette. Ayant obtenu de son père de faire des mathématiques, elle se procure les cours de Lagrange. (U Paris).

---------------

Publié dans mes poésies

Partager cet article
Repost0

Astrid Eliard - Danser

Publié le par bmasson-blogpolitique

Astrid Eliard

Danser

Editions Mercure de France – 2016

 

« Ch’sortirai pas avec » en français littéral (page 15).

 

Les gens ont peur qu’on dise des saloperies sur leur compte (page 30).

 

La Marche des Troyens.

Marche Troyenne - Hector Berlioz

 

Raymonda par Sylvie Guillerm.

Sylvie Guillem Raymonda , Francesco Libetta piano

 

Le jeune homme et la mort de Nicolas Le Riche. (page 154).

Le Jeune Homme Et La Mort - Nicolas Le Riche - Marie-Agnès Gillot

 

 

« Les garçons seraient mieux s’ils n’avaient pas une bite pour tout décider à leur place » (page 181).

 

Nijinski : « Je suis Dieu dans ma bite. » (Journal) (page 181).

 

«Je suis Dieu dans ma bite», écrit Vaslav Nijinski dans une lettre-poème probablement destinée à Serge de Diaghilev. (L’Express).

Nijinski s'y livre à une auto-analyse où il parle beaucoup de sexe ""Je suis dieu dans ma bite"), tient des propos incohérents. (France info).

Nijinski emploie des termes crus, notamment le mot « bite ». « Dieu est une Bite qui multiplie ses enfants avec une seule femme ». (Le Monde).

Je suis chat me pas toi », écrit Vaslav Nijinski, en français, dans son journal. La Bite n'est pas Dieu. (Mediapart).

« Je suis Dieu dans la chair et le sentiment. Je suis un homme, et pas Dieu. Je suis simple. Il ne faut pas me penser. Il faut me ressentir, et me comprendre ». (Booknode).

"C'est exprès que je simule la folie", prétend Vaslav Nijinski » (Radio France).

Visionnaire, Vaslav Nijinski éclaire la danse par une carrière fulgurante. Étoile à la virtuosité saisissante, chorégraphe à scandales. (France musique).

------------------

Femme danse 
Graph 
Paris
 
------------

Publié dans mes poésies

Partager cet article
Repost0

Albert Jacquard - L’équation du nénuphar - Les plaisirs de la science.

Publié le par bmasson-blogpolitique

Albert Jacquard

L’équation du nénuphar

Les plaisirs de la science.

Editions Calmann-Levy - 1998

 

L’éducation.

Les adolescent-es au collège se méfient de l’affectivité. Iels savent qu’elle les rend vulnérables. Iels se réfugient derrière un « J’m’en foutisme » et une carapace (page 19).

Adolescent-e-s 

Educateurs et éducatrices de rues 

Les antennes-relais pour les jeunes sont nécessaires.

Les éducateurs et éducatrices maintiennent une cohésion sociale, tout en aidant à sortir de sa condition.

LCP 

L'Humanité 

---------------

En CM2 : « Pourquoi y a-t-il des garçons et des filles ? Ce serait tellement mieux s’il n’y avait que des filles » (page 34).

L’ordre et la sécurité débouchent sur une société totalitaire, bloquée, morte (page 532).

C’est la collectivité qui fait émerger la conscience. « Je suis et je sais que je suis ». L’éducation permet d’échanger entre les individus (page 53).

En mathématiques, les enfants n’utilisent pas leur esprit critique et calculent n’importe quoi et n’importe comment dès qu’iels voient des nombres (page 64).

Pourquoi les rétrogrades s’attaquent-iels à l’école ? Iels ne veulent pas la société du futur se transforme. Or, c’est par l’éducation des jeunes que c’est possible (page 179).

 

Les races humaines : vrai ou faux ?

Il est impossible de définir les « races humaines » (page 32).

Le racisme, les inégalités, le fatalisme social, les techniques néfastes sont des valeurs à documenter avec une rigueur scientifique (page 107).

Appartenir à telle ou telle race est une idée défendue par les racistes méprisant-es et est catastrophique (page 115).

La population humaine ne possède pas de races (page 116).

Il y a peu d’écarts génétiques entre un-e Blanc-he, un-e Noir-e, un-e Jaune.

Aucune communauté humaine n’est restée isolée pour conserver son patrimoine génétique. Il y a toujours eu des mélanges (page 118). Les inégalités entre les « races » sont des mensonges (page 144).

Un-e raciste développe des idées déconnectées de la science. Iels se donnent le droit de mépriser un-e individu-e dont les défauts sont attribués à sa collectivité d’origine. Iels n’ont pas de nuances. Iels ont la peur de se sentir inférieur-e à l’autre. Un raciste peut se dévaluer sexuellement (page 120).

On peut voir en l’autre, non pas un obstacle, mais une source (page 178).

 

Les dons : vrai ou faux ?

Qu’est-ce que l’intelligence ? Peut-on la mesurer ? (page 132).

L’attente des enseignant-es est essentielle. L’enfant la ressent et prend confiance en lui ou perd confiance en lui (page 138).

Les parents aussi. Notre société veut-elle une réelle égalité des chances ? (page 139).

Socrate a eu un procès car on lui reprochait de pervertir la jeunesse (page 142).

 

Prédire l’avenir :

Les charlatans s’appuient sur des effets paranormaux et réactivent de vieilles légendes (page 165).

Ceux et celles qui écrivent des horoscopes sont des naïfs et naïves qui veulent faire fortune (page 167).

Si le destin était décrit d’avance, on accepterait l’idée de fatalité. Au contraire, on peut construire notre avenir. C’est le but de l’école (page 168).

 

L’église :

Les structures de l’église sont calquées sur celles de l’état avec l’exploitation, la compromission, la compétition et la violence (page 174).

-------------

Publié dans mes poésies

Partager cet article
Repost0

Pavarotti - Eve Ruggieri

Publié le par bmasson-blogpolitique

Pavarotti

Eve Ruggieri

Editions Jean-Claude Lattès – 1993.

Page 47 :

Mario Lanza's most successful film.

Le film le plus réussi de Mario Lanza.

Renowned tenor Mario Lanza portrays his longtime singing idol Enrico Caruso in the crowd-pleasing musical that was 1951’s box-office hit.

Le célèbre ténor Mario Lanza incarne son idole de longue date, Enrico Caruso, dans la comédie musicale qui a plu à tous et qui a été le quatrième succès au box-office de 1951.

 

Luciano Pavarotti voit au cinéma « Le Grand Caruso » avec Mario Lanza. Caruso est le Napolitain, chanteur coqueluche de l’Amérique.

 

Page 65 :

François 1er est le héros du Rigoletto de Verdi.

Verdi, compositeur tant talentueux que têtu, ne lâche rien pour composer son chef d'oeuvre « Rigoletto » inspiré par Victor Hugo. (The opera locos).

2020 :

Le public avait été choqué du portrait du roi François Ier en vil débauché et du bouffon Triboulet présenté comme (anti-)héros. (Radio classique).

Page 70:

           

Rigolleto – Parmi veder la lagrima ». Il me semble voir les larmes (p 72).

C’est l’extrait le plus difficile pour un ténor.

Page 92 :

La Bohème - « Che gelida manina ».

Il le chante à Londres, à la BBC.

Page 117 :

« Una furtiva lacrima » de Elisir d’amore.

« O Paradiso ! » de l’Africaine de Meyerbeer.

Page 149 :

Donizetti - La fille du Régiment ;

« Chacun le sait, chacun le dit. » Natalie Dessay.

« De cet aveu si tendre. » Natalie Dessay.

« Pour mon âme, quel destin ». Andréa Bocelli.

 

Page 168 :

« Vesti la Giubba » de Rugiero Leoncavallo Pagliacci.

Enregistré sur disque par Caruso. En 1902. Disque vendu à un million d’exemplaires.

Page 194 :

Tosca – « Vissi d’arte. » Maria Callas.

Page 222 :

Rossini – Ouverture – « La Gazza ladra. » (Teatro La Fenice).

La Bohème – « Torna a Surriento. »

Lucia de Lammermoor – « Tombe degl’avi miei. »

Page 225 :

Carmen, en chinois.

 

The Chinese Feast (Tsui Hark, 1995) Carmen
Grace Chang - Carmen (Old chinese music)

----------------

Publié dans mes poésies

Partager cet article
Repost0

Friedrich Engels - L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’Etat.

Publié le par bmasson-blogpolitique

Friedrich Engels

L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’Etat.

Editions sociales. 1954

Première édition – 1811 – 1882 ?

Les gens sont des groupes de personnes issues du même sang (consanguines). (page 81). Une aïeule déterminée en est la fondatrice (page 82).

Il est impossible de se marier dans la même gens (page 83). Les gens ne sont pas équivalentes aux familles (page 98). Les théories de consanguinité et d’inceste sont développées beaucoup plus tard. (Page 21). (NDLR : quand ?). L’inceste est une invention précieuse (page 39). La première interdiction sexuelle agit entre les générations, mais pas entre les frères et les sœurs.  La deuxième interdiction pèse sur les frères et les sœurs. Puis entre leurs enfants, petits-enfants et arrière petits-enfants. La tribu se développe en progression. (page 41). Les tâtonnements sont instinctifs, mais sans but conscient (page 47). La race humaine est plus vigoureuse mentalement et physiquement quand il n’y a pas de consanguinité (page 48). Pour Engels, un père ne pouvait pas avoir de relation sexuelle avec sa fille, et une mère avec son fils, non plus (page 43).

En Attique, 30 gens composent une phratrie. Trois phratries composent une tribu. Il existait quatre tribus. (page 98). Dans Homère, Nestor conseille Agamemnon : « Range les hommes par tribus et par phratries. Que la phratrie seconde la phratrie et que la tribu appuie la tribu. » (page 97).

La maternité est certaine, on connaissait la mère mais pas la paternité. Donc, l’héritage se transmet par les femmes.

Le sentiment de jalousie se développe plus tard (page 39). (Quand ?) Les Bretons avaient dix ou douze femmes en commun par groupe. (Jules César).

En cas d’offense, la peine de mort règle le problème (page 85). Il n’existe pas de police ni de justice. La collectivité tranche les querelles (page 91). Chez les Grecs, chaque membre de la tribu est un guerrier. Il n’existe pas de force publique distincte du peuple qui peut lui être opposée. (page 98).

------------------

Stade primitif : Chaque femme appartient à chaque homme, et inversement. Les rapports sexuels sont sans entraves. (page 35). Il n’existe pas de preuves directes. (page 36).

La métamorphose de l’animal en humain : quelle est la tolérance entre les mâles adultes et quel est leur affranchissement de la jalousie  dans la horde ? (page 38). Le couple est uni provisoirement. (page 48). La mère organise les mariages. Elle reçoit des cadeaux en échange de sa fille (page 49). La femme était libre et considérée (page 50).

-------------

Stade moyen et état sauvage : apparition du feu. L’humain mange du poisson essentiellement. Il peut le faire cuire. Puis, il mange des racines, des tubercules, des féculents. La viande est occasionnelle. Le cannibalisme existe. (page 28).

Mariage par groupe. Les mariages de groupes en Amérique et en Afrique sont expliqués par Lubbock en 1870. (Page 23).

L’organisation gentilice a été attaquée de toutes parts. (page 109).

------------------

Stade inférieur de la barbarie : Les femmes sont devenues humiliées et oppressés. Elles imposent le mariage conjugal pour s’en sortir. La monogamie, c’est pour elles, pas pour les hommes. C’est l’apparition de la famille. (page 53). La famille : la jalousie du mâle est le lien et la limite de la famille (page 38). Les groupes d’origine se scindent entre frères et sœurs. Les familles d’humains se différencient (page 42). Les femmes étaient achetées (page 55). L’héritage se transmettait de mère en filles. (page 56).

Mariage apparié.

Les esclaves.  C’est du bétail humain. Les ennemis vaincus deviennent des esclaves. (page 55).

----------------

Stade moyen de la barbarie : Les céréales sont probablement pour le bétail, au départ. Puis, les humains en mangent. (page 30). Le lait et la viande sont bénéfiques aux Aryens et aux Sémites. (page 54). La religion s’apparente à la sorcellerie.

Révolution radicale que l’on ne sait pas dater : les femmes sont exclues de l’héritage au profit des hommes. L’abolition de l’héritage maternel s’est réalisée sans mortes, pendant la préhistoire. C’est une action morale. La richesse s’est accrue. L’humain passe des forêts aux prairies. C’est une grande défaite historique du sexe féminin (page 56). Elles deviennent des simples instruments de reproduction.

La famille grecque  patriarcale apparaît. Les hommes ont pris le pouvoir. Ils sont les chef des familles. Ils ont le droit de vie et de mort sur la femme et les enfants. (page 58). La mère des enfants est la gouvernante de la maison, la surveillante des esclaves et des concubines. La monogamie entraîne la mort de la femme infidèle (page 58). La situation des femmes empire et l’infidélité des hommes est facilitée (page 79). En Russie, il existait du temps d’Engels, des chansons populaires qui parlaient du chef de famille qui abusait de ses brus (page 60). La polygamie concerne les riches. Le peuple se contente de la monogamie (page 61).

 

Chez les Germains, la femme est maîtresse à la maison. Elle s’occupe de la cuisine, de la nourriture et des vêtements. L’homme est maître de la forêt. Il va à la guerre, à la chasse et à la pêche (page 146).

Les échanges entre les tribus voisines se font grâce au bœuf qui sert de monnaie d’échange (page 147).

Les esclaves appartiennent à la famille romaine. (page 58). Daphnis et Chloé étaient des esclaves qui n’avaient pas part à l’Etat. Chez les Grecs, quand la famille qui s’est enrichie s’oppose à la gens, l’esclavage s’élargit aux membres de la gens. (Page 101). Pour honorer ses dettes, un paysan de l’Attique devait vendre un enfant comme esclave à l’étranger (page 104). La police surveillait et maîtrisait les esclaves qui étaient vingt fois plus nombreux que les Athénien-ennes. L’appauvrissement de la population a amené la ruine de l’Etat grec. (page 109).

L’esclavage existe pendant l’Antiquité. Il évolue avec le temps. Le servage le remplace au Moyen-Age, puis le salariat vient au temps modernes (page 161).

--------------------

Stade supérieur de la barbarie : Les Grecs, Romains, Normands, Vikings. Période d’activités nouvelles humaines et nouveaux apprentissages. (page 32).

Les parents décidaient des mariages. Les individus s’en accommodaient très tranquillement. Morgan a détecté cinq formes différentes qui se sont succédées dans les mariages entre humains. (page 79). La forme actuelle du mariage n’existera pas toujours. Quelle sera la nouvelle forme choisie ? Nous ne le savons pas.

La richesse, chez les Grecs, devient un bien suprême. Les riches profanent les anciennes règles pour justifier le vol. L’Etat grec est créé pour protéger les biens privés. (page 101). Il n’y a pas de contestation quand il y a eu la fin des gens et des tribus grecques. (page 103). Les paysans de l’Attique qui sont ruinés ne sont plus protégés par la communauté. (page 104). Le but en soi, en moins 509,  est de devenir un Grec antique riche. (page 109).

------------------

Riche mais pas grâce à son travail.
"C'est grâce à un travail acharné que je suis devenu riche.
Le travail de qui?"
--------------

La civilisation.

Elle commence avec la domination de l’homme qui veut une paternité incontestée pour l’héritage.

La séparation entre époux devient plus difficile. L’homme peut répudier sa femme. (Cela existera dans le code Napoléon aussi). Le conflit entre les deux sexes est résolu par la domination des hommes. C’était inconnu dans la préhistoire. La propriété privée l’emporte sur la propriété collective. Le bien-être des hommes est obtenu grâce au refoulement des femmes.

La religion existe au départ de la prostitution. C’était une obole donnée à la déesse de l’Amour. (page 65).

Les femmes vont se venger en prenant des amants et en cocufiant les maris qui les délaissent. La paternité est toujours une question posée.

La passion apparaît au Moyen-Age, pour les classes dirigeantes. C’est l’amour chevaleresque (page 75). L’amour sexuel individuel apparaît aussi au Moyen-Age. Nibelungen (page 75) : Brunhild épouse Gunther sans l’avoir vu. Kriemhild épouse un homme (Etzel ?) choisi par son père Gunther sans se poser de questions sur son amour pour lui. Pourtant, elle aime en secret Siegfried. Le mariage était un acte politique qui permettait d’augmenter la puissance. Les époux n’avaient pas leur mot à dire.

 

A Hastings, il existait encore des haches de pierre en 1066 (page 149).

Lutte entre la campagne et la ville.

Dans l’Antiquité, la ville domine la campagne économiquement. Au Moyen-Age, la campagne domine la ville (page 151).

Monogamie – Adultère – Prostitution. La liberté sexuelle est retirée aux femmes. Les hommes conservent les avantages du mariage de groupe.

La nouvelle société est basée sur la jouissance, le pillage, l’avarice. Elle utilise le vol, la violence, la perfidie, la trahison (page 93). Une fois l’argent installé, il est impossible de le détrôner. (page 105).

Chez les Grecs : Les groupes consanguins sont remplacés par des groupes territoriaux. (page 109). La tribu raciale devient la tribu locale. (page 109).

 

La Monarchie absolue équilibre les pouvoirs de la noblesse et de la bourgeoisie. Napoléon a équilibré les pouvoirs du prolétariat et de la bourgeoisie (page 157).

Des sociétés ont survécu sans état. Un état peut disparaître quand il y a égalité entre les producteurs (page 159).

 

Chez les Germains, la guerre entre les peuples est basée sur la cupidité. Pour acquérir des richesses, les humains usent du pillage et de la pression sur les voisins (page 151).

La division du travail et la création de deux classes a usé l’organisation gentilice (page 155).

Les humains deviennent mobiles sur un territoire qui ne l’est pas (page 156).

Un testament permet au propriétaire de disposer de son bien au-delà de la mort. L’église allemande l’introduit car elle veut hériter des biens de ses ouailles (page 162).

Pour être affranchie, la femme devra entrer dans l’industrie publique et exiger la suppression de la famille conjugale en tant qu’unité économique de la société (page 72).

---------------

Vocabulaire

Calembredaines religieuses. (Page 18) SURTOUT AU PLURIEL

Propos extravagant ; plaisanterie futile. (Le Robert).

Exogame et endogame : se marier avec quelqu’un de la même tribu ou d’une autre tribu.

Qui pratique l'exogamie, le mariage entre les membres de tribus différentes (opposé à endogame). (Le Robert).

  1. SOCIOLOGIE

Obligation, pour les membres de certaines tribus, de se marier dans leur propre tribu (opposé à exogamie). (Le Robert).

Hétairisme (page 69). Relations extra-conjugales qui vont mener jusqu’à la prostitution.

Prostitution, condition, mœurs des hétères. Comment l'humanité est-elle sortie de cet état primitif d'hétairisme universel ? (Wikipedia).

Hétaïrisme. nm dans l'Antiquité, condition des hétaïres, des membres de la garde royale d'un souverain. (Reverso).

Hétaire : ANTIQUITÉ GRECQUE

Prostituée d'un rang social élevé. (Le Robert).

Quadrumane (page 36).

adjectif et nom

  1. Dont les quatre membres sont terminés par une main. (Le Robert).

Polyandre (page 61) : une femme a plusieurs hommes. Une femme partagée entre plusieurs hommes. (Origine ?)

  1. DIDACTIQUE

Qui a plusieurs maris (polygame). (Le Robert).

Pays prudhommesque (page 39).

Prudhommesque : Qui dit des platitudes sur un ton emphatique et sentencieux.

  1. LITTÉRAIRE

D'une banalité pompeuse et ridicule. (Le Robert).

----------------

La Bayadère était une danseuse sacrée attachée aux temples de l’Inde (page 65).

La Révolution française de 1789 a sacrifié la propriété féodale pour sauver la propriété bourgeoise. (Page 105).

-----------------

Tribus et peuples :

Kaviats (Behring) – Kadiak (Alaska) – Tinneh (USA) – (page 33). – Iroquois Senecas (USA) – Chippeways (Indien) – Coucous (Chili) – (page 43). - Tahus (Mexique) (page 53). - Shawnes – Miamies – Delaware (page 56). - Caraïbes – (page 45). – Cayougos – Onodagas – Oneidas – Mohawies - Tuscaroras (proches des Iroquois) (page 89) – Ojibwas (Amérique du Nord) – (page 84). Téochichimèque (Mexique) – (page 86).

Karens (Birmanie)–– (page 45).

Krokis et Koumites (Australie) (page 45).

Kamilaroï – Kotars (Inde) (page 46). Naïr (Inde) – (page 61). Os – Santals – Pandjas – (page 51). -  Drawdiennes du Dekkan – Gauras de l’Hindoustan – Tamouls (Inde) (page 43). – Tibours de l’Aouh (Gange)  - Watson et Kaye (Inde) (page 45).

Augiles (Afrique) – (page 53). - Bareas (Abyssinie) – (page 53). – Zoulous – Nubiens – (page 92).

Taïfals – Hérules (Nomades des steppes) (page 68).

------------------

Les Celtes.

Ils envahissent le sud et l’ouest de la Gaule.

La race dominante a les cheveux blonds. La teinture réalisée avec du savon permet de retrouver les cheveux blonds. Le mélange des races faisait disparaître le blond ! (p 174).

Le peuple Germain a inventé le savon dans le but de blondir les cheveux (p 200).

NDLR : Engels parle de races. On sait qu’il n’y en a qu’une, la race humaine, déclinée en couleurs de peaux différentes.

----------

L’alcoolisme.

Les suèves n’en veulent pas. Il ramollit le cerveau.. Les Bastames sont enivrés par les Grecs (Thrace). Ils donnent les informations qui vont les amener à tomber dans un guet-apens (p 179).

-------------

Les Germains sous Tacite (1er et second siècle après J-C).

Les hommes ont laissé aux femmes les travaux domestiques et des champs. Les hommes jouent et boivent de la bière d’orge. C’est la fin de la vie nomade. NDLR : et le début de la paresse masculine.

-----------------

La mer Baltique.

Les Germains, les Saxons et les Vikings ont appris la navigation et la construction navale sur la Baltique qui est une grande mer intérieure sans marée. Les tempêtes se sont déchaînées avant, en mer du Nord. Le plan d’eau est peu profond. Les êles sont proches et la terre est toujours à vue (p 202).

Les Germains entre le Rhin et le Danube ont importé de leur patrie asiatique l’usage des métaux (entre moins cinquante et 250 après J-C). La région du Danube est-elle le lieu d’origine de la fusion des deux métaux qui sont le fer et le bronze ? (p 204).

-------------

Les Belges.

César fit halte à la frontière des Belges, frontière ethnique avec la Gaule. Il ne la franchira que lorsqu’il est sûr de la Gaule celtique (p 217).

---------------

La langue.

Le gothique contient du génitif pluriel, masculin et neutre : ê.

Le féminin se termine par ô et ê. Le masculin faible se termine en a.

---------------

Demi-soeur?

Attaque de requin de la soeur issue du même sang.

----------------

Publié dans mes poésies

Partager cet article
Repost0

Simone Bertière - Henri IV et la Providence.

Publié le par bmasson-blogpolitique

 

Simone Bertière

Henri IV et la Providence.

Editions Perrin – 2022

 

Il a survécu aux nombreux complots, attentats, pièges et balles. Il a su saisir sa chance (p 14). Jean Châtel lui a fendu la lèvre et fait sauter une dent. Pour cela, il sera écartelé (p 337). Sa maîtresse Henriette d’Entragues conspire et complote contre lui. Il punira Biron à sa place (p 352). Bourbon de naissance, il est proche du pouvoir (p 73). Quand il a vingt-trois ans, c’est la fin de son adolescence et de son infantilisation (p 90). Il est anticonformiste et un bon acteur (p 334).  A-t-il été écologiste avant la lettre (p 21) ? Il est connu pour son amour de la « poule-au-pot ». Elevé parmi les paysans, il aime la paysannerie française (p 350).

Henri IV a marchandé toute sa vie l’affection du peuple (p 369). Il sait qu’il n’y a pas de politique efficace sans un lien affectif entre lui et son peuple (p 223). Devenu roi, il veut être craint et aimé (p 302).

Montaigne situe la vieillesse à partir de quarante ans (p 350). Le Duc de Guise, François, est assassiné pendant le siège d’Orléans avec trois balles dans le dos (p 88).

Au 16e siècle, la Providence se sert de lui pour mener à bien ses projets ici-bas (p 21). Mais comment définir la « Providence » de cette époque là ? Une force divine ? Une force extérieure ? Une force terrestre ? Une force royale ? Une force humaine ?

Son enfance :

Son grand-père, Henri d’Albret, va demander à la gouvernante de donner une fessée magistrale à sa fille Jeanne pour l’obliger à épouser le Duc de Clèves.

Jeanne n’est pas une mère sécurisante. Henri d’Albret achètera Henri IV pour le soustraire à ses mauvais soins. C’est lui qui assurera son éducation  (p 33).

Son père, Antoine de Bourbon, laisse le pouvoir politique aux mains de Catherine de Médicis. Il assumera le pouvoir militaire (p 73).

Les religions :

En 1516, l’église encadre fermement la vie des femmes de la naissance à la mort (p 54).

Les temps sont instables.

Monsieur, pour les protestants, retourne sa veste et les attaque (p 194). Henri III fluctue et applique une politique à géométrie variable (p 196). Il est imprévisible et instable (p 244). Henri III n’exige pas de gages. Il se contente de promesses (p 263).

Les protestants sont divisés entre eux. Ils sont vindicatifs et violents pour acquérir le pouvoir royal, coûte que coûte (p 405).

Menacé d’être déshérité, Henri IV promet à sa mère de conserver la religion protestante (p 79). Il a appris la prudence et la dissimulation qui sont la base de la diplomatie (p 90). Selon le bon vouloir de son entourage, Henri IV a changé quatre fois de religion contre son gré, depuis sa naissance (p 196).

La Saint-Barthélemy reste toujours un mystère d’état, même en 2007 dans le livre d’Arlette Jouanna (p 404). Simone Bertière ne parle pas des portes des protestant-e-es marquées d’une croix. Qui a donné les listes des adresses secrètement?

Catherine de Médicis a-t-elle fait empoisonner les deux frères de Coligny, Odet et d’Ancelot ? Nul ne le sait (p 134). Henri IV est captif à la Cour pendant deux ans, après la Saint-Barthélemy (p 192). Il promet de se rallier à la religion catholique, mais sans donner de date. Les protestants s’en défient et les catholiques le raillent (p 300).

Quand Catherine de Médicis meurt, on n’en fait pas plus de cas que d’une « chèvre morte » (p 272).

La guerre accroît le pouvoir des nobles. Elle apporte la calamité pour les pauvres (p 221).

L’Edit de Nantes est un texte politique. Il permet l’accès des protestants aux postes de l’administration royale. Henri IV laisse à son successeur le soin d’en délimiter les contours (p 349). Le texte a ouvert le débat sur la laïcité et la séparation de l’Etat et de la religion (p 340).

Ses amours :

Il aime les petites filles. Il gave de bonbons  une fillette, Fosseuse, dès ses treize ans, pour l’avoir (p 215). Encore un !

Une infection vénérienne le fait délirer vers 1598. Il a peur d’être stérile (p 343).

Il a eu des enfants de trois maîtresses différentes, une fois devenu roi (p 354).

Il est amoureux d’une jeune fille de quinze ans, la fille du connétable de Montmorency (p 355).

 

Vocabulaire :

Feudataire (p 30) :

nom

1.                              HISTOIRE

Titulaire d'un fief (vassal).

 

Démarche propitiatoire (p 36) :

adjectif

1.                              LITTÉRAIRE

Qui a pour but de rendre la divinité propice.

Une offrande propitiatoire.

 

Titulature (p 73) :

nom féminin

1.                              DIDACTIQUE

Ensemble des titres portés par une personne, une famille.

 

Réactions antithétiques (p 85) :

adjectif

1.                              1.

Qui emploie l'antithèse.

2.                              2.

Opposé, contraire.

 

Relaps (p 301) :

adjectif et nom

1.                              RELIGION

Retombé dans une hérésie, après l'avoir abjurée.

Jeanne d'Arc fut brûlée comme relapse.

 

Les oubliées de l’histoire :

Louise de Vaudémont, femme d’Henri III (p 200).

Louise de Lorraine-Vaudémont, ou Louise de Lorraine, est issue de la branche de Vaudémont, branche cadette de la maison de Lorraine. 

1553 – 1601. (Wikipedia).

Louise de Lorraine-Vaudémont est la dernière reine de France de 1575 à 1589, au temps des Valois,  (Histoire pour tous).

Fille de Nicolas de Lorraine, duc de Mercoeur, et de Marguerite d'Egmont, née le 30 avril 1553, elle épousa Henri III, roi de France, le 15 février 1575. A la mort du roi (2 août 1589), elle se retira au château de Moulins, où elle mourut, le 29 janvier 1601. Peint vers 1580-1585. (Louvre).

Durant près de trois siècles, le silence s'est fait autour de la reine. (Jstor).

Louise de Lorraine-Vaudémont fait partie de la branche Vaudémont qui, comme les Guise, est une branche cadette de la famille de Lorraine. (Association de l’Edit de Roussillon).

Louise de Lorraine est la fille de Nicolas de Lorraine, comte de Vaudémont, prince peu fortuné, et de Marguerite d'Egmont. (Siefar).

Reine de France. Fille de Nicolas, comte de Vaudémont, elle épousa en 1575 Henri III et resta effacée durant tout son règne. (Larousse).

Chanson :

« Vive Henri IV !

Vive ce roi vaillant !

Ce diable à quatre

A le triple talent

De boire et de se battre

Et d’être un vert galant ».

(p 368).

 

Pourquoi le roi Henri III Ordonne-t-il le massacre des protestants ?

Un conseil du roi se tient dans la nuit du 23 au 24 août au Louvre", explique l'historien. Charles IX et Catherine de Médicis auraient alors consenti à ordonner le meurtre d'une vingtaine de chefs protestants pour éviter une guerre.

(Geo).

Comment se finit la Saint-Barthélemy ?

Le 24 août 1572, jour de la Saint-Barthélemy, le carillon de l'église de Saint-Germain l'Auxerrois, en face du Louvre, donne le signal du massacre des protestants à Paris. Il s'agissait pour l'entourage catholique du roi de se défaire des chefs de la faction protestante, qui donnaient des signes de rébellion.

(Herodote).

 « Lors de la Saint-Barthélemy, les bourreaux frappent aux portes et les victimes leur ouvrent »  b(Retro news).

Les portes de Paris demeurent closes pendant trois jours, personne ne peut, s'enfuir, et les chances de survie sont infimes. (Cairn).

En cette nuit du 23 au 24 août, les chefs catholiques et la milice sont mobilisés, les maisons huguenotes, marquées d’une croix blanche. Le massacre peut commencer, déjà la violence se répand dans la nuit.  (Europe 1).

-------------------

Publié dans mes poésies

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>