Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

mes poesies

« Moi serial killer » de Stéphane Bourgoin.

Publié le par bmasson-blogpolitique

« Moi serial killer »

Les terrifiantes confessions de 12 tueurs en série.

Stéphane Bourgoin.

Editions Bernard Grasset – 2017.

 

 

Avertissement : c’est le genre de livre à lire à petite dose, avec de longues pauses entre deux passages, pour digérer et mettre à distance ces récits de tueurs.

 

L’auteur cite dans ce livre des vidéos qui existent encore sur Internet.

La curiosité n’étant pas un vilain défaut, je suis allée les rechercher.

 

Carl Panzram : L'esprit de haine et la vengeance – 2011.

 

Criminel de longue date et tueur en série, Carl Panzram se lie d'amitié avec Henry Lesser, un jeune gardien de prison à la prison de Washington DC en 1928.

Après avoir entendu parler de la torture de Panzram, Lesser envoie un dollar à Panzram et convainc le tueur d'écrire son autobiographie tout en lui fournissant secrètement un crayon. et papier.

Panzram écrit plus de 40 000 mots documentant toute sa vie d'incarcération, de torture, de viol et de meurtre.

Des images des papiers manuscrits de Panzram, du pénitencier de Leavenworth, de la prison Clinton et de l'établissement correctionnel pour jeunes Red Wing, ainsi qu'une interview exclusive avec le gardien de prison de Panzram, Henry Lesser, sont incluses. John DiMaggio, Bender de Fox's Futurama, fournit la voix de Carl Panzram.

 

De John Borowski, réalisateur primé de H.H. Holmes et Albert Fish.

Killer, A Journal Of Murder Trailer 1996
Director: Tim Metcalf
Starring: Ellen Greene, James Woods, Robert Burke, Robert Sean Leonard, Steve Forrest, Cara Buono
Official Content From Republic Pictures Home Video
 
The shocking, true story of two men, one sworn to uphold the American System of Justice, and the other, a brutal by-product of that same system.
 
L’histoire choquante et vraie de deux hommes, l’un juré de défendre le système de justice américain, et l’autre, un sous-produit brutal de ce même système.
 
-------------
 
Page 9 et 10 :
 

80%des homicides ont lieu en famille. C’est l’endroit le plus dangereux.

 

------------

Killer Art by Serial Killer Danny Rolling
 

Après son décès, des peintures de Danny Rolling sont vendues sur le net (p 208) !

The Gainesville Ripper

 

La Première s’est déroulée à Gainnesville, au grand dam des familles des victimes (p 208).

 

-------------

 

Page 116 :

« La folie à deux » :

 

Ian Brady et Myra Hindley.

 

Les meurtres de la lande sont une affaire criminelle britannique des années 1960. De juillet 1963 à octobre 1965, Ian Brady et Myra Hindley assassinent cinq enfants et adolescents âgés de 10 à 17 ans. En octobre 1965, la police découvre un corps dans la maison du couple, mais n'arrête que Brady. Quelques jours plus tard, la police arrête Hindley pour complicité. 

 

Paul Bernardo et Karla Homolka.

 

Les crimes du tueur et violeur en série Paul Bernardo et de sa femme Karla Homolka en particulier les meurtres à caractère sexuel des adolescentes Leslie Mahaffy et Kristen French, dans les années 1990 font partie des dossiers les plus horrifiants et les plus controversés de lhistoire du Canada.

 

Fred et Rosemary West.

 

Frederick Walter Stephen "Fred" West est un tueur en série britannique. Il fut suspecté du meurtre d'une douzaine d'adolescentes et de jeunes femmes, assassinées entre 1967 et 1987, dans ses maisons du 25 Midland Road et 25 Cromwell Street à Gloucester. Il se donne la mort par pendaison dans sa cellule avant son procès.

Ils sont surnommés le couple le plus meurtrier au monde. Le 25, Cromwell Street héritera d'ailleurs du doux surnom de « maison de l'horreur ».

 

Michel Fourniret et Monique Olivier.

 

Michel Fourniret, né le 4 avril 1942 à Sedan et mort le 10 mai 2021 à Paris, est un violeur, pédocriminel et tueur en série français auteur de crimes commis principalement sur des jeunes filles en France et en Belgique.

Le pacte criminel est scellé. Le couple se rencontre pour la première fois lors d'une permission de Michel Fourniret, du 12 au 14 septembre 1987, avant un bref retour du prisonnier dans sa cellule. 

 

J’ai trouvé sur Internet :

 

Les sœurs Papin

 

Christine Papin (8 mars 1905 - 18 mai 1937) et Léa Papin (15 septembre 1911 - 24 juillet 2001), plus connues sous le nom des sœurs Papin, sont deux employées de maison ayant commis un double meurtre sur leurs patronnes le 2 février 1933 au Mans

 

Charles Starkweather et Caril Ann Fugate

 

Charlene et Gerald Gallego 

 

Gwendolyn Graham et Catherine May Wood

 

Raymond Fernader et Martha Beck

 

Ray et Faye Copeland 

 

Bonnie Parker et Clyde Barrow

 

Page 117 - Les morts au bagne :

Joseph Jacquiart meurt aux îles du Salut en 1917, à l’âge de 24 ans, 8 ans après son arrestation.

Joseph Vienney meurt à la colonie pénitentiaire des Eysses en 1915, à l’âge de 20 ans ; 6 ans après son arrestation.

 On ne survit pas vieux dans un bagne.

-------------

 

Elliot Rodger's Retribution – Le parfait misogyne.

Elliot Rodger's Retribution video:
psychopath leaves extensive digital trail after killing six

 

Vidéo Retribution d’Elliot Rodger:

un psychopathe quitte une vaste piste numérique après avoir tué six personnes.

Graph 

Paris 

Femme qui pleure. 

"Hurt 

Souffrance"

---------

Graph 
Paris Saint-Ouen 
"Car Paix dit Aime 
= carpe diem".
 

Carpe diem

Expression latine signifiant "profite de la vie"

-------

Graph

Paris Saint-Ouen

"Confiance: la meilleure des assurances".

NDLR: la preuve que non!

---------------

La jeune femme est l'objet de toutes les convoitises.

Mon montage.

 

-------

Publié dans mes poésies

Partager cet article
Repost0

Françoise Giroud - On ne peut être heureux tout le temps.

Publié le par bmasson-blogpolitique

Françoise Giroud

On ne peut être heureux tout le temps.

Editions Fayard – 2001

 

C’est une vieille femme qui écrit. Françoise Giroud a quatre-vingt-trois ans, mais elle a toute sa tête (p 23). C’est en tombant sur une caisse de vieilles photos qu’elle va partir à la pêche dans ses souvenirs. Elle interroge pour savoir si la « féminité strictement biologique » a totalement disparu chez les femmes de 45-50 ans. NDLR : En existe-t-il une autre ? Je la et vous rassure, non, elle n’a pas disparu (p 166). Elle est surnommée « ménopause café » quand elle était ministre de la cause des femmes, sous Valéry Giscard d’Estaing (p 238).  Proche de la mort, elle se demande si ce n’est pas irrespectueux envers la vie que de vouloir supprimer la fin de vie (p 19)

 

Elle a eu une vie trépidante, rencontrant énormément de sommités mondiales et françaises :

- Steve Jobs à Pittsburg en 1983 (p34),

- Valéry Giscard d’Estaing à qui elle voue une adoration sans borne (p 238),

- Jean-Jacques Servan Schreiber, avec qui elle va diriger le journal « L’Express » (p 83),

- Jean-Paul Sartre quand il publie des textes dans l’Express à partir de 1958, dont « La Question » d’Henri Alleg, ce qui provoquera la saisie du journal (p 180),

- Charles de Gaulle, soutenu par les généraux d’Alger qui ont fait pression sur Coty pour qu’il le rappelle au pouvoir en 1958 (p 232),

- Marcel Dassault qui l’a aidée avec quelques chèques généreusement offerts,

- François Mitterrand pour qui elle a voté,

- Henry Kissinger à Washington,

etc.

 

Elle a traversé plusieurs périodes de dépression. A 70 ans, elle perd son amoureux, Alex Grall, qui décède de maladie (p 251) ; Mais elle avait failli se suicider quand Jean-Jacques Servan Schreiber n’a plus voulu être son amant, après dix ans de relation amoureuse. Ils continueront de travailler ensemble pour l’Express (p 214). Elle parle du lithium que les Romains connaissaient déjà, sans le savoir, le buvant dans les eaux thermales (p 21).

 

Elle a démarré sa carrière professionnelle, en 1930, sur le film « La Grande Illusion » de Jean Renoir. Elle y était script girl, présentant le panneau de clap (p 43). Puis, elle a bien gagné sa vie en écrivant des dialogues de films (p 120). Elle se demande si, en 2001, il faut « coucher » pour faire du cinéma et répond avec optimisme que non (p 46). Le mouvement MeToo la contredira quelques années plus tard. Elle aimait, sans retour, Marc Allégret, à qui elle a fait une scène de jalousie. Elle s’est promis de ne jamais en refaire et a tenu promesse. Elle se demande si le père de Marc Allégret savait à qui il avait confié son jeune fils, André Gide étant connu pour son homosexualité (p 47). Mais grâce à Gide, elle a rencontré beaucoup de monde (p 51).

Elle a aussi connu Jacques Becker, le réalisateur de « Casque d’Or ». Elle le qualifie de « poète » (p 160-161). Elle adorait le cinéma américain, le trouvant bien supérieur au cinéma français. Je pense qu’elle confondait « Universel » et « Universal » (p 234).

 

Elle a travaillé à « France-Soir », y écrivant des articles féminins, puis à « Elle » (p 88). Elle explique qu’au journal « Le Monde », il n’y avait aucune femme à la rédaction, de même qu’au « Figaro », et aucune femme chef de service à « France-Soir » (p 142).  Elle constate la rivalité entre les hommes et les femmes journalistes et regrette que les femmes n’aient pas eu assez d’argent pour obtenir le pouvoir dans les grands journaux (p 143). Elle se souvient qu’au « New York Times », un superviseur relisait chaque article écrit par les journalistes, n’hésitant pas à demander des précisions ou à faire réécrire des passages (p 113). Elle a aimé passionnément son « travail à foison » et ne «pratiquait pas de loisirs à foison ». Elle ne comprenait pas que les salarié.e.s demandent des réductions de temps de travail (p 203). Elle croyait aux dons et disait que tout est « inné » (oh, que non, NDLR) (p 204). Elle aimait les mots. « J’en voudrais toujours plus, des ronds des carrés, des longs, des poignées de toutes les couleurs pour pouvoir y plonger la main » Elle me fait penser au jeu télévisuel « Motus », présenté par Thierry Beccaro. (p 253).

 

Quand elle fut ministre de la Culture, entre 1974 et 1978) n’ayant aucun diplôme autre que celui de sténodactylo, elle répondit à un de ses détracteurs qu’elle était une « Agrégée de la Vie » (p 121).

 

Elle considère que le « bon mariage » était le seul avenir d’une jeune fille, quand elle était jeune. C’était une cage pour y couver des œufs. Mais elle a vu sa mère désargentée et suppliante envers ses frères, pour tenter d’en obtenir un peu pour survivre (p 119). Du coup, elle a refusé la dépendance et la domination masculine (p 120). Elle constate qu’Emma Bovary a  ruiné son mari en robes pour conserver son amant (p 133). Entre les hommes et les femmes, elle plaide pour « créer une nouvelle relation humaine, la plus fondamentale » (p 144). Elle justifie la dureté du combat entre les hommes et les femmes ainsi : « Nous sommes les contemporaines d’une révolution sans précédent, qui ébranle les fondements de la société, de la famille, et on voudrait que ça se passe comme un changement de gouvernement ! » (p 168) Elle a eu deux enfants, un garçon et une fille. Le père n’a pas reconnu son aîné qui se tuera en faisant du ski hors-piste (p 230).

 

 

 Elle ne parle pas d’avortement pour elle-même, mais elle cite le cas de Jacques Derogy* qui « fut exclu du Parti communiste par Maurice Thorez parce qu’il l’avait défendu » (p 140). Dans Wikipédia, c’est écrit que c’est lui qui quitte le Parti communiste.

 

Elle évoque l’intersectionnalité. « Le monde se divise entre dominants et dominés, et seuls les dominants respirent. Les filles étaient alors doublement dominées, et les filles pauvres triplement » (p 69).

 

Quand elle a répondu d’un « La prostitution est une affaire d’hommes », elle a subi des remontrances des dirigeants et des hommes de son camp politique (p 170). Elle a constaté que quand on « sort la tête hors de l’eau, on entre dans un champ de bataille où il faut savoir tirer » (p 176).

 

Et pour terminer, elle défend l’idée « qu’il faut croire en soi pour ne pas être l’objet des autres » (p 277).

 

----------

 

*

Jacques Derogy, de son vrai nom Jacques Julien Weitzmann, né le 24 juillet 1925 à Neuilly-sur-Seine, mort le 30 octobre 1997 à Neuilly-sur-Seine, est un journaliste français, pionnier du journalisme d'investigation.

Si la loi répressive de 1920 est l’obstacle le plus saillant auquel les militants du MFPF s’attaquent, ils doivent aussi affronter la solide muraille des conditionnements moraux et culturels. Or leur influence sur l’évolution des mentalités est grande et paralysante. Au moment où se crée la Maternité heureuse, le Parti communiste français, le Conseil de l’ordre des médecins et l’Église catholique, trois groupes aussi importants que distincts, mettent tout ce qui est en leur pouvoir pour retarder la moindre avancée de la planification familiale et du contrôle des naissances en France. Leur détermination ne réussira cependant pas à les freiner : en quelques années, le MFPF parvient à imposer un état de fait.
Parmi les événements qui ont permis et même accéléré la naissance de la « Maternité heureuse », en 1956, on a vu le rôle joué par l’enquête du journaliste Jacques Derogy sur le Birth control. Or Jacques Derogy est alors un jeune militant actif du Parti communiste. C’est pourquoi, lorsque paraît son livre, « Des enfants malgré nous », qui regroupe l’ensemble de ses articles parus dans le journal Libération, il en adresse naturellement un exemplaire au secrétaire général du PCF. Et quand il rédige ce petit mot d’accompagnement, « avec le sentiment de contribuer modestement à la libération de la femme qui ne s’achèvera que dans le communisme », il n’a pas conscience de la réaction à venir du Parti. La réponse de Maurice Thorez est cinglante : il met en garde le jeune militant contre « une politique qui risque d’aboutir à la réduction et à la suppression des allocations familiales et des avantages arrachés par la classe ouvrière en faveur de la mère et de l’enfant ».

https://www.cairn.info/liberte-sexualites-feminisme--9782707144898-page-39.htm

« Des enfants malgré nous »

Paris,

Les Editions de Minuit, 1956, 254 p.

Plaidoyer en faveur de la liberté en matière de propagande contraceptive et de vente des produits contraceptifs. 

A lire ici :

Résumé :

"Qu'est-ce qui m'empêche d'aimer ma vie ? Voilà la question la plus dangereuse, mais aussi la plus constructive qu'on puisse se poser à certains moments de l'existence. La réponse peut vous conduire à faire tout valser, ou changer de métier et décider d'habiter seule avec votre chat, par exemple. Dans la vie, rien n'est jamais joué si l'on se refuse à subir, à être l'objet des autres.
Tant bien que mal, avec des succès, avec des échecs, je me suis gouvernée quasiment depuis l'âge tendre; j'ai connu de grandes douleurs, de grands malheurs- on ne peut pas être heureux tout le temps, de grandes amours, des honneurs aussi...En fait, ce sont les premières quarante années qui ont été les plus dures... Quarante, oui. C'est absurde de croire que l'on est heureux parce qu'on est jeune. L'élan vital, c'est superbe. Ca ne suffit pas à vous dire ce que l'on fait sur terre.
L'idée d'écrire ce livre m'est venue un jour où je pestais contre de petites infirmités de vieillesse et où j'ai laissé tomber un carton plein de photos. J'en ai accumulé en tous genres, avec les gens célèbres que j'ai interviewés dans quantité de circonstances de ma vie publique. Je me disposais à jeter tout cela et puis une photo décolorée, une Polaroïd m'a accroché l'oeil. Elle fixait un moment que j'avais complètement oublié et qui résonnait avec le présent. J'ai pensé que j'allais m'en emparer et, à partir de là, voyager dans le passé en zigzags, au gré des photos qui me tomberaient sous la main.
C'est une façon très peu orthodoxe de construire, mais elle est plus proche de la mémoire que ne le sont... les mémoires ! "

 

Publié dans mes poésies

Partager cet article
Repost0

Sophie Coignard - "Benalla La vraie histoire"

Publié le par bmasson-blogpolitique

 

Sophie Coignard

Benalla La vraie histoire

Un intrus au cœur du pouvoir.

Editions de l’Observatoire – 2019

 

Si Emmanuel Macron l’avait renvoyé, tout le monde aurait baillé aux corneilles (p 146). Mais Macron n’a peur de rien. Il se sait au-dessus des lois car il est irresponsable devant la justice (enfin, ça, c’était avant. Sarkozy en fait les frais, maintenant, NDLR) (p 144). Il ne fait pas faire d’enquête sur Benalla qui a un « comportement éruptif ». Pourtant, Montebourg et le siège d’En Marche avaient alerté (p 41). Macron est qualifié de « coupable de légèreté » quand il était candidat (p 42).

Alors, pourquoi Emmanuel Macron l’a-t-il couvert, au risque de mettre en péril son quinquennat ?

Etaient-ils amants ? Benalla le couvrait-il quand Macron allait retrouver ses amants ? Macron est-il cocaïnomane, en lien avec son hyper activité ? (p 212) Les rumeurs sur l’homosexualité de Macron ont été étouffées par Mimi Marchand pendant la campagne pour la présidentielle (p 169). Ou bien, Benalla était-il le « fou du roi » qui ne supporte pas les contraintes liées à ses fonctions à l’Elysée? (p 212).

Quand on ne peut pas atteindre une cible, on trouve un proche à attaquer (NDLR).

 

Benalla a un sacré caractère. Maroine change de prénom en 1995 (p 26). Il prend celui du  roi de Macédoine (p 186). Benalla se surnomme d’un « Mars » sur Tinder, tout comme Macron se fait appeler « Jupiter », (p 184). Benalla est en orbite autour de Macron (p 55). Son profil psychologique lui fait rater l’oral pour entrer chez les réservistes du service  action (p 30). Qu’à cela ne tienne. Il a de l’assurance et de l’aplomb (p 200). Il porte et supporte deux surnoms de maladie : coqueluche (de l’Elysée) et lépreux, après son éviction (p 120). C’est un hyper actif pathologique,  comme Macron (p 178). Mimi Marchand l’aime pour sa précocité, son culot, son absence de peur face au danger, son goût du risque et de la transgression (p 168). Pour Benalla, le 1er mai était un jour de détente et de repos (p 72). Il a utilisé des faux papiers pour obtenir des documents officiels (autorisation de port d’arme, passeport, etc.) (p 197). Il fait rire Macron (p 52). Il est brutal et fait fermer la bouche d’un préfet (p 51). Il est téméraire quand Macron monte au combat contre le FN (p 39). (Cette opposition au FN a disparu depuis, NDLR).

 

Benalla est né à Evreux. Il a pour maman, Saïda Bensetti,  une professeure de mathématiques, divorcée quand il avait deux ans (p 25). Elle est proche du PS (p 28). Il veut devenir garde du corps, après avoir effectué un stage de trois jours à l’Elysée en troisième, en 2006 (p 24). Il a quinze ans quand il escorte Marion Cotillard, en 2007 (p 26). Il fait un stage dans la réserve de la Gendarmerie en 2008 (p 27). En 2011, il protège Martine Aubry, puis François Hollande en 2012. Mais cela ne lui suffit plus et il rêve de devenir espion d’état (p 29). Brigadier, il est nommé lieutenant à seulement 26 ans (p 60).

 

------------

 

 

Fête de l'Huma 

"Macron, Y'a pas moyen Djadja" 

Jeunesse Communiste.

Un djadja, c’est un menteur, un homme qui colporte des ragots. Autrement dit, c’est un mytho. D’où vient le mot djadja ?

 

Le mot djadja a été popularisé en 2018 par la chanteuse Aya Nakamura, dans une chanson qui a rencontré beaucoup de succès.

--------

"Macron démission ! Benalla en prison !" :

Le "13 Heures" délocalisé de Julian Bugier perturbé en direct sur F2.

Violences du 1er mai 2018, passeports... Alexandre Benalla condamné à trois ans de prison dont un ferme.
(…) Dans ce dossier, Alexandre Benalla, aujourd’hui âgé de 30 ans et reconverti dans le privé était poursuivi pour douze infractions, dont « violences en réunion » et « immixtion dans la fonction de policier » lors de la manifestation du 1er mai 2018.
(…) Le ministère public avait soutenu à l’audience qu’Alexandre Benalla et Vincent Crase avaient « agi avec des policiers, comme des policiers et parfois à la place des policiers », alors que leur intervention n’était « pas nécessaire ». 

(…) À l’audience, Alexandre Benalla s’était défendu en assurant que le pistolet était une « arme factice ». Ce qui avait passablement agacé la présidente, Isabelle Prévost-Desprez, qui s’était alors moquée de ce « rigolo qui joue avec un pistolet à eau » et qui était pourtant chargé de la sécurité d’un candidat à l’élection présidentielle de 2017.

Le tribunal condamne Alexandre Benalla et son « sentiment d’impunité »

Médiapart.

-------------

Et en "même temps":

Michel-Ange Flori 

La République en Arête 

Voici la prime de Noël de Macron. 

Il nous jette les restes du repas!

-------------------

Le tribunal condamne Benalla et son « sentiment d’impunité ». S'il est sonné, c'est qu'il est vraiment hors sol pour ne pas avoir mesuré combien son comportement est inacceptable (& il a de la chance d'avoir garder le coffre véritable parapluie)

Caroline Mecary – Médiapart.

----------

Benalla a les poches pleines.

- Le passe sanitaire d'Emmanuel Macron?

- Son passeport diplomatique?

- Les codes nucléaires?

- Les clés de l'Elysée?

--------

NDLR: Benalla n'avait jamais connu un tel coup d'arrêt (dans une maison, bien sûr!)

------------

Benalla

"Macron est resté silencieux"

"L'Humanité"

NDLR: Ca change et ça fait du bien. C'est le début de la fin.

-----------------

Benalla en prison

par Bobika

"L'Humanité"

NDLR; il va y avoir une cour spéciale pour les "politiques" de la haute République dans les prisons françaises! Benalla ne sera pas seul. Sarkozy va lui emboîter le pas. Remarquez son oreillette. Il la conserve toujours...Avec qui Benalla est-il en communication directe, à votre avis?

------------

Benalla, le 1er mai 2018, fait du "sport".

-----------------

La Bocca della Verita

Paris

Jardin du Luxembourg

La Bocca della Verità, c'est-à-dire Bouche de la Vérité, est une ancienne sculpture bas-relief sur marbre, assimilée à un masque, muré dans la paroi du pronaos de l'église Santa Maria in Cosmedin de Rome datant de 1632.

-----------

 Tintin à l'Elysée. 

Le soldat fait le poirier.

 

NDLR: l'Elysée perd son prestige. Entre un viol et un soldat qui se fait remarquer, il y a du croustillant.

---------------

 

Un militaire fait le poirier sur le parvis de l'Élysée, la vidéo insolite fait le buzz.

Lors des commémorations du 11 novembre ce jeudi, un militaire s'est illustré par une figure gymnastique bien particulière. Sans aucune raison apparente, il s'est mis à faire le poirier devant le parvis de l'Elysée. Une séquence filmée qui fait réagir ce vendredi. 

 

C'est une figure gymnastique particulièrement insolite qu'un militaire a réalisée ce jeudi 11 novembre devant l'Elysée. Comme le rapporte LCI, les porte-drapeaux, les commissaires de la Flamme et les présidents d’associations nationales d’anciens combattants étaient invités dans la résidence officielle du chef de l'État à l'occasion d'un repas dans le cadre des célébrations de l'armistice du 11 novembre. 

Lire aussi:

Publié dans mes poésies

Partager cet article
Repost0

Les secrets du procès Papon. Gérard Boulanger

Publié le par bmasson-blogpolitique

Les secrets du procès Papon.

Gérard Boulanger

Editions Cherche Midi.

2018

 

Gérard Boulanger était avocat au barreau de Bordeaux et président de la Ligue des Droits de l’homme de cette ville.

Le procès de Papon fera faire le procès de l’Etat (du gouvernement de Vichy, NDLR) par l’Etat français républicain.

Le pouvoir ne voulait pas de ce procès. Papon était un homme très en vue. Il allait devenir le Premier ministre de Giscard d’Estaing en cas de réélection en 1981(p 23). Archiviste scrupuleux pendant la Seconde Guerre mondiale et jusqu’en 1979, ce travers se retournera contre Papon (p 24). Il avait trois raisons de vouloir occulter son passé sous Vichy : la survie en 1944, la légitimité en 1958 et l’honneur en 1981 (p 222). Tous les bâtons ont été mis dans les roues pour empêcher ce procès avec des magistrats allant jusqu’à inculper les parties civiles. Ce travail judiciaire hors-norme a été surréaliste (p 28). Il a duré 23 ans et la condamnation aura lieu en 2004 (p 13). Pour l’ouverture du procès, en 1993, il aura fallu attendre 15 ans après le dépôt de la première plainte (p 159). Ces quinze années lui auront été utiles pour convaincre une partie de l’opinion publique (p 18). Gérard Boulanger a mis neuf ans, entre 1981 et 1990, pour avoir les associations antiracistes, juives ou résistantes aux côtés des parties civiles (p 98). Le pouvoir a joué la montre et a tout fait pour décourager les plaignant.e.s (p 80). Matisson, une des parties civiles, rendra sa carte du PS parce que François Mitterrand fleurissait la tombe de Pétain à l’île d’Yeu une fois par an (p 51).

Gérard Boulanger travaillera pendant toutes ces années de façon bénévole (p 48).  C’est un avocat avec des valeurs, qui est têtu et qui a des principes. Il se considère comme citoyen du monde (p 19). Il n’a rien lâché durant toutes ces années (p 79). Il déjouera les pièges pervers montés par les soutiens de Papon (p 81). Gérard Boulanger considérait que la protection des hauts fonctionnaires était une infamie. Il explique le rôle de Papon pendant la guerre d’Algérie (p 83). Un seul magistrat lui aura menti par omission en quarante ans de carrière, pour obtenir la promotion convoitée avant le procès de Papon (p 96). Les médias boycotteront Gérard Boulanger pendant le procès. C’était le prix à payer pour son indépendance et sa détermination (p 145). Durant le procès de Papon, il fait le procès du 17 octobre 1961, pendant la guerre d’Algérie, jour où des Algériens ont été jetés dans la Seine à Paris, sur ordre de Papon, préfet de police de Paris (p 162). Son épouse est décédée d’épuisement dû à sa sollicitude et à son aide envers son époux durant toutes ces années de combat (p 233). Il aura pour adversaire et concurrent Serge Klarsfeld qui n’a jamais accepté ce procès qui ne venait pas de lui et qui fera tout pour le faire cesser (p 190). Gérard Boulanger conclut son livre en affirmant sa conviction que «la Shoah doit être avant tout  le problème des non-Juifs, sinon quel échec pour l’humanité » (p 236).

Les parties civiles gagneront contre la justice militaire qui refusait le procès. Les policiers qui ont obéi aux ordres de Vichy dépendaient de celle-ci. (p 21).

 

Historique du pouvoir judiciaire :

Page 12, il nous explique l’évolution du pouvoir judiciaire de Philippe le Bel à Pétain. Il indique quels sont les principes de procédure accusatoire apportés par Guillaume le Conquérant dans la justice anglo-saxonne, plus respectueuse des droits des parties (p 40 et 41). Il revient sur l’Inquisition qui instaure la politique du secret qui permet le renvoi de Papon devant la cour d’assises en 1996  (p 142). Il rappelle que le ou la juge d’instruction est l’homme ou la femme le ou la plus puissant.e de France. Mais depuis trente ans, ses pouvoirs sont rognés (p 75).  Il explique quand la loi contre le racisme a été votée, en 1972, car les mots tuent (p 31). Il est opposé à la diffusion d’u procès à la télévision, car il trouve qu’elle efface les passions et rend trop lisse le récit (p 223). La justice peut soustraire pendant soixante ans des documents qui sont des archives mises sous scellés (p 100). Il explique aussi que chaque salle de conférence de presse de FR3 avait un correspondant de la police en son sein (p 27).

 

Un devoir de mémoire historique.

Pendant le procès de Papon, des historiens interviendront pour expliquer aux jurés le contexte historique de cette sombre histoire de France :

Robert Paxton, Jean-Pierre Azéma, Olivier Baruch, Philippe Burin, Jean-Luc Einaudi* (p 148). Pierre Vidal-Naquet interviendra souvent dans la presse. Il préfacera, en 1998, un des livres écrit par Gérard Boulanger sur le rôle tenu par Papon et qui s’intitule « Plaidoyer pour quelques Juifs obscurs victimes de monsieur Papon » (p 20). Vidal-Naquet dénoncera les complices des crimes de guerre en Algérie qui étaient aussi les complices en 1940 – 1945 du gouvernement de Vichy.  Didier Daeninckx, en 1984, pointe du doigt ceux qui  défendent leur carrière contre l’intérêt général (p 20).

Gérard Boulanger a aussi écrit sur la vie de Jean Zay qui a servi de bouc émissaire au gouvernement de Vichy pour enterrer la République française (p 228).

-----------

 

 

Sa vie, c’était le luxe entre Bruxelles et Paris. Mais pour sauver les enfants juifs, elle n’a pas hésité à la mettre en jeu. Torturée, elle est tuée dans sa cellule le 12 août 1944. Au mur, ses derniers mots: « Seule avec les pensées, c’est encore la liberté ».

Suzanne Spaak, 39 ans

 

Suzanne Spaak, née Suzanne Augustine Lorge le 6 juillet 1905 à Bruxelles, au 75, rue de la Croix de Fer, et morte le 12 août 1944 à la prison de Fresnes, est une résistante belge.

------------

"C'est pas les salariés qu'il faut virer, c'est les brevets qu'il faut lever " .

Non au Passe sanitaire.


 

---------------

C’est la fête de la matraque à Bordeaux où la police explique avec toute la pédagogie dont elle est capable que le pass sanitaire, c’est la liberté.

Sur Twitter

--------------

Valérie Rey-Robert le surnomme « Le Jean Moulin de l'amour (à défaut de l'avoir été 50 ans avant) ».

"Le Dernier Secret" : une nouvelle histoire d'amour de François Mitterrand révélée dans un livre à paraître en octobre.

Les éditions Grasset annoncent la sortie du livre de Solenn de Royer, "Le Dernier Secret", à paraître le 6 octobre, dans lequel la grande reporter au "Monde" raconte l'histoire d'amour secrète de François Mitterrand avec Claire, une jeune étudiante en droit. 

(…) Quand Claire rencontre le chef d'Etat, elle est encore étudiante en droit, et lui est en route pour son deuxième septennat. La différence d'âge (cinquante ans) n'arrête pas le président. "Ils s'aimeront à huis clos, jusqu'à la fin, en 1996", précise le communiqué de presse des éditions Grasset.

*

 

17 octobre 1961.

Jean-Luc Einaudi, éducateur, a fait surgir la vérité sur l'existence du massacre.

Les archivistes Brigitte Lainé et Philippe Grand l'ont aidé.

----------------

Maurice Papon, ministre de Valéry-Giscard d'Estaing  durant 3 ans.

Ministre du budget durant 1143 jours, dans le gouvernement Barre

-----------------

Festival international du film d'Amman.

Cigare au miel, de Karim Aïnouz, a remporté l'Iris noir dans la catégorie du long métrage de fiction.

--------------

Critique : Cigare au miel.

 

(…) Le père de Selma (Lyes Salem), avocat, et sa mère gynécologue (Amira Casar), qui appartiennent à l'érudite bourgeoisie berbère immigrée en France, lui inculquent que la priorité dans la vie, c’est étudier, mais ensuite, ils tentent de manière plus ou moins voilée de lui arranger un bon mariage, en organisant de bons dîners en présence d’amis de famille qui ont des fils éligibles. "À quoi ça sert d’étudier, si ensuite ce qui compte, c’est de se marier ?", demande avec raison la jeune fille, question à laquelle sa mère, qui a renoncé à sa carrière pour l'élever, ne sait pas bien répondre. 

Publication de « Ici on noya les Algériens » par Fabrice Riceputi - 

La bataille de Jean-Luc Einaudi.

Histoire coloniale et postcoloniale

---------------

 

Il a été l'un des protagonistes des procès Barbie et Touvier... Me Ugo Iannucci, l'ancien Bâtonnier de Lyon, est mort.

L'avocat Ugo Iannucci est décédé. Enfant du bidonville de Gerland dans les années 40, fils d'un maçon italien, il était devenu l'un des avocats lyonnais les plus connus. Il a notamment participé au procès de Klaus Barbie en 1987 avant de devenir Bâtonnier de Lyon.

(…) Hommage également dans la profession. L'avocat lyonnais Alain Jakubowicz revient sur son parcours : "En 1989, le conservateur Barreau de Lyon a élu un Batonnier communiste. C'est dire les qualités humaines et professionnelles du Batonnier disparu aujourd'hui". Son adhésion au parti communiste était un engagement politique fort mais lucide. Et il conclut : "le noir de notre robe est ce soir celui du deuil"

 

17 octobre 1961 

"Un crime d'état" 

----------

Alger interdit le survol de son territoire aux avions militaires français.

NDLR : Mais que fait Benjamin Stora dans cette galère ? Macron est imprévisible. Il dit tout et son contraire !

 

Nouveau sérieux dérapage de Macron : le président français exaspère Alger.

 

(…) En somme, Emmanuel Macron saborde sa propre initiative par laquelle il affirme vouloir réaliser un «travail de mémoire» pour tourner la page du passé honteux de la France en Algérie où les pires atrocités ont été commises tout au long des 132 ans de colonisation. Se trouvant devant un dilemme inextricable, le successeur de François Hollande, qui repart en outsider en campagne pour sa propre succession en 2022

(…) Lors de sa rencontre de ce jeudi avec une vingtaine de «petits-enfants de la Guerre d’Algérie», il a martelé son envie de «nourrir sa réflexion sur la réconciliation des peuples». Une méthode qui rappelle étrangement celle du souverain marocain qui harangue les Algériens comme s’ils étaient ses sujets.

Sexuel.

Le marché au Maroc et Algérie.

Au temps de la colonisation.

Domination des corps pour dominer le pays.

-------------

Hugues Nancy : «  La mission civilisatrice coloniale, une imposture dès le début ».

Après nous avoir conté la Révolution française dans un magnifique docu-fiction (lire l’« Humanité Dimanche » du 8 juillet 2021), Hugues Nancy explore cette fois le passé colonial de la France, de 1830 à 1945. L’histoire d’une violence systémique, et de ceux qui l’ont, à l’époque, dénoncée. Un film à découvrir sur France 3, le lundi 4 octobre. 

(…) La critique, la dénonciation du système colonial ne pouvaient passer à mon sens que par les acteurs de l’époque. Aujourd’hui, il s’agit de parvenir à assumer cette histoire tous ensemble. 

 

17 octobre 1961 – 17 octobre 2021 : 60ᵉ anniversaire – Vérité et Justice.

Le 17 octobre 1961, des dizaines de milliers d’Algériens manifestaient pacifiquement à Paris contre le couvre-feu discriminatoire qui leur avait été imposé par le gouvernement de l’époque dont le Premier ministre, Michel Debré, était hostile à l’indépendance de l’Algérie, et le Préfet de Police Maurice Papon sous ses ordres. Ils défendaient leur droit à l’égalité, leur droit à l’indépendance et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Ce jour-là, et les jours qui suivirent, des milliers de ces manifestants furent arrêtés, emprisonnés, torturés – notamment par la « force de police auxiliaire » – ou, pour nombre d’entre eux.

 

Lire aussi:

Publié dans mes poésies

Partager cet article
Repost0

Olivier de Kersauson - Ocean’s Songs.

Publié le par bmasson-blogpolitique

Olivier de Kersauson

Ocean’s Songs.

Editions Le Cherche Midi.

2008

 

L’école.

Il n’aime pas l’école. Il a trouvé ses maîtres stupides (p 12) et tournés vers le passé (p 13). Il règle ses comptes avec sa professeure d’économie en fac’ de droit (p 107).

Alain Colas.

Pen Duick IV - Trimaran.

Course New-Port - Deauville - 1972- 20 jours et 18 heures de traversée.

-----

Eric Tabarly.

Il embarque avec Eric Tabarly qui disait : « Moi, j’irai jamais au Cap Horn en multicoque » (p 23). Ils effectuent la traversée Cape Town - Rio sur le Pen Duick III, en 1971 (p 49).

Il le décrit comme « un homme doué », doté « d’une grande force créatrice». Il avait du « talent », de la « témérité » (p 117).

Il fut « le premier à construire un catamaran de course (Pen Duick IV) (en 1968, NDLR). De Kersauson a été «son équipier puis son second pendant huit ans»  (p 120).

Tabarly connaîtra des « problèmes financiers, le fisc lui cherchant des poux ». Pour éponger les dettes, le bateau sera vendu à Alain Colas (p 155).

-----

Bernardin de Saint-Pierre.

Il compare l’Océan Pacifique à « un gros ventre de Bouddha, béat, « plein de mamelles superflues », comme disait Bernardin de Saint-Pierre à propos des vaches laitières » (p 43).

Bernardin de Saint-Pierre 

Le Havre

----------------

Brest.

600 bateaux passent par la rade de Brest par an (p 202). La Pérouse** et Bougainville* sont partis de Brest (p 202). Il revient sur les découvertes géographiques  lors de leurs expéditions, sans oublier l’anglais Cook (p 225). Les équipages français étaient constitués de marins de Saint-Renan et de Brest. « Ceux de La Pérouse ne sont pas revenus » (p 227). La Pérouse disparaît au large de Sydney en 1788 (p 230). Louis XVI a demandé « des nouvelles de La Pérouse avant de monter à l’échafaud » (p 232).

 

*

 

Bougainville 

Paris 

Hôtel de la Marine

-------

Jeanne Barret, pionnière de la biodiversité et première circumnavigatrice.

Au XVIIIe siècle, la Marine royale interdit aux femmes d'embarquer sur un navire. Pour participer à l'expédition de Bougainville, cette botaniste en herbe s'est fait passer pour un homme.

(…) Pour contourner ce règlement, l'apprentie botaniste Jeanne Barret (1740-1803) se fait passer pour un homme et embarque aux côtés de l'explorateur Bougainville autour du monde. Au terme de cette expédition, deux ans après, elle revient saine et sauve, nantie d'une petite fortune et célébrée pour son courage.

http://www.slate.fr/societe/femmes-de-dessein/jeanne-barret-premiere-circumnavigatrice-tour-du-monde-expedition-bougainville-deguisee-homme-botaniste

 

-----------

**

La Pérouse 

Paris 

Hôtel de la Marine

-----

 

Brest 

 

Rade 

Balise

---------------

 

 

Mer d’Iroise et Ouessant.

C’est la mer où « il y a le plus de bouées et de balises, de phares et de feux » (p 66).

Les marins découvrent encore de nouveaux cailloux. Ce fut le cas du remorqueur Abeille Bourbon, près de Molène, en 2006 (p 67). En fonction des coefficients des marées, la pêche est dangereuse pour les filets, donc inutile (p 68). A Ouessant, il y a « peu de pêcheurs. C’est une île de "marins de commerce » par opposition à Sein et Molène où « quelques familles pêchent toujours le homard ». Ces îles sont réputées pour leurs « équipes bénévoles de sauvetage »  (p 69, 70, 71).

Bretagne 

Ouessant

-----------------

Les Vikings.

Il les décrit ainsi :

« Vous savez, ceux qui portent de grandes couettes blondes et boivent de la bière dans le crâne de leurs ennemis » (p 48).

Carte postale

Fécamp - 1911

Mille ans de la Normandie

Bateau Viking - Drakkar

---------------

La langue antillaise.

« Elle demeure d’une grande beauté ». Son vocabulaire est riche. Il la décrit comme « une langue brillante que plus personne en métropole ne parle » (p 165).

 

L’ornithorynque.

C’est un scientifique anglais qui le découvre dans la baie de Sydney en 1798. Quand il  écrit à Londres pour le décrire, les Britanniques pensent qu’il est « un plaisantin et qu’il a cousu lui-même un bec de canard à un castor » (p 229).

Ornithorynque

Muséum

Le Havre

Exposition sur Australie 

-----------

Paris

Hôtel de la Marine

 

 

Monument emblématique de la place de la Concorde, l’Hôtel de la Marine est un superbe ensemble architectural créé au XVIII e siècle par Ange-Jacques Gabriel, Premier architecte du Roi. Il abrita jusqu’en 1798 le Garde-Meuble de la Couronne avant de devenir, pendant plus de deux cents ans, le siège du ministère de la Marine.

 

 

L'hôtel est construit en 1758.

 

1772

Place de Louis XV

 

1792

La Guillotine.

 

1836

Installation de l'Obélisque

 

1840

Deux Fontaines

 

En 1848, Victor Schoelcher signe ici "le décret d'abolition de l'esclavage dans les colonies françaises, accordant aux anciens esclaves la citoyenneté et interdit  aux Français de posséder un être humain"

 

1893

Bal célébrant l'alliance franco- russe.

 

Les artisans de la construction de cet hôtel :

 

Marine Ange Jacques Gabriel -

Premier architecte du roi.

 

Baron Marc Antoine Thierry Deville D'Avray -

Intendant du garde meuble

 

Jacques Germain Soufflot -

Architecte du garde meuble

 

Jacques Gondouin de Folleville -

Architecte et dessinateur du garde meuble

 

Jean Honoré Riesener -

Ebéniste ordinaire de la couronne

 

Pierre Elisabeth de Fontanieu -

Intendant du garde meuble

 

 

La place de la Concorde.

 

Le pont Neuf

----------------

Publié dans mes poésies

Partager cet article
Repost0

Moi, Zlatan Ibrahimovic

Publié le par bmasson-blogpolitique

Moi, Zlatan Ibrahimovic

Mon histoire racontée à David Lagercrantz.

Editions Jean-Claude Lattès – 2011.

Traduction française en 2013.

 

L’enfance.

Il vient de Malmö en Suède (p 26). Il a été élevé à la dure (p 27). Sa mère a divorcé quand il avait deux ans (p 29). Elle se retrouvera seule avec plusieurs enfants à élever (p 29).

A ce moment-là de leur vie de famille, leur père s’en sort le mieux. Puis son père sombre dans l’alcool (p 32). Ils déménagent très souvent. Zlatan ressent un vide intérieur (p 34). Il est admiratif de son père qui est très certainement bipolaire (p 44).

Si Zlatan a volé des vélos, il refuse de tomber dans le monde des drogué.e.s (p 45).

Il constate qu’il n’y avait pas de gentillesse entre les membres de sa famille à cause de l’orgueil. Sa mère refusera de rencontrer son petit-fils (p 48).

 

Le football.

Le football est l’échappatoire (p 31). Il rêve de Maradona, puis de Ronaldo. Van Basten est placé dans la case inférieure  (p 183). Il tire un « but à la Maradona » lors du match NAC Breda – Ajax, en 2004 (p 219).  Il est ambitieux (p 54).

A treize ans, il comprend qu’il ne ressemble pas aux autres (p 56). Il se bat contre les préjugés des  pères « snobs » des joueurs de son équipe (p 62). A dix-huit ans, son père devient son supporter numéro un (p 86). Cela changera leur vie. En 2001, il pense que le football est un spectacle esthétique (p 119). Il choisira l’Inter de Milan car Ronaldo y a joué. Il jouera quelques années plus tard au Milan AC, le club de Berlusconi (p 289).

Lors des négociations pour les transferts de clubs, il ressent de la tension, de l’inquiétude, de l’incertitude, puis après la négociation, de l’apaisement.

 

Il y a un joueur comme lui tous les cinquante ans (p 134). Il est capable de mettre des coups de boule sur le terrain (p 21). Il a besoin d’être en colère pour bien jouer (p 11). Il jouera avec Messi au Barça (p 14).

Les plus beaux buts Zlatan Ibrahimovic Ajax vs Nac Breda

 

 

Les voitures.

Il a roulé à 325 km/h avec sa Porsche Turbo. Personne n’aime sa manière de conduire.

 

Zlatan est très sensible à ce qui n’est pas dit.

Il parle de sens caché à propos de la façon de s’exprimer de Guardiola (p 10). Il ressentait ses mauvaises ondes (p 19). Sa sœur était droguée et son histoire était secrète pour lui (p 40). Lors des négociations avec l’Ajax, son achat se fera à coup de dix millions d’euros, il comprend les sous-entendus et les suspicions des membres du club (p 107). Il a dix-neuf ans et déjà beaucoup de pressions sur les épaules. Il faut prouver que le club ne s’est pas trompé en le prenant avec eux.

 

La folie.

Il ressentait les questionnements des gens « Est-ce que Zlatan est un déséquilibré ? » (p 70). Helena est liée à lui. Elle pense qu’il est « fou à lier » (p 182). Mino, son agent, détecte les comportements bizarres. Moggi est incompréhensible lors des négociations avec la Juventus (p 265).

Zlatan pense que la presse a écrit n’importe quoi sur lui. Pour lui répondre, il s’est fait tatouer sur la peau ce qu’il a voulu (p 248).

 

La chute à Barcelone.

Guardiola lui a cassé ses rêves, à Barcelone, contrairement à deux autres entraîneurs qu’il avait apprécié, Mourinho et Capello (p 433). Il sera revendu 75%  moins cher que son achat.

 

 

David Lagercrantz, qui a travaillé avec Zlatan, est aussi romancier et biographe suédois de grande réputation. 

Traduit de l’anglais par Olivier Villepreux

 

-------

 

Zlatan Ibrahimović naît à Malmö, en Suède, le 3 octobre 1981, d'un père bosnien de confession musulmane, Šefik Ibrahimović, et d'une mère croate catholique , Jurka Gravić. Son père, né à Bijeljina en Bosnie-Herzégovine, émigre en Suède en 1977 et sa mère, née dans le village de Prkos près de Škabrnja en Croatie (dans l'actuel comitat de Zadar ), émigre également en Suède où ils se rencontrent. (Wikipedia).

Ibrahimović a été décrit par ESPN comme étant « bon dans les airs, rapide, grand, fort et agile, il joue bien dos au but et possède certaines des meilleures finitions, visions, passes et contrôle du ballon ». Un footballeur polyvalent et complet, d’un point de vue tactique.

L'attaquant suédois Zlatan Ibrahimovic a déclaré forfait pour l'Euro 2021 (11 juin-11 juillet), à la suite d'une entorse au genou gauche.

 

"Je ne connais pas beaucoup la Ligue 1 mais la Ligue 1 sait qui je suis."

Eté 2012.

 

Zlatan Ibrahimovic fait toujours parler de lui. Sur le terrain ou en dehors. Il rappelle souvent qu’il s’appelle Zlatan, l’unique, le seul.

Topico.

 

Zlatan Ibrahimovic est un footballeur suédois né à Malmö en 1981, qui évolue actuellement au poste d'attaquant au Paris Saint-Germain. Il fait partie des meilleurs buteurs de la planète.

 

Zlatan Ibrahimovic marque son 500e but de toute beauté Coupe du monde 2018 : la Suède l'officialise, Zlatan Ibrahimovic ne disputera pas le Mondial en Russie ;

Ici.

-------

 

 

 

 

Self portrait (1864-71) by Caroline von Knorring, one of the first female professional photographers in Sweden, who ran a photographic studio in Stockholm in the 1860s. She was born in 1841 and died OTD 1925. (Västergötlands Museum)

 

Autoportrait c1864-71) par Caroline von Knorring, l'une des premières femmes photographes 
professionnelles en Suède, qui dirigeait un studio photographique à Stockholm dans les années 1860. 
Elle est née en 1841 et décédée en 1925. (Musée Västergötlands).

---------------

 

 

 

Lire aussi:

Publié dans mes poésies

Partager cet article
Repost0

Hervé Hamon - L’Abeille d’Ouessant

Publié le par bmasson-blogpolitique

Hervé Hamon

L’Abeille d’Ouessant

Récit

Editions du Seuil – 1999

 

C’est un livre hommage à un marin d’exception : Carlos.

 

L’Abeille Flandre:

 

C’est la plus puissante abeille au monde pour les sauvetages (p 14). Elle offre la sécurité et l’improvisation (p 15). En cas de danger, l’argent et la discipline ne comptent pas (p 16). En 1978, lors du naufrage de l’Amoco Cadiz au large d’Ouessant, il n’y avait pas de politique de prévention pour cette partie de mer la plus dangereuse (p 17). L’Abeille Flandre appartient à une société privée (p 20). La loi met fin à des discussions interminables avant l’aide et l’intervention pour un bateau en péril. Elle oblige  le sauvetage, notamment pour les bateaux transportant du pétrole, des produits chimiques et radioactifs (p 20 et 22). Les marins sont à bord pendant 45 jours, puis sont à terre pendant 35 jours (p 23). L’Abeille stationne à Camaret, port réputé pour sa pêche à la langouste, dès que le vent atteint 25 nœuds (p 24 et 54). L’Abeille peut tracter un bateau lourd de 500 000 tonnes (p 78). Le commandant est le seul homme à bord qui puisse couper les moteurs (p 82). Pour tailler la route, l’Abeille dispose de quatre moteurs (p 84). Pour l‘auteur qui a navigué sur des voiliers, la mer d’Iroise est pire que celle qui longe le Cap Horn (p 84). Les hommes utilisent l’expression « I read you » (Je vous lis) au lieu de « I listen to you » (je vous écoute) quand ils communiquent par radio car ils lisaient le morse auparavant (p 86). L’Abeille part au large quand la SNSM intervient près de la côte (p 109). L’abeille a effectué 177 sauvetages entre sa création et l’écriture du livre. Dans l’année, elle peut effectuer 8 à 9 remorquages (qui pouvaient rapporter cinq à six millions de francs dans le meilleur des cas) (p 204 et 215). Les marins déplorent peu de morts : l’auteur rend hommage au  mort sur l’Abeille Languedoc, « fauché par un câble rompu, presque au but, en vue du port » (p 209). L’Abeille sort principalement pour trois raisons :

  • il y a une minorité fraudeuse qui ne respect pas les règles,
  • des commandants font des fautes de navigation,
  • des commandants téméraires sont caractériels (p 274).
  •  

 

Victor Hugo à Guernesey – p 73 :

Il écrivait « debout contre son pupitre de bois, depuis la vigie de Guernesey : « La mer est un espace de rigueur et de liberté… »

 

Les Masson à Molène :

Cécile Masson tient le bar auberge de l’île (p 90). Lors d’un sauvetage en mer, Milo Masson a aidé avec sa barque (p 25).

 

 

Ouessant :

Il y a des commandants suicidaires et séniles (70 ans) à bord de bateaux (p 91). Le Stiff est un port artificiel qui accueille le « Penn ar Bed » qui assure la liaison journalière entre les îles et le continent (p 92). En 1911, le phare de la Jument essuie une très grosse tempête. « La cuve de mercure où flottait la lanterne se vida, ébranlée par une lame ». En 1989, le phare Kéréon prend l’eau. « Les deux gardiens ont constaté que le phare s’emplissait d’eau, et que les antennes avaient été arrachées par le vent » (p  119). Le Créac’h est le phare français le plus puissant (p 184).

 

Alfred de Musset cité au Havre – p 129 :

Dans le bar Karukera (il n’existe plus à ce jour où j’écris), la patron « avait coutume d’annoncer la fermeture, (…) citant Musset aux élèves de l’Hydro :

« L’homme est un apprenti, la douleur est son maître, nul n’a jamais vécu s’il n’a vraiment souffert ». (Dans La nuit d’octobre, NDLR)

 

Alfred de Musset d'après David D'Angers

Château de Saché 

1831

Plâtre. Epreuve tirée par Brugiotti en 1929.

-------------

L’Irlande, le pays catholique où le fou est respectable – p 239 :

Carlos va embarquer tout un équipage composé de « dix-huit homme internés dans un hôpital psychiatrique du nord de la France. (…) Il s’avère que les malades, gavés de neuroleptiques, résistent parfaitement au mal de mer tandis que les accompagnateurs sont prostrés ».

A Kinsale, les Irlandais.e.s sont « ému.e.s par l’audacieuse croisière. (…) La presse locale lui donne de l’ampleur. »

 

 

Film « Voleurs de vie » avec Sandrine Bonnaire et André Dussollier – page 117 :

« On n’était pas fâché, dans le fond, que Sandrine Bonnaire et André Dussolier eussent traversé les mers pour se mêler aux moutons ». « Chaque jour, un technicien de surface repeignait l’herbe, afin qu’elle fut aussi verte que la veille, et que la script-girl ne soit pas consternée par les dégâts des eaux pluviales ».

 

 

Voleur de vie est un film (drame) réalisé par Yves Angelo avec Emmanuelle Béart, Sandrine Bonnaire en 1998. 

L'existence de trois jeunes femmes qui vivent dans un ancien presbytère, au bord de la mer. Emmanuelle Béart, Sandrine Bonnaire, André Dussollier, Vahina Giocante.

Voleur de vie narre l'histoire brumeuse de deux sœurs rongées par un oppressif trauma familial. L'une (Béart) collectionne les hommes avec une légèreté blessée.

Au beau milieu d’un cimetière, dans un ancien presbytère, vivent deux sœurs et la fille de l’une d’elle. La première, Alda passe son temps à changer d’amants souvent et fait en sorte de n’entretenir que des relations basées sur le sexe, dénuées d’amour. La deuxième, Olga, mère de Sigga, reste chez elle en permanence ne sortant que très rarement et surtout se consacrant à sa sœur et à sa fille

 

Ouessant: décors pour le film "Voleur de Vie".

 

« Voleurs de vie. »

Les célèbres remorqueurs d’intervention, d’assistance et de sauvetage Abeille Flandre et Languedoc, mis en service en 1978, seront remplacés au plus tard en 2021. Le Ministère des Armées a lancé un appel d’offre pour remplacer ces derniers par des navires neufs, toujours sous pavillon français.
Jeune Marine
 
------

Tourné à Ouessant.

Virginie Efira en homosexuelle voleuse de spermatozoïdes

Film « Et ta sœur ? » – 2016.

De Marion Vernoux

ET TA SOEUR Bande Annonce

----------------

Castex est généreux pour un plein d'essence pour aller travailler.
Il faut être poli et dire "Merci monsieur".
 
-------------------

Lire aussi:

 

Publié dans mes poésies

Partager cet article
Repost0

Stéphane Guillon «On m’a demandé de vous calmer ». N. Sarkozy/C. Bruni - DSK - P-E Barré

Publié le par bmasson-blogpolitique

Stéphane Guillon

«On m’a demandé de vous calmer ».

Humour.

Editions Stock/France Inter – 2009.

 

Il ose, donc il est drôle, féroce, souvent au-dessous de la ceinture. Il parle de « bite » le plus souvent possible. Il imagine des scénarios pires que ceux imaginés par la droite. Il a ses têtes de turc et il les implante dans des situations impossibles. Il traque les défauts des invité.es de France Inter.  Lire ces chroniques a été un réel  plaisir ponctué de fous rires. Le temps n’a pas rajouté une ride à son humour dont il se sert comme d’une boule dans un jeu de quilles. Son impertinence envers les « politiques » lui coûtera sa place à la radio.

Je vais choisir les passages qui concernent le couple Nicolas Sarkozy/Carla Bruni. Pendant son quinquennat, ils reviennent souvent. Retour vers les années 2008 et 2009 :

 

Carla Bruni.

 

Avec qui Carla Bruni a-t-elle couché ? Ca démarre fort. Quand le pape est reçu à l’Elysée, Saint-Pierre répond : « (avec) une partie des Rolling Stones, un philosophe et son fils, quelques chanteurs, un politique » (p 65). Page 294, il pense que Carla aurait ri si on lui avait prédit, deux ans auparavant, qu’elle épouserait Nicolas Sarkozy, elle qui a été « l’ex de Mick Jagger », « maquée avec un homme politique lilliputien qui s’agite comme une vache folle quand il marche, jamais de la vie !! »

Comment Nicolas Sarkozy fait-il l’amour ? Il savait pour le krach boursier de 2008 et use de terreur avant d’essayer de nous rassurer. . « S’il fait l’amour comme il gouverne, ça doit être quelque chose ! » (p 80).

 

Quand le couple « se bécote dans un palace new yorkais, elle en robe haute couture et lui en habit », il les surnomme le « couple bling bling » (p 86). Il s’emballe sur l’article de Paris-Match qui nous explique la place occupée dans le lit. La notion de droite-gauche se mélange, en fonction du lit dans l’hôtel particulier de Carla ou de la chambre à l’Elysée. On apprend que Carla le préfère décoiffé au réveil. Puis il part courir. A cause du krach boursier, le couple n’a pas pu profiter pleinement de son week-end à New York (p 88). Mais page 127, elle est présentée à l’ossuaire de Douaumont comme « fragile et sobre dans un ensemble gris signé Galliano***. » Au Mexique, en 2009, « si Carla a oublié son maillot de bain Eres, c’est pas grave ! »  (de 130 à 420 euros, NDLR).

 

Page 27, après les élections municipales perdues par le droite,  Carla qui s’est exhibée sur Paris-Match, et dont le prochain « reportage pourrait s’appeler : Barbie à l’Elysée », est en train de monter à  «l’échafaud place de la Concorde…sur une musique de Mireille Mathieu. »  « Dans le rôle du bourreau, je vois bien Karl Lagerfeld ».

 

L’intensité de la voix de Carla Bruni est souvent moquée. Page 14, un jeune de banlieue l’interpelle : « Hé Carla, (…), mets le son quand tu chantes, on dirait le mime Marceau ! ». Page 15, « à 11 h 45 précises, augmentez le son de votre poste : vous étiez nombreux la dernière fois à ne pas l’entendre. » Page 17, pendant leur mariage, il imagine Nicolas Sarkozy lui disant : « Faut absolument que tu montes le volume de ta voix, sinon M. le maire ne pourra pas officialiser notre union ! ».  Page 24, il pense qu’un homme normalement constitué serait heureux d’avoir épousé Carla, «  condition qu’elle ne chante pas à la maison, évidemment ». Pages 45 et 55, au Fou du Roy de Stéphane Bern, « les vieux ne l’entendaient pas chanter, toute la tranche 70-90 ans a cru à une interruption de programme ». Page 93, il augmente le volume pour entendre Valéry Giscard d’Estaing, avec «le même réglage que pour l’écoute des disques de Carla Bruni. » Page 163, il fait écouter « Tu es ma came ». « Les personnes âgées, mettez le son au maximum, ça vous évitera d’appeler comme hier pour vous plaindre ».  Page 294, il y revient. Avant d’être la première dame de France, elle était « encore un ancien mannequin qui essayait de chanter…On se foutait un peu de sa gueule parce qu’on ne l’entendait pas sur scène, mas rien de plus ! ».

 

Page 22, il se moque des paroles de la chanson de Carla Bruni « Y’a quelqu’un qui m’a dit »:

« Elle ne se rappelle jamais qui ! ». Après la mort de Pascal Sevran*, il imagine que, vivant, il présente Carla Bruni aux spectateurs. « Elle est en coulisses, elle a très peur, ça fait deux quinquennats qu’elle n’a pas chanté, je vous demande de lui faire un triomphe. Carla Bruni va nous interpréter « Y’a quelqu’un qui m’a dit » (p 52). Page 53, il explique que le disque de Carla Bruni ne s’est pas vendu comme elle l’espérait : au lieu des 300 000 exemplaires espérés à la vente, il n’y en a eu que 80 000 vendus. Il délire sur les paroles « Je veux un rire dans ma bouche ». A-t-elle changé un mot dans la phrase ? Sur « Je veux tes épaules qui tremblent », il pense qu’elle est gâtée.

 

J’ai vérifié les paroles, et en effet, on trouve :

 

Déranger les pierres

Titre de Carla Bruni

Paroles

… Je veux ton rire dans ma bouche
Je veux tes épaules qui tremblent
Je veux m'échouer tendrement
Sur un paradis perdu.

 

Nicolas Sarkozy.

 

Page 14, il énumère « la Rolex, les Ray-Ban, le jet privé, les fréquentations mafieuses grâce à Kadhafi ». Page 28, il rajoute le vin Petrus (NDLR : de 206 euros à 23 600 euros la bouteille). Page 126, il explique qu’il ne faut pas crotter les Berluti** du Président. Page 295, il revient sur le colonel Kadhafi, « reçu en grande pompe à l’Elysée ». Cette réception aurait perturbé les repères de  Michèle Alliot-Marie qui aurait confondu un terroriste avec un épicier de Tarnac. « Si on déploie le tapis rouge à une ordure, pourquoi ne pas emprisonner un épicier ? »

 

Page 24, Il est embêté pour expliquer à sa fille de douze ans ce que signifie l’expression « Casse-toi pauvre con ! ». Il se permet en famille d’imiter le Président. Elle le reprend sur sa propre grossièreté quand il l’envoie balader avec un « J’en ai ras le cul de vos questions à la con ! » En 2009, page 192, Nicolas Sarkozy regrette New York et son « prix de l’homme politique de l’année », alors qu’à Saint-Lô, il a reçu des « chaussures et une pancarte « Casse-toi pauv’con ». Page 221, il conseille à Nicolas Sarkozy la pratique du « yoga, tai-chi, et, tout particulièrement la sophrologie » pour se détendre et éviter de dire « Casse toi pauv’con, si on vous énerve ».

 

Page 33, Nicolas Sarkozy est « secoué de spasmes, de tics, ses doigts pianotent des SMS imaginaires, ses épaules bougent toutes seules, tel un manchot amateur de tecktonik. »  Plus haut dans la page, il est décrit comme un « petit brun gouailleur sous Prozac ». Page 121, après l’élection de Barack Obama,  il note que « notre Président à nous est très petit, très pâle et il ne zouke qu’avec les épaules. » Page 165, il le décrit comme « un lutin très moche qui fait la distribution » (au Noël de l’Elysée). Page 221, on apprend que si le Président marche de moins en moins comme « un manchot sur la banquise, c’est grâce à Julie Imperiali**** ». Page 222, en plein salon de l’agriculture, « si vous tremblez comme ça, c’est dangereux : dans une ferme, c’est tout le troupeau qu’on abat. » Page 228, il s’enorgueillit d’énerver « le nain uniquement avec une chronique. C’est formidable. Continue, ne lâche rien ! »

 

 

Page 41, deux ans après son élection Nicolas Sarkozy nous divertit, avec « une rupture, un divorce, une rencontre, un mariage. » Mais page 42, c’est le changement de régime. « En un an, il est passé du bling-bling le plus clinquant (karaoké, yachts, Fouquet’s, NDLR) à l’ascétisme le plus déprimant ». Page 45, il est déboussolé par l’inconstance politique et la méthode de management de Nicolas Sarkozy qui déprogramme des émissions cultes puis les reprogramme au dernier moment. Page 47, il pronostique déjà sur l’échec de Nicolas Sarkozy en 2012. Mais page 51, il hésite et envisage deux quinquennats avec N. Sarkozy. Page 64, le Président défend l’idée d’une « laïcité positive ». Mais, elle peut aussi être négative selon Stéphane Guillon. Page 94, il imagine que Nicolas Sarkozy ne va pas du tout apprécier le « rythme pépère du conseil constitutionnel » quand il y sera plus tard. Page 100, il nous rappelle qu’il veut « moraliser le capitalisme ». Tiens, ça fait penser à Emmanuel Macron. Page 104, Sarkozy vante la religion catholique et les bienfaits de sœur Emmanuelle, « notre sœur à tous ». Page 141, il s’inquiète de voir Nicolas Sarkozy devenir « patron, trésorier et directeur des programmes de cette radio (= France Inter, NDLR). Il sent que son temps est compté. Page 234, les Sarkozy, Carlita et Pepito, sont au Mexique, en 2009. Ils sont reçus chez le narco trafiquant milliardaire Roberto Hernandez Ramirez*****. Page 257, Henri Guaino, plume officielle du président, se fait du souci avec les écarts de langage de Nicolas Sarkozy. Il devait prononcer : « On se demande parfois à quoi servent de longues études. » Dans sa bouche, c’est devenu : « On se demande c’est à quoi ça leur a servi ».

 

 

*

Pascal Sevran, décédé le 9 mai 2008, a écrit dans un livre publié en 2006, « Le privilège des Jonquilles » : « La bite des noirs est responsable de la famine en Afrique » (p 52).

 

**

La maison Berluti est une entreprise française fondée en 1895 par l'Italien Alessandro Berluti qui fabrique des souliers et des articles de maroquinerie masculins. Berluti est aujourd'hui la propriété du groupe LVMH.

 

***

John Galliano, né le 28 novembre 1960 à Gibraltar, est un styliste britannique, créateur de haute couture.

Suite à un dérapage médiatique et un départ précipité de la maison Dior, le monde de la mode a dit au revoir au très controversé John Galliano.

John Galliano, qui tente péniblement d'obtenir sa rédemption depuis l'affaire de ses propos antisémites, est au cœur d'une nouvelle polémique. Les étudiant.es d’une école ne veulent pas assister à une de ses conférences. En 2014, John Galliano reprend du service et intègre la  Maison Martin Margiela.

 

****

Julie Ferrez-Imperiali a fait ses armes au Ritz Health Club en tant que manager fitness pendant 4 ans. Forte de cette expérience et de son passé de gymnaste, elle a parcouru le monde dans le but de perfectionner sa méthode.

 

*****

Roberto Hernández Ramírez est un homme d'affaires mexicain. Il est un ancien président de Banamex, la seconde banque mexicaine après BBVA Bancomer, d'origine espagnole.

Roberto Hernandez Ramirez, un banquier milliardaire, accusé par certains milieux d'être proche des cartels de la drogue mexicains et d'avoir activement participé au trafic de cocaïne entre le Mexique et les Etats-Unis dans les années 1980 et 1990.

 

DSK – Dominique Strauss-Kahn.

 

Il n’apparaît dans le livre que page 101. Reçu à France Inter, Stéphane Guillon fait un jeu de mot avec les « bourses ». Je vous ai dit que c’était souvent au-dessous de la ceinture. Je n’ai pas menti. « Plus les Bourses mondiales s’agitaient, (…) il a fallu qu’il aille exhiber les siennes !  Il les a montrées à la toute jeune Piroska Nagy* (du FMI).

Il surnomme DSK « la braguette la plus rapide du PS » à la « sexualité de lapin ». (p 102). Il se demande si c’est possible d’avoir deux filles différentes par jour, à soixante ans. Page 106, il explique que soeur Emmanuelle a renoncé à un amoureux, un collègue professeur, pour assouvir sa passion religieuse. Il lui a écrit des années plus tard. Il compare cette délicatesse à DSK  qui en manque; « Suce-moi tout de suite, ma belle, j’ai dix minutes. » Page 107, à propos du Taser, Antoine di Zazzo, son créateur, a défié Olivier Besancenot au tribunal. « Il ne supporte pas qu’on touche à son pistolet. Tout le contraire de DSK qui ne demande que ça. » Page 118, Roselyne Bachelot essaie vainement de lutter contre l’alcoolisme. Mais elle ne donne aucune compensation. Stéphane Guillon incite à boire puisque « même le président du FMI fait des galipettes… Le gars censé montrer l’exemple. (…) Il tire des coups dans les couloirs» Page 120, « Le Grand Journal » de France Inter s’est déplacé à New York. Ils y ont rencontré Anne Sinclair, surnommée « la cocue internationale ». (C’est méchant, car dans cette histoire, elle a été la victime, NDLR). Page 123, on apprend que le 27 avril est la Journée mondiale des secrétaires et adjointes administratives. « C’est la journée préférée de DSK ». Le 15 septembre, c’est la Journée européenne de la prostate. « Il reste terré chez lui, terrorisé par l’idée. » Page 128, il déplore que Ségolène Royal ait mis tant de temps à se faire un nouveau look. François Hollande « n’a pas eu la patience d’attendre. Du coup, il est allé voir ailleurs : une copine que lui a présentée DSK ». Page 211, Bernard Kouchner téléphone à DSK, le jour de la Saint-Valentin. « C’est le seul jour de l’année où t’es sûr de le trouver chez lui. C’est une promesse qu’il a faite à Anne Sinclair. » Page 213, seconde visite de DSK à France Inter (novembre 2009). Il rappelle que des dispositions ont été prises au sein de la rédaction. « Pardon, « sein » est un mot que je n’ai pas le droit de prononcer aujourd’hui afin de ne pas prendre le risque de réveiller la bête ». Ils ont pris les mêmes précautions pour DSK « parkings, toilettes et certains placards condamnés. (…) Une mesure souvent prise à TF1 lorsque PPDA écumait les couloirs » (p 214). Page 227, Nicolas Sarkozy n’apprécie pas son humour, » notamment sa chronique sur DSK qu’il trouve inadmissible. Pas sur le fait que DSK se soit tapé sa collaboratrice, là-dessus il n’a rien dit ! » Il imagine que Nicolas Sarkozy dit à Carla Bruni : « Dominique je l’ai croisé au FMI, à côté, Lucky Luke, l’homme qui tire plus vite son ombre, c’est un enfant de chœur ! »

 

*

DSK : comment le patron du FMI cachait sa double vie.

Depuis 2008 et l'affaire Piroska Nagy, le directeur général du Fonds monétaire international fuyait les obligations mondaines de Washington.

Le Monde.

----------------

 DSK en 2021 : il préside une association marocaine de protection de l'enfance.

Tout est possible!

---------------

Viol

Juan Branco et DSK (qui est une référence en la matière, NDLR).

 En 2017, le directeur de campagne rappelle à Juan Branco qu'il faut respecter les femmes avec lesquelles il travaille.

Juan Branco a répondu:

"Tu me parles pas comme à DSK, ok?"

------------------

Chine (la photo m'appartient...)

La femme et la Rolex, les deux attributs d'un homme moderne!

Dessin d'après:  

Bernard Rancillac

France - 1931

Le détachement féminin rouge.

1971 

MAAT

Lisbonne

----------- 

La  Rolex est-elle plus importante que la vie?

Pour certain.e.s, oui.

----------------

CNews.

Bolloré aime les messes.

Deux messes du 15 août seront diffusées en direct.

A cela s'ajoute la diffusion d'un film de propagande anti avortement.

Le projet de Bolloré est politique.

------------

C8.

La diffusion de la messe coûte 500 000 euros.

Croisade ultra catholique.

Bolloré est le propriétaire de Canal+.

-------------------

La relève dans l'humour trash est assurée:

 

Pierre-Emmanuel Barre en One Man Show.

Plus barré que jamais, Pierre-Emmanuel de son prénom entame plusieurs dates en Bretagne cette semaine. À Plougastel Daoulas ce jeudi soir et puis à Lorient demain et Saint-Brieuc samedi.

Pierre Emmanuel Barré est un Breton originaire de Quimperlé (Podcast)

Laïcité 

Mémoires 

La Ligue de l'enseignement.

2017 

Briand et Jaurès - Il fallait convaincre les catholiques que la laïcité est un principe de liberté offert à tous et toutes. Le pari a été gagné.

-----------

 

Laïcité 

Mémoires 

La Ligue de l'enseignement.

La religion est une affaire privée.

2017

-------------

Laïcité – La Ligue de l’enseignement – 2017 :

Laïcité 

Mémoires 

La Ligue 

La laïcité n'est pas attachée à ce que l'on porte sur soi. Référence aux femmes voilées.

2017

---------------------

Lire aussi:

Publié dans mes poésies

Partager cet article
Repost0

Erwann Menthéour. Secret défonce. Pénurie

Publié le par bmasson-blogpolitique

Erwann Menthéour.

Secret défonce.

Ma vérité sur le dopage.

Editions Jean-Claude Lattès – 1999

 

Erwann Menthéour termine son livre en citant le nom de deux coureurs cyclistes qui ne se sont pas dopés : Gilles Delion (p 163) et Christophe Basson (p 166).

Elevé par un père ambitieux, sa sœur n’a pas échappé à la règle : natation de haut niveau, championnats de France, engagement dans l’armée, elle devient une des premières femmes pilotes d’hélicoptère (p 14). Le tout en s’occupant de son petit frère, Erwann.

Il savait qu’il se doperait un jour, avec l’accord moral de son père et de son frère, Pierre-Henry. Il adopte les paroles de sacrifice de Kipling pendant la première guerre mondiale,  quand il a envoyé au casse-pipe son fils : « Tu seras un homme, mon fils » (p 28).

Il possède un manque de clairvoyance dans le tri de ses objectifs, au début de sa carrière, mais il y prend goût et plaisir (p 32). A 19 ans, il quitte les juniors et a besoin du meilleur « docteur » pour entrer dans le monde adulte (p 45). Il obtient son baccalauréat en 1991 et devient un coureur cycliste intellectuel (p 52). Les coureurs ne parlent que de « sexe, de dope et d’argent » (p 60)

Il va se doper pendant les courses à étapes, pour récupérer et se mettre au niveau des autres. Il démarre sa dépendance psychologique aux soigneurs (p 55). Un rite social s’instaure dans les chambres. Chaque cycliste paie sa tournée d’amphétamines (p 97). Parfois, les coureurs servent de cobaye et ingurgitent sans le savoir des nouveaux produits. C’est « la roulette russe ». (p 150). Le contraire d’un médicament dopant, est un médicament bloquant. Les manageurs les utilisent pour ne pas négocier un nouveau contrat avec un coureur (p 148).

 

Commence la litanie des produits dopants avalés, bus, pris sous forme de piqûre, dans le milieu cycliste de ses débuts :

- Pervitin et Tonédron, amphétamines pures mais « sans addiction » (p 16)

- Captagon et Centramine, amphétamines pas encore prises par lui  aux USA (p 36). Les amphétamines empêchent de dormir (p 96). Il en prendra à l’âge de 21 ans.

La liste continue :

- Corticoïdes avec  accoutumance (p 56)

- Corticoïde retard dont les effets durent trois semaines (p 56)

- EPO du docteur Mabuse qui entraîne la perte des muscles (p 82) L’EPO miraculeuse provient de Suisse. (p 99). L’Italie s’en empare vers 1996. L’usage provoque des troubles au niveau des reins, des articulations, de la vue et donne des migraines (p 127). Le sang n’irrigue plus les organes (p 128). Un décès par arrêt cardiaque aux Pays-bas : le coureur avait les vaisseaux bouchés ( p 108).

- Centra qui met un cycliste à terre quand il en prend quatre (p 94)

- Cocktail belge : corticoïdes et opiacés (p 95)

- Ritaline et Méthédrine (p 101)

- Anabolisants et Testostérone en Italie (p 106)

- IGF, insuline au Mexique, produit très dangereux (p 108)

- Facteur de croissance, anémine, persantine (caféine et vasodilatateur) (p 116)

- Hormone de croissance synthétique en 1996 (p 129)

- Perfluocarbon ou PFC plus discret que l’EPO (p 130)

- Vitamine B12 et B9 (p 147)

- Extrait de sang de tortue de mer (p 158)

- Antalgiques et produits anti hépatites (p 172).

Il se demande comment il a fait pour ingurgiter tout ça !


Erwann Menthéour, né le 29 juin 1973 à Brest, est un entrepreneur français, fondateur de la Méthode Fitnext et du site de coaching en ligne fitnext.com. Cet ancien coureur cycliste est également journaliste et écrivain spécialisé dans le bien-être depuis plus de 15 ans.

Cycliste professionnel de 1994 à 1997, année où il a remporté la Coupe du Monde par équipe, le contre-la-montre et le maillot jaune du tour de l'Avenir sous les couleurs de la Française des Jeux, Erwann Menthéour a fait l'apprentissage du meilleur (NDLR: de quoi?).

--------------------

GSK.

Entreprise pharmaceutique dans l'Eure.
Rejet de perturbateurs endocriniens dans la rivière Iton.
Depuis quand?
 
Aïe, aïe...
--------------------
Télévision. Des pénuries sur ordonnances

 

(…) Les pénuries de médicaments affectent pour 14 % les traitements anticancéreux, 19 % ceux de maladies nerveuses, et montent à 21 % pour les anti-infectieux.

Publié dans mes poésies

Partager cet article
Repost0

Isabelle Caro - La petite fille qui ne voulait pas grossir. « Ma bataille contre l’anorexie ».

Publié le par bmasson-blogpolitique

Isabelle Caro

La petite fille qui ne voulait pas grossir.

Témoignage.

« Ma bataille contre l’anorexie ».

Editions Flammarion- 2008

 

C’est le récit d’une incroyable soumission d’une fille à sa mère dans un univers glauque et dramatique Tous ceux et toutes celles qui disent que la relation mère-fille n’a rien à voir dans l’anorexie sont contredit.es par ce texte.

Isabelle ne veut pas faire pleurer cette mère dépressive et immature. La maman est comparée à Emma Bovary (p 169). « La soumission (…) me paraît tellement naturelle que je ne m’insurge jamais » (p 97). « Maman a toujours valorisé le sacrifice, la privation, la maigreur » (p 137). Isabelle va décider à douze ans de contrôler son poids car seul l’avis de sa mère compte.

Mais cette mère est contradictoirement pesante au sens psychologique et terrestre. Elle va séquestrer sa fille dès ses quatre ans pour la garder pour elle seule. Pas d’école, pas de sortie, pas de jeux dans le jardin. La maison mal entretenue où la mère garde tout et ne jette rien devient un vrai « foutoir », ainsi que la prison d’Isabelle pendant des années, jusqu’au baccalauréat. Pour la maman, «le passé est toujours plus beau que le présent et l’avenir » (p 151). Pourquoi isole-t-elle Isabelle? Par peur de manquer d’amour ? Par peur des maladies contagieuses ? Pour punir sa fille qui est le fruit d’une relation adultérine avec un chanteur connu qui l’a répudiée? Par peur de la vie et de l’avenir ?

Alors Isabelle souffre et rêve de fuite. A sa disposition, la maladie va lui permettre de voir du monde, de sortir de cette maison. Mais ses tentatives sont des échecs et les réactions des adultes sont décevantes. Personne ne s’intéresse au sort de cette petite fille emmurée chez elle. Elle ressent pourtant de l’angoisse et de la honte (p 154).

A douze ans, Isabelle pèse 39 kilos pour 1 mètre 51. Elle refuse de manger. Puisqu’on lui refuse tout, c’est à son tour de tout refuser.

L’anorexie va provoquer le cafard (p 130). Ou bien, est-ce l’inverse ? Elle veut « nettoyer le conduit » après avoir « avalé du verre pilé » et ressenti une grande « fatigue » (p 134). Elle est ballonnée et recrache ce qu’elle a mâché (p 139). Elle se fait vomir en mettant deux doigts dans sa bouche (p 141).

Parallèlement à cette déchéance physique où elle frôle la mort avec ses 25 kilos et ses taux de sodium et de potassium déréglés, Isabelle développe une boulimie intellectuelle (p 173).

En manque d’amour et de reconnaissance, une équipe de TF1 va tourner un reportage sur Isabelle (qui va porter le nom de scène de Carro) dans « Droit de savoir » (p 265).

Elle va poser pour Benetton avec le photographe Oliviero Toscani. Celui-ci sera jaloux d’elle car tous les médias ne s’occupent que d’Isabelle (p 266). La campagne d’affiches ne se fera pas en France mais en Italie.

Isabelle est une débrouillarde. Elle va enchaîner les petits boulots pour se payer ses études qui vont la mener jusqu’à écrire un mémoire sur Médée, en hommage à Isabelle Huppert qui a interprété ce rôle (p 171).

Côté sexualité, elle va subir sans se rebeller les fantasmes de quelques hommes rencontrés jusqu’au refus total aussi.

Elle va être confrontée au rejet des autres qui ne veulent pas la voir tourner dans des films ou jouer dans des pièces à cause de sa maigreur qui leur rappelle les survivant.es des camps de concentration (p 215). Elle mène une campagne anti-anorexie et se bat contre les  associations Pro Ana (= pro anorexie, principalement aux USA).

Elle termine ce livre avec un message d’espoir. Elle espère vivre jusqu’à ses soixante ans.

Isabelle Caro, née le 12 septembre 1982 à Marseille et morte le 17 novembre 2010 à Paris, est une comédienne française.

La maman d’Isabelle s’est suicidée en 2011.

 

 

 

Publié dans mes poésies

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 > >>