Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fête de l'Humanité: les bijoux d'Elsa Triolet sont exposés

Publié le par bmasson-blogpolitique

Fête de l'Humanité: les bijoux d'Elsa Triolet sont exposés

La Fête de l’humanité accueille cette année la grande exposition « Les Bijoux d’Elsa », dont la magie vous entraînera dans l’univers d’Elsa Triolet, écrivaine et muse d’Aragon. La collection restaurée de colliers et bijoux de haute couture créés par la parurière dans les années 1930 vous y sera dévoilée...

Entre 1929 et 1932, l’écrivaine a conçu et confectionné des bijoux, principalement des colliers, faits de coton, de nacre, de cuir, de perles, matières sublimées par l’inventivité technique et l’audace stylistique d’une artiste aux influences multiples : art nègre, surréalisme… Ce regard neuf sur le métier de parurier et cette fraîcheur ont séduit nombre de grands couturiers – Paul Poiret, Madeleine Vionnet, Edward Molyneux, Lucien Lelong et Elsa Schiaparelli, étoile montante de la mode parisienne – ainsi qu’une riche clientèle, américaine en particulier.

Fête de l'Humanité: les bijoux d'Elsa Triolet sont exposés

Louis Aragon suit la valse des commandes, démarchant lui-même à l’aide d’une valise à tiroirs. L’aventure dure quatre ans. Elsa Triolet la raconte dans "Colliers". Man Ray immortalise quelques-unes des créations.

Cette collection de bijoux est aujourd’hui conservée par la Ville de Saint-Etienne-du-Rouvray (76). Elle fut donnée en 1981 par Louis Aragon à une des toutes premières bibliothèques Elsa-Triolet de France, née en 1949 sous l’égide de la Bataille du Livres. Elle rassemble 56 pièces prototypes de bijoux, 41 colliers, 12 bracelets, 2 ceintures et une paire de boucles d’oreilles ainsi que la valise à tiroirs utilisée par Louis Aragon.

Fête de l'Humanité: les bijoux d'Elsa Triolet sont exposés

Je sais ce que c’est que la matière, et le travail. Chaque matière résiste à sa façon, chacune réclame des soins particuliers. Avant de sortir un nouveau modèle de collier, je le portais toujours trois, quatre jours. Ce qui devait être remanié apparaissait alors clairement. Elsa Triolet

Un prêt exceptionnel de la Ville de Saint-Etienne-du-Rouvray.

Une exposition accompagnée par le fonds de dotation Art Tutti.

Crédit photo : Art Digital Studio / Ouvrage Médiris - Édition du Chêne

Voir l'article:

 

Jean-Baptiste Jules Trayer

1824 – 1909

Trois femmes cousant

1858

 

Avec ses tonalités et sa précision descriptive, l’observation de ces trois couturières dans un intérieur, héritée de la peinture hollandaise, laisse deviner l'intérêt de l'artiste pour une peinture sociale, montrant des femmes penchées sur leur ouvrage dans un intérieur modeste. Jean-Baptiste Trayer expose au Salon de Paris à parti de 1847 des scènes de genre et d'intérieur.

 

Uzès

Collerette – Perles noires

La mode et la Belle Epoque

La parure d’une femme élégante au début du XXe siècle

Publié dans Elsa Triolet

Partager cet article
Repost0

Victor Hugo

Publié le par bmasson-blogpolitique

"C'est une triste chose que la nature ne parle pas et que le genre humain n'écoute pas."

Victor Hugo

 

Champ en Champagne

"Créer, c'est se souvenir"
Victor Hugo

A Antibes

 

« Tout ici rayonne, tout fleurit, tout chante. Le soleil, la femme, l'amour sont là chez eux. J'en ai encore le resplendissement dans les yeux et dans l'âme... »

Victor Hugo

 

Sculpteur M Galy

Au musée Rodin

Allée Victor Hugo à Nohant

Caricature d'Emile Marcelin

Caricature de Benjamin Roubaud

 

Musée Rodin

Monument à Victor Hugo - 1er projet

Musée Rodin

Monument à Victor Hugo dit du Palais

Monument à Victor Hugo dit du Palais Royal, après 1900

Bronze, après 1900

Fonte Coubertin, 1997, d’après le modèle postérieur à 1900.

 

La commande d’un monument au poète et homme politique Victor Hugo (1802 – 1885) est confiée à Rodin en 1889. Après de nombreuses versions, l’œuvre en marbre, avec la seule figure du poète, est installée au Palais-Royal en 1909. Hugo est représenté assis sur les rochers de l’île de Guernesey, où il était exilé, absorbé dans sa pensée, le bras tendu comme pour calmer les flots, le corps marqué par le temps. Il est accompagné ici par la Muse tragique, incluse dans la version du monument complété en 1922-1923.

Après 1888

Tête

Musée Rodin

 

« La musique, c'est du bruit qui pense. »
Victor Hugo.

"Vous voulez les pauvres secourus, je veux la misère abolie."

Victor Hugo

L'école doit préparer les enfants à affronter l'avenir.

"Cette année, nous étudierons essentiellement "Les Misérables" de Victor Hugo...!"

 

La Commune de Paris

 

1871

Ecoles publiques et gratuites.

"La somme des connaissances humaines est un fonds dans lequel chaque génération a le droit de puiser, sous la seule réserve d'accroître le capital scientifique accumulé par les âges précédents au bénéfice des générations futures.

L'instruction est donc de droit absolu pour l'enfant et sa répartition un devoir impérieux pour la famille ou, à défaut, par la société.

Seule, l'instruction rend l'enfant, devenu homme, responsable de ses actes envers ses semblables;

Comment, en effet, exiger l'observation des lois, si les citoyens n'en peuvent pas même lire le texte.

Notre-Dame de Paris vue par Victor Hugo

Victor Hugo

Notre-Dame de Paris :

« Statues, vitraux, rosaces, arabesques, dentelures, chapiteaux, bas-reliefs, elle combine toutes ces imaginations selon le logarithme qui lui convient. De là la prodigieuse variété extérieure de ces édifices au fond desquels réside tant d'ordre et d'unité. Le tronc de l'arbre est immuable, la végétation est capricieuse. »

« Quelle que soit l'enveloppe sculptée et brodée d'une cathédrale, on retrouve toujours dessous, au moins à l'état de germe et de rudiment, la basilique romaine. Elle se développe éternellement sur le sol selon la même loi. Ce sont imperturbablement deux nefs qui s'entrecoupent en croix, et dont l'extrémité supérieure, arrondie en abside, forme le chœur ; ce sont toujours des bas côtés, pour les processions intérieures, pour les chapelles, sortes de promenoirs latéraux où la nef principale se dégorge par les entre-colonnements. »

« Etre contesté, c’est être constaté. »
Victor Hugo

« L'abordage ! L'abordage !

On se suspend au cordage,

On s'élance des haubans,

La poupe heurte la proue.

 

La vergue aux vergues s'attache ;

La torche insulte à la hache ;

Tout s'attaque en même temps

Sur l'abîme la mort nage

Épouvantable carnage !

Champs de bataille flottants..."

 

Victor Hugo

Navarin

Les Orientales

1829

Emmanuel de Dieudonné

1845 – 1889

Fatma

« Que m'importe, juive adorée,

Un sein d'ébène, un front vermeil !

Tu n'es point blanche ni cuivrée,

Mais il semble qu'on t'a dorée

Avec un crayon de soleil »

 

Victor Hugo

La sultane favorite

Les Orientales

1829

« ...La riante Stamboul, le front d'ombres voilé,

Semblait, couchée au bord du golfe qui l'inonde,

Entre les feux du ciel et le reflet de l'onde,

Dormir dans le globe étoilé. »

 

Victor Hugo

Les Orientales

1829

 

 

Fortuné Méaulle

1844 - 1901

Victor Hugo (1802 - 1885) écrivain entre 1885 et 1889

Impression sur papier

"C'est l'anarchie qui ouvre les abîmes, c'est la misère qui les creuse. Vous avez fait des lois contre l'anarchie, faites-en contre la misère !"
1849, Victor Hugo contre la misère.

Jean Cocteau

Portraits-souvenir

Les Cahiers Rouges

Grasset, 1935

 

Page 155 :

Beaudelaire et Victor Hugo.

Il cite la phrase de Baudelaire pour expliquer que Anna de Noailles ne lâchait plus le bassinet quand elle avait commencé à capter l’attention de son auditoire : « Hugo se lance dans un de ces monologues qu’il appelle une conversation. »

 

Les Sara

Depuis 1989, Hélène Arnal, artiste peintre sculpteur inspirée par la tauromachie, la mer et la Camargue, propose à des artistes locaux de décliner le thème de Sara, patronne des gitans. Quinze artistes ont répondu à son invitation en « habillant » à leur manière la silhouette de cette figure légendaire locale.

 

Marie Hugo*

Sara

Musée de la Camargue

Pont de Rousty

Arles

  • Son père est Jean Hugo, l'arrière-petit fils de Victor, l’illustre homme de lettre, emblème national.

 

 

 

Tag

Reims

« L’homme est-il jaloux de la femme car elle réussit là où il a  échoué… »

Victor Hugo

 

"Sauvons la liberté, la liberté sauve le reste ."

Victor Hugo 

Villeneuve les Avignon

 

P 394 :

« Les tours de Notre-Dame étaient l’H de son nom. »

de Vacquerie à propos de Victor Hugo.

Rodin trouvait qu’il était entouré de véritables amis qui avaient le souci de la gloire du maître.

Ambroise Vollard

En écoutant Cézanne, Degas, Renoir

Edition Les Cahiers Rouges – Grasset

Première édition : 1938

 

Victor Hugo et la suppression de la misère 

 

Victor Hugo en Gilet Jaune 

 

Victor Hugo 

Paris 

Portrait d'une maison à Guernesey 

 

 

Albert Besnard

1849 – 1934

La Première d’Hernani

Huile sur toile

1903

Maison de Victor Hugo

Place des Vosges

 

David d’Angers

1788 – 1856

Adèle Hugo

1803 – 1868

Bronze

1828

Maison de Victor Hugo

Place des Vosges

 

 

David d’Angers

1788 – 1856

Victor Hugo en habit

Plâtre patiné

Vers 1837 (moulage en 1903)

Maison de Victor Hugo

Place des Vosges

 

François-Nicolas Chifflard

1825 – 1901

Victor Hugo

Huile sur toile

Vers 1868

Maison de Victor Hugo

Place des Vosges

 

 

Henry Cros

1840 – 1907

Apothéose de Victor Hugo

Bas-relief en pâte de verre

1902 – 1905

Commandé par Paul Meurice en décembre 1902 et mis en place définitivement en 1905.

Maison de Victor Hugo

Place des Vosges

L’auteur s’est inspiré du poème « Le cheval » du recueil Les chansons des rues et des bois (1865) représentant le poète monté sur Pégase, tourné vers l’aurore, avec la muse Théthys ou Castalie, le génie, la pensée et les rimes décrites comme deux sœurs se tenant la main.

 

Adèle Hugo

1803 – 1868

Pierre noire sur papier vélin

Vers 1820

Maison de Victor Hugo

Place des Vosges

 

Atelier de Jersey

Victor Hugo entre sa fille Adèle et sa femme

1853 – 1855

Clichés réalisés pendant l’exil de Victor Hugo à Jersey où un atelier photographique fut installé dans Marine Terrace, la maison de la famille Hugo.

Maison de Victor Hugo

Place des Vosges

 

Le salon chinois

Après le coup d’Etat de Louis-Napoléon Bonaparte, le 2 décembre 1851, Victor Hugo part d’abord à Bruxelles puis dans les îles anglo-normandes où il séjourne à Jersey (1852 – 1855). Il s’installe à Guernesey (1855 – 1870) y acquérant Hauteville House, maison qu’il aménage entièrement lui-même.

Juliette Drouet vit discrètement à Guernesey, en marge de la famille Hugo. Avec humour, Hugo fabrique des panneaux d’inspiration chinoise pour les deux maisons. Shu-Zan est une allusion à Suzanne, la cuisinière de Juliette.

Maison de Victor Hugo

Place des Vosges

 

Auguste Rodin

1840 – 1917

Victor Hugo

Buste en bronze sur piédouche en marbre, modèle 1899 – 1900, fonte en 1908.

Maison de Victor Hugo

Place des Vosges

 

 

Pierre Paul Léon Glaize

1842 – 1932

Victor Hugo sur son lit de mort

Huile sur toile

1885

Maison de Victor Hugo

Place des Vosges

 

 

Victor Hugo 

"Tout pour Notre-Dame, rien pour les Misérables."

 

Paul Paredes 

Victor Hugo 

Avignon 

tag

Valentin Cavaillé 

Victor Hugo 

Avignon 

tag 

"La prière est la soeur tremblante de l'amour"

"Le bonheur se cache parfois dans l'inconnu."

Régis Debray (philosophe et écrivain):

 "Il y a un sens épique chez Victor Hugo que nous avons un peu perdu, il nous rappelle qu'au-delà des individus il y a un horizon commun".

"Victor Hugo, c'est un homme qui nous dépasse, c'est de l'extra-large, c'est plus grand que nous"

 

Source France Inter

09 19

 

-------

Victor Hugo (1802 – 1885) a, notamment, voyagé en Picardie Maritime. Il décrit d’ailleurs « la vieille façade rongée par la brise et par la lune » de la collégiale Saint-Vulfran d’Abbeville, les falaises, d’Ault ainsi que Saint-Valéry-sur-Somme qui l’inspire pour écrire en 1836 son poème Océano Nox .

-------------------------------

 Victor Hugo à Saint-Valéry-sur-Somme 

"Figure-toi, chère amie, une immense solitude bornait l'horizon. Pas un homme, pas une cabane, pas un arbre."

-------

Victor Hugo au Tréport 

 

De Dieppe le 8 septembre 1837 .

".....Ma journée d'hier, chère amie, a été bien remplie. J'étais au Tréport, je voulais voir le point précis où finit la dune et où commence la falaise. Belle promenade, mais pour laquelle il n'y a que le chemin des chèvres et qu'il fallait faire à pied. J'ai pris un guide et je suis parti. Il était midi. A une heure j'étais au sommet de la falaise opposée au Tréport. J'avais franchi l'espèce de dos d'âne de galets qui barre la mer et défend la vallée au fond de laquelle se découpent les hauts pignons du château d'Eu ; j'avais sous mes pieds le hameau qui fait face au Tréport. La belle église du Tré­port se dressait vis-à-vis de moi sur sa colline avec toutes les maisons de son village répandues sous elle au hasard comme un tas de pierres écrou­lées. Au-delà de l'église se développait l'énorme muraille des falaises rouil­lées, toute ruinée vers le sommet et laissant crouler par ses brèches de lar­ges pans de verdure. La mer, indigo sous le ciel bleu, poussait dans le golfe ses immenses demi-cercles ourlés d'écume. Chaque lame se dépliait à son tour et s'étendait à plat sur la grève comme une étoffe sous la main d'un marchand. Deux ou trois chasse-marées sortaient gaîment du port. Pas un nuage au ciel. Un soleil éclatant......"

 

Épitaphe

Victor Hugo (1802-1885)
Les contemplations (1856)

Il vivait, il jouait, riante créature.
Que te sert d'avoir pris cet enfant, ô nature ?
N'as-tu pas les oiseaux peints de mille couleurs,
Les astres, les grands bois, le ciel bleu, l'onde amère ?
Que te sert d'avoir pris cet enfant à sa mère,
Et de l'avoir caché sous des touffes de fleurs ?

Pour cet enfant de plus tu n'es pas plus peuplée,
Tu n'es pas plus joyeuse, ô nature étoilée !
Et le cœur de la mère en proie à tant de soins,
Ce cœur où toute joie engendre une torture,
Cet abîme aussi grand que toi-même, ô nature,
Est vide et désolé pour cet enfant de moins !

Mai 1843.

Victor Hugo.

 

Cimetière de l'abbaye de Graville

Le Havre

-------------

Victor Hugo 

"Ceux qui vivent sont ceux qui luttent"

Les Châtiments 

la Marseillaise 

05 20

 Victor Hugo à Villequier 

---------------

Villequier 

Tombes

La famille Hugo : Adèle, mère, Adèle, fille, Léopoldine, fille.

-------------

 

Villequier

Musée Victor Hugo

Entrée côté Seine ou scène...

-------

Le 22 mai 1885, Victor Hugo meurt à Paris.

ARCHIVES - Il y a 130 ans, Victor Hugo, génie littéraire et homme politique s'éteint après une longue agonie. Le Figaro du 23 mai 1885 lui consacre l'intégralité de son supplément littéraire dans lequel Ernest Renan lui rend un poignant hommage.

«C'en est fait, Victor Hugo entré vivant dans la postérité, entre aujourd'hui glorieux dans la mort», voici comment débute l'article sur la mort de Victor Hugo en Une du Figaro le 23 mai 1885. Victor Hugo est déjà un mythe de son vivant. Le journal consacre sa première page toute entière pour annoncer la triste nouvelle.

 

(…) Le monde est pour lui comme un diamant à mille faces, étincelant de feux intérieurs, suspendu dans une nuit sans bornes. Il veut rendre ce qu'il voit, ce qu'il sent.

(…) « A mesure qu'il avançait dans la vie, le grand idéalisme qui l'avait toujours rempli s'élargissait, s'épurait. Il était de plus en plus pris de pitié pour les milliers d'êtres que la nature immole à ce qu'elle fait de grand ».

 Victor Hugo 

"C'est de l'enfer des pauvres qu'est fait le paradis des riches."

----------------

Victor Hugo déchiffrant un graffiti "anagké" (fatalité)
Vincennes 
Château 
Dessin de Louis Boulanger
XIXe siècle
-----------------

Le graffiti a trouvé ses lettres de noblesse dans la littérature.

Victor Hugo apparaît comme un exemple emblématique. Il les retranscrit dans un carnet de dessin. Il en dessine lui-même lors des visites de monuments. Dans Le Dernier Jour d’un Condamné ou en introduction de Notre-Dame de Paris, il donne au graffiti un rôle central.

Elsa Triolet et Margaret Atwood (science fiction) intègrent les graffitis dans leurs textes.

Château de Vincennes

---------------------------

Abbaye de Graville

Victor Hugo au Havre.

08 20

En compagnie de Juliette Drouet, il foule le sol du Havre pour la première fois le 10 août 1835 pour s’émerveiller de la « forêt de mâts » de son port.

Avec elle, il arrive au Havre le 9 septembre 1837 pour y passer la nuit.

Le lendemain, il emprunte « la Normandie » qui transportera les cendres de Napoléon depuis Cherbourg jusqu’au Val de la Haye.

Le mariage de Léopoldine, le 15 février 1843, avec Charles Vacquerie, marque une vraie présence des Hugo au Havre. William Régnault est le témoin du mariage.

Les époux viennent s’installer à Graville.

Le 9 juillet 1843, Victor Hugo s’éloigne des siens à bord de « la Normandie ». Il ne reverra plus Léopoldine.

C’est au Havre que madame Hugo apprend la mort de sa fille et de son gendre, par noyade, près de la maison de campagne des Lefèvre, amis des Vacquerie.

Victor Hugo est en vacances avec Juliette Drouet. Rongé par le remords, il charge William Régnault de l’organisation des funérailles. Il continue à soutenir des idées de gauche chères à Victor Hugo.

Ernest Lefèvre sera  l’exécuteur testamentaire de Victor Hugo.

 

 

 

 

 

Les Misérables, tome 7.

Victor Hugo

Paris, A.Lacroix, Verboeckhoven & Cie éditeurs

1862, première édition.

Le Havre

Bibliothèque municipale.

 

Victor Hugo

Besançon, 1802 – Paris, 1885

Portrait gravé

Fayard

Musée d’art et d’histoire du Havre

-----------------

Victor Hugo 

Comédie Française

Paris

----------------

 

Victor Hugo à Ault (et Orival).

-----------------

« Le bien que l’on fait parfume l’âme. »

Victor Hugo

-----------------

Victor Hugo à Guernesey – p 73 :

Il écrivait « debout contre son pupitre de bois, depuis la vigie de Guernesey : « La mer est un espace de rigueur et de liberté… »

 

Hervé Hamon

L’Abeille d’Ouessant

Récit

Editions du Seuil – 1999

--------------

 

"Ne soyons plus anglais, ni français, ni allemands. Soyons européens. 

Ne soyons plus européens, soyons hommes (et femmes, NDLR). 

Soyons l'humanité. Il nous reste à abdiquer un dernier égoïsme: la patrie."

 

Victor Hugo.

Choses vues.1887 – 1900

-------------------

On passe une moitié de sa vie à attendre ceux qu’on aimera et l’autre moitié à quitter ceux qu’on aime.

Victor Hugo

-----------------

Victor Hugo

1849

Muséo Seine

Caudebec-en-Caux.

-------------

Victor Hugo d'après David D'Angers.

1828

Musée Balzac.

Château de Saché.

------------- 

Victor Hugo à Villequier 

"Demain, dès l'aube l'heure où blanchit la campagne 

Je partirai Vois-tu je sais que tu m'attends"

 

Pour Léopoldine.

----------------

Victor Hugo à Villequier 

"Et quand j'arriverai je mettrai sur ta tombe 

Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur"

 

Pour Léopoldine;

------------ 

Victor Hugo à Villequier 
"Il faut que l'herbe pousse et que les enfants meurent 
Je le sais ô mon Dieu"
 
--------------

 

 

Victor Hugo à Villequier 
"Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées 
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit"
 
------------- 
Victor Hugo 
La Commune 
Fête de l'Humanité
 
En fait, il suit les événements de Bruxelles.
 
-----------------
Benjamin Roubaud 
Victor Hugo 
1841 
Paris 
Pavillon de l'Arsenal
 
Face aux démolitions d'Haussmann, Victor Hugo s'élève à la disparition du Paris médiéval.
Il écrira, en réaction, Notre-Dame de Paris.
 
 
-----------------
Jules Dalou 
Victor Hugo sur son lit de mort 
1885  
Musée d'Orsay
 
--

“Je ne puis regarder une feuille d'arbre sans être écrasé par l'univers.”

Victor Hugo

----

Lire aussi:

Publié dans histoire

Partager cet article
Repost0

Mes aquarelles - Auguste

Publié le par bmasson-blogpolitique

AUGUSTE - Caius Julius Caesar Octavianus Augustus, 27 av. J.-C. - 14 ap. J.-C.

Auguste

Statue colossale

Marbre

Provient du théâtre antique d’Arles

Vers 12 – 10 avant J-C

Le torse de cette sculpture fut découvert en 1730 devant les colonnes du théâtre. Une tête d’Auguste a été trouvée en 1834 au cours de fouilles.

Le dernier assemblage est confirmé par des travaux récents.

Le marbre est d’Italie. La draperie est en calcaire. La toge en calcaire, traitée en plis amples et profonds, devait être peinte, certainement de couleur pourpre, contrastant ainsi avec le marbre blanc.

La statue mesure plus de trois mètres de haut. Elle ornait la niche centrale du mur de scène.

Elle frappe par sa majesté et rappelle combien Arles était redevable de son embellissement à Auguste.

-----------------------------

Auguste à Nîmes

Auguste à Nîmes

Auguste à Nîmes

-----------------------------------

Auguste à Arles

 

Bouclier votif, marque de l'empereur Auguste

Anonyme

Italie, 18e siècle

Paysage et ruines antiques

Peinture à l'huile sur toile

Narbonne

Pièces de monnaie.

Tête d'Octave, futur empereur Auguste.

Revers : proue** de navire

 

**

Fécamp 
Magasin de pêche 
Femme 
Proue 
 

Tête colossale d'Auguste

Arles

 

La statue devait mesurer entre 3 et 4 mètres.

----------------------------------

Buste d’Octave (futur empereur Auguste)

Marbre sculpté

Epoque romaine

Musée de la Vieille Charité

Section antiquité

--------------------------------

Rouen

Portrait impérial romain

Marbre blanc

2e – 3e siècle après J-C

Provenance Lillebonne, 1825

Le reste de la couronne de lauriers permet de préciser qu’il s’agit du portrait d’un empereur. L’ancienne identification à Commode n’est plus acceptée aujourd’hui, et son identité reste incertain, peut-être Caracalla* ?

 

 

Troyes

Musée Saint-Loup

Caracalla

Empereur, né à Lyon en 188

211 - 217

Calcaire

Début du 3e siècle

Il aimait porter le vêtement gaulois, à capuchon et manches longues, d'où son surnom de Caracalla.

Il mourut assassiné en 217 à Harran en Turquie.

-------------

 

*

 

Fibule représentant Caracalla et Sérapis
Argent doré
Première moitié du IIIe siècle de notre ère
MDAA

Publié dans histoire

Partager cet article
Repost0

Fraude à la carte bancaire- Procédure à suivre pour être remboursé - Descartes

Publié le par bmasson-blogpolitique

Fraude à la carte bancaire

08/2016

Voici la procédure à suivre pour obtenir le remboursement du montant frauduleusement prélevé:

-Ecrire à l’organisme que vous contestez le prélèvement de votre carte bancaire.

-Imprimer le message.

-Faire des photos du site prouvant que vous n’avez rien acheté sur ce site.

Fraude à la carte bancaire- Procédure à suivre pour être remboursé - Descartes
Fraude à la carte bancaire- Procédure à suivre pour être remboursé - Descartes
Fraude à la carte bancaire- Procédure à suivre pour être remboursé - Descartes

Aller à la banque pour contester le prélèvement de la carte bancaire par cet organisme.

Faire opposition sur cette carte bancaire pour cesser les prélèvements frauduleux.

- Aller avec les documents imprimés au commissariat relevant de votre domicile pour prouver votre bonne foi et la fraude à la carte bancaire. Un document de police vous est remis, constatant la fraude.

Déposer une photocopie de ce document à votre banque. Conservez l’original.

Les frais de renouvellement de carte bancaire sont pris en charge par votre banque.

La banque vous rembourse sur votre compte bancaire le montant prélevé frauduleusement dans les jours qui suivent.

4,3% des ménages victimes en 2016 de débits frauduleux sur les comptes bancaires.

Arnaque :

Voici un message reçu sur Overblog :

« Info urgent aux victimes d’arnaques sur internet

Une association dénommé (oipcs) basé en Suisse et quelques pays dans le monde en collaboration avec la gendarmerie française a enregistré un nombre considérable de plaintes d’où certains escrocs arnaques nos paisible population à travers des sites de rencontre et d’annonce.L’Interpol est une organisation fédérale mondiale de la police qui à pour but d’arrêter les criminelles de tout genre et donc ne peut intervenir en faveur des victimes pour toutes formes escroqueries sur le net.Alors si vous avez été arnaqué sur la toile d’une : grosse somme d’argent, d’achats non conformes à la photo, de virement bancaire, de chantage sur le net, de faux maraboutage et faux compte, paypal, de fausses histoire d’amour pour soutirer de l’argent, de vente de voiture, de gay et lesbienne et de faux tirage a la loterie et Veuillez nous contacter en suivant ce lien en dessous lien : signaloipcs.wordpress.com

Telephone : +33644698567

Email : oipcs.office@gmail.com / signal.oipcs@netc.fr »

Après recherche, voici ce que j’ai trouvé :

« C’est une nouvelle escroquerie, où les escrocs se font passer pour Interpol, qui chasse les escrocs.

(…) Si vous être victime d’une arnaque quelconque, il ne faut contacter uniquement les services de police de votre commune ! »

Lu sur un autre article :

Une deuxième illustration d’une tentative d’escroquerie à partir d’un message laissé sur un forum. Celui-ci vous indique comment obtenir de l’aide pour vous faire rembourser, soi-disant grâce à l’aide de Interpol.

(…) Détail qui ne trompe pas, Interpol n’utilise pas d’adresse gmail.

Filoo (Filou?)

 

 "Je dépense donc je suis 

Descartes de crédit"

 

Marseille

 

Tag

"Je pense, donc je fuis."

 

 

René Descartes

Philosophe

René Descartes, né le 31 mars 1596 à La Haye-en-Touraine et mort le 11 février 1650 à Stockholm, est un mathématicien, physicien et philosophe français. Il est considéré comme l’un des fondateurs de la philosophie moderne. Il reste célèbre pour avoir exprimé dans son Discours de la méthode le cogito — « Je pense, donc je suis » — fondant ainsi le système des sciences sur le sujet connaissant face au monde qu'il se représente.

Cour Napoléon

Paris

 

Crâne de René Descartes

Philosophe français

1596 – 1650

Musée de l’Homme

Paris         

---------------

 

p 18 et 29 :

Descartes refuse aux animaux le langage et la faculté de penser. John Locke (1632 – 1704) dans son Essai sur l’entendement de l’humain conteste la théorie de Descartes qui soutient que « les chiens et les éléphants ne pensent point, quoique ces animaux en donnent toutes les démonstrations imaginables, excepté qu’ils ne nous le disent pas eux-mêmes. »

Voltaire

Pensées végétariennes.

Editions Mille et une nuits – 2014

Tag 
Paris 
La Dactylo 
"Je pionce donc je suis. 
Cogito ergo somme" 
 
Détournement de la formule de Descartes:
 
"Je pense donc je suis. 
Cogito ergo sum"

----------------

Anonyme 
Rabelais, Guy Patin, Descartes 
19e s 
Huile sur bois.
Copie d'après un tableau original du 17e siècle;
François Rabelais 
Maison natale
Guy Patin, (1601 - 1672) grand médecin à la faculté de Paris et professeur au Collège Royal, se fait représenter avec les deux penseurs qui représentent pour lui la quintessence de l'esprit français.
----------
 Réouverture de la carte bleue.
"Allègement" du second confinement ou de nos finances?
------------------
Descartes :
"Je pense donc je switche*". 
 
*
Un switch, commutateur ou commutateur réseau en français, est un équipement qui fonctionne comme un pont multiports et qui permet de relier plusieurs segments d'un réseau informatique entre eux.
----------------------
 René Descartes. 
"Je pense donc je porte un masque." 
I think, therefore I wear a mask.
 
----------

Publié dans Prénom Brigitte

Partager cet article
Repost0

Peinture - Eugène Delacroix et Marc Chagall - Charles X

Publié le par bmasson-blogpolitique

Peinture - Eugène Delacroix et Marc Chagall - Charles X

Le Christ en croix

1820

(d’après un tableau de A. van Dyck)

Ce tableau est une œuvre de jeunesse de Delacroix (1798 – 1863). On peut lire la signature et la date (1820) en bas, sur la gauche. Il s’agit d’une copie d’une toile de van Dyck qui se trouve aujourd’hui dans l’église Notre-Dame à Bruges. Elle fut sans doute réalisée au cours d’un voyage du jeune Delacroix dans cette ville. Ce tableau fit partie de collections privées et fut donnée récemment à l’église Saint-Jean-de-Malte, « à condition qu’il reste accroché à ses murs».

Il fut installé officiellement le jour du bicentenaire de la naissance de l’artiste (26 avril 1998).

Peinture - Eugène Delacroix et Marc Chagall - Charles X

Eugène Delacroix (Ferdinand Victor Eugène) (1798 – 1863)

Le 28 juillet 1830

La Liberté guidant le peuple

La Liberté guidant le peuple est une huile sur toile d'Eugène Delacroix réalisée en 1830, inspirée de la révolution des Trois Glorieuses qui s'est passée en 1830.

Peinture - Eugène Delacroix et Marc Chagall - Charles X
Peinture - Eugène Delacroix et Marc Chagall - Charles X

« La Liberté guidant le peuple » de Delacroix avec des Gilet-e-s Jaunes…

 

La liberté guidant le peuple, revue et corrigée par l'Etat français.

 

Eugène Delacroix 

La liberté guidant le peuple 

Tag 

Caen

Delacroix et les gilet-e-s jaunes 

Une autre version de la "Liberté guidant le peuple"

P.Boy

A Hong-Kong, la "Liberté guidant le peuple" inspire aussi.

 

D'après Eugène Delacroix 

La liberté guidant le peuple en Gilet-e-s jaunes

D'après Eugène Delacroix 

La liberté guidant le peuple en Gilet-e-s jaunes.

Le CRS la bouscule.

Eugène Delacroix

La liberté guidant le peuple.

"Tous ensemble pour défendre notre système de retraite!"

5 décembre 2019

------------------------------------------------------

Eugène Delacroix

La liberté guidant le peuple.

Cette fois-ci, l'enfant est en gilet jaune.

-----------------------------

Eugène Delacroix

 La Liberté est confinée 

05 20

La liberté déconfinant le peuple

Parodie du tableau avec Edouard Philippe.

 

Eugène Delacroix 
La liberté guidant le peuple revu par  Pejac 
07 20

-------------------

Twitter suspend le compte d'un homme, Marcel Aiphan, qui avait mis cette photo en bannière. 

En Mode Macaron.
-----------

Twitter ferme les yeux et empêche de s'exprimer.

Photo de Karel Kuehne.

 

"La liberté guidant le peuple."
--------------------

Il y a une exposition en Acadie qui va avoir lieu dans un musée très célèbre en 2027 sur une période aujourd'hui résolue.

"Le fantôme de la liberté" (Huile sur toile) d'après une interprétation moderne des martyrs de jadis.

----------------

L'immunité guidant le peuple.
02 21
L'image d'Olivier Véran se faisant vacciner est détournée.
-----------------

La Liberté guidant le peuple.

D’après Eugène Delacroix.

Par Youth for Climate.

 

Youth for Climate est un mouvement citoyen implanté en Belgique et en France, s'inscrivant dans l'initiative Fridays for Future initiée par la militante écologiste Greta Thunberg dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique.

------------------

Ferdinand-Victor-Eugène Delacroix

Charenton Saint-Maurice, 1798 – Paris, 1863

Paysage à Champrosay

Circa 1848

-----------------------------

« Delacroix. Solidité d'une couleur sublime. Des accents puissants. Son tableau est toujours si bien enveloppé... »

Eugène Boudin, 22 décembre 1866

------------------------------

 

Paris

Eglise Saint-Sulpice

Delacroix réalise des esquisses entre 1849 et 1850. Le chantier est retardé par le travail autour de la galerie d’Apollon du Louvre, puis du Salon de la Paix à l’Hôtel de Ville de paris.

Il reprend après 1854.

La chapelle est inaugurée fin juillet, début août 1861.

 

Charles Baudelaire le qualifiait en 1846 de peintre le plus remarquable de son temps.

 

Le chantier de restauration a duré un an (entre 2015 et 2016) et a été effectué sous le contrôle scientifique et technique de l’Etat.

------------------------------

Le thème des Saints Anges est un sujet assez rare. Il retient un motif classique avec le Saint Michel du plafond.

Pour le mur ouest, Delacroix choisit l’histoire d’Héliodore chassé du temple. La scène se passe dans le temple de Jérusalem. Le roi de Syrie envoie Héliodore confisquer un trésor selon une fausse information. Le prêtre lui explique la provenance des dépôts de veuves et d’orphelins. Héliodore insiste et arrive au temple avec son garde. Il doit faire face à un cheval caparaçonné d’or, monté par un cavalier.

 

--------------------------------------

Au plafond, Saint-Michel et le dragon :

Cette scène est souvent représentée. Saint-Michel, ailé, enfonce sa lance dans la gueule du dragon. Michel, protecteur d’Israël se bat contre Satan et les anges.

Pour le mur est, il présente la lutte de Jacob et de l’ange. Dans cette scène, il est à la veille de traverser le fleuve pour rentrer en Palestine et affronter sa famille. Jacob finit par l’emporter, mais blessé, il demande à l’ange de le bénir après le combat. La peinture de Delacroix a inspiré de nombreux peintres, écrivains, artistes, dont Paul Gauguin ou Marc Chagall ou encore Jean-Paul Kauffmann.

-------------------------------------------------------

 

 

 

En 1864, critique de « L'hommage à Delacroix de Fantin-Latour » :

 

« Quelques messieurs en redingote s'associent à cet acte de piété artistique. Tous tournent unanimement le dos à Delacroix ; tous nous sont aussi parfaitement inconnus que le jeune homme au bouquet _ à part pourtant MM. Champfleury, Baudelaire et Fantin lui-même. »

Jean Rousseau, mai 1864 Le Figaro

-------------------------------

Baudelaire à propos de Eugène Delacroix :

« Il y avait dans Eugène Delacroix beaucoup du sauvage ; c'était là la plus précieuse partie de son âme,la partie vouée toute entière à la peinture de ses rêves et au culte de son art. Il y avait en lui beaucoup de l'homme du monde ; cette partie-là était destinée à voiler la première et à la faire pardonner. »

Rouen

Eugène Delacroix (attribué à)

Charenton-Saint-Maurice, 1795 – Paris, 1863

Portrait de Delacroix

 

Eugène Delacroix

Charenton-Saint-Maurice, 1798 – Paris, 1863

 

Charles Quint au monastère de Yuste

Huile sur toile

Bien loin des grands formats et des évocations rigoureuses de la chapelle Saint-Sulpice, ce petit tableau intimiste fut exécuté en 1837 pour son élève et amie Marie Elisabeth Boulanger-Cavé, auteur d’une méthode pour apprendre à dessiner que le peintre préfaça.

Charles Quint, au faîte de sa gloire, renonce au pouvoir pour se retirer dans un monastère.

Musée Eugène Delacroix

Paris

Eugène Delacroix

Charenton-Saint-Maurice, 1798 – Paris, 1863

 

Le Saint Michel terrassant le démon de Saint-Sulpice évoque le Saint Georges et le dragon par son thème.

Saint Georges et le dragon dit aussi Persée et Andromède

Peint par Delacroix en 1847, il fut dédié à l’histoire de Georges, un tribun romain qui réduisit à l’impuissance un dragon menaçant une ville de Libye. Du fait de la présence de la jeune femme à demi-nue, tremblante sur un rocher, ce tableau peut être relié à l’histoire de Persée et Andromède.

Musée Eugène Delacroix

Paris

 

Eugène Delacroix

Charenton-Saint-Maurice, 1798 – Paris, 1863

 

Mirabeau devant Dreux-Brézé (23 juin 1789)

Huile sur toile, 1830 – 1831

 

L’Etat français avait organisé un concours pour la décoration de la salle des Séances de la Chambre des députés (palais Bourbon). C’est avec verve et une étonnante économie de moyens que Delacroix brosse cette esquisse préparatoire au tableau qu’il y a soumis. A droite, le marquis de Dreux-Brézé vient signifier aux représentants du Tiers-Etat réunis en séance le 4 mai 1789 l’ordre de dispersion émanant du roi Louis XVI dont on aperçoit le trône vide surmonté d’un baldaquin. Au centre, Mirabeau, entouré et suivi de députés, souligne de la main son refus d’obéir : « Allez dire au roi que nous sommes ici par la volonté du peuple et que nous n’en sortirons que par la force des baïonnettes, » clame-t-il. La composition finale est conservée à la Ny Carlsberg Glytotek à Copenhague.

Musée Eugène Delacroix

Paris

Eugène Delacroix

Charenton-Saint-Maurice, 1798 – Paris, 1863

 

Nu assis, Mademoiselle Rose

Huile sur toile

 

Entre 1817 et 1824, Delacroix peint plusieurs tableaux et académies d’après Mademoiselle Rose, modèle dans l’atelier de son maître Pierre Narcisse Guérin.

Dans une lettre de Delacroix adressée à un de ses amis d’enfance, Jean Baptiste Pierret, il fait mention de mademoiselle Rose : « J’avais tâché de déterminer Félix (un autre de leurs amis) à venir nous tenir compagnie demain. Mais il m’a dit que le régime dotal l’emporterait sur le fessier de mademoiselle Rose pour cette fois. »

Musée Eugène Delacroix

Paris

Eugène Delacroix

Charenton-Saint-Maurice, 1798 – Paris, 1863

 

Thésée vainqueur du centaure Euryte

Lithographie, 1825

Cette estampe, considérée comme rare, a été réalisée en 1825 à partir d’un dessin que Delacroix avait exécuté au British Museum d’une des métopes du Parthénon. Elle montre l’intérêt précoce de Delacroix pour les figures antiques de lutteurs. Cette lithographie représente Thésée saisissant aux cheveux le centaure Euryte qu’il vient de frapper et qui porte la main à sa blessure.

Musée Eugène Delacroix

Paris

Hippolyte Charles Gaultron

Saint-Denis, 1805 – 1878

Portrait de Delacroix

D’après l’autoportrait peint par Eugène Delacroix et conservé aux Offices à Florence

Huile sur toile

 

Hippolyte Charles Gaultron, cousin par alliance de Delacroix, travaille dans l’atelier du peintre en 1841. Leurs rapports furent toujours placés sur le plan de l’amitié, plus que sur celui du maître à élève. Il copia l’émouvant autoportrait de Delacroix.

Musée Eugène Delacroix

Paris

Musée Eugène Delacroix

Buste

Musée Eugène Delacroix

Buste

Thales Fielding

Yorkshire, 1793 – Londres, 1837

Portrait de Delacroix

Huile sur toile, vers 1824

 

Thales Fielding était, comme son père et ses frères, peintre et aquarelliste. Les frères Fielding vinrent en France à la fin des années 1810. Eugène Delacroix les rencontra par l’intermédiaire d’un de ses amis de jeunesse, Charles Soulier. Thales Fielding et Delacroix partagèrent un atelier, tout près d’ici, rue Jacob. Quand l’artiste britannique repartit Outre-Manche, les deux jeunes peintres réalisèrent chacun le portrait l’un de l’autre. Fielding brossa celui de Delacroix avec une vivacité qui trahit la force de leur amitié. Le portrait de Fielding par Delacroix est conservé par le musée Delacroix. Il est exposé à New-York début janvier 2019.

Musée Eugène Delacroix

Paris

----------------------------

 

Eugène Delacroix

Eu

Collégiale Notre Dame et Saint Laurent O'Toole

Vitraux

Saint Jean et sainte Victoire

-------------------------

Eugène Delacroix

Charenton-Saint-Maurice, 1798 – Paris, 1863

Bouquet champêtre

Vers 1850  (?)

Huile sur papier marouflé sur toile

Lille

Musée des Beaux Arts 

Delacroix n'a peint qu'une dizaine de natures mortes. Il recherche la simplicité. La vue d'ensemble est d'esprit romantique. Les coloris sont chauds. La lumière est contrastée. 

-----------

Eugène Delacroix

Charenton-Saint-Maurice, 1798 – Paris, 1863

L'Ange Raphaël quittant Tobie (d'après Rembrandt)

Huile sur papier marouflé sur toile

Lille

Musée des Beaux Arts 

Il découvre tardivement l'oeuvre de Rembrandt au musée du Louvre.

-------------- 

Eugène Delacroix

Charenton-Saint-Maurice, 1798 – Paris, 1863

Médée furieuse

1836

Huile sur toile, esquisse

Lille

Musée des Beaux Arts 

Il découvre tardivement l'oeuvre de Rembrandt au musée du Louvre.

-------------- 

Eugène Delacroix

Charenton-Saint-Maurice, 1798 – Paris, 1863

Suzanne et les vieillards

Etude

Huile sur toile

Lille

Musée des Beaux Arts 

----

 

Eugène Delacroix

Charenton-Saint-Maurice, 1798 – Paris, 1863

Rochers 

Vers 1822

Huile sur papier marouflé sur toile

Musée des Beaux-Arts 

Valence

En 1816, Delacroix est marqué par un voyage en Angleterre où il découvre l'aquarelle. La Normandie lui inspirera la plupart de ses paysages. Il réalise cette peinture en Touraine, lors d'un séjour chez son frère. 

Oeuvre de jeunesse des rochers à Pont-Chalais.

Harmonie colorée bleutée très délicate.

Oeuvre réaliste et poétique.

--------------

Eugène Delacroix 
Charenton-Saint-Maurice, 1798 – Paris, 1863
Femmes d'Alger dans leur appartement 
Romans 
Musée de la chaussure 
 

 

Monument à Eugène Delacroix. 

Paris 

Jardin du  Luxembourg

------------

Eugène Delacroix 

Mazeppa 

Non daté 

Paris 

Musée d'Orsay

---

Un contemporain de Delacroix:

 

Etienne Antoine Eugène Ronjat

Né en 1822

D’après François Joseph Heim (1787 – 1865)

Charles X distribue des récompenses aux artistes à la fin du Salon de 1824, le 15 janvier 1825.

Huile sur toile

Palais de la Légion d’honneur

Hôtel de Salm

Etienne Joseph Bouhot

1780 – 1862

Charles X traversant la salle du Tau pour rejoindre la cathédrale le jour de son sacre

1827

Huile sur toile

La salle de Tau est redécorée tout spécialement en 1824 – 1825 dans le style néogothique. Tous les décors disparaîtront dans l’incendie du Palais de Tau le 19 septembre 1914 suite aux bombardements allemands.

Palais de Tau

Reims

Christophe Frédéric Bapst

Moulage de la couronne du sacre de Charles X

1789 – 1870

Plâtre

Palais de Tau

Reims

Buste de Charles X

En habit royal

Biscuit de Sèvres par Reigner fils et Brachard

D’après Bosio

1827

Le roi porte un haut de manteau en fourrure avec un col jabot de dentelle qui retombe sur deux colliers : celui de l’ordre du Saint-Michel et celui de l’ordre du Saint-Esprit en-dessous. La manufacture de Sèvres développe la technique en biscuit pour se différencier de la sculpture polychrome allemande.

Palais de Tau

Reims

 

Charles X en habit royal

Par le baron Gérard

François Gérard

1770 – 1837

1824

Huile sur toile

Le roi est représenté debout en majesté. Il est vêtu du grand manteau royal fleurdelisé et porte le collier de l’ordre du Saint-Esprit. Les attributs du sacre sont le sceptre, la couronne royale posée sur un tabouret près de la main de justice. François Gérard est le « peintre des rois et roi des peintres ».

Palais de Tau

Reims

 

Manteau du dauphin porté au sacre de Charles X

1824 – 1825

Velours de soie, paillettes et cannetille d’or, fourrure synthétique

 

Louis-Antoine de France (1775 – 1844), fils de Charles X et de Marie-Thérèse de Savoie, dauphin de France, duc d’Angoulème, porte lors du sacre de son père un manteau proche de celui du roi.

Palais de Tau

Reims

Charles X

Manufacture de Sèvres.

Biscuit de Sèvres.

2e quart du XIXe siècle.

Musée Balzac

Château de Saché 

----------

 

 Delacroix sur le fronton de la mairie de Paris

-------------------------------------------------------

Eugène Delacroix

Charenton-Saint-Maurice, 1798 – Paris, 1863

Combat du giaour et du pacha

1835

Petit Palais

Paris

Ce tableau s'inspire d'une oeuvre de Byron qui relate les amours contrariés d'un Venitien, le giaour, et d'une esclave appartenant au sérail du pacha.  Les deux rivaux sont dans un ultime combat en corps-à-corps d'une grande intensité.

Delacroix a effectué un voyage au Maroc en 1832.

 

 

Eugène Delacroix 
Charenton-Saint-Maurice, 1798 – Paris, 1863
Femmes d'Alger dans leur appartement 
1834
Romans 
Musée de la chaussure 
--------------

Eugène Delacroix

Charenton-Saint-Maurice, 1798 – Paris, 1863

Faust et Wagner avec le barbet

Muma

Le Havre

-------

Eugène Delacroix

Charenton-Saint-Maurice, 1798 – Paris, 1863

Héliodore chassé du Temple

1850

Esquisse pour la peinture de l'église Saint-Sulpice à Paris.

Muma

Le Havre

------------

Eugène Delacoix

Charenton-Saint-Maurice, 1798 – Paris, 1863

La mer au coucher du soleil

Saint-Pierre-en-Port

Il séjourna plusieurs étés à l'ancienne abbaye de Valmont qui appartenait à ses cousins.

Jusqu'en 1830, l'artiste découvrit des sujets de motifs d'inspirations dans les valleuses sauvages et les paysages verdoyants.

-----------

Marc Chagall

Le songe de Jacob

Adam et Eve chassés du Paradis

La Tour de David

L'Arche de Noé

-----------------------------

Le roi David

Marc Chagall

Vitebsk, 1887 – Saint-Paul-de-Vence, 1985

Séjour à Céret entre 1927 et 1929.

Les gens du voyage

1968

Huile sur toile

 

Musée d’art moderne

Céret

 

Marc Chagall travaille à Céret aux illustrations des Fables de Le Fontaine pour le marchand et éditeur Ambroise Vollard*.

Le cirque est le thème privilégié de son œuvre. Les Gens du voyage présente jongleuse, écuyer, animaux, dans une composition circulaire. Niant toutes les lois de la pesanteur, Chagall mêle le réel et l’imaginaire, en une composition exprimant joie et légèreté.

 

Marc Chagall

Vitebsk, 1887 – Saint-Paul-de-Vence, 1985

Séjour à Céret entre 1927 et 1929.

La guerre           

1943

Huile sur toile

 

Musée d’art moderne

Céret

 

Chagall, alors en exil aux Etats-Unis, ressent très fortement l’horreur de la guerre qui sévit en Europe et éprouve la nostalgie de sa terre natale.

Cette œuvre fait partie d’une série de quatre peintures réalisées entre 1940 et 1943, qui rend compte des souffrances subies par les populations juives de la Russie occupée par les troupes nazies. La scène dépeinte se situe dans une rue de Vitebsk, village natal de l’artiste.

-----------------------------

 

*

Vollard

Vollard lisant aux Collettes
par Albert André

-----------------------------

Cathédrale de Reims:

Vitraux de Marc Chagall

Peintre français d’origine russe, Marc Chagall (1887 – 1985) est né à Vitebsk, petit village de Biélorussie. Il grandit au sein d’une famille pieuse, appartenant à ces modestes communautés juives orientales fortement pénétrées de mysticisme hassidique.

Nourri de la Bible depuis son enfance, il lui consacre beaucoup de ses œuvres et, parmi elles, un bel ensemble de vitraux.

Ceux-ci illuminent nombre de lieux d’exception, en France, en Israël, aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, en Suisse et en Allemagne. Il les réalise accompagné de deux maîtres verriers, Charles Marq et sa femme Brigitte Simon (leur fils Benoît Marq en perpétue la tradition).

En 1971, Marc Chagall accepte d’orner cette chapelle. Le bleu du fond de  la composition est celui des bleus des vitraux du XVIIIe siècle de Reims.

La fenêtre centrale évoque les deux grandes figures de l’Ancien et du Nouveau Testament : Abraham et le Christ. Dans la fenêtre de gauche, l’arbre de Jessé déploie la généalogie des rois de Judée. Dans la fenêtre de droite, il présente les grands moments de la vie des rois de France. Reims est la cathédrale des sacres.

En 1974, Marc Chagall  exécute, avec la collaboration de l'Atelier Jacques Simon, trois verrières destinées à la chapelle d'axe de la cathédrale. De confession judaïque, Marc Chagall a la même source d'images bibliques (fenêtres du centre et de gauche). La fenêtre de droite intègre quelques unes des grandes heures de Reims dont le Baptême de Clovis, événement majeur dans l'histoire de la cathédrale : l’arbre de Jessé, les deux testaments et les grandes heures de Reims.

 

Publié dans art pictural

Partager cet article
Repost0

Peinture - Claude Monet - Etretat - Rouen - Giverny - Fécamp - Montmartre

Publié le par bmasson-blogpolitique

Peinture - Claude Monet - Etretat - Rouen - Giverny - Fécamp - Montmartre

Claude Monet

Belle-Ile-en-Mer

1886

Huile sur toile

Don de l’artiste à Rodin en 1889

Donation Rodin , 1916

En 1886, Monet réalise une série de trente-neuf toiles sur Belle-Ile-en Mer et ses côtes déchiquetées en s’attachant particulièrement aux changements de lumière. On retrouve dans ce travail, à travers le motif des vagues, l’influence des estampes japonaises. Rodin, qui reçoit qui reçoit ce tableau en échange d’une épreuve de la Jeune mère à la grotte, exposa avec Monet en 1889 à la galerie Georges Petit.

Peinture - Claude Monet - Etretat - Rouen - Giverny - Fécamp - Montmartre

Caricature

1858

Peinture - Claude Monet - Etretat - Rouen - Giverny - Fécamp - Montmartre

Cathédrale d’image

Peinture - Claude Monet - Etretat - Rouen - Giverny - Fécamp - Montmartre

Claude Monet (1840 – 1926)

Le mont Kolsaas, Norvège (Tempête de neige)

1895

Huile sur toile

Peinture - Claude Monet - Etretat - Rouen - Giverny - Fécamp - Montmartre

Claude Monet

1840 – 1926

Les ravins de la Creuse

1889

Huile sur toile

Legs Vasnier, 1907

Peinture - Claude Monet - Etretat - Rouen - Giverny - Fécamp - Montmartre

Claude Monet

1840 – 1926

Les rochers de Belle-Isle

1886

Huile sur toile

Legs Vasnier 1907

Il est considéré comme le chef de file du mouvement impressionniste. Vers 1870, certains peintres représentent la nature ou la ville selon les jeux de lumière et les impressions variables (on dit fugitives) qu’ils perçoivent à différents moments de la journée.

Claude Monet a peint ces deux paysages avec des petites touches épaisses de couleurs (couleurs juxtaposées qui donnent leur lumière au tableau).

Peinture - Claude Monet - Etretat - Rouen - Giverny - Fécamp - Montmartre

Claude Monet

Paris, 1840 – Giverny, 1926

Londres, le Parlement, effet de brouillard

1903

Peinture - Claude Monet - Etretat - Rouen - Giverny - Fécamp - Montmartre

Claude Monet

Paris, 1840 – Giverny, 1926

Etretat, la Manneporte, reflets sur l'eau

1885

Huile sur toile

Claude Monet

Paris, 1840 – Giverny, 1926

Coucher de soleil à Etretat, 1883

Huile sur toile

La côte normande fut l’un des grands foyers de l’impressionnisme et le site rocheux d’Etretat a fourni à Claude Monet le prétexte à de nombreux tableaux réalisés sous des angles différents. Ici, la falaise se découpe à contre-jour, masse sombre entre ciel et mer unis par les mêmes jeux de lumière du soleil couchant. Des touches fragmentées, presque horizontales, rapides et lumineuses, contribuent à rendre la fugitivité de l’instant.

Musée des Beaux-Arts

Nancy

 

Claude Monet 
Paris, 1840 – Giverny, 1926
La débâcle  
1880 
Huile sur toile
Lille 
Musée des Beaux Arts
 
Résidant à Vétheuil en 1880, Monet restitue la Seine charriant des blocs de glace. Les couleurs primaires se juxtaposent aux couleurs secondaires, fondement de l'impressionnisme.
 
Claude Monet 
Paris, 1840 – Giverny, 1926
Vétheuil, le matin
1901 
Huile sur toile
Lille 
Musée des Beaux Arts

Eugène Le Poittevin

1806 – 1870

La plage d’Etretat, enseigne pour l’hôtel Blanquet

1842

L’hôtel Blanquet est célèbre pour sa clientèle d’artistes, notamment Claude Monet.

Fécamp

Musée les Pêcheries

 

Eugène Le Poittevin

1806 – 1870

Pêcheurs à Etretat

Vers 1840 – 1850

Le Poittevin découvre Etretat à la suite d’Isabey. Le premier plan rappelle le souci du pittoresque propre à la génération romantique.

Fécamp

Musée les Pêcheries

 

Figure de proue

XVIIIe siècle

Cette figure de proue a appartenu à l’écrivain Maurice Leblanc (1864 – 1941), créateur du célèbre Arsène Lupin.

Fécamp

Musée les Pêcheries

 

Peinture - Claude Monet - Etretat - Rouen - Giverny - Fécamp - Montmartre

Claude Monet

Paris, 1840 – Giverny, 1926

Fécamp, bord de mer

1881

Huile sur toile

Vu dans une poissonnerie du Havre

Fécamp?

----------------

Claude Monet au café "Le Consulat" à Montmartre, Paris

 

Monet, Utrillo, Picasso, Toulouse Lautrec à Montmartre

Graph 
Paris 
Montmartre
Graph 
Paris 
Montmartre
11 21
-----------

Etretat dans le miroir

Etretat

Porte d'aval, bateaux sortant du port

1885

Timbre
Portrait de Claude Monet
Auguste Renoir

 

Claude Monet

Les nymphéas.

Eure

Giverny

Jacques Gruber

Vitrail coloquintes et nymphéas, vers 1905

Châssis moderne en bois, verre américain, verre peint, verre iridescent et chenillé, décor gravé à l’acide.

Signé à la grisaille sur bordure inférieure : Jacques Gruber.

Musée des Beaux-Arts

Nancy

 

 

Rouen

Claude Monet

Paris, 1840 – Giverny, 1926

Portail de la cathédrale de Rouen temps gris 1892

 

Rouen

Claude Monet

Paris, 1840 – Giverny, 1926

La Seine à Port-Villez

Huile sur toile

Port-Villez est situé entre Vernon et Bonnières-sur-Seine. Monet réduit sa palette à quelques dégradés de mauves. Il s’émancipe des contours. Il compose sa toile à partir de deux parties symétriques séparées par une ligne blanche : le paysage et son reflet dans l’eau. Il en dépouille ici tout détail superflu : être vivant et architecture.

Rouen

Claude Monet

Paris, 1840 – Giverny, 1926

Champ de coquelicot environs de Giverny vers 1885

Cette toile appartient à ce lot d’œuvres d’art dont l’entrée en Allemagne s’est faite par le biais de l’organisation « Otto » ou de son chef le SS Herman Otto Brandel. L’historique de l’œuvre est totalement inconnu avant sa récupération en 1949 en Bavière chez un particulier. Les ventes à des musées et particuliers allemands réalisées pendant les années de guerre ont été annulées après la libération, et les œuvres rendues à la France afin d’instruire de possibles restitutions.

Rouen

Claude Monet

Paris, 1840 – Giverny, 1926

Rue Saint-Denis, fête du 30 juin 1878

Claude Monet

Paris, 1840 – Giverny, 1926

Route, effet de neige, soleil couchant, 1869

Suite à la réunification de l’Allemagne en 1990, vingt-huit peintures et dessins sont remis à la France en 1994 et portés sur la liste des MNR.

Ces œuvres avaient été remises à un soldat de la Wehrmacht par un officier allemand en poste à Paris, à la fin de la guerre, avec pour mission de les emporter en Allemagne où le gradé devait les récupérer. Celui-ci ne s’étant jamais manifesté, l’ancien soldat les remit sous le sceau de la confession à l’archevêque de Magdebourg. Le prélat les confia au représentant des musées d’Etat de Berlin-Est en 1972.

Deux familles de propriétaires ont ainsi retrouvé sept pièces de ce lot. La propriété de ce tableau reste à établir et il reste provisoirement en dépôt au musée de Rouen.

Rouen

Claude Monet

Paris, 1840 – Giverny, 1926

La Seine à Vétheuil, 1879

Georges de Bellio, un des premiers collectionneurs de l’impressionnisme, acheta cette toile directement à Claude Monet en 1879. Elle reste jusqu’en 1940 dans la collection de sa fille et de son beau-fils Eugène Dono de Monchy. En 1941, elle fait l’objet d’une transaction entre Raphaël Gérard, galeriste parisien condamné après la Libération pour ses nombreuses ventes à des musées allemands, et Maria Dietrich, principale pourvoyeuse en œuvres d’art d’Hitler et des dignitaires nazis.

Les ventes à des musées et particuliers allemands ont été annulées après la Libération et les œuvres ont été rendues à la France afin d’instruire de possibles restitutions.

Claude Monet

Statue à Rouen

 

 

Camille Doncieux a 32 ans et se meurt après avoir donné à Monet deux enfants. Le médecin  diagnostiqué un mal grave : tuberculose ou cancer ? Elle ferme les yeux avec une plainte légère. Monet est tout près d’elle. On est en 1879. Il la peint pour la garder en lui jusqu’au bout de sa vie. Ce tableau est célèbre : Camille sur son lit de mort.

 

Paris

Claude Monet

Le pont du chemin de fer à Argenteuil (1874)

Musée d’Orsay

 

Claude Monet

France, 1840 – 1926

Bateaux sur la plage à Etretat

Huile sur toile

1883

Musée d’Assezat

Fondation Bemberg

Toulouse

 

Tag

Paris

Puces saint-Ouen

"I make monet like Claude Money."

Claude Monet

Terrasse à Sainte-Adresse

1867

La famille de l'artiste surplombe la mer dans un jardin.

L'oeuvre est construite en trois zones horizontales: la terrasse, l'étendue marine et le ciel. Les verticales des deux drapeaux encadrent les motifs de part et d'autre. Plus tard, Monet évoquera la vue plongeante et la palette des bleus.

 

------------------------------

Claude Monet

1840 – 1926

L'église de Varengeville, effet du matin

1882


--------------------------

 

Famille Gaudibert

Louis-Joachim Gaudibert (1838 – 1870), négociant au Havre, collectionne Eugène Boudin.

Sa femme, Marguerite née Marcel (1846 – 1877), fille d’un notaire du Havre, repose près de lui. Le caveau est sobre, constitué d’une croix massive, entourée de quatre piliers reliés par des chaînes.

Comme les Monet, les Gaudibert, originaires de Lille, sont installés depuis peu au Havre.

Né à Paris, Claude Monet a cinq ans quand ses parents quittent la capitale pour s’installer au Havre dans le quartier d’Ingouville. Il visitera à plusieurs reprises ses parents, notamment en 1867 où il est à court d’argent. Il est contraint de rester chez sa tante Lecadre à Sainte-Adresse.

Louis Gaudibert décide d’aider Claude Monet. Il l’invite en 1868 dans son château familial des Ardennes-Saint-Louis près de Montivilliers (NDLR, actuellement Parc de Rouelles).

Il commande plusieurs portraits. Il ne reste que celui de sa femme exposé au musée d’Orsay.

 

Il rachète les toiles de Monet mises en vente à l’Exposition maritime internationale de 1868.

Il lui verse une petite pension jusqu’à sa mort et l’installe à Bougival en 1869.

Cimetière Sainte Marie

Le Havre

 

----------------------------

 

Claude Monet 

Paris, 1840 – Giverny, 1926

La plage à Sainte-Adresse, temps gris 

1867  

Les pêcheurs devisent tranquillement au pied du clocher. La touche est encore sage. L'artiste renoncera définitivement plus tard aux bruns et aux gris.Le ciel occupe une grande partie de la toile et fait penser à Boudin.

-------------------

Claude Monet

Fécamp, bord de mer 

1882 

 

Carolus Duran 

Portrait de Claude Monet 

A Honfleur 

Musée Marmottan à Paris

-------

Claude Monet

1840 - 1936

Honfleur 

Clocher de l'église Sainte Catherine 

Vers 1867

------------

Claude Monet

Bateaux de pêche

Etretat

1885

 

Claude Monet effectue de fréquents séjours à Etretat entre 1883 et 1886.

Cette toile représente le moment calme et serein où les pêcheurs ont déserté la grève. Quelques barques étalent leurs couleurs. Monet cherche à reproduire les ambiances qu’il traduit avec des teintes vraies.

Claude Monet

Paris, 1840 – 1926

La pointe de la Hève à marée basse

1865

Il parcourt les falaises de Sainte-Adresse depuis sa jeunesse. Le motif des chevaux et de la charrette qui s’éloignent à droite évoquent les peintures et dessins exécutés par Jongkind à Sainte-Adresse à la fin de l’été 1862.

Cette œuvre sera présentée au Salon de 1865.

Claude Monet 
Paris, 1840 – Giverny, 1926
Le port du Havre, effet de nuit 
1872 - 1873
Huile sur toile
MUMA 
Le Havre 
----------------
Claude Monet
Boulevard de Belleville 
Paris
 
--------------

 

Claude Monet au Havre.

----------------

Claude Monet à Varengeville.

"Claude Monet peignant à l'orée d'un bois".

Par John Sargent.

Vers 1885.

------------------

Claude Monet 

"La cabane du douanier"

A Varengeville

1882

Huile sur toile.

Cette cabane de 'époque napoléonienne n'existe plus. Ces cabanes qui surveillaient la mer ont été abandonnées au début du XXe siècle.

-------------------

Claude Monet 
Giverny 
"Les Peupliers sur les bords de l'Epte."
Automne, 1891.
-----------
Claude Monet 
Les jardins de Giverny 
Nymphéas
1908
---------------
Claude Monet 
Les jardins de Giverny.
---------
Claude Monet 
Giverny.
Enseigne de chambre d'hôte.
Claude Monet 
Giverny.
Claude Monet 
Les jardins de Giverny.
Affiche
---------
Claude Monet 
Buste
Giverny 
Par Daniel Goupil, sculpteur.
-----------
 

 

Claude Monet 
Tombe 
Giverny
-------------
Claude Monet 
Paris, 1840 – Giverny, 1926
Les falaises des Petites Dalles 
Septembre 1880 - Un an après la mort de Camille, sa première épouse, son frère Léon l'emmène passer quelques jours aux Petites Dalles.
Il y débute une série de marines qui connaissent un certain succès.
 
-----------
 

Claude Monet

Rouen

Statue.

"1840 - 1926

Hommage de Rouen au peintre de la cathédrale."

---------

 

 

Claude Monet

"Etretat" 

Honfleur - Musée Eugène Boudin.

----------

Claude Monet 
La cathédrale de Rouen, le portail et la tour Saint-Romain effet du matin 
1893 
Paris 
Musée d'Orsay
 
---
Claude Monet 
La cathédrale de Rouen, le portail et la tour Saint-Romain, plein soleil 
1893  
Paris 
Musée d'Orsay 
 
------
Claude Monet 
La cathédrale de Rouen, le portail, soleil matinal 
1893 
Paris 
Musée d'Orsay 
 
----
Claude Monet 
La cathédrale de Rouen, le portail, temps gris 
1892  
Paris 
Musée d'Orsay 
 
----
Claude Monet 
Les déchargeurs de charbon 
1875  
Paris 
Musée d'Orsay
 
-------
Claude Monet 
Madame Louis Joachim Gaudibert 
1868  
Paris 
Musée d'Orsay
 
 
-----
Claude Monet 
Pommier en fleurs au bord de l'eau 
1880  
Paris 
Musée d'Orsay 
 
---
Claude Monet 
Honfleur
 
-------

Publié dans art pictural

Partager cet article
Repost0

Peinture - Camille Corot

Publié le par bmasson-blogpolitique

Peinture - Camille Corot

Camille Corot

1796 – 1875

Honfleur

Entre 1850 et 1870

Huile sur toile

Legs Mansuy-Willeminot, 1987

Peinture - Camille Corot

Camille Corot

1796 – 1875

La vasque de la Villa Médicis

Entre 1825 et 1828

Huile sur toile

Legs Marcel 1928

Le musée expose son ensemble exceptionnel d’œuvres de Camille Corot –vingt-six paysages et un portrait- le plus riche ensemble en Europe conservé dans un musée après celui du Louvre. Ce fonds, connu à un niveau international, offre un panorama complet de sa démarche artistique. Plusieurs rémois, Jamot, Lundy, Vasnier, ont acheté ses œuvres et les ont léguées au musée. Son univers est poétique. Il appelle ses tableaux des souvenirs. Ses techniques de peintures (on dit picturales) sont variées et parfois très modernes. Corot met dans ses paysages des petits personnages avec un point de couleur vive et des arbres qui encadrent le centre du paysage.

Etudiés en plein air, Corot recompose ses paysages. Ses œuvres comme Mantes, le matin et Mantes, le soir annoncent l’impressionnisme et rappellent que Corot s’intéresse aux effets atmosphériques et au temps qui passe, en peignant ce même sujet à différents moments de la journée, comme le fera plus tard Claude Monet.

Peinture - Camille Corot

Camille Corot

1796 – 1875

Mantes, le matin

Vers 1865 – 1868

Huile sur bois parqueté

Legs Warnier-David, 1899

Peinture - Camille Corot

Camille Jean-Baptiste Corot

Paris, 1796 – 1875

Dunkerque, remparts et porte d'entrée du port

1873

--------------------------

« Comme dit ce bon papa Corot : je parle avec les nuages, les plantes et les petits oiseaux me font de la musique... »

Eugène Boudin à Ferdinand Martin

Paris, 16 avril 1865

 

Jean-Baptiste Camille Corot (1796 - 1875)

Entrée de ferme près la basilique de Saint-Denis

Huile sur toile

Vers 1830

Camille Corot

Bateaux de pêche aux voiles colorées (Le Havre ou Honfleur)

Vers 1830 – 1840

Huile sur papier marouflé sur toile

Musée Cantini

Marseille

Collection Burrell

 

Dès le début du XIXe siècle, le pittoresque de l’estuaire de la Seine attire les artistes français et étrangers. Corot, et vingt ans plus tard Boudin, Jongkind et Courbet, trouvent l’inspiration dans la luminosité des paysages des ports de Normandie et de la côte.

 

 

 

Camille Corot

Fontainebleau : maison de paysans

Vers 1865 – 1873

Huile sur toile

Musée Cantini        

Marseille

Collection Burrell

 

Corot a été une figure importante de Barbizon, mais son approche du paysage restera très personnelle. Il fait de cette cour de ferme, le lieu hors du temps d’un classicisme serein qui le rapproche de la vision du monde  paysan de Millet.

Camille Corot

La jeune fille à la boucle d’oreille

Vers 1850 – 1855

Huile sur toile

Musée Cantini

Marseille

Collection Burrell

 

 

Corot, dont les paysages font la célébrité, a également été un grand peintre de la figure humaine. La nudité partielle de cette jeune fille, remettant sa boucle d’oreille, pourrait indiquer qu’il s’agit d’une étude d’un modèle dans son atelier. Corot prend pour modèle l’art des portraitistes du XVIe et du XVIIe siècles.

 

 

Camille Corot

Paris, 1796 – Ville d’Avray, 1875

Huile sur panneau

Paysage aux trois peupliers

Musée d’art et d’histoire de Bayeux

Camille Corot

Paris, 1796 – Ville d’Avray, 1875

Marietta

1843

Huile sur toile

Petit Palais

Paris

Camille Corot 

Paris, 1796 – 1875

Canteleu 

1872

Huile sur toile

Petit Palais 

Paris

Jean-Baptiste Camille Corot

Paris, 1796 – Ville d'Avray, 1875

Le Château Saint-Ange

Vers 1834 - 1843

Huile sur papier marouflé sur toile

Lille

Musée des Beaux Arts 

Il exécute les aplats en larges bandes. Il analyse des reflets dans l'eau.

 

 

Jean-Baptiste Camille Corot

Paris, 1796 – Ville d'Avray, 1875

Papigno, rives escarpées et boisées

1826

Huile sur papier marouflé sur toile

Musée des Beaux-Arts

Valence

Corot va renouveler le genre du paysage.

Ce piton rocheux est un pic spectaculaire, massif et lumineux à peindre.

Palette franche aux verts robustes.

Perspective aérienne des lointains.

-----------

Jean-Baptiste-Camille Corot

Paris, 1796 – Ville d'Avray, 1875

Intérieur de cuisine à Mantes

1855 - 1860

Huile sur toile.

Fontevraud

Abbaye royale

La composition poétique et champêtre enveloppée d'un voile de brume légère a fait la renommée de l'artiste.

Il travaille sur le motif puis recompose à l'atelier.

Vie simple du monde rural.

Proche de Jean-François Millet et des peintres de Barbizon.

Théophile Gautier vantait le rendu de la matière peinte par Corot.

-----------

 

Camille Corot

Paris, 1796 – Ville d'Avray, 1875

Jeune fille assise un livre à la main

Vers 1865 - 1870.

Muma

Le Havre

 

Camille Corot 

Paris- 1795 - 1875 - 

La charrette souvenir de Marcoussis

1855 

Exposition universelle;

Huile sur toile.

Paris 

Musée d'Orsay

-----

 

Camille Corot 

Le matin gardeuse de vaches 

1878 

Huile sur toile;

Paris 

Musée d'Orsay

 

----------

 

Camille Corot 

Le Moulin de Saint-Nicolas-lez-Arras 

1874 

Huile sur toile.

Paris 

Musée d'Orsay

--------------

 

Camille Corot 

Paris- 1795 - 1875 - 

Une matinée la danse des nymphes

1850 

Paris 

Musée d'Orsay.

Décor inspiré des jardins dans la Villa Farnèse à Rome.

Elle est la seule oeuvre exposée dans le musée du Luxembourg de son vivant.

-------------

 

Camille Corot 

Une nymphe jouant avec un Amour 

Salon de 1857 

Huile sur toile.

Paris 

Musée d'Orsay

------------

Publié dans art pictural

Partager cet article
Repost0

Peinture - Auguste Renoir - Caillebotte

Publié le par bmasson-blogpolitique

Peinture - Auguste Renoir - Caillebotte

Auguste Renoir à Laudun (Gard)

Peinture - Auguste Renoir - Caillebotte

Auguste Renoir âgé

-----------------------------

 Pierre-Auguste Renoir, mon père

Jean Renoir

Collection Folio

Editions Gallimard, 1981

Les parrains des trois enfants Renoir:

« Le parrain de Pierre est l’un des amis les plus fidèles que Renoir ait connus dans une vie richement étayée de dévouements désintéressés. Il s’appelait Caillebotte*. Il appartenait à une famille de banquiers. »

page 288

« On me baptisa à Saint-Pierre de Montmartre. Mon parrain était Georges Durand-Ruel, l’un des fils de Paul Durand-Ruel. Jeanne Baudot était ma marraine. Elle avait seize ans, était la fille du médecin en chef de la Compagnie des Chemins de fer de l’Ouest, (…) elle faisait de la peinture et admirait Renoir. »

page 307

Le parrain de Claude était Albert André.

-------------------------------

Page 266 – Valentine Tessier, maîtresse de Gallimard et de Renoir :

C’est la première fois que l’on parle officiellement d’un maîtresse de Pierre Renoir. La discrétion a toujours été assurée sur ce sujet.

« Extraordinaire ! A quatre-vingts ans, elle regrettait le temps des amours ! Les hommes avaient beaucoup compté dans sa vie, elle fut la maîtresse de Gaston Gallimard, de Pierre Renoir, dont elle disait : « J’étais très amoureuse de lui, mais il n’était vraiment pas gai ! »

 

Jean-Claude Brialy

Le Ruisseau des Singes

Autobiographie

Robert Laffont – 2000

----------------

Gustave Caillebotte (1848 - 1894)

Les berges du petit Gennevilliers et la Seine

Musée d'art et d'histoire de Saint-Denis

Caillebotte expose avec les Impressionnistes dès 1877 mais sa technique est différente, moins "spontanée". 

Il réalise des croquis, retravaille ses esquisses et ne peint pas en plein air.

Passionné de nautisme, c'est un régatier et un constructeur naval remarqué par ses contemporains.

 

Gustave Caillebotte

Paris, 1848 – Gennevilliers, 1894

Huile sur toile

1876

Portraits à la campagne

Il présente cette œuvre à la troisième exposition impressionniste. Ce mouvement entretient un lien étroit avec l’espace privé. Caillebotte, jeune rentier de trente ans, réalise ici un portrait collectif de ses parentes regroupées dans le jardin de la propriété achetée par son père à Yerres.

Absorbées dans leurs travaux d’aiguille, Marie, au premier plan, est la cousine de l’artiste. Madame Charles Caillebotte, la mère de Marie, est au second plan. En face d’elle, une amie de famille, madame Hue, et la mère de l’artiste est plongée dans la lecture.

Ce tableau est offert à l’occasion du mariage d’une cousine, Zoé, absente de la composition, à Bayeux le 17 mai 1887. Caillebotte y participe en tant que témoin.

Musée d’art et d’histoire de Bayeux

------------------------------

Gustave Caillebotte 
Le boulevard vu d'en haut 
1880 
Paris 
Pavillon de l'Arsenal
--------
Gustave Caillebotte 
Paris, 1838 - Gennevilliers, 1894
Un refuge 
1880 
Huile sur toile.
Paris 
Musée d'Orsay 
L'appartement de l'artiste est situé boulevard Haussmann.
La vue est "d'en haut", dans toute les directions possibles.
-----------
Peinture - Auguste Renoir - Caillebotte

Coco écrivant

1906

Peinture - Auguste Renoir - Caillebotte

Femme et anges

Lithographie

Auguste Renoir par Albert André

Peinture - Auguste Renoir - Caillebotte

Pierre-Auguste Renoir (1841 – 1919)

Femme nue

Huile sur toile

Acquis par Rodin à la galerie Bernheim-Jeune en 1910.

Donation Rodin, 1916

Auguste Renoir et son modèle

par Albert André

Peinture - Auguste Renoir - Caillebotte

Auguste Renoir

1841 – 1919

La lecture du rôle

Entre 1876 et 1877

Huile sur toile

Legs Vasnier, 1907

Renoir peignant
par Albert André

 

Peinture - Auguste Renoir - Caillebotte

Le déjeuner des canotiers

1880

Renoir peignant en famille

par Albert André

Peinture - Auguste Renoir - Caillebotte

Auguste Renoir

1841 – 1919

Marine

Fin XIXe siècle

Huile sur toile

Legs Neveux, 1978

Peinture - Auguste Renoir - Caillebotte

Auguste Renoir

1841 – 1919

Paysage

Vers 1890

Huile sur toile contrecollée sur bois

Legs Jamot, 1939

C’est la liberté de la touche impressionniste.

Peinture - Auguste Renoir - Caillebotte

Richard Guino

Pierre Auguste Renoir

1914

Bronze exemplaire provenant de la collection Vollard

Peinture - Auguste Renoir - Caillebotte

Aristide Maillol

Banyuls-sur-Mer, 1851 – Perpignan, 1937

Pierre Auguste Renoir

Vers 1906- 1907,

Bronze

Peinture - Auguste Renoir - Caillebotte

Auguste Renoir

Limoges, 1841 – Cagnes-sur-Mer, 1919

Femme vue de dos

Circa 1875, 1876

Peinture - Auguste Renoir - Caillebotte

Auguste Renoir

Limoges, 1841 – Cagnes-sur-Mer, 1919

Baie de Salernes ou paysage du midi

1881

Peinture - Auguste Renoir - Caillebotte

Pierre-Auguste Renoir

Limoges, 1841 – Cagnes-sur-Mer, 1919

L'excursionniste

1888

Peinture - Auguste Renoir - Caillebotte

Pierre-Auguste Renoir

Limoges, 1841 – Cagnes-sur-Mer, 1919

Les pins à Cagnes

Circa 1919

------------------------------

Marie-Dominique Lelièvre

Chanel & Co

Les amies de Coco

J’ai lu – Biographie – Edition Denoël – 2013

 

Page 98 :

Selon l’auteur, Renoir aurait dit à Misia Sert*, modèle de huit de ses tableaux :

« Pourquoi ne laissez-vous pas voir vos seins, c’est criminel. »

----------------------------------------------------

*

Paul Morand

Venises

L’Imaginaire – Gallimard

1971

 

page 113 :

Le père de Paul Morand décrit Misia ainsi : « A vingt ans, je la voyais chez son père, le sculpteur Godebski, une belle panthère, impérieuse, sanguinaire et futile ».

Vuillard, Bonnard, Renoir, Stravinsky, Picasso sont tous amoureux d’elle.

Proust affirmait : « Misia réunissait des amis « pour les mieux pouvoir brouiller ensuite ».

Paul Morand dit d’elle qu’elle était la « Misia du Paris symboliste, du Paris fauve, du Paris de la Grande Guerre, du Paris de la Paix de Versailles, du Paris de Venise ».

------------------------------------------------

Chanel dessinée par Karl Lagerfeld à Paris

-------------------------------

Albert André :

« Il existe plusieurs photographies de Renoir à la fin de sa vie, des portraits d’une vérité troublante par Albert André et un buste fait le jour de sa mort par Gimond."

Page 495

« A son dernier voyage à Paris, Paul Léon, directeur des beaux-Arts, invita Renoir à visiter le Louvre, « ouvert pour lui tout seul ». (…) il se fit arrêter devant Les noces de Cana et dit à Albert André qui l’accompagnait : « Enfin ! j’ai pu les voir en cimaise. » Albert André devait plus tard comparer cette visite solennelle à un hommage au « pape de la peinture ». »

Pages 505/506

Pierre-Auguste Renoir, mon père

Jean Renoir

Collection Folio

Editions Gallimard, 1981

------------------------------

C'est à Montmartre, à Paris, que l'un de ses chefs d'œuvres fut peint : "Bal au Moulin de la Galette".

-----------------------------

Café restaurant "La bonne franquette" à Montmartre

 

Durant la guerre de 1870, Pierre Auguste Renoir (1841 – 1919), incorporé dans le 10e chasseurs, à Tarbes, fut à l’écart des combats. Il accomplit son service sans rien dire. Début 1871, il fut envoyé à Libourne où atteint d’une sérieuse dysenterie il fut ramené à Bordeaux par son oncle qui le soigna. Après l’armistice du 28 janvier, il rejoignit son régiment à Vic-de-Bigorre, près de Tarbes, avant sa démobilisation, le 10 mars. Il eut la mention : « S’est bien conduit pendant la durée de la guerre. »

Timbre
Portrait de Claude Monet
Auguste Renoir

Rouen

Pierre-Auguste Renoir

Limoges, 1841 – Cagnes-sur-Mer, 1919

Bouquet de chrysanthèmes

------------------------------------------------------

Lise Tréhot

14/03/1848, Ecquevilly– 12/03/1922, Paris

 

Elle fut un modèle et la petite amie d’Auguste entre 1866 et 1872. Elle apparaît dans la plupart des travaux de Renoir à cette époque, soit plus de vingt peintures, notamment Lise à l’ombrelle  (1867), Les Fiancés – Le ménage Sisley et En été (1868).

Elle vivait à Marlotte et avait 17 ans lors de leur rencontre.

Les deux enfants de Lise, qu’elle eut avec Auguste Renoir et qu’il ne reconnut pas, demeurèrent secrets.

Elle quitte Auguste Renoir et épouse un architecte célèbre.

Avant de mourir, il fit un testament en  faveur de sa fille Jeanne, une manière de lui dire cet amour de jeunesse qu’il n’avait jamais oublié.

 

Pierre-Auguste Renoir

France, 1841 – 1919

Portrait de jeune fille

Pastel

1879

Musée d’Assezat

Fondation Bemberg

Toulouse

-----------------------------------------------

Auguste Renoir

Limoges, 1841 – Cagnes-sur-Mer, 1919

Portrait de Nini Lopez

1876       

MUMA

Le Havre

----------------------------

Edmonde Charles-Roux

L’irrégulière

L’itinéraire de Coco Chanel

Le Livre de Poche

Grasset, 1974

 

Jean Renoir, page 515 :

Jean Renoir souhaite que Coco Chanel exécute les costumes d’un film qu’il n’a pas encore réalisé, La Règle du Jeu. « Et lui aussi la voulait. « Un beau film, tu sais, avec des vedettes… Paulette Dubost, Mila Parely. » Il insista pour qu’elle acceptât. »

-----------------------------------------------------

Pierre Assouline

Le dernier des Camondo.

Edition Gallimard – 1997 et 1999.

 

« Mademoiselle Irène Cahen d’Anvers ».

 

Renoir participe à une réception chez Charles Ephrussi. Il y rencontre Louis Cahen d’Anvers. Il sera chargé du portrait des trois filles du couple. « Rose et bleue » représente Elizabeth et Alice. « Mademoiselle Irène Cahen d’Anvers » représente la future madame Moïse de Camondo (p 178).

Les Cahen d’Anvers n’aiment pas les deux tableaux et paient mal Renoir (1 500 F).

 

Henri Michaux voit dans le tableau « le visage de la jeune fille à qui on n’a pas encore volé son ciel » (p 310).

 

Dans les caisses des Allemands en direction de Berlin, en juillet 1941, se retrouvait « le portrait d’une petite fille par Renoir, Mademoiselle Irène Cahen d’Anvers (p 311). »

 

Le tableau fut acheté par le marchand Walter Feuz, de Clarens, pour le compte du collectionneur Georg Emil Bührle (p 313).

 

En 1946, l’Orangerie des Tuileries* organise l’exposition « Chefs-d’œuvre des collections françaises retrouvées en Allemagne ». Irène, ex-comtesse de Camondo et devenue comtesse Sampieri, « découvrit le n°41 dans le catalogue. » « Elle chercha à le voir de plus près. C’était un Renoir. C’était elle. » (p 318)

 

Elle le récupéra et le vendit à Emil Bührle.

 

« Mademoiselle Irène Cahen d’Anvers » est exposé à la fondation Bührle à Zurich. (p 318)

-------------------------------------------------

*

Etienne Martin 

1913 - 1995

Personnages III 

1967 

Bronze patiné

Jardin des Tuileries

Paris

-----------------------

Elle est aujourd'hui très connue des cinéphiles depuis que Jean Seberg l'accrocha dans sa chambre dans A bout de souffle.

-----------------------------------------

P 203 :

Le grand Renoir avait huit ans lorsqu’on l’emmena au Théâtre du Gymnase assister à une pièce. (…) Tout était authentique dans cette représentation nouvelle. Il n’y goûta aucun plaisir. (…)Au bord des larmes, il dit : « C’tait un vrai piano ».

NDLR : Renoir recherchait dans le théâtre le rêve, l’évasion. Un faux piano lui aurait permis cette illusion. Il n’a pas pu décoller du réel.

 

Louis Jouvet

Témoignages sur le théâtre

Edition Champs arts 2009

Editions Flammarion 1952

-----------------------------------------------------

Auguste Renoir 
Limoges, 1841 - Cagnes-sur-Mer, 1919
Route de Versailles à Louveciennes 
1895 
Huile sur toile
Lille 
Musée des Beaux Arts
 
Il reprend le site représenté par Monet et Pissarro vingt-cinq ans plus tôt.
La touche est hachurée et colorée.
-------------
Auguste Renoir 
La Seine à Champrosay 
1876 
Paris 
Musée d'Orsay 
---------

Publié dans art pictural

Partager cet article
Repost0

Mes aquarelles - Cornillon dans le Gard

Publié le par bmasson-blogpolitique

Mes aquarelles - Cornillon dans le Gard
Mes aquarelles - Cornillon dans le Gard
Mes aquarelles - Cornillon dans le Gard
Mes aquarelles - Cornillon dans le Gard
Mes aquarelles - Cornillon dans le Gard
Mes aquarelles - Cornillon dans le Gard

Publié dans mes peintures

Partager cet article
Repost0

Mes aquarelles - La Capelle et Masmolène dans le Gard

Publié le par bmasson-blogpolitique

Mes aquarelles - La Capelle et Masmolène dans le Gard
Mes aquarelles - La Capelle et Masmolène dans le Gard
Mes aquarelles - La Capelle et Masmolène dans le Gard
Mes aquarelles - La Capelle et Masmolène dans le Gard
Mes aquarelles - La Capelle et Masmolène dans le Gard
Chapelle du XIe siècle

Chapelle du XIe siècle

Mes aquarelles - La Capelle et Masmolène dans le Gard
Mes aquarelles - La Capelle et Masmolène dans le Gard

Publié dans mes peintures

Partager cet article
Repost0

1 2 3 > >>