Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quand m'embrasseras-tu? Poèmes de Mahmoud Darwich

Publié le par bmasson-blogpolitique

Quand m'embrasseras-tu? Poèmes de Mahmoud Darwich

 

Quelques poèmes et textes de Mahmoud Darwich mis en scène dans « Quand m’embrasseras-tu? ».

Quand m’embrasseras-tu ?

Texte Mahmoud Darwich

Mise en scène Claude Brozzoni

Avec Abdelwaheb Sefsaf, comédien, Georges Baux, Claude Gomez, musiciens, Thierry Xavier plasticien

Composition musicale de Georges Baux, Claude Gomez, Abdelwaheb Sefsaf

Scénographie de Claude Brozzoni, Thierry Xavier

Son de Titou Victor

Lumière de Didier Beauvarlet

Costumes de Pascal Robin

Extraits de « Nous sortirons » :

Nous sortirons. Nous l’avons dit : Nous sortirons.

Bombardez notre ombre...

Notre ombre.

Menez-la captive à sa mère, la terre, ou suspendez-la aux châtaigniers.

Vous êtes où nous ne sommes pas !

Entrez dans votre illusion et labourez notre illusion.

 

Nous sortirons Nous avons dit : Nous sortirons du commencement de la mer,

Dans un tué, cinq blessés et cinq minutes,

Après la chute des communautés dans le vacarme de l’affrontement du fer et du clan.

Nous sortirons de chaque maison qui nous a vu détruire un char sur nous-mêmes, ou dans son voisinage.

Nous sortirons de chaque mètre et de chaque journée, ainsi que les bédouins sortent de nous.

 

 

Nous sortirons. Nous avons dit : Nous sortirons lorsque nous rentrerons.

 

 

 

Nous sortirons. Nous avons dit : Nous sortirons un peu de nous-mêmes, vers nous.

Nous sortirons de nous-mêmes

Vers la parcelle de mer blanche, bleue.

Nous étions là-bas et là.

L’absence métallique signale notre présence.

Beyrouth était là-bas et là.

 

Et nous étions sur la parcelle de terre ferme, une horloge et une journée d’oeillets.

Adieu à ceux qui, peut-être, de notre temps, viendront silencieux

Et de notre sang, viendront debout pour que nous entrions.

Ce qui m'a le plus enthousiasmée, c'est que pendant des temps de guerre, Darwich trouve encore des bonheurs simples sur cette terre.

Une vigne, une fleur d'oranger, les saisons, le renouveau, l'amour, la vie, des détails infimes sont valorisés quand l'horreur existe autour de lui.

C'est un hymne à la vie. C'est la chanson de l'espoir. C'est l'espoir de la paix.

Oranger bigaradier au Maroc

Quand m'embrasseras-tu? Poèmes de Mahmoud Darwich

Sur les murs de l'escalier de la Plaine Granger à Marseille, mars 2016

Publié dans Théâtre

Partager cet article
Repost0