Victor Hugo

Publié le par bmasson-blogpolitique

"C'est une triste chose que la nature ne parle pas et que le genre humain n'écoute pas."

Victor Hugo

 

Champ en Champagne

"Créer, c'est se souvenir"
Victor Hugo

A Antibes

 

« Tout ici rayonne, tout fleurit, tout chante. Le soleil, la femme, l'amour sont là chez eux. J'en ai encore le resplendissement dans les yeux et dans l'âme... »

Victor Hugo

 

Sculpteur M Galy

Au musée Rodin

Allée Victor Hugo à Nohant

Caricature d'Emile Marcelin

Caricature de Benjamin Roubaud

 

Musée Rodin

Monument à Victor Hugo - 1er projet

Musée Rodin

Monument à Victor Hugo dit du Palais

Monument à Victor Hugo dit du Palais Royal, après 1900

Bronze, après 1900

Fonte Coubertin, 1997, d’après le modèle postérieur à 1900.

 

La commande d’un monument au poète et homme politique Victor Hugo (1802 – 1885) est confiée à Rodin en 1889. Après de nombreuses versions, l’œuvre en marbre, avec la seule figure du poète, est installée au Palais-Royal en 1909. Hugo est représenté assis sur les rochers de l’île de Guernesey, où il était exilé, absorbé dans sa pensée, le bras tendu comme pour calmer les flots, le corps marqué par le temps. Il est accompagné ici par la Muse tragique, incluse dans la version du monument complété en 1922-1923.

Après 1888

Tête

Musée Rodin

 

« La musique, c'est du bruit qui pense. »
Victor Hugo.

"Vous voulez les pauvres secourus, je veux la misère abolie."

Victor Hugo

L'école doit préparer les enfants à affronter l'avenir.

"Cette année, nous étudierons essentiellement "Les Misérables" de Victor Hugo...!"

 

La Commune de Paris

 

1871

Ecoles publiques et gratuites.

"La somme des connaissances humaines est un fonds dans lequel chaque génération a le droit de puiser, sous la seule réserve d'accroître le capital scientifique accumulé par les âges précédents au bénéfice des générations futures.

L'instruction est donc de droit absolu pour l'enfant et sa répartition un devoir impérieux pour la famille ou, à défaut, par la société.

Seule, l'instruction rend l'enfant, devenu homme, responsable de ses actes envers ses semblables;

Comment, en effet, exiger l'observation des lois, si les citoyens n'en peuvent pas même lire le texte.

Notre-Dame de Paris vue par Victor Hugo

Victor Hugo

Notre-Dame de Paris :

« Statues, vitraux, rosaces, arabesques, dentelures, chapiteaux, bas-reliefs, elle combine toutes ces imaginations selon le logarithme qui lui convient. De là la prodigieuse variété extérieure de ces édifices au fond desquels réside tant d'ordre et d'unité. Le tronc de l'arbre est immuable, la végétation est capricieuse. »

« Quelle que soit l'enveloppe sculptée et brodée d'une cathédrale, on retrouve toujours dessous, au moins à l'état de germe et de rudiment, la basilique romaine. Elle se développe éternellement sur le sol selon la même loi. Ce sont imperturbablement deux nefs qui s'entrecoupent en croix, et dont l'extrémité supérieure, arrondie en abside, forme le chœur ; ce sont toujours des bas côtés, pour les processions intérieures, pour les chapelles, sortes de promenoirs latéraux où la nef principale se dégorge par les entre-colonnements. »

« Etre contesté, c’est être constaté. »
Victor Hugo

« L'abordage ! L'abordage !

On se suspend au cordage,

On s'élance des haubans,

La poupe heurte la proue.

 

La vergue aux vergues s'attache ;

La torche insulte à la hache ;

Tout s'attaque en même temps

Sur l'abîme la mort nage

Épouvantable carnage !

Champs de bataille flottants..."

 

Victor Hugo

Navarin

Les Orientales

1829

Emmanuel de Dieudonné

1845 – 1889

Fatma

« Que m'importe, juive adorée,

Un sein d'ébène, un front vermeil !

Tu n'es point blanche ni cuivrée,

Mais il semble qu'on t'a dorée

Avec un crayon de soleil »

 

Victor Hugo

La sultane favorite

Les Orientales

1829

« ...La riante Stamboul, le front d'ombres voilé,

Semblait, couchée au bord du golfe qui l'inonde,

Entre les feux du ciel et le reflet de l'onde,

Dormir dans le globe étoilé. »

 

Victor Hugo

Les Orientales

1829

 

 

Fortuné Méaulle

1844 - 1901

Victor Hugo (1802 - 1885) écrivain entre 1885 et 1889

Impression sur papier

"C'est l'anarchie qui ouvre les abîmes, c'est la misère qui les creuse. Vous avez fait des lois contre l'anarchie, faites-en contre la misère !"
1849, Victor Hugo contre la misère.

Jean Cocteau

Portraits-souvenir

Les Cahiers Rouges

Grasset, 1935

 

Page 155 :

Beaudelaire et Victor Hugo.

Il cite la phrase de Baudelaire pour expliquer que Anna de Noailles ne lâchait plus le bassinet quand elle avait commencé à capter l’attention de son auditoire : « Hugo se lance dans un de ces monologues qu’il appelle une conversation. »

 

Les Sara

Depuis 1989, Hélène Arnal, artiste peintre sculpteur inspirée par la tauromachie, la mer et la Camargue, propose à des artistes locaux de décliner le thème de Sara, patronne des gitans. Quinze artistes ont répondu à son invitation en « habillant » à leur manière la silhouette de cette figure légendaire locale.

 

Marie Hugo*

Sara

Musée de la Camargue

Pont de Rousty

Arles

  • Son père est Jean Hugo, l'arrière-petit fils de Victor, l’illustre homme de lettre, emblème national.

 

 

 

Tag

Reims

« L’homme est-il jaloux de la femme car elle réussit là où il a  échoué… »

Victor Hugo

 

"Sauvons la liberté, la liberté sauve le reste ."

Victor Hugo 

Villeneuve les Avignon

 

P 394 :

« Les tours de Notre-Dame étaient l’H de son nom. »

de Vacquerie à propos de Victor Hugo.

Rodin trouvait qu’il était entouré de véritables amis qui avaient le souci de la gloire du maître.

Ambroise Vollard

En écoutant Cézanne, Degas, Renoir

Edition Les Cahiers Rouges – Grasset

Première édition : 1938

 

Victor Hugo et la suppression de la misère 

 

Victor Hugo en Gilet Jaune 

 

Victor Hugo 

Paris 

Portrait d'une maison à Guernesey 

 

 

Albert Besnard

1849 – 1934

La Première d’Hernani

Huile sur toile

1903

Maison de Victor Hugo

Place des Vosges

 

David d’Angers

1788 – 1856

Adèle Hugo

1803 – 1868

Bronze

1828

Maison de Victor Hugo

Place des Vosges

 

 

David d’Angers

1788 – 1856

Victor Hugo en habit

Plâtre patiné

Vers 1837 (moulage en 1903)

Maison de Victor Hugo

Place des Vosges

 

François-Nicolas Chifflard

1825 – 1901

Victor Hugo

Huile sur toile

Vers 1868

Maison de Victor Hugo

Place des Vosges

 

 

Henry Cros

1840 – 1907

Apothéose de Victor Hugo

Bas-relief en pâte de verre

1902 – 1905

Commandé par Paul Meurice en décembre 1902 et mis en place définitivement en 1905.

Maison de Victor Hugo

Place des Vosges

L’auteur s’est inspiré du poème « Le cheval » du recueil Les chansons des rues et des bois (1865) représentant le poète monté sur Pégase, tourné vers l’aurore, avec la muse Théthys ou Castalie, le génie, la pensée et les rimes décrites comme deux sœurs se tenant la main.

 

Adèle Hugo

1803 – 1868

Pierre noire sur papier vélin

Vers 1820

Maison de Victor Hugo

Place des Vosges

 

Atelier de Jersey

Victor Hugo entre sa fille Adèle et sa femme

1853 – 1855

Clichés réalisés pendant l’exil de Victor Hugo à Jersey où un atelier photographique fut installé dans Marine Terrace, la maison de la famille Hugo.

Maison de Victor Hugo

Place des Vosges

 

Le salon chinois

Après le coup d’Etat de Louis-Napoléon Bonaparte, le 2 décembre 1851, Victor Hugo part d’abord à Bruxelles puis dans les îles anglo-normandes où il séjourne à Jersey (1852 – 1855). Il s’installe à Guernesey (1855 – 1870) y acquérant Hauteville House, maison qu’il aménage entièrement lui-même.

Juliette Drouet vit discrètement à Guernesey, en marge de la famille Hugo. Avec humour, Hugo fabrique des panneaux d’inspiration chinoise pour les deux maisons. Shu-Zan est une allusion à Suzanne, la cuisinière de Juliette.

Maison de Victor Hugo

Place des Vosges

 

Auguste Rodin

1840 – 1917

Victor Hugo

Buste en bronze sur piédouche en marbre, modèle 1899 – 1900, fonte en 1908.

Maison de Victor Hugo

Place des Vosges

 

 

Pierre Paul Léon Glaize

1842 – 1932

Victor Hugo sur son lit de mort

Huile sur toile

1885

Maison de Victor Hugo

Place des Vosges

 

 

Victor Hugo 

"Tout pour Notre-Dame, rien pour les Misérables."

 

Paul Paredes 

Victor Hugo 

Avignon 

tag

Valentin Cavaillé 

Victor Hugo 

Avignon 

tag 

"La prière est la soeur tremblante de l'amour"

"Le bonheur se cache parfois dans l'inconnu."

Régis Debray (philosophe et écrivain):

 "Il y a un sens épique chez Victor Hugo que nous avons un peu perdu, il nous rappelle qu'au-delà des individus il y a un horizon commun".

"Victor Hugo, c'est un homme qui nous dépasse, c'est de l'extra-large, c'est plus grand que nous"

 

Source France Inter

09 19

 

-------

Victor Hugo (1802 – 1885) a, notamment, voyagé en Picardie Maritime. Il décrit d’ailleurs « la vieille façade rongée par la brise et par la lune » de la collégiale Saint-Vulfran d’Abbeville, les falaises, d’Ault ainsi que Saint-Valéry-sur-Somme qui l’inspire pour écrire en 1836 son poème Océano Nox .

-------------------------------

 Victor Hugo à Saint-Valéry-sur-Somme 

"Figure-toi, chère amie, une immense solitude bornait l'horizon. Pas un homme, pas une cabane, pas un arbre."

-------

Victor Hugo au Tréport 

 

De Dieppe le 8 septembre 1837 .

".....Ma journée d'hier, chère amie, a été bien remplie. J'étais au Tréport, je voulais voir le point précis où finit la dune et où commence la falaise. Belle promenade, mais pour laquelle il n'y a que le chemin des chèvres et qu'il fallait faire à pied. J'ai pris un guide et je suis parti. Il était midi. A une heure j'étais au sommet de la falaise opposée au Tréport. J'avais franchi l'espèce de dos d'âne de galets qui barre la mer et défend la vallée au fond de laquelle se découpent les hauts pignons du château d'Eu ; j'avais sous mes pieds le hameau qui fait face au Tréport. La belle église du Tré­port se dressait vis-à-vis de moi sur sa colline avec toutes les maisons de son village répandues sous elle au hasard comme un tas de pierres écrou­lées. Au-delà de l'église se développait l'énorme muraille des falaises rouil­lées, toute ruinée vers le sommet et laissant crouler par ses brèches de lar­ges pans de verdure. La mer, indigo sous le ciel bleu, poussait dans le golfe ses immenses demi-cercles ourlés d'écume. Chaque lame se dépliait à son tour et s'étendait à plat sur la grève comme une étoffe sous la main d'un marchand. Deux ou trois chasse-marées sortaient gaîment du port. Pas un nuage au ciel. Un soleil éclatant......"

 

Épitaphe

Victor Hugo (1802-1885)
Les contemplations (1856)

Il vivait, il jouait, riante créature.
Que te sert d'avoir pris cet enfant, ô nature ?
N'as-tu pas les oiseaux peints de mille couleurs,
Les astres, les grands bois, le ciel bleu, l'onde amère ?
Que te sert d'avoir pris cet enfant à sa mère,
Et de l'avoir caché sous des touffes de fleurs ?

Pour cet enfant de plus tu n'es pas plus peuplée,
Tu n'es pas plus joyeuse, ô nature étoilée !
Et le cœur de la mère en proie à tant de soins,
Ce cœur où toute joie engendre une torture,
Cet abîme aussi grand que toi-même, ô nature,
Est vide et désolé pour cet enfant de moins !

Mai 1843.

Victor Hugo.

 

Cimetière de l'abbaye de Graville

Le Havre

-------------

Victor Hugo 

"Ceux qui vivent sont ceux qui luttent"

Les Châtiments 

la Marseillaise 

05 20

 Victor Hugo à Villequier 

---------------

Villequier 

Tombes

La famille Hugo : Adèle, mère, Adèle, fille, Léopoldine, fille.

-------------

 

Villequier

Musée Victor Hugo

Entrée côté Seine ou scène...

-------

Le 22 mai 1885, Victor Hugo meurt à Paris.

ARCHIVES - Il y a 130 ans, Victor Hugo, génie littéraire et homme politique s'éteint après une longue agonie. Le Figaro du 23 mai 1885 lui consacre l'intégralité de son supplément littéraire dans lequel Ernest Renan lui rend un poignant hommage.

«C'en est fait, Victor Hugo entré vivant dans la postérité, entre aujourd'hui glorieux dans la mort», voici comment débute l'article sur la mort de Victor Hugo en Une du Figaro le 23 mai 1885. Victor Hugo est déjà un mythe de son vivant. Le journal consacre sa première page toute entière pour annoncer la triste nouvelle.

 

(…) Le monde est pour lui comme un diamant à mille faces, étincelant de feux intérieurs, suspendu dans une nuit sans bornes. Il veut rendre ce qu'il voit, ce qu'il sent.

(…) « A mesure qu'il avançait dans la vie, le grand idéalisme qui l'avait toujours rempli s'élargissait, s'épurait. Il était de plus en plus pris de pitié pour les milliers d'êtres que la nature immole à ce qu'elle fait de grand ».

 Victor Hugo 

"C'est de l'enfer des pauvres qu'est fait le paradis des riches."

----------------

Victor Hugo déchiffrant un graffiti "anagké" (fatalité)
Vincennes 
Château 
Dessin de Louis Boulanger
XIXe siècle
-----------------

Le graffiti a trouvé ses lettres de noblesse dans la littérature.

Victor Hugo apparaît comme un exemple emblématique. Il les retranscrit dans un carnet de dessin. Il en dessine lui-même lors des visites de monuments. Dans Le Dernier Jour d’un Condamné ou en introduction de Notre-Dame de Paris, il donne au graffiti un rôle central.

Elsa Triolet et Margaret Atwood (science fiction) intègrent les graffitis dans leurs textes.

Château de Vincennes

---------------------------

Abbaye de Graville

Victor Hugo au Havre.

08 20

En compagnie de Juliette Drouet, il foule le sol du Havre pour la première fois le 10 août 1835 pour s’émerveiller de la « forêt de mâts » de son port.

Avec elle, il arrive au Havre le 9 septembre 1837 pour y passer la nuit.

Le lendemain, il emprunte « la Normandie » qui transportera les cendres de Napoléon depuis Cherbourg jusqu’au Val de la Haye.

Le mariage de Léopoldine, le 15 février 1843, avec Charles Vacquerie, marque une vraie présence des Hugo au Havre. William Régnault est le témoin du mariage.

Les époux viennent s’installer à Graville.

Le 9 juillet 1843, Victor Hugo s’éloigne des siens à bord de « la Normandie ». Il ne reverra plus Léopoldine.

C’est au Havre que madame Hugo apprend la mort de sa fille et de son gendre, par noyade, près de la maison de campagne des Lefèvre, amis des Vacquerie.

Victor Hugo est en vacances avec Juliette Drouet. Rongé par le remords, il charge William Régnault de l’organisation des funérailles. Il continue à soutenir des idées de gauche chères à Victor Hugo.

Ernest Lefèvre sera  l’exécuteur testamentaire de Victor Hugo.

 

 

 

 

 

Les Misérables, tome 7.

Victor Hugo

Paris, A.Lacroix, Verboeckhoven & Cie éditeurs

1862, première édition.

Le Havre

Bibliothèque municipale.

 

Victor Hugo

Besançon, 1802 – Paris, 1885

Portrait gravé

Fayard

Musée d’art et d’histoire du Havre

-----------------

Victor Hugo 

Comédie Française

Paris

----------------

 

Victor Hugo à Ault (et Orival).

-----------------

« Le bien que l’on fait parfume l’âme. »

Victor Hugo

-----------------

Victor Hugo à Guernesey – p 73 :

Il écrivait « debout contre son pupitre de bois, depuis la vigie de Guernesey : « La mer est un espace de rigueur et de liberté… »

 

Hervé Hamon

L’Abeille d’Ouessant

Récit

Editions du Seuil – 1999

--------------

 

"Ne soyons plus anglais, ni français, ni allemands. Soyons européens. 

Ne soyons plus européens, soyons hommes (et femmes, NDLR). 

Soyons l'humanité. Il nous reste à abdiquer un dernier égoïsme: la patrie."

 

Victor Hugo.

Choses vues.1887 – 1900

-------------------

On passe une moitié de sa vie à attendre ceux qu’on aimera et l’autre moitié à quitter ceux qu’on aime.

Victor Hugo

-----------------

Victor Hugo

1849

Muséo Seine

Caudebec-en-Caux.

-------------

Victor Hugo d'après David D'Angers.

1828

Musée Balzac.

Château de Saché.

------------- 

Victor Hugo à Villequier 

"Demain, dès l'aube l'heure où blanchit la campagne 

Je partirai Vois-tu je sais que tu m'attends"

 

Pour Léopoldine.

----------------

Victor Hugo à Villequier 

"Et quand j'arriverai je mettrai sur ta tombe 

Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur"

 

Pour Léopoldine;

------------ 

Victor Hugo à Villequier 
"Il faut que l'herbe pousse et que les enfants meurent 
Je le sais ô mon Dieu"
 
--------------

 

 

Victor Hugo à Villequier 
"Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées 
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit"
 
------------- 
Victor Hugo 
La Commune 
Fête de l'Humanité
 
En fait, il suit les événements de Bruxelles.
 
-----------------
Benjamin Roubaud 
Victor Hugo 
1841 
Paris 
Pavillon de l'Arsenal
 
Face aux démolitions d'Haussmann, Victor Hugo s'élève à la disparition du Paris médiéval.
Il écrira, en réaction, Notre-Dame de Paris.
 
 
-----------------
Jules Dalou 
Victor Hugo sur son lit de mort 
1885  
Musée d'Orsay
 
--

“Je ne puis regarder une feuille d'arbre sans être écrasé par l'univers.”

Victor Hugo

----

 Victor Hugo et la Révolution.

"L'Humanité"

-----------

Débrouillez-vous avec ça !

factice adj. Qui n'est pas naturel ; faux, artificiel, imité.

FACTICE, adj. A.− Qui est fabriqué, produit par l'homme à l'imitation de choses naturelles.

FACTICE (adj.)[fa-kti-s'] 1. Qui est fait ou imité par l'art.

factice. , s. adj inv artificiel, imité, postiche, artificielle, faux, insincère, forcé (au figuré) fabriqué, feint, conventionnel, affecté, imaginaire. [antonyme] sincère, nature, naturel, réelle, naturelle, authentique, réel. Appât

Définition de « FACTICE » adj. masc. & fem. Qui est fait exprès. Un mot factice, c'est un mot qui n'est pas de la langue ordinaire, mais qu'on fait exprès & sur le champ pour bien exprimer sa pensée.

 

------------------

Victor Hugo

"Travailleurs de la Mer"

Saint-Malo.

Victor Hugo s'est inspiré des détails de certaines maisons de Saint-Malo pour un dessin qui figure dans le manuscrit des "Travailleurs de la Mer" conservé à la BNF.

--------------------

Victor Hugo et les principes.

"Soyez comme l'arbre, changez vos feuilles, mais jamais vos racines. Vous pouvez changer vos opinions, mais jamais vos principes." 

 --------

"Vous voulez les misérables secourus, moi je veux la misère supprimée."

Victor Hugo 
 
------------

Victor Hugo et sa conscience en paix avec lui-même contre une destinée prospère.

 ---------

Lire aussi:

Publié dans histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article