Germaine Richier - Sculptures

Publié le par bmasson-blogpolitique

Germaine Richier
Grans, 1902 – Montpellier, 1959
Le Griffu
Bronze
 
Sculptrice de formation académique, elle est l’élève d’Antoine Bourdelle. Son travail se transforme radicalement après la seconde guerre mondiale.
Le nom de « Griffu » provient de la serre d’aigle qui prolonge son coude. Cette bête est un mélange de tarasque et d’un corps très fin. Les fils de bronze peuvent évoquer les liens entravant la créature lors de sa capture.
Arles
 
Musée Réattu
---------------

Germaine Richier

Grans, 1902 – Montpellier, 1959

La Pomone

1945

Bronze à patine foncée.

Fontevraud

Abbaye royale 

Elle détourne la tradition académique et devient une artiste moderne.

Elle invente des techniques pour résoudre des problèmes de rapport entre le statisme et le dynamique.

La Pomone est une synthèse de déesse préhistorique et de l'Aphrodite pudique.

 

 

Germaine Richier

Grans, 1902 – Montpellier, 1959

La Vierge folle

1946

Bronze à patine foncée. Fonte Susse.

Fontevraud

Abbaye royale 

L'informel triomphe dans l'esthétique de l'immédiate après-guerre. Germaine Richier a multiplié les figures fabuleuses, étranges et hybrides, perçues entre crainte et répulsion.

Les personnages fragiles et décharnés ont un lien avec ceux d'Alberto Giacometti.

Richier côtoie Bernard Buffet à la biennale de Venise en 1952.

Leur humanisme est mis à mal par l'effondrement des idéologies et des valeurs de progrès auxquels on a cru au début du XXe siècle. Ils expriment l'inquiétude de leur condition humaine.

--------------

 

 

Publié dans art pictural

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article