La Commune de Paris - Nathalie Lemel

Publié le par bmasson-blogpolitique

Il y a eu une exposition sur la Commune aux Archives Nationales rue des Francs Bourgeois à Paris.

Les Communardes ont été accusées d'être des incendiaires. Ce qui est faux car aucune femme n'a été jugée pour ces faits.

En allant chercher le lait, elles (les Communardes) avaient un pot en lait que nous avons tous connus dans notre jeunesse. Elles n'y mettaient pas de pétrole pour incendier les monuments de Paris.

Nathalie Lemel a eu un rôle important et déterminant pendant la Commune.

Dans le livre les auteurs ont représenté ce qu'elle avait pu faire avant la Commune. Elle a eu une activité politique importante, mais mère de plusieurs enfants, elle n'a pas écrit sur ses activités, contrairement à Louise Michel, qui était célibataire et institutrice.

Dessin gratuit - Les femmes au Panthéon - Louise Michel

Nathalie Lemel a été très engagée dans beaucoup de mouvements émancipateurs.

Elle bossait treize heures par jour, elle rentrait ensuite s'occuper de sa famille et en plus elle était une militante active.

 

Voici la bande dessinée qui raconte la vie de Nathalie Lemel

Aurore Valade

Révoltes intimes

 

Commissaire de l’exposition

Daniel Lesmes

 

Née en 1981 à Villeneuve-sur-Lot, France.

Vit et travaille entre Arles et Madrid.

 

 

Paillettes et sabotage. Nous les femmes nous sommes le continent.

Marseille

2018

 

Vive la Commune

 

"L'instruction y est accessible à tous, la science est libérée des préjugés de classe"

Karl Marx

Fête de l'Humanité 2018

 

Champs-Elysées

Après l'acte 16 des Gilet-e-s Jaunes

"Anticapitaliste

1871 Bis"

 

 

 

Emile Deroy

Panorama des incendies de Paris par la Commune

Nuits des 23, 24 et 25 mai 1871

Lithographie

Pavillon de l’Arsenal

Paris

 

Commune de Paris 

Affiche du 25 mars 1871

 

Ernest Pignon Ernest
Affiches 1965 - 2019
La Commune a 140 ans (2011)
Fête de l'Humanité 2019

---------------------

Retraite

Pour la Commune !

12 19

 

---------------------------------

C

Pierre Vieuguet

Petit-fils d’une famille de paysans-métayers et vignerons du Berry (Chabris-Valençay-Nord de l’Indre) et de Touraine (Vallée du Cher-Thésée-Monthou-Sud du Loir-et-Cher), fils de parents résistants et communistes, initialement instituteurs, il est né en 1951 à Paris, 4 sœurs et frère, né à Tours et à Saint-Denis. Il a vécu jusqu’en 1976 à Saint-Denis (93), la ville où est né Paul Eluard, puis en Isère près de Grenoble, à Saint-Martin-d’Hères de 1976 à 1980 et Gières de 1981 à 2006. Il vit aujourd’hui à Vinay, ancien pays de vignes, aujourd’hui pays de la noix.

La Commune

En

partage.

 

Musée Dubocage de Bléville

Saint-François

Le Havre

 

--------------------------------------

 

Le 24 avril 1871, la Commune de Paris votait la réquisition des logements vacants pour loger les personnes sans toits.

 

Source Mathilde Larrère

 

-----------------

La Semaine Sanglante
Paroles : Jean-Baptiste Clément
Musique : Pierre Dupont
Interprétation : Les Amis d'ta femme

-----------------

Sauf des mouchards et des gendarmes,

On ne voit plus par les chemins,

Que des vieillards tristes en larmes,

Des veuves et des orphelins.

Paris suinte la misère,

Les heureux mêmes sont tremblants.

La mode est aux conseils de guerre,

Et les pavés sont tous sanglants. –

Refrain :

Oui mais ! Ça branle dans le manche,

Les mauvais jours finiront.

Et gare ! à la revanche

Quand tous les pauvres s'y mettront.

Quand tous les pauvres s'y mettront.

--------------------------

21 mai 1871 

L'armée versaillaise entre dans Paris 

La "semaine sanglante" démarre.

------------------

 28 Mai 1871  

La Semaine sanglante s'achève au Père Lachaise. 

147 fédérés, combattants de la Commune de Paris, étaient fusillés par les Versaillais et jetés dans une fosse ouverte au pied du mur. 

------------------

 

Commune

1871

Belle Ménil

Paris 

Ménilmontant - Belleville

--------------

La Commune 

Lille 

1871

--------------

Armand Guerra était un anarchiste cinéaste.
Tangui Perron a écrit sur la Commune pour expliquer un contexte plus large.
 
-------------
 

Peu de femmes dans le film, mais en 1914, elles ne comptaient pas. (NDLR: elles prendront conscience de leur force et de la possibilité d'une autre vie après cette boucherie...)

 

A la fin du film, on voit Nathalie Lemel en chair et en os.

Mathilde Larrère.

------------

La Commune

De Armand Guerra

France

1914

20 minutes

Silencieux

 

 

Film restauré en 1995 d'après un négatif issu des collections de la Cinémathèque française. Le générique et les intertitres ont été reconstitués avec le concours de l'historien Nicolas Offenstadt.

----------

"La Commune, savez-vous,
Petit-e-s téméraires,
Ce que c'est? Ecoutez tou-te-s
C'est vivre en frères (et soeurs, NDLR)
Et lorsque nous serons grand-e-s
Nous combattrons les tyrans (tyranes au féminin?)
Vive la Commune!
Enfants, vive la Commune!
Vive la Commune..."
 
Rue Maxime Lisbonne
Paris 18e, la Goutte d'Or
---------------
Gambetta, Thiers, Hugo, les hommes-clés du siège de Paris en 1870-71.
Mathilde Larrère rappelle que des femmes ont aussi été des incontournables de ce siège: Louise Michel, Juliette Adam, Geneviève Breton.
NDLR Je rajouterai Séverine, Nathalie Lemel.

---------------

Juliette Adam

Écrivaine, romancière, journaliste.

Juliette Lambert, épouse Adam, née le 4 octobre 1836 à Verberie et morte dans sa centième année, le 23 août 1936 à Callian, est une écrivaine, polémiste, salonnière féministe et républicaine française. Elle est la fille d'un médecin.

Après la mort de son premier mari en 1867, elle épouse l'avocat Edmond Adam, député de la gauche républicaine, fondateur du Crédit foncier,  préfet de police en 1870.

Issue de la bourgeoisie du XIXe siècle, Juliette Adam tiendra de longues années un salon qui  fût un foyer actif d'opposition à Napoléon III et devint un des cercles républicains. Son salon fut fréquenté par les littérateurs, les libéraux et les hommes d'état les plus influents dont Léon Gambetta.

Elle s’impose dans le Paris du lendemain de la défaite de 1871 qui voit la République   s’installer progressivement après  la chute du Second Empire.  

Dans les années 1870, elle diffuse les brochures de Julie Daubié. Dix ans plus tard elle intègre le Suffrage des femmes, mouvement dont Hubertine Auclert   est à l'origine. Mais « désenchantée par les médiocres effets du suffrage universel masculin », elle change d'avis et rallie l’antiparlementarisme tout en conservant sa position républicaine.

Elle évolua vers un féminisme modéré. Elle fut amie de George Sand. 

EN 1904, Juliette Adam achète les ruines de l'abbaye de Gif. Elle est surnommée « Grand-mère de la Patrie ».

Féministe et républicaine, elle publia de nombreux ouvrages de souvenirs sur le siège de Paris de 1870.

Autrice de :

 « Idées antiproudhoniennes sur l'amour ».

« Le Siège de Paris, journal d'une Parisienne »

« L'Heure vengeresse des crimes bismarckiens »

 

--------------

 

Geneviève Bréton

1849 – 1918

Femme de lettres. –

Son père était un riche homme d'affaires parisien

Mère de l'écrivain et critique d'art Jean-Louis Vaudoyer (1883-1963).

Geneviève Bréton (1849-1918) est une figure émouvante et quelque peu oubliée de l'histoire du Plessis-Robinson. Jeune parisienne, elle est issue de la haute bourgeoisie. Elle a relaté le siège de la capitale, de septembre 1870 à janvier 1871. Elle déplore son impuissance face au danger qui .menace. L'étau prussien se referme. Les Parisien-enne-s  risquent leur vie pour briser le siège. Il y eut 30 000 morts au cours de cet hiver 1870-1871 où la capitale fut assiégée. 

Elle fut la fiancée cultivée et exaltée, amoureuse éperdue de l'artiste. surnommé  le « petit Regnault », exécuté en octobre 1870. Geneviève Bréton épousera par la suite Alfred Vaudoyer.

 

Autrice de :

« 1867-1871, Journal »

-------------------

FEMMES DANS LA COMMUNE (LES)

  • Réalisateur
  • Michèle GARD

 

Documentaire militant à base de banc-titres gravures et photos sur la place, l'importance, le rôle et le courage des femmes dans la Commune, Louise Michel, Nathalie Lemel, Elizabeth Dmitrieff et les autres. La plupart des gravures, estampes, dessins, photos, doivent provenir du Musée d'Art et d'Histoire de Saint-Denis. Commentaire off vibrant, voix féminine.

 

  • Année
  • 1980

 

 Apparition des sociétés comme La Marmite de Nathalie Lemel (portrait photo) et Eugène Varlin, pour rendre la nourriture accessible. « C'est aussi un outil de propagande pour l'Internationale ».

 

 

Rappel biographie et combats de Louise Michel (portrait photo et dessiné). Photo d'Anna Jaclard (ancienne aristocrate russe) et photos de classes (début 20ème) : rappel de son rôle pour l'enseignement des filles et de la controverse avec les Proudhoniens, assez nettement phallocrates.

 

Banc-titre portrait photo d'Elizabeth Dmitrieff (ancienne aristocrate russe et amie de Marx), elle entre au Comité Central. Gravures de femmes pendant la bataille de la semaine sanglante (mai 1871). Off : elles sont cantinières, infirmières, soldats. Photo de Louise Michel en uniforme, de Victorine Louvet (dite « la Générale Eude »). Off : célébration du courage des femmes, qui tiendront seules plusieurs heures la barricade de la rue Blanche, et finiront comme des hommes « massacrées sur place ».

 

La répression. Banc-titre gravures arrestations, photos de cadavres. Off : « Elles seront doublement maltraitées, comme femme et combattantes ». Citation sexistes de divers phallocrates : Alexandre Dumas (« les femelles »), Maxime Ducamp (« des aliénées ou des prostituées »).

 

 Citation de Benoît Malon pour qui la Commune signe l'entrée en force des femmes en politique : « Elles ont senti que la participation des femmes est essentielle à la Révolution dans sa phase de combat »

 

Dignité

Justice sociale.

Emancipation.

Egalité.

La Commune est présente et vivante.

Ludivine Bantigny.
La Commune au présent.
Une correspondance par-delà les temps.
Lettres.
----------------
De Louise Michel aux anonymes, 72 jours de commémorations pour les 150 ans de la Commune de Paris.

La mairie de Paris a présenté, jeudi 11 mars 2021, la programmation du 150ème anniversaire de la Commune de Paris. Des événements vont être organisés de mars à mai.

La Commune de Paris a duré 72 jours, du 18 mars au 28 mai 1871. Sur cette même durée, la Ville de Paris va commémorer le 150ème anniversaire de cette révolte populaire, par une cinquantaine d’événements destinés à faire connaître cette parenthèse parisienne.

(…) Des noms oubliés de la Commune doivent être exhumés, à travers des dénominations de lieu : jardin Louise-Talbot et Augustin-Avrial dans le 11ème, rue Anne-Jaclard et passerelle André-Léo dans le 12ème, hommage à l’historien Marcel Cerf dans le 14ème, jardin Paule-Minck dans le 20ème. Une fresque intitulée La Dernière Barricade sera réalisée rue de la Ferme de Savy, sur un mur du parc de Belleville, à partir du 24 avril.

(…) Cartes des lieux de vie des communards et chronologie de la Commune

En collaboration avec Le Maitron, site du dictionnaire biographique du mouvement social et du mouvement ouvrier, la vie quotidienne des communards sera accessible en ligne.

 

 

 

Anna Jaclard

Anna Jaclard, née Anna Vassilievna Korvine-Kroukovskaïa, est une socialiste et féministe révolutionnaire russe. Elle participe à la Commune de Paris et à l'Association internationale des travailleurs. Elle est amie avec Karl Marx et Fiodor Dostoïevski. La mathématicienne et socialiste Sofia Kovalevskaïa est sa sœur.

 

Anna est la Fille d’un Général russe.

 

Tandis que Sophie se fixe à Heidelberg et devient une brillante mathématicienne, Anna pousse jusqu’à Paris étudier la « question sociale ». Anna s’installe à Paris, dans le but d’étudier la question sociale et se fait ouvrière dans une imprimerie. Elle se met à fréquenter les groupes Blanquistes dans lesquels, elle rencontre Victor Jaclard, alors étudiant en médecine et qu’elle allait bientôt épouser.

Ayant quitté la Russie en 1866, après avoir rejeté une proposition de mariage de Dostoïevski, Anna Korvine-Kroukovskaïa séduit immédiatement Victor Jaclard, qui l'épouse en 1867.

 

Victor Jaclard, son futur mari,  est lui né à Metz en Lorraine, dans un milieu modeste. Charles Victor Jaclard, né à Metz le 18 décembre 1840 et mort à Paris le 14 avril 1903, est l'un des premiers socialistes français, membre de la Première Internationale et meneur de la Commune de Paris.

 

Anna Jaclard était une autre jeune Russe qui correspondait avec Marx aux côtés de Louise Michel, Marx a aussi nommé Dmitrieff, alors âgée de 21 ans, envoyée officielle de l’Internationale à Paris. Cette confiance  a été remboursée car elle est devenue l’une des dirigeantes les plus efficaces de la Commune.

 

Issue de l’aristocratie russe, proche de Dostoïevski et de Marx, Anna Jaclard est une figure incontournable de la Commune. Aux côtés de Louise Michel, elle est l’une des chevilles ouvrières de la Commune de Paris. Anna Jaclard se consacre surtout à coordonner l’enseignement dans les écoles de filles. Avec André Léo, femme de lettres, (dont le pseudonyme est Léodile Champseix), elle fonde en mars le journal la Sociale qui avance l’idée "Au temps où nous sommes, c’est l’idée plus que la force du bras qui gagne les batailles !"

 

Elle est décrite en 1871 comme une «harpie» et un «pétroleuse» par le secrétaire de l’ambassade de Russie à Paris.

 

Édouard Vaillant, le délégué à l'Instruction publique, s'attache alors à laïciser les institutrices républicaines au travers d'une commission. André Léo, Anna Jaclard, Noémie Reclus et Clara Perrier participent à la commission créée par Vaillant « pour organiser et surveiller l’enseignement dans les écoles de filles ».

 

Après son appel "Au Travailleur des campagnes" puis "Toutes avec tous", où elle tente de faire accepter les femmes parmi les révolutionnaires, elle s'investit dans divers Comités de vigilance d'arrondissement.

 

Le 21 avril, elle signe avec André Léo et Anna Jaclard l'appel des citoyennes de Montmartre. Elle est également ambulancière et en recrute 80 dans son arrondissement. 

 

Elle fut membre du Comité de vigilance des citoyennes du 18e arrondissement aux côtés de Paule Minck et de Louise Michel et de l’Union des Femmes.

 

 Une passerelle et une rue seront inaugurées dans le 12e arrondissement, et nommées en l'honneur d'André Léo et Anna Jaclard.

--------------

La Commune 
Antiproduct 
Nantes
Elisabeth Dmitrieff
03 21
----------
La Commune refleurira.
Antiproduct 
Nantes
Jules Vallès
03 21
 
-----------------
5 femmes qui ont fait la Commune et dont on ne sait rien.
Courte par sa durée (72 jours), grande par sa portée (Marx la considérait comme un “point de départ d’importance dans l’histoire du monde”), la Commune est proclamée en mars 1871. Elle a marqué les esprits par ses mesures sociales, qui n’ont pas pris une ride, et l’implication des femmes. À l’occasion de ses 150 ans, retour sur 5 figures de militantes qui ont porté le mouvement.

(…) Comme l’explique l’historienne Michèle Perrot: “L’idée que les femmes ont été passives et ne se sont réveillées qu’au XXème siècle est fausse!” 

 

Louise Michel, la porte-étendard 
Nathalie Le Mel, la révolutionnaire
André Léo, la plume
Paule Minck, l’oratrice
Elisabeth Dmitrieff, la marxiste

La Commune 

150 ans 

Lallement soutient Thiers

-----------

La Commune -

Nathalie Lemel en 2021: solidarités internationalistes, solidarités populaires, marmites dans les restaurants coopératifs, Union des femmes, émancipation.

--------------

La Commune 
17 e arrondissement  de Paris.
Les femmes sont appelées à défendre Paris.
Infirmières dans les ambulances, relève des corps des blessés sur le champ de bataille, derrière les barricades.
-------------
La case du siècle1871, la Commune - Portraits d'une révolution
 

En mars 1871, lorsque la Commune de Paris est proclamée, les photographes descendent dans la rue pour immortaliser l'histoire en marche. Ils livrent ainsi plusieurs centaines de clichés qui forment le premier photoreportage de l'histoire. Leurs témoignages ne sont pas neutres, car l'image exalte ou dénonce, grandit les insurgés ou les rabaisse, défend la révolution ou soutient la répression.

France 5

Sur France TV

Le récit photographique de la Commune dans « La Case du siècle » sur France 5

C’est une autre histoire de la Commune que propose « La Case du siècle » dimanche 2 mai à 22.40. Lors de ces 72 jours où l’utopie s’est transformée en tragédie, seuls quelques photographes ont immortalisé des scènes rares. Puis les clichés sont devenus pièces à conviction, et certains n’ont pas hésité pas à les manipuler. Ce film permet de découvrir ce moment unique d’une révolution brisée à travers l’objectif forcément subjectif de l’appareil photographique.

(…) Cette bataille des images communardes et versaillaises nous rappellent qu’un témoignage n’est pas neutre. La photographie exalte ou dénonce, grandit les insurgés ou les rabaissent, défend la révolution ou soutient la répression. Un éclairage sur les soixante et onze jours d’insurrection au plus près de la période historique de la Semaine sanglante.

7 mai 1871, la Révolution sans la femme?

IL Y A 150 ANS. 

Mathématicienne et écrivaine, Michèle Audin est aussi passionnée par l'histoire et tient un blog sur la Commune de Paris

(…) André Léo s’adresse directement au général Dombrowski à la une de La Sociale. Voici son article (la citation en italique). Que je dédie à toutes les amies et amis de la Commune qui croient que « la place des femmes dans la cité, au travail et au foyer a été réinterrogée comme jamais » pendant ces quelques semaines.

(…) Arrêtés tout d’abord par la crainte de blesser les femmes et d’écraser leurs enfants, qui s’attachaient aux roues des canons, les soldats comprirent ces reproches, et ils mirent en l’air la crosse de leurs fusils.

(…)La Révolution était faite. Grâce aux femmes, surtout. Il faut bien l’avouer, et je vous le répète, citoyen Dombrowski, — et vous, grand-prévôt, qui chassez de vos avant-postes les femmes assez dévouées à la cause de la Révolution, pour lui sacrifier leur vie.

(…) La femme ne doit plus obéir aux prêtres; mais elle ne doit pas plus qu’auparavant relever d’elle-même. Elle doit demeurer neutre et passive, sous la direction de l’homme, elle n’aura fait que changer de confesseur.

(…) La Révolution, il faut bien en prendre son parti, est la liberté et la responsabilité de toute créature humaine, sans autre limite que le droit commun, sans aucun privilège de race, ni de sexe.

(…) On pourrait, d’un certain point de vue, écrire l’histoire depuis 89, sous ce titre: Histoire des inconséquences du parti révolutionnaire. — La question des femmes en ferait le plus gros chapitre, et l’on y verrait comment ce parti trouva moyen de faire passer du côté de l’ennemi la moitié de ses troupes, qui ne demandait qu’à marcher et à combattre avec lui.

André Léo

150 ans de la Commune de Paris : Pas de révolution sans les femmes.

Pour les 150 ans de la Commune, les élèves du lycée-collège Voltaire ont choisi d’évoquer l’engagement des femmes dans ce soulèvement populaire. 

(…) Portraits de femmes à partir des modèles des photographies prises par Eugène Appert dans les prisons de Versailles en 1871. Ces photos montrent les communardes  toutes assises, sur fond apparemment gris, lumière naturelle, mains sur les genoux, suivant une consigne donnée par le photographe.

(…) Dans ces quelques centaines de photos de communards, archivés  au musée Carnavalet, il y a 70 portraits de ces femmes emprisonnées.

 

Ludivine Bantigny : « la Commune continue d’inspirer les luttes ».
« Elle n’est pas morte ! ». Dès 1886, le poète et révolutionnaire Eugène Pottier en a la conviction : la Commune de Paris n’a pas dit son dernier mot. À l’occasion de son 150ème anniversaire, on remonte le temps pour faire le lien entre héritage de la Commune et luttes actuelles avec l’historienne Ludivine Bantigny.
(…) La Commune de Paris, de quoi parle t-on ?

Longtemps écartés des programmes scolaires, les 72 jours de l’insurrection parisienne n’évoquent pas toujours un souvenir historique très clair. Aujourd’hui encore, peu de personnes en dehors des cercles militants situent vraiment l’événement. 

(…) Elle poursuit : « la Commune continue d’inspirer les luttes sociales modernes »

 

 

29 MAI 2021 : GRANDE JOURNEE POPULAIRE POUR CELEBRER LES 150 ANS DE LA COMMUNE DE PARIS 1871 🍒

 

 

 

 

 

 

 

Plus que jamais, la Commune reste une source d’inspiration et de confiance pour toutes celles et tous ceux qui se réclament, encore et toujours, des valeurs de la République démocratique et sociale, une République émancipatrice et universelle. Face à la haine intacte des versaillais d’aujourd’hui, manifestons la solidarité joyeuse que stimule son héritage.

 Samedi 29 mai 2021, une grande journée populaire pour célébrer le 150e anniversaire de la Commune de Paris 1871… à l’appel de 89 organisations :
• À partir de 10 heures, sur la place de la République à Paris, animations, spectacles, prises de parole, pique-nique…
• À 14 heures, départ du cortège populaire en direction du Père-Lachaise et montée au Mur des Fédérés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RENDEZ-VOUS

SAMEDI 29 MAI 2021 • À PARTIR DE 10 HEURES

PLACE DE LA RÉPUBLIQUE À PARIS

 

 

 

 

 

FIGURES D'HIER, ESPOIR D'AUJOURD'HUI ❤

 

 

 

 

 

----------------------

 

En cette année du 150e anniversaire nous mettons à l’honneur des acteurs et actrices de ce moment historique qui résonne dans nos cœurs et dans nos têtes.

Ces 50 portraits, spécialement restaurés graphiquement par nos soins illustrent le combat d'hommes et femmes, connus ou non, qui ont marqué à jamais l’Histoire pour un idéal d’émancipation qui reste d’actualité et à conquérir. ✊


1871-2021, la Commune est toujours vivante.
Vive la Commune ! 🍒

 

 

 

 

 

La Commune

Info'Com CGT

 --------------

La Commune

Info'Com CGT

 --------------

La Commune

Info'Com CGT

 --------------

 

La Commune

Info'Com CGT

 --------------

La Commune

Info'Com CGT

Eugène Varlin 

Louis Eugène Varlin, né le 5 octobre 1839 à Claye et mort le 28 mai 1871 à Paris, est un militant socialiste et libertaire, membre de la Commune de Paris et de la Première Internationale.

Eugène Varlin naît dans une famille de paysans pauvres. Il devient artisan relieur.

Eugène Varlin se montra dévoué défenseur des grévistes et il se tourna pour les aider vers la “ Caisse du Sou ”. Il a précisé son point de vue dans un article du Travail, organe des associations ouvrières.

Eugène Varlin est sûrement, avec Louise Michel, l'une des plus grandes figures de la Commune de Paris. Socialiste d'esprit plutôt libertaire.

----------

150 ans après l’insurrection de 1871, la #villedeparis inaugure deux rues aux noms de André Léo et Anna Jaclard, ces féministes et figures de la Commune. À travers elles, l’histoire oubliée des communardes refait surface.

« L'Humanité »

-------------------

André Léo 

La Commune 

Fête de l'Humanité

--------------

Nathalie Le Mel 

La Commune 

Fête de l'Humanité

--------------

Anna Jaclard 

La Commune 

Fête de l'Humanité

----------

Lire aussi:

Publié dans histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article