Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

theatre

Quand m'embrasseras-tu? Poèmes de Mahmoud Darwich

Publié le par bmasson-blogpolitique

Quand m'embrasseras-tu? Poèmes de Mahmoud Darwich

 

Quelques poèmes et textes de Mahmoud Darwich mis en scène dans « Quand m’embrasseras-tu? ».

Quand m’embrasseras-tu ?

Texte Mahmoud Darwich

Mise en scène Claude Brozzoni

Avec Abdelwaheb Sefsaf, comédien, Georges Baux, Claude Gomez, musiciens, Thierry Xavier plasticien

Composition musicale de Georges Baux, Claude Gomez, Abdelwaheb Sefsaf

Scénographie de Claude Brozzoni, Thierry Xavier

Son de Titou Victor

Lumière de Didier Beauvarlet

Costumes de Pascal Robin

Extraits de « Nous sortirons » :

Nous sortirons. Nous l’avons dit : Nous sortirons.

Bombardez notre ombre...

Notre ombre.

Menez-la captive à sa mère, la terre, ou suspendez-la aux châtaigniers.

Vous êtes où nous ne sommes pas !

Entrez dans votre illusion et labourez notre illusion.

 

Nous sortirons Nous avons dit : Nous sortirons du commencement de la mer,

Dans un tué, cinq blessés et cinq minutes,

Après la chute des communautés dans le vacarme de l’affrontement du fer et du clan.

Nous sortirons de chaque maison qui nous a vu détruire un char sur nous-mêmes, ou dans son voisinage.

Nous sortirons de chaque mètre et de chaque journée, ainsi que les bédouins sortent de nous.

 

 

Nous sortirons. Nous avons dit : Nous sortirons lorsque nous rentrerons.

 

 

 

Nous sortirons. Nous avons dit : Nous sortirons un peu de nous-mêmes, vers nous.

Nous sortirons de nous-mêmes

Vers la parcelle de mer blanche, bleue.

Nous étions là-bas et là.

L’absence métallique signale notre présence.

Beyrouth était là-bas et là.

 

Et nous étions sur la parcelle de terre ferme, une horloge et une journée d’oeillets.

Adieu à ceux qui, peut-être, de notre temps, viendront silencieux

Et de notre sang, viendront debout pour que nous entrions.

Ce qui m'a le plus enthousiasmée, c'est que pendant des temps de guerre, Darwich trouve encore des bonheurs simples sur cette terre.

Une vigne, une fleur d'oranger, les saisons, le renouveau, l'amour, la vie, des détails infimes sont valorisés quand l'horreur existe autour de lui.

C'est un hymne à la vie. C'est la chanson de l'espoir. C'est l'espoir de la paix.

Oranger bigaradier au Maroc

Quand m'embrasseras-tu? Poèmes de Mahmoud Darwich

Sur les murs de l'escalier de la Plaine Granger à Marseille, mars 2016

Publié dans Théâtre

Partager cet article
Repost0

Des souris et des hommes- John Steinbeck-

Publié le par bmasson-blogpolitique

 

Des souris et des hommes.

De John Steinbeck.

Autant de misère rassemblée dans une même ferme des Etats-Unis, dans les années 1930, ce n’est pas possible !

Et pourtant, Steinbeck l’a fait…

 

Un routard, allant de travail en travail et de ferme en ferme, s’est acoquiné avec un être simple d’esprit sur qui il veille.

Ce simple d’esprit, gentil mais doté d’une force supérieure à la normale, ne peut se débrouiller seul dans la vie.

Pourquoi ces deux êtres que tout sépare restent-ils ensemble ? La peur de la solitude l’emporte sur tout.

Dans cette ferme, un ranch de Soledad, trois autres personnes aux destins tragiques y vivent : la femme du fils du propriétaire, fraîchement mariée. Un homme très âgé et un ouvrier agricole noir.

Trois solitudes à l’état pur.

La jeune femme n’aime pas son mari et recherche de la compagnie pour pouvoir parler.

 

Mais, dans une ferme américaine de ces années-là, il n’y a que des hommes et ils la regardent avec suspicion, pensant qu’elle cherche à les aguicher.

Le Noir, lui, est rejeté pendant les temps libres par les autres. L’argument de l’odeur nauséabonde est utilisé par les blancs ! Il se retrouve seul, dans une chambre où personne ne vient. Il lit…

L’homme âgé a peur d’être mis au-dehors de la ferme quand il ne pourra plus effectuer les petits travaux d’entretien. Il ne touche pas de retraite…

Face à leurs destins misérables, ils rêvent. Ils aimeraient acheter leur ferme dans laquelle ils imaginent une vie heureuse. Ils rêvent d’un pot commun dans lequel ils verseraient leurs maigres économies.

 

Mais, la jeune femme connaîtra une fin tragique dans les mains de notre simplet qui panique et la fait taire définitivement.

Les blancs de la ferme appliquent une justice expéditive : un chien est trop vieux ? Une balle dans la tête… Notre simplet ne doit plus recommencer ? Une autre balle évitera des frais d’internement !

 

Serait-ce là la douceur de vivre « made in America » ?

Le récit s'inspire d'un vers de Robert Burns : "The best laid schemes o'mice an'men gang aft a-gley"

« Les plans les mieux conçus des souris et des hommes souvent ne se réalisent pas ».

 

L’adaptation théâtrale a été réalisée par :

Jean-Philippe Évariste et Philippe Ivancic. Avec : P. Ivancic, J-P. Évariste, G. Le Devehat, P. Sarrazin, E. Dabbous, B. Henry, H. Déus et P. Ivancic, en collaboration avec le Théâtre 13.

Ce spectacle est à voir si le moral est au beau fixe… Devant cette triste fatalité de la vie…Il n’y a aucune échappatoire possible…

Des souris et des hommes- John Steinbeck-
Un Rottweiler et un gros chien noir attaquent en toute liberté...Ils sont les semeurs de mort

Un Rottweiler et un gros chien noir attaquent en toute liberté...Ils sont les semeurs de mort

Tag de souris à Marseille

Souris

Mickey Mouse mange des pâtes

Marseille

 

Graph

Souris chimiste

Avignon

Moitié souris, moitié chat sur un disque vinyl

Montage

Marseille

---------

 

« Lorsque notre nourriture, nos vêtements, nos toits ne seront plus que le fruit exclusif de la production standardisée, ce sera le tour de notre pensée. Toute idée non conforme au gabarit devra être éliminée. »

John Steinbeck        

-----------

Publié dans Théâtre

Partager cet article
Repost0

Bronx avec Francis Huster.

Publié le par bmasson-blogpolitique

Bronx avec Francis Huster.

 

Bronx

De Chazz Palminteri, mise en scène de Steve Suissa. Avec Francis Huster.

Calogero « Chazz » Palminteri est un acteur, réalisateur, scénariste et producteur américain né le 15 mai 1952 à New York aux États-Unis. D'origine sicilienne, il raconte son enfance dans le Bronx dans le film « Il était une fois le Bronx », adapté de sa propre pièce de théâtre.

Dans le Bronx des années 60, le petit Cologio observe de ses neuf ans le monde des "affranchis", particulièrement fasciné par Sunny, leur chef. Son père Lorenzo, accepte mal l'intérêt de son fils pour les malfrats : chauffeur d'autobus, il a toujours refusé de se compromettre. Un soir, Cologio est témoin d'un meurtre perpétré par Sunny mais ne dit rien à la police. Le gangster lui en est reconnaissant et le prend sous son aile. En grandissant, Cologio hésite entre le mode de vie que lui propose le milieu et celui de sa vraie famille.

Ce récit autobiographique a été mis en images par Robert de Niro dans le film « Il était une fois dans le Bronx ». Chazz Palminteri se réserve le premier rôle, étant acteur.

Francis Huster est en forme et interprète brillamment, sur scène, 18 personnages différents. On reconnaît aisément les dialogues du film.

 

Cologio pose à Sunny la question : « Vaut-il mieux être craint ou aimé ? » Il répond qu’il faut trouver un équilibre entre les deux sentiments, sinon on devient détesté.

Sunny lui propose le test des portes de voiture fermées au loquet pour savoir si la future fiancée est égoïste ou non !

Excellent spectacle.

Publié dans Théâtre

Partager cet article
Repost0

De filles en aiguilles, théâtre.

Publié le par bmasson-blogpolitique

De filles en aiguilles, théâtre.

De filles en aiguilles

 

Avec Alexandre Brasseur.

 

Du très bon théâtre de boulevard. Chacun endosse deux, trois identités, se raconte deux, trois histoires différentes, et raconte aux autres plusieurs versions de leur histoire.

 

On voit tout :  qui croit quoi, qui ne sait pas qu’un détail va changer le cours de l’histoire, qui va mentir, qui va trahir pour se sauver…

 

C’est désopilant et très drôle ! La chute finale est assez originale….

 

Publié dans Théâtre

Partager cet article
Repost0

Les Trois Richard- Pièce de Dan Jemmett.

Publié le par bmasson-blogpolitique

Les 3 Richard de Dan Jemmett.

Son frère, Edouard IV accède au trône.

« Maintenant que l'hiver de notre mécontentement

« s'est changé en été glorieux par ce soleil d'York ;

« Et toute la nuée pesant sur ma maison

« Engloutie dans le sein profond de l'océan.

Mais, Richard conspire. Il se plaint. Il envie. Il jalouse.

« J'ai bien l'intention de prouver que je suis un méchant

Et que je hais les plaisirs frivoles des jours actuels. »

 

 

Sa belle-soeur, la reine d’Angleterre, verra son mari, ses frères, son fils tués, les uns après les autres.

On apostrophe, on insulte (phacochère !). Il épouse sa belle-sœur !

 

Richard complote. Il s’allie, suspicieux. Chacun se surveille. Il défend son futur trône contre les armées ennemies. Batailles en perspective.

 

Victoire. Il a le pouvoir.

 

Et la lutte incessante pour défendre/acquérir le pouvoir reprend. Un empoisonnement se joue en ballet sur un fond musical rock….

 

Chacun regrette ses actes. Personne n’est aimé. Plus personne ne s’aime soi-même. C’est le pire.

 

Richard veut être roi, il ne reculera devant rien, ni personne.  Ce spectacle est joué sur le mode parodique.

 

Les Anglais ont le vent en poupe dans le théâtre français contemporain. Simon Mac Burney a présenté son spectacle à Avignon en juillet 2012. Dan Jemmett renouvelle la tragédie shakespearienne avec les ingrédients de l’humour noir. Et c’est plutôt réussi.

 

A noter une découverte d’acteur, Marc Prin, qui fait pleurer, trembler devant ses colères et émouvoir avec sa tristesse.

 

 

 

Les Trois Richard- Pièce de Dan Jemmett.

Publié dans Théâtre

Partager cet article
Repost0

Pêle-mêle de photos d'artistes

Publié le par bmasson-blogpolitique

Les Bonobos

Laurent Baffie

 

Les Bonobos

Laurent Baffie

Stéphane Plaza

Le fusible

 

Stéphane Plaza

Le fusible

 

Corinne Touzet

Un nouveau départ

 

 

La Piccola Familia

Arlequin poli par l'amour

de Marivaux

 

Les frères Karamazov

Fiodor Dostoïevski

 

« La tolérance atteindra un tel niveau que les personnes intelligentes seront interdites de toute réflexion pour ne pas offenser les imbéciles »

Dostoïevski.

-------------

"Nous faisions nos plans, mais nous avons oublié que le destin a aussi des plans."
"Crime et châtiment", Fiodor Dostoïevski
-----------

"Tout est des mots, des mots et des mots, et ce qu'il faut, ce sont des faits!"

"Le joueur",

Fiodor Dostoïevski

---------

Kevin et Tom

 

Tom et Kevin dédicacent l'affiche

Le Mahabarata

Festival d'Avignon

 

Théâtre d’ombres de l’Andhra Pradesh

Les figures du théâtre d’ombres Tholubommalata portent le nom «de « Géants de l’Andhra Pradesh ». Le répertoire emprunte l’essentiel de ses thèmes aux deux principales épopées indiennes, le Râmâyana et le Mahâbbârata.

Les montreurs derrière un écran manipulent les personnages exposés à une source lumineuse. Leur cuir translucide laisse passer les couleurs. Ce spectacle, supplanté par le cinéma, avait le pouvoir d’amener la pluie et de guérir malades et possédés.

Musée du Quai Branly

Paris

Théâtre des Carmes créé par Benedetto

Publié dans Théâtre

Partager cet article
Repost0

Gigi d'après Colette, jouée par l'équipe de "Plus Belle La Vie"

Publié le par bmasson-blogpolitique

 

Les acteurs de la série Plus Belle la Vie jouent la pièce de théâtre inspirée de Gigi, nouvelle française de Colette, parue en 1944.

Sylvie Flepp campe une tante de Gigi très autoritaire et complètement déjantée pour notre plus grand plaisir...

Signature-dédicace de photos dans un centre commercial en 2010, à Marseille.

                                                                      Colette

Stéphane Hénon et Fabienne Carat

Place du Mistral

Marseille

Colette, une femme flamboyante.

(…) « Je veux faire ce que je veux. Je veux jouer la pantomime, même la comédie. Je veux danser nue, si le maillot me gêne et humilie ma plastique. Je veux me retirer dans une île, s’il me plaît, ou fréquenter des dames qui vivent de leurs charmes [...]. Je veux sourire à tous les visages aimables, et m’écarter des gens laids, sales et qui sentent mauvais. »

"Faites des bêtises, mais faites-les avec enthousiasme."

Colette.

Article non en entier.

Disparue un 3 août, il y a 67 ans de cela, l'écrivaine Colette passe pour une icône féministe. Ses positions étaient pourtant plus ambiguës que radicales, parfois contradictoires. Vision d'une féministe paradoxale par Frédéric Maget

Maison Colette

 

L'écrivaine Colette : scandaleuse, éprise de liberté et féministe paradoxale.
Sur France Inter, “Un été avec Colette”, l’icône indomptable des lettres.
Antoine Compagnon consacre quarante courts épisodes à la prolifique et sulfureuse romancière, qui fut également journaliste ou artiste de music-hall. Et dont l’apport, aujourd’hui, reste sous-estimé.

Paris

Moulin Rouge

Colette

En 1907, le Moulin Rouge continuait à provoquer et à défier. La danse à demi nue cédait parfois à un spectacle provocateur d'un autre genre, tel que «Dream of Egypt», monté par l'écrivain Colette et sa petite amie, Mathilde de Morny.

---------

Publié dans Théâtre

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8