Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

arles

Arlésiennes et Arlésiens en costume - José Belon

Publié le par bmasson-blogpolitique

Robe soyeuse

Jupon rouge

Couple à cheval

Robe violette

Trois Arlésiennes à cheval

Jupe rayée

Deux Arlésiennes à cheval

Robe rouge

Groupe de cavaliers et cavalières

Robe verte

Couple à cheval

Profil

Jeune fille

Arlésiennes à Uzès

 

Tag d'Uzès

Robe bleue

Groupe mixte

Tout sourire

Chemise jaune

 

 

José Belon

La lutte d'hommes

1887

Bienfaiteur du musée Uzétien

 

 

Publié dans Arles

Partager cet article
Repost0

Les Arlésiennes voyagent

Publié le par bmasson-blogpolitique

Place Castellane, à Marseille

----------------------------------

 

Anna Gould et comte de Castellane.
 

Page 65 :

Anna Boni de Castellane, épouse de Boni de Castellane issu d’une « très ancienne famille provençale qui fut surtout importante au XIXe siècle par le mariage d’un Castellane avec la célèbre Pauline* », est américaine et fille d’un riche milliardaire. Elle se lassera de son mari volage et dépensier et demandera le divorce. Voici la description d’une de ses journées :

« Elle galopait le matin dans l’allée des Poteaux, prenait des verres à Armenonville*, revenait des courses (hippiques, NDLR), et le soir dansait à Puteaux et au Polo. »

Boni de Castellane, en 1912, cèdera à la mode persane du moment et se présentera au bal des Mille et Une Nuits qui se déroulait chez Félicité*, épouse du comte Aynard de Chabrillan, revêtu « du costume turc de son ancêtre l’ambassadeur de Louis XV à Constantinople. » (page 77)

Elisabeth de Gramont

Les Marronniers en fleurs – Mémoires, 2

Les Cahiers Rouges – Grasset – 2018 – Première édition en 1929

------------------------------------

  • Pauline de Talleyrand-Périgord :

 

  • Clémentine Félicité Ghislaine Marie de Lévis-Mirepoix (1874-1948) :

 

--------------------------------------------------------------------------------

Jean Cocteau

Portraits-souvenir

Les Cahiers Rouges

Grasset, 1935

 

Page 63 :

Pavillon d’Armenonville.

Jean Cocteau en parle dans son livre de souvenirs. Il cite un repas pris à Armenonville, entre Otero et Cavalieri.

Autre établissement fréquenté par le tout Paris de la Belle époque : le Palais de Glace. Les familles s’y amusaient sur la glace jusqu’à 17 heures, les cocottes leur succédaient.

On peut voir le tableau d’Henri Gervex, Un soir de grand prix au pavillon d’Armenonville, 1905.

Oil on canvas, 66 x 98 cm © Paris, Musée Carnavalet/ Roger-Viollet.

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Page 280 :

Boni de Castellane avait « des cheveux d’or, un teint rose plein d’éclat, des yeux bleus et froids, un monocle voltigeur, des mouvements brusques et une silhouette élancée. » Ancien amant d’une actrice, Mademoiselle Marsy, il épousera une riche américaine, Anna Gould, « qui le quittera pour son cousin, le prince de Sagan. Il deviendra Saint-Loup dans la Recherche du temps perdu de Marcel Proust»

 

Jean D’Ormesson

De l’Académie française

Mon dernier rêve sera pour vous

Une biographie sentimentale de Chateaubriand

Editions Jean-Claude Lattès, 1982

 

--------------------------------------------------------------------------------------

Elles jouent du rock

Elles rockent and rollent

En promenade avec leur ombrelle

Au théâtre antique d'Arles

A Chicago

A Hong-Kong

A la piscine pour flamants roses

A la plage

A New-York

 

A Saint-Petersbourg

A Neuschwanstein

A Shanghaï

 

A Marignane

Avec Angela Davis

Angela Davis and Toni Morrison in 1974.

Toni Morrison, née Chloe Ardelia Wofford le 18 février 1931 à Lorain dans l'Ohio et morte à New York le 5 août 2019, est une romancière, essayiste, critique littéraire, dramaturge, librettiste, professeure de littérature et éditrice.

----------

 

Blues et féminisme noir, d’Angela Davis. Avec son livre l'auteure met en lumière, dans l’art de chanteuses de blues, les germes du féminisme noir et d’une conscience de classe. Un chef-d’œuvre de pensée.

Apothéose finale, elle analyse l’emblématique chanson dénonçant le lynchage des Noirs Strange Fruit, « que Billie Holiday appelait son propre “cri de révolte” contre le racisme ». Au misérabilisme d’un certain nombre de biographies,

Rappel des faits Le 4 mai, au Théâtre des Amandiers, Angela Davis et Tariq Ali, figures du combat anti-impérialiste, s’entretenaient sur l’héritage de 68. Une discussion animée par Françoise Vergès et Marcus Rediker.

Quelle a été votre expérience de mai 68 ? Où étiez-vous, que faisiez-vous ? Comment avez-vous intégré les luttes internationales dans votre militantisme ?

Présentation d'Angela Davis

Regrets d'un certain type de solidarité

Angela Davis

Angela Davis : "Pour détruire les racines du racisme il faut renverser tout le système capitaliste".

(…) « Je crois que de plus en plus les Noirs voient le racisme et toute l’oppression dirigée contre les Noirs comme une partie d’un système plus grand, comme une partie du capitalisme et alors il est nécessaire pour détruite les racines du racisme de renverser tout le système. Il y a beaucoup de Noirs qui, maintenant, se considèrent comme marxistes. »

Angela Yvonne Davis, est née le 26 janvier 1944 à Birmingham en Alabama.

Angela Davis est une philosophe, militante féministe, antiraciste et communiste africaine-américaine, professeur émérite à l’Université de Santa Cruz.

Libérez Angela Davis

Affiche du PCF

--------------------------------------------------------------------------------------------------

Angela Davis 

Affiche d'Ernest Pignon Ernest 

Fête de l'Humanité 2019

 

-----------------------------

 

 

 

Angela Davis 

 

Fête de l'Humanité 2019 

----------------------------

« Je suis communiste parce que la raison pour laquelle nous sommes contraints et forcés à vivre misérablement, à avoir un niveau de vie le plus bas de toute la société américaine, est en rapport étroit avec la nature du capitalisme.»

-Angela Davis-

 


05 20

-----

Angela Davis 

"Pour détruire les racines du racisme il faut renverser tout le système capitaliste."

----------

"Je crois que de plus en plus les Noirs voient le racisme et toute l’oppression dirigée contre les Noirs comme une partie d’un système plus grand, comme une partie du capitalisme."

Angela Davis              

 

 

Angela Davis

"Oui, je suis communiste et je considère que c'est un grand honneur car nous luttons pour la libération totale du genre humain."

Michèle Katz 
Paris, 1936
Angela Davis 
1971  
Dunkerque 
LAAC 
Angela Davis est inculpée à tort en 1971 de meurtre, kidnapping et conspiration. Jean Genet et Jean-Paul Sartre relaient en France la mobilisation internationale pour la faire libérer. Elle sera acquittée l'année suivante. Michèle Katz l'a représentée avec des seins et un prisonnier derrière elle car "à l'époque c'est ce qu'on entendait par être femme".
-------------------

ANGELA Davis.

Par Elizabeth Leigh-Taylor, 1970 

-----------------

"La honte de la France" : Pierre Perret dans le collimateur d'une Première Dame !

 

(…) Le 10 septembre, Pierre Perret a raconté une autre anecdote dans La Boîte à secrets sur son titre Lily, inspiré par un voyage à New York en 1972 et un meeting d'Angela Davis, icône de la lutte contre le racisme. Dans les années 70, cette musique lui a posé "beaucoup, beaucoup de" problèmes. 

 

Pierre Perret - Lily------

------

Angela Davis. 
Les racines de la résistance. 
Fête de l'Humanité
 
--------------
Fête de l'Humanité 2021.
Jean Ferrat et Angela Davis.
Angela Davis est une militante américaine qui lutte contre les discriminations raciales, et pour la reconnaissance des droits des femmes dans les années 1970.
------------
Abolition. Feminism. Now 
 Relié – 3 février 2022
Édition en Anglais  de 

Angela Davis

Gina Dent

Erica Meiners

Beth Richie.

As a politic and a practice, abolition increasingly shapes our political moment -- halting the construction of new jails and propelling movements to divest from policing. Yet erased from this landscape are not only the central histories of feminist -- usually queer, anti-capitalist, grassroots, and women of color - organizing that continue to cultivate abolition but a recognition of the stark reality: abolition is our best response to endemic forms of state and interpersonal gender and sexual violence. Amplifying the analysis and the theories of change generated from vibrant community based organizing, Abolition. Feminism. Now. surfaces necessary historical genealogies, key internationalist learnings, and everyday practices to grow our collective and flourishing present and futures.

En tant que politique et pratique, l'abolition façonne de plus en plus notre moment politique - 
stoppant 
la construction de nouvelles prisons et poussant les mouvements à se désengager du maintien de 
l'ordre. Pourtant, non seulement les histoires centrales des organisations féministes - généralement 
queer, anticapitalistes, populaires et des femmes de couleur - qui continuent à cultiver l'abolition 
sont effacées de ce paysage, mais une reconnaissance de la dure réalité : l'abolition est notre 
meilleure réponse aux formes endémiques  de violence étatique et interpersonnelle de genre et 
sexuelle. Amplifiant l'analyse et les théories du changement générées par une organisation 
communautaire dynamique, « Abolition. Féminisme. À présent ». met en évidence les généalogies 
historiques nécessaires, les principaux apprentissages internationalistes et les pratiques quotidiennes
 pour faire croître notre présent et notre avenir collectifs et florissants.

Angela Y. Davis is Professor Emerita of History of Consciousness and Feminist Studies at UC Santa Cruz. An activist, writer, and lecturer, her work focuses on prisons, police, abolition, and the related intersections of race, gender, and class. She is the author of many books, from Angela Davis: An Autobiography to Freedom Is a Constant Struggle.

Gina Dent is associate professor of feminist studies, history of consciousness, and legal studies at the University of California, Santa Cruz. She is the editor of Black Popular Culture, and lectures and writes on African diaspora literary and cultural studies, postcolonial theory, and critical area studies. Her current project "Visualizing Abolition" grows out of her work as an advocate for transformative and transitional justice and prison abolition.

Erica R. Meiners is a professor of education and women's, gender, and sexuality studies at Northeastern Illinois University. A writer, organizer, and educator, Meiners is the author For the Children? Protecting Innocence in a Carceral State, coauthor of The Feminist and the Sex Offender: Confronting Sexual Harm, Ending State Violence, and a coeditor of The Long Term: Resisting Life Sentences, Working Toward Freedom.

Beth E. Richie is Director of the Institute for Research on Race and Public Policy, Professor of Black Studies and Criminology, Law, and Justice at the University of Illinois at Chicago, and author of Arrested Justice: Black Women, Violence, and America's Prison Nation.

Angela Y. Davis est professeure émérite d'histoire de la conscience et d'études féministes à 
l'UC Santa Cruz. Militante, écrivaine et conférencière, son travail se concentre sur les prisons, 
la police, l'abolition et les intersections connexes de la race, du sexe et de la classe. Elle est l'auteur
 de nombreux livres : An Autobiography à Freedom Is a Constant Struggle.

Gina Dent est professeure associée d'études féministes, d'histoire de la conscience et d'études 
juridiques à l'Université de Californie à Santa Cruz. Elle est rédactrice en chef de Black Popular 
Culture, donne des conférences et écrit sur les études littéraires et culturelles de la diaspora 
africaine, la théorie postcoloniale et les études critiques sur les domaines. Son projet actuel 
"Visualizing Abolition" découle de son travail en tant que défenseur de la justice transformatrice 
et transitionnelle et de l'abolition des prisons.

Erica R. Meiners est professeure d'éducation et d'études sur les femmes, le genre et la sexualité à 
la Northeastern Illinois University. Écrivain, organisateur et éducateur, Meiners est l'auteur de For
 the Children? Protecting Innocence in a Carceral State, coauteur de The Feminist and the Sex 
Offender: Confronting Sexual Harm, Ending State Violence, et coéditeur de The Long Term: 
Resisting Life Sentences, Working Toward Freedom.

Beth E. Richie est directrice de l'Institute for Research on Race and Public Policy, professeure 
d'études sur les Noir-e-s et de criminologie, de droit et de justice à l'Université de l'Illinois à 
Chicago, et autrice de Arrested Justice: Black Women, Violence, and America's Prison Nation.
Angela Davis avec le Front des Mères en Belgique.
04 22
----------

Angela Davis: "Il n’y a pas démocratie si nous ne nous suivons pas le leadership des plus marginalisé·es"

L’Echo.

--------------------------

A Guggenheim

Guggenheim – Melting     

Guggenheim en train de fondre

Polyester peint

2005

Erwin Wurm

musée Cantini

-------------------------------------------------------------------------------------

Elles jouent aux cartes au bar de la Marine à Marseille

 

 

 

Au Havre

Au musée du cheval

Au pays des mangas

Peignent sur les murs

Au pays du soleil levant, dans la Cité interdite

 

Avec la sorcière

Bergères à la gare Saint Charles

A la plane Tian'Anmen

La ronde des Arlésiennes

Elles embarquent à l'aéroport Charles de Gaulle

Au Taj Mahal

Avec Shiva

Avec le MLF (Mouvement de la Libération de la Femme)

Avec les danseuses espagnoles

Elle dompte la bête

Avec la lampe magique

Avec Lancelot du Lac

Avec les Beatles

John Lydon

Alias Johnny Rotten

La rage est mon énergie.

Editions du Seuil

2014

Il est le chanteur des Sex Pistols.

Page 57

Les Beatles :

« Les Beatles étaient devenus des gosses friqués qui se faisaient plaisir. Leur musique restait extrêmement orchestrée et ils injectaient des fortunes dans la promotion.

(…)

J’ai toujours pensé qu’ils étaient froids comme de la glace et incapables de partager quoi que ce soit. »

Page 60 et 61

Eric Clapton

« Non seulement ce type vient du mauvais côté de l’Atlantique, mais il y a pire ! Il imite un truc, puis il se permet de faire la leçon. Il n’a pas saisi que la musique était écrite par des gens et pour des gens. J’entends bien que la pureté est une chose très belle, mais il arrive à certains d’entre nous d’aimer aussi ce qui est impur. »

Page 60, 63, 64

Rôle de la musique :

« L’objectif de la musique est de divertir, de séduire et d’éduquer. Tout sauf d’édicter des règles.

La musique en général déverrouille les serrures dans nos têtes.

Je peux écrire des morceaux très élaborés, mais la racine pour moi, c’est la musique pop. »

 The Beatles à Noël 

 

Mon dessin

Flipper

Toulouse

Beatles

 

Patrick Bailly-Maître-Grand

Paris, 1954

Les Astéroïdes (série) : Beatles, Beethoven

1999

Epreuve chromobromure d’argent avec virage

Arles

Musée Réattu

"Abbear Road" 

Ours sur Abbey Road 

Par Nini MacBride

11 21

---------

Irena Buzarewicz 

Abbey Road et Charlie Brown

------

Tag 

Paris 

Abbey road s'écrit "Abbay road".

Avec une E, cela deviendra une abbaye...

L'abbaye road!

ou bien "l'abbaye rôde".

--------

Paul McCartney
 Grande Bretagne 
Série de timbres
 
---------
 

Beatles.

"Let it be" : Lety-Tebea.

Par No Name.

On part de Lety (Tchéquie) et on arrive à Tebea (Hongrie).

----------

Liverpool

Paul McCartney.

---------------

Au pays des Gaulois, avec Astérix et Obélix

Devant la fondation van Gogh à Arles

Elles dansent le french cancan

Elles vont partir en voyage interplanétaire

Pendant la Révolution française

A L'Hospitalet de Llobregat

Elle perd son éventail dans les escaliers de la gare Saint Charles

En Egypte antique

Avec les suffragettes anglo-saxonnes

 

Miroir, gentil miroir...

Vs Alien

Elles font de la recherche

L'évolution de la femme préhistorique à l'Arlésienne

L'Arlésienne devant sa créatrice

Elles rencontrent le "Che"

A Venise

Dans le monde de la mode

Dans le monde de la mode

Dans le monde de la mode

Les Arlésiennes dans les roseaux

 

Publié dans Arles

Partager cet article
Repost0

Miss.Tic à Arles et à Paris et à Trouville

Publié le par bmasson-blogpolitique

Miss.Tic à Arles et à Paris et à Trouville

Miss.Tic est une artiste plasticienne et poète d’art urbain.

Elle est née le 20 février 1956 à Paris. Ses œuvres apparaissent dans le paysage pictural et urbain à partir de 1985.

Miss.Tic à Arles et à Paris et à Trouville

A la suite d’un dépit amoureux, Miss.Tic décide d’utiliser ce dissentiment comme une pratique artistique, avec le pochoir à la bombe comme technique, et les murs comme support.

Miss.Tic à Arles et à Paris et à Trouville

En 1985, elle est la première à utiliser les murs pour raconter sa vie, ses désirs, ses ruptures sentimentales, ses travers, ses fantasmes, comme lieu d’expression directe.

Miss.Tic à Arles et à Paris et à Trouville

Bien que vite repérée pour sa singularité, Miss.Tic reste pourtant en marge du milieu de l’art. Le pochoir est alors perçu comme un mode mineur ; au mieux une œuvre éphémère, au pire une dégradation de bâtiments.

Miss.Tic à Arles et à Paris et à Trouville

En 1992, un incendie ravage son atelier, détruisant les matrices des années 1980. Miss.Tic n’en poursuit pas moins son activité, avec sa charte noire et rouge, ses silhouettes et ses phrases. C’est aussi le temps des premières expositions régulières

Miss.Tic à Arles et à Paris et à Trouville

Les éditions Grasset publient, en novembre 2008, un recueil de ses phrases et de ses dessins, sous le titre Je prête à rire mais je donne à penser. En mai 2010, une rétrospective de son œuvre est organisée à Singapour avec le soutien de l’Alliance française..

Miss.Tic à Arles et à Paris et à Trouville

 

Le 8 mars 2011, la Poste émet lors de la Journée des Femmes des timbres reproduisant des œuvres de Miss.Tic, inspirées de ses pochoirs.

Miss.Tic à Arles et à Paris et à Trouville

Le 18 octobre 2013, l’Agglomération de Montpellier choisit Miss. Tic pour la réalisation du design de la 5e ligne de tramway de son réseau, prévue en 2017. Elle succède ainsi à Garouste et Bonetti (design lignes 1 et 2), et à Christian Lacroix (design lignes 3 et 4)

La fraternité est une pensée vivante

La fraternité est une pensée vivante

A Paris

A Paris

Amour gloire et botox

Montmartre

Faites fructifier votre capital intime

Paris Vogue

La galère du chic

Le luxe comme alternative à la misère

Le corps au régime ment

Ma plus belle histoire d'humour c'est vous

Le street-art, une porte d'entrée "sexy" vers le féminisme.

D’un côté de la rue, une œuvre de Miss-Tic, artiste emblématique du street-art parisien. "Souriez vous êtes vivants" peut-on lire sur la façade d’un restaurant. Le slogan est accompagné d’un pochoir représentant une femme exhibant une robe rouge moulante et de longs cheveux noirs. De l’autre, un autocollant de son pendant parodique, Mass-Toc, représentant une femme visiblement grosse, fière d’exhiber ses formes. 

Prêt à porter

MissTic

Miss Tic

Les fleurs du mâle

Trouville

09 20 

----------------

Miss Tic renommée en Mass Toc

"J'assure en chair"

Paris

 

Graph

Trouville 

Miss Tic 

Les fleurs du mâle (le maillot de bain a été rajouté. Par qui?)

---------------

MissTic 

Rue des Ecoles 

Paris 

"Le pouvoir ne protège pas.

Il se protège."

--------------

MissTic 

"Vivre c'est de la bombe" 

-----------------

 MissTic 

"Je t'aime Temps" au lieu de "Je t'aime tant".

Sur Twitter

 -------

MissTic. 

Femme qu'on diffame.

---------------

Publié dans Arles

Partager cet article
Repost0

Christian Lacroix à Arles

Publié le par bmasson-blogpolitique

Christian Lacroix à Arles

Il a sa salle au musée Réattu à Arles.

 

Christian Lacroix, né le 16 mai 1951 à Arles, est un grand couturier français. Il est également costumier, designer, et illustrateur

Christian Lacroix à Arles

 

Enfant, il rêve de voyages : Barcelone, Venise, Londres, etc.

Salvador Dali

Salvador Dali

Christian Lacroix à Arles

Il découvre dans le grenier de ses grands parents maternels des volumes reliés de La Mode illustrée de 1860 et au Musée d’Arles la scène de L'Atelier de couturières peint par Antoine Raspal vers 1785.

Antoine Raspal

Antoine Raspal

 

Il réalise régulièrement la décoration des arènes d’Arles pour les grandes occasions : spectacle du cadre noir de Saumur, corrida goyesque, etc.

Christian Lacroix à Arles
Christian Lacroix à Arles
" Ne rien faire de trop contradictoire ou contemporain." Christian Lacroix est parti des motifs d'une cape de paseo pour le centre de la piste ainsi que des dessins pour le pourtour inspirés par une épaulette de torero du XIXème siècle afin de rester dans l'ambiance goyesque et du costume.

 

Une banderolle tout autour des tribunes composée d'un public rêvé, mêlant peinture, photos d'êtres chers et collage ajouta la touche finale.
Christian Lacroix à Arles
Christian Lacroix à Arles
Christian Lacroix à Arles

 

Musée Réattu mars 2015-03-08

Il revient au musée Réattu pour y exposer ses dessins de costumes pour l’opéra, le théâtre ou la corrida. Il reçut le Molière du meilleur costume pour « Phèdre », en 1995, mis en scène par Anne Delbée et pour « Cyrano » en 2007, mis en scène par Denis Podalydès.

 

En 2008, il racontait dans la préface du catalogue de l’exposition : “C’est là que mes parents, au milieu des années 50, m’ont emmené voir ma première exposition Picasso. De ce jour, j’ai su que l’art appartenait à la vie […] Puis l’apothéose, les Picasso mirifiques de la dernière période si vigoureuse et l’onde traversant la ville, lorsque l’on apprit qu’ils resteraient au musée”.

Christian Lacroix à Arles
Christian Lacroix à Arles
Christian Lacroix à Arles

Christian Lacroix a imaginé le décor polychrome de l’hôtel Jules César.

Le restaurant avant la transformation

Depuis l’arrêt de la maison de mode en 2010, Christian Lacroix s’est inspiré de sa culture de la Camargue pour donner le ton du décor polychrome de l’hôtel.

C’est un ancien couvent du XVIIe siècle.

Le rez-de-chaussée est exubérant.

Les fresques baroques, les évocations de la corrida sont mixées dans des couleurs éclatantes.

Des citations de Frédéric Mistral sont copiées sur les murs.

Les Sara

Depuis 1989, Hélène Arnal, artiste peintre sculpteur inspirée par la tauromachie, la mer et la Camargue, propose à des artistes locaux de décliner le thème de Sara, patronne des gitans. Quinze artistes ont répondu à son invitation en « habillant » à leur manière la silhouette de cette figure légendaire locale.

 

Christian Lacroix

Sara

Musée de la Camargue

Pont de Rousty

Arles

 

 

Publié dans Arles

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3