Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Régis Mezzasalma -Conseiller confédéral de la CGT -Membre de caisse nationale d’Assurance Vieillesse.

Publié le par bmasson-blogpolitique

Régis Mezzasalma

Conseiller confédéral de la CGT

Membre de caisse nationale d’Assurance Vieillesse.

 

On ne peut pas connaître tous les mécanismes de tous les régimes. Contrairement à ce qui nous est dit, ce n’est pas une faiblesse, mais une force. La complexité résulte du fait qu’il soit juste.

Un système à points n’a rien de juste. En voulant régler les inégalités causées par la simplicité, on introduit de la complexité. Plus leur projet avance, moins il est simple, lisible. Les inégalités que l’on rencontre à la retraite sont celles qu’on rencontre dans la vie active. La retraite est le reflet de la vie active. Vous retrouverez le chômage, la maladie, le handicap dans la retraite. Dans les deux systèmes, ce sont les mêmes logiques. Si on veut vraiment corriger les inégalités comme le veut la CGT, le gouvernement s’attaquerait au cœur des inégalités de la vie active.

40% de moins en droit direct pour les retraites des femmes. La solidarité introduit des mécanismes complexes et ramène cet écart avec la retraite des hommes à 25%. La situation des femmes sur le marché de l‘emploi n’est plus le même. Il y a eu des progrès en terme de correction des inégalités. Et il y a encore beaucoup de travail à faire pour atteindre une réelle égalité de salaire entre les femmes et les hommes. Le projet du gouvernement ne va pas résoudre la situation d’inégalités de salaires. Pire, ils vont aggraver la situation des femmes.

Le gouvernement est incapable d’expliquer et de porter sa réforme des retraites. Le Conseil d’Etat a éreinté le projet. Dans les études d’impact, il y a l’impact, mais pas beaucoup d’études ! Toutes les situations avec les femmes, mères de famille, ont été schintées (radiées, rayées, non publiées, NDRL !!!) Elles étaient systématiquement perdantes. Les simulations les concernant ont été retirées. Et ils ont truqué les statistiques et les données utilisées dans leur étude.

 

La réforme est un changement de projet de société. Au sortir de la guerre, le conseil national de la Résistance a construit un système solidaire. On cotise selon ses moyens et on reçoit selon ses besoins. On regarde ce que vous avez mis dans le pot. C’est la partie contributive. Mais on s’assure que vous ayez un niveau de vie décent. Tous les pays européens passés au système à points ont un taux de pauvreté des retraité-e-s plus important que chez nous. Il y a deux fois plus de retraité-e-s pauvres en Suède qu’en France. Ca fait 25 ans qu’ils sont dans un système à points. C’est maintenant qu’on voit les effets. Le gouvernement demande un chèque en blanc avec ses 29 ordonnances. Le CNR a utilisé les ordonnances pour mettre en place la Sécurité sociale. La France était à reconstruire au sortir de la guerre. Le système de Sécurité sociale apportait aux Français et aux Françaises d’avoir une assurance maladie, d’être prémuni contre le risque du chômage, de tenir compte des situations familiales, et d’avoir une retraite digne. Ca veut dire ne pas être dans la misère.

 

Delevoye disait qu’il y avait des réformes de droite et de gauche. Non. Il y a des réformes de progrès social et d’autres de régression sociale. Jusqu’en 1982, on a fait du progrès social. On a amélioré la situation des retraites et des retraité-e-s. Depuis 1987, ce ne sont que des attaques contre le système de sécurité sociale. Comment revient-on à une meilleure solution pour nos retraites ?

La question majeure est le coût du capital. On parle du coût du travail. En 1987, la répartition des richesses entre le capital et le travail était de 60 – 40. 60 pour le travail. Depuis, on a perdu 10 points. On est passé 70 – 30. Ce sont 10 points de PIB. Si on les utilise pour les donner aux salaires et donc au financement des retraites, on a largement de quoi financer une retraite à 60 ans, pour toutes et tous, dans de bonnes conditions. Et de partir en anticipé quand on a été confronté à des pénibilités, des dangerosités, ou à des conditions particulières liées à des contraintes.

Il ne faut pas remettre en cause la logique de répartition capital/travail. Si oui, c’est pour donner encore plus au capital. Les retraités sont des travailleurs qui bénéficient d’un salaire socialisé. Et pas un salaire différé qui renvoie à la capitalisation. C’est la logique de leur système. « Je cotise pour moi et je récupère une partie de mon salaire. » Là, « je mets au pot commun, chacun en fonction de ses moyens », et on permet à tout le monde de vivre dignement selon ses besoins. Pour eux : « je cotise selon mes devoirs. Je reçois selon mes droits. » Ce n’est pas la même philosophie ni la même logique.

Le gouvernement nous dit que le simulateur sera pour plus tard car on aura les données concrètes plus tard. On peut faire des projections sur des hypothèses économiques.

Quelles hypothèses va-t-on mettre dedans ?

Le niveau des pensions va baisser dans le pays (conseil national sur les retraites). Pourquoi ? On bloque la richesse consacrée aux retraites. On va avoir une explosion de nombre de retraités. On vit plus longtemps. Ce n’est pas un drame. Mais est-ce qu’on vit en bonne santé ?

Si on les laisse dégrader les choses, ça ne va pas marcher.

Il y a d’autres solutions techniques, car la retraite, c’est technique. Quel choix de société veut-on ? Ils nous disent que le droit au chômage va être mieux pris en compte dans le système à points. Mais, il y a deux mois, ils ont remis en cause l’assurance chômage. Donc, vous serez moins longtemps assuré, et moins bien indemnisé. Les périodes sans indemnités ne seront pas prises en compte, contrairement à aujourd’hui, dans le droit d’acquisition de la retraite.

 

-----------------------------

La semaine sociale

La lettre essentielle de l'actu sociale

Bonjour.

Ténacité. Il en a fallu beaucoup aux anciens salariés de GM&S : pour se battre contre les plans sociaux accompagnant les reprises successives de leur usine d’équipements automobiles ; pour lutter contre la liquidation du site, quitte à menacer de tout faire sauter ; pour pousser les donneurs d’ordre Renault et PSA, ainsi que Bercy et même Macron, à maintenir l’activité à la Souterraine. Cette ténacité a une nouvelle fois payé cette semaine avec la confirmation du Conseil d’Etat de l’annulation d’un plan social de 2018, ouvrant la voie à des indemnisations plus élevées. Ténacité constitue aussi le maitre mot des pompiers professionnels. A force de manifestations parfois durement réprimées, les soldats du feu ont fait plier le ministre de l’Intérieur Castaner et obtenu des « avancées » catégorielles.

Ténacité, c’est aussi ce sur quoi misent tous les opposants à la réforme des retraites. Le texte gouvernemental arrive devant les députés sacrément chiffonné après l’avis courroucé du Conseil d’Etat. Les cortèges ont certes été moins fournis que les semaines précédentes. Mais les mobilisations se prolongent sous des formes variées. Le bras de fer est en cours. 

C’est le sens de bon nombre de messages que vous avez commencé à nous transmettre via l’adresse mail lasociale@humanite.fr. N’hésitez pas à continuer. Nous avons besoin de votre ténacité.

Bonne lecture.

Stéphane Guérard, chef de la rubrique « Capital/Travail » de L’Humanité

-----------------------------------------

Retraites. Le Conseil d’Etat torpille le projet gouvernemental.

Projections économiques "lacunaires", manque de précisions... Dans son avis rendu public le vendredi 24 janvier, la plus haute juridiction administrative estime également ne pas avoir eu "les délais de réflexion nécessaires pour garantir au mieux la sécurité juridique".

(…) L’avis du Conseil d’État se révèle aussi sévère sur l'étude d'impact qui accompagne les deux textes: la première mouture était "insuffisante" et même une fois complétée, "les projections financières restent lacunaires", notamment sur la hausse de l'âge de départ à la retraite, le taux d'emploi des seniors, les dépenses d'assurance-chômage et celles liées aux minima sociaux.

(…) L’exécutif, qui misait sur l’essoufflement du mouvement social et comptait passer en force au Parlement, va devoir se justifier sur cet avis de la plus haute juridiction administrative. Et revoir sa copie. Sa réforme est -très - loin d’être pliée.

 

 

Non monsieur Macron, nous ne sommes plus en démocratie.

Texte collectif.

Signataires : Jacques Bidet, philosophe, Christine Delphy, sociologue, Elsa Dorlin, politiste, Jean-Baptiste Eyraud, Droit au Logement, Eric Fassin, sociologue, Bruno Gaccio, artiste, Frédéric Lordon, philosophe, Jean-Luc Nancy, philosophe, Xavier Mathieu, syndicaliste, Gérard Mordillat, écrivain et réalisateur, Willy Pelletier, sociologue, Monique et Michel Pinçon-Charlot, sociologues, Jérôme Rodrigues, gilet jaune, Malika Zediri, association de Chômeurs APEIS.

(…) Le pays entier gronde, et le pouvoir est sourd – on devrait dire plus exactement : et le pouvoir s’en fout. Ce serait même une définition possible, sinon de la dictature, du moins de la sortie de la démocratie : quand le pouvoir s’en fout.

(…) Au reste, tout le monde le sait : du moment où la police mettrait casque à terre, ce pouvoir n’aurait pas une semaine d’espérance de vie, et c’est bien à ce genre d’expérience de pensée qu’on connaît la nature réelle d’un régime politique. 

(…) Si une part si importante de la population est dans un tel état de rage, c’est d’abord par les agressions répétées qui lui sont faites, mais aussi parce que, précisément, après tant d’années à avoir été réduite à l’inexistence politique, elle aimerait bien « essayer la démocratie ».

Retraites : les actions des grévistes inondent les réseaux sociaux.
Les grévistes ne sont pas en manque d’imagination afin de rendre visibles leurs actions et installer durablement la contestation contre la réforme des retraites. L’Humanité vous propose une sélection de celles qui ont marqué la semaine.

 

" L’expérience commune de la grève et de la manifestation fabrique de l’intelligence collective et dessine un avenir possible. "

Françoise Verna

« La Marseillaise »

---------------------------------

Gérard Miller admire la détermination et le courage de Jérôme Rodriguez.

NDLR: il s'est repris une amende de 135 euros le 1er février...

 

-----------------------------

Macron est une arme de destruction massive.

--------------------------

Macron n'aime pas la jeunesse.

Et Blanquer non plus.

 

-----------------------------

Vote sur la durée de deuil passée de 5 à 12 jours.

La liste  des hommes et des femmes politiques qui ont voté contre lors du 1er vote.

-----------------------------

Un Playmobil est et a quelque chose d'inhumain.

La preuve!

D'où leur surnom bi trouvé et malheureusement bien porté....

 

-----------------------------

 

 

5 jours à rire pour eux?

 

----------------------------

5 jours à supprimer.

Ils n'ont pas osé. Quoi que....

Ils pensent à supprimer les jours fériés, les congés payés et les salaires.

NDLR: Pourquoi ne pas payer pour avoir un travail?

 

----------------------

Avocats et merguez 

Olivier Mateu 

CGT 13

---------------------

Hôpital 

Perpignan 

Jet de blouses 

Philippe Martinez

CGT

-------------------

Macron toujours à 30% 

 

Ca commence à se voir!

-----------------------------

LREM et Macron 

Semaine de revers bien chargée :

Belloubet

Castaner

Pénicaud

Macron

 

---------------------

 

 

 

Sorbonne

Les doctorants chargés de TD écrivent sur leur situation dramatique.

 

---

Blanquer baisse, avec Macron, les retraites des enseignants mais va augmenter les salaires en 2037..

-------------------

 Adèle Haenel 

"Dépolitiser le réel c'est le repolitiser au profit de l'oppresseur."

 

Ce qui est valable pour les femmes, doublement, l'est aussi pour les hommes exploités.

-----------------------------

Hausses en janvier 

EDF: + 2,4%

Péages : + 1,59%

 

Le racket de Macron continue!

 

------------------------

Hôpital Debré à Paris

La foule entonne le "chant des Partisans"

-----------------------------

Elève Emmanuel Macron, tu me copieras 50 fois:

"je propose de mettre un terme à la réforme des retraites."

 

-----------------------------

LREM 

Opération godillot pour Eric Alauzet 

Besançon 

 

Dépôt de vieilles chaussures devant sa permanence.

 

--------------------------

"Macron 

c'est pire ailleurs"

 

 

Ou alors, 

 

"Avec Macron

C'est pire ailleurs

et en France aussi."

--------------------------

Macron et ses 5 ratés de janvier.

 

"Fallait retirer ta réforme"

-----------------------------

Macron flingue les retraites !

C'est son projeeeeeeeet !!!!!!

-----------------------

Michelin demande de rembourser des pneus.

Yvan Le Bolloc'h n'est pas prêt d'aller dans un garage avec le logo Michelin...

----------------------------

Les ouvreuses de l'opéra de Lyon en grève.

------

Manif -

Devant la fac

Le Havre 

5 février  

------------------

GREVE 

6 FEVRIER

JUSQU'AU RETRAIT 

On ne lâche rien!

----------

LREM 

Ils sont sans coeur même pour les enfants cancéreux.

 

----------------------

Marine Le Pen laisse crever les enfants migrants!

C'est l'hôpital qui se moque de la charité!

 

-------------------------

L'université est mobilisée.

---------------------------

« La majorité, comme des automates, a voté contre l'allongement du congé pour le deuil d'un enfant. C'est bien la preuve du peu de conviction des député-e-s LREM. »

Fabien Roussel

 

3500 artistes-auteurs signent en quelques jours une tribune commune de soutien au Rapport Racine 

 

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

Benoît Teste - FSU - Le mouvement pour améliorer nos retraites

Publié le par bmasson-blogpolitique

Benoît Teste

Secrétaire général de la FSU

 

 

Le côté inédit de ce mouvement est dans l’évolution de l’opinion. On n’a pas réussi à monter d’un cran et au très haut niveau qu’il faut. Il faut encore construire, élargir, amplifier dans la mobilisation réelle. Mais on a réussi à créer un mouvement d’opinion d’ampleur. Au début du mouvement, les gens disaient : « J’ai de la sympathie pour les grévistes. Mais, je suis pour un système universel. » L’universalité, c’est notre mot. Les syndicats ont toujours porté l’universalité, l’égalité. Le projet du gouvernement est une fausse universalité, ce n’est pas l’égalité. C’est harmoniser par le bas. C’est faire fi de toutes les réalités professionnelles. Les différences qui existent ne sont en aucun cas des privilèges.

 

Pourquoi les fonctionnaires ont-ils le calcul de leur pension sur les six derniers mois ? Ils ont une grille salariale qui encadre leur carrière. C’est un élément de solidarité entre les fonctionnaires. Elle est un intérêt pour les usagers et pour l’intérêt général. Cela permet l’indépendance des fonctionnaires et qu’ils soient intègres, compétents. Les grilles salariales sont remises en cause comme étant une forme de privilège. Elles n’aboutissent pas à des inégalités. Elles sont adaptées aux réalités professionnelles.

L’alternative  à ce projet régressif de société, c’est de réaffirmer que la retraite est un DROIT. Il se calcule en pourcentage d’un meilleur salaire qui est le meilleur niveau atteint et qu’on a réussi à faire reconnaître. Une fois à la retraite, on doit pouvoir continuer sa vie comme dans la vie active. La retraite ce n’est pas le moment où on est trop usé pour travailler et avec juste de quoi survivre. On aurait tout retiré de nous et on ne vaudrait plus rien. La retraite est un moment où l’on vaut quelque chose, une vie de citoyen-ne.

Et on doit calculer en fonction de la meilleure qualification acquise pendant notre vie active. Il faut faire un sort à cette idée des MILLE EUROS. Le gouvernement la qualifie comme étant géniale et permettant de relever les petites pensions. C’est sensé être attractif. Pour quelqu’un qui gagne 700 euros, ca va être extraordinaire de passer à 1 000 euros.  Mais c’est pour une carrière complète. Ceux qui gagnent aujourd’hui  700 ou 800 euros ne passeront pas à 1 000 euros. Qu’est-ce que ça veut dire dans cinq, dans dix ans ? On n’en sait rien. 85% du SMIC à carrière complète, c’est pour nous indigent (= misérable). Il faut le SMIC au minimum. C’est le minimum pour vivre correctement à la retraite. Dans leur projet, la carrière complète augmente sans arrêt. 43, 44, 45 ans vont être inatteignables.

Leur socle minimal est à 1 000 euros. Ce socle minimal va baisser les droits de tous les autres.

C’est fondamentalement le projet libéral. Pour le reste, pour ce qui est au-dessus, pour tous les autres besoins, les gens devront se le constituer eux-mêmes. Ils n’auront qu’à capitaliser, à épargner. Depuis au moins 75 ans, nous avons construit tout l’inverse.

Le calcul sur le meilleur salaire pour obtenir une pension de retraite vient à l’encontre du socle minimal. Ce n‘est pas : « J’ai contribué et je vais retrouver exactement ce que j’ai contribué. » Imaginons de l’appliquer à la maladie, au chômage. La retraite doit assurer une vie correcte dans de bonnes conditions.

La valeur de point peut varier tout le temps. Elle peut représenter 50%, 60% ou 70% du dernier salaire. L’objectif de ce système n‘est pas de donner un pourcentage mais de s’équilibrer. C’est ANTIDEMOCRATIQUE. Tout débat sur les retraites devient abscond et interdit. La valeur du point varie en fonction des recettes qu’il y a dans les caisses. « Le droit est attaché à une cotisation » interdit le droit à un  financement supplémentaire. Nous disons que les entreprises qui licencient doivent cotiser plus. Cela devient impossible quand la cotisation est attachée à un individu. Ce n’est plus un système solidaire.

L’avis du Conseil d’Etat. Il assassine le projet de loi. Il dit qu’il est lacunaire et mensonger. Nous disons depuis le début, et le Conseil d’Etat le confirme, que le gouvernement ment sur la réalité de son projet (= repousser l’âge de départ, baisser les pensions pour faire rentrer la capitalisation). Il veut s’attaquer à la masse des 350 milliards consacrés à la retraite.

 

Le projet de loi ne dit pas ce qu’il va faire ni comment les choses vont être mises en œuvre. Ca renvoie à des ordonnances, à des décrets, à une série de choses ultérieures. Le gouvernement continue de mentir. Ils mentiront jusqu’au bout et après le vote de la loi. On n’aura pas d’idée du calcul de sa pension. L’étude d’impact est qualifiée par le Conseil d’Etat de lacunaire et mensongère. Les paramètres varient entre leurs propres textes.

 

Masquer les choses n’est pas oublier des choses. Ils masquent la baisse des pensions jusque dans la loi qui est un tract politique à la gloire de leur système. La conférence de financement est organisée pour balader les gens. Le Premier ministre (= Edouard Philippe) écrit qu’il est interdit de toucher au coût du travail.  Il interdit de rechercher des financements nouveaux, d’élargir des assiettes de cotisation, de faire contribuer d’autres revenus pour équilibrer le système. Il n’y a pas de déficit du système de retraite à court terme sauf si on adopte des règles comptables qui vont le créer.

Les recettes vont baisser quand le salaire des fonctionnaires baisse et qu’il y a moins de fonctionnaires recruté-e-s. Donc vous devez chercher de nouvelles solutions pour compenser ces baisses de rentrée d’argent. On interdit aux partenaires sociaux de toucher au coût du travail donc à une augmentation des cotisations. Ni la « FSU », ni « Solidaires » ne sont à la conférence de financement. Ils considèrent que la représentativité est au-dessus de 5%. Ca a permis de faire entrer « l’UNSA » à cette conférence. La « FSU » et « Solidaires » sont dans la mobilisation, en tant que forces importantes, mais sont exclues de la discussion.

 

Je ne veux pas attaquer la CFDT et l’UNSA comme étant de grand méchants (huées et remue ménage dans l’assistance). Le gouvernement signe avec ces organisations syndicales qui ne sont pas mobilisées. Quand on veut sortir d’une crise, on négocie avec les grévistes, avec ceux qui manifestent dans la rue et qui portent la contestation. Nous sommes majoritaires en voix mobilisées dans la population. Il faut travailler avec nos solutions, nos propositions pour un financement meilleur.

Lors de la 7e journée de protestation interprofessionnelle, on a vu arriver beaucoup de jeunes.

C’est  un mouvement qui tourne avec des gens nouveaux, et d’autres qui ne reviennent pas. La 8e journée était un peu moins forte, mais c’est plus compliqué de mobiliser un mercredi. Si on veut gagner, il faudra franchir un cran que nous n’avons pas encore passé. Le débat parlementaire va ouvrir de nouvelles perspectives et de nouveaux temps de mobilisation. Il faudra démontrer de nouvelles propositions alternatives.

Notre mouvement n’est pas un mouvement de privilégié-e-s ou catégoriel. C’est un mouvement d’intérêt général et qui porte un projet de société. Celui du gouvernement est sacrément écorné. L’opinion a compris que leur but était de réduire les pensions et de démolir le droit à la retraite. Les grands débats organisés par Delevoye et Macron n’ont pas pris. Aujourd’hui, c’est la réalité « des prix ». Le Conseil d’Etat dit : « On ne va pas pouvoir continuer, dans l’écriture de la loi, à mentir comme ça et à manipuler l’opinion. » Le gouvernement a biaisé les chiffres retenus sur les femmes.

Continuons les réunions pour expliquer et pour débattre. Oui, le pays a les moyens de financer un bon système de retraite qui reconnaît la vie au travail et qui permet aux retraité-e-s de bien vivre. Les retraité-e-s depuis deux ans se battent et disent que cette lutte n’est pas catégorielle mais est une question de société : « Qu’est-ce qu’on veut pour nos retraité-e-s ? » « Que signifie la retraite active ? » On est un et une citoyen-ne en capacité d’intervenir, de discuter, de débattre, de travailler, de faire différentes choses comme quand on était dans la vie active et sans rapport de subordonné-e à un employeur. C’est ça notre projet de société. (applaudissements)

--------------------

L’espérance de vie.

On est dans une imbrication totale de toutes les questions. On vit plus longtemps parce qu’on a un bon système de retraite et de protection sociale. Ce n’est pas une donnée intangible et pour toujours. En dégradant les droits et la retraite, on risque d’aller vers des régressions terribles. Le modèle anglo-saxon nous montre qu’aux USA, l’espérance de vie diminue dans certaines catégories sociales. Dans les pays anglo-saxons on est dans une dynamique négative et inégalitaire.

La prise en compte des années d’études.

Pour nous, c’est en validant des trimestres. Il y a une discussion à avoir sur le nombre (4 par année, moins ? en fonction du niveau d’études ?). Quand les jeunes se forment, c’est un bienfait pour la société. La durée d’études doit être validée comme la durée de travail. Ce qui a été négocié sur l’âge pivot par la CFDT montre une dégradation sur l’âge mais surtout sur les durées. Il y a la question de ceux qui ont fait beaucoup d’études. Ils entrent tard sur le marché du travail. La CFDT (en caricaturant) pense que pour ceux qui ont fait des années d’études longues, c’est « plus juste » de taper sur eux car ils gagneront plus que les autres. L’argumentation est malsaine. Pour nous, c’est ni âge pivot, ni augmentation des durées. Ceux qui font des études seront pénalisés par l’augmentation de l’âge pivot. Ils n’auront pas des revenus plus élevés. C’est une mesure anti-sociale car anti progrès social. On pénalise ceux qui font l’effort de se former, même si c’est aussi pour eux-mêmes.

 

Les Français-e-s s’approprient les questions de retraite, de répartition des richesses, de choix de société. On est vraiment dans un moment inédit. J’espère que ça va basculer vers une dynamique de progrès social. Ce n’est pas gagné. Il faut continuer à travailler ça. La colère sourde peut faire monter le Rassemblement National. On est à un moment charnière. La stratégie syndicale est d’élargir et de faire que le mouvement soit massif. Il faut montrer que des alternatives sont crédibles. Il faut inventer des formes de dialogues avec les forces progressistes, de gauche, entre les syndicats et les organisations politiques. Il faut inventer du nouveau en respectant l’indépendance des un-e-s et des autres, pour parvenir à s’enrichir mutuellement. Il n’y a pas d’autre solution que l’alternative. Il fait défaire par des lois ce que les lois régressives ont fait. Il y aura des initiatives intersyndicales : meeting, conférence de contre-financement, qui doivent irriguer dans tout le territoire. Il faut déboucher sur une deuxième phase du mouvement qui soit à la fois dans la lutte forte et dans l’élaboration, dans la discussion sur le fond pour faire déboucher tout cela vers un progrès social.

"Sud "

Libérez nos élèves !

----------------------------

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

Le 6 février, nouvelle journée d'action pour défendre nos retraites.

Publié le par bmasson-blogpolitique

Le 6 février, nouvelle journée d'action.

 

-----------------------------

Les avocat-e-s du barreau de Marseille lancent un message à Macron:

"Nous allons gagner"  au stade vélodrome 

OM 

----------------------

 Avocats et magistrats à Toulouse:

bonjour l'ambiance!

----------------------------------

A Compiègne, les femmes défendent leurs droits.

 

----------

Gracchus Babeuf 

"Nos maîtres nous ont rendu  barbares parce qu'ils le sont eux-mêmes".

-------------------------

Le patronavirus est  plus virulent que le coronavirus.

 

Déjà des victimes par millions à travers le monde!

-----------------------

Les mères seront perdantes.

Canard enchaîné

---------------------------

LREM 

Montreuil et Vincennes

La permanence du député Guillaume Gouffier est  tagguée d'un "Dégagez!"

-----------------------------

Le lycée Turgot, Paris 3e, est  bloqué.

 

-----------------------

Macron dîne rue de Courcelles entouré de flics.

NDLR: même au restaurant 5 étoiles, il est accompagné des gueux!

 

---------------------------

Macron et le dialogue social vigoureux.

Voici sa définition d'une discussion possible entre la police et les pompiers.

 

----------------------------

 

 

Sibeth Ndiaye est complètement perchée.

Dans ses rêves, elle imagine que les Français-e-s ont confiance en Macron!

 

---------------------

Sibeth Ndiaye réclame encore de la pédagogie.

 

NDLR: on ne s'ennuie pas avec elle. Tous ses propos sont imprévisibles et déconnectés de la réalité du moment...

----------------------------

« Avec LeMediaTV et les frères Renahy, nous avons assigné en justice Bernard Arnault pour qu'il publie ses comptes. Nous avons gagné et avons découvert que plus de 50 milliards d'€ d'actions se sont exilés en Belgique. L'évasion fiscale, ça suffit ! »

« Le texte de réforme des Retraites que nous avons à étudier en 2 semaines est pire que celui qui était annoncé. »

« La part des richesses que notre pays consacre aux retraites à toujours augmenté depuis 46. Pour la 1ère fois cette part va baisser. Peut on vivre dignement avec 900€? Non ! »

Fabien Roussel

 

---------------------------

Comment trouver 12 milliards ? Trois propositions

 

Elargir l'assiette des cotisations en appliquant un taux de 13% aux revenus du capital distribués aux actionnaires (91 milliards / an)

 

12 milliards (ce taux est très en dessous des 28,1 % appliqué aux salaires bruts)

Maxime Combes (Attac)

 

---------------------------

 Blanquer apporte la misère

 

-----------------------------

Une carrière en gruyère et une retraite de misère 

---------------------------

Le code du travail revu et simplifié.

 

----------------------------

Des juristes pas confirmés et douteux.

Canard Enchaîné

------------------------------

Lille suite et bis repetitas

-------------------

 

 La RATP 

Vitry bloqué 

---------------------------

Beauregard (69)

Solidarité devant le rectorat

---------------------

Retraite 

8e jour de mobilisation

--------------------------

Retraite 

conseil constitutionnel 

L'avis part à la poubelle

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

Le Havre - Manifestation contre la retraite à points. 29 01 20

Publié le par bmasson-blogpolitique

Manifestation pour une retraite digne, heureuse et joyeuse.

Non à la retraite à points de Macron

Le Havre, le 29 janvier 2020.

 

Banderole unitaire en tête de la manifestation.

 

-----------------------------

 

Ca n’arrête pas ! Le mouvement ne s’essouffle pas. Les travailleur-euse-s sont toujours vent debout contre ce projet de réforme anti-social.

FO, Solidaires, FSU, et la CGT unis contre la retraite à points de Macron.

 

 

FO d'Exxon Mobil

CGT des cheminots du Havre

Solidaires, CGT de Lillebonne, Gilet Jaune, FSU.

 

------------------------

Un coucou à Jean-Paul Lecoq.

Sa permanence pour les municipales rue Maréchal Joffre.

 

----------------------------

La révolution ne se fait pas dans le lit !

Avec nous !

Macron, t’es foutu.

Les ? sont dans la rue !

 

 

 

 

Voilà tout un reportage sur quelqu'un qui a beaucoup à dire.
 

"La retraite, vous la voyez en chaise longue ou roulante? "

Slogan du Sweat shirt.

 

La cloche a été offerte par  ses collègues de la CGT.

 

"Tous rackettés sauf  les riches."

Slogan sur son panneau.

 

Il a tenu à rendre hommage à sa femme! C'est tout à son honneur (à elle, bien entendu!).

------------------

Anita de la CGT :

Il faut fermer les entreprises. C’est la seule solution !

Sinon, on ne gagnera pas !

Anita de la CGT :

Il faut la grève générale, le blocage des entreprises. Il faut mettre des piquets de grève.

On a besoin de boulot pour les jeunes, de repos pour les vieux.

Les jeunes dans la galère, les vieux dans la misère, on ne veut pas de cette société-là !

9 millions de pauvres

100 000 SDF

100 milliards d’évasion fiscale

-------------------------

Dehors Macron et sa clique au service du capital financier qui sèment la misère sociale.

---------

A cause de Macron

on aura moins de pognon.

Il nous prend pour des c...!

 

------

Retraite à points = retraite en moins.

Moins d'années de retraite

Moins de temps de retraite en bonne santé

Moins d'argent pour le vivre.

Bref, un beau cadeau du président des riches

En perspective pour les spéculateurs.

ON N'EN VEUT POINT!

------------------------

Grève ou crève.

---------

 

On lâche rien!

-------

Renault-Sandouville.

Didier Escudero en cow-boy...!!!!

 

----------

Chanson :

Macron nous fait la guerre

Et sa police aussi !

Mais nous on est de ? (d'équerre?)

Pour bloquer le pays !

Les tambours des dockers du Havre

Ce sont eux qui ferment le ban aujourd’hui.

Je ne m’en lasse pas !

Donc, vous y avez droit, vous aussi!

Devant la Sous-Préfecture du Havre

Il y a moins d’ambiance qu’avec les pompiers à qui on a donné des miettes pour casser le mouvement.

Boulevard de Strasbourg.

Toujours aussi nombreux-euses !

Chanson :

Macron nous fait la guerre

Et sa police aussi !         

Mais nous on est de ? (d’équerre ?)

Pour bloquer le pays !

 

Cette fois-ci, elle est rythmée par les chanteuses.

J’ai changé la musique. La chanson « J’accuse » de  Damien Saez* ne plaisait pas à Youtube.

Comme ça, je connais le nom de la chanson !

 

Les couches écrites par les enseignants ou les employées de crèche ( ?) :

 

Macron, gare à la déculottée

 

Macron, à l’égalité H/F

 

On n’est pas des couchés (ou couchés ?)

 

Macron, ma retraite à 60 ans

 

Culottées et bêtes

 

Ras-le-cul

 

Ras la couche

 

Voleurs

 

Jusqu’au retrait

----------------------------

Du coup, je vous mets la chanson de Damien Saez "J'accuse".

Je suis la 16 608 219e personne à l'écouter.

------------------------------

 

*

Damien Saez est misogyne .

 

J'ai retrouvé dans un ancien article celui-ci.Sa chanson "P'tite pute" n'a pas du tout plu. Il a consterné ses fans.

 

----------------

Faisons-les battre en retraite.

Ras le fion.

Retraite à points:

De la retraite en moins.

L'éducation dit non!

 

Y'en a plein le c... de cette réforme des retraites.

 

Fonds de pension?

Fonds de misère.

 

Non à la retraite "Low cost" (= bas marché en français)
La Ré Pute Blique
Un avenir pour nos enfants.
 

-------------------------

 

 

Et pour finir, vous voulez une merguez?

-------

Clermont-Ferrand 

 

Danse "à cause de Macron"

 

-----------------------------

 Les avocat-e-s apprennent la chorégraphie de "A cause de Macron"

----------------------------

 Les pompiers poursuivent le mouvement jusqu'au retrait.

---------------------------

Lyon 

Jet de vêtements de travail à Lyon Part-Dieu.

----------------------------

Montpellier

Retraite aux flambeaux 

--------------------------

Quimper 

 

On joue au loto des retraites de Macron

 

------------------

Toulouse 

université hôpitaux airbus 

------------------------------

Blanquer se sent mal 

on va niquer ton bac local 

 

-----------------------------

La barricade n'a que deux côtés et le camp d'en face est en train de pourrir nos vies et celles de nos enfants.

Cédric Lietchi

EDF

 

--------------------------

Lille insurgée

-------------------------

 

« Pour sortir de la situation de blocage, nous demandons un referendum. Le dernier mot doit revenir au peuple de France. »

« Macron a un comportement monarchique, autoritaire. »

"Cette retraite, c'est fabriquer des pauvres! Aujourd'hui il y a 30% de retraités qui ont moins de 1000€ par mois, demain ce sera 50% qui auront 1000€. Comment peut-on vivre avec 1000€ aujourd'hui".

« Bernard Arnault a du publier ses comptes parce que je l'ai assigné en justice. C'est quand même incroyable que le PCFfasse le boulot du gouvernement. »

« Il faut que les gros payent gros et les petits payent petit ! La moitié du capital de la société mère de Bernard Arnault est en Belgique pour échapper au fisc français. »

« Nous déposerons au parlement une motion référendaire puis une motion de censure avec les forces de gauche. »

Fabien Roussel

-------

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

Serge Gainsbourg au Touquet

Publié le par bmasson-blogpolitique

Mon dessin

 

 

"A mon ami Flavio sans qui Gainsbourg ne serait pas ce qu'il est."

 

Serge Gainsbourg

 

Fiche de paie de Serge Gainsbourg comme pianiste.

--------------------------

Il fut crooner de piano-bar dans les casinos de la côte comme le Touquet Paris-Plage. C'est son père qui, le voyant vivoter, lui propose sa place dans un hôtel de la station, le Flavio.

De là, il se fait remarquer par Juliette Gréco et Francis Blanche.

C’est au Flavio qu’il a composé « Le poinçonneur des Lilas ».

 

 


----------------------------

Serge Gainsbourg 
Le Havre
Dans une vitrine d'un magasin de musique
--------------

"La trépidation excitante des trains

Nous glisse des désirs dans la moelle des reins."

Alphonse Allais.

------------------

Gainsbourg à Cresseveuille 
 
Le Courrier Cauchois.
Les touristes viennent voir la maison de Gainsbourg à Paris.
Iels ne viennent pas à Cresseveuille.
------------
Gainsbourg à Honfleur.
Le Courrier Cauchois.
 
Il  a aimé y faire son marché et faire la tournée des bars.
----------

 

Bashung et Gainsbourg :
"Madame rêve."
1991.
Le titre évoque "Initial BB" de Gainsbourg, et l'érotisme.
Les deux artistes ont passé du temps à boire dans l'appartement de la rue de Verneuil.
 
"La Marseillaise".
 
-----------------

Page 114 : Serge Gainsbourg –

Philippe Manœuvre considère que son chef-d’œuvre dans les années 1960 est Melody Nelson, mais il constate « qu’il s’est vendu à seulement trente mille exemplaires ».

Quand il aborde le reggae, « le disque va effectivement se vendre à près de deux millions d’exemplaires ».

 

Page 116, on apprend que Gainsbourg va laisser à Charlotte un fabuleux héritage, « il va lui laisser beaucoup plus que cent briques ».

 

Page 122, Gainsbourg explique à Philippe Manoeuvre pourquoi il n’aime pas les paroles de la chanson de Gilbert Bécaud « Je reviens te chercher » :

 

« Je reviens te chercher
J'ai l'air bête sur ce palier
Aide-moi et viens m'embrasser
Un taxi est en bas qui attend. »

 

Ce taxi qui attend en bas était le « comble de la muflerie. (…) Il y voyait un manque total de classe. (…) Il se demandait comment une maison de disques avait pu sortir un truc pareil ».

 

Page 129, il renvoie Jean Ferrat à ses « Montagnes », avec « son fromage de chèvre, son couteau Opinel et sa bonne femme » pendant que lui est « chez Castel et qu’il boit du champagne avec des tops models ».

 

Plus loin ; il explique qu’il « préfère Prince  à Jackson ».

 

Page 132, il explique qu’il « s’est mal comporté avec Jane ». « J’ai été comme un homme préhistorique avec elle… »

 

Philippe Manœuvre

Rock

Roman autobiographique.

Editions Harper Collins – 2018.

------------

La Dernière Vie de Serge Gainsbourg 
(25 février 2021)

de Bernard PASCUITO (Auteur), Bambou (Préface)

 

Gainsbourg, trente ans. Trente ans qu'il est mort, le 2 mars 1991, et qu'il ne cesse de vivre et de revivre encore. Gainsbourg, ses engouements, ses esclandres, ses colères. Ses compagnons, l'alcool, le tabac. Ses égéries : Bardot, Birkin, Bambou – les trois B. Et sa fille, Charlotte. Ses débuts comme pianiste de bar au Milord l'Arsouille, ses mariages ratés, ses deux enfants cachés, son amitié décisive avec Boris Vian. Il y a ce que l'on sait : le charme fou, le talent vertigineux, les tubes fabuleux, les amours meurtrières, les déceptions, les provocations et le scandale, l'impatience ambiguë devant la mort.

Gainsbourg, c'est aussi l'histoire d'un inconnu qui dut apprivoiser sa laideur, d'un enfant, Lulu, traqué par la peur sous l'Occupation et portant son étoile jaune comme un premier défi. Un homme toujours douloureux. Même en pleine lumière, ses tapages, ses ivresses, ses défis insensés, étaient lestés d'amertume.

-------------

Gainsbourg/Gainsbarre: l'épine dans le pied de la nouvelle morale.

Serge Gainsbourg est mort le 2 mars 1991. Depuis “Les Sucettes” jusqu'à "La Marseillaise" version reggae, Signes des temps interroge la transgression et sa perception aujourd'hui.

Sa fille Charlotte l'a récemment déclaré : son père "serait aujourd’hui condamné pour chaque chose qu’il a faite."

"Tout est si politiquement correct aujourd’hui, a-t-elle ajouté, si ennuyeux. Si prévisible. Et tout le monde a si peur de ce qui se passerait s’ils allaient trop loin.

(…) « On y joue un personnage. D’ailleurs, le mouvement #MeToo ne s’attaque pas aux oeuvres, mais aux actions des personnes dans la vie réelle. Dans une oeuvre d’art, on peut tout dire. Si Gainsbourg perdure aujourd’hui, c’est qu’il y a dans son oeuvre quelque chose de très post-moderne. »
Alex Beaupain 

Serge Gainsbourg : Qui est Constance Meyer, sa jeune maîtresse de 16 ans ?

 

Serge Gainsbourg a entretenu une relation extraconjugale avec une fille de 16 ans. La maîtresse du chanteur s’appelle Constance Meyer et elle raconte leur histoire d’amour dans son livre intitulé "La jeune fille et Gainsbourg". Retour sur cette idylle qui a beaucoup fait parler.

(…) CONSTANCE MEYER, LA MAÎTRESSE DE SERGE GAINSBOURG.

Si l’on s’est particulièrement intéressé à cette relation, c’est parce que la jeune dame n’avait que 16 ans au moment de leur rencontre tandis que lui en avait 57. C’est en 1985 que Serge Gainsbourg commence une idylle avec Constance Meyer.

 

Serge Gainsbourg et Jane Birkin.

Honfleur

--------------

Serge Gainsbourg 
Graph 
Paris 
Place de Clichy
------------
Graph 
Paris 
"Gainzbourg, repoze".
 
 
-----
Piano.

Comment jouer avec les pouces?

"The first thing I want you to do is forget everything you know about texting.

La première chose que j'aimerais que tu oublies c'est ta façon d'envoyer des textos."

------

Lire aussi:

 

Publié dans spectacles

Partager cet article
Repost0

Macron et la dictature - Des manifestants non armés sont mutilés! Michel-Ange Flori

Publié le par bmasson-blogpolitique

 

"T'as perdu ta main?

Ce n'est rien.

La France n'est pas une dictature!"

---------------------------------

 

Les CRS contre les pompiers : le vent est de la partie.

 

NDLR: Qui aurait imaginé que ces deux corps de métiers s'affronteraient un jour?

-----------------------------

 

La nouvelle grenade contre les pompiers.

 

Merci Macron!

 

----------------------------

Que vont penser les Français-e-s?

 

-----------------------------

Les soldat du feu contre les soldats du fou 

 

----------------------------

Macron et sa haine.

----------------------------

Lire aussi:

La piqûre anti cons 2020 est arrivée.

Y'a du boulot!

 

NDLR: le slogan est "passe-partout" mais ça fait sourire. Embauchez des infirmières!

-----------------------------

« Violences policières : Il faut permettre l'émergence de la vérité. C'est le sens de la proposition de loi portée par Elsa Faucillon. »

Ian Brossat


-------------------------------

Michel Ange Flori

Manu Militari

----------------------------

 « L’attitude du gouvernement est très inquiétante : il ne veut pas reculer, il envoie la police. Notre démocratie est profondément remise en cause. »

Sibylle Gollaca, sociologue 

----------------------------

 

Macron 

"Essayez la dictature avec l'oeil qu'il vous reste"

Siné mensuel

 

 Michel-Ange Flori persiste: voici le "méprisant de la République".

--------------

Combat sur le ring du Palais de justice le 17 septembre 8h30 à Toulon en présence des autorités. Titre en jeu : liberté de caricature et d’expression . Tous les coups ne seront pas permis.

Michel-Ange Flori

-----------

Michel-Ange Flori met en scène, à sa manière, le fiasco de la vente des douze sous-marins à l'Australie.

Selon lui, "même l'Australie n'en veut pas".

Macron en slip dans le Var.

Michel-Ange Flori n'en est pas à son coup d'essai : en juillet, cet afficheur désormais bien connu dans le sud de la France avait représenté Emmanuel Macron sous les traits d'Adolf Hitler à Seyne-sur-Mer et à Toulon, poussant l chef de l'État à déposer plainte. Quelques semaines plus tard, c'est sous les traits du Maréchal Pétain qu'Emmanuel Macron est apparu sur les mêmes affiches.

Michel-Ange Flori.

Quand Macron reçoit un oeuf sur lui,  voici sa réponse:

"Uniquement des oeufs frais"!

----------------

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

Macron et la dictature - Il baisse nos retraites!

Publié le par bmasson-blogpolitique

"Tu vas perdre de l'argent à la retraite?

Ce n'est pas grave!

La France n'est pas une dictature!"

----------------------------

Les voeux de la ministre des sports recouverts par "paroles paroles" de Dalida.

----------------------------

La centrale nucléaire du Bugey bloquée.

 

-----------------------------------

Lire aussi:

 

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0

Macron et la dictature- Il ne fait rien contre les féminicides! Kurdes

Publié le par bmasson-blogpolitique

"T'es morte sous les coups de ton conjoint?

Pas grave!

La France n'est pas une dictature!"

-----------------------------

Attac 

29 01 2020

---------------------------

Prenons le féminicide au sérieux une fois pour toutes.
Au Canada, il y a trois féminicides par semaine. Un seul cas serait de trop et cette statistique est particulièrement troublante. Au Québec, nous aspirons à l’égalité entre les femmes et les hommes. Or, le récent meurtre de Marylène Lévesque à Sainte-Foy nous rappelle à quel point notre société a du chemin à faire. 
(…) Marylène Lévesque a aussi été tuée pour la simple raison qu’elle était une femme. Dans sa folie meurtrière, le récidiviste en fait même un désir sexuel. C’est répugnant. C’est choquant. Comment une personne aussi ignoble a pu être libérée, laissant toutes les femmes qu’il côtoyait à risque de subir le même sort que sa première victime, Chantale Deschênes, en 2004? 

(…) Exigeons du sérieux, exigeons des actions concrètes et de la rigueur dans toutes les sphères reliées aux violences sexuelles et conjugales, tant pour les travailleurs sociaux que pour les autorités policières, les juges, les commissaires responsables des libérations conditionnelles, etc.  

Il est primordial d’accompagner les victimes des crimes sexuels et conjugaux.

Les féminicides en hausse malgré le Grenelle des violences conjugales : conférence à Sisteron.
(…) Le docteur en psychiatrie Jean-Bruno Meric abordait dans la salle René Cassin à Sisteron (Alpes-de-Haute-Provence) une conférence sur le thème des violences conjugales avec une année 2019 au record dramatique avec 149 femmes tuées par leur conjoint, soit 29 de plus qu’en 2018. Où en est le Grenelle des violences conjugales ?

 

(…) Les stéréotypes liés au sexisme dans les pays où les lois ont fini par régenter les comportements sans pour autant empêcher les violences conjugales sont dus à l’éducation souvent culturelle, sexisme que certaines femmes s’approprient afin de prendre le pouvoir sur les autres femmes.

Les violences familiales sont souvent répétées dans les générations descendantes. Pour que cela cesse, il est urgent d’appliquer les lois et de prendre en charge les auteurs des violences. Et d’apprendre aux victimes à ne plus être une victime.

Mexique : Juarez, "la ville qui tue les femmes".
L’artiste féministe, Isabel Cabanillas, a été assassinée ce samedi 18 janvier à Juarez au Mexique. Elle rentrait chez elle à vélo quand elle a reçu plusieurs balles dans la tête. Elle est la dernière victime d’un long décombre macabre qui s’égrène mois par mois. En décembre dernier, quatre serveuses avaient été assassinées dans un bar. 

(..) "Epidémie de féminicides"

Tout le pays est touché par cette problématique, le quotidien espagnol La Vanguardia parlait en 2019 d’une "épidémie de féminicides" au Mexique. Selon le journal, 470 Mexicaines ont été tuées au cours des six premiers mois de 2019. Des chiffres en hausse depuis plusieurs années. 

(..) L’ONU explique que les féminicides sont majoritairement commis par des hommes. S’il s’agit souvent d’un compagnon ou ex-compagnon, ce sont aussi des meurtres liés à la traite d’êtres humains ou aux gangs. 

Dans le monde entier, ce ne sont donc pas les villes qui tuent les femmes. Ce sont surtout les hommes qui y habitent. 

Le Mexique sous le choc après un féminicide particulièrement brutal.

(..) L'homme, identifié par les autorités comme Erick Francisco N., a poignardé la jeune femme, puis l'a dépecée et a arraché de son corps plusieurs organes qu'il a ensuite jetés dans les toilettes de l'appartement.

Ce meurtre sauvage a suscité l'indignation au Mexique, où le nombre des féminicides est en constante augmentation.

Et la diffusion par plusieurs quotidiens de la capitale de photos du corps mutilé de la jeune femme, probablement remises par des fonctionnaires des services de sécurité ou de la justice, a soulevé une vague de protestations.

Saint-Valentin : des Femen s'enchaînent sur un pont à Paris pour dénoncer les féminicides.
(..) "On ne tue jamais par amour", "pour le meilleur, pas pour le pire", "je ne t'aime pas à en mourir", pouvait-on lire sur les bustes dénudés des militantes qui ont allumé des fumigènes rouges. 
(…) "On reprend les symboles de la Saint-Valentin pour dénoncer cet amour patriarcal et toxique" pour les femmes, a déclaré Sophie Antoine. "On les viole par amour, on les excise par amour et aujourd'hui on se soulève contre cet amour délétère et destructeur", a-t-elle ajouté.  

Lire aussi:

 

#LeFeminicideDansLaLoi : Influence4You remporte un prix pour son engagement.
Influence4You remporte le prix d’or du magazine Stratégies et le Grand Prix Stratégie de la communication d’engagement pour sa campagne contre les féminicides #LeFeminicideDansLaLoi. Cette dernière a été réalisée pour l’ONU Femmes France en collaboration avec GloryParis et S2R Starbrand.
La sœur d’une victime de féminicide assigne l’État en justice pour "faute lourde".

Le 4 août 2014, Isabelle Thomas était assassinée avec ses parents par son ex-conjoint, dans les rues de Grande-Synthe, près de Dunkerque, devant de nombreux témoins. Aujourd’hui, Cathy Thomas, la sœur et la fille des victimes, réclame la condamnation de l’État pour « faute lourde ».

C’est une procédure rarissime qui a été enclenchée ce lundi 10 février au tribunal de Paris. Cathy Thomas a en effet assigné l’État devant le tribunal judiciaire, estimant que des « dysfonctionnements » de la chaîne pénale avaient conduit à l’assassinat de sa sœur et de ses parents le 4 août 2014.

Retour sur le terme "féminicide" après une tentative de meurtre.

(…) Pourtant il n’est pas exactement né d’hier : on retrouve sa trace au 19ème siècle, dans un premier temps en tant qu’adjectif, notamment dans des articles de presse (un corset, une loi ‘féminicides’). Un siècle plus tard, il est tristement popularisé dans des pays d’Amérique Latine à partir des années 60, période où la répression violente des différentes dictatures mises en place incluait des assassinats de femmes en masse. En conséquence, aujourd’hui, le féminicide est mentionné dans le code pénal de la Bolivie, de l'Argentine, du Chili, du Costa Rica, de la Colombie, du Salvador, du Guatemala, du Mexique et du Pérou. 

(…) « Ce sont des violences qui permettent à un système inégalitaire de se maintenir. »

(…) " En reconnaissant ce terme, on peut mettre en place des moyens de prévention pour faire en sorte que ça n’arrive pas. "

 

 

Pour la Saint Valentin, les Femen sont sur le pont des Arts.

 

On ne tue pas par amour.

Je t'aime à en mourir (peut-être faut_il y réfléchir à deux fois avant de le dire ou de le faire...)

Pour le meilleur et pas pour le pire.

 

--------------------
Le Mexique est sous le choc après un féminicide brutal à Mexico et la diffusion par des médias d’images du corps de la victime.
Féminicides au Mexique : le président Lopez Obrador sur le grill.
Après le retentissement médiatiques des meurtres d'Ingrid Escamilla, 25 ans, et de Fatima, 7 ans, les associations féministes mexicaines mettent sous pression le président de gauche, Andrés Manuel Lopez Obrador. Elles lui reprochent son inaction en matière de violences faites aux femmes.
(…) "Nous nous attaquons aux causes et nous pensons qu'il faut une société plus juste, plus égalitaire, fraternelle, avec des valeurs, où l'individualisme n'est pas ce qui prévaut mais l'amour du prochain, la présence d'amour, l'absence de haine, qui permettent de faire face à tous les défis.", a-t-il déclaré, sans annoncer de mesures concrètes.

(…) Cependant, les mesures concrètes manquent. Interrogé par les journalistes, le président s'est déclaré favorable à la création d'un parquet spécialisé dans les féminicides.

(…) Le Mexique a enregistré 1 006 victimes de féminicides en 2019, selon les chiffres officiels. Un nombre qui pourrait  être en-deça de la réalité, la constitution devant la loi de ce délit spécifique reste lacunaire, preuve encore une fois, de la faiblesse des institutions mexicaines sur le sujet.

Indignation au Mexique : arrestation des meurtriers présumés d'une fillette torturée et assassinée.

Le couple incriminé risque entre 80 et 140 ans de prison s'il est reconnu coupable de ce meurtre.

Le drame a provoqué des manifestations devant l'école de l'enfant ainsi qu'à ses funérailles et sur les réseaux sociaux.

Etienne Théaulon

Aigues-Mortes, 1735 – Paris, 1780

Le retour au village ou La mère sévère

Huile sur toile

1777

 

Une jeune paysanne s’étant couverte des apparats de la bourgeoisie voit punir sa vanité par sa mère qui la contraint à ôter ses chaussures pour mettre des sabots en présence de son soupirant et de sa famille à qui son attitude sera montrée comme un exemple à ne pas suivre.

 

Abbeville

Musée Boucher de Perthes

------------------

Réfugiés • Féminicide, et des enfants devant le mur bureaucratique.
 
(…) Les femmes dans la rue

Les femmes réfugiées kurdes ont fait une manifestation dimanche dernier à Athènes. Elle revendiquent que l’auteur de ce féminicide soit condamné lourdement, et que les blocages administratifs qui empêchent ces enfants de bénéficier d’un regroupement familial soient levés.

(…) Garder ce sujet dans l’actualité

Berçem Mordeniz, une des membres du Centre culturel kurde d’Athènes, qui apporte une aide juridique aux proches d’Evin Ali, précise que les femmes sont très en colère devant ce qui se passe.

(..) Suppression des blocages

Berçem Mordeniz, pédagogue de formation, parle également des enfants d’Evin. Elle souligne qu’elle connait de très près l’état des orphelinats en Grèce, et que les conditions ne sont pas adaptées à la santé des enfants. Elle rappelle que les enfants sous “protection” vivent sur des civières dans un couloir…

http://www.kedistan.net/2020/02/27/refugies-feminicide-enfants-mur-bureaucratique/

----------------------

Féminicides : après les collages, Marguerite Stern appelle à écrire sur les murs.

ACTION - Une lutte épuisante mais qui ne peut prendre fin alors que l'année 2020 compte déjà son 15e féminicide.

"Les collages sont arrachés et détournés de plus en plus fréquemment. Parce que la vérité dérange".
(…) Marguerite Stern décide de "franchir un cap supplémentaire dans l'illégalité" : elle va peindre ces phrases qui dérangent, directement sur les murs. Elle "appelle à faire pareil" car "le combat n'est pas terminé".

https://www.grazia.fr/news-et-societe/societe/feminicides-apres-les-collages-marguerite-stern-appelle-a-ecrire-sur-les-murs-951985

-------------------------

NDLR : on assiste en France à une campagne cotre l’utilisation du mot « féminicide ». Heureusement qu’il y a les Québécoises pour le défendre, outre Atlantique !
Il faut nommer le «féminicide» au Québec.

(…) En réalité et en société, l’égalité effective est loin d’être atteinte. Les statistiques ne manquent pas sur ce sujet ; les femmes sont encore parmi les groupes démographiques les plus susceptibles de subir une forme ou une autre de violence, qu’elle soit sexuelle, conjugale, physique ou mentale. Ces statistiques s’aggravent chez les femmes autochtones, racisées ou faisant partie de la communauté LGBTQ +.

 

(…) Tuées parce qu’elles ont été sexuellement objectifiées pendant des années par la culture populaire, parce qu’elles ont quitté une relation toxique, parce qu’elles pratiquaient leur métier, parce qu’elles marchaient seules dans la rue. Des motifs injustifiés et injustes, mais qui se réunissent tous sur le même point commun : ces femmes ont été tuées parce qu’elles étaient femmes.

 

(…) C’est en nommant le problème tel qu’il est qu’un jour enfin ces violences genrées seront du passé, et que le mot « féminicide » n’aura plus à être imprimé sur les pages de nos journaux.

 

https://www.ledevoir.com/opinion/idees/573947/il-faut-nommer-le-feminicide-au-quebec

---------------------------

Lundi 2 mars, au Mans (72) une femme de 25 ans a été tuée par son conjoint qu'elle souhaitait quitter.

NDLR : Le gouvernement, après la fièvre du 49.3, a le pouls plat.


----------------------------

Chili.
Promulgation de la «loi Gabriela» considérant le féminicide comme un crime basé sur le genre.
Le Président du Chili, Sebastián Piñera, a promulgué lundi au Palais de La Moneda, une nouvelle loi, baptisée «Loi Gabriela», qui étend le cadre juridique du féminicide à tous les crimes basés sur le genre et pas seulement lorsque l’auteur a vécu ou s’est marié avec la victime, comme ce fut le cas jusqu’à présent.
Approuvée le 30 janvier à l’unanimité au Congrès, la loi considère les délits comme des féminicides dans le cadre de relations informelles ou de la part d’étrangers, qui étaient considérés jusque-là comme de simples homicides.
Canada.
Céline Galipeau: prise de conscience.

(…) Par exemple, l’Espagne est très avancée en ces matières. C’est le pays modèle sur ce plan. Les Espagnols ont commencé dans les années 2000 à mettre sur pied des tribunaux spécialisés pour des femmes victimes de violence conjugale. Elles sont rapidement prises en charge. Depuis qu’il y a des bracelets électroniques, des téléphones « danger », le nombre de meurtres a diminué. Des choses peuvent être faites.

(..) Il y a toujours le préjugé du : « Si c’était si grave que ça, elles seraient parties… »

Mercredi 4 mars, au Havre (76) une femme de 34 ans est décédée, tuée par son conjoint. 16ème féminicide depuis le début de l'année 2020.

#NousToutes


------------------------

L'utilisation du mot "féminicide" a augmenté de 779% dans la presse en 2019.
L'année 2019 a vu l'émergence du mot "féminicide" dans les médias, selon une grande enquête Tagaday (ex-Press'edd) que dévoile le JDD.
(…) L'utilisation du mot "féminicide" - qui a peu à peu remplacé le terme de "violences conjugales" - a augmenté de 779% dans la presse en 2019, avec 14.514 occurrences (contre 1.652 en 2018 et seulement 246 en 2015).

https://www.lejdd.fr/Medias/lutilisation-du-mot-feminicide-a-augmente-de-779-dans-la-presse-en-2019-3953301

----------------------

8 mars-féminicides, viols, violences, harcèlements : pourquoi un nouveau féminisme est né en 2019.

(…) Il ne se passe pas une semaine sans que l’une de nos régions publie des articles de fond, des enquêtes, des portraits…Du plus proche au plus lointain… Parce qu’on le sait : n’existe que ce que l’on nomme.

(…) Les plus jeunes, qui n’avaient pas vu, connu les premiers combats, semblaient se satisfaire de la situation. Les événements ont poussé ces nouvelles générations à être moteurs également. Après #metoo, #BalancetonPorc a libéré la parole jusque dans les endroits les plus reculés de France.

(…) Si le législateur n’a toujours pas intégré dans la loi la notion de féminicide, nombreu.ses. observateur.ice.s s’en sont ému.e.s.

(…) Mais la différence, cette fois aussi, c’est le nombre de femmes qui ont trouvé le courage de parler. Toutes ces femmes qui ont compris que sortir du silence permet d’aider le plus grand nombre à prendre conscience de l’ampleur du phénomène,  et de ses ressorts aussi.

(…) Cela ne touche pas uniquement le haut niveau, et aucun sport n’est vraiment épargné. Les témoignages sont courants. L’association Colosse aux Pieds d’Argile s’en fait écho.

(…) Comment ne pas revenir même rapidement sur les accusations de l’écrivain Gabriel Matzneff de pédophilie par l’éditrice Vanessa Springoraaux ?

(…) Et puis enfin, les Césars fin février. Adèle Haenel, qui avait témoigné à l'automne des agressions sexuelles dont elle avait été victime adolescente, restera sûrement un des symboles de cette année vraiment très particulière, assurément charnière.

Lavaur : 149 lycéennes vêtues de noir dénoncent les féminicides au cours d'une action symbolique.
(…) « Il s’agit d’un projet qui se déroule dans le cadre de l’EMC, le cours d’éducation morale et civique. Après la présentation de leur projet j’ai donné mon feu vert. J’ai trouvé intéressante la manière dont elles voulaient procéder » explique Luc Picard, proviseur du lycée vauréen.
Journée de la francophonie : « Il y a toujours eu des batailles politiques sur les mots et leur utilisation ».

INTERVIEW En cette journée internationale de la francophonie, Laélia Véron, sociolinguiste et autrice du livre « Le français est à nous », revient sur l'évolution sociétale de la langue française ces dernières années

 

(…) Victor Hugo, pourtant pas le dernier à aimer la langue française, disait de celle-ci : « Elle peut oser, hasarder, créer, inventer son style ; elle en a le droit. La langue française n’est point fixée et ne se fixera point. Une langue ne se fixe pas. L’esprit humain est toujours en marche, ou, si l’on veut, en mouvement, et les langues avec lui. »

(…) Cette explosion du terme fait qu’il n’est plus vu uniquement comme un mot militant et subjectif. Ce qui va entériner un mot, c’est la fréquence de son usage par la population, mais aussi par certaines institutions.

(…) On estime qu’il y a environ 20.000 mots nouveaux qui apparaissent chaque année. Parmi eux, seulement 150 sont retenus dans Le Robert. Les dictionnaires n’ont pas juste un rôle d’enregistreurs, ils font effectivement des choix politiques. Quels mots vont être retenus ?

(…)  « Faut-il dire cotisation sociale ou charge sociale ? » On parle de la même chose mais on voit bien que cela reflète deux pensées très différentes.

(…) Pour Romain Barthes, « gilet jaune » renvoyait par exemple à… l’amoureux transi. Une connotation qu’il faisait par rapport au roman Les Souffrances du jeune Werther, où le héros portait un gilet jaune. Ca montre bien comme la représentation d’un mot peut évoluer.

(…) Le langage est en tout cas toujours social, humain, et la langue neutre pure n’existe pas et n’existera jamais, mais il ne faut pas aller dans l’extrême inverse. Le langage n’est pas non plus toujours politisé à foison, malgré les réels enjeux politiques autour de certains mots. Il y a des interactions, thèmes ou moments plus politiques que d’autres.

Lundi 23 mars à Chaniers (Charente-Maritime), une femme (43 ans) a été tuée par son mari (43 ans).

S'agit du 20ème féminicide depuis le 1er janvier 2020.

Emmanuel Macron, il est très dangereux pour une femme d'être confinée avec un homme violent. Il faut mettre en place un plan d'urgence.

Signez la pétition ici :

NDLR : sale temps pour la démocratie. La France n’est plus une terre d’asile.

Réfugié, un militant kurde a été interrogé par des policiers français à la demande de la Turquie.
Vedat Bingol a été interrogé par la police française, mercredi, après une demande de la Turquie, sur la base d’une convention internationale.
(…) Mais aux dires des militants du CDK-F, cette audition d’un kurde réfugié réclamée par la Turquie serait une première en France. En Allemagne, des militants kurdes auraient également été entendus, toujours selon le CDK-F.
(…) « La France accepte d’entendre des personnes qui sont poursuivies pour leur liberté d’expression », déplore Camille Souleil-Balducci, qui rappelle que son client « est réfugié politique » et qu’à ce titre, il bénéficie d’une « protection de la France ».

Une dizaine de militants kurdes en garde à vue.

Par ailleurs, 20 Minutes a eu confirmation de source judiciaire du placement en garde à vue mardi d’une dizaine de militants kurdes, résidant principalement dans le sud de la France.

Turquie : quatre journalistes de “Charlie Hebdo” inculpés pour une caricature sur Erdogan.
(…) Selon l’agence de presse étatique turque Anadolu, les quatre collaborateurs de “Charlie Hebdo” inculpés sont la caricaturiste Alice Petit et trois responsables du célèbre hebdomadaire, Gérard Biard, Julien Sérignac et Laurent Sourisseau, dit Riss.

(…) Une diplomatie en crise.

(…) L’ONG Reporters sans frontières (RSF) a dénoncé vendredi les poursuites contre les collaborateurs de “Charlie Hebdo”, accusant Ankara de vouloir « élargir la censure au-delà de la Turquie ». 

 

Attaque contre des membres de la communauté kurde à Lyon.
(…) Les victimes imputent cette action au groupe ultra-nationaliste turc des Loups Gris.

 

Les agresseurs ont quitté les lieux à l’arrivée des forces de l’ordre. Jointe par BFM Lyon, la vice-présidente de l’association France Kurdistan Rhône a estimé qu’il s’agit d’une "attaque préméditée". L’association a porté plainte.

 

22 militantes kurdes arrêtées à Diyarbakir.
La police a effectué des perquisitions à l’association des femmes Rosa, ainsi qu’à de nombreux domiciles lundi tôt dans la matinée, à Diyarbakir. Il a été confirmé par l’agence de presse kurde Mezopotamya, qu’au moins 22 personnes ont été arrêtées.
(…) La perquisition s’est faite sans qu’aucune de nos dirigeantes soient présentes, l’alarme a été brisée par la police. Nous n’acceptons pas le harcèlement systématique de la justice qui nous est imposé. Nous sommes là, nous existons, nous existerons contre les politiques de haine et d’intimidation du gouvernement à l’encontre des femmes.
 

Ursula von der Leyen en Femen. Sera-t-elle, elle aussi, condamnée par la justice?

 

NDLR : L’arroseuse arrosée ! Après « Erdogan accueille les migrant.e.s », voici l’accueil des dirigeant.e.s par Erdogan :

L'affront subi par Ursula von der Leyen à Ankara fait polémique.

Dans un message publié mercredi soir, Charles Michel a regretté «le traitement différencié voire diminué» de la présidente de la Commission, reléguée lors de la réunion avec Erdogan.

(…) Au final, cette polémique a fait, au moins, un gagnant. Le président Erdogan qui a pu prouver, une nouvelle fois, qu'il était toujours capable d'en remontrer aux Européens. La normalisation de la relation UE-Turquie sera un long et très difficile parcours.

NDLR : la « dignité » peut être vue sous beaucoup d’angles.
Trois Femen condamnées en appel pour exhibition sexuelle au passage d'un convoi de Trump à Paris.

(…) La célébration d'un évènement historique.

Pour l'action visant Donald Trump, la cour d'appel a reconnu que l'exhibition des trois femmes "participait d'une démarche politique destinée à alimenter le débat public", mais s'est produite "à l'occasion de la célébration d'un événement historique qui requérait une nécessaire dignité".

 

Erdogan accueille la dirigeante CEE Ursula von der Leyen et Charles Michel.

Les deux hommes assis face à la femme sont dessinés en hommes préhistoriques.

Leur comportement archaïque de domination est critiqué.

-----------

 Pierre Dharréville 
Turquie 
Procès HDP 
"Destruction de la démocratie.
Daesh se restructure.
Broyer l'opposition.
Libération des prisonniers et prisonnières politiques.
La France et l'Union européenne doit sortir de son silence.
Protection des ressortissant.e.s de Turquie en France."
-----------------
Musulmanes et féministes, elles disent non à Erdogan.

 

Istanbul (Turquie).– Konca Kuris serait sans doute fière de voir ces centaines de femmes voilées descendues dans la rue fin mars pour conspuer, aux côtés de leurs camarades aux cheveux nus, le président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan et sa décision de faire sortir la Turquie de la Convention d’Istanbul, qui encadre et encourage la lutte contre les violences sexistes.

Article non en entier:

 

Thomas Pesquet.

Photo des feux de forêts en Turquie ces derniers jours.

Turquie

Près de 95 000 hectares ont été ravagés par les incendies en 2021. L’opposition dénonce l’incurie du gouvernement face aux risques d’embrasement.

L’Humanité

-----------

Hommage à Sakine, Rojbîn et Leyla, militantes kurdes assassinées le 9 janvier 2013 à Marseille Le 8 janvier 2022.

-------------------

 

Publié dans Femmes

Partager cet article
Repost0

Mon dessin - Non à la céérisation de la société! CRS

Publié le par bmasson-blogpolitique

Non à la céérisation de la société!

 

D'après Jacques Jouet

dans

"Le Marché"

----------------------------------

Badinter ne critique pas la violence des forces de l'ordre aux ordres du gouvernement 

 

-----------------------------------

Lycées et CRS 

Ils font la surveillance des E3C !

 

--------------------------------

Mandela répond à Badinter.

-----------------------------

PCF 

Une journée ordinaire en Macronie.

Les CRS contre les pompiers....

 

NDLR: je ne veux pas de ça pour mes enfants et petits-enfants!

 

-----------------------------

La police n'est plus un service public.

C'est la milice privée de l'Etat

 

----------------------------

Lire aussi:

« Les violences policières sont enfin dans le débat public. Nombreuses, graves et répétées, elles appellent une réponse judiciaire impartiale et sans faille. C'est un enjeu pour les victimes, un enjeu démocratique. »

Elsa Faucillon

 

Castaner regrette que 2 policiers soient condamnés 

----------------------------

Les CRS au lycée 

 

Non à la céérisation de la société!

------------------------

 

 

CRS 

Képi enlevé à Paris 

 

-------------------------

"Le ministre ne doit pas être derrière les forces de l'ordre quoi qu'elles fassent : il doit être au-dessus. Il doit montrer le chemin avec une boussole, celle des principes déontologiques. Il faut avoir une position juste et équilibrée."

Bernard Cazeneuve

 

Source France Inter

---------------------------

Amnesty France répond à Bernard Cazeneuve.

----------------------------

Riposte aux gardes à vue des salariés de Gardanne.

Les gares sont bloquées.

 

-----------------------------

 

Tolbiac 

Répression policière 

Les CRS encerclent l'université pour empêcher la sortie d'une manifestation.

Ils sont en marche dedans ou en dehors de l'école!

-----------------------------

Gérard Miller

Chamonix 

Les jeunes gazés dans le visage 

 

 

 

Ils demandent à terme, la fermeture de l'aéroport mais surtout, la réduction du trafic aérien et la taxation du kérosène, pour limiter la pollution dans le bassin chambérien.
 

 

--------------------------------

Les policiers peuvent tuer au lieu d'arrêter.

Stop!

----------------------------

Après l’intolérable dégradation de la fresque en hommage à Steve par des fanatiques de La Croix celtique, la réaction de Generations Mvt, du PCF, du GDS, et de Justice Pour Steve.


---------------------------

Castaner devra être convoqué et démissionner 

Bof! C'est du rêve...

------------------

Castaner sera mis en examen à quelle heure?

Là, c'est de l'humour...

---------------------------

Castaner est moqué sur l'anonymat.

L'anonymat sera-t-il possible pour lui?

------------------------

Cédric Chouviat est mort après un « étranglement arrière », estime l’IGPN.

 

L’Humanité

-----------------

La famille de Cédric Chouviat demande à Emmanuel Macron que les policiers mis en cause dans l'enquête sur le décès du livreur soient suspendus.

La Provence

07 20

---------------

« Glurps. Au tour de E. Badinter de nous faire son numéro à la Mazarine Pingeot. Tout cela est tellement répétitif et d'un mortel ennui... »

 

Suzy Rotjman

09 20

 

-------------

Suzy Rotjman en réponse à Bruckner :

« Et il a fait un livre pour dire: "ouin ouin, nous pauvres hommes on ne peut plus rien dire ni faire, on ne peut plus trouver de l'aventure dans une relation amoureuse, on nous a importé la pudibonderie US,c'est pas ça la France bla bla bla..." Non, c'est vrai ?? »

 

----------

 

« Ce qui est bien avec Bruckner c'est qu'on a d'un seul coup un concentré de stéréotypes des paroles des "néo-féministes" sur ces pauvres hommes blancs devenus la lie de la terre. Et de pleurnicher en regrettant le "grand féminisme" à la Badinter, Giroud,de Beauvoir. »

 

« Badinter n'est plus féministe depuis bien longtemps et Françoise Giroud l'était à la mode mollassonne, à la Giscard dont elle a été la secrétaire d'état chargée de la "condition féminine". Tout un programme ! »

 

Collectif Droits des Femmes en réponse à Pascal Bruckner sur France Inter :

 

Pascal Bruckner : "Le néo-féminisme accuse le genre masculin tout entier. (...) On dit aux femmes : cessez de fréquenter les hommes, cessez de les approcher, car ils sont méchants par nature et, à moins de les rééduquer, il n’y a rien à attendre d’eux."

Le79Inter

--------

Un "contrôle indépendant" va être créé pour surveiller les déviances des policiers et policières.
L'IGPN et son action sont désavoués.
09 21
------------------
 
La lumière dans la ville.
L’éclairage automatisé, une nouvelle étape dans l’aménagement sécuritaire des villes.

(…) Les lumières artificielles de la ville : avec les lampadaires "intelligents", c'est une nouvelle étape dans l’aménagement sécuritaire de la smart city qui s'amorce L’éclairage urbain continue d’être un enjeu de contrôle de l’espace public.

(…)  À cette époque, une police de l’illumination publique est même créée. Les lanternes deviennent un enjeu : ceux qui les éteignent, les volent ou ne les allument pas doivent payer des amendes, voire aller en prison. C’est à la fin du XIXème siècle que l’éclairage public électrique fait son apparition dans la capitale et devient de plus en plus important dans les années 1960 .

(...) Mais ce n’est pas tout. La capitale de la Bourgogne semble même prévoir d’installer directement des caméras de vidéosurveillance dans les lampadaires ! C’est Citybox, le produit tout-en-un développé par Bouygues, spécialisé dans l’éclairage dits intelligents. Citybox propose directement d’intégrer les capteurs de pollution, bornes wifi et même les caméras de vidéosurveillance dans les lampadaires !

(…) Dans quelles conditions pourrons nous encore passer nos nuits d’été dans la rue ? Tout le monde n’a pas les moyens de sociabiliser en bar, en discothèque ou dans de grands appartements. Faudra-t-il agiter machinalement la main toutes les cinq minutes pour relancer la minuterie du lampadaire ? Voilà une façon bien pratique de nous faire ressentir que nous ne sommes pas les bienvenues dans nos propres rues.

(…) Ces derniers voient dans les lampadaires l’aubaine de transformer, sous couvert d’économie d’électricité, un objet avec un usage simple à un couteau-suisse de la ville connectée et sécuritaire.

Publié dans mes peintures

Partager cet article
Repost0

Grève le 29 janvier - Un poing, c'est tout!

Publié le par bmasson-blogpolitique

 

La CGT en grève le 29 janvier 

Un poing c'est tout!

 

-----------------------------------

Bureaux de la RATP 

Envahissement par les grévistes, suite à la tentative de suicide de François.

----------------------------

Sibeth Ndiaye 

Encore une perle!

 

----------------------------

Je mets les tirades de Sibeth Ndiaye. Elle me fait sourire. Tant d'ingénuité et de naïveté sont amusantes. Mais où va-t-elle chercher ça?

-----------------------------

Blocage lycéens 

29 janvier 2020

-----------------------------

Elèves Macron Philippe et Blanquer

Les appréciations de leur premier trimestre 2020.

-----------------------------

B Griveaux 

Ses voeux perturbés par les Gilet-e-s Jaunes.

Un petit rappel de Zineb.

 

---------------------------

CHU de Rennes 

51 démissions des fonctions administratives.

 

----------------------------

 

IGN

 

 

(= Institut national de l'information géographique et forestière)

 

 

Jet de cartes contre Macron.

 

--------------------------

Retraites : 75 députés d'opposition appellent Richard Ferrand à «défendre l'honneur» de l'Assemblée.
(…) Déjà très remontées sur le fond de la réforme des retraites, les oppositions parlementaires sont révoltées par le traitement que leur réserve l’exécutif. En témoigne ce courrier envoyé hier par 75 députés essentiellement de gauche (PS, LFI, communistes, Libertés et territoires) au président LREM de l’Assemblée Richard Ferrand.

Source Libération ».

----------------------------

La retraite, à points ou saignante?

Imaginée par Blanquer pour les enseignants.

 

----------------------------

« Il est temps consulter les Français par référendum sur la réforme des Retraites. Le rapport accablant du Conseil d’Etat, la détermination des salarié-e-s, des syndicats, des forces de gauche, le rejet de 61% des Français-e-s... Au peuple de trancher ! »

Fabien Roussel

---------------------------

 

Devant les écoles: attention aux personnes âgées.

 

--------------------------------

 "Les amateurs"

Film avec les membres du gouvernement.

Castaner - Darmanin - Blanquer - Macron-

Avec les critiques du Conseil d'Etat.

Ils iront jusqu'au bout!

Sortie le 10 février.

Simulations et financement pour ....plus tard.... 

-----------------------

 

 

 

 

 Macron est fâché avec les mathématiciens et les mathématiques.

 

--------------------

 Les chercheurs dans la rue 

---------------------------

Municipales:

Duhamel estime que les LREM sont des amateurs.

 

---------------------------

« Nous nous rencontrons avec les présidents des groupes parlementaires de gauche pour examiner ensemble toutes les possibilités à notre disposition pour être les plus offensifs possibles. »

André Chassaigne

----------------------------

Une demande formulée à l’origine par  Eliane Assassi dès le 14 janvier. Nous considérons que le Sénat doit s’opposer au coup de force institutionnel et démocratique du gouvernement. Macron méprise le peuple ET le Parlement.

 

-----------------

Les pompiers bloquent le périphérique porte de Vincennes à Paris.

 

----------------------------

 

 

 

Faites le total: environ 126 milliards.

Ca donne le vertige!

 

Les pompiers en colère à Paris

 

28 01 20

 

----------------------------

 

La journaliste remarquée par les progressistes.

 

Véronique Marchand a fait son boulot face à Pietraszewski qui a été désarçonné.

----------------------------

Plein les bottes à Cahors 

--------------------------

89% des Français-e-s pensent que des actions violentes vont se développer dans les prochains mois.

 

NDLR: à force de ne pas écouter....ce gouvernement va provoquer une guerre civile!

---------------------------

Edouard Philippe au Havre vendredi 31 01 2020.

Il va être attendu par un comité d'accueil.

Le 29 janvier, le port du Havre sera fermé.

--------------------

Les égoutiers vont mourir au travail.

---------------------

 

« Ce matin présentation de notre proposition de loi pour une réforme des retraites universellement juste. Une alternative concrète au projet du gouvernement, un outil pour celles et ceux qui veulent une retraite solidaire. »

Pierre Dharréville

--------------------------------

 

Retraites :

Une autre réforme est possible !

Jeudi 30/01 à 18h à la Maison du tourisme de Martigues.

 

Décryptage, analyses et propositions avec

Catherine Perret, secrétaire confédérale CGT,

BenoitTeste, secrétaire national FSU,

et les député.e.s

Caroline Fiat et BorisVallaud.

Pierre Dharréville.

-----------------------------

« Le gouvernement se trouve dans une impasse politique et désormais institutionnelle avec le gros shoot que vient de lui mettre le conseil d’État. »

Pierre Dharréville

---------------------------

"Une discussion dans des délais intenables !", "Vous avez décidé de passer en force !",

André Chassaigne fustige la réforme des retraites, il demande le retrait du texte.

"La majorité dans cette Assemblée est sur ce dossier minoritaire dans le pays !", dit-il.

 

------------------------------

 

 

 

« Hommage à Ambroise Croizat né le 28 janvier 1901, dirigeant de la CGT, du PCF et fondateur de la Sécurité sociale. Une bonne réforme en France c'est possible quand elle est porteuse de progrès pour toutes et tous. »

Fabien Roussel

----------------------------

"J'ai des amendements mais je ne sais pas si je vais pouvoir les déposer avec les ordonnances (...) Ni les Français-e-s, ni les parlementaires ne pourront discuter de l'impact de cette loi de manière éclairée", déplore Stéphane Peu.

 

-----------------------------

Stéphane Peu ne comprend pas la stratégie du gouvernement.

"Entre le sondage qui montre que la majorité des Français est hostile à la réforme et l'avis du Conseil d'Etat, je pensais qu'il y aurait une sagesse politique de remettre le travail sur l'établi."

 

NDLR: dans la bouche des LREM et des banques, le mot "sagesse" est un gros mot!

 

--------------------------

Les pompiers sont soutenus par la population.

NDLR: Dans quel monde vit-on avec Macron et ses forces de l'argent?

 

----------

"S'il y a beaucoup de débat, si c'est une loi importante qui nécessite du débat, et c'est le cas, prenons le temps ! Les conditions d’examen ne sont pas réunies", tranche Elsa Faucillon.

 

 

----------------------------

Les communistes présentent leur propre texte « pour une retraite universellement juste ».

Pour « mener bataille » contre le projet de réforme du système des retraites porté par le gouvernement, les députés communistes ont présenté leur propre texte, ce mardi 28 janvier.

(…) Assurant ne pas défendre le statu quo mais plaidant « pour une retraite qui va bien », son collègue Pierre Dharréville a expliqué qu'« au coeur » de la proposition PCF, il s’agissait de « garantir aux retraités leur niveau de vie actuel et un véritable droit à la retraite pour toutes et tous dans la durée ».

La proposition entend notamment « abaisser à 60 ans l’âge légal de départ », « fixer à 100 % du Smic net le montant minimum de retraite pour une carrière complète » ou encore mieux prendre en compte la pénibilité, les députés PCF assurant que « les moyens existent » pour financer ces mesures.

https://www.ouest-france.fr/economie/retraites/les-communistes-presentent-leur-propre-texte-pour-une-retraite-universellement-juste-6710650

----------------------

 

 

Macron est autoritaire.

 

Françoise Verna

"La Marseillaise"

 

" Macron veut agir par ordonnances et s’assoit sur députés et sénateurs, y compris les siens à qui on intime l’ordre de ne pas amender de trop. "

 


--------------------

Voeux d'une députée macroniste perturbés à Paris.

Frédérique Calandra.

-----------------------------

Blanquer a annulé sa venue à un débat.

Les professeurs-euses chantent.

----------------------------

DSK entouré des jeunes loups.

 

Après sa chute, vers qui se tourner?

Macron, pardi!


-----------------------------

Je suis remotivé-e

----

Quand les riches volent les pauvres ce sont des affaires.

Quand les pauvres se défendent, ils appellent ça de la violence.

 

----

Publié dans Politique

Partager cet article
Repost0