Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il se frotte aux femmes dans les files d’attente.

Publié le par bmasson-blogpolitique

 

~~Il se frotte aux femmes dans les files d’attente.

Il ne paie pas de mine. C’est un Marseillais âgé autour des soixante-dix ans. Il doit être veuf, divorcé ou célibataire, enfin, il est seul. Il est un tantinet coquet. En effet, il se colore encore les cheveux en noir. Monsieur veut plaire, mais à cet âge, c’est difficile de rencontrer une femme qui accepterait de commencer une relation avec lui.

 

Il n’est pas trop gros, assez petit, habillé avec soin. Un homme passe-partout… Il aime le cinéma. Il y va souvent. « Tiens ! Aujourd’hui, il y a du monde ! Pourtant, il fait beau. Les gens vont souvent se promener et ne s’enferment pas dans les salles noires avec ce beau soleil…Les films doivent être exceptionnels, donc ! J’ai bien fait d’y aller… » La file d’attente s’épaissit. Les gens se rapprochent. Tout le monde est dans les starting-blocks, prêts à se ruer en avant pour obtenir les meilleures places devant le grand écran. Devant lui, il y a une femme qui lui plaît. « Hum ! Je vais m’y coller. J’aimerais bien faire un câlin avec elle ! ».

Tout le monde est dans les starting-blocks, prêts à se ruer en avant pour obtenir les meilleures places devant le grand écran. Devant lui, il y a une femme qui lui plaît. « Hum ! Je vais m’y coller. J’aimerais bien faire un câlin avec elle ! ».

 

Dans la pression de la foule, elle s’en apercevra à peine et lui, il se donnera un petit plaisir d’un court instant…

 

Il se colle à elle. Il épouse ses formes de dos. Que la vie est belle ! Il se souvient quand il était jeune et qu’il avait beaucoup d’ardeur amoureuse. Il rêve. Monsieur aimerait plus si affinité… Mais la réalité va le réveiller de ce doux songe. Elle a senti que quelqu’un la presse en-dehors de la norme. Au bout de quelques secondes, elle prend conscience de cette étreinte malgré elle. Il y a quelqu’un qui profite de son corps à son insu. Elle pense tout à coup à un article qu’elle avait lu sur ces hommes qui abusent des phénomènes de foule dans les bus, les métros pour tripoter les femmes. Elle est curieuse. Elle se demande si c’est une femme ou un homme qui la serre de si près. Elle se retourne et lui dit : « Je voulais vérifier si c’est un homme ou une femme qui fait ce que vous faites. » Elle est plus grande que lui et elle le toise. Il est surpris. Il ne s’attendait pas à ce qu’elle lui parle.

 

Chouette ! Il va pouvoir la brancher. «Je fais toujours ça quand c’est une jeune et jolie femme ! ». En plus, ce goujat est aimable ! Malheureusement pour lui, sa remarque souligne son grand âge… « Moi, la prochaine fois, je vous mets une gifle devant tout le monde ! » lui assène-t-elle. Il ne s’attendait pas à cette vindicte agressive. Lui, tout ce qu’il demande, c’est de la douceur, de la tendresse, de la féminité. Décidément, les femmes ont bien changé ! Il y a quelques décennies, elles n’auraient rien dit. Il tente une réponse à brûle-pourpoint : « Et pourtant, s’il vous arrivait quelque chose, je vous défendrais ! ». Elle est excédée devant cet entêtement. Elle s’éloigne de lui le plus vite possible, dès que c’est possible. Elle vérifie qu’il ne va pas voir le même film qu’elle. Ce serait le comble ! Attention, sa méthode de drague est risquée car elle envisage un coup de coude bien placé pour la prochaine tentative d’approche imposée…

Il se frotte aux femmes dans les files d’attente.

Les femmes du bus 678

Fayza, Seba et Nelly, trois femmes d’aujourd’hui, aux vies totalement différentes, s’unissent pour combattre le machisme impuni qui sévit au Caire dans les rues, dans les bus et dans leurs maisons. Elles s'associent pour combattre ce qui, si l'on en croit les statistiques, constitue un fléau national. Déterminées, elles vont dorénavant humilier ceux qui les humiliaient. Devant l’ampleur du mouvement, l’anticonformiste inspecteur Essam mène l’enquête. Qui sont ces mystérieuses femmes qui ébranlent une société basée sur la suprématie de l’homme ?

Il se frotte aux femmes dans les files d’attente.

L’association française Stop Harcèlement de Rue a détourné les affiches de la RATP qui demandent aux utilisateurs de « rester civils » afin de dénoncer le harcèlement sexuel dans les transports en commun.

A propos des violences dans les transports en commun:

 

Campagne d’affichage dans le métro parisien:

Demain, une étude sera publiée sur les atteintes sexuelles dans les transports en commun. Les femmes franciliennes sont les plus touchées. Nous avons pu suivre il y a plusieurs mois la brigade de police chargée de traquer ceux qu'on appelle "les frotteurs" dans le métro parisien. C'est un fléau quotidien. 100% des femmes disent avoir subi des paroles ou des gestes déplacées dans les transports en commun. - Un document "Grand Angle BFMTV" du mardi 19 décembre 2017.

Au moins 267 000 victimes d'atteintes sexuelles dans les transports en commun en 2 ans : gestes déplacés, exhibitions, attouchements, rapports sexuels non désirés. Etude ONDRP:

 

Seulement 10% porteraient plainte

"Soudain, elle sent un pouce sur sa poitrine. Puis, très vite, une autre main lui caresse le cou avant de glisser vers le dos, les cuisses et les fesses. Sept longues minutes silencieuses sous la coupe d’un seul homme. Un inconnu qui l’entoure et la toise du haut de son 1,80 m. Elle ne dit rien. Ne bouge pas."

La différence entre les agressions londoniennes et parisiennes ? À Paris, elles sont constantes, et partout : "Dans le métro, dans la rue, dans les cafés, les restaurants, et même à la sortie de l'école primaire dans laquelle je travaillais."

Toulouse

Transport en commun et harcèlement.

"Il me dit : 'Tu es une jolie fille, mais sans le visage. Non, je rigole'" et "commence à chercher un truc dans son jean. Il sort une boîte, puis une bouteille de son slip et commence à défaire quelques boutons de sa braguette", raconte la jeune femme. Ne se laissant pas impressionner, Eva répond à l'homme.

Publié dans mes poésies

Partager cet article
Repost0

Moi, Lucette, 82 ans, assassinée par Henri, 93 ans…

Publié le par bmasson-blogpolitique

~~Moi, Lucette, 82 ans, assassinée par Henri, 93 ans… Je suis son fantôme. C’est par ma voix que vous pourrez suivre l’histoire dramatique de Lucette. Elle n’est plus, elle ne peut plus parler, ni raconter sa propre vie, ni respirer, ni aimer, ni créer.

 

Son âme désespérée a erré dans les tourments incertains pendant de longs jours. Elle souffrait de l’injustice de son propre sort, de la violence subie, de cette fin quelle n’avait pas prévue, du regret de ne plus vivre. A quoi pourrait-elle se raccrocher pour donner un sens à toute cette éternité ? A qui pourrait-elle hurler sa colère ? Devrait-elle se taire éternellement et subir une seconde injustice encore plus terrible qui se nomme l’oubli ?

C’est à ce moment crucial de son histoire que je suis intervenu. Son désespoir m’a ému et nos deux âmes se sont rencontrées. J’ai eu de la peine et j’ai accepté d’endosser son tourment pour la soulager et j’avais envie de revenir dans ce bas monde, vous savez la France du bas, pour titiller ces humains pressés de l’oublier, continuant leur vie sans se sentir concernés par sa mort. Le premier homme que je suis allé voir pendant son sommeil était Henri. La curiosité a été la plus forte. Il n’était pas difficile de le retrouver. Après son crime, il a été enfermé dans la Maison d’Arrêt de P… Il ronflait. Prenait-il des somnifères pour s’endormir ? A quatre-vingt-treize ans, c’était fort possible. Je vérifierai ce détail lors de ma prochaine visite que j’effectuerai en fin d’après-midi.

Moi, Lucette, 82 ans, assassinée par Henri, 93 ans…

L’âge d’Henri vous pose un problème ? A ce jour, il est le plus vieux criminel en attente de son jugement en France. Il ne voulait pas terminer sa vie dans la sérénité et dans l’anonymat. Il lui fallait un coup d’éclat. Tout à coup, il devait se distinguer de la masse de ces vieux Français qui attendent dans l’anti-chambre de la mort. Et puis, lui, Henri ne se sentait pas au crépuscule de sa vie. Il imaginait encore devant lui de nombreuses et longues années. Il ne voulait renoncer à rien, et encore moins à l’amour. Son histoire était d’une simplicité et d’une fluidité confondantes. Son nom de famille ? Vous voulez le connaître ? Vous commencez à vous intéresser à lui ? Il s’appelait « Monsieur tout le monde ». Oui, c’était Henri Monsieur Tout le Monde. Chaque homme peut se reconnaître dans sa singularité. Henri n’est pas à part, n’est pas un être d’exception, n’est ni un fou, ni un vieux sénile. De seize à quatre-vingt-dix-neuf ans, comme pour les lecteurs de Tintin, chaque représentant de la gente masculine a déposé en lui une partie infime de sa vie, de ses espoirs et de ses déceptions. Est-ce que les femmes l’ont déçu ? Peut-être, pour en arriver à ce geste ultime et irréversible. Le voilà maintenant confronté à la justice des hommes, mais entre « hommes », on se comprend. Et on se pardonne. Son crime sera donc passionnel. C’est moins criminel. Et Lucette en portera aussi une grosse part de responsabilité. Elle est la victime, mais elle a poussé cet homme à bout pour qu’il termine sa vie dans une geôle. Enfin, c’est ce que les hommes pensent. La prochaine fois que je reviendrai sur terre, j’interviewerai une femme pour savoir ce qu’elle va dire sur ce sujet… Vu son âge, Henri n’écopera pas d’une peine trop lourde. Toute sa vie, il a profité des bienfaits des femmes.

La première a été sa mère. Qu’est-ce qu’elle l’avait chouchouté ! Un vrai coq en pâte ! Le moindre de ses désirs était satisfait, devancé, réalisé, sublimé. Après ce régime exceptionnel de faveurs, les femmes devraient faire d’énormes efforts pour lui arriver à la cheville. Lui ne se plaignait pas. Tout lui était dû. Et de préférence sans se poser de questions. Un roi se demande-t-il pourquoi il est roi ? Non. Il est intimement convaincu d’être à la bonne place. Il n’a pas besoin de se justifier.

 

Les autres l’envient ? C’est normal. Leur triste vie n’atteindra jamais la perfection et la réussite de la sienne. Henri demandera à sa femme d’être loyale, dévouée, obéissante et disponible. Très peu de choses en fait…Il savait qu’il devait baisser ses prétentions s’il ne voulait pas être déçu. Elle n’atteindrait jamais le niveau de dévotion de sa mère. Il avait placé cet archange de l’amour dans la case « unique ». Il ne voulait pas être trop exigeant pour la suite de sa vie. Par chance, sa femme Elizabeth avait donné plus que ce qu’il avait espéré… Quel bonheur ! Décidément, les femmes sont très généreuses. Il ne leur demandait pas quel sacrifice elles avaient fait pour lui préparer l’Eden sur terre. Il s’en moquait. Elles devaient être heureuses de le servir et de le voir heureux. Le bonheur se partage, le dévouement, non. En le côtoyant, elles étaient inoculées par ses qualités. C’est meilleur que les microbes. C’est plus positif. Leur propre destin était illuminé par les aurores boréales et les feux d’artifices qu’il fabriquait. Il leur apportait la lumière ! Quel sens des responsabilités il devait avoir pour ces femmes. Il se sentait investi d’une mission divine : réussir sa vie. Et la leur par ricochet…

Malheureusement, Elizabeth eut un cancer du sein. Elle se battit comme une forcenée, en menant de front la satisfaction des besoins de son mari et la lutte contre la maladie. Hélas, le cancer fut le gagnant et Henri se retrouva veuf… Triste sort, mais momentané. Les années avaient défilé à une vive allure et il ne s’était pas vu vieillir. Mais il avait confiance en sa bonne étoile. Elle l’avait protégé tout au long de sa vie et Henri ne s’inquiétait pas du tout pour son avenir. La satisfaction était de ce monde et sa chance n’allait pas le quitter…

 

Il attendit patiemment une année de veuvage pour reprendre part à la vie sociale qui lui permettrait de rencontrer une nouvelle âme sœur, une jolie servante de ses besoins, une femme sensible, aimante, chaleureuse et servile. Il avait le pouvoir de les détecter. Elles aimaient son visage humble et soumis. Il savait les appâter, les attirer, les retenir, les subjuguer, les distraire et les occuper. Cette fois-ci, les choses se détraquèrent. Il avait vécu insouciant et le cœur léger. Il n’avait pas vu que les femmes avaient changé. Il n’imaginait pas qu’il y ait eu un changement de mentalités et de pratiques relationnelles. Il continuait de faire des avances qui avaient si bien marché quelques décennies en amont. Les femmes le regardaient comme s’il venait d’une autre planète ou d’un autre siècle. Peut-être du XVIIe siècle ? Il ne portait pas de perruque poudrée, pas de dentelles et pas de veste en coton épais. Il était courtois, coquin, subtil. Et ça ne marchait pas, ça ne marchait plus… Il ne rencontra pas Lucette aussitôt. Elle était l’amie d’une amie, Carole. Il aimait beaucoup Carole. Elle était encore svelte pour son âge, coquette et légèrement sexy. Une pointe d’humour et d’autodérision achevaient de la parer d’atours affriolants. Son âge l’avantageait. Il souhaitait de la jeunesse dans sa vie et elle avait vingt-cinq ans de moins que lui. Elle représentait la gaieté, la joie, l’éternité de la vie. Il était encore vigoureux, et rien ne lui faisait peur. Il fréquenta Carole assidûment tous les samedis. Ils s’invitaient l’un l’autre. Chez soi, au restaurant. Puis, ils fêtèrent ensemble les anniversaires, les fêtes de fin d’année, l’achat d’une voiture…Puis, ils invitèrent des amis et des amies et c’est ainsi qu’il rencontra Lucette. C’était elle ! Il l’attendait depuis le décès d’Elizabeth. Menue, plus petite que lui, de onze ans sa cadette, célibataire sans enfant, sans entraves, elle vivra uniquement pour lui !

Mais Lucette ne partageait pas son enthousiasme. Une vie à deux ? Une vie avec Henri ? Ce n’était pas son envie et son ambition pour les futures années à venir. Indépendante, elle avait toujours géré sa vie d’une main de maître (elle était artiste peintre). Elle défendait son libre arbitre et n’avait pas envie d’endosser le rôle de soubrette pour un homme qu’elle avait rencontré chez son amie Carole. Henri commença à fantasmer sur elle. Il voulait la rencontrer coûte que coûte. Il ne pouvait plus vivre sans elle. Il ne respirait plus entre deux rendez-vous. Elle occupait toutes ses pensées. Elle était obsédante et devint son obsession. Il la guettait, l’attendait, provoquait les rencontres fortuites.

 

Si elle fut flattée au départ, son entêtement l’irrita par la suite. Il devenait lourd, pour ne pas dire « lourdeau ». Mais il ne se déclarait pas ouvertement et elle espéra qu’il se découragerait et se lasserait. Il n’en fut rien. Plus elle le fuyait, plus il s’en amouracha. Il ne comprenait pas qu’elle ne lui saute pas au cou. Alors, il devint jaloux. Elle devait avoir un autre amoureux. Sa chasse à femme s’amplifia. Il harcela Carole. Elle ne lui connaissait aucun amoureux. Elle n’aimait personne d’autre ? Elle n’aimait qu’elle ? Il eut la haine et la rage. A quoi bon être coquette, créer des œuvres, avoir des amis si ce n’était pas pour tout partager avec lui ? Il avait une bonne position sociale. Financièrement, il vivait confortablement. Quel obstacle se dressait entre elle et lui ? Il y perdait son latin en conjonctures de toutes sortes. Il en perdit aussi le sommeil et l’appétit. Il commença à ruminer une vengeance. Il fomenta des plans d’attaques, d’humiliations, de dégradations. Elle ne l’aimait pas ? Elle ne sera plus jamais aimée à son tour. Il ne pensait pas à l’éradiquer de la Terre, quoique que…

Et un soir, fou de douleur, il alla frapper à sa porte. Il lui demanda de vivre avec lui. Elle le toisa et éclata d’un rire cristallin. Bafoué, humilié, battu en brèche, il ne la voyait plus qu’en un monstre d’égoïsme. Il vit rouge. Il ne se contrôla plus. Sa rage se déversa. Son énergie décupla. Cette femme le provoquait. Il saisit un couteau qui traînait sur la table. Il la frappa de cinquante-trois coups. Sans bruit. Epuisé par ce terrible effort, il s’effondra à côté d’elle. C’est Carole qui les découvrit… Je pense aussi faire un petit tour, à ma prochaine visite sur Terre, dans les bureaux des experts psychiatriques. J’aimerais savoir s’ils lui ont trouvé des circonstances atténuantes. Pourquoi pas ?

A 84 ans, il est poursuivi pour harcèlement sexuel.

Ce veuf avait entretenu une liaison avec cette femme pendant plusieurs années, mais quand elle a décidé d'y mettre fin, il s'est mis à l'attendre devant chez elle et à la suivre, au point qu'elle se réfugiait souvent chez ses enfants.

NDLR : après le plus vieux condamné pour avoir tué une femme (93 ans), un condisciple de 74 ans. On n’est à l’abri de personne…Ce n’est pas un fait divers, c’est un féminicide.

Vallauris : un homme de 74 ans tue sa femme de plusieurs coups de couteau.

Un septuagénaire a tué samedi son épouse, âgée de 78 ans, de plusieurs coups de couteau après une dispute à leur domicile de Vallauris, dans les Alpes-Maritimes.

Publié dans mes poésies

Partager cet article
Repost0

Une grand-mère française

Publié le par bmasson-blogpolitique

Une grand-mère française

~~Une grand-mère révoltée. Et pourtant, elle ne devrait pas l’être. Elle a des amis et des amies, une famille. Elle a une position stable dans la société française. Elle est retraitée. Elle a dû être enseignante. D’après ce qu’elle explique à son amie sur ses loisirs, ses vacances et ses lectures en cours, elle était peut-être professeur d’histoire ou de français…

Une grand-mère française

Elle est passionnée par l’Egypte antique et par les Beaux Arts.

Une grand-mère française

Ou bien, elle travaillait dans le domaine de la Justice…Je l’imagine dans un poste à responsabilités. Elle a une façon de parler directe. Elle est sûre d’elle. Elle est protestante et elle vit sa foi dans notre société en militant au sein de la Cimade qui est un organisme qui visite les sans-papiers dans les centres de rétention et les aide dans leurs démarches administratives. Elle donne quelques jours de sa semaine au suivi des dossiers de ces pauvres malheureux échoués dans notre pays. Elle se demande si c’est très utile. Elle a un doute. La semaine dernière, elle a envoyé de chez elle un rapport à l’administration et elle se demande s’il est lu…

L’accompagnement de ces hères à la dérive a des limites et elle entrevoit celles-ci. Mais il faut bien de l’humain dans ces centres où l’humain n’est pas pris en considération… Elle parle de sa belle-fille et elle s’insurge contre elle. Sa belle-fille n’apprécie pas ses activités militantes de solidarité pour ces personnes en souffrance. Elle l’embête en utilisant la garde de ses petites filles pour lui faire annuler ses permanences. Elle laisse ses filles à la grand-mère en fonction de ses humeurs : un coup oui, un coup non ! Sa belle-fille ne la comprend pas et se demande pourquoi elle donne bénévolement de son temps à des êtres humains qu’elle ne connaît pas et qui ne seront pas reconnaissants de son investissement !

Une grand-mère française

Elle se questionne aussi sur la société capitaliste et elle parle à son amie d’un écrivain à la mode ces temps-ci : Max Weber qui a écrit un livre sur l’ambiguïté des protestants vis-à-vis du capitalisme. Elle cite ce qu’elle a entendu tout au long de sa vie religieuse : « Il est écrit dans les textes que l’on est un élu quand on gagne de l’argent… »Weber, en 1904, a présenté le protestantisme comme l’un des agents les plus importants du développement du capitalisme et de l’industrie. Elle, elle trouve que la société « ne tourne pas rond ». Son amie s’amuse de son irritation. Elle ne comprend pas son pessimisme : « Mais, la société va encore changer … » « Hélas, ça n’en prend pas le chemin ! Plus le temps passe, moins ça s’arrange ! ». Elle a encore un autre sujet personnel de mécontentement. Sa petite fille présente des troubles « dys ». Sa mère lui a prédit son avenir. « Elle deviendra caissière dans un supermarché ! ». Cette réponse d’une diplômée de bac + 5 l’exaspère. Qu’est-ce qu’elle peut y faire ? Rien. Une grand-mère ne pèse pas lourd dans l’éducation d’une enfant dans notre société…Elle regarde impuissante grandir sa petite fille qui a besoin de soins et qui n’en bénéficie pas. « Il y aura bien un déclic ! » ponctue son amie. Oui, peut-être, s’il y en a un…En attendant, elle est en colère contre son fils et sa belle-fille qui ne prennent pas en compte les difficultés de leur fille…Eux ont bénéficié d’une éducation de qualité et renoncent à en donner une équivalente à leurs enfants.

Décidément, ces renoncements l’exaspèrent. Elle est très en colère…

Une grand-mère française

Publié dans mes poésies

Partager cet article
Repost0

Nina Simone a chanté pour les droits civiques aux USA

Publié le par bmasson-blogpolitique

Pour la maman de Nina Simone,

Elle jouait la musique du démon.

Très rapidement,

Elle aborde l’inégalité ethnique

Pour finalement

Militer pour les droits civiques.

Après l’assassinat de Medgar Wiley Evers

Elle chantera « Mississipi Goddam ».

C’était en 1963.

Après l’assassinat de Martin Luther King

Elle chantera « Why ? »

C’était en 1968.

Elle finira sa vie à Bouc Bel Air.

------------

En 1963, après le meurtre de quatre jeunes filles par le Ku Klux Klan, Nina Simone, révoltée par les violences racistes perpétrées dans le sud des États-Unis, compose « Mississippi Goddam » dans un élan de fureur.

 

Martin Luther King

 "A la fin, nous nous souviendrons non pas des mots de nos ennemis, mais des silences de nos amis."
Martin Luther King
NDLR: La lâcheté est mauvaise conseillère...
------------

Nina

« Yeah, it’s a new dawn
it’s a new day, it’s a new life for me,
Ooooooooooooooooooh
And I’m feeling good.”

Nina Simone

Nina

Nina

Nina

Le 21 février est née Nina Simone (1933-2003,) chanteuse et compositrice états-unienne. Dans les années 60, elle se bat pour le mouvement des droits civiques et son répertoire prend la forme d’un pamphlet contre le racisme. Elle enregistrera au cours de sa carrière plus de 40 albums.

Nina

"I Havre a dream"

Pensée pour Martin Luther King: "I have a dream..."

Au Havre (jeu de mot)

Après les propos pro Ku-Klux-Klan de Trump, des américains déboulonnent des statues qui mettent à l'honneur l'esclavage et la vente d'humains, de l'enfant, en passant par la femme, et jusqu'à l'homme.

 

1968 – 2018 aux USA

Manifestations étudiantes

En 2018, les étudiants ont une autre cause : les armes à feu, qui tuent environ 30 000 personnes chaque année. Plusieurs centaines de milliers d’Américains ont défilé le 24 mars aux États-Unis pour dénoncer la violence par armes à feu, un mois après la tuerie du lycée de Parkland (Floride) qui a fait 17 morts. Le mouvement pour les droits civiques des Noirs, mené par le pasteur King, est l’autre contestation des années 60 aux États-Unis.

Des femmes libérées ?

Le mouvement d’émancipation des femmes américaines avait également pris une nouvelle dimension en 1968 quand plusieurs centaines d’entre elles ont manifesté contre le concours de Miss Amérique organisé. En janvier 2017, des centaines de milliers de femmes ont protesté contre le président Trump après son investiture pour dénoncer ses déclarations sexistes.

Nina Simone, de l’enfant prodige à l’artiste engagée pour les droits civiques.

Nina Simone est une enfant née en pleine ségrégation raciale, immensément douée pour la musique, mais dont la couleur de peau lui fermait les portes des plus grandes écoles.

(…)Elle devient la porte-parole des noir·es américain·es, éveille les esprits à l’activisme et devient l’héroïne de toute une génération.

(…)D’ailleurs, la reconnaissance suscitée par l’artiste sera cristallisée par son entrée dans le prestigieux Rock’n’roll Hall of Fame ce 14 avril 2018.

Tag

Nina Simone

par Tian

Avignon

 

Fête de l'Humanité 

"La liberté pour moi: ne pas avoir peur

Ne jamais avoir peur."

Nina Simone

Hong Kong affiche 2019

Nous luttons.

"Il est toujours temps  de faire ce qui est juste"

Martin Luther King

Aske

Street art

Trump  opposé à Martin Luther King

La haine contre l'amour.

 

Nina Simone et les droits civiques

07 20

---------------


 

Nina Simone

"The look of love

Le visage de l'amour"

Graph

Trouville

09 20

-------------

Graph

Londres 

Victoria street tunnel

 Ku Klux Klan

"Pardonne leur seigneur.

Ils ne sont que des jouets."

-------------

Martin Luther King amoureux de l'humanité.
"Nous avons besoin de leaders qui ne sont pas amoureux de l'argent, mais de la justice. 
Qui ne sont pas amoureux de la publicité, mais de l'humanité".
----------------

Martin Luther Ling choisit l'amour et pas la haine.

"J'ai décidé de m'en tenir à l'amour. La haine est un fardeau trop lourd à porter".

-----------

 

Joséphine Baker est récupérée comme l'a été Martin Luther King.

Black America - Caroline Rolland-Diamond

 

Caroline Rolland-Diamond met en perspective historique longue les deux grandes « traditions » de mobilisation individuelle et collective des Noirs : « la tradition d'orientation libérale ou réformiste qui s'appuie sur les institutions du pays pour revendiquer l'égalité de traitement et l'inclusion sociale, et la tradition radicale qui critique sévèrement ces mêmes institutions et réclame une transformation profonde de l'économie et de la société américaines ».

---------

 

“Tout ce que nous voyons n’est qu’une ombre projetée par les choses que nous ne voyons pas.”

Martin Luther King

-----------------

Nina Simone

Citation sur sa jeunesse dans "l'Humanité"/

01 22

--------------

“I'll tell you what freedom is to me. No fear.

Je vais vous dire ce qu'est la liberté pour moi. Ce n’est pas la crainte. »

Nina Simone.

---------------

 

 

James Baldwin est un écrivain américain, auteur de romans, de poésies, de nouvelles, de pièces de théâtre et d'essais. Il naît à Harlem dans un milieu défavorisé. Pendant son adolescence, il est très actif dans son église pentecôtiste. Il quitte sa mère à dix-sept ans, vit de jobs mal payés et commence son apprentissage.

 

James Arthur Baldwin (August 2, 1924 - December 1, 1987) was an American writer and activist.As a writer, he garnered acclaim across various mediums, including essays, novels, plays, and poems.His first novel, Go Tell It on the Mountain, was published in 1953; decades later, Time magazine included the novel on its list of the 100 best English-language novels released from 1923 to 2005.

                                                                                                                  

James Arthur Baldwin (2 août 1924 - 1er décembre 1987) était un écrivain et activiste américain. En tant qu'écrivain, il a été acclamé dans divers domaines, y compris des essais, des romans, des pièces de théâtre et des poèmes. Son premier roman, Go Tell It on the Mountain, est publié en 1953. Des décennies plus tard, le magazine Time a inclus le roman dans sa liste des 100 meilleurs romans de langue anglaise sortis de 1923 à 2005.

Later Works and Death.

By the early 1970s, Baldwin seemed to despair over the racial situation. He had witnessed so much violence in the previous decade — especially the assassinations of Evers, Malcolm X and Martin Luther King JR. — caused by racial hatred.

 

Œuvres ultérieures et mort.

Au début des années 1970, Baldwin semblait se désespérer de la situation raciale. Il avait été témoin de tant de violence au cours de la décennie précédente – en particulier les assassinats d'Evers, Malcolm X et Martin Luther King Jr. – causées par la haine raciale.

 

 

Élevé à Harlem, un quartier pauvre de New York, James Baldwin est extrêmement intelligent et doté d'un don pour l'écriture. Passionné par les livres, il trouve refuge dans les bibliothèques. Mais malgré son génie, remarqué par une enseignante, James Baldwin comprend que le rêve américain n'est réservé qu'aux Blancs

 

 

Il avait posé ses valises à Saint-Paul-de-Vence en 1970, où il a trouvé la mort dix-sept ans plus tard. Compagnon de lutte de Martin Luther King, le Noir-Américain James Baldwin s'est battu jusqu’au bout.

 

James Baldwin était un témoin et un combattant des violences policières envers la communauté noire. Il a été marqué notamment à 19 ans, par les émeutes de Harlem.

-------------------

Publié dans musique et poésie

Partager cet article
Repost0

Chico et les Gypsies

Publié le par bmasson-blogpolitique

Inchallah

Publié dans musique

Partager cet article
Repost0

Platon à Athènes - Hypatie

Publié le par bmasson-blogpolitique

Les poésies des peuples sans écriture

Sont cousines de nos chansons.

Ces peuples ne sont pas sans mythe.

Ce sont des civilisations

Aussi complexes que les nôtres.

Platon avait une grande suspicion

Pour toutes les écritures

Qui entretenaient la paresse dans la transmission.

« Car cette connaissance aura, pour résultat, chez ceux qui l'auront acquise, de rendre leurs âmes oublieuses, parce qu'ils cesseront d'exercer leur mémoire : mettant en effet leur confiance dans l'écrit, c'est du dehors, grâce à des empreintes étrangères, non du dedans et grâce à eux-mêmes qu'ils se remémoreront les choses. »

Platon, Phèdre, 274d-275b

Platon

«Je le demande, quelle ne serait pas la destinée d'un mortel à qui il serait donné de contempler le beau sans mélange, dans sa pureté et simplicité, non plus revêtu de chairs et de couleurs humaines, et de tous ces vains agréments condamnés à périr, à qui il serait donné de voir face à face, sous sa forme unique, la beauté divine!»

Platon

Le Banquet

Hypatie (355 ou 370-415 ou 416)

 

Hypatie était une philosophe grecque et une professeure néoplatoniste qui s'est démarquée en mathématiques et en astronomie. Elle était à la tête de l'École néoplatonique d'Alexandrie au début du 5e siècle. Femme de lettres et de sciences exactes, elle a vécu une vie ascétique. Elle a enseigné à des chrétiens aristocrates et à des païens de haut rang.

 

Hypatie est la première femme mathématicienne à propos de qui on détient des données détaillées jugées valables. Considérée comme ayant ouvert la voie aux femmes dans le domaine des sciences, elle a rédigé des textes sur la géométrie, l'algèbre, l'astronomie, a inventé des astrolabes plus perfectionnés que les modèles primitifs de l'époque et même des hydromètres. Hypatie a été assassinée à l'âge de 45 ou 60 ans (en fonction de sa véritable date de naissance), lynchée par une foule de moines chrétiens

 

#1 Helmut Smits

2014

Les mathématiques ne sont pas vues comme une étude de nombres abstraits mais plutôt comme une enquête sur la quantité, la structure. Ces nombres seraient chargés d’intention et d’émotion stimulant aussi l’empathie.

Arles

Fondation Luma

Luma days 05 19

Claire Voisin

Médaille d'or du CNRS en 2016.

Mathématicienne

Elle a reçu le prix Shaw en 2017.

 

Publié dans musique et poésie

Partager cet article
Repost0

La poésie sacrée des druides - Jules César - La Gaule - Cruche - Amphore - Arcisse de Caumont

Publié le par bmasson-blogpolitique

Les druides ne voulaient pas confier

Leurs nombreux poèmes sacrés

A l’écriture tant abborhée.

Pourquoi ce rejet ?

La peur que l’on arrive à négliger

La mémoire qui doit travailler,

Et que leur science sacrée

Ne se répande dans la médiocrité,

Ou bien qu’ils soient destitués

De tous leurs avantages réservés ?

Jules César:

Les chaussettes de Jules César

Arles

Autre représentation de Jules César sur les murs de la ville. 

Je ne veux pas faire de publicité, mais il est près d'un restaurant...

Pour "Sta viator", j'ai trouvé: "Arrête-toi, voyageur."

Jules César : des archéologues dévoilent une étonnante reconstruction 3D de la tête du général romain.

(…) L’Histoire nous a laissé de lui l’image d’un impitoyable conquérant avide de pouvoir. Mais Jules César avait-il vraiment la "grosse tête"…?

 

Monnaie – Italie, Gaule cisalpine

César (43 avant notre ère)

Tête laurée de César

Aureus, or

Musée lapidaire

Avignon

 

Portrait de Jules César (100 avant notre ère, 44 avant notre ère)

En 47 avant notre ère, le général et homme d’état romain vainquit le souverain lagide, Ptolémée Philopator (qui aime son père) III. De sa liaison avec Cléopâtre (69 avant notre ère, 31 avant notre ère), sœur du souverain, il aurait eu un fils, Ptolémée César, surnommé Césarion.

Alliage métallique.

Provenance inconnue.

Surmoulage moderne d’une œuvre antique, vraisemblablement le portrait du dictateur abrité au Palais Pitti, Florence.

Musée lapidaire

Avignon

 

Armoire en noyer sculpté « quatre cavaliers »

Jules César

Musée du vieux Nîmes

Page 274 :

Jules César, d’après Chateaubriand, est « l’homme le plus complet de l’histoire parce qu’il réunit le triple génie du politique, de l’écrivain et du guerrier. »

 

Jean D’Ormesson

De l’Académie française

Mon dernier rêve sera pour vous

Une biographie sentimentale de Chateaubriand

Editions Jean-Claude Lattès, 1982

 

 

Benjamin Ulmann

Blotzheim, 1829 – Paris, 1884

Huile sur toile

Caton expulsé du Sénat

La vertu républicaine y est célébrée par le geste accusateur porté envers César par le sénateur Caton le Jeune (95 – 46 avant notre ère), tel que le décrit Plutarque. La scène fourmille de détails tirés de l’archéologie (vêtements, mobilier, choix des matériaux utilisés pour le décor) qui ont une fonction pédagogique.

 Musée d’art et d’histoire de Bayeux

Nicolas Coustou 

Lyon, 1658 - Paris, 1733 

Jules César 

Marbre, 1722 Jardin des Tuileries

Paris

 

Ambrogio Parisi 

Connu en Italie depuis 1676 - Rome, 1719

Jules César d'après l'Antique 

Marbre - 1688 - 1694

Jardin des Tuileries 

Paris

--------------------

Statue d’un combattant gaulois. Marbre parian.

Trouvé dans l’Agora des Italiens à Delos, une des îles des Cyclades. Le guerrier, blessé à la cuisse, est tombé au sol sur son genou droit, et se prépare à combattre ses ennemis avec son bras gauche. Sur le sol, près de lui, est posé un casque de Galatie. C’est l’exemple typique du style hellénistique tardif avec les traits de l’école de Pergamene. La statue a probablement été réalisée par le sculpteur Agasias, 100 ans avant J-C.

Gaulois captif à Saint-Rémy-de-Provence

 

Statue fragmentaire de guerrier

Il est vêtu d’une tunique, d’une cotte de maille à manches courtes renforcée par des épaulières fixées par des boutons. Sur le côté droit, le guerrier porte une épée dont l’extrémité manque (peut-être l’épée longue des cavaliers de l’armée romaine), glissée dans un manchon fixé à un ceinturon. La main droite devait enserrer une arme disparue (lance ou javelot). De la gauche, il s’appuie sur un bouclier ovale métallique. Au cou, le guerrier arbore un torque à la poitrine. Ici, il est porté au cou, à la mode gauloise.

Calcaire qui contient des fragments de coquillages d’organismes marins).

Deuxième moitié du 1er siècle avant notre ère, époque augustéenne (30 avant notre ère – 14 après notre ère).

Provenance : Vachères (Alpes de Haute Provence)

Musée lapidaire

Avignon

A Saint-Germain-en-Laye

Statuette de bestiaire ( ?) chaussé de bottines

(Charente Maritime)
 
La qualité et la diversité de l’élevage en Gaule sont vantés par les nombreux auteurs antiques, mais il reste assez mal connu, malgré les récents apports de l’archéozoologie, basée sur l’étude des restes d’animaux.
A l’époque romaine, toutes les espèces domestiquées de la fin de l’époque gauloise sont de petite taille et assez graciles. Dès la fin du 1er siècle avant J-C apparaissent des animaux beaucoup plus grands et robustes sans doute importés sous l’impulsion romaine.
Ce phénomène est particulièrement sensible chez les bœufs et les chevaux. Le petit bœuf indigène dont la hauteur ne dépasse pas 110 à 125 cm au garrot, cohabite un temps avec le bœuf importé puis disparaît au profit de celui-ci. Cet individu possède une morphologie plus robuste, il est donc plus apte à la traction, et il peut développer une masse musculaire, donc de la viande, de 200 à 300 kg supérieure à celle de son congénère indigène. De même, le cheval indigène, d’à peine 130 cm au garrot (soit la taille d’un poney actuel) est peu à peu supplanté par un grand cheval haut de 140 à 150 cm au garrot.

Buste de femme, terre cuite

Cusset, Allier
 

Buste de femme
Terre cuite

Verrerie des IVe et Ve siècles

Représentation marine

Cruches

Avignon

Musée lapidaire

Cruche à bourrelet sur l’épaule et à anse coudée nervurée.

Ce verre a été découvert dans une tombe collective qui abritait un très riche matriel : douze verres, un miroir, quatre lampes à huile, trois terres cuites, cinq monnaies.

Verre soufflé à la volée, bleu-vert.

Production occidentale. Atelier de Gaule ? Milieu Ier – IIe siècle après J-C.

Provenance : Vaison-la-Romaine (Vaucluse).

Rouen

Flacon céphalomorphe

Fin 2e, 3e siècle. Ce petit vase, trouvé dans une amphore gauloise, et composé de deux visages accolés, l’un juvénile et imberbe, l’autre âgé et barbu.

 

Biberons
1 Orange (Vaucluse)
2 Amiens (Somme)

Fréjus

 

Amphores vinaires de type Dressel 2/4 à fond pointu et Gauloise à fond plat fabriquées à Fréjus, destinées au transport et au commerce du vin.

Réemploi des amphores

1er siècle avant notre ère

Musée du Colombier

Alès

 

Tête d’homme, provenance inconnue

Calcaire
1er siècle après J-C

Figurine Epona

Toulon sur Allier (Allier)
Le nom de la déesse Epona dérive du mot gaulois désignant le cheval, epos. Cette divinité gallo-romaine est donc liée au monde du cheval. Environ 200 représentations en pierre, en métal, en terre cuite ou en bois, toutes de dimensions réduites, sont sans doute destinées à protéger l’écurie, voire la maison. Une inscription découverte à Entrains (Nièvre) prouve cependant u’un temple avec tout son décor fut offert à Epona.
La déesse est toujours représentée vêtue. Elle est le plus souvent assise de côté sur le cheval ou la jument que son poulain accompagne parfois. La déesse peut porter une patère, une corbeille de fruit, une corne d’abondance (9) ou encore un sceptre.
Ces attributs rappellent qu’Epona protège les productions agricoles, et par extension les villae (domaines agricoles), mais son rôle principal est celui de protectrice des chevaux, des écuries, des cavaliers, des palefreniers, des voyageurs, des charretiers.
Un autre petit relief en pierre représentant Epona a été découvert à Alésia, où l’on sait, grâce à l’archéologie et au témoignage de l’encyclopédiste latin Pline l’Ancien (v. 23 – 79), que les pièces de harnachement métalliques étaient fabriquées.
Epona est particulièrement populaire en Bourgogne. Cette faveur s’explique par le fait que ces régions (frontière rhénane et danubienne pendant les IIe et IIIe s) concentrent une grande quantité de cavaliers de l’armée romaine, d’hommes travaillant dans les relais routiers de voyageurs de toutes sortes.
Sa fête était inscrite pour le 18 décembre (Ier siècle après J-C) dans un calendrier et est également honorée à Rome.
Le poète Juvénal (v. 65 – V.127) signale qu’on peint son effigie sur les murs des « écuries puantes ».
 

Déesse féminine

Mâcon (Saône et Loire)
Déesses mères 7 à 10
8 saint Pourçain sur Besbre (Allier)
9 – 10 Toulon sur Allier (Allier)

Déesse Mère

Toulon sur Allier (Allier)

Rosmerta ? (compagne de Mercure)

Lacroix Saint Ouen (Oise)
Femme portant des pendants d’oreilles. Elle présente deux fentes sur le crâne sans doute destinées à recevoir des ailettes.
 

Mario Sironi

Fuite du cheval et cavalier à terre

1940 – 1945

 

Edmond-Victor Le Harivel Durocher

Chanu, 1816 – 1878

Marbre, 1865

Arcisse de Caumont – Buste

Bayeux, 1801 – Caen, 1873

Arcisse de Caumont est reconnu comme le fondateur de la science archéologique en France. Il a joué un rôle éminent en faveur de l’étude et de la sauvegarde du patrimoine, en impulsant à l’échelle nationale la fondation d’un grand nombre de sociétés savantes.

BAYEUX

Arcisse de Caumont, né à Bayeux en 1801, un Normand de terrain, « Semons, semons toujours, récoltera qui pourra ». Cette devise personnelle résume bien la vie d'Arcisse de Caumont, explorateur, défricheur, laboureur et tuteur du renouveau de la culture à travers tout le XIX e siècle.

Archéologue, géologue, Arcisse de Caumont est surtout connu pour son rôle dans le développement de l'histoire de l'art médiéval au XIXe siècle.

Auteur, personnalité majeure du XIXe siècle, il édite en 1846 Statistique monumentale du Calvados, une oeuvre complète sur l'archéologie et le patrimoine du département.

Congrès archéologique de France, 1875.

----------------------

Autel de Cernunnos

Cernunnos, dieu gaulois de la fécondité, est encadré par les dieux romains, Apollon et Mercure.

Musée Saint Rémi

Reims

------------------

Druides et gui - Faire des voeux pour les récoltes à venir.

Francis Combes - Patricia Latour.

'L'Humanité'

Expression celtique "O ghel an heu"

Expression actuelle 'Au gui l'an neuf!" (pas 9! NDLR).

---------------

Naples 
Musée national d'archéologie.
Jules César
110 avant J-C.
 
------------

 

“Morale is very low among the troops, Caesar, now that we've realized that when we run our underwear shows.

 

Le moral est très bas parmi les troupes, César, maintenant que nous nous en sommes rendu compte que lorsque nous courons nous montrons nos sous-vêtements. »

-------------

Publié dans musique et poésie

Partager cet article
Repost0

Pablo Neruda, poète chilien

Publié le par bmasson-blogpolitique

Pablo Neruda connaît rapidement la renommée.

Ses poèmes et proses sont publiés.

La fonction de consul est embrassée,

Et pendant la République espagnole, il défendra les réfugiés.

 

Communiste, il deviendra une cible privilégiée.

Il écrira « Canto General » dans la clandestinité.

Par le prix Nobel de Littérature, il sera glorifié.

La polémique existe toujours sur les causes de son décès.

Etait-ce une mort naturelle ou a-t-il été empoisonné ?

La casa del Flores à Madrid

La Isla Negra

La Chascona à Santiago du Chili.

Pablo Neruda

Pablo Neruda

Le poète chilien Pablo Neruda n'est pas mort d'un cancer, assurent des chercheurs

Chili

15 morts

Source AFP

10 19

---------------------------------

Pablo Neruda 

Poème "A mon coeur suffit ta poitrine"

"La Marseillaise"

-------------------

Pablo Neruda 
"Le printemps est inexorable*"
 
*
Qui est inévitable, inéluctable, impitoyable, ce à quoi on ne peut pas se soustraire. Qui aura lieu quoi qu' il arrive ou qui est totalement inflexible.
---------------
Fête de l'Huma 
Jean Ferrat et Pablo Neruda (1904 - 1973).
 
Poète chilien.
Prix Nobel de Littérature en 1971.
En 1995, Jean Ferrat compose "La Complainte de Pablo Neruda" sur un poème de Louis Aragon.
 
-------------
Complainte de Pablo Neruda - Véronique Pestel

-----------

Contre le programme de régression patriarcale du candidat pinochétiste Jose Antonio Kast, les mouvements féministes ont décrété l’état d’alerte.

« L’Humanité »

 12 21

----------------

Pablo Neruda à Capri.
--------

 

PABLO NERUDA: AN 'EXILE IN CAPRI' Not everyone knows that Capri is also renowned as the 'Island of exiles'. Emperor Tiberius came here to rule the Empire far from the influence of the Senate - which in turn construed the official representation of the Emperor as lascivious, depraved and violent.

 

PABLO NERUDA : UN « EXIL À CAPRI » Tout le monde ne sait pas que Capri est aussi réputée comme « l'île des exilés ». L'empereur Tibère est venu ici pour gouverner l'Empire loin de l'influence du Sénat - qui à son tour a interprété la représentation officielle de l'empereur comme lascive, dépravée et violente.

 

Chilean writer and Nobel Prize Pablo Neruda was one of these prominent personalities. Neruda publicly denounced President Gabriel Gonzalez Videla for the violent repression of the miners’ uprising in 1947, many of whom were sent to concentration camps. Videla issued an arrest warrant against Neruda, who was then forced to go into exile.

L'écrivain chilien et prix Nobel Pablo Neruda était l'une de ces personnalités éminentes. Neruda a publiquement dénoncé le président Gabriel Gonzalez Videla pour la répression violente du soulèvement des mineurs en 1947, dont beaucoup ont été envoyés dans des camps de concentration. Videla a émis un mandat d'arrêt contre Neruda, qui a ensuite été contraint de s'exiler.

 

He came to Capri in 1952, where he wrote ‘The Captain’s verses – awarding him the Nobel Prize for Literature in 1971. The Italian historian Edwin Cerio hosted him in his Villa in Via Tragara. Years later, in 1985, Neruda’s stay in Capri became the subject of Antonio Skarmeta’s novel ‘Ardiente Paciencia’ (‘Ardent Patience’, later known as ‘El cartero de Neruda’, or ‘Neruda’s Postman’). The novel has inspired Michael Redford’s moving film ‘Il Postino’, ‘The Postman’ – Italian actor Massimo Troisi interpreting the postman, and Philippe Noiret playing the role of Neruda.

 

Il est venu à Capri en 1952, où il a écrit « Les vers du capitaine– lui décernant le prix Nobel de littérature en 1971. L'historien italien Edwin Cerio l'a accueilli dans sa villa de via Tragara. Des années plus tard, en 1985, le séjour de Neruda à Capri est devenu le sujet du roman d'Antonio Skarmeta « Ardiente Paciencia » (« Ardent Patience », plus tard connu sous le nom de « El cartero de Neruda », ou « Facteur de Neruda »). Le roman a inspiré le film émouvant de Michael Redford 'Il Postino', 'The Postman' – l'acteur italien Massimo Troisi interprétant le facteur, et Philippe Noiret jouant le rôle de Neruda.

 

https://www.capritiberiopalace.it/en/blog/pablo-neruda-an-exile-in-capri/

-----------

Publié dans musique et poésie

Partager cet article
Repost0

Danse des bâtons de l'île de Guam

Publié le par bmasson-blogpolitique

Danse des bâtons de l'île de Guam

~~Danse de l’île de Guam :

La population de l'Ile de Guam, archipel des Iles Mariannes en Micronésie, dans l'Océan Pacifique, s'est « Groupe « Inetnon Gefpago » Guam est une île située dans l'océan Pacifique.

Elle est rattachée aux États-Unis bien qu'elle fasse partie de l'archipel des îles Mariannes. C'est officiellement un territoire non-incorporé organisé des États-Unis avec à sa tête un gouverneur élu. Son nom en chamorro est Guåhan (également écrit Guahan).

L'île fut colonisée par l'Espagne du XVIIe siècle jusqu'à sa cession aux États-Unis en 1898 après la guerre hispano-américaine.

Danse des bâtons de l'île de Guam

Publié dans musique

Partager cet article
Repost0

Edith Piaf, chanteuse française magistrale du XXe siècle

Publié le par bmasson-blogpolitique

Piaf a été la chanteuse française la plus magistrale,

Au destin des plus effroyables,

A la renommée internationale.

 

Elle a laissé dans le patrimoine

Des classiques du répertoire.

Si elle a chanté « L’hymne à l’amour »,

Elle en a connu les désenchantements

Et les blessures du commencement.

 

Elle a inspiré de nombreux auteurs

Et, au XXe siècle, a lancé des chanteurs

Dont Montand, Moustaki, Aznavour.

Sa tombe au Père Lachaise:

Edith Piaf, chanteuse française magistrale du XXe siècle

Un vibrant hommage à Edith Piaf:

Edith Piaf - Embrasse-moi

Couple enlacé

Edith

Coloriage gratuit

 

Edith Piaf 
La Môme 
restaurant 
Caen

--------------

 

Page 189 – Edith Piaf :

« Ce qui frappait, c’étaient ses yeux, ses yeux immenses. »

 « Elle avait une voix claire et une articulation extraordinaire. Tout était modulé, chaque syllabe de chaque mot. »

« Et ce rire ! C’était d’ailleurs ce qu’elle aimait le plus au monde, rire. Rire de tout, tous les prétextes étaient bons. »

Quand Charles Dumont vint lui présenter la chanson « Mon Dieu », elle « comprit que la chanson était pour elle, que Charles lui faisait un magnifique cadeau, et elle voulut le lui rendre en l’interprétant. »

« Edith et ses amants ; c’était un sacré roman ! Elle les quittait toujours parce qu’elle ne supportait pas d’être abandonnée. Comme cadeau d’adieu, elle leur offrait une montre Cartier. »

------------

Art 

Honfleur 

Edith Piaf

---------------

Edith Piaf 

Honfleur 

De qui?

--------------

Paris

Moulin Rouge

Edith Piaf 

C’est quelques jours avant la libération que les beaux Zazous arrivent au Moulin Rouge pour faire la première partie de la grande Edith Piaf.

La Grande Dame de Français chanson tomba immédiatement sous le charme de cet Italien sombre et beau, malgré son look particulier.

---------

Edith Piaf  

Sur le d'un restaurant 

Montmartre 

------------------

Padam, padam, padam...

Tu me fais tourner la tête.

-------------

Edith Piaf enregistrant un disque 

1937 

Photographe : Gaston Paris.

Beaubourg 

Paris

------------

Publié dans musique et poésie

Partager cet article
Repost0