- Charles Baudelaire-

Publié le par bmasson-blogpolitique

Au musée Rodin

Charles Baudelaire.

Tous les grands poètes deviennent, fatalement, critiques.

Charles Baudelaire

Naissance de la musique moderne

Richard Wagner et Tannhaüser à Paris

Editions Mille et une nuits (juin 2013)

Lettre de Charles Baudelaire à Richard Wagner en date du 17 février 1860 publiée en 1922.

Le texte intitulé « Richard Wagner et Tannhaüser à Paris » est paru en 1861.

Les danseuses

Page 73 :

« Que les hommes qui peuvent se donner le luxe d’une maîtresse parmi les danseuses de l’Opéra, désirent qu’on mette le plus souvent possible en lumière les talents et les beautés de leur emplette, c’est là certes un sentiment presque paternel que tout le monde comprend et excuse facilement ; mais que ces mêmes hommes, sans se soucier de la curiosité publique et des plaisirs d’autrui, rendent impossible l’exécution d’un ouvrage qui leur déplaît parce qu’il ne satisfait pas aux exigences de leur protectorat, voilà qui est intolérable. Gardez votre harem et conservez-en religieusement les traditions ; mais faites-nous donner un théâtre où ceux qui ne pensent pas comme vous pourront trouver d’autres plaisirs mieux accommodés à leur goût. »

Certains abonnés de l’Opéra, membres du Jockey-Club, avaient pris l’habitude de n’assister à un opéra qu’aux alentours de 22 heurs, après le dîner qu’ils avaient passés en compagnie des quelques danseuses qu’ils entretenaient. Il était convenu d’usage qu’on proposât un ballet en ouverture du deuxième acte, ce qui leur permettait de digérer tout en appréciant les charmes de leur protégée. (note de Christophe Salaün page 69)

--------------------

« Il paraît que Tannhaüser a un grand succès à Londres. Je suis toujours de plus en plus enthousiaste de Tristan et Isolde. J'aimerais bien aller cet été à Bayreuth ? »

Lettre de Henri Fantin-Latour à Scholderer, 28 mai 1876

--------------

Charles Baudelaire Son beau-fils décédé à Paris à l'âge de 46 ans, le 31 août 1867

Au cimetière Montparnasse

La société Baudelaire au cimetière Montparnasse

Cimetière du Montparnasse

Cimetière du Montparnasse

Cimetière du Montparnasse

Cimetière du Montparnasse

« Charles, merci pour la force et l'inspiration que tu envoies à chacun d'entre nous, que tu parsèmes dans nos esprits. L'amour n'est pour moi qu'un matelas d'aiguilles fait pour donner à boire à ses cruelles filles. Pour les paradis artificiels qu'on aime à l'égal de la carte nocturne, Soso »

« Ce qui est créé par l'esprit est plus vivant que la matière »

« Ce qui est créé par l'esprit est plus vivant que la matière »

« Ton inspiration a fait naître ma passion...Quoi de plus beau que de s'exprimer avec des mots pour proser des maux...Merci Charles. Repose en Paix »

«L'aspect général sous lequel il (Goya) voit les choses est surtout fantastique, ou plutôt le regard qu'il jette sur les choses est un traducteur naturellement fantastique.»

Baudelaire

Baudelaire à propos de Eugène Delacroix :

« Il y avait dans Eugène Delacroix beaucoup du sauvage ; c'était là la plus précieuse partie de son âme, la partie vouée toute entière à la peinture de ses rêves et au culte de son art. Il y avait en lui beaucoup de l'homme du monde ; cette partie-là était destinée à voiler la première et à la faire pardonner. »

---------

« Par ces deux grands yeux noirs, soupiraux de ton âme,

Ô démon sans pitié ! verse-moi moins de flamme... »

 

Charles Baudelaire /Sed non satiata

Les Fleurs du mal

------------

"Tout l’hiver va rentrer dans mon être : colère,

Haine, frissons, horreur, labeur dur et forcé,

Et, comme le soleil dans son enfer polaire,

Mon coeur ne sera plus qu’un bloc rouge et glacé."

 

Baudelaire

-----------------

Charles Baudelaire
1821 - 1867
"L'invitation au voyage "
 
Le Printemps des Poètes.
--------

Charles Baudelaire 

Honfleur 

"Mon installation à Honfleur a toujours été le plus cher de mes rêves."

---------------

Charles Baudelaire.

200 ans de sa naissance.

Alençon

------------

Charles Baudelaire 

Honfleur

Par Isabelle Maury.

-----------------

"L'amour est une rose

Chaque pétale est une illusion

Chaque épine est une réalité".

 

 

 

Henri Fantin-Latour 

Grenoble, 1836 - Buré, 1904

Hommage à Delacroix 

Salon de 1864

Charles Baudelaire 

1821 - 1867

Poète

1864 

Huile sur toile.

Musée d'Orsay

--------

Charles Baudelaire 

Graph 

Paris 

--------

Charles Baudelaire 

Portrait de Jeanne Duval 

1865 

Musée d'Orsay

 

Portrait de Jeanne Duval, réalisé à l'encre de chine par Charles Baudelaire alors qu'il n'a que 21 ans

Jeanne Duval est une muse du poète français Charles Baudelaire.

On ne sait pas comment elle connut Baudelaire, mais la date de cette rencontre se situe entre le 9 avril et le 27 mai 1842. Il existe bien un témoignage sur cette rencontre : « C'est au faubourg Montmartre que, passant un soir en compagnie de Cladel, Baudelaire aperçut Jeanne Duval que des ivrognes tourmentaient.

Et si la muse de Charles Baudelaire échappait au regard du poète pour se réinventer ailleurs? Baudelaire l'appelait "Mademoiselle", madame Aupic en a fait une vénus noire. Elle est tantôt Jeanne Duval, Jeanne Lemer, Caroline Dardart, née on ne sait où, morte on ne sait quand.

« Quand vers toi mes désirs partent en caravane,

Tes yeux sont la citerne où boivent mes ennuis.

Par ces deux grands yeux noirs, soupiraux de ton âme,

Ô démon sans pitié ! »

 ---------------

 

Constantin Guys

Portrait d'une femme brune

Portrait de Jeanne Duval

1860

Musée d'Orsay

--------------

 

Jeanne Duval 

1865 

Musée d'Orsay

Les poèmes des Fleurs du Mal "La Chevelure" et "Le serpent qui danse" lui sont dédiés.

On lui connaît des relations homosexuelles;

Son parfum, ses cheveux et sa sensualité brûlante émeuvent Baudelaire.

-----

Jeanne Duval, l’inspiration oubliée des Fleurs du mal.

Le poète Charles Baudelaire a aimé Jeanne Duval plus que toute autre. En elle, il a trouvé l’une de ses plus grandes sources d’inspiration. Mais, parce qu’elle était une femme noire à une époque où le spectre nauséabond de l’esclavage imprégnait encore la société française, elle a souvent été effacée des livres d’histoire. 

 

Charles Baudelaire 

3600 fois par heure, la seconde chuchote "souviens-toi!".

----------------

Baudelaire vécut ici entre 1842 et 1843.

Paris 

Quai de Béthune

---------------

Publié dans Citations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article