Jean-Luc Reichmann. « t’as une tache, pistache ».

Publié le par bmasson-blogpolitique

Jean-Luc Reichmann.

« t’as une tache, pistache ».

Editions Michel Lafon – 2015

 

Jean-Luc Reichmann est originaire de Toulouse et il débarque à Belleville à l’âge de vingt-six ans (p 10). Son grand-père a été dénoncé aux nazis par sa seconde femme (bonjour l‘ambiance dans le couple, NDLR), (p 52). Son père, d’origine tchèque, est juif et a fui son pays pour se cacher en France, étant enfant (p 21). Il sera directeur du magasin « Mammouth » et dirigera quatre cents employé-e-s (p 112). Enfant, en séjour en Tchécoslovaquie, Jean-Luc reconnaît qu’il ne comprenait ni le tchèque, ni leurs éternuements (qui sont pourtant internationaux, NDLR) (p 53).

La tache de Jean-Luc qui est un angiome de naissance va connaître une multitude de surnoms :

Pistache, rouge, alcoolique, de vin, (p 11), nez râpé (p 16), le rouge (p 17), marque de label rouge (p 52), l’attache (p 55), etc.

Il absorbera de la neige carbonique en grande quantité pour tenter de faire disparaître sa tache quand il était enfant (p 12). En vain. Il lui faudra vivre avec. Il rembarre Thierry Ardisson qui n’assume pas la tache sur son visage, tache qu’il cache (p 183). Thierry Ardison, en retour, le critiquera sur son « Youpi, youpi, youpin » qui obligera Jean-Luc Reichmann à s’excuser en direct (p 229).

A vingt-trois ans, il subit un très grave accident de moto. Il sera immobilisé pendant neuf mois pour réparer ses dix-huit fractures qui lui provoqueront des douleurs ininterrompues et perturberont son sommeil* (p 91).

*

 

Zoulikha Bouabdellah 

1977 -

Le Sommeil (Hommage à Gustave Courbet)

2016 - 2019 

Laque rouge sur huit feuilles de papier.

Paris 

Institut du Monde Arabe

Le rouge renvoie au sang et au rouge sensuel du plaisir charnel.  

Elle rejoint la France quand la famille est menacée par le terrorisme islamiste durant la "décennie noire" des années 1990. Plasticienne et vidéaste.

---------------

Il effectuera d’innombrables petits boulots, puis entrera dans une radio et effectuera sa première interview pour Radio Cambos de Gérard Blanchard, à Toulouse, en 1981 (p 126). Il intègrera ensuite NRJ Toulouse de 6 heures à 9 heures (p 135). Ses connaissances musicales sont limitées, mais son culot ne l’est pas. Quand le directeur de Sud Radio lui demande de quand date « l’Album Blanc » des Beatles, il répond que « les auditeurs et auditrices s’en moquent ». Il rajoute que les dates sont inscrites au revers des pochettes de disque et qu’il sait lire. Bien entendu, sa candidature ne sera pas retenue. (p 133).

Issu d’une famille qui adore jouer avec les mots, il donne l’explication suivante pour l’expression « courir comme un dératé » : des sportifs de haut niveau se font enlever la rate pour courir plus vite (p 104).

Jean-Luc Reichmann a utilisé sa voix pour séduire et réussir.

Publié dans mes poésies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article