Nouvelle cible: les journalistes et la presse - 3

Publié le par bmasson-blogpolitique

La loi "sécurité globale" a été votée par le Parlement.

Stop loi "Sécurité globale"!

04 21

------------

La loi "Sécurité globale" est anti-démocratique.

"Sécurité globale" : la loi adoptée, les syndicats de journalistes ne décolèrent pas.
(…) Mais les opposants aux mesures prévues n'entendent pas déposer les armes. 
(…)  Le SNJ-CGT estime par exemple que ce texte va créer de l’autocensure dans les rédactions et empêcher les journalistes de faire leur travail.
(…) Le syndicat a annoncé son intention, avec d’autres organisation, de saisir le Conseil constitutionnel, dans l'espoir qu'il procèdera à une "censure très large" du texte. 

 

 

RSF dépose une troisième plainte contre le préfet de police de Paris.

Reporters sans frontières (RSF) dépose une plainte contre X et contre le préfet de Paris Didier Lallement pour violences volontaires aggravées contre une photojournaliste indépendante lors de la “Marche des libertés” le 5 décembre dernier.

(…) La journaliste s’est déplacée dans le sens de la foule pour laisser place à une charge de police. Malgré cette précaution et son brassard presse bien visible, une grenade de désencerclement a atterri à ses pieds, puis une balle de LBD tirée à moins de dix mètres a touché son avant-bras droit, provoquant un large hématome et une paresthésie de la main.

(…) La France occupe la 34e place sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse 2020 établi par RSF.

Emmanuel Macron est surpris en flagrant délit-délire contradictoire au sujet des journalistes.

D'un côté, en France, il musèle les journalistes avec sa loi "Sécurité globale", de l'autre, à l'UNESCO, il défend l'information apportée par eux et elles.

Toujours le double langage démagogique. Les élections approchent en juin. C'est pourtant l'aspect négatif que l'on retiendra.

--------------

Harcèlement au travail : les journalistes aussi sont victimes.
(…) "Il est difficile de traiter la violence et les discriminations puis revenir à la rédaction et les vivre  (…) les valeurs d’une société ne peuvent pas s’arrêter à la porte des rédactions", affirme-t-il. 
(…) Il finissait toujours par venir me dire que je n’avais rien compris. Il m’humiliait en public. J’avais une boule de stress, (…)  les jours où je savais qu’il venait au bureau. Il me décrédibilisait auprès de mes sources et détruisait mon article en ajoutant des bruits de couloirs. 
 (…) "Cela me rassurait de voir les postes de Balance Ta Rédac (…) on se sent moins seuls".

(…) "J’ai le sentiment qu’il y a un truc qui est en train de se passer (…) Certaines rédactions ont réagi et il y a beaucoup de femmes qui se sentent plus légitimes, ça me donne de l’espoir".

 

Madagascar : une journaliste victime d’une campagne pour la discréditer.
Reporters sans frontières (RSF) dénonce la cabale montée contre une journaliste indépendante à l’origine de révélations embarrassantes pour les autorités malgaches confrontées à une famine importante.
Depuis plus d’une semaine, Gaëlle Borgia, correspondante de France 24, de TV5 Monde et de l’AFP à Madagascar, installée depuis plus de dix ans dans le pays, et lauréate du prix Pulitzer pour son enquête sur l’ingérence russe dans la présidentielle malgache de 2018, fait l’objet d’une campagne destinée à la discréditer à la suite d’une vidéo postée sur son compte Facebook le 21 juin. 

 

 Le journaliste Peter R. de Vries est décédé.

--------------- 

Ján Kuciak et sa fiancée Martina Kusnirova avaient tous deux 27 ans lorsqu'ils ont été assassinés en 2018. Ján était un journaliste d'investigation dont la dernière enquête portait sur la « Ndrangheta » et son infiltration en Slovaquie. Le devoir de vérité continue avec Pafak.

Ján Kuciak, né le 17 mai 1990 à Štiavnik mort le 21 février 2018 à Veľká Mača dans la région de Trnava, est un journaliste d'investigation slovaque. Il a été assassiné avec sa fiancée l'archéologue Martina Kušnírová par des meurtriers non identifiés pour des mobiles liés vraisemblablement à ses enquêtes.

 

 

Giorgos Karaivaz avait 52 ans lorsqu'il a été assassiné par balles dans la banlieue d'Athènes en Grèce en avril. Son meurtre aurait été commandité par des membres du crime organisé et des politiciens du parti au pouvoir sur lesquels il enquêtait.

Giórgos Karaïváz, né en novembre 1968 à Kallífytos et mort le 9 avril 2021 à Álimos, est un journaliste d'investigation grec, spécialisé dans le crime organisé, mort assassiné à Álimos.

----------------

Lisbonne 

Graph 

La police charge un enfant.

"Le contenu est sensible. 

Regardez les photos".

-----------

Lire aussi:

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article