Le théâtre de l'Odéon est occupé par les artistes - Slogans au Volcan

Publié le par bmasson-blogpolitique

HK a présenté ses chansons.

 

Ils demandent une discussion avec le premier ministre et la ministre de la culture.

CGT
La culture est en danger.
Professionnels et professionnelles en colère.
 

 

Quand tu découvres que tu es ministre de la culture.

 

"Ah bon?"
 
Voici le résumé du travail de Roseline Bachelot: rien...
-------------------

HK

Paris

Manifestation pour défendre la culture

03 21.

 

Place de la République, rendez-vous des artistes avant le départ en manifestation.

 

HK et Les Saltimbanks est un groupe français de musique populaire originaire de la métropole lilloise. Ils sont particulièrement connus pour leurs textes engagés traitant des luttes sociales, des inégalités et de l'environnement.

 

Imaginez que HK chante ici « On lâche rien ».

 

« On lâche rien, on lâche rien on lâche rien,

ON lâche riiiiiien On lâche rien (wallou)

On lâche rien (wallou)

On lâche rien,

On lâche rien

 

Ils nous parlaient d'égalité

Et comme des cons on les a crus

Démocratie, fais-moi marrer

Si c'était le cas on l'aurai su

Que pèse notre bulletin de vote face à la loi du marché,

C'est con mes chers compatriotes

Mais on s'est bien fait baiser

Que pèsent les droits de l'homme face à la vente d'un airbus

Au fond y a qu'une règle en somme

Se vendre plus pour vendre plus

La république se prostitue sur le trottoir des dictateurs

Leurs belles paroles on n’y croit plus,

Nos dirigeants sont des menteurs. »

 

Les artistes, les personnels techniques, administratifs et d’accueil, qu’ils soient permanents ou intermittents, les directeurs d’institutions, de festivals, de compagnies, les responsables culturels, les élus, les publics et les citoyens ont appelé à manifester pour défendre l’art et la culture.

 

Une cinquantaine de manifestants se sont glissés dans le théâtre de l’Odéon, le 4 mars 2021, réclamant une réouverture des établissements culturels. 

Les occupants réclament un "conseil national" de la profession avec la ministre de la Culture et le Premier ministre.

Le Théâtre national de l'Odéon, dénommé depuis mars 1990 Odéon–Théâtre de l'Europe, est un théâtre public parisien situé place de l'Odéon, inauguré en 1782 pour accueillir la troupe du Théâtre-Français.

------

Paris

Manifestation pour défendre la culture

 

Manifestation à Paris du monde de la culture, le Jeudi 4 mars 2021.

La CGT appelle à la mobilisation pour de nouvelles mesures en faveur de la culture.

« On est en train de crever ! », s'emporte Xavier, un quadragénaire dont les dettes s'accumulent.

Une manifestation a eu lieu ce jeudi à Paris en faveur de la relance du monde culturel, à l'arrêt depuis des mois, en raison de la crise sanitaire.

-------------------------

" auto-métro-boulot-conso,

auto-attestation-consigne

absurdité sur ordonnance,

et malheur à celui qui pense,

et malheur à celui qui danse ... "

 

HK

--------------

"DANSER ENCORE"          

 

Flashmob organisé le 4 mars 2021 à Paris, Gare du Nord.

------------

Page 115 – Pascal Sevran n’aime pas les musées :

 

Il se fait traiter de conservateur et se demande si il l‘est. Il a peur d’être démasqué. Mais il le reconnaît quand même.

« Se faire traiter ainsi par des gens qui se marient à l’église, rêvent de s’offrir une ferme en Normandie et courent les brocantes et les musées, est un plaisir sans cesse renouvelé. Je les déteste, moi, les musées ! »

 

NDLR : il se serait bien entendu avec Macron…

 

Pascal Sevran

Tous les bonheurs sont provisoires.

Editions Albin Michel – 1995

-----------------

Tract à Nantes.

Théâtre de l'Odéon occupé.
TNS de Strasbourg occupé.
Espaces Pluriels à Pau occupé.
Soutien à Bordeaux, Nantes.
------------
Les élèves du théâtre national de Strasbourg occupent leur école pour défendre la culture.

Les élèves de l’école d’art dramatique du Théâtre National de Strasbourg occupent depuis ce mardi 9 mars 17h le bâtiment du TNS pour une durée indéterminée. Objectif : alerter sur la situation des professionnels de la culture mise à terre depuis des mois.

(…) Par cette occupation, les élèves du TNS s’associent aux intermittents qui occupent actuellement le Théâtre de l’Odéon à Paris.

Une question de survie.

(…) Sous les pavés, la scène ? Toutes les écoles nationales supérieures d’art dramatique de France et conservatoires devraient à terme rejoindre leur mouvement.

Après l'Odéon à Paris, des intermittents du spectacle occupent un théâtre de Pau et réclament des aides.

Musiciens, comédiens ou techniciens, une trentaine d'intermittents du spectacle occupent depuis lundi soir un théâtre de Pau en soutien à leurs collègues qui occupent celui de l'Odéon à Paris. 

(…) Les musiciens, comédiens ou techniciens, membres du syndicat local ESPO affilié à la CGT-Culture, demandent "un retrait pur et simple de la réforme de l'assurance-chômage", une "prolongation de l'année blanche" et "des moyens pour garantir les droits sociaux", a indiqué à l'AFP Cendrine Crebassa, une porte-parole.

Le théâtre de La Colline est occupé :

Pour eux, la fermeture des lieux culturels, c’est la triple peine : impossibilité de travailler, précarité et avenir bouché !

 

Le Théâtre national de la Colline, fondé en 1988 et implanté dans le 20ᵉ arrondissement de Paris, est l'un des six théâtres nationaux avec la Comédie-Française, le Théâtre de l'Odéon, le Théâtre national de Chaillot, le Théâtre national de l'Opéra-Comique et le Théâtre national de Strasbourg.

Coronavirus : Des cinémas veulent braver la fermeture pour protester contre les mesures sanitaires.

MOBILISATION Une « action symbolique » pour protester contre la fermeture des salles en raison de la crise sanitaire du Covid-19

(...) Actions « complémentaires » aux occupations de théâtre

« On est tous fatigués de vivre avec des ersatz (de culture), il y a cette lassitude, cette tristesse, ce manque » de salles de cinéma, a déclaré le réalisateur Clément Schneider, co-président de l’Acid.

Saint-Étienne : le FIL à son tour occupé par des intermittents du spectacle.

(…) Derrière cette action, des membres de la CGT Précaires et du CIP 42, le collectif des intermittents et précaires de la Loire, bien présents déjà la semaine dernière lors de la marche funèbre pour la culture dans les rues de la ville. Ce soir, ils tenaient une assemblée générale au sein du lieu et prévoient d'ores et déjà d'autres actions ce jeudi 11 mars. 

Nantes. Les intermittents occupent toujours le théâtre Graslin et certains vont y passer la nuit.

Le théâtre Graslin est occupé depuis mercredi 10 mars midi. Une quarantaine d’intermittents du spectacle s’y sont invités. Trente d’entre eux devaient passer la nuit dans le prestigieux opéra nantais.

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/nantes-les-intermittents-occupent-toujours-le-theatre-graslin-et-certains-vont-y-passer-la-nuit-fea64486-81bc-11eb-9acb-f8f3378b1b82

 

Châteauroux : le théâtre Equinoxe occupé par des intermittents du spectacle.

Un collectif d'intermittents du spectacle et d'artistes de l'Indre et du Cher occupe depuis ce mercredi 10 mars au soir Equinoxe - Scène nationale de Châteauroux. Il demande notamment la réouverture des lieux culturels et la reconduction de l'année blanche pour les intermittents.

(…) 52% évincés du régime. 

D'après une enquête menée par le CIP 36-18, si l’année blanche n’est pas prolongée, 52 % des intermittents du spectacle seront évincés du régime, "la petite moitié d’intermittents qui restera verra son indemnisation mensuelle réduite en moyenne de 361€".

 

Limoges : des intermittents et des artistes occupent le théâtre de l'Union.

Environ 70 personnes occupent le théâtre de l'Union, à Limoges, ce jeudi soir. Des intermittents et précaires ainsi que des élèves de l'académie de l'Union qui ont prévu de passer au moins deux nuits dans les locaux du théâtre, avec l'accord de la direction.

Lille : le Théâtre du Nord est occupé cette nuit par des professionnels du monde de la culture.

Mobilisations : En mal d’ouverture, le monde du spectacle réclame des actes.
Le mouvement d’occupation des théâtres, qui demande la réouverture des lieux culturels, prend de l’ampleur. Après le Théâtre de l’Odéon à Paris, les scènes nationales de Bordeaux, Nantes, Pau, Strasbourg… C’était jeudi au tour du Théâtre de la Cité, à Toulouse, d’être occupé avec le soutien des syndicats. A Montpellier, les organisateurs de festivals se sont quant à eux réunis pour faire le point dans une situation toujours aussi préoccupante.

Théâtres occupés : deux nouveaux

-------------

 

Collage 
Paris 
 
"La Comédie française sous conditions."
 
Marguerite Duras : Home.
Jean-Paul Sartre : Huis clos.
Georges Courteline : La Paix chez Soi.
Georges Feydeau : Dormez, je le veux!
 
Accès en salle sous conditions:
Quarantaine de sept jours ouvrés obligatoire avant chaque représentation.
Distanciation sociale : 1 siège sur 9 en rangée paire et 1 siège sur 11 en impaire.
Douches à l'eau de Javel mises à disposition près du bar.
Tests PCR obligatoires à réaliser à 3 h 27mn d'intervalle.
Derniers masques FFP12 pro max obligatoires.
 
NDLR: avec tout ça, autant rester chez soi!
---------------------
Théâtres 
Occupation 
Carte de France.
----------------
« On veut juste travailler » : des théâtres occupés par des acteurs de la culture.

Un peu partout en France, près d’une vingtaine de lieux de culture sont actuellement occupés. Artistes, techniciens et artisans protestent contre la fin annoncée de leurs droits au chômage et alertent sur la précarité de leurs professions. À ce jour, le gouvernement ne propose aucune perspective précise de réouverture des lieux culturels. 

 

(…) Un mouvement suivi depuis par près d’une vingtaine de lieux culturels un peu partout en France, comme à Strasbourg ou Pau. Dans l’Ouest, les villes de NantesAngersRennes ou même Brest sont concernées. À ce jour, 19 occupations ont actuellement lieu.

https://www.ouest-france.fr/culture/arts/theatre/on-veut-juste-travailler-des-theatres-occupes-par-des-acteurs-de-la-culture-7185342

------------

Angers. Des élèves du conservatoire occupent le théâtre Le Quai pour réclamer sa réouverture.

Dans un communiqué, des élèves du conservatoire d’Angers annoncent leur intention d’occuper « jour et nuit » le théâtre Le Quai à Angers dès ce vendredi 12 mars.

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/angers-49000/angers-des-eleves-du-conservatoire-annoncent-l-occupation-du-theatre-le-quai-1383d7fc-832e-11eb-bce8-b9853132e76e

------------

L’Opéra de Rennes occupé plusieurs jours pour demander la réouverture des lieux culturels.

Des collectifs d’artistes ont rencontré, ce vendredi 12 mars en début d’après-midi, la direction de l’Opéra de Rennes (Ille-et-Vilaine). Ils ont décidé d’occuper le lieu pendant plusieurs jours, pour réclamer la réouverture des lieux de culture et davantage de soutien.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/l-opera-de-rennes-occupe-plusieurs-jours-pour-demander-la-reouverture-des-lieux-culturels-7184556

----------

Brest. Le Quartz occupé par les pros du spectacle.

Ce jeudi 11 mars 2021, une trentaine de professionnels du spectacle ont investi la Scène nationale de Brest. En plus de la réouverture des lieux culturels, ils réclament une prolongation de l’année blanche pour les intermittents.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/brest-le-quartz-occupe-par-les-pros-du-spectacle-7183329

-----------

Vêtue d'une peau d'âne, des tampons hygiéniques en guise de boucles d'oreilles... Et puis elle s'est déshabillée !

Corinne Masiero: Actress protests naked at 'French Oscars' ceremony.
Corinne Masiero: l'actrice manifeste nue lors de la cérémonie des `` Oscars français '

 

(…) But she shocked those present in the concert hall by stripping naked on stage to reveal the message "No culture, no future" written across her torso.

And appealing directly to French Prime Minister Jean Castex, Masiero had another slogan on her back which read: "Give us back art, Jean."

Other actors and directors made similar demands during the show.

"My children can go to Zara but not the cinema... it's incomprehensible," said Stephane Demoustier as he accepted a screenplay award, referring to a high street clothes chain.

Mais elle a choqué les personnes présentes dans la salle de concert en se déshabillant sur scène pour révéler le
 message «Pas de culture, pas d'avenir» écrit sur son torse.

 
Et faisant appel directement au Premier ministre français Jean Castex, Masiero avait un autre slogan sur son 
dos qui disait: "Rends-nous l'art, Jean."

 
D'autres acteurs et réalisateurs ont fait des demandes similaires pendant le spectacle.

 
"Mes enfants peuvent aller à Zara mais pas au cinéma ... c'est incompréhensible", a déclaré Stéphane Demoustier 
en acceptant un prix de scénario, se référant à une chaîne de 
vêtements de grande rue.
Le discours de Jeanne Balibar sur la rareté des rôles pour les actrices de + de 40 ans - César 2021.

-------------

Graph 
Paris 
L'art de résister

--------------

« La meilleure façon de redonner une identité à un pays en perdition, c'est la culture"

 

Albert Dupontel.

-------------

Théâtres occupés 
31 lieux au 13 mars 2021.

--------------

 

Action in front of the Majestic Bastille in Paris​ at the call of cip Paris
 
Action devant la Majestueuse Bastille à Paris à l’appel de cip Paris (Cinémas Indépendants Parisiens) dans le cadre de l’opération #OuvrezLesCinémas. Cela fait 1 an jour pour jour que les #cinémas ont fermé. Depuis le 14 mars 2020, ils sont restés à l’arrêt forcé 235 jours.

 

-----------

 

(…) Des actions complémentaires aux occupations de théâtres

Des actions similaires sont prévues dans la France entière, à l’initiative du Groupement national des cinémas de recherche (GNCR) et de l’Association du cinéma indépendant pour sa diffusion (Acid)

Des initiatives complémentaires aux occupations de théâtres qui se multiplient après celles du Théâtre de l’Odéon (6ème) et du Théâtre de la Colline (20ème) et doivent permettre de dénoncer « le refus obstiné du gouvernement de rouvrir les lieux de culture », indiquent les associations dans un communiqué commun. 

 

Théâtre de l'Odéon occupé.
TNS de Strasbourg occupé.
Espaces Pluriels à Pau occupé.
La Comédie de Saint-Etienne, occupée.
Théâtre Graslin à Nantes occupé.
Equinoxe, scène nationale de Châteauroux occupée.
L'Académie de l'Union à Limoges, occupée.
Théâtre du Nord, à Lille, occupé.
Théâtre de la Cité, à Toulouse, occupé.

Théâtre du Quai à Angers occupé.

Opéra de Rennes occupé.

Le Quartz à Brest occupé.

 
Soutien à Bordeaux, Nantes, Rennes, Lyon, Montpellier.
---------
De  Knackizzzard 
Corinne Masiero 
"Rends nous l'art, Jean."
Jeu de mot avec "rends-nous l'argent"
-------------

De l'art.

Ouvrez les fenêtres (et les portes des lieux de culture).
 
----------
Le Havre 
Fabien Douzenel
 
"No culture
No futur.
 
Pas de culture
Pas de futur"
 

No Future, un slogan du mouvement punk issu de la chanson « God Save the Queen » des Sex Pistols.

------------

Le Havre 
"La Comédie a assez enduré."
 
Jeu de mot avec l'expression "la comédie a assez duré!"
-----------
Le Havre 
Le Tétris 
Manif en vue...File d'attente pour la ré ouverture des lieux culturels.
------------
Le Havre 
Le Volcan est occupé
 
---------------
Action de La Barbe aux journées parlementaires sur l'avenir de l'Europe. 24 juin 2015 - Maison de la Chimie –
 Paris –
France
 
"Connasses !", "Vous êtes ridicules !", "Ca n'amuse plus personne, vous êtes dépassées !", "Montrez au moins votre poitrine, ce s'ra intéressant !, "A poil !"...

----------

Le valeureux Julien Aubert84 porte plainte contre Corinne Masiero pour exhibition sexuelle : bravo ! Déjà il y a quelques années il avait démontré sa conviction avec panache : les femmes ne peuvent être à poil que quand les hommes leur demandent.

 

La Barbe

 

--------------

Boutonnat est soutenu par Bachelot.
 
Cérémonie des César 2021.
 
----------------
Culture :
Carte France des théâtres occupés le  16 mars 2021
---------
Renaud - Le tango des élus

 

Culture 
Dessin de Julien BN
Le Volcan n'est pas essentiel.
La culture n'est pas essentielle.
--------------
La vie d'artiste en 2021 
De Fred Thelmo
 
Il a pu peindre ses barreaux avec de la peinture!
-------------
Défense de la culture - rassemblement fleuri pour composer un mur végétal.
Caen 
20 mars
 
Place du théâtre de Caen.
 
Pablo Neruda VS Roselyne Bachelot.
---------------
 
 Le Havre 
"Nous sommes tous des Volcans"
------------
À l'air libre (82)
 Corinne Masiero:
"Faut arrêter de se foutre des artistes. Et de tout le monde".

-------------

Dawal

Graph

Paris

"Les librairies en 2020

Survivre à 2020.

Fait d'euspi = fais de l'oseille" 

---------

Chaîne humaine au Havre pour demander l'ouverture des lieux culturels.

 

Au Havre, un collectif formé d'acteurs culturels invite les spectateurs à un happening, dimanche 21 mars 2021, pour plaider pour la réouverture des lieux de culture.

Les spectateurs étaient invités à former des files d'attente devant les lieux culturels. La file a eu lieu et s’est étalée entre le Volcan, maison de la culture, et le Théâtre de l’hôtel de Ville.

Les spectateurs et spectatrices, tous les citoyens et citoyennes sont solidaires, pour qu'iels fassent entendre leur désir de culture - que le Premier ministre n'entend toujours pas - et montrent leur soutien aux intermittent.e.s du spectacle.

Tout le monde demande la réouverture des lieux culturels au public dans les plus brefs délais.

---------

Une femme nue porte et supporte Le Volcan et le MUMA du Havre.

Hommage à ?

Pas à Roselyne Bachelot....

--------------

Jules-Toussaint Roux 

1836-1880

1874 

La Comédie 

Jardin des Tuileries 

Paris 

 

Qui nous joue la grande comédie de l'oubli de la culture? Le gouvernement.

---------------

73 théâtres occupés

-----------------

Manifestation de colère des Professionnel.le.s et intermittent.e.s du spectacle

Le 26 mars 2021 

----------

80 théâtres occupés 

2021 03 24 

-------------

Un chanteur d'opéra est devenu livreur de pizzas.

-------------

Cours de danse en extérieur pour majeur.e.s !

Gonfreville-l'Orcher.

---------------

Ecriture inclusive 

Culture et étudiant.e.s.

Volcan - Le Havre

-----------

La mairie d'Harfleur soutient l'occupation du Volcan

-----------------

Le Havre 

Le Volcan 

"Tout ce qui dégrade la culture raccourcit les chemins qui mènent à la servitude."

Albert Camus 

 

Le Havre 

Le Volcan 

"Bas les masques"

-

Le Havre 

Le Volcan 

"Ceci n'est pas un spectacle."

----

Le Havre 

Le Volcan 

"Culture en lutte."

-----

Le Havre 

Le Volcan 

"Eteignons la télé.

Allumons les théâtres."

-

Le Havre 

Le Volcan 

"Guignol!"

 

Le Havre 

Le Volcan 

"La comédie a assez enduré."

---------------

Le Havre 

Le Volcan 

"Le fascisme n'est pas le contraire de la démocratie, mais son évolution par temps de crise."

Berthold Brecht

----------------

Le Havre 

Le Volcan 

"Liberté  confinée.

Egalité sur le papier.

Fraternité méprisée."

----------

Le Havre 

Le Volcan 

"Marre d'être larguées sans âme art (= amarres)"

Le "Larguez les amarres!" est détourné.

--------------

Le Havre 

Le Volcan 

"Non à la réforme des retraites."

NDLR: Ca ne passe toujours pas.

-------------

Le Havre 

Le Volcan 

"Occupation en cours."

NDLR: chacun risque les 135 euros d'amende.

 

Le Havre 

Le Volcan 

"On en a gros."

NDLR: je termine: sur la patate.

Le Havre 

Le Volcan 

"Précarité."

--------------

Le Havre 

Le Volcan 

"Rends-nous l'art, Jean."

Hommage à Corinne Masiero.

-------------

Le Havre 

Le Volcan 

"Sauvez des vies

Téléchargez l'appli:

Tous anti.gouv."

-------------

Le Havre 

Le Volcan 

"Solidarité."

------------

Le Havre 

Le Volcan 

"Toustes précaires 

toustes unies."

NDLR: l'écriture va en faire frémir plus d'un.e.

------------

Les yeux bien ouverts : les intermittents du spectacle organisent la résistance.

-------------

HK, le chanteur de "Danser encore", l'hymne de ralliement des "non-essentiels".

PORTRAIT - Connu pour sa chanson "On lâche rien", reprise dans toutes les manifestations, le chanteur du groupe HK et les Saltimbanks, Kaddour Hadadi alias HK, est aussi l'auteur de "Danser encore", l'hymne des partisans de la réouverture des lieux d'activité culturelle.

(…) Mais le chanteur était loin d'imaginer un tel succès. En quelques semaines, la chanson a fait le tour des mouvements de contestation des restrictions sanitaires et du confinement, à travers des opérations organisées, à Chambéry, Marseille, Clermont-Ferrand ou Saint-Brieuc.
(...) Un succès un peu malgré lui, qui rappelle celui de son titre On lâche rien, devenu l'hymne de toutes les manifestations, des retraites aux Gilets jaunes en passant par la loi Sécurité globale.

 

HK - Danser encore

---------------

Fécamp 

"La Comédie"

---------------

Collage 

Le Havre 

Le Volcan 

"Réagissons, nous sommes légion."

-----------

Fécamp 

Théâtre Le Passage 

"Cher public, vous nous manquez."

---------

Fécamp 

Théâtre Le Passage

"Essentiel?

Oui, essentiel!"

-----------

 

Fécamp 

Théâtre Le Passage 

"Le spectacle vivant se meurt."

Fécamp 

Théâtre Le Passage 

"No culture no future.

La comédie a assez enduré."

Fécamp 

Théâtre Le Passage 

"Ouvrons les théâtres."

Fécamp 

Théâtre Le Passage 

"Rendez-nous la culture."

Fécamp 

Théâtre Le Passage 

"Liste des spectacles annulés."

--------------

Le Havre.

Le Volcan.

Concert de batteurs.

03 04 21.

 

Ils étaient là, rassemblés au pied du Volcan. Chacun a installé sa batterie sur un tapis protecteur de l’humidité. Pas de spot, pas de guitariste, pas de chanteurs. Mais un groupe de batteurs en mal de spectacle et de revenus financiers.

Et de perspectives.

Ils sont les oubliés du gouvernement qui se moque de la culture et qui en fait fi.

Espérons que le rythme et l’intensité sonore parviendront jusqu’à leurs oreilles.

Nos dirigeants ont décidé de sacrifier tout un pan économique de notre pays. Je croyais que les revenus de la culture représentaient 10% du PIB. Mais, ce sont les aspects « ouverture d’esprit », « création », « critique » qui les dérangent apparemment.

Quand la France pourra créer des vaccins à nouveau, on sera sur une meilleure pente que celle dans laquelle ils nous dirigent ! Les vaccins sont des biens communs.

Merci aux batteurs havrais pour ce spectacle.

-----

Le Volcan. 

Les Gafa bloquent la diffusion des oeuvres en direct.

------------

Théâtre de l'Odéon. 

31 jours d'occupation.

Quel choix va prendre le gouvernement pour sortir de la crise: police ou négociation?

----------------

 

Marie-Claude Pietragalla : "On va se réveiller un jour et il n’y aura plus de danseurs".
Comme le reste du monde de la culture, les danseurs sont à l’arrêt en raison des restrictions en vigueur pour lutter contre le Covid-19. Au micro d’Europe 1 dimanche matin, la chorégraphe Marie-Claude Pietragalla s’est inquiétée pour l’avenir de sa profession, mais aussi pour tous les danseurs qui ne font pas partie d'une compagnie fixe. 
(…) En attendant, chorégraphes et danseurs s’en remettent à des spectacles sans public et en streaming. "Ça permet de garder un lien avec le public, mais ce n’est pas notre cœur de métier. Rien ne remplacera le spectacle vivant", réagit Marie-Claude Pietragalla.

 

Le Théâtre de l'Odéon occupé est bâillonné.

Le Théâtre de l'Odéon est encerclé par la police.

------------

Le Havre 
Le Volcan 
"Ah ça ira ça ira ça ira!"
Le Havre 
Le Volcan 
"Covid partout 
Justice nulle part."
Le Havre 
Le Volcan 
"Crev-Art"
 
Crève = meurs!
Art, mot oublié par le gouvernement de Macron.
L'oubli est une méthode pour faire mourir ce que l'on ne veut pas laisser vivre et prospérer.
Le Havre 
Le Volcan 
"Darmanin : violeur non masqué."
 
Le Havre 
Le Volcan 
"Jean Castout."
 
Jean Castex casse tout, y compris notre culture.

Le Havre 

Le Volcan 

"Le fascisme n'est pas le contraire de la démocratie, mais son évolution par temps de crise."

Berthold Brecht

Quand on aime, on ne compte pas....

Le Havre 

Le Volcan 

"Macroner tue."

Fumer tue.

Vous me conjuguerez au présent du subjonctif le verbe "macroner".

La langue française est vivante. Les Français.e.s créent des nouveaux verbes.

Le Havre 

Le Volcan 

"On sait plus pour quoi coller tellement vous merdez"

Reprise d'un slogan féministe.

Le Havre 

Le Volcan 

"Pas de réouverture sans droits sociaux"

Aïe, aïe, aïe! On n'est pas prêt.e de revoir des spectacles, alors!

Le Havre 

Le Volcan 

"Urgence culture".

En France, avec Macron:

Urgence, pédocriminels.

Urgence, climat.

Urgence, féminicides.

Urgence, retraites dignes.

Urgence, psychiatrie.

Urgence, prix littéraires.

ETC...

Théâtre "La colline" à Paris.

Les "Rosies" ont dansé en soutien à la lutte des personnels de la culture.

Le Théâtre Odéon est occupé depuis 6 semaines.

Toujours pas de futur pour la culture?

Le Havre 

Le Volcan.

"Un artiste sans la scène, c'est comme Le Havre sans la Seine."

NDLR: "Scène", "Seine" et "Création Saine" aussi.

-------------

Le Havre – Le Volcan.

Enterrement de la culture.

Texte des élèves du théâtre national de Strasbourg occupé.

 

"La génération des « 20 ans ».

Plus de rêves, d’objectifs, de promesses.

Construire ensemble le monde de demain.

La pandémie a coupé nos membres.

Nous ne survivrons pas quoi qu’il arrive.

Une génération est sacrifiée.

Nous voulons apprendre à vivre avec une pandémie.

La jeunesse pourra-t-elle encore

rêver à un autre état du monde ?

Comment peut-on imaginer un monde solidaire ?

Il restera la solitude.

L’économie se fait au détriment de l’humain.

Nous serrons les poings et nous sommes dangereux.

Notre révolution est humaine.

Nous ne sommes pas affaibli.e.s.

Nous ne refusons pas la peur.

Nos lieux de recherche et de travail

nous ont été enlevés.

Nous ne sommes pas votre priorité.

Vous nous refusez une place.

Nous sommes vos suicidé.e.s."

Le Volcan est occupé depuis un mois.

Le Havre – Le Volcan.

Enterrement de la culture.

Texte des élèves du théâtre national de Strasbourg occupé. (Photos)

 

Les poings levés.

-----------------

Occupant·e·s du TNS: « Nous sommes vos suicidé·e·s »

Il y a plus d’un mois, dans la foulée de l’Odéon, les élèves de l’école du TNS et d’ailleurs occupaient le Théâtre national de Strasbourg. Aujourd’hui, plus d’une centaine de lieux culturels sont occupés. En marge des revendications professionnelles et sociales dûment répertoriées par toutes et tous, les occupant·e·s du TNS écrivent aujourd’hui cette tribune. Un cri d’alarme, une arme de lutte.

 

« Nous avons 22 ans, 25 ans, 23 ans, 19 ans, 27 ans, 18 ans, 21, 24 et 26. L’une de nous a eu 20 ans la semaine dernière, derrière les portes closes de ce théâtre. Et combien d’autres ont fêté et fêteront leurs 20 ans seul-e-s?

Nous avions des rêves pour chaque anniversaire à venir. Des objectifs, des projets, des promesses. Nous devions grandir, encore, chercher, saisir, sentir, construire, ensemble et dans toutes les langues, le monde de demain. Etendre nos bras, nos jambes, enjamber, courir. La pandémie nous a coupé nos membres. A nous, jeunesse amputée, mutilée, vous avez répondu « courage », « espoir », «patience». Alors nous nous sommes armé-e-s, oui, de patience, nous avons espéré, attendu, prié, nous nous sommes confinés, nous nous sommes masqués, nous avons accepté, d’annuler, d’arrêter, d’interrompre. On s’est résigné à nos écrans. On s’est stoppé en pleine route sur des longs chemins. Figé dans l’élan. En équilibre. Les amitiés naissantes, empêchées, les rencontres, empêchées, l’apprentissage, empêché, l’expérience, empêchée. La pensée, confinée. Empêchée.

Vous nous aviez dit que nous étions les forces du rêve. Mais l’espoir ne tient pas « coûte que coûte ». Et le rêve s’abîme. Et le courage s’épuise. Et ça ne suffit tout simplement plus, car ça fait déjà trop longtemps qu’on espère, et nos réserves ne sont pas infinies, elles s’amenuisent, se réduisent en peau de chagrin.

NON, NOUS NE DANSERONS PAS TOUJOURS, NON, NOUS NE RÊVERONS PAS TOUJOURS, NON, NOUS NE SURVIVRONS PAS QUOI QU’IL ARRIVE, OUI, DES DESTINS SERONT BRISÉS, OUI, DES EXISTENCES SERONT CONDAMNÉES, OUI, UNE GÉNÉRATION EST SACRIFIÉE.

Nous ne vivons pas dans le déni de la pandémie. Nous voulons apprendre à vivre avec elle là où le gouvernement nous exhorte à attendre des jours meilleurs. Nous ne pouvons plus attendre un futur sans cesse mort-né. Un jour viendra où nous nous ne pourrons plus espérer, croire, attendre. Et qui prendra la relève ? Les plus jeunes d’entre nous, les adolescents et les enfants seront-ils encore capables de rêver à un autre état du monde ? À 14 ou 15 ans, quand on s’est déjà habitué à ne pas connaître le visage des autres, comment peut-on imaginer un monde solidaire ? À moins que ce ne soit cela finalement l'objectif des arbitrages: enterrer pour toujours l'idée que l'on peut vivre dans la pluralité. L'idée que l'autre peut nous aider. Qu'est-ce qu’il restera alors ? Une société où l'on étudie seul-e, où l'on travaille seul-e, où l'on jouit seul-e, où l'on meurt seul-e. Oui, cette société-là entretient et garantit un fonctionnement économique effréné, au détriment de toute logique humaine. Nous savons que l'argent ne fait plus le bonheur de notre génération : nous apprenons chaque jour le goût amer de sacrifices et de solitudes qu'il a désormais. Et nous ne pouvons même pas vomir : nos ventres sont vides. Notre seule nourriture est une colère immense. Et cette colère sera notre puissance d’être. La mort lente qui rampe sur nos corps, mort sociale, mort physique à laquelle nous condamne le gouvernement, nous allons nous en défendre, nous aussi « coûte que coûte », avec les dents, les ongles. Avec les pavés, avec le feu.

Ici, à l’intérieur des théâtres où nous nous sommes enfermés, plus les jours passent, plus nous sommes inquiets. Ne croyez pas que nous dormons. Ne croyez pas que nous rêvons. Nous avons les yeux grand ouverts. Plus les jours passent, plus nos mains sont serrées. Plus les jours passent, et plus nous sommes dangereux. Nos révoltes ne sont pas culturelles. Notre révolution est humaine. Entendez-nous, chaque jour qui passe, nous sommes affamé.e.s mais pas affaibli.e.s. La peur qui grandit nous fait vivre. Nous sommes décidés à en découdre avec la marche inacceptable du monde. Nous ne refusons pas la peur, parce qu’elle est dans nos mains, dans nos poings serrés. Parce que sans elle, sans cette force qui nous pousse encore, encore, encore, encore, nous serons définitivement sans avenir.

Il n’y a pas de porte de sortie pour nous. Entendez-nous bien: pour nous, il n’y aura pas d’autre possibilité que de lutter. Pas d’autre poésie que l’action réelle. Que peut-on perdre de plus ? Nos lieux de pensée, de création, nos lieux de recherche, de travail nous ont été enlevés. Nous avons été laissés de côté, perdants dans tous les arbitrages, inlassablement condamnés, nous avons été, tout le long de cette crise, depuis plus d’un an, vos prêts-à-sacrifier. Nous ne sommes pas votre priorité, nous l’avons compris. Un pays qui oublie sa jeunesse, qui sacrifie sa jeunesse, qui néglige sa jeunesse, un pays qui assassine sa jeunesse –est-il viable ? Vous nous laissez tomber, et il faudra que vous l’assumiez. Nous ne sommes pas vos actifs marchands et productifs, nous sommes la génération du futur, nous sommes vos suicidé-e-s.

Nous vous avons appelé. Nous avons habité, occupé, crié à nos fenêtres.

Vous avez mis en balance les existences humaines, vous les avez catégorisées en valeurs marchandes par les termes « essentiel » et « non-essentiel ». Nous sommes vos suicidé-e-s. Vous avez gardé nos lieux de vie fermés. Et quand nous avons protesté, votre seule réponse a été, encore, de clamer notre inutilité. Vous nous laissez crever. Nous sommes vos suicidé-e-s.

Vous avez frotté l’injustice jusque dans nos visages. Qu’est ce qui ressemble plus à une salle de spectacle, de concert, qu’une église? Qu’est ce qui ressemble plus à un amphithéâtre d’université qu’une assemblée parlementaire? Pourquoi les émissions télévisées peuvent-elles accueillir du public pendant que nous sommes réduits, sans cesse, au distanciel? Pourquoi peut-on acheter mais pas apprendre, pas penser? Nous sommes vos suicidé-e-s.

Vous nous avez refusé des aides à l’emploi et à l’insertion. Nous, étudiant-e-s qui allons faire notre entrée dans un monde professionnel sinistré, profondément fragilisé par la crise, embouteillé, miné par une concurrence accrue, vous nous avez refusé cet accompagnement. Vous nous refusez une place, des créneaux pour la jeunesse dans le monde futur. Vous refusez l’abaissement du seuil d’heures pour les primo-entrants. Vous nous refusez un avenir. Nous sommes vos suicidé-e-s.

Vous nous laissez démuni-e-s. Vous nous laissez disparaître. Vous n’avez pas fini de compter vos morts. Nous sommes vos suicidé-e-s. Nous avons vingt ans. Et nous sommes vos suicidé-e-s. Nous ne laisserons personne dire que c’est le plus bel âge de la vie. »

Les élèves-occupant-e-s du Théâtre national de Strasbourg.

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article