Maxime de Montmorand - Anne de Graville - Marie de Médicis

Publié le par bmasson-blogpolitique

Maxime de Montmorand

Une femme poète du XVIe siècle

Anne de Graville

1917

 

-----------------


 

Maxime de Montmorand

Né en 185 ?

Décédé le 24 décembre 1943 à Paris.

Avocat.

Homme de lettres.

Vicomte.

Fils de : Antoine Maxime Edmond Brenier de Montmorand (1813-1894), consul général de France

Œuvres :

28 mars 1887 –

Éloge de Senard, discours. Conférence des avocats,     

1899 -La société française contemporaine (Perrin)

Psychologie Des Mystiques Catholiques Orthodoxes

  • -------------------- 

 -----------------

Anne de Graville :
 

Anne de Graville est une poétesse des 15e et 16e s. (vers 1490 -après  1540) qui était

noble et une laïque femme.

« Et, pour commencer, l'on ignore la date de sa naissance d’Anne de Graville.

Plus jeune de beaucoup que ses sœurs, elle était tant soit peu l'aînée de la reine

 de Navarre. Peut-être eut-elle pour marraine Anne de Bretagne ». (p 54)

Anne (Malet) de Graville est la fille de Louis Malet de Graville, amiral de France.

Elle est l’épouse de Pierrede Balsac d'Entraigues. Elle est aussi une Dame

d'honneur de Claude, reine de France, et amie de Marguerite de Navarre.

Sa devise est 'Ien garde un leal'.

Les démêlés d’Anne de Graville avec son père, le scandale de son enlèvement n'avaient pu manquer de lui nuire. 
Elle obtint (c'était pour elle la réhabilitation complète) d'entrer, en qualité de dame d'honneur, au service de la 
fille aînée de Louis XII et d'Anne de Bretagne, Madame Claude de France. (p 85)

 
---------------

 
Marie de Médicis, reine de France,

 
 p. 213,

 
Je n'insisterai qu'au sujet de la promesse de mariage de 1599. Les questions de droit canonique et d'ancien
droit français qui se posent à l'occasion de cette promesse et les notions grâce auxquelles on en peut 
pprécier la valeur juridique n'ont jamais été approfondies, que je sache, par aucun historien ; et de là 
vient qu'aucun d'eux ne semble avoir pleinement compris le sens de l'attitude adoptée dès l'abord et 
toujours gardée par Henriette à l'endroit d'Henri IV et de Marie de Médicis. 

 

 
P  218, 219, 220, 222

 
En novembre 1600, sa rivale Henriette d’Entragues, descendante d’Anne de Graville, apprend la
 proche arrivée de Marie de Médicis en France.

 
Julien Robillard 
Mariage de Marie de Médicis et d'Henri IV 
Petit Palais 


C'est en comptant sur la promesse de mariage qu'Henriette a risqué son « honneur » ; elle a eu, elle a 
la parole du roi, et refuse de la lui rendre.

 
Son mariage avec Marie de Médicis avait été célébré par procuration, à Florence, le 5 octobre 1600.
 La reine se mit en route pour la France ; le 9 décembre, le roi la rejoignit à Lyon. Dès lors va 
commencer pour lui cette existence en partie double où les doléances de l'épouse alterneront avec
 les récriminations de la maîtresse, et les enfants légitimes avec les bâtards. 
Le mois précédent (27 septembre 1601), la reine avait mis au monde le futur Louis XIII :
 « II me naît un maître et un valet », dit le roi *; Sa maîtresse Henriette accouche un mois plus tard.

 
NDLR : On ne va pas plaindre Henri IV !

 
Henriette accoucha, le 21 janvier 1603, d'une fille, Gabrielle-Angélique; mais si sa liaison avec le roi
 durait toujours, « ils ne faisoient plus, dit Sully, l'amour qu'en grondant » ; et c'étaient entre eux 
des scènes continuelles, qui se compliquaient, pour le pauvre Henri IV, des algarades qu'il essuyait 
de la part de la reine, et de tous les incidents de la guerre allumée entre la reine et la marquise.

 
« La femme et la maîtresse étant toujours en guerre, le roi, dit M. de Lescure, n'avait d'autre ressource 
que de leur faire alternativement un enfant. »

 

 
NDLR : Henri IV n’était pas rancunier et pardonnait facilement.

 
P  227, 
En 1608, il écrit à Henriette, après lui avoir pardonné une tentative d’assassinat à son encontre
 (fomentée avec son père François de Balsac, et le comte d’Auvergne, son frère, pardonnés eux
 aussi par Henri IV) :
« Mon cher cœur, ce ne sont point les dévotions qui m'ont empesché de vous escrire, car je°ne 
pense point mal faire de vous aimer plus que chose du monde...  » — 22 mai. 

 
Henri IV était pourtant marié. Mais l'était-il avec Henriette ou avec Marie de Médicis ? — 
Lui-même ne le savait pas bien. 

 

 
P 233, 234, 

 
D'après Antoine van Dyck 
Portrait de Marie de Médicis 
1632
Lille 
Musée des Beaux Arts 



Elle craignait Marie de Médicis ; mais, d'autre part, se considérait comme frustrée par elle de
 la place et du rang auxquels elle aurait eu droit. De là une antipathie, une rancune allant jusqu'à
 la haine, un odio e una rabbia domestica, comme l'écrivait le résident de Toscane, 
Baccio Giovannini ; de là ses querelles sans cesse renouvelées avec Henri IV, auquel elle
 reprochait inlassablement de lui avoir manqué de parole; de là ses incroyables écarts de langage. 
C'était elle, à l'entendre, la vraie reine, la vraie femme du roi; l'autre — « la Florentine », 
« la grosse banquière », comme elle l'appelait — n'en était que la « concubine » ; quant au
 dauphin, elle le traitait de bâtard. 

 
Riguccio Galluzzi, Histoire du grand duché de Toscane sous le gouvernement des Médicis.
 Paris, 1782, t. V, p. 447. — Marie de Médicis, pour n'être pas en reste, la traitait habituellement 
de « poutane ». 

 

 
Henri IV lui proposait-il de faire élever ses enfants à Saint-Germain avec le futur Louis XIII :
 « Que la Florentine garde son bâtard, répliquait-elle, moi je garderai mon dauphin ; je ne veux 
pas que mon fils soit élevé avec des bâtards. » En un mot, elle croyait ou elle affectait de croire
 à ses droits d'épouse royale, à la légitimité de ses enfants, à leur prééminence sur ceux de 
Marie de Médicis; et, cette conviction, elle la fondait sur l'existence de la fameuse promesse de 1599. 
On ne s'étonnera pas après cela de l'extraordinaire valeur qu'elle attribuait à cette pièce et qu'on
 y attribuait dans sa famille, du soin jaloux avec lequel, pendant cinq longues années, on l'y 
garda et on l'y cacha. Henri IV n'y attachait pas moins de prix que les Balsac. Dès avant 
son mariage avec Marie de Médicis, il l'avait réclamée, sans aucun succès du reste. Il la 
réclama plusieurs fois encore à François de Balsac, allant jusqu'à lui offrir cinquante 
mille écus en échange, voire même le titre de maréchal de France. Mais, en dépit de 
tous ses efforts et des démarches que lui suggérait la reine (le document l'inquiétait 
autant que lui), il n'obtint rien jusqu'au jour où, sous le coup d'une accusation capitale, 
le vieil intrigant, pour sauver sa vie, offrit spontanément de rendre le précieux papier. 

 
Jusqu'au milieu du XVI e siècle, jusqu'à l'édit de 1556, qui fut le premier acte de l'autorité
 civile dans le sens de la sécularisation du mariage, l'Eglise avait, en la matière, imposé sa
 loi, exercé son action souveraine. Et elle s'était constamment appliquée à subordonner le
 caractère conventionnel du mariage à son caractère sacramentel. Si bien que, cessant d'être, 
comme dans la législation romaine, un contrat civil, il avait fini par se transformer, au 
regard même de la loi séculière, en un engagement d'ordre exclusivement religieux. 

 
Or, au point de vue religieux, c'est le consentement des époux qui fait le mariage. En vertu
 de ce seul consentement, la matière et la forme du sacrement sont réalisées ; et la
 bénédiction nuptiale n'en est pas un élément constitutif : les époux, en effet, se le confèrent à eux-mêmes.

 

 

 
P 238, 239, 240,

 
Lors du mariage florentin, des juristes consultés lui avaient expliqué « que la promesse 
de mariage, rédigée par le roi, étant formelle, l'acte annulait en droit l'union que celui-ci 
contractait: ou, à l'heure propice, madame de Verneuil (= Henriette) ferait un procès de 
nullité en cour de Rome ; ou, Henri IV mort, elle revendiquerait ses droits et ceux de son
 fils; ou Marie de Médicis venant par hasard à disparaître, elle prendrait sa place » (Batiffol, op. cit., p. 219). 

 
Le prince de Condé lors de son exil à Bruxelles, manifesta, lui aussi, paraît-il, quelque
 intention de s'attaquer à la légitimité des enfants de Marie de Médicis (Ambassades de 
M. de La Boderie en Angleterre sous le règne d'Henri IV et la minorité de Louis XIII, 
1750, t. V, p. 109); cf. Merki, p. 251. 

 
Cette réponse n'était ni pour satisfaire Marie de Médicis, ni pour lui rendre la tranquillité. 
La tranquillité, elle n'y atteindra que le 13 mai 1610 — la veille de la mort d'Henri IV — 
quand, à Saint-Denis, où elle venait d'être sacrée, elle verra sa légitimité comme reine, et, 
par suite, comme épouse et comme mère, proclamée et définitivement confirmée dans les
 formes les plus solennelles. 

 

 
P  255. 
« Le feu roy estoit un fort bon homme, disait un jour, avec son cynisme accoutumé, la
 marquise de Verneuil à Marie de Médicis ; mais il a bien fait les plus sots enfants du monde. » 
C'est de ses propres enfants qu'elle parlait. De fait, ni Gaston-Henri de Bourbon, marquis, puis 
duc de Verneuil, ni sa sœur Gabrielle- Angélique de Verneuil, légitimée de France, ne 
brillèrent par l'intelligence ou par l'esprit.

 

 
p229, 230, 231, 
L’assassinat d’Henri IV par Ravaillac.
Déplorable attentat du 14 mai 1610. 
Les femmes impliquées ou non ?

 
C'est Michelet qui a soutenu avec le plus d'ardeur la thèse de la complicité de Mme de Verneuil 
(= Henriette d’Entragues), du duc d'Epernon et même de la reine dans l'assassinat d'Henri IV. 
Pour M. J. Loiseleur [Ravaillac et ses complices. Paris, 1873), le complot exista bien; mais
 Ravaillac, qui agissait de son côté, en aurait devancé l'exécution : 
« Si Ravaillac, dit-il, n'avait pas fait le coup, d'autres allaient le faire. » 
D'après M. Ch. Merki, l'assassinat d'Henri IV fut une vengeance de femmes, « par dépit de 
la situation perdue chez l'une (Henriette), par crainte de l'avenir chez l'autre » (Marie de Médicis, 
qui redoutait que le roi n'eût l'intention de divorcer pour épouser Charlotte de Montmorency).
Je ne crois pas, quant à moi, à la 'culpabilité d'Henriette, encore moins à celle de la reine. Mais,
 en ces matières, on ne saurait trop se garder d'affirmations absolues. 

 
Au lendemain même du crime, Henriette fit demander à Marie de Médicis « si elle pouvait rester
 en France en toute sûreté ». On lui donna de bonnes paroles. Il était néanmoins à craindre que la 
reine, désormais toute puissante, et qui n'avait pas oublié les humiliations d'autrefois, ne cédât 
quelque jour à la tentation d'en tirer vengeance : elle n'avait plus affaire qu'à une femme désarmée. 

 
Fin de vie d’Henriette :

 
Henriette comprit que, les temps étant changés, son intérêt bien entendu lui commandait de ne
 pas se montrer intransigeante. Et dès lors, elle vécut dans la retraite. On ne l'en verra sortir un 
instant qu'en 1622, pour assister, dans la cathédrale de Lyon, au mariage, célébré devant Louis
 XIII et toute la cour, de sa fille Gabrielle-Angélique avec le second fils du duc d'Epernon. De 
sa beauté, de son charme, à l'âge de quarante-trois ans qu'elle avait alors, il ne restait déjà plus
 trace. Elle vieillissait, devenait obèse : 
« Elle se mit à faire, dit Tallemant, une vie de Sardanapale ou de Vitellius ; elle ne songeoit 
qu'à la mangeaille, à des ragousts, et vouloit mesme avoir son pot dans sa chambre. Elle devint 
si grosse qu'elle en estoit monstrueuse; mais elle avoit tousjours bien de l'esprit. Peu de gens 
la visitoient. » — Elle mourut à cinquante-quatre ans, le 9 février 1633 — cinq ans avant la 
vieille Marie Touchet* — et fut inhumée aux Feuillantines de la rue Saint- Jacques. 

 
Elle se préoccupait de l'avenir, et, même au plus beau temps de sa faveur, redouta de se trouver
 un jour à la merci de la Florentine Marie de Médicis vindicative dont elle empoisonnait la
 vie conjugale.

 
Le but essentiel qu'elle poursuivit fut-il toujours de se ménager, comme elle l'écrivait à son frère, 
« une retraite solide» où elle put échapper à la vengeance de la reine.

 
* Marie Touchet, comtesse d'Entragues, née à Orléans en 1549 et morte à Paris, le 28 mars 1638,
 était la maîtresse du roi Charles IX. De son union avec le roi, elle eut Charles d'Angoulême. Elle
 fut également la mère d'Henriette d'Entragues, favorite controversée du roi Henri IV.

 
NDLR : on est maîtresse de roi de mère en fille.

 

---------------

Lire aussi:

 

Publié dans Femmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article