François Léotard - Ca va mal finir - Laïcité - Orwell

Publié le par bmasson-blogpolitique

François Léotard

Ca va mal finir

Editions Grasset & Fasquelle

2008

 

François Léotard écrit un brûlot sur la vie politique, psychologique et sentimentale de Nicolas Sarkozy. Il est offusqué par sa vision et sa mise en scène « people » (= mondaine, en français) du monde. Son anti-modèle est le général de Gaulle ! Il n’y a pas photo. Les deux extrêmes ne se rejoindront que dans la chute.

Ce livre peut paraître surprenant provenant d’un homme politique de droite. Il fut ministre de la Culture et de la Communication de 1986 à 1988 et ministre d'État, ministre de la Défense de 1993 à 1995. Mais c’est un homme blessé qui sait ce que c’est que de traverser la savane, seul, devant un prédateur. Nicolas Sarkozy a été président de la République française du 16 mai 2007 au 15 mai 2012. Donc, ce livre visionnaire, à l’humour féroce, prévoyant sa chute, a été écrit pendant le mandat de Sarkozy !

 

Page 8, Nicolas Sarkozy est présenté comme « une sorte de Fred Astaire faisant l’apologie hystérique du travail. »  

 

Page 21, il est le porte-parole des anti-soixante-huitard-e-s. « « Le mot « décomplexé » faisait plaisir à entendre dans les dîners en ville du XVIe arrondissement, quarante ans après le combat obsessionnel contre Mai 68. » Il pense, page 77, que les slogans de 1968 « Jeunes filles rouges toujours plus belles », « Sous les pavés la plage », « Il est interdit d’interdire », « Faites comme d’habitude », « Cours camarade, le vieux monde est derrière toi » n’avaient aucune utilité sociale. Il sous-estime la portée de mai 1968 dans le bouleversement des mœurs et l’obtention de plus de libertés. Les salaires ont été augmentés de 30%. Ce n’est pas rien !

 

Pages 25, 26 et 27, il commente l’arrivée des femmes au gouvernement ; choisies par Nicolas Sarkozy.

Rama Yade « avait des droits sur l’homme » ! « Peau de pêche,  humour, pudeur et élégance » contrebalancent son côté « viril » quand elle ose dénoncer la venue en France qui n’est pas « un paillasson ». de Kadhafi « au baiser tueur ».

Valérie Pécresse est toute en « ironie, étonnement, séduction, élégance, souriante, bouche mutine ». Un mélange de Catherine Deneuve et de Sophie Marceau. Il la présente comme étant ferme, résistante face à des étudiant-e-s mécontent-e-s.

Rachida Dati est celle qu’il aimait le moins. Son « côté mec, mode et mépris la rendaient inquiétante  ». Il lui reconnaît des « yeux forts beaux ». Bref, à la Justice, elle n’avait pas sa place ! Il rappelle que nombre de tribunaux ont été fermés, que les avocat-e-s étaient mécontent-e-s, que des substitut-e-s ont été déplacé-e-s.

Page 55, Carla Bruni est appréciée uniquement car elle éprouve de » l’amour pour les hommes ». Elle n’est pas une féministe guerrière !

Pages 118, 119 et 120, la liste se poursuit :

Madame (Christine) Boutin  a « le comportement d’une armoire Suisse. Placide et tout, gentille, elle n’a peur de rien ! »

Fadela Amara ne connaît pas le monde feutré et raciste de Neuilly. Mais elle dit des gros mots ! « Quand on était petit, on faisait ça aussi. » Elle rejoint François Léotard et Cécilia Sarkozy quand elle dit qu’elle ne votera pas pour lui la prochaine fois. Bonjour l’ambiance !

Madame (Michèle) Alliot-Marie a « une voix un peu acide » qui « fait lever les yeux au ciel ».

Page 80, il rend hommage à Benazir Bhutto, « une femme de grande beauté, la première à gouverner un pays musulman ». Benazir Bhutto, née le 21 juin 1953 à Karachi et morte assassinée le 27 décembre 2007 à Rawalpindi, est une femme d'État pakistanaise. Elle est Première ministre de 1988 à 1990 et de 1993 à 1996. Elle est issue d’une riche famille aristocratique, influente en politique.

Page 86 et 87, il revient sur la création d’un ministère de l’Immigration, de l’Intégration et de l’Identité nationale. Pour illustrer son inquiétude face à ce qu’il craint, « voudrait-on dire aux Français-e-s non pas ce qu’iels sont mais ce qu’iels devraient être ? » il utilise la formule d’Arletty : « Est-ce que j’ai une tête d’Identité ? »  

NDLR Arletty, en la matière, est  un exemple controversé, elle qui a été accusée de « collaboration horizontale » avec l’Allemand pendant la seconde guerre mondiale…mais qui a répondu à ses juges : « Si vous ne vouliez pas que l'on couche avec les Allemands, fallait pas les laisser entrer », renvoyant ainsi la République à ses responsabilités.

 

 

Page 59, il défend les femmes en politique. L’homme « déclare la guerre, met le feu au monde, envahit ses voisins, pourrit le climat et écrase les pauvres ».  Les femmes « ont de l’existence des informations qui nous échappent ». Ah bon, lesquelles ? Celles de connaître l’oppression masculine…Elles « sont moins dangereuses, moins tournées vers le meurtre et la destruction ». NDLR : Il faut quand même des garde-fous car le pouvoir rend fou ou folle…

 

Page 29, il nous explique le bilan de Kadhafi, en Lybie, et  des « détails selon Le Pen » :

 « Deux avions descendus en plein ciel, des attentats un peu partout dans le monde, la torture pratiquée comme l’un des beaux-arts, un pays écrasé, des partis interdits, quelques pendaisons au hasard. »

Page 30, il rappelle que la France a signé le 10 octobre 2007 un accord (publié en partie uniquement, le reste étant caché) paru au Journal Officiel. Une aide militaire serait octroyée à la Lybie en cas d’agression. La République obéit à ce qu’elle devrait combattre !

 

Page 43, il revient sur l’altercation entre Nicolas Sarkozy, « entouré de flics, de gardes du corps, de gendarmes et de militants dévoués » et un homme à Guilvinec. « Viens ici si tu es un homme. Allez ! Descends ! ». Là, une étape a été franchie. Aucun président avant lui n’aurait répondu à un électeur qu’il allait lui « casser la gueule ».  Je rajouterais « Tu vas voir ta gueule à la récré ! »

 

Page 47, on apprend que le Taser « tue très légèrement ». C’était ce qui se disait « dans les dîners en ville ».

 

Page 68, il regrette que la  langue française « se défasse lentement, se construise ailleurs ». Mais page 30, le Président Nicolas Sarkozy explore « une langue nouvelle » dont François Léotard apprécie la souplesse. C’est un rappel de la novlangue qui est la langue officielle d'Océania, inventée par George Orwell pour son roman 1984.

 

 

Pages 82 et 83, il revient sur la fierté que nous ayons inventé le principe de la laïcité* qui est une « victoire sur nous-mêmes ». « Lorsqu’il est commis au nom de Dieu, cet acte « naturel » (= tuer, NDLR) prend une étrange dimension ».  

 

*Fêtons les 115 ans de la laïcité.

12 20
4 espaces: privé, social, commun et étatique.
Privé: aucune neutralité ne peut y être imposée.
Social: entreprises, commerces et associations. Encadrées par le règlement intérieur.
Commun: rues, parcs, plages, lieux communs à tous et toutes. On ne peut y exiger la "neutralité".
Etat: mairies, hôpitaux, écoles, etc. Aucune manifestation religieuse pour les agent-e-s. Les usagers et usagères le peuvent. Mais pas de pratique cultuelle du tout.
 

 

La laïcité dérange encore
"L'humanité Dimanche"
 
 
"La Laïcité va bien quand l'égalité sociale et politique vont bien."
 
Patrick Le Hyaric.
 
NDLR:  L'égalité sociale n'a jamais existé. L'égalité politique non plus. Les femmes ont toujours été minorées, niées ou placées dans des rôles subalternes.
 
---------------
Historique de la Laïcité:
Aristide Briand en est le père fondateur. Il en parlait comme d'une loi sur la liberté.
La laïcité est associée à tort à:
- le dogme religieux serait une aliénation possible pour l'esprit humain.
- les structures familiales ou culturelles seraient oppressives.
- l'universalisme interdirait la possibilité de développer une identité individuelle.
---------------

« Il est impossible de se marier avec plusieurs personnes, donc le multipartenariat relève déjà du "privé" et pas de la reconnaissance légale. »

 

Joao Gabriel répond à Marlène Schiappa :

 

« Il devrait être très inquiétant pour tout le monde de voir le débat réduit à "Soit vous êtes pour notre loi populiste et inefficace qui aura des effets pervers considérables, soit vous êtes pour le phénomène qu'elle prétend combattre". »

 

Piratov Strochnis répond à Marlène Schiappa :

:

 

« L’abandon des jeunes filles, c’est aussi votre refus de fixer un seuil d’âge de non-consentement quand elles sont victimes de violences sexuelles. Ou encore, votre refus d’interdire les mises à la rue des enfants placées à l’ASE quand elles atteignent l’âge de 18 ans. »

 

Lyes Louffok répond à Marlène Schiappa :

 

« Personne ne défend la polygamie ni les tests de virginité et surtout, personne dans nos rangs n’a abandonné « les jeunes filles » au point de tolérer un ministre accusé de viol »

 

Louz la poétesse répond à Marlène Schiappa :

 

« Cette extrême gauche qui défend les mariages forcés, la polygamie, les tests de virginité place les

«coutumes» au dessus des droits des femmes.

Quel abandon des jeunes filles ! Cette extrême gauche qui se dit révolutionnaire est conservatrice, raciste et

anti féministe. »

------------------

Contesté, l’Observatoire de la laïcité va être remplacé par un Comité interministériel qui réunira l’Intérieur, l’Éducation nationale et la Fonction publique.

Sud Ouest.

06 21

----------------------

 

L'Observatoire de la laïcité remplacé par un «comité interministériel de la laïcité»: un organisme indépendant & pédagogique est remplacé par une structure de propagande inféodée au gouvernement. Toutes les conditions sont réunies pour détruire la laïcité.

 

Philippe Marlière, enseignant à l’université de Londres.

------------------------

 

Laïcité – Blanquer :

Dès la rentrée, 1 000 membres du personnel seront formés pour aller porter la bonne parole laïque dans les écoles. Sauf qu’avec ce ministre et son entourage, on doit s’interroger sur l’idéologie qui se verra ainsi promue.

L’Humanité

06 21

--------------

 
 
Petit échantillon.
Questions qui orientent les réponses.

Interprétations fantasmées.

L'étude de la fondation Jaurès est critiquée:

-------------

"Chez les jeunes professeurs, on constate une vision minimaliste de la laïcité".

À l'anglo-saxonne

 

La Fondation Jean Jaurès a réalisé avec l’Ifop une enquête sur le rapport des enseignants à la laïcité qui met au jour un « clivage générationnel », notamment sur le port de signes religieux. « Marianne » en parle avec François Kraus qui a piloté l’étude.

(…) On ne se situe plus dans une profession telle qu’elle a pu l’être au cours de la IIIe République lorsqu’elle était le fer de lance des combats laïques. D’ailleurs, on voit que le jugement des professeurs sur ces questions-là est influencé par leur rapport personnel à la religion.

(…) Mais dans le public, 25 % se disent religieux, pas loin des 29 % chez l’ensemble des Français en situation d’activité professionnelle. 

(…) 56 % des enseignants de moins de 30 ans se disent favorables au port de signes religieux ostensibles par les parents d’élèves accompagnant bénévolement les enfants lors d’une sortie scolaire, contre 32 % chez les plus de 50 ans.

https://www.marianne.net/societe/education/chez-les-jeunes-professeurs-on-constate-une-vision-minimaliste-de-la-laicite

---------------

Laïcité.

Aujourd’hui, nous fêtons les 116 ans de la loi du 9 décembre 1905 portée par Aristide Briand.

--------------------

Il rend hommage aux enseignant-e-s de l’école publique qui « m’ont appris à penser par moi-même, à recevoir en héritage le monde grec ; la philosophie des Lumières, les frasques de Casanova, la Révolution de 1848, le mythe de Sisyphe ».

Page 85, il pense que Nicolas Sarkozy a ouvert un « boulevard aux intégrismes ».

Page 89, il regrette : « Trois cents enfants, dont des nouveaux-nés, enfermés dans des centres de rétention ou séparés de leurs parents en 2007. »

Page 120, il honore la mémoire de Manouchian de « L’Affiche Rouge » fusillé et magnifié par Aragon qui a repris une partie de sa lettre d’adieu. Il rappelle que la France a été et est divisée en deux, entre ceux et celles qui soutiennent ces « étrangers qui ont davantage honoré la France » et « ces bons Français qui la salissaient à Vichy ».

NDLR : Nicolas Sarkozy a quand même cité la lettre de Guy Môquet, jeune communiste ! Certainement dans un esprit de s’approprier sa gloire posthume, pensant les communistes éteint-e-s….ou de faire oublier la Collaboration française.

 

Page 123, il prophétise la fin de Nicolas Sarkozy et s’appuie sur Chateaubriand qui décrit « les séances des 2 et 3 avril 1814, au cours desquelles fut décrétée la déchéance de Napoléon (par les sénateurs, NDLR) (…) qui les avait comblés d’honneur et d’argent (et qui) apprit ce jour-là ce qu’était la nature humaine ».

« Il y a des temps où l’on ne doit penser le mépris qu’avec économie, à cause du grand nombre de nécessiteux (et de nécessiteuses, NDLR).

Chateaubriand,

Mémoires d’Outre-tombe.

-------

Nicolas Sarkozy à l'ouverture de son procès.

Heureuses retrouvailles.

Le juge: "Trop content de vous revoir. Vous n'avez pas pris une ride!"

Dessin de Placide

----------------

Affaire Karachi: François Léotard est bien présent à l'ouverture de son procès.

 

(…) Le procès de l'ancien Premier ministre Edouard Balladur pour des soupçons de financement occulte de sa campagne présidentielle de 1995, l'un des volets de la tentaculaire affaire Karachi, s'est ouvert mardi après-midi devant la Cour de justice de la République.

 

01 21

François Léotard est condamné à deux ans de prison avec sursis.

NDLR: Il a eu de la chance avec le sursis. Mais il est condamné quand même.

----------------------

La laïcité devient une affaire de famille.

Marlène Schiappa fait appel à son père, Jean-Marc Schiappa.

-------------------

Laïcité

E Macron

Lourdes

Arabes 

-----------

 

Le chef de l’Etat peut désormais dissoudre les associations en raison d’un de leurs membres. C’est l’une des plus graves dispositions liberticides des 30 dernières années et le Conseil constitutionnel n’a rien trouvé à y redire, sinon sur l’exécution provisoire. Catastrophique.

Pierre-Antoine Cazau, élève avocat.

08 21

------------

La campagne d'affiches du gouvernement sur le thème de la laïcité fait polémique.

Les affiches ont été corrigées.

La laïcité vue par Blanquer  fait réagir la "vigie de la Laïcité".

-------------

L'idéologie véhiculée est celle qui désigne certaines communautés.

C'est une menace au vivre-ensemble.

L'Humanité.

-------------------

Emmanuel Macron et la laïcité. 

"Non ce n'est pas ça."

Aller prier à Lourdes? 

Etre nommé grand chanoine de Latran? 

Faire la chasse aux islamogauchistes?

Ce n'est pas de la Laïcité.

-----------------

Le ministère de l’Éducation nationale a publié une nouvelle campagne de communication sur la laïcité. Des syndicats enseignants s’offusquent. La Vigie de la Laïcité (association fondée par les anciens membres de l'Observatoire de la laïcité) la juge maladroite. Le ministre se défend.

(…)  Le compte de Sud Éducation 77 a été l’un des premiers à dégainer : "La laïcité, c’est la séparation des Églises et de l’État, c’est aussi la neutralité religieuse de l’État et de ses agents dans l’exercice de leurs fonctions". Le syndicat est très clair : "Ces affiches ne parlent pas de laïcité. Sous couvert de laïcité, elle parlent plutôt d’ "intégration", de "multiculturalisme" et de "vivre ensemble". Cette confusion des termes a des conséquences."

France Inter

---------------

Le Christ se trompe de croix.

Il n'emporte pas le bon poteau.

--------------

 

"Le langage politique est conçu pour que les mensonges paraissent vrais et les meurtres respectables, et pour donner à du vent l'apparence de la solidité."

George Orwell

-------------------
 

Lire aussi:

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article