Paris- Spectacles dans la rue - Canal Saint-Martin.

Publié le par bmasson-blogpolitique

 

Il tague à Paris

Canal Saint-Martin

Il est très occupé et concentré. Il ne s’intéresse pas à ce qui se passe autour de lui. Il prend son temps. Il reprend les traits avec sa bombe de rose et les peaufine. C’est en plein jour et il n’a pas peur. Le mur lui appartient.

 

Musique sur :

https://soundcloud.com/ulv-orn-bjornsson

 

Stanislas Lépine 

Caen, 1835 - Paris, 1892

Le canal Saint-Martin 

Vers 1876 - 1882.

Muma 

Le Havre

---------------
 

Il fait la manche aux feux rouges

Paris

Son numéro est réglé comme du papier à musique. Il doit durer le temps que dure un  feu rouge. Dès que le feu passe au vert, il remonte les voitures pour glaner de l’argent. Au cirque, c’est un numéro de prestidigitation et d’illusion avec des cerceaux enchâssés les uns dans les autres et que l’on peut dissocier tout en formant des images poétiques. J’ai eu de la chance de le voir récompensé. Il était là depuis deux ou trois jours jusqu’à tard le soir, après la fin du service à 19h30 du garçon de bar. Le barman m’a dit qu’à 90%, il ne touchait rien. Je pense que cela se fait rapidement.

 

Musique sur :

https://soundcloud.com/ulv-orn-bjornsson

Le modèle soliloque tout en posant

Ménilmontant – Paris

Il est installé sur la statue, comme un prince hindou sur son éléphant.

Il m’a vue arriver et m’a classée dans les « vieilles ». Vlan ! Prends ça dans la tête ! « Il n’y a pas d’âge pour comprendre. Je connais des « jeunes-vieux » et des « vieux-jeunes » »

En fait, il s’empare de ce qui se passe autour de lui pour penser tout haut. Il a un public et il adore ça. J’ai cru que c’était un acteur « déchu ».

Son lapin est posé avec lui sur la statue. Il ne se déplace pas, et reste aux pieds de son maître. Tout autour, beaucoup de jeunes filles sont assises par terre, une feuille sur les genoux, tentant de reproduire la statue avec ce « dieu » temporaire. Il est vêtu d’une jupe, d’un haut en pierres posé sur son torse nu et sa chevelure est surmontée d’un chapeau à plumes. Une énorme bague trône sur son doigt.

Il remue autour de sa tête un bâton orné de papiers de couleurs.

« Il fait beau ! Nous sommes les enfants du soleil !       Amandra ! ( ?) C’est l’année du rat et de la révélation. Le rat ressemble à un gros lapin. »

Les policiers passent, imperturbables à sa position inaccoutumée sur la statue, et imperméables  à son discours. Il les interpelle :

« Venez poser messieurs. Vous êtes beaux ! »

Il expliquera qu’il faut aimer la police car leur métier est difficile et ils obéissent à des ordres contradictoires.

NDLR : nous, on aimerait bien les aimer. C’est eux (enfin ceux d’extrême-droite) qui ne nous aiment pas beaucoup en ce moment.  Surtout en manifestation !

 

Fabrice Luchini rend hommage aux restaurateurs face au couvre-feu.

 

Fabrice Luchini a exprimé son désarroi sur Instagram ce jeudi 15 octobre suite à l’annonce du couvre-feu imposé par Emmanuel Macron dans les départements et métropoles avec le plus de taux d’infections au Covid19.  C’est dans une vidéo publiée sur son compte Instagram officiel que le comédien dit avoir reçu « un coup de massue » et défend tout particulièrement les restaurateurs face à cette mesure.

-------------

Graph

"Personnages de cirque ou de théâtre".

Saint-Malo

Mon montage.

----------------

 

Publié dans Mes Photos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article