Le coq maître du champ et de chant

Publié le par bmasson-blogpolitique

Il est là, tout seul, dans cet immense champ, loin de la ferme.

S’est-il perdu ? La nourriture est-elle meilleure par là ? Est-il porteur du Covid19 ? L’a-t-on isolé tout seul, loin de la civilisation ?

Quand il m’a vue arriver, il a eu peur et s’est éloigné en lançant un ou deux terribles « Cocorico ! ».

Mais, voyant que je ne cherchais plus à ‘ m’approcher, c’est lui qui est revenu vers moi.

La curiosité vibrait dans les deux sens. Moi, pour lui. Lui, pour moi.

Je lui ai parlé. Il m’a écoutée. Et il est resté avec moi. Il ne fallait pas que je m’approche trop, mais, lui, est venu de lui- tout près de moi.

A un moment, un petit oiseau s’est joint à lui pour picorer ce qu’il y avait dans le champ.

Un bref instant, il a déployé sa collerette d’un jaune fauve (à 1 mn 25). A la 28e seconde, on le voit très rapidement.

Etait-ce pour me faire peur ? Me séduire ? Grâce à un coup de vent inopiné ?  

Je crois que j’ai eu la chance de le voir déployer ses plumes orangées autour de sa tête. Il a fait le beau. Il n’avait rien d’agressif dans son comportement.

Fier, avec ses belles plumes noires soyeuses de sa queue, avec son ventrail noir tacheté de plumetis rouge dégradé, avec sa crête rouge au-dessus de sa tête, ce spécimen du symbole français, ferait un bon plat dans une assiette. J’en connais une qui raffolait du coq au vin.

Moi, j’ai toujours trouvé sa chair dure. Je le préfère en vrai, debout sur une patte, attendant, curieux.

Il avait une harmonie de couleurs ravissante et une allure de play-boy ! Je voulais le filmer en train de cocoriter. Mais, je n’ai jamais réussi. Ce sera mon regret.

Musique de début :

Ulv Orn Bjornsson sur SoundCloud :

https://soundcloud.com/ulv-orn-bjornsson

 

Puis, musique gratuite sur Youtube pour le générique de fin.


----------------------

Au début, il me tourne le dos, puis, au fur et à mesure, il se rapproche.

----------------

Le coq  cauchois.

Il caquette comme une poule.

Il ne coquerique pas !

Robert Holmes 
Winter's Robin 
L'hiver du merle noir.
 

Winter's Robin by Robert Holmes (Canadian, 1861-1930.)

Illustration (facing page 226) for "Rambles of a Canadian Naturalist" (1916) by Samuel Thomas 

Wood (Canadian, 1860-1917)

 

Winter's Robin par Robert Holmes (Canadien, 1861-1930.)
Illustration (face à la page 226) pour "Rambles of a Canadian Naturalist" (1916) par Samuel Thomas
 Wood (Canadien, 1860-1917).
---------------- 

L'oiseau offre une fleur à sa dulcinée.

Rudi Hurzlmeier Rudi Hurzlmeier, Cartoonist, painter and author is a permanent collaborator of the satire magazine Titanic and draws online for the Süddeutsche Zeitung, Die Zeit and Spiegel online.

 

Rudi Hurzlmeier Rudi Hurzlmeier, dessinateur, peintre et auteur est un collaborateur permanent du magazine satirique Titanic et dessine en ligne pour le Süddeutsche Zeitung, Die Zeit et Spiegel online.

 

Rudi Hurzlmeier, highly vaunted Cartoonist for decades (2010 prize of excellent German Caricature ). From humorous bird's series "Happy Birds Day".

 

Rudi Hurzlmeier, caricaturiste très vanté depuis des décennies (prix 2010 d'excellente caricature allemande). De la série humoristique d'oiseaux « Happy Birds Day ».

 

-----------------

Barbara-schlinkert.de Hühner zum Verlieben Hühner zum Schmunzeln mit einer Portion Humor - fröhlich und liebevoll zugleich

 

Barbara Schlinkert.

Des poulets à tomber amoureux

Poulets à sourire avec une dose d'humour - joyeux et aimant en même temps.

 

Peinture Naïve.

Dessins de poules.

------------------

Les poules picorent à Lillebonne.

Résumé de tous les avantages de ces jouets à picorer

  • Économiques : aucun gaspillage de graines. Les poules picorent uniquement ce dont elles ont besoin et les prédateurs n’ont plus accès aux graines.
  • Hygiéniques : aucun risque de salissures dues aux fientes. Les distributeurs restent propres très longtemps et il y a moins de risque de maladies propagées par les oiseaux.
  • Utiles : on peut très bien envisager de les utiliser en remplacement des mangeoires trop souvent salies et accessibles aux rats et aux oiseaux.

Les poules cherchent à attraper et picorer les poux tout en arrachant les plumes de leurs congénères. Si le problème de parasites n’est pas rapidement traité, le picage peut néanmoins tourner à l’obsession et occasionner des blessures chez vos poules.

Elles picorent partout, même dans les massifs et le potager !
Oui mais...
Le potager, les massifs et autres endroits “travaillés” par contre doivent être protégés avec un grillage. Sinon, un parcours herbeux accolé au poulailler et grillagé leur permettrait d’aller et venir sans pour autant abîmer les plantations.
Et puis, la population de gastéropodes diminue drastiquement grâce aux poules !

--------------

Publié dans La nature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article