Hommage aux personnels qui sont au contact du COVID19 - 10

Publié le par bmasson-blogpolitique

 

Des masques gratuits pour tout-e-s

PCF

--------------------

Les parents sont questionnés, en ce moment, et doivent dire s’ils «veulent» mettre leurs enfants à l’école à partir du 11 mai. Le gouvernement les informe-t-ils ‬:

que le congé « garde d’enfant », actuellement en vigueur, se transforme en chômage partiel à partir du 1er mai (le premier correspond à 90% du salaire, le 2ème à environ 84% du salaire net, 100 % pour le SMIC).
➡️ que le 1er ministre a annoncé mardi que le chômage partiel « restera en place jusqu’au 1er juin. Il nous faudra ensuite l’adapter progressivement »,
➡️ que les parents devront poser des jours de congé pour pouvoir rester à la maison garder leurs enfants si l’école est en capacité de les accueillir ?
➡️ qu’ils devront fournir une attestation de l’école indiquant qu'elle ne peut pas accueillir les élèves à partir du 1er juin pour pouvoir bénéficier du chômage partiel ?

Face à l’incompréhension et à la colère le gouvernement a dû concéder une reprise de l’école « sur la base du volontariat » des familles. Mais c’est comme avec les assurances, il faut lire toutes « les petites lignes » pour ne pas se faire avoir...

 

Céline Brulin

---------------

DirectPCF avec Delphine Bithorel, Christophe Prudhomme, et Fabien Roussel.

--------------------

Frédéric Boccara invité de directPCF.

-----------------------

Alain Duhamel :
"Les Français sont anxieux et c'est une très bonne chose. Cela rend les gens plus raisonnables qu'ils ne le seraient spontanément, ce qui aidera au redémarrage économique."
Les réactions à son discours :
 
« Ecoutez cette incroyable apologie de l’angoisse. Vous vous demandiez : est-ce que la crise actuelle rend moins cyniques les commentateurs télé ? Vous avez la réponse - c’est non. Plus les gens auront peur, plus ils seront « raisonnables » ! On pourrait même les terroriser, non ? »
Gérard Miller
La peur comme instrument de contrôle social... et comme disait Goebbels: « si vous n’avez rien à vous reprocher, vous n’avez pas à avoir peur »... Le nouveau monde de Macron!
Guillaume Quintin
---------------------

Il voulait sûrement dire plus dociles mais il n'a pas osé comment peut on se satisfaire de la peur pour envoyer les gens au boulot ?

Dans les livres d'histoire, on écrira macronie 2020

"règne de la peur"

peur d'être viré

peur d'être malade
peur d'être exclu
peur d'être mutilé.
Michel Epicétou

-------------------

Jean Michel Blanquer dans "La mort aux trousses", un film du MEDEF 

Le 11 mai dans vos salles de classe.

--------------------

 "Le pouvoir prend les Français-e-s pour des abruti-e-s" 

 

Christian Lehmann, médecin et écrivain.

-------------------

Respect des gestes barrières dans les transports : le plan d'Edouard Philippe est "non réalisable", "impossible", selon la CGT et UNSA.

 

France Tv Info

 


-------------------

 

Bas les masques ! Un appel de soignant.e.s à construire un mouvement populaire.
SIGNEZ L’APPEL :

Version contemporaine du "De quelle couleur est le cheval blanc d'Henri IV ?"

PCF

----------------------------

62 % des Français-e-s ne font pas confiance au gouvernement pour réussir le déconfinement.

--------------

 

 Blocage des prix des services vitaux 

PCF Le Havre

-----------------------

En réponse aux propos de Bruno Le Maire sur « l'occasion de repenser le modèle économique de la France », Sébastien Jumel dénonce des actes contraires aux intentions affichées.

 

« La Marseillaise »

-----------------------

Fabien Roussel plaide pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah.

Par ailleurs, le collectif « Bassin minier » pour la libération de Georges Abdallah en appelle à la presse progressiste et souligne que, « en octobre dernier, notre camarade Georges Ibrahim Abdallah est entré dans sa 36e année de détention en France. Il a été arrêté en 1984 sur notre sol pour s’eêtre opposé aux crimes perpé́trés par l’État sioniste et l’Occident impérialiste en Palestine et au Liban occupés. Militant communiste de la cause palestinienne, il est l’un des plus anciens prisonniers politiques d’Europe ».

Nous refusons que les collectivités soient l’éternelle variable d’ajustement et demandons à l’État de prendre en charge à 100% et de manière rétroactive les achats de masques dès le premier jour du confinement.

 

Sénateurs PCF


---------------------

Une réponse vigoureuse à des voisins peureux!

La lâcheté y est dénoncée. Le manque d'humanité aussi.

L'incontinence mentale est rajoutée.

Le mot respect est souligné.

Le rappel des gestes barrières est un rappel à la civilité.

------------------------------

Philippe Martinez, CGT :

"Ce jour reste une journée non pas de la fête du travail, mais une journée internationale de lutte des travailleurs et des travailleuses. Et nous allons nous exprimer autrement que dans la rue."

"Il manque des protections pour les salariés. C'est la santé qui compte avant tout, tous les scientifiques le disent. Et nous constatons sur le terrain qu'il n'y a pas de protections pour tout le monde."

"Soit on veut des morts, soit on veut autre chose. La première des choses, c'est de protéger. Heureusement qu'on a beaucoup de sécurités dans notre pays, comme le chômage partiel et la sécurité sociale."

 

Source France Inter

 


------------------------

Fabien Roussel devant la Salpêtrière

Sophie de Ravinel est journaliste au Figaro

-----------------

Bonjour,

Chacune et chacun d’entre vous peut nous partager des récits, des réflexions ou des vidéos, des témoignages de gestes de solidarité, enrichissant les contenus de notre plateforme numérique, en s’adressant à « lecteurs.solidaires@humanite.fr »

Bonne lecture.

-----------------------

Luxfer, une nationalisation attendue !

Le groupe britannique Luxfer a fermé en 2019, son usine de production de bouteilles d'oxygène médicales à Gerzat, dans le Puy de Dôme. Axel Peronczyk, déléqué syndical CGT, nous explique pourquoi la réquisition et la nationalisation du site sont une urgence en pleine crise sanitaire. Reportage.

Covid-19 : le point sur la situation sanitaire en France, département par département.
L'Humanité vous propose de retrouver sur cette page, en partenariat avec le site Covinfo.fr, un bulletin journalier statistique sur la situation épidémique en France et ses conséquences sanitaires.
EN DIRECT. Déconfinement du 11 mai, masques, tests, départements rouges, protocole sanitaire dans les écoles... Les infos essentielles du jour.

Cher lecteurs,

vous trouverez ci-dessous le courrier que nous allons adresser au Président de la République pour que notre hôpital public ne soit plus la proie des marchés financiers.
Parce que notre santé est notre bien le plus précieux signez la lettre en cliquant ici ou sur le bouton ci-dessous.

Bien cordialement.

La Marseillaise

 

 

 

Lettre au Président de la République

 

 

 

 

 

 

Monsieur le Président,

 

La terrible crise que nous traversons doit nous ouvrir les yeux : appliquer les règles du marché et de la rentabilité à outrance à l’hôpital public s’avère dangereux et même criminel.

 

Le financement de l’hôpital par la cotisation dès l’après guerre et jusqu’aux années 1970 était de nature à assurer des marges de manœuvres qui ont disparu depuis que celui-ci est contraint d’aller chercher des fonds auprès des banques et sur les marchés financiers pour survivre.

 

Les soignants travaillent pour rembourser, sans leur accord, une dette contractée dans la sphère financière qui veut tirer profit de tout, y compris de notre santé.

 

Depuis un an l’hôpital se mobilise, le système craque de toute part après les réformes successives, toutes inspirées de la même croyance qu’en marchandisant on améliore le rendement. Vous en conviendrez, ce logiciel de l’ultralibéralisme appliqué au bien commun a fait son temps, il doit être remisé aux accessoires de choix des pouvoirs publics trop pressés de répondre à des logiques comptables et à l’avidité des spéculateurs.

 

Dans vos discours, vous avez appelé à des « décisions de rupture » et répété qu’il était urgent de placer « certains services en dehors des lois du marché ». Construisons dès aujourd’hui le Monde d’après. Plus juste, plus solidaire.

 

Nous vous demandons d’annuler la totalité de la dette de l’hôpital public, d’embaucher massivement dans ce secteur et dans les Ehpad, de revaloriser les conditions de travail et le salaire des soignants et d’assurer un statut au personnel non titulaire.

 

Parce qu’il en va de notre sécurité à tous et de l’avenir de nos enfants.

 

Monsieur le Président, il n’y aura pas d’autres manières de transformer en opportunité l’épreuve si difficile que nous traversons collectivement et rendre réellement justice à celles et ceux que vous décrivez vous-même comme « ces héros du quotidien » que la France entière applaudit chaque soir pour son incroyable dévouement.

 

Certains que vous serez sensible à ces arguments pour l’avenir de notre pays, nous vous adressons, monsieur le Président, nos respectueuses salutations républicaines.

 

 

 

 

 


----------------------

 

 

 Blanquer donne ses consignes pour le retour en classe.

Les enfants ont intérêt à être sages!

-------------------------

Les Français-e-s tardent à se soigner.------------------
 

 

 

Sibeth Ndiaye a besoin d'un masque anti-boulettes!

-----------------------

 

 Trump sait tout sur tout?

Pas si certain....

-------------------

 

 Paris plage sous horodateur.

Le dépassement d'horaire va coûter cher.

Allocution de Fabien Roussel du 1er mai 2020.

Permettez-moi de souhaiter une belle et grande journée de solidarité et de mobilisation aux travailleuses et aux travailleurs de France, à ceux du monde entier, à l’occasion de ce 1er Mai inédit.

Un 1er Mai exceptionnel où nous disons avec force que ce n’est pas aux peuples de payer le prix fort de la pandémie et de la crise économique !

Et je pense d’abord à ces peuples du monde privés de droits, exposés à des guerres, ou à des blocus inqualifiables alors que le virus sévit. A l’échelle du monde, unissons nos forces dans la Paix pour faire reculer la pandémie.

 

En France, je voudrais saluer ces millions de salarié·es mobilisé·es face à la crise sanitaire, parfois au risque de leur propre vie.

Soignants, enseignants, pompiers, agriculteurs, salariés du privé comme du public, vous êtes des millions d’hommes et de femmes à tenir la France à bout de bras pour faire tourner notre pays et permettre à toutes et tous de disposer du nécessaire pour vivre.

Les vrais premiers de cordées de notre pays, c'est vous.

L’année dernière, beaucoup d’entre vous étaient encore sur les ronds-points pour demander plus de justice sociale, plus de justice fiscale. D’autres se rassemblaient devant les ministères pour exiger de meilleurs salaires, une vie digne, des conditions de travail décentes.

Vous n’avez pas été entendus, ou si peu. Mais quand il a fallu répondre à l'appel, vous n’avez pas hésité une seconde pour retrousser vos manches et vous mettre au service du pays.

Ce 1er Mai vous est spécialement dédié.

Je pense aussi à ces millions de salariés privés d’emplois ou en chômage partiel, inquiets de leurs fins de mois et impatients de retrouver leur activité ou un emploi stable.

Ou encore à ces retraités, souvent aux petites pensions, à ces étudiants et à ces parents isolés, aux faibles ressources.

Face à la hausse des prix, le confinement coûte cher.

Heureusement, là encore, la solidarité s’organise, partout, dans les villes et les villages, grâce aux élu·es locaux et à de nombreuses associations. Amplifions là.

Sans oublier le monde des arts et de la culture, qui nous fait tellement de bien, et qui nous rappelle oh combien leur rôle est précieux.

Je pense aussi à ces commerçants, ces artisans, ces indépendants dont la vie a complètement basculé, et qui se retrouve sans activité ou alors très réduite.

Toutes et tous, vous faites face à cette pandémie avec tellement de dignité, tellement de force et de courage. La vraie richesse de la Nation est là, en vous. Et nous pouvons être fiers de cette France, cette France fraternelle et solidaire.

C’est pourquoi nous le disons avec force : ce n’est pas à vous de payer les conséquences de cette crise. Ce n’est pas au monde du travail de payer la facture comme ce fut le cas après la crise de 2008.

Déjà, la courbe du chômage repart fortement à la hausse. Et celles et ceux qui sont en chômage partiel touchent un salaire partiel. La pauvreté explose.

 

C’est pourquoi nous avons besoin de nous rassembler et d’agir ensemble pour que demain ne soit pas comme hier.

Nous proposons que l’État garantisse pour chaque citoyen·ne l’accès à des masques gratuits et aux normes lui permettant de sortir et de se protéger.

Nous proposons de repousser la réouverture des écoles tant que toutes les conditions de sécurité ne sont pas garanties, dans toutes les communes, par les services de santé et de l’Éducation nationale.

Nous proposons l’interdiction des licenciements durant cette période et la prise en charge du chômage partiel à 100% tant que le travail n’a pas pu reprendre.

Nous voulons des salaires qui augmentent plutôt que des primes qui divisent. Nous proposons une aide de 300 euros pour les plus démunis, pour les étudiants et le blocage des prix pour les produits de première nécessité.

Dans chaque entreprise, il faut ouvrir de véritables négociations pour imaginer de nouvelles conditions de travail, avec des horaires adaptés pour ne pas surcharger les transports collectifs.

 

Nous proposons de mettre à contribution le capital, les grandes fortunes, les assurances et les banques, tous ceux qui ont bénéficié de nombreux cadeaux ces dernières années.

Tout comme la Banque centrale européenne qui doit être là, aux cotés des États et des peuples pour financer la dette mais aussi les investissements à venir.

 

Tout le monde doit être protégé, c’est aussi simple que ça et l’État doit être là pour garantir cette protection, partout, dans les Outre-mer comme en métropole, dans nos villes comme à la campagne.

 

Ce 1er Mai 2020 est historique en ce sens.

 

Face à cette pandémie, soyons unis, solidaires pour porter ces exigences mais aussi pour s’ouvrir des perspectives, celles de bâtir une société nouvelle, enfin respectueuse des Hommes et de la nature, en France comme à l'échelle de la planète.

 

Le monde de demain commence dès aujourd'hui !

Dans l'épreuve que nous traversons, c'est ce bel objectif qui nous anime, celui de vivre dans une société portée par ses plus nobles valeurs, la bienveillance, l'entraide, la solidarité.

 

Le moment est venu de tourner définitivement le dos à cette course folle vers le profit et la surconsommation. Mettons l’argent au service du développement humain et de la planète.

C’est un magnifique défi à relever, la promesse de nouveaux Jours heureux à écrire ensemble.

--------------------

 

12 fonctionnaires de la Mairie de Paris morts du COVID19 

-----------------

« À quel moment devient-il normal d’autoriser deux fascistes à déposer une gerbe en plein Paris, pendant que l’on interdit aux citoyens d’assister à l’enterrement de leurs proches? »
Vincent Ollivier, avocat.

-----------------------

« Ceux qui travaillent aujourd'hui sont ceux qui prennent des risques et tiennent la France à bout de bras. Ça n'est pas à eux de payer l'addition de la crise. »
 
Fabien Roussel

------------------------

"Simone, 76 ans, infirmière retraitée près de Bordeaux nous fait savoir que : "si madame Macron n'est pas contente de son ehpad de 11000 m2 je veux bien échanger avec le mien. J'ai une chambre de 25 m2 et j'ai droit à 3 couches par jour pour 2725 euros par mois". »

Infirmière en colère

------------------------

Les organisations parisiennes SNUipp-FSU, SNUDI-FO, SE-Unsa, SUD éducation, CGT Educ’Action et CNT-STE s’opposent à la réouverture des écoles le 11 mai

-----------------------

Prévisions après le 11 mai :
- Non-respect des gestes barrières : 200.000 morts
- Population dépourvue de masques : 165.000 morts
- Gestes barrières + masques : 85.000 morts
- Isolement des personnes vulnérables jusqu'en février 2021 : 30.000 morts
Source AP-HP - L'Opinion.

------------------

Lutte contre le Covid_19 :
"on perd un temps fou",
c'est "un cauchemar administratif",
"du grand n'importe quoi"...
La France "n'est pas prête" pour le déconfinement selon l'aveu même du professeur  Delfraissy (Président du Conseil scientifique).
Source Le Point.

----------------

Le 11 mai et les gestes barrières

Gilet-e-s Jaunes

05 20

-----------------

New York

Grève nationale des loyers

--------------------

Entre 2009 et 2019, les politiques de santé successives, c'est 8,6 milliards d'euros de baisses budgétaires, moins 30% de médecins à l'hôpital.

 

Précision: sur dix ans, il y a 30% de postes de médecin non pourvus à l'hôpital .

 

PCF

-----------------

« Ni fichier, ni com présidentielle, ni conseil de lecture !!! Mais des masques et des tests gratuits pour tous partout : c’est ça qu’attendent les Français-e-s, M.Macron. »
Sébastien Jumel

-----------

« Scandaleux! plutôt que de solliciter le pognon de ses copains (Lagardère, Bolloré et cie) Brigitte Macron décide de vendre du mobilier national pour le filer aux hôpitaux. C'est notre patrimoine culturel, des meubles et objets du 18e et du 19e. Quel mandat a t elle pour faire ça? »
Grincheuse

--------------------

« Brigitte Macron elle se bat pour les hôpitaux ». Que c’est vendeur. Après des mois d’camping devant notre établissement elle n’est jamais venue ne serait ce que nous voir, dans sa ville natale. Les grèves dans tout les hôpitaux, pas vue pas prise. Hypocrisie quand tu nous tiens
Pinel en lutte

---

Macron délire avec le 1er mai

-----------

Jour #49

Pierre-Emmanuel Barré

Où l'on apprend qu'il a des problèmes avec l'orthographe!

 

---------------------

Alors que le gouvernement s’arroge le droit de classer les médias entre ceux qui disent la vérité et les autres, le Conseil de l’Europe classe la France dans les 10 pays à suivre, en raison des violences policières à l’encontre des journalistes.
L’humanité
NDLR : c’est ça le macronisme. Détournement d’idées à gogo et culture de la peur.

-----------------

« Nous voulons sortir de l'état d’urgence pour redonner au Parlement les moyens de participer à la lutte contre la pandémie, pour arrêter les cafouillages et le bricolage d’Etat! La démocratie sera déterminante pour rétablir la confiance et faire reculer l’épidémie. »
 
Fabien Roussel
--------------------------
À l'occasion du 1er mai, les jeunes communistes ont réaffirmé que ça ne devait pas être aux jeunes, aux travailleuses et travailleurs de payer cette crise mais aux capitalistes et aux plus riches de ce pays !
 
Jeunes communistes
----------------------

Le député PCF Hubert Wulfranc dépose une proposition de loi visant à une revalorisation de 8,5 % du Smic pour le porter à 1 300 € net

Une récompense pour les salariés « qui font tenir le pays » et un élément de relance de la consommation.

 

Source Paris Normandie

---------------------------

L'état d'urgence sanitaire prolongé jusqu'au 24 juillet.

 

« La Marseillaise »

 

NDLR : l’état policier va encre s’amplifier pendant 3 mois ! Pour s’en sortir, ça va être la galère. Le gouvernement nous muselle.

---------

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article