Les pandémies affectent différemment les hommes et les femmes. Indépendance financière

Publié le par bmasson-blogpolitique

The Coronavirus Is a Disaster for Feminism.

Pandemics affect men and women differently.

Le coronavirus est un désastre pour le féminisme.

 
Les pandémies affectent différemment les hommes et les femmes.

 

(…) Une pandémie amplifie toutes les inégalités existantes (même si les politiciens insistent sur 
le fait que ce n'est pas le moment de parler d'autre chose que de la crise immédiate). Le travail 
à domicile en col blanc est plus facile; les employés avec salaires et avantages sociaux seront 
mieux protégés; l'auto-isolement est moins éprouvant dans une maison spacieuse qu'un 
appartement exigu. Mais l'un des effets les plus frappants du coronavirus sera de renvoyer de 
nombreux couples dans les années 1950. Partout dans le monde, 
l'indépendance des femmes sera une victime silencieuse de la pandémie.

 
En tant que maladie physique, le coronavirus semble affecter moins gravement les femmes. Mais 
ces derniers jours, la conversation sur la pandémie s'est élargie: nous ne vivons pas seulement une 
crise de santé publique, mais une crise économique. Comme une grande partie de la vie normale 
est suspendue pendant trois mois ou plus, les pertes d'emplois sont inévitables. Dans le même 
temps, les fermetures d'écoles et l'isolement des ménages font passer le travail de garde des enfants
 de l'économie rémunérée - crèches, écoles, baby-sitters - à celle non rémunérée. Le coronavirus 
fait exploser le marché que tant de couples à deux soutiens ont conclu dans le monde développé:
 nous pouvons tous les deux travailler, parce que quelqu'un d'autre s'occupe de nos enfants. Au lieu
 de cela, les couples devront décider lequel d'entre eux prendra le coup.
De nombreuses histoires d'arrogance sont liées à cette pandémie. L’une des plus exaspérantes est 
l’incapacité de l’Occident à tirer des leçons de l’histoire: la crise d’Ebola* dans trois pays africains 
en 2014; Zika en 2015–16; et les flambées récentes de SRAS, de grippe porcine et de grippe aviaire.
 Les universitaires qui ont étudié ces épisodes ont constaté qu'ils avaient des effets profonds et 
durables sur l'égalité des sexes. «Le revenu de tout le monde a été affecté par l'épidémie 
d'Ebola en Afrique de l'Ouest», a déclaré Julia Smith, chercheuse en politique de la santé 
à l'Université Simon Fraser, ce mois-ci. 

 
Le revenu des femmes. 
Les effets de distorsion d'une épidémie peuvent durer des années, m'a dit Clare Wenham, 
professeur adjoint de politique de santé mondiale à la London School of Economics. 
«Nous avons également constaté une baisse des taux de vaccination infantile [pendant Ebola].» 
Plus tard, lorsque ces enfants ont contracté des maladies évitables, leurs mères ont dû s'absenter 
du travail.
Au niveau individuel, les choix de nombreux couples au cours des prochains mois auront un sens 
économique parfait. De quoi ont besoin les patients pandémiques? Cherchez. De quoi les personnes
 âgées isolées ont-elles besoin? Cherchez. De quoi les enfants à la maison n'ont-ils pas besoin de 
l'école? Cherchez. Tous ces soins - ce travail de soins non rémunéré - incomberont davantage aux 
femmes, en raison de la structure actuelle de la main-d'œuvre. «Il ne s'agit pas seulement des
 normes sociales des femmes qui jouent des rôles de soins; c'est aussi une question de pratique », 
a ajouté Wenham. «Qui est moins payé? Qui a la flexibilité? "

 
Selon les chiffres du gouvernement britannique, 40% des femmes employées travaillent à temps
 partiel, contre seulement 13% des hommes. Dans les relations hétérosexuelles, les femmes sont 
plus susceptibles d'être les moins bien rémunérées, ce qui signifie que leur emploi est considéré 
comme une priorité inférieure en cas de perturbation. Et cette perturbation particulière pourrait 
durer des mois plutôt que des semaines. Les gains à vie de certaines femmes ne se rétabliront jamais. 
Avec la fermeture des écoles, de nombreux pères intensifieront sans aucun doute, mais ce ne sera pas universel.

 

Malgré l'entrée massive des femmes sur le marché du travail au cours du XXe siècle, le phénomène
 du «second quart» existe toujours. Partout dans le monde, les femmes - y compris celles qui ont un 
emploi - font plus de tâches ménagères et ont moins de temps libre que leurs partenaires masculins.
 Même les mèmes ( ?) sur l'achat de panique reconnaissent que les tâches ménagères telles que les
 achats de nourriture sont principalement assumées par les femmes. "Je n'ai pas peur du COVID-19
 mais ce qui fait peur, c'est le manque de bon sens des gens", lit l'un des tweets les plus populaires 
sur la crise des coronavirus. "J'ai peur pour les gens qui ont réellement besoin d'aller au magasin
 pour nourrir leurs familles, mais Susan et Karen ont fait le plein pendant 30 ans." La plaisanterie
 ne fonctionne que parce que «Susan» et «Karen» - noms de substitution pour les mamans de
 banlieue - sont considérées comme responsables de la gestion du ménage, plutôt que, disons, 
Mike et Steve.

 

Regardez autour de vous et vous pouvez voir des couples qui prennent déjà des décisions difficiles 
sur la façon de répartir ce travail supplémentaire non rémunéré. Quand j'ai appelé Wenham, elle
 s'isolait d'elle-même avec deux petits enfants; elle et son mari alternaient entre deux heures 
de garde d'enfants et un travail rémunéré. C'est une solution; pour d'autres, la division suivra des
 lignes plus anciennes. Les couples à double revenu pourraient soudainement se retrouver à vivre 
comme leurs grands-parents, une femme au foyer et un soutien de famille. «Mon conjoint est
 médecin au service des urgences et traite activement les patients du coronavirus. Nous venons de 
prendre la décision difficile pour lui d'isoler et de déménager dans notre garage dans un avenir
 prévisible alors qu'il continue de traiter les patients », a écrit l'épidémiologiste de l'Université
 Emory, Rachel Patzer, qui a un bébé de trois semaines et deux jeunes enfants. "Alors que j'essaie 
de faire travailler scolairement mes enfants (seule) avec un nouveau bébé qui hurle si elle n'est pas 
dans les bras, je m'inquiète pour la santé de mon conjoint et de ma famille."

 
Les parents célibataires sont confrontés à des décisions encore plus difficiles: alors que les écoles 
sont fermées, comment jonglent-elles avec les revenus et les soins? Personne ne devrait être 
nostalgique de «l'idéal des années 50» du retour de papa à un dîner fraîchement préparé et à des 
enfants fraîchement lavés, alors que tant de familles en étaient exclues. Et en Grande-Bretagne 
aujourd'hui, un quart des familles sont dirigées par un parent seul, dont plus de 90% sont des 
femmes. Les écoles fermées rendent leur vie encore plus difficile.

 
(…) 

 
La crise du coronavirus sera globale et durable, économique et médicale. Mais cela offre aussi une
 opportunité. Il pourrait s'agir de la première flambée où des différences de genre et de sexe sont 
enregistrées et prises en compte par les chercheurs et les décideurs. Pendant trop longtemps, les 
politiciens ont supposé que les services de garde d'enfants et de soins aux personnes âgées
 pouvaient être «absorbés» par des citoyens privés - principalement des femmes - fournissant 
effectivement une énorme subvention à l'économie rémunérée. Cette pandémie devrait nous 
rappeler l'ampleur réelle de cette distorsion.
 
 Un travail gratuit dans les champs avant de mourir?

 

----------------------------

*

Ameyo Adadevoh, née Ameyo Stella Shade Adadevoh, le 27 octobre 1956, 
morte le 19 août 2014, est une femme médecin nigériane 
qui par son diagnostic et ses décisions, 
a freiné le démarrage d'une épidémie de maladie à virus Ebola dans son pays.

--------------------


 

 

 

 

1 femme sur 2 est toujours privée du droit à disposer de son corps dans 57 pays, selon un rapport de l'ONU

Cela concerne les relations sexuelles,

les recours à la contraception ou encore

 la recherche de soins de santé.

 

Source Le Parisien.

-----------------

Une IST mangeuse de chair en Grande-Bretagne.

Après Le Covid-19, Une IST “Mangeuse De Chair” Inquiète Les Médecins Anglais.
Une infection sexuellement transmissible, pourtant rare, se répand au Royaume-Uni depuis 1 an. On la surnomme l'IST mangeuse de chair. Et non, ce n'est pas une blague.
(…) Cependant, le Royaume-Uni, qui semble lutter plus que les autres pays contre le coronavirus, doit également mener une autre guerre : celle contre la donovanose.

(…) Cette maladie serait plus susceptible de toucher les hommes.

(…) Le Royaume-Uni répertorie seulement 18 cas de cette maladie en 2020. 

(…) Et le meilleur moyen pour lutter contre reste d'utiliser des préservatifs.

 

Femmes indépendantes financièrement

La dérive

Laetitita Ky raconte son histoire.

"Je devais demander la permission quand je devais faire une dépense. J'étais sous contrôle sur beaucoup d'aspects de ma vie, mais le contrôle financier était le plus important. En dépit de tous les efforts que je faisais pour le rendre heureux, ce n'était jamais assez bien. Quelques mois plus tard, il changea de métier et gagna plus d'argent. Il me demande de quitter le mien car il me prenait trop de temps et on ne se voyait plus assez. Il disait qu'il gagnait assez d'argent pour nous deux. J'aimais ce métier plus que tout au monde, mais je ne me voyais pas vivre sans cet homme. Aussi quittai-je mon travail mais cela n'arrangea rien. Il ne me respectait pas et quand je découvris qu'il avait une liaison avec une autre femme, il ne se défendit même pas.

Il me dit que si je ne l'aimais pas, je pouvais partir. Je n'avais plus de travail, il avait mangé toutes mes économies, le dépensant dans des investissements nombreux. Je ne savais où aller si je le quittais.

Ma soeur décida de m'héberger. Je la remercie de m'avoir sauvée. Quand on aime un homme, on peut l'aider financièrement. Mais c'est toxique quand ça sert de contrôle.

Faites une priorité dans vos rêves. Etablissez des liens avec des personnes qui  ne vous empêchent pas d'avancer dans la vie. Ne choisissez pas quelqu'un qui entre en compétition avec vous."

11 21

----------------

 

 

Publié dans Femmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article