Féminicide - 5

Publié le par bmasson-blogpolitique

Lire aussi:

Tony et Liliane, brûlés vifs : «Ma mère va vraiment mieux et mon petit frère se bat tous les jours».

Fille et sœur des victimes, Virginie nous a raconté le nouveau quotidien de sa mère et de son petit frère de 8 ans, qui se remettent doucement après la tentative d’assassinat par l’ex-compagnon de Liliane en février dernier.

 

(…) « Elle reprend vie ».

Liliane n'est toutefois pas au bout de sa peine pour retrouver sa meilleure santé. « Elle a toujours beaucoup de douleurs et elle est traumatisée. Elle parle beaucoup du drame, ça lui évite d'y penser quand elle est seule. On l'a souvent par caméra, elle est sous Ventoline pour l'aider à respirer », explique l'étudiante. « Elle reprend vie », s'enthousiasme-t-elle.

NDLR : les pharmacies sont ouvertes, mais ne sont pas des centres sociaux, ni des centres d’accueil pour les femmes victimes de violences. Ouvrez les logements vides ! Ces femmes ont aussi besoin d’argent pour vivre.
Ruth a-t-elle été tuée par son mari à cause du confinement?

Un Britannique de 69 ans est accusé du premier féminicide en confinement. Ruth, 67 ans, aurait été tuée par son mari et le contexte d’isolement est peut-être lié au geste du suspect.

(…) Le couple était marié depuis 45 ans, avait une fille et plusieurs petits-enfants. Le mobile du crime n’a pas été officiellement dévoilé mais d’aucuns accusent déjà les mesures de confinement d’être à l’origine du meurtre. Le suspect, pensionné, a été présenté au juge ce lundi et il comparaîtra une nouvelle fois demain. Il a été placé en détention. 

(…) “Dans la situation actuelle, les victimes disposent de peu de moyens pour faire entendre leur détresse, nous avons donc pensé que les pharmacies pouvaient, exceptionnellement, jouer un rôle et ainsi aider à briser le cycle de la violence”, a souligné Marie Meunier, présidente du CPAS montois.

Landes. Un couple et leur fils de 13 ans découverts morts dans leur maison, la piste du « double assassinat suivi d’un suicide » privilégiée.

Les corps d’un couple de quinquagénaires et de leur fils de 13 ans ont été découverts dans un logement de Saint-Paul-lès-Dax (Landes), mardi 31 mars. Ils auraient été tués par une arme de chasse. À ce stade, la piste d’un infanticide et d’un féminicide, suivi d’un suicide, serait privilégiée.

https://www.ouest-france.fr/nouvelle-aquitaine/landes/landes-un-couple-et-son-fils-de-13-ans-decouverts-morts-dans-leur-maison-la-piste-du-drame-familial-6797237

--------------------------

Mardi 31/03 et Mercredi 01/04, deux femmes ont été tuées par leurs compagnons. Ce sont les 21e et 22e féminicides depuis le début de l'année.

Emmanuel Macron, nous avons besoin de moyens supplémentaires.

 

#NousToutes


-----------------------------

Coronavirus: féminicide de la militante Carlota Isabel Salinas Péres en Colombie.
Carlota Isabel Salinas Péres était la directrice de l’ONG Organisation populaire des femmes (OFP). Elle a été assassinée le 24 mars dans la municipalité de San Pablo, dans le département de Bolivar, en Colombie. Vers 20 heures ce jour-là, des hommes armés sont arrivés chez elle et lui ont tiré dessus. Son compagnon est porté disparu.
(…) Selon plusieurs organisations, Carlota Isabel Salinas Péres a été tuée à cause de son engagement féministe et humanitaire dans le pays. "Nous appelons la communauté internationale à accorder une attention particulière à cette problématique, en exigeant du gouvernement national colombien et des autorités locales du pays qu’elles garantissent la vie et l'intégrité des femmes en tant que sujets politiques et de paix, en tenant compte des obligations découlant de la résolution 1325 du Conseil de sécurité du Les Nations Unies", a écrit l’OFP dans un communiqué annonçant le féminicide.

 

(…) "Les autorités colombiennes ne doivent pas laisser les défenseur·e·s des droits humains subir des attaques et des menaces. L’État se doit de maintenir ses programmes de protection et de développer des stratégies de protection collective pour les communautés à risque, tout en mettant en œuvre des mesures de prévention pour contenir l’épidémie de COVID-19", continue-t-elle.

Féminicide à Tarbes : un homme tue sa compagne et tente de se suicider.

 

Ce mercredi 1er avril les policiers de Tarbes (Hautes-Pyrénées) ont découvert le corps sans vie d'une femme, dans son propre appartement. Elle a succombé aux coups de son compagnon, qui a essayé de mettre fin à ses jours à l'arrivée des forces de l'ordre.

(…) Passif violent.


L'homme qui a tué sa compagne par ses coups, avait des antécédents, remarque le procureur de Tarbes. Il était connu des forces de l'ordre pour avoir violenté son ex épouse.

 

(…) A Villeneuve-Tolosane près de Toulouse, une cellule spéciale de la gendarmerie travaille sur les violences conjugales. Elle s'appelle CeLViC : Cellule de Lutte contre les Violences Conjugales.
 

Cette section de la gendarmerie rappelle que les dérogations sont évidement possible pour aller porter plainte, des relogements sont également mis en place.

Côte d’Ivoire-AIP/ Inter/ L’accusant de lui avoir transmis le coronavirus, un homme tue sa petite amie médecin.

Abidjan, 02 avr (AIP)- Un Italien de 28 ans, Antonio De Pace, étudiant en médecine, a été arrêté jeudi pour le meurtre de sa petite amie médecin, Lorena Quartana, en Sicile (Italie), après l’avoir tué, l’accusant de lui avoir transmis le coronavirus.

(…) «Ce matin, nous nous sommes réveillés avec la nouvelle de cette tragédie. Nous sommes choqués, notre communauté a toujours été à la pointe de la lutte contre les violences de genre, nous avons également mis en place un centre d’écoute. Ceux qui se tachent avec de tels gestes doivent pourrir en prison», a réagi le maire de Furci Siculo, où le drame a eu lieu.

La présidente de la commission Féminicide du Sénat, Valeria Valente, a de son côté dénoncé «un énième féminicide survenu dans un foyer, où la crise du coronavirus nous impose de rester».

https://aip.ci/cote-divoire-aip-inter-laccusant-de-lui-avoir-transmis-le-coronavirus-un-homme-tue-sa-petite-amie-medecin/

-------------------

 

Un homme a tué sa compagne et deux enfants de celle-ci dans la nuit à Carvin (Pas-de-Calais), a-t-on appris de sources concordantes. Un garçon de huit ans, une fille de 16 ans et leur mère de 35 ans ont été tués à l'arme blanche, selon les secours.

 

Âgé d'une quarantaine d'années, l'homme aurait ensuite tenté de se suicider. Il a été transporté à l'hôpital de Lille, mais son pronostic vital n'est pas engagé, a-t-on précisé de source policière.

 

Source AFP


06 04 20

-----------------------

Black-out d’Instagram : quand ONU femmes mobilise l’opinion contre le féminicide.
(…) Cette opération organisée par ONU Femmes France et mis en place par l'agence GloryParis et Hopening souhaite faire inscrire le féminicide dans le code pénal. Une mesure déjà prise dans certains pays comme l’Espagne, mais toujours inexistante en France.
(…) Pour arriver à mettre en lumière ce sujet, ONU Femmes France et ses partenaires agences et médias souhaitent mobiliser l’opinion pour faire pression sur la sphère politique et de la magistrature.

(…) Pour 0€ :

  • 4 millions de vues sur Instagram
  • Plus de 6.5 millions de reach total et autant de gens favorables à l’opération
  • 500 000 interactions en quelques jours
  • Un taux d’engagement 5 fois supérieur aux taux constatés sur les réseaux sociaux
Algérie : Les viols, violences et féminicides explosent pendant le confinement.

Le confinement est particulièrement difficile pour les femmes victimes de violences conjugales et enfermées avec leurs bourreaux. Les associations féministes en Algérie tirent la sonnette d’alarme et préviennent que la période de dé-confinement sera terrible.

(…) 11 féminicides enregistrés en Algérie depuis le début de l’année.

(…) « Tu es femme, tu es coupable ! »

 

(…) Les féministes s’insurgent contre la banalisation des viols conjugaux.

(…) « Tu es femme, tu es objet ». Il existe une certaine appartenance perverse derrière « tu es Ma femme, tu es Ma propriété », que certains hommes utilisent

(…) Se retrouvant bridées avec leurs agresseurs, les femmes se sont tournées vers l’écriture afin d’envoyer des messages de détresse sans pour autant attirer le courroux de leurs bourreaux.
(…) Selon elle, les services de l’ordre doivent lever le confinement dans les cas de mise en danger de la personne humaine.

« Dans le cas de féminicide, reconnaître une "faute lourde" de l’État est un verdict très important. Il montre que les décisions de justice ne sont pas appliquées. On le crie depuis longtemps et on n'oubliera pas qu'on peut porter cela en justice. »

 

Collectif Droit des Femmes

---------------------

 

Condamnation de l’État pour "faute lourde" après un féminicide : "Un acte constructeur" pour la protection des femmes, réagit l'avocate de la sœur de la victime.

En période de confinement, Isabelle Steyer estime que cette "décision fait encore plus sens puisqu'il faut encore plus entendre et aider les femmes victimes de violences conjugales "et surtout appliquer le droit."

(…) Mais concernant la cause des femmes, c'est une belle victoire puisque ce que souhaitait Cathy, qui était la sœur de la victime et la fille des victimes, était de faire en sorte que la voix des femmes soit entendue dans les commissariats et qu'elle soit relayée plus tard par les procureurs et les magistrats. C'était lancer un avertissement.

(…) Il faut dire par là que les femmes doivent être absolument entendues, comprises et protégées. La protection des femmes doit être une priorité, au même titre que la présomption d'innocence des prévenus.

(…) Si on ne bouscule pas l'ordre établi, on ne gagnera pas. Il faut pousser beaucoup plus fort les textes, les interprétations, les murs, pour faire en sorte que la parole des femmes soit entendue, soit construite, soit relayée et qu'elles soient protégées.

Justice.

L'Etat a été condamné pour «faute lourde» à verser 100 000 euros de dommages et intérêts à la famille d'Isabelle Thomas, assassinée en 2014 à Grande-Synthe dans le Nord par son ex-compagnon contre lequel elle avait porté plainte, a appris l'AFP lundi de source judiciaire. Le tribunal judiciaire de Paris a estimé qu'une «faute» des services de police a mis «en position» l'ex-compagnon de la victime, abattue avec ses parents lors d'une course-poursuite en voiture le 4 août 2014, «de commettre les trois assassinats».

Libération

---------------------------

 

Coronavirus : libéré en janvier, l'auteur d'un féminicide sera rejugé à Montpellier début juillet.
(…) Sa remise en liberté, symbole d’une justice criminelle totalement saturée à Montpellier, avait provoqué en janvier un tollé dans toute la France. Ramon Cortes, qui avait tué Rosine Roig, la mère de ses trois enfants en 2013 à Céret, sera finalement jugé en appel par la cour d’assises de l’Hérault du 6 au 10 juillet prochain.

Samedi 25 avril à Eswars (59) une femme de 31 ans a été tuée par son compagnon. Il s'agit du 29ème féminicides de l'année.

Emmanuel Macron, la grande cause de votre quinquennat n'est-elle plus d'actualité ?

 

#NousToutes

----------------

Dans la nuit de lundi à mardi 28 avril, un homme de 39 ans a mortellement renversé sa compagne, âgée de 33 ans, sur une route de Saint-Martin-la-Méanne (Corrèze). Mis en examen ce mercredi, l'homme plaide l'accident, mais les constatations pointent vers l'homicide volontaire.

Aucune trace de freinage, un corps traîné sur plusieurs mètres. Dans la nuit de lundi à mardi 28 avril, un homme de 39 ans a mortellement renversé sa compagne, âgée de 33 ans, sur une route départementale de Saint-Martin-la-Méanne, dans l'Est de la Corrèze, a d'abord rapporté La Montagne.

(…) Selon le collectif "Féminicides par compagnons ou ex", si ce féminicide était avéré, il s'agirait du 31e cas de féminicide depuis le début de l'année 2020, en France.

NDLR : je privilégie le décompte des féministes, bien entendu.

Nord : une femme retrouvée morte dans une poubelle, son compagnon en garde à vue.
Ce mardi 5 mai, les sapeurs-pompiers et la police de Lourches (Nord), ont remonté à la corde le corps sans vie d'une femme retrouvée au fond d'un contenant, près d'un terril. Quelques heures plus tard, son compagnon a été placé en garde à vue.
(…) Selon le décompte du groupe Facebook Féminicides par compagnons ou ex, il s'agirait du trente-deuxième féminicide en France, depuis le début de l'année 2020. L'AFP a recensé quant à elle 21 féminicides présumés depuis le 1er janvier. Le chiffre diffère car l'AFP n'intègre pas à la liste les cas jugés trop récents et/ou dits "complexes" pour être comptabilisés dans les féminicides à ce stade de l'enquête. 
Les féminicides constituent un réel problème de société aujourd’hui en France. Mais qu’en est-il des autres pays européens comme l’Allemagne ou l’Espagne?

Qu’est-ce qu’un féminicide?

(…) « Bien que le gouvernement français se soit récemment engagé à lancer le Grenelle des violences conjugales pour lutter contre les violences faites aux femmes, le terme “féminicide” n’a toujours pas réussi à trouver sa place dans le Code pénal » souligne l’ONU. Le terme semble commencer à trouver sa place dans le langage courant, notamment dans les milieux étudiants. En revanche, les médias semblent toujours préférer l’expression de « crime passionnel ». Malheureusement, cette expression romantise l’acte.

(…) L’Allemagne, pays européen aux chiffres effrayants.

(…) L’Allemagne est le pays européen avec le taux le plus élevé de meurtres de femmes, juste devant la France. Le terme « femizid », traduction littérale de « féminicide », est néanmoins de plus en plus utilisé dans les médias allemands.

(…) La question des féminicides en Espagne et le cas d’Ana Orantes

Un pays dont le nombre de féminicides a eu une évolution positive est l’Espagne. Ce pays est considéré comme un pionnier de la lutte contre les violences faites aux femmes.

Sept rassemblements contre le féminicide d'Anglet ce lundi.

(…) Plusieurs rassemblements ont lieu simultanément à Bayonne, Anglet, Hendaye, Cambo, Hasparren, Saint-Jean-Pied-de-Port et Saint-Etienne-de-Baïgorry ce soir. Etant donné le contexte sanitaire et les consignes, les rassemblements seront organisés par petits groupes de maximum dix personnes.

Un nouveau féminicide endeuille l’Algérie en plein Ramadan.
La ville d’Oran, au nord-ouest de l’Algérie, a été endeuillée par un horrible féminicide dimanche 10 mai. Un homme a froidement assassiné sa jeune épouse dans leur domicile conjugal, situé dans le quartier Salam. Le meurtrier a porté plusieurs coups de tournevis à sa femme et mère de son enfant, indique le journal arabophone Ennahar.
Grèce
Féminicide: prison à vie pour deux jeunes.

En 2018, une étudiante de 19 ans avait été violée puis abattue sur l’île de Rhodes, choquant le pays. Les agresseurs ont été condamnés à l’unanimité.

(…) Mais le verdict vendredi a été accueilli par une salve d'applaudissements par la salle d'audience et devant le tribunal. La procureure Aristotelia Doga, qui avait requis la condamnation des accusés, les a qualifié de «monstres» et de «sujets misérables».

 

https://www.tdg.ch/feminicide-prison-a-vie-pour-deux-jeunes-542527117115

----------------

Israël

Un homme inculpé pour avoir assassiné son épouse devant ses enfants.

Alaza Mandparo a poignardé son épouse à plusieurs reprises à Holon, le 28 avril, quelques semaines après sa libération pour des violences conjugales antérieures.

(…) Les deux enfants du couple, âgés de 6 ans et 14 ans, se trouvaient dans l’habitation au moment du meurtre.

L’acte d’inculpation établit que Mandparo avait agressé et menacé de tuer son épouse à de nombreuses occasions ces dernières années.

(…) Au mois d’octobre dernier, le ministère des Affaires sociales a émis un rapport sur les violences conjugales réalisé en 2018 qui a révélé une recrudescence du nombre de cas rapportés.

Selon le ministère, le nombre de femmes appelant sa ligne d’urgence concernant les violences conjugales a augmenté de 160 % entre 2014 et 2018 et plus de 6 000 victimes ont été prises en charge au niveau médical l’année dernière.

En 2018, 1 219 femmes ont appelé la hotline pour faire part de violences conjugales.

https://fr.timesofisrael.com/un-homme-inculpe-pour-avoir-assassine-son-epouse-devant-ses-enfants/

-------------------------

NDLR : en Suisse, ils utilisent encore l’expression « un drame familial »…

Un drame familial fait deux morts à Olten.

Un sexagénaire de nationalité allemande est suspecté d’avoir tué sa femme avant de mettre fin à ses jours, samedi à Wangen bei Olten (SO).

(…) Selon les premiers éléments de l'enquête, l'homme aurait tué sa femme avant de se faire justice.

Féminicide, remontada, black bloc… Ces mots qui font leur entrée dans le dictionnaire.
150 nouveaux mots vont figurer dans l’édition 2021 du Petit Larousse à partir du mois de juin. 
(…) Parmi eux, le terme "féminicide" très utilisé dans les médias. Il aura pour définition "le meurtre d’une femme ou d’une jeune fille, en raison de son appartenance au sexe féminin".
"Je ne voudrais pas que cela soit le prélude d’un féminicide": Un jeune harceleur de 19 ans surveillé par la justice.

Dorian, 19 ans, se présente en short et en baskets devant le tribunal correctionnel. Il répond avec une certaine désinvolture aux questions d’Alain Chemama, président de l’audience correctionnelle.

(…) "Tant que je ne serai pas en prison, je ne te lâcherai pas", avertissait le jeune homme.

 
Nantes : une femme retrouvée morte sur sa terrasse, son compagnon mis en examen.
Le weekend dernier, le corps d'une femme de 55 ans a été retrouvé par la police, sur la terrasse de son appartement, à Saint-Herblain (Loire-Atlantique). Sur place se trouvait son compagnon, ivre. Ce mardi, il a été mis en examen pour meurtre. Elle pourrait être morte depuis plusieurs mois.
(…) Si le féminicide est avéré, il s'agirait du 34e féminicide en France depuis le début de l'année 2020, selon le décompte du collectif Féminicides par compagnons ou ex.

Bonjour F3Centre, un meurtre n’est pas un « drame conjugal ». C’est un meurtre. Ou un crime. Ou un féminicide. Ce ne sont pas les mots qui manquent.

 

NDLR : regardez dans le dictionnaire. Le mot « féminicide » existe !

--------------------

 

Indre-et-Loire : un octogénaire avoue avoir tué sa femme gravement malade.

L’épouse sortait tout juste d’une longue hospitalisation. Le mari a expliqué qu’il ne supportait plus leur situation et qu’il aurait tenté de mettre fin aussi à ses jours.

S'agit-il du 35e féminicide de l'année 2020 ? Ou d'un drame de la fin de vie ? C'est ce que l'enquête devra déterminer après la mort, dimanche matin, d'une femme de 84 ans, à Francueil, près d'Amboise (Indre-et-Loire). Les gendarmes ont découvert son corps chez elle vers 8h30. Son mari, âgé de 86 ans, est soupçonné de l'avoir tuée.

Féminicide des Vosges : « Il va recommencer », répétaient les proches de la première victime.

Les sœurs d’une étudiante de 20 ans tuée par son compagnon en 2003 à Nancy ont toujours affirmé que Joss Gaye récidiverait. Il a étranglé une femme dans les Vosges début mai, sept mois après sa libération.

(…) « Il a prétendu que sa compagne s'était suicidée ou qu'il l'avait aidée à s'étrangler, par amour, à sa demande. Ce n'est qu'au cours de son procès d'assises qu'il a véritablement avoué les faits », poursuit Me Welzer.

 

(…) À l'époque, Joss Gaye, qui s'était enfui après le crime, avait poussé la perversité à expliquer l'absence soudaine de l'étudiante, en affirmant à une voisine qu'elle allait bien ou en écrivant à ses proches pour les rassurer.

 

Iran: Tollé après un infanticide et féminicide aux relents de « crime d’honneur ».

La loi du talion qui prévaut en Iran pour les meurtres ne s'applique pas aux infanticides lorsqu'ils sont commis par le père de la victime

(…) Selon certains médias, la jeune fille a déclaré au juge, après son interpellation, qu’elle ne voulait pas rentrer chez elle, disant craindre pour sa vie.

« Ce qui indigne l’opinion publique (le plus dans cette affaire), c’est la peine encourue par l’assassin », écrit Ebtekar.

À Pornic, une femme tuée par balle, son compagnon retrouvé pendu.

Une enquête pour meurtre a été ouverte à la suite de la découverte de deux corps, ceux d'une femme et d'un homme, au Bois Macé, à Pornic, mardi 26 mai.

 

(…) Un coup de feu, une plaie au thorax.

La femme aurait été tuée par un fusil de chasse, selon la procureure de Saint-Nazaire, Sylvie Canovas-Lagarde. Son corps présentait « une plaie au niveau du thorax ». Elle serait décédée à la suite de l’unique coup de feu qui a été tiré.

Prolonger de 2 mois encore l'ordonnance de protection c'est indispensable. Et tout cela doit devenir définitif. Partagez en masse que cet amendement soit voté jeudi 29 mai au Sénat.

On arrête toutes

 

-----

Après un an d'enquête sur les féminicides, «Le Monde» sort un documentaire sur France 2.

(…) «Crime de propriété»

«Le féminicide n'est exercé ni par l'amour ni par la folie, c'est un crime de propriété», raconte Laetitia Casta, qui double le documentaire, dans les premières minutes.

(…) Contrôle absolu du conjoint, anéantissement des victimes, failles du système judiciaire, défaut de prise en charge des auteurs, le documentaire décortique la mécanique des homicides conjugaux par le biais de ces cinq meurtres, de l'Alsace à la Sarthe en passant par les États-Unis et l'Arménie.

(…) «L’idée est aussi de dire que derrière un homme qui tue sa femme, c'est toute la société qui n'a pas réussi à l’empêcher et qu'on est tous un peu responsables collectivement», souligne la réalisatrice.

Le meurtre de Lapte au coeur d'un documentaire inédit sur les féminicides.

Mardi soir, France 2 consacre une soirée spéciale aux féminicides. Le meurtre de Lapte de novembre 2018 fait partie des cinq histoires développées dans ce documentaire inédit.

(…) Cinq cas emblématiques.

Ce documentaire analyse cinq cas emblématiques de féminicides. A travers les témoignages de l’entourage des victimes, mais aussi des institutions, il retrace l’évolution de la relation amoureuse de la rencontre jusqu’au meurtre. Ce film pointe ce qui aurait dû être vu. Il alerte sur l’aveuglement collectif de notre société.

 
NDLR : #NousToutes espère encore que Marlène Schiappa va accorder des moyens supplémentaires pour la cause des femmes lors de cette émission télévisuelle. Si elle avait eu à le faire, son Grenelle l’aurait fait. Les libéraux utilisent des femmes dans la politique comme faire-valoir. Mais ils n’envisagent pas un instant de dépenser leur argent pour des causes humaines, encore moins pour les femmes. Seule la lutte leur arrachera le moindre centime supplémentaire.
«Féminicides, mécanique d'un crime annoncé».

J’ai lu le supplément du Monde consacré aux féminicides. Un travail impressionnant et d’utilité publique.

(…) Un des éléments qui interpelle dans ce (très bon) supplément, c’est à la fois l’effort des journalistes pour utiliser les bons mots « féminicide », « meurtre », « proie », « crime » et, en même temps, le fait qu’il y ait encore des mots qui ne sont pas à leur place.

Par exemple, parler de « sexe » lorsqu’on parle d’un viol conjugal. Parler de « phénomène » pour parler des violences, comme si elles relevaient du para-normal, d’un fait qu’on ne pourrait pas contrôler.

Il y a aussi tous les témoignages des hommes violents qui disent qu’ils « aiment » la victime et qui ne sont pas toujours suivi d’une analyse critique. Ces relations n’ont rien à voir avec de l’amour. Rien. Je pense qu’il serait utile de le rappeler systématiquement.

NDLR : je ne sais plus qui a dit dernièrement que c’est dans la tendresse qu’il n’y a pas de rapport de domination. Au contraire, les hommes dominateurs utilisent dans un premier temps la tendresse pour obtenir ce qu’ils veulent des femmes (il n’y a qu’à penser aux maquereaux qui attachent leur proie par les sentiments pour les mettre au travail ensuite). Et si ça ne suffit pas, ils utilisent la force. Le but est de faire faire aux femmes ce que, eux, ne veulent pas faire.

Algérie

Des chiffres ahurissants depuis le début de l’année
Hausse alarmante des violences faites aux femmes.

La Covid-19 (on peut aussi dire LE COVID, NDLR)  et les polémiques qui occupent les réseaux sociaux et les médias lourds n’ont pas réussi à étouffer le phénomène de féminicide qui s’empare lui aussi de la Toile à cause des chiffres macabres enregistrés depuis le début de l’année, et les dernières nouvelles d’assassinats qui nous viennent de Tébessa.

(…) Le confinement est une violence en soi et provoque des comportements violents chez les hommes prédisposés.»

(…) «Les moyens et les dispositifs pour protéger les femmes n’existent pas. Même le numéro vert dédié à ce problème ne fonctionne pas», s’insurge Amel Hadjadj, qui souligne que l’action solidaire, qu’elle mène avec son réseau pour répondre aux appels de détresse et mettre à l’abri des femmes qui fuient la violence, est perturbée à cause du confinement et l’incapacité de ces victimes de se déplacer. En 2012, on a compté environ 300 femmes assassinées en Algérie.

(…) «Les Tunisiennes l’ont fait après nous et l’ont obtenue, pourquoi pas les Algériennes, d’autant qu’elles se sont battues pour ça ?

Il faut criminaliser le discours sexiste qu’il soit religieux, politique ou administratif, parce que c’est le discours qui pousse à la haine contre la femme.

On a massacré la statue de Aïn El Fouara parce qu’elle représente une femme, idem pour la fresque qui vient d’être saccagée à Alger et dont l’auteur du saccage a bizarrement été innocenté !

Il faut d’abord médiatiser toutes les violences que subissent les femmes algériennes, et surtout, on doit parler de féminicide parce que la femme est brutalisée et tuée pour ce qu’elle est», conclut-elle. 

NDLR : le mot « exécutées » est fort !

Télévision. Décortiquer le féminicide pour mieux le comprendre.

Lorraine de Foucher se penche sur cinq meurtres de femmes. Et en tire des conclusions qui font avancer le débat. Un documentaire magistral.

Elles ont été exécutées. Sans aucune ambiguïté, sans aucune possibilité de s’échapper, non plus.

(…) Laetitia a été lardée de coups de couteau par son ex-mari, en revenant de l’école où elle venait de déposer ses enfants. Il avait passé la nuit à l’observer, du jardin. Et des années à la priver de liberté, en la tabassant au passage. Sylvia, qui partageait un élevage avec son ex-mari, avait déjà été menacée. On ne sait exactement ce qu’il s’est passé, mais il a précipité le corps de sa femme, sans doute vivante, du haut d’un barrage. Et il est reparti, tranquille.

(…)  Culturellement, nous revenons de loin, tant nous avons romantisé l’amour, la passion et tous ses corollaires toxiques, comme la fusion. Aimer n’est pas posséder… À chaque féminicide, les femmes victimes de violences ont un peu plus peur, et ne peuvent fuir. De peur de mourir, à leur tour. À ce niveau, dit Lorraine de Foucher, le problème n’est donc plus du domaine de l’intime. Il est politique et doit être traité comme tel.

« Féminicides » sur France 2 : « Il y a encore cette idée que c’est une affaire de femmes », juge sa réalisatrice.

DOCUMENTAIRE Le documentaire « Féminicides », qui raconte un an d’enquête du journal « Le Monde » sur ces meurtres conjugaux, est diffusé ce mardi sur France 2 lors d’une soirée spéciale

  • Le documentaire ​Féminicides explore cinq cas emblématiques de femmes tuées par leur conjoint ou ex-conjoint.
  • « Chacun des cas choisis raconte un pan différent du féminicide », explique à 20 Minutes son autrice et réalisatrice, Lorraine de Foucher.

(…) Elle bénéficie de toute la chaîne de protection et pourtant elle meurt quand même, parce que tant qu’on ne fait rien pour les auteurs, on ne pourra pas empêcher les féminicides de survenir.

 

Les réactions après le visionnage du reportage:

 

 

"Derrière un homme qui tue sa femme c'est toute la société qui est en échec" dit Lorraine de Foucher, journaliste au journal « le monde » et réalisatrice du documentaire.

 

Le plus grand facteur de létalité c'est pas les coups, c'est le contrôle" dit Luc Frémiot.

 

Vous êtes nombreux et nombreuses à nous demander pourquoi aucune association féministe n'est invitée par France tele pour échanger avec Marlène Schiappa.

NousToutes

NDLR : ça doit être à la demande de la secrétaire d’Etat…

 

Les mécanisme des violences.

NDLR: je rajouterai qu'il y a beaucoup de complicité et j'ai vu que les hommes se serrent les coudes pour faire rentrer dans le troupeau des femmes soumises celle qui ose sortir la tête de l'eau. Ils n'aiment pas du tout la rébellion.

 

 

 

Je fais le pari que Marlène Schiappa n'annoncera rien de sérieux, ni ne donnera d'argent supplémentaire.

L'ouverture d'une nouvelle ligne téléphonique?

-------------------

 

 

Les réseaux sociaux sont devenus une plaie pour les femmes harcelées. Ils continuent  de scruter leur victime et de se faire remarquer par elle, quand ils s'aperçoivent qu'une femme a tourné la page.

Ca les énerve. Les hommes ont un orgueil mal placé et souvent pervers.

------------------

Publié dans Femmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article