Devant le commissariat de police du Havre.

Publié le par bmasson-blogpolitique

Devant le commissariat de police du Havre.

Agnès Firmin-Le Bodo, la deuxième de la liste d’Edouard Philippe, a déposé plainte contre des militants de la CGT.

 

« Il faut qu’ils cessent la répression Syndicale.

On va faire une pause et on va se faire entendre. »

« Libérez nos camarades ! »

Devant le commissariat de police du Havre. 2

« Police partout !

Justice nulle part. »

 

----------------------------------

En soutien aux 3 camarades qui ont manifesté contre le 49.3 dimanche et en garde a vue, rendez-vous devant le commissariat de police du Havre a 14h le 3 mars 2020, 

information à partager amplement.

 

-------------------------

Garde à vue, qui a commencé depuis hier matin, pour 2 copains et, depuis ce matin, pour un autre suite au dépôt de plainte diffamatoire de la députée Firmin Le Bodo pour menaces de mort (!?) et chahutage. Des témoins du lieu de l'évènement ont confirmé les propos des interpellés. En France, et cet exemple le démontre encore, la justice objective n'existe plus, il faut taire les voix discordantes qui s'élèvent.

Sylvain
Secrétaire de l'UL CGT d'Harfleur

 

---------------------------------

 

NDLR- 2 remarques :

1 – La droite locale ne s’attaque ni aux Verts- écolos ni à la CFDT. Ils choisissent la CGT et le PCF comme ennemis de classe. C’est tout à leur honneur !

 

2 – Edouard Philippe a surestimé sa force et du coup sous-estimé la capacité de résistance dans la durée de ses opposants.

La campagne locale au Havre ne se passant pas comme il l’avait rêvée, il s’énerve et ses acolytes aussi. Ils imaginaient que la colère se calmerait et qu’ils pourraient faire comme si rien ne s’était passé…


 

------------------------------------

 

Au Havre, au final l'un ressort avec un contrôle judiciaire, l'autre est placé en mandat de dépôt.

Ils servent d’exemple.

Une audience est prévue le 30 mars.

Le responsable du PCF local a été également convoqué au commissariat pour "affichage sauvage".

L’ambiance est tendue. La bourgeoisie  va se venger des derniers mois passés pour la lutte pour les retraites. Ils pleurent sur le manque à gagner des journées de grève.

Et ce n’est pas fini !


----------------------

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article