Manifestation anti retraite à Macron. Le Havre - 14 01 20 - Les propositions pour les femmes sont décortiquées

Publié le par bmasson-blogpolitique

Manifestation anti retraite à Macron.

Le Havre

2020-01-14

 

Quelle démonstration de force !

Ca a été une manifestation à « surprises ».

Trois points de rendez-vous :

Le départ devant Franklin.

La CGT : «  Il faut fermer les entreprises. » C’est une femme haute en couleur et en voix qui ne mâche pas ses mots sur cette p… de réforme !

 

"Exigeons le retrait de cette réforme anti-sociale. Les actionnaires s'enrichissent sur notre dos. "

Tous les syndicats sont là : Solidaires, FO, Snuipp, FSU, CGT éduc, etc.

 

 

 

"En fermant les usines, on va pouvoir négocier le retrait de cette p... de réforme!"

Le PCF est bien représenté. Les drapeaux flottent au vent et sous la pluie.

 

 

"Nous aurons raison! Il faut fermer les boîtes, les ateliers, les bureaux, les entreprises, les magasins."

 

C'est la jonction des deux manifestations devant la gare.

Puis devant la gare, les grévistes d’Harfleur-Gonfreville attendaient pour rejoindre le cortège.

 

 

Echauffement de la troupe musicale des dockers. Les tambours sont encore endormis!

 

Et devant le bassin Vauban, les dockers et les portuaires attendaient et regardaient le cortège passer. Ils se dissémineront dans la manifestation.

 

 

"Pan, pan pan, ton Macron, t'auras ta retraite Si tu pan pas l'Macron, t'auras pas ton pognon!'

 

Les dockers et les portuaires rejoignent la manifestation.

 

Nathalie Nail

--------------------------

Plus loin, les abeilles vont faire sonner la sirène de leur bateau en hommage aux manifestants. Ils font entendre avec vigueur leur solidarité.

 

 

 

 

 

 

Les abeilles participent à leur manière. La sirène va saluer le cortège de manifestants.

Ca porte loin une sirène d'abeille!

Il y a de la solidarité et ça fait chaud au coeur. Le son va résonner le temps de la manifestation.

 

 

« Le temps est pourri, Macron aussi ! » entend-on dans une sono tenue par une femme. Les femmes sont là aussi, car le monde portuaire est particulièrement masculin…Elles sont où les dockeuses ?

 

 

 

"Donnez au comité de soutien CGT pour indemniser les grévistes si vous ne faites pas grève!"

« Si vous ne faites pas grève, donnez à la caisse de solidarité de la CGT. »

 

-----------------------------

L'odyssée d'une incomprise.

Liberté de:

croire

dire

penser

manifester

 

Stop au quinquennat de la honte.
La France low cost (grrr! encore de l'anglais!)
------------------------------

Les pompiers attendaient. Nous les rejoignons. A nouveau, c'est un concert de sirènes.

 

 

 

Et arrivés sur la place de l’Hôtel de Ville, les pompiers en nombre, avec la grande échelle, klaxonnent et prennent la tête du cortège.

« La rue est à nous, prenez toute la place sur le boulevard ! » OK !

 

Personne devant le Palais de Justice. Les avocat-e-s doivent manifester leur mécontentement dans un autre endroit.

 

L'arrivée devant la Sous-Préfecture.

----------------------------

"Elus, entendez-nous!"

C'est vraiment LE problème: se faire entendre...

-----------------------------

Le trottoir de la sous-préfecture va copieusement être arrosé de neige. C'est la neige blanche de la colère noire!

Les pompiers vont copieusement arroser le bâtiment de la sous-préfecture pour montrer leur colère.

 

Les pompiers s'en donnent à coeur joie. Il va être propre ce trottoir de la sous-préfecture!

 

 Les pompiers d'Elbeuf.

 

Le temps d'un instant, Le Havre s'est transformé en station de ski avec la neige des pompiers en colère devant la sous-préfecture.

 

Beaucoup de manifestants ont dit merci aux pompiers. La sous-préfecture est le lieu emblématique du pouvoir et le relais des ordres de Macron.

 

Puis c’est la dislocation dans le calme et la tranquillité. Et oui, Macron, les manifestant-e-s ne sont pas des voyou-te-s.

 

-----------------------------

 

Jean-Pierre Rioual arbore le badge de Jean-Paul Lecoq pour les municipales de mars.

Une femme avec qui j'ai discuté me disait qu'il fallait qu'Edouard Philippe se présente pour qu'il se prenne sa veste, contrairement à mon opinion. Je pense qu'il va hésiter à se présenter au Havre, vu la contestation de sa politique. Elle, elle votera et fera voter pour Jean-Paul Lecoq.

----------------------------------

Lire aussi:

"Nous demandons le retrait de la réforme Macron. Il n'y a pas d'autre revendication à avoir."

Fabien Roussel

 

---------------------------

Avocats en grève.

----------------------------

Avocats, profs, médecins, en colère.

A quand les policiers pour faire tomber ce pouvoir ?

NDLR: ils ont gardé leur retraite d'avant. pourquoi ils bougeraient?

------------------------

 

La CFDT bascule dans le camp néo libéral.

-------------------------------

La CGC en grève 16 janvier .

Retrait du projet.

-----------------------------

La CGT à Castorama : retrait !

----------------------------

En grève et en action, on va gagner

14, 15, 16 janvier 2020

-----------------------------

Réponse à Franck Riester

"Vous avez trop cogné pour que ça cesse!"

 

--------------------------------

Grève à Pontivy en Bretagne

16 01 2020

-----------------------------

Le Havre et Rouen : ports bloqués pour 3 jours.

-----------------------------

 

 

L'exemplarité n'est pas du côté de Macron.

-----------------------------

Le lycée Diderot à Marseille est bloqué.

----------------------------

Macron et les idiots ou crétins.

Qui l'est le plus ?

----------------------------

 

Le pompier blessé par un tir de LBD : deux mois de suspension par sa hiérarchie.

NDLR: m'étonne pas!

-----------------------------

 

Ports en grève.

Ils sont 7 :

Dunkerque

Nantes Saint-Nazaire

La Rochelle

Bordeaux

Marseille

Rouen

Le Havre

 

---------

 

Les sénateurs PCF alertent sur les conséquences de la  procédure accélérée voulue par le gouvernement.

 

-----------------------------

 

Les profs en colère

Ils jettent des livres sur les grilles du rectorat à Clermont-Ferrand.

-----------------------------

 

Le mot "provisoire" est décliné de plusieurs manières:

 

Provisoire bilan du macronisme.

NDLR: En effet, il manque les trois morts: Zineb, Steve et  Cédric Chouviat....

 

-----------------------------

 

Provisoirement, votre vie est en suspens.

NDLR: vous avez de la chance aujourd'hui. Mais, demain qu'en sera-t-il?

-----------------------------

L'Unsa ferroviaire poursuit la grève dans ce mouvement historique.

 

------------------------------

 

Les danseurs du ballet de Nancy rejoignent le rassemblement de luttes.

------------------------------

Il faut savoir retirer une réforme dont personne ne veut 

En réponse à:

il faut savoir arrêter une grève.

----------------------------

Avocats, profs, soignants, tout le monde jette

En même temps, les flics jettent leur grenade! 

Tout va bien en Macronie.

-------------------------------

Edouard Philippe et Laurent Berger vont gueuletonner.

Y aurait-y pas un peu de homard, par hasard?

-----------------------------

Les soudeurs au travail. 

Au centre de tri des déchets d'Ivry.

 

----------------------------

Les métiers d'art.

 

Après la robe des avocats, les sac à dos des profs, aujourd'hui les métiers d'art posent les outils. Ce genre d'images remet bien le travail au coeur, et démontre que la retraite n'est qu'un point de crispation du monde du travail.

--------------------------------

Philippe Martinez

 

« Le texte conforte le projet du gouvernement avec beaucoup de flous. Beaucoup de mesures seront définies par décret. Pour ceux qui approuvent la réforme, c’est comme laisser un chèque en blanc."

 

---------------------------

Violences policières: le problème c'est LAREM.

 

--------------------------

Voeux du directeur de l'hôpital Saint-Louis.

Du jamais vu!

---------------------------

60 % es Français-e-s soutiennent toujours la grève

14 01 20

Harris Interactive.

La lutte continue.

-----------------------------

La BAC bat et frappe  les journalistes étrangers à Toulouse.

------------------------------

Censure

La vidéo montrant les avocats contre la police a entraîné la suspension du compte du diffuseur.

 

-----------------------------

Gréviste, résiste!

Refuse ce monde égoïste!

 

France Gall - Résiste

----------------------------

Léo Purguette

"La Marseillaise"

Contraindre les vieux à travailler plus au détriment de l'emploi des jeunes.

 

--------------------

Macron et Le Pen mélangés.

-----------------------------

Retraite et capitalisation

C'est prévu dans leur loi.

 

-------------

Travailler pendant 40 ans et plus pour un travail qu'on n'aime pas!

Alain Robert à l'assaut de la tour Total à la Défense en solidarité avec les grévistes.

---------------------

« La maternité sera compensée à 100 % »

 

C’est ce qu’a affirmé le Premier ministre le 11 décembre 2019 lors de sa présentation de la réforme au CESE.

Cela suggère un progrès par rapport à aujourd’hui. Le dossier de presse fournit une indication qui reste très succincte : « les périodes de congé maternité donneront lieu à acquisition de points dès le 1er jour d’arrêt sur la base du revenu de l’année précédente ».

 

Sur la base de cette indication, il n’y a aucun progrès par rapport à la prise en compte actuelle de la maternité.

 

Rappelons que le congé maternité est déjà considéré comme un temps de travail effectif : tous les trimestres de congé maternité comptent pour la retraite, de même que les congés d’adoption*. Ils sont validés pour la durée de carrière.

 

Côté rémunération, les congés maternité donnent lieu à des indemnisations journalières (dès le 1er jour) égales, dans le régime général, au gain journalier correspondant aux 3 derniers mois de salaire, si le salaire est réglé mensuellement (majorité des cas).

Lorsque le travail n'est pas continu ou présente un caractère saisonnier – une minorité des cas - l’indemnité journalière correspond à la moyenne des revenus perçus les douze mois précédents. Donc la continuité du salaire est assurée. Les fonctionnaires perçoivent leur rémunération en cours**.

 

Si les années où survient la maternité font partie des 25 meilleures années de salaire, elles sont prises en compte pour calculer le salaire de référence pour la pension. Si elles font partie des mauvaises années, elles sont exclues du calcul : elles ne contribuent évidemment pas à baisser le montant de la pension.

 

On ne voit donc aucun progrès… et peut-être même un recul : car dans le nouveau système, les points seraient acquis sur la base du revenu de l’année précédente, et non sur celui des 3 derniers mois. Or la rémunération moyenne sur la période des 3 derniers mois est souvent plus favorable que sur l’année passée (du fait de la progression de carrière ou de la potentielle revalorisation des salaires).

 

 

 

 

* En application du 1° de l’article L. 351-3 CSS, les périodes assimilées maternité ou adoption sont prises en compte pour la détermination des droits à retraite (taux et durée d’assurance).

 

** Une amélioration est cependant nécessaire, notamment pour les non-statutaires, en ce qui concerne les primes modulables, dont le versement dépend de la collectivité concernée pour la Fonction publique territoriale, ou bien aussi de la décision du chef de service.

 

-----------------------------

Désintox  n°1

 

La communication du gouvernement accumule les mensonges, déformations et amalgames sur le projet de réforme des retraites.

 

20 % des femmes  travaillent jusqu’à 67 ans pour ne pas subir la décote. Dans le futur, elles pourront partir à 64 ans sans décote (G. Darmanin, S. Ndiaye, JP Delevoye)

 

Intox, manipulation et erreurs dans cette affirmation.

 

Tout d’abord, il faut rectifier deux points. 20 % des femmes ne travaillent pas jusqu’à 67 ans, mais simplement attendent l’âge d’annulation de la décote* (voir encadré) pour partir en retraite (c’est-à-dire pour liquider leurs droits et toucher leur première pension). La différence est importante : il ne faut pas confondre l’âge de départ en retraite et l’âge de fin d’emploi. Car la moitié des personnes du régime général qui partent en retraite ne sont déjà plus en emploi : elles se répartissent entre malades, inactives, au chômage ou en invalidité.

 

Ensuite, la statistique utilisée est déformée. En réalité, la formulation exacte (Drees 2019) établit que 19 % des femmes de la génération née en 1950 (et 11 % des hommes) sont parti·es en retraite à l’âge d’annulation de la décote (cette proportion diminue au fil du temps). Or pour la génération 1950, l’âge d’annulation de la décote n’est pas 67 ans, il est encore de 65 ans. Bien sûr, il est plus avantageux pour le gouvernement de faire apparaître une avancée de 3 ans (64 -67 ans) plutôt que d’un an seulement (64-65 ans).

 

* Décote : lorsqu’une personne n’a pas la durée de cotisation nécessaire pour une pension à taux plein, une décote de 5 % par année manquante s’applique sur sa pension. Un moyen de ne pas subir cette décote est d’attendre l’âge d’annulation de la décote. Cet  âge varie entre 65 ans (jusqu’à la génération 1950) et 67 ans (à partir de la génération 1955). La décote est un abattement qui vient en plus du fait que la pension est déjà calculée au prorata de la durée validée rapportée à la durée exigée. C’est un dispositif injuste, instauré en 1993 dans l’objectif de diminuer le montant des pensions. C’est une double pénalisation, qui touche 9 % des femmes et 7 % des hommes.

 

Mais surtout, le point essentiel est le suivant. Si on avançait à 64 ans l’âge d’annulation de la décote dans le système actuel, ce serait favorable pour les personnes qui attendent cet âge et pourraient donc partir plus tôt sans subir d’abattement. Mais cette mesure n’est pas isolée, elle est prévue dans le système par points projeté qui va entrainer une baisse des pensions pour toutes les personnes aux carrières courtes, aux salaires faibles et/ou avec des périodes de temps partiel : car toutes ces mauvaises années compteront dans le calcul de la pension alors que les plus mauvaises en sont exclues actuellement. Or ce sont précisément ces personnes qui sont obligées d’attendre l’âge d’annulation de la décote pour partir en retraite, du fait que leurs carrières heurtées ne leur donnent droit qu’à une faible pension : elles ne peuvent donc pas se permettre de subir en plus une décote. Il faut donc considérer ensemble et comparer l’avantage lié à l’avancée de l’âge d’annulation de la décote, et la baisse de la pension qui découlera du système par points. Des simulations pourraient éclairer le bilan, mais le rapport Delevoye n’en fournit pas. Présenter comme un progrès le fait de pouvoir partir à 64 ans sans décote fait donc abstraction du fait que la pension des femmes concernées sera bien plus faible.

 

Le vrai progrès n’est pas d’avancer l’âge d’annulation de la décote dans un régime par points, mais de supprimer cette décote dans le régime actuel. La décote est une double pénalisation, ce qui est reconnu par JP. Delevoye dans son rapport de juillet 2019 (page 49). Pourtant, sans craindre de se contredire, il propose de l’instaurer entre 62 et 64 ans !

 

Christiane Marty


---------------------------------

Argument du gouvernement :

Le nouveau système garantira un minimum de pension à 85 % du SMIC net, soit 1000 euros par mois

 

Tout d’abord, il faut préciser que ce minimum vaut pour une carrière complète*, comme c’est le cas actuellement, mais cette précision pourtant essentielle est souvent omise… Si la carrière n’est pas complète**, le minimum est proratisé.

 

Ensuite, ce minimum sera accordé à l’âge dit du taux plein, qui serait donc de 64 ans au début de la mise en œuvre du système (et qui ensuite est appelé à augmenter).  C’est-à-dire deux ans plus tard que la disposition de minimum actuel, qui est ouvert à l’âge légal de départ de 62 ans.

 

Toute augmentation du minimum de retraite est évidemment bienvenue : mais ce minimum de 85 % du SMIC net pour une carrière complète devrait déjà être une réalité depuis 2008 ! En effet, cet engagement faisait l’objet de l’article 4 de la loi de 2003 (réforme Fillon), il devait être effectif à partir de 2008. Ce qui n’a jamais été respecté, en dépit de la loi votée. Pourquoi alors la répétition de cette promesse serait-elle plus crédible aujourd’hui ?

Pas besoin de changer de système pour respecter la loi de 2003 et mettre en œuvre immédiatement cette augmentation de minimum.

 

Remarque : les femmes ayant en moyenne des pensions plus faibles que les hommes, elles sont plus concernées par toute augmentation du minimum. Ce que la communication gouvernementale traduit en présentant comme un progrès le fait que « davantage de femmes seront rattrapées par ce dispositif » (page 116 du rapport Delevoye). On peut au contraire penser que le progrès serait que davantage de femmes - et d’hommes - puissent se constituer des droits à une pension suffisante qui les situent au-dessus du minimum de pension !

 

Christiane Marty

 

 

 

* La carrière complète est actuellement définie à 43 annuités à partir de la génération née en 1973. Il est envisagé de continuer à augmenter cette durée en lien avec l’augmentation de l’espérance de vie…

 

** Pour toutes les personnes dont la carrière est incomplète, le minimum de pension est proratisé. Les femmes ont plus souvent que les hommes des carrières incomplètes. Pour la génération née en 1950, maintenant en retraite, les données établissent que c’est le cas de 40 % des femmes et de 25 % des hommes (Drees 2019).

 

----------------------------

On Arrête Toutes

Tract sur la grève et la réforme des retraites.

-

 Le Havre, pont 7 bis bloqué.

 

Allez, j'y vais de mon petit commentaire de la journée. Une dame plus âgée que moi me disait aujourd'hui que nos dirigeants nous emmerdaient. Elle pense qu'Edouard Philippe s'est  pris la grosse tête depuis qu'il a quitté Le Havre et qu'il est devenu facho. Il devrait retirer sa réforme. Elle a terminé aussi en disant que ça allait mal finir (sans préciser plus que cela car nous n'avons pas pu terminer notre conversation dans le bus).

Hypothèse: encore des morts côté manifestant-e-s? 

 

---------------------------

Un député LREM  à Paris, Pacôme Rupin, a connu ses voeux perturbés par des manifestants qui chantaient au rythme des casseroles.

------

250 profs de Paris ont envahi le rectorat.

--------------------------

Elsa Faucillon :

Macron, jetez votre réforme 

 

NDLR: C'est la mode de jeter en ce moment!

----------------------------

 

Macron explique comment être journaliste.

Le PCF explique à Macron comment être président quand le peuple rejette une réforme.

------------------------------

Les féministes en  manif à Paris le 16 01 2020.

-----------------------

Brigitte Macron:

"Avez-vous jeté votre vêtement de travail pour protester contre mon époux?"

 

-------------------------

La police scientifique jette les symboles de sa fonction pour réclamer une bonne retraite, comme leurs collègues.

------------------------

PCF

"Foutage de gueule" 

Un simulateur de retraite 6 mois après le vote de la loi.

 

NDLR: mais il est pas bon celui qu'ils nous ont mis sous le nez alors?

----------------------------

PCF 

Le tract pour la manif du 16 01 2020.

-----------------------------

 

Les profs de l'académie de Reims dansent contre la réforme.

---------------------------

Ambroise Croizat a permis à des millions de travailleurs de ne plus avoir peur de la maladie et de la vieillesse.

------------------------

"Le Point" fait le point sur  la CGT.

 

Macron et Pinault s'énervent.

 

La CGT nous a été présentée comme "morte", "à bout de souffle", en "voie d'extinction".

Pas de chance!

 

-----------------------------

Retraite 

"La Marseillaise"

La jeunesse sera-t-elle au rendez-vous ?

 

NDLR: il faut se bouger, là, maintenant. Ca presse!

-----------------------------

Soutien espagnol:

"La France apprend au monde à protester (résister) depuis 1789."

-----------------------------

Les  nuits des lumières se poursuivent:

Nantes

Dijon

Créteil

Bordeaux

Limoges

Chambéry

 

Nuit des avocats avec l'occupation de Bobigny.

 

------------------------

Retraites, l’Assemblée nationale se prépare à une bataille de procédure.

Le dossier des retraites sera au cœur d’un séminaire du gouvernement, mercredi 15 janvier. L’agenda de la discussion du projet de loi au Parlement suscite la colère de l’opposition.

(…) Sur le plan de la procédure ensuite, les députés de droite comme de gauche contestent les conditions de la discussion en séance publique à l’Assemblée nationale à partir du 17 février, avant un examen au Sénat fin avril. « Nous allons délibérer sur un texte qui n’est pas fini », souligne le député communiste Pierre Dharréville, qui réclame toujours « le retrait du projet de loi ».

10 pour cent des ménages détiennent 50 pour cent du patrimoine.

 

----------------------

CGT

Tous ensemble pour notre avenir!

--------------------------

Travail dominical: Le tribunal de commerce de Lille a constaté les ouvertures illicites de magasins et a jugé que Castorama violait les termes de l’accord d’entreprise.

L’Humanité.

01 22

--------------------

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article