Pierre Dharréville - Bilan à la Mi-Mandat du député de la 13e circonscription. La pollution atmosphérique

Publié le par bmasson-blogpolitique

Pierre Dharréville - Léo Purguette – Bilan à la Mi-Mandat du député de la 13e circonscription.

Martigues.       

 

Pierre Dharréville.

Écrivain, journaliste, Pierre Dharréville est né en 1975. Membre du Parti communiste, où il est en charge de la culture, il est député de la 13e circonscription des Bouches-du-Rhône. Membre de la commission des affaires sociales, il est également porte-parole de son groupe à l’Assemblée nationale.

 

Léo Purguette anime la discussion.

La Marseillaise est un quotidien régional du sud créé par des résistants en décembre 1943 ... Frédéric Durand est le directeur exécutif du journal, Françoise Verna est directrice de la rédaction et Léo Purguette, rédacteur en chef.

Il a écrit deux livres :  

Plumes de pierre (2018)

Mascarons d'Aix (2016).

 

La pollution atmosphérique.

 

Pour les questions de la santé avec la pollution atmosphérique, Jean-Philippe Muriot est engagé sur les préventions des risques industriels de santé au travail. L’actualité a eu lieu avec Rouen. Cela a un peu envahi les consciences. La peur monte. On vit près d’installations de Seveso. Il y a une opposition qui s’installe entre le travail et l’environnement. Ce n’est pas la conception des choses de Pierre. On est dans un monde fini, commun. Si on déplace les problèmes, on les retrouve dans le même monde. Quelles sont les pistes pour prévenir les risques industriels ? Qu’est-ce qui se fait sur le territoire ? Comment on veut interpeller son parlementaire sur ces sujets ?

Macron s’est présenté comme le sauveur du climat après le sommet de Biarritz. Est-ce que j’ai bon ?

« C’est un défi majeur à prendre très au sérieux. Le réchauffement climatique est là. On le sent. Sur l’affaire Lubrizol, si un incident de ce type éclate, ce n’est pas toujours facile d’avoir toutes les données techniques, immédiatement. Il y a au moins une chose, c’est la réactivité. Je me suis adressé au préfet à la suite de l’incident pour lui demander si tous les boulons étaient serrés de ce coté-là. S’il se passe quelque chose dans notre département, il faut pouvoir donner des consignes efficaces. Cet événement est révélateur des contraintes qui ont été desserrées. On supprime les CHSCT qui est un outil de contrôle de sécurité pour la population. On ne sait pas ce qu’il s’est passé là-bas. L’enquête va le dire.  Sur des installations de ce type, il faut absolument conserver les outils de protection que nous avons. Il faut peut-être les améliorer pour partie. »

« La pollution atmosphérique est une source de décès. Dans notre territoire, elle a deux raisons principales :

- il y a des émissions de polluants industriels.

- il y a des émissions de polluants liés aux transports.

Il faut s’attaquer à ça. Il faut améliorer les processus de production en investissant sur les outils de production. Ca doit être possible. Il y a eu une interview dans la Provence du directeur d’Arcelormittal sur ce sujet là. Il faut s’attaquer à la voracité des actionnaires. Les raisons de rentabilités financières (il faut faire plus de dividendes) pilotent les choix. On fait ou ne fait pas d’amélioration en fonction de ça. »

« On doit pouvoir se doter d’outils nouveaux. Je suis en train de réfléchir pour tracer quelques perspectives. Quelques personnes dans notre pays s’occupent d’expertises sur les processus de productions actuels. Au regard des progrès technologiques, qu’est-ce qu’on pourrait gagner ? Comment pourrait-on faire autrement ? Il faudrait une agence puissante dans notre pays dont l’objet sera de s’occuper de la transition industrielle pour relever le défi de la planète. Ca mérite un gros investissement. On parle de la dette financière. La dette écologique, environnementale, on en parle moins. Elle se constitue au fur et à mesure. Cet outil pourrait investiguer en lien avec les organisations syndicales, avec les salariés dans les entreprises. Il pourrait sire « M. X, on va visiter vos installations. Mais vous savez qu’il existe tel procédé avec lequel on n’obtiendrait pas le même résultat ? » »

 

« Il faut accepter de mettre en cause la concurrence libre et non faussée et le libre échange. Si on ne s’attaque pas à ça, -c’est ce que dit le dirigeant d’Arcelormittal il y a deux jours, en regrettant d’importer de l’acier alors qu’on peut le produire ici, or l’empreinte environnementale de l’acier importé est plus grande que celle de l’acier produit sur place- on a un problème sur le passeport des marchandises. Certaines marchandises sont fabriquées avec un moins disant social et environnemental, et on accepte ça. Elles détruisent notre outil industriel. Il y a une nouvelle cohérence à mettre en œuvre. Il faut une offensive politique forte pour s’attaquer à cette logique là. »

 

« J’ai produit un rapport sur la santé dans l’industrie, il y a quelques mois. Je vais poursuivre ma bataille pour essayer de mettre en œuvre les préconisations issues dans ce rapport. Les salariés  sont les premiers concernés. Ils sont en première ligne. »

« Il faut investir dans les infrastructures pour mettre les marchandises sur le rail. On peut aussi relocaliser un certain nombre de nos productions ou alors on peut décider d’importer massivement en mettant tout cela sur la route. On doit transformer le statut de la SNCF. Le fret a été libéralisé avec une chute du volume du fret dans les transports. Il faut une politique en matière de transports en commun et de transports de marchandises sur le rail. Une réunion publique se prépare à Martigues pour relever le défi d’autres transports plus propres et pour faire baisser les gaz à effet de serre, et faire baisser la progression des températures. »

Martigues 

Hôtels pour insectes

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------

Développer la filière énergétique industrielle pour répondre aux besoins humains, écologiques et sociaux de nos territoires pas à ceux de la finance !

POUR Une politique énergétique cohérente et efficace (...)

 

L'enjeu immédiat est donc la préservation et le développement de la filière des turbines à gaz. C'est l'intérêt vital pour l'avenir du territoire, de ses salariés, sa jeunesse, ses habitants, ses PME sous- traitantes. C'est l'intérêt du pays tout entier d'insérer son industrie dans une transition écologique réussie, en faisant en sorte que l'efficacité sociale et économique l'emporte sur le profit égoïste.

Nous récusons les fausses solutions de la diversification (...) ne permettent pas de préserver les compétences humaines et l'outil industriel, dont la disparition serait irréversible.

 

NOUS DEMANDONS

 

1- un moratoire immédiat

 

2- un plan de développement industriel ambitieux de la filière au service de l'objectif de « neutralité carbone », des besoins d'énergie, du développement de nos territoires et de l'emploi, (...) s'appuyant sur l'atout humain exceptionnel de Belfort en lien avec les fonctions supports et les services commerciaux, d'ingéniérie ou de recherche, les services publics et la mobilisation de moyens financiers bancaires.

 

3- La dénonciation de l'accord de cession d'Alstom-Énergie à GE de novembre 2014, que GE n'a pas respecté,

 

4- la création d'un comité de suivi démocratique, doté d'un pouvoir effectif de contrôle des engagements (...).

 

DES SOLUTIONS EXISTENT, LE GOUVERNEMENT A DES LEVIERS POUR AGIR

 

(...) Il est temps de mettre un coup d'arrêt à des décisions qui nous emmènent un peu plus vers le point de non-retour des technologies et capacités industrielles fondamentales de notre pays. Pour retrouver la voie d'une véritable politique industrielle et de services au service des besoins sociaux et écologiques de notre pays, et de nos territoires, nous voulons contribuer à imposer d'autres choix que ceux d'une industrie soumise aux exigences exclusives de la finance. Notre argent et celui de nos banques doit servir à autre chose.

Pétition ici :

 

Emmanuel Macron supprime des postes au ministère de l'écologie.

------------------------------------

Les décrocheurs écopent de 500 euros d'amende.

NDRL: ça fait cher pour la photo de Macron...Mais ça doit être perçu comme un crime de lèse-majesté...

--------------------------------------------------

Le Chili renonce à organiser la conférence mondiale sur le climat COP25 qui devait s'y tenir en décembre, ainsi que le sommet du forum de Coopération économique Asie-Pacifique (Apec) en raison du mouvement de contestation qui agite le pays.

Source AFP

---------------------------------------------------------------------------

PCF Valenton 94

 Waterworld 
 
Donald Trump, Emmanuel Macron et tant d'autres!
dans "La crise écologique, les responsables démasqués!"

Produit par le Capitalisme
Réalisé par Bonnet Blanc et Blanc Bonnet

---------------------------

Cop 25

Si rien n’est fait contre le changement climat, la Santé des enfants qui naissent aujourd’hui sera de plus en plus menacée au long de leur vie, s’inquiètent des experts dans un rapport publié en fin de semaine dernière.

Source L’Humanité

-----------------------------------------------------

« En ce moment, au théâtre de Fos sur Mer, un débat organisé par le syndicat CGT d’ArcelorMittal sur comment produire en respectant l’environnement. Des propositions sont portées par le syndicat CGT pour transformer les modes de production; des propositions techniques qui sont déjà expérimentées mais aussi, le renforcement du droit de regard et d’intervention des citoyens et salariés sur les choix de l’entreprise (notamment les investissements et la mise en place des processus) avec la création d’un comité de suivi, le retour des CHSCT avec toutes leurs prérogatives, la création d’une commission d’enquête parlementaire sur la pollution sur notre territoire. Ils peuvent compter sur ma mobilisation pour porter leurs propositions et les faire avancer. »

Pierre Dharréville

 

23 11 19

----------------------------------

A Fos les émissions d'Arcelor vont être suivies et surveillées.
La CGT a tenu une réunion publique pour y présenter les solutions proposées à la direction pour réduire les émissions de CO2. Elle a aussi annoncé la création d'un comité de suivi et de surveillance.
L'annonce a été saluée. Les maires de différentes villes du pourtour de l'étang de Berre, présidents d'associations ainsi que le député Pierre Dharréville ont affirmé leur soutien au projet lancé par la CGT d'ArcelorMittal de créer un comité de suivi, de surveillance et de vigilance sur l'activité industrielle et l'impact sur l'environnement.

Pierre Dharréville vient de mettre en ligne

 « Ligne de la côte bleu : un outil pour lutter contre la pollution atmosphérique » :

"Le climatosceptique

Le climatocynique

L'abruti."

Source Reporterre.

--------------------------------

Quelques mois après sa reprise par Schmolz-Bickenbach, l'avenir d'Ascométal serait menacé par des tensions entre les actionnaires. J'ai écrit au ministre Bruno Le Maire pour demander une action publique déterminée.

Pierre Dharréville


------------------------------

Aky 

Graph 

Le Havre 

La banquise fond 

12 19

--------------------------

Lubrizol et perte de la démocratie 

Source Paris Normandie

----------------------------

Graph

Blanche neige porte un masque

Le rêve américain s'effondre. Une de ses héroïnes à la Walt Disney a du mal à respirer.

Place de l'Hôtel de Ville

Le Havre

---------------------------------

Qualité de l’air : il faut une réaction puissante ! - QAG du 17 déc. 20
Après le flop de la COP25, je voudrais à nouveau porter les exigences populaires sur la qualité de l’air. Les alertes se multiplient, qui appellent une réaction puissante. Pour l’OMS, le taux de 20 microgrammes par mètre cube de particules fines ne devrait pas être dépassé. 85% de la population des Bouches-du-Rhône respire un air plus chargé, sans parler des particules ultrafines, ni de la nature de ces particules.

-----------------------------

Pierre Dharréville appelle à "une réaction puissante" de l'Etat en matière de pollution atmosphérique.

 

Lors de la séance des questions, j'ai de nouveau demandé au gouvernement d'agir pour la qualité de l'air sur notre territoire. Après le flop de la COP25, je voudrais à nouveau porter les exigences populaires sur la qualité de l’air. Les alertes se multiplient, qui appellent une réaction puissante. Pour l’OMS, le taux de 20 microgrammes par mètre cube de particules fines ne devrait pas être dépassé. 85% de la population des Bouches-du-Rhône respire un air plus chargé, sans parler des particules ultrafines, ni de la nature de ces particules.

Il faut une action puissante de l'État !

Cela suppose d'engager un grand plan d’études scientifiques, d'investir dans les infrastructures ferroviaires marchandises et voyageurs et garantir la pérennité du triage de Miramas. Il faut conforter la santé au travail, notamment face au risque chimique, renforcer les normes d’émissions, les moyens de contrôle, les exigences envers les industriels mais aussi de se donner les moyens d’un grand incubateur public au service de la transition écologique industrielle afin de ne pas laisser les clefs à la finance.
Pierre Dharréville

----------------------------------------------------

Martigues 

L'étang de Berre 

 

---------------------------

Martigues

L'étang de Berre

--------------------

Martigues

L'étang de Berre

--------------

Les élus demandent une table ronde sur l'avenir d'ArcelorMittal Fos.
Le député de la 13ème circonscription, Pierre Dharréville s'est adressé, ce mardi 5 mai, au ministre de l'économie et des finances Bruno Lemaire au sujet de la situation d'ArcelorMittal Fos-sur-Mer.
(…) Notre préoccupation commune est de créer les meilleures conditions pour continuer à produire de l’acier à Fos, où toute une chaîne d’entreprises partenaires est installée. Il en va de l’avenir des emplois, mais aussi de nos territoires et de la capacité de production de notre pays. Il y a, en la matière, une responsabilité publique partagée.

 

L’étang de Berre devant l’Assemblée nationale
Pierre Dharréville (PCF), Éric Diard (LR) et Jean-Marc Zulesi (LREM) présentaient, hier matin, leur rapport à propos de l’étang de berre devant la commission du développement durable de l’Assemblée nationale, avec des solutions concrètes pour le réhabiliter.

 

(…)  « Nous pouvons agir mais cela demande une volonté politique. Il faut repenser l’intervention humaine pour soigner notre interaction avec la nature », développe Pierre Dharréville, député PCF de la 13e circonscription. Faisant notamment référence aux rejets d’eaux douces dans l’étang mais aussi les excès de nutriments en son sein.

-------------------------------------------

Lire aussi:

 

 

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article