Retraites - Port-de-Bouc - Sylvie Durand (CGT)

Publié le par bmasson-blogpolitique

Retraites

Port-de-Bouc

Pierre Dharréville (député PCF)

Sylvie Durand (CGT)

Laurent Tramoni (secrétaire académique du Snes 13)

 

Retraite 

La réforme Macron.

Quels droits à la retraite?

A quel âge?

Pour quel niveau de vie?

 

Sylvie Durand (CGT)

 

Elle a été administratrice de la caisse d’assurance vieillesse à la Sécurité sociale, de l’ARRCO (régime retraite complémentaire des salariés du secteur privé, et administratrice de l’AGIRC, qui s’occupe de la part supérieure au plafond de la Sécurité sociale. Ambroise Croizat a créé l’AGIRC.

Sylvie Durand (CGT)

 

 

Delevoye essaie de ne pas faire de vagues. Il dit que les retraités ne seraient pas concernés par sa réforme. Il dit que les pensions de retraite seront revalorisées. Mais vous verrez que rien n’est acquis. Nous verrons aussi la  face occulte de la réforme, avec ce que Macron essaie de cacher.

 

Sylvie Durand (CGT)

 

Les cotisations versées par les actifs sont immédiatement reversées aux retraité-e-s. La mécanique de financement est extrêmement sûre. L’argent ne transite pas par les marchés financiers. Quand on cotise, on se constitue des droits. Ils reposent sur une solidarité entre les générations. Si vous êtes malades, au chômage, en incapacité de travail, vous vous constituez des droits à la retraite. Ce ne sera pas le cas avec le système à points d’Emmanuel Macron. Vous puiserez dans vos économies pour subvenir à vos besoins.

Sylvie Durand (CGT)

 

Il n’y a plus de mineurs en activité (NDLR= travailleurs dans les mines) en France et pourtant, ils touchent leur retraite. Il y a une solidarité entre toutes les professions qui instaurent un système de recours et d’aides.

Sylvie Durand (CGT)

 

Un régime par répartition ne peut pas faire faillite (et on nous matraque avec cette idée). Tant qu’il y a des salaires, il y a des cotisations, donc il y a des retraites. Les salaires représentent 60% de la richesse créée au plan national (PIB).

 

Sylvie Durand (CGT)

 

L’objectif du système mis en place en 1945 : « garantir à chacun la continuité de son meilleur niveau de vie de carrière, lorsqu’il passe à la retraite ».

Des minimas de pensions ont été prévus.

Sylvie Durand (CGT)

 

Macron nous dit qu’il veut un système universel. C’est fabuleux ! C’est le fondement de la création de la Sécurité sociale. Il parle du principe d’égalité. Elle est pour. De plus en plus de salarié-e-s travaillent dans divers secteurs (indépendants, puis privé, puis fonction publique, etc,). Macron veut simplifier et adapter le système au goût du jour

 

Sylvie Durand (CGT)

 

Macron dit aux retraité-e-s : « Ne vous inquiétez pas. Vous ne serez pas concernés. La réforme sera mise en place progressivement. Ce n’est pas vrai. Macron ne répond pas à une question : « Quel droit ? (pour tous) »  « Est-ce que je dois me satisfaire avec une pension médiocre comme tous mes voisin-e-s? » On n’aspire pas à avoir tous la même chose.

 

 

Retraite

Code des pensions

Sylvie Durand (CGT)

 

Pour chaque Euro cotisé, quelle que l’espérance de vie, quel que soit l’âge de départ à la retraite, il faut récupérer la somme des cotisations de retraite.

Avec le système de Macron, on va calculer sa pension de retraite comme on calcule une rente viagère. Les assureurs prennent notre argent, le bloquent pendant 40 ans, et ils divisent le somme qui reste avec notre espérance de vie.

Vous partez à 62 ans, vous avez une petite rente. Vous partez plus tard, votre rente sera plus élevée. Ils nous enfument avec l’histoire de l’âge car pour avoir une bonne retraite, il faudra partir tard.

 

Sylvie Durand (CGT)

 

Avec une espérance de vie de 10 ans et 100 000 euros d’épargne, je toucherai 100 000 : 10 = 10 000 euros/an.

 

Avec une espérance de vie de 30 ans et 100 000 euros d’épargne, je toucherai 100 000 : 30 =  3133 euros/an.

 

Mais personne ne sait pronostiquer les espérances de vie individuelle. On pronostique des espérances de vie moyennes. Actuellement, elle est de 25 ans.

 

100 000 : 25 = 4 000 euros par an. Ceux qui ont 10 ans d’espérance de vie sont pénalisés. Ceux qui en ont 30 sont favorisés.

 Où est le concept d’égalité ? Ce nouveau mode de calcul change tout.

Sylvie Durand (CGT)

 

Le rendement de 6%. Au bout de combien d’années ai-je récupéré mes 6 euros de pension annuelle (sur les 100 versés) ? Au bout de 100 : 6 = 16 années.

Quand on est une femme aujourd’hui, l’espérance de vie à la retraite est de 28 ans. Pour un homme c’est de 24 ans. Dans le système actuel, on récupère beaucoup plus que ce que l’on a cotisé. Avec le système à points, les pensions vont baisser.

 

Sylvie Durand (CGT)

 

Le système de solidarité fait que vous percevez plus que ce que vous avez cotisé. Ca évite d’avoir une carrière mal payée avec une retraite où on ne peut pas vivre correctement. Tout cela va être évacué. Pendant les périodes de chômage, d’incapacité de travail, de maladie, on perçoit une indemnisation qui n’est pas soumise à cotisation. Nous n’aurons plus de droits à la retraite pour ces périodes-là.

Sylvie Durand (CGT)

 

Une partie de la population va dire : « Moi, ce système de retraite, je n’en veux pas. Je vais faire mon épargne toute seule. »

Les femmes seront particulièrement affectées par ce système. Leur salaire est inférieur en moyenne de 16,3% à celui des hommes. On va sanctuariser les inégalités de pension entre les femmes et le hommes. Macron nous l’avait dit dans son programme électoral de 2017 ! Tout étant proportionnel, les rentes de pension baisseront.

Sylvie Durand (CGT)

 

« Nous baisserons les cotisations sociales employeurs ou nous réduirons leurs charges. » Ca n’a jamais produit une amélioration de l’emploi. Philippe Seguin le disait dans un rapport de la Cour des Comptes (de son vivant). Macron nous dit qu’il faut choisir entre avoir un emploi ou une prestation d’inactivité convenable.

 

Il va y avoir de plus en plus de retraités, avec des ressources en baisse, la messe est dite : « Les pensions baisseront ». Macron a déclaré que l’on consacrerait 14 % de la richesse nationale au paiement des retraites. C’est le niveau actuel (13,8% avec moins de retraités).

Sylvie Durand (CGT)

 

Ils vont prendre en compte toutes les années de carrière y compris es plus mauvaises alors qu’aujourd’hui, on prend en copte les 25 meilleures années. Avant la réforme de Balladur en 1993, on prenait en compte les 10 meilleures années. Dans la fonction publique, on se réfère aux six derniers bulletins de salaire. « Sauvegarde retraite », d’extrême-droite, disait que les fonctionnaires étaient d’horribles privilégiés car ils auraient 75% de leur salaire à la retraite. C’est faux. On ne compte pas les primes. Elles n’entrent pas dans le calcul des retraites et elles représentent 22% du salaire des fonctionnaires.

Sylvie Durand (CGT)

 

Les ingénieurs et les cadres.

Les enfants qui feront des études espèreront avoir une carrière ascendante. Sauf qu’avec le système de Macron, cette population sera invitée à épargner. Leur moyenne sera pénalisée par rapport aux carrières dites « plates » (sans progression).

 

 

Les jeunes qui font des études. Les années d’étude ne sont pas rémunérées. Donc, pas d’attribution de points pour ces années. Ils auront le choix de partir au-delà de 67 ans ou d’avoir une retraite extrêmement basse.  Etudier ou partir plus tôt à la retraite est un choix de société plutôt stupide.

Sylvie Durand (CGT)

 

Macron s’inspire du système qui vient de Suède. Au début des années 1990, les Suédois ont décidé de figer définitivement le taux de cotisation à 16%. On peut partir à partir de 61 ans.

Chaque génération arbitre. En 2012, le ministre expliquait aux Suédois que les générations futures devraient travailler jusqu’à 75 ans pour avoir le même taux de pension que celles qui étaient parties en 2012.

Sylvie Durand (CGT)

 

Maintenir le niveau de vie n’est plus l’objectif. Mais en plus, on aligne les pensions sur les ressources encaissées dans l’année. Toutes les pensions ont été diminuées. Ca ne s’est jamais produit en France.

En Suède, baisse des pensions :

  • 3% en 2010
  • 4,3% en 2011
  • 2,7% en 2014

 

Soit 10% de baisse en quatre ans. Macron et Delevoye vous mentent. Si les retraités ne seront pas concernés dans les dix prochaines années, ils le seront ensuite.

Sylvie Durand (CGT)

 

En 1945, il y avait un principe : chacun cotise selon ses moyens, et perçoit selon ses besoins.

Or avec Macron, on cotise à l’aveugle. On ne sait pas ce que rapportera la cotisation puisque la pension sera chaque année ajustée aux encaissements. Au début des années 1980, la pension moyenne représentait 83% du salaire de fin d’activité, tous secteurs confondus.

Sylvie Durand (CGT)

 

Le service public est une prestation pour ceux qui n’ont pas de patrimoine. « Je peux être hospitalisé et subir une intervention qui coûte 20 000 euros, et je ne vais pas le sortir de ma poche comme aux Etats-Unis. » Si on ne peut pas les sortir aux USA, on meurt.

 

Sylvie Durand (CGT)

 

La doctrine des 14% nous vient de l’Europe. Des lobbyistes des secteurs bancaires et assuranciels l’imposent. Aux Etats-Unis, ils ont un souci avec leurs fonds de pension. Après la crise des subprimes en 2008, les fonds de pension ont fondu comme neige au soleil. Comment fait-on pour payer les rentes ? Il y a des retraités qui ont tout perdu. Il n’y a aucune garantie de récupérer son épargne. Pour se renflouer, ils viennent chez nous. Là où il y a encore un peu d’argent (et pas en Afrique ni en Inde).

Sylvie Durand (CGT)

Pur l’estimation de sa pension, ils vont nous fournir une application sur Smartphone. Et chaque année, on pourra consulter le montant de sa pension à la hausse ou à la baisse comme le cours de la bourse. On n’en veut pas de ce système « de ce que serait… ». On veut un engagement. Toute personne qui commence à travailler doit savoir ce que sera le montant de sa pension de retraite. La CGT réclame le droit à la retraite à 60 ans. Maintenant l’espérance de vie en bonne santé recule. Ce gouvernement nous fait un hold-up sur nos meilleures années de vie. Donc une retraite dès 60 ans avec une pension de retraite qui représente au minimum 75 % du salaire net. Pour les petites pensions, aucune pension inférieure au SMIC net. Pourquoi ne l’aurait-on pas pour vivre à la retraite ?
 

Sylvie Durand (CGT)

 

Les 75% dès 60 ans sont pour une carrière complète. C’est extrêmement compliqué de faire la chasse aux trimestres quand l’entreprise a disparu, que l’on ne peut pas apporter la preuve d’une activité agricole. Il faut simplifier. Et on sera suivi par toute la population.

Quelle condition ? Entre 18 ans et l’âge de 60 ans, si on a eu des études, de la formation professionnelle, des périodes d’inactivité de maternité, de maladie, etc., de chômage, de première période de recherche d’emploi, si la retraite n’est faite que de ça, on a droit à la retraite dès 60 ans à 75%. Peut-on faire plus simple ?

Sylvie Durand (CGT)

 

Il n’y a aucune certitude. Combien j’aurai de points ? Pour un même salaire, avec l’augmentation du nombre de retraité-e-s, j’aurai de moins en moins de points, et la valeur du point diminuera au fur et mesure de l’augmentation du nombre de retraité-e-s. C’est un piège à (je ne dis pas à quoi, mais nous le pensons ensemble !)…..

 

On peut le financer. J’ai une démonstration en macro économie et micro économie. On pourrait même égaliser les revenus entre les actifs et les retraités d’ici 2050 à peu près (pourquoi si tard ? NDLR). On pourrait partir en retraite avec l’intégralité de son salaire. Ca requiert un effort sur le PIB. Ca exigerait que l’on consacre 19,6 points du PIB au financement des retraites au lieu des 14% actuels et des 5% dans les années 1960. On a multiplié par trois la part des retraites dans le PIB depuis 1960.

Il n’y a pas d’impossibilité démographique et d’impossibilité économique. Il faut partager cette conviction pour la faire triompher.

 

Retraite : la valeur du  point variera d'une année sur l'autre.

Le marché économique nous dévore.

 

Olivier Dartigolles :
« Retraites : la notion d’âge pivot à 64 ans est en fait une opération dont l’objectif est d’en finir avec l’âge légal de départ à 62 ans. C’est l’un des pièges et des non-dits de la réforme. »
« Un grand numéro d’hypocrisie et d’enfumage. Il est question « d’âge d’équilibre » et non « d’âge pivot » / de « taux de rendement inférieur » et non de « décote ». En fait, il sera impossible de partir à 62 ans ou alors avec une pension de misère. »
Députés communistes :
Rapport Delevoye sur les retraites : vers le déclassement universel.

 

Collectif Droits des femmes :
« Ben voyons ! Comment un système qui prend en compte l'ensemble de la carrière peut-il être plus favorable aux femmes avec leurs carrières morcelées, leurs temps partiels imposés. Tout cela est du plus pur intox. Et la retraite ne compensera jamais les inégalités professionnelles de la vie active avec notamment les 25 % de salaires en moins. »
------------------------
Sébastien Jumel :
RÉFORME DES retraites : le gouvernement refuse de répondre aux questions que tou·te∙s les salarié·e·s se posent : à quel âge pourrai-je partir à la retraite ? Et avec quelle pension ? Tu te poses aussi ces questions ?

----------------------------

Source CGT
RETRAITE : LA CGT LANCE UN SIMULATEUR POUR VOUS ALERTER SUR LE RISQUE DE BAISSE DES PENSIONS.

 

HTTPS://REFORME-RETRAITE.INFO

------------------------------

Fabien Roussel :
« Encore un hold-up sur les retraité-es. Repousser l’âge à 64 ans alors qu’il y a tant de chômage est une aberration! Le PCF propose un départ à 60 ans avec une retraite min au niveau d'un vrai SMIC pour développer l’emploi et profiter de belles années après une vie au travail! »

---------------------------

 

On nous retraite comme de la m...!

 

 

Retraite : le casse du siècle

Retraites-cgt

Pas de hasard !

 

Retraite

L'âge de départ est indécis.

 

 

 

 

Ta retraite?

 Macron veut la baisser !

On veut un  niveau de retraite sécurisé dans le temps

Fabien Roussel :

 

 

Durée de cotisation ou âge de départ en retraites c’est kif kif si la part du PIB consacrée à notre système de retraite est plafonnée à 13,6% ! Il y aura toujours des salariés et des pensions sacrifiés. Il faut passer à 17% du PIB pour relever le défi.

 

Olivier Dartigolles :

 

« On ne parle pas de ce que pourrait être ce troisième temps de vie. Le temps de la retraite peut être un temps d’utilité sociale, non marchand. Ce temps ne doit pas être vécu comme un coût pour la société mais comme celui d’un épanouissement humain. »

 

Arditi soutient Emmanuel Macron.

Pour la  retraite, il est d'accord avec le recul du départ.

Pourquoi pas des déambulateurs au travail?

 

 Delevoye et Djebbari, font leur rentrée au gouvernement.

Travailler vieux rajeunit...

Retraite 

La CGT est opposée au système par points.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Non à la démolition des retraites :

Métro boulot caveau : non merci!"

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

"travail,

salaire,

profit,"

Un film de Gérard Mordillat

Le 15 octobre sur Arte

--------------------------------------------------------------------------------

Ambroise Croizat : il n'y a pas d'acquis face au patronat 

-------------------------------------------------------

 

 

 

 

CGT

"Ma retraite j'y tiens!"

 

----------------------------

CGT

"J'ai 70 ans et ma retraite, j'y tiens!"

---------------------------------

CGT

Les femmes veulent une bonne retraite et une belle vie

NDLR: si la CGT se met à écrire en anglais, où va-t-on? Je ne veux pas que l'on perde notre Français!

 

---------------------------------------------------

CGT

Pour toucher la retraite à taux plein, avec Macron, il faut commencer  à 11 ans.

12 19

---------------------------

L' Agirc Arrco risquerait de pas verser les complémentaires en juin.

05 20

----------------

Lire aussi:

 

 

 

Morales 80 

Port-de-Bouc

 

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article