Les femmes manifestent contre la politique de Macron

Publié le par bmasson-blogpolitique

Gilets jaunes : beaucoup de femmes dans les manifestations.
De nombreuses femmes se joignent à la mobilisation des gilets jaunes. À chaque point de rassemblement, elles donnent de leur voix et de leur temps pour dénoncer la baisse de leur pouvoir d'achat. 
NDLR: Jean-Luc Mélenchon s’aperçoit que les femmes font de la politique. Il vaut mieux tard que jamais ! :

 

NDLR : Le féminisme et les Gilets Jaunes : un homme journaliste s’inquiète pour nous. C’est attendrissant…Pour certains, après Metoo, les femmes dans les manifestations, c’est trop. Ca ne s’arrêtera jamais ?Monsieur le journaliste, regardez mes vidéos des manifestations à Marseille…
Collectif Droit des Femmes : « Oui les femmes sont très présentes chez les Gilets Jaunes. Pas étonnant : 1ères touchées par la précarité et le temps partiel. On veut l'égalité salariale, un CDI, un service public de la petite enfance et de prise en charge de la dépendance. »

 

 « Collectif Droit des Femmes :

On s'étonne du grand nombre de femmes parmi les Gilets Jaunes mais : en 2015, 30% des femmes étaient à temps partiel contre 8% d'hommes, 85% des emplois à temps partiel étaient occupés par des femmes. Parmi les smicards, 62,4% sont des femmes en 2013. En 2016, 12% des femmes et 8,5% des hommes sont en CDD. Sachant qu'à temps partiel et en CDD, on gagne moins, on fait comment pour vivre ?»

Les gilets jaunes sont mobilisés depuis plusieurs jours et parmi eux de nombreuses femmes sont présentes.
Collectif Droit des Femmes :
« Oui nous avons des revendications : -la suppression définitive des écarts salariaux, le rattrapage immédiat de tous les écarts de salaire entre les femmes et les hommes -la transformation des contrats à temps partiels en temps complet pour celles et ceux qui le souhaitent. »

 

Tag 

Marseille 

"Ah si c'était tous les jours Noël !"

 

Beaucoup de femmes parmi les Gilets Jaunes : Communiqué de presse du Collectif National pour les Droits des Femmes.
(…) Tout cela se paye un jour et nous y sommes : les Gilets Jaunes envahissent les rues, bloquent les ronds points, les autoroutes, se défient de tout le monde et ne se font pas rouler dans la farine par les belles paroles ronflantes du gouvernement.
(…)  L’égalité salariale est une mesure qui devrait s’imposer. De la même façon que la lutte contre les temps partiels imposés qui privent les femmes de l’autonomie financière dont elles ont besoin. Les horaires atypiques érodent les volontés de travailler les plus farouches. Le Contrat à Durée Indéterminée devrait être la norme, pour les femmes comme pour les hommes. Une pension minimum égale au Smic mensuel pour toutes et tous est indispensable. 

 

Les policiers refusent la prime !

 

NDLR : y’en a qui fument la moquette, d’autres la changent…
Brigitte Macron change les moquettes !

 

Gilets jaunes : dans le camp des femmes

REPORTAGE. Ici, les femmes sont à la manœuvre. Et sur ce rond-point près de Dreux transformé en camp de base, les annonces d'Emmanuel Macron ont laissé de marbre.

Il y a des hommes, maintenant, qui gardent le rond-point avec elles. Mais elles ont passé les premières nuits seules, sous les bâches et les palettes empilées. Et ce sont elles qui, depuis le 17 novembre, ont fixé les règles. Elles ont interdit l'alcool

(…) Elles veulent toutes maintenant qu'il « dégage ». Mais remplacé par qui, et pour faire quoi au juste ? Au fond, à bien les écouter, on dirait presque que là n'est pas le sujet.

(…) « Brigitte Macron, pourquoi ce serait à nous de financer sa garde-robe ? »

(…) Brigitte « qui a fait changer tout le mobilier de l'Élysée ». Brigitte, « ses coiffeurs » et « ses escarpins ». Brigitte « dont le salaire a été augmenté alors qu'elle ne fout rien ». Brigitte dont elles détaillent avec une inlassable amertume les tenues, le train de vie et les supposés abus comme si Marie-Antoinette habitait de nouveau Versailles

(…) Sous la pluie battante, au bord du rond-point, se dresse depuis quelques jours une guillotine en carton. « Samedi prochain », a dit Sarah, « on retourne à Paris ».

Féministes solidaires des Gilets Jaunes, pour la justice sociale.
Parce que nous sommes féministes » luttes de classes » et que ce qui se passe dans la société nous concerne
Parce qu'un vent de révolte sociale souffle en ce moment
Parce que beaucoup de femmes sont Gilets Jaunes et sur les barrages
Parce que nous nous sentons en grande proximité avec elles
Parce qu'elles sont monoparentales, veuves, divorcées, en difficulté ou rien de tout cela
Parce qu'elles ont un boulot au Smic, des horaires décalés, des temps partiels imposés ou pas de boulot du tout
Parce que la précarité et la pauvreté elles connaissent
Parce qu'elles jonglent pour faire garder les petit-e-s entre les grands mères et les haltes garderies ou qu'elles n'ont pas d'enfant
Parce qu'elles s'occupent des plus petits comme des plus vieux
Parce qu'elles rament pour finir les fins de mois ou les milieux de mois
Parce que les retraitées parmi elles se sont vues étranglées
Parce que, comme toutes les femmes, pour un même boulot, elles ne touchent pas la même chose que les hommes
Parce que les violences aussi elles connaissent
Parce que les miettes accordées par Macron ne réparent pas grand chose
Parce que l'injustice sociale est criante et pas prête de se résorber. 

Nous manifesterons samedi avec les Gilets Jaunes et vendredi avec les syndicats. Les rendez vous précis restent à préciser. 


VENDREDI 14 DÉCEMBRE
AVEC CGT,FO,FSU, SOLIDAIRES,UNEF,
12h30
RÉPUBLIQUE-NATION

PAR LE BOULEVARD VOLTAIRE 
 

Le « collectif droit des femmes » soutient les Gilet-e-s Jaunes
Source « L'Humanité »

 

Pour l'égalité salariale entre les femmes et les hommes
Pour une réelle augmentation du SMIC
Pour la transformation des contrats à temps partiel en CDI pour celles et ceux qui le souhaitent
Pour la requalification des contrats précaires en CDI
Pour la suppression du morcellement des horaires pour les temps partiels ainsi que des temps d’astreinte non rémunérés, 
Pour une pension minimum égale au SMIC mensuel pour toutes et tous
Pour le maintien et le développement de tous les services publics
Pour la création d'un service public de la petite enfance et de la prise en charge de la perte d'autonomie
Pour une loi-cadre contre les violences à l'encontre des femmes
Narbonne : les femmes Gilets jaunes dans la rue.

Une trentaine de femmes, mobilisées au sein des Gilets jaunes, ont manifesté dans les rues du centre-ville de Narbonne aujourd'hui mercredi. Une marche citoyenne "contre les injustices sociales".

La CGT consulte toutes les femmes et leur demande en interne comment elles veulent la CGT.
Elle rappelle que  la direction confédérale est paritaire depuis 1999, qu’une Charte posant des principes forts sur l’égalité dans la CGT et au travail a été annexée aux statuts de la CGT en 2007, qu’un nombre croissant de guides et d’outils militants sont diffusés, que des formations aux négociations égalité, contre les stéréotypes de genre et contre les violences sexistes et sexuelles se développent, qu’une cellule de veille contre les violences en interne a été créée en 2016, enfin, qu’un site de référence a été mis en ligne en 2018 ici :

 

(…) A l’approche de son 52ème Congrès qui aura lieu en mai 2019, la CGT lance une vaste consultation inédite auprès de toutes les femmes, syndiquées ou pas, en emploi ou non, pour connaître leurs attentes vis-à-vis de la CGT :

 

Vous êtes syndiquée, militante engagée, élue ou mandatée… cette consultation vous concerne : la CGT souhaite interroger toutes les femmes de la CGT pour savoir si vous trouvez que nous portons suffisamment la question de l’égalité au travail, dans la vie, mais aussi dans la CGT. Il s’agit de repérer également les difficultés rencontrées au cours de votre vie militante et d’identifier les moyens à mettre en œuvre pour permettre aux femmes de prendre toute leur place dans la CGT…

 

PCF :

« La proposition de Macron sur le SMIC est une escroquerie. Nous allons payer nous même l'augmentation ! »

NDLR : Il va falloir en parallèle continuer de se battre contre les paradis fiscaux.                    

 

« Je propose le prélèvement à la source sur les bénéfices des multinationales avant qu'ils partent dans les paradis fiscaux. »

 

« Le combat des Gilet-e-s Jaunes est souvent mené par des femmes. »

 

« La colère des Gilet-e-s Jaunes est profonde et sincère. Ils ne réclament pas la charité. Ils veulent vivre dans la dignité. »

 

« J'ai les bras grands ouverts. Il faut se rassembler. Il faut une gauche sincère et authentique. »

 

« Il faut réévaluer les pensions de retraite. La vie est trop chère. »

"Nous sommes épuisés, nous sommes remplis de colère et nous n'avons plus d'autres moyens (...) que d'enfiler humblement ce désormais célèbre gilet jaune", a expliqué une figure du mouvement, Priscillia Ludosky, devant la foule place de l'Opéra à Paris.

Source AFP

Gilets jaunes - « Le chauffage ou la semaine de colo » : le choix impossible des mères célibataires.
Les mères célibataires sont nombreuses à grossir les rangs des manifestants. Et pour cause : elles cumulent les facteurs de vulnérabilité.
(…) Les femmes en colère sont dans la rue, mais celles qui ne peuvent être sur place manifestent aussi leur soutien à ce mouvement si largement populaire : entre deux boulots et la charge des enfants, elles viennent apporter du café, des biscuits...
Gilets jaunes : qui étaient les cinq femmes seins nus face aux policiers, samedi matin ?

(…) Une performance artistique à l'initiative de Déborah de Robertis, une artiste luxembourgeoise.

(…) Connue pour ses performances provocatrices très souvent dénudées et très étroitement liées au sexe, Déborah de Robertis créé souvent la polémique partout où elle passe. Cette fois cependant, sa performance ne s'est pas terminée par une interpellation.

 

C’est après la manifestation du 1er décembre 2018 des femmes dans la rue pour réclamer des moyens supplémentaires au gouvernement pour la lutte contre les violences subies par les femmes que m’est venue cette idée de dessin.

Les médias ont presque tous occulté cette initiative. Une féministe en colère avait lancé l’idée suivante : « Faut-il défiler nues pour que les médias parlent de nos luttes ? »

Ca y est, c’est concrétisé.

Les femmes pauvres en France : elles sont 1 million.
La France compte 2 millions de travailleurs pauvres, une situation qui s’aggrave pour les femmes. Elles occupent 78% des emplois à telmps partiel et 70% des CDD et intérims. Lutter contre les  inégalités qui touchent les femmes doit être prioritaire.
Source OXFAM

 

« Isolées, paupérisées et stigmatisées, les mères séparées peinent à se faire entendre ».

 

Prime d'activité pour les smicards : "Un tel système maintient les femmes dans la dépendance de leur mari".

 

 

(…) Ce mode d'attribution oblige-t-il les couples à mutualiser leurs ressources, même s'ils n'en ont pas envie et qu'ils n'ont pas choisi cette voie-là, notamment en ne se mariant pas ou ne se pacsant pas, en continuant à déclarer leurs revenus séparément aux impôts ?

(…) Avec ce système et cette nouvelle mesure du gouvernement, peut-on craindre que les inégalités au sein du couple se creusent, que les femmes restent encore plus dépendantes financièrement de leur mari ?

NDLR : à quand la réelle égalité entre les salaires hommes/femmes, l’arrêt des contrats précaires pour les femmes, des conditions de vie dignes pour toutes ?
Pouvoir d’achat : le SOS des mères célibataires.
(…) Avec un salaire de 1 300 euros et un crédit de 600 euros mensuels pour la maison, ses poches sont vides « bien souvent avant la fin du mois », précise-t-elle. 

Une marche des femmes gilets jaunes.

De nombreuses femmes ont participé à la mobilisation des gilets jaunes à Béziers ce samedi. 

(…) "Je veux pouvoir dire à ma fille que je mets de l'argent de côté pour son futur" souligne Christine.

Une marche des Mariannes en colère ce samedi à Bourges.
Une marche des Mariannes en colère sera organisée samedi 5 janvier à Bourges, une semaine avant la manifestation nationale de La France en colère prévue le samedi suivant, le 12 janvier, dans la capitale du Cher.
« Tant que les femmes ne s'en mêlent pas, il n'y a pas de véritable révolution ! » 
NDLR : Jacques Robert Simon, chercheur de gauche au CNRS (il est présenté comme cela sur internet) n’est pas un féministe notoire. Il va falloir qu’il effectue un bond en avant dans ce domaine ! Sa vision de la femme est assez surprenante…J’ai l’impression de revenir au temps des photos de femmes nues dans les camions ou dans les casiers d’entreprises. Peut-être devrait-il effectuer des recherches pour le respect des femmes ? Je vous montre la photo mise en exergue de son article :

 

"Que les femmes Gilets Jaunes jaunes s'organisent, c'est légitime" indique à LCI Suzy Rojtman ,notre porte-parole au « Collectif droits des femmes » . "Mais ce qui nous inquiète, c'est l'absence totale de revendications spécifiques de leur part... "
Sur l'absence de revendication :
"Pourtant, il y a bien la nécessité d'un service public de la petite enfance, le problème des inégalités salariales, du temps partiel ou des horaires atypiques subis. Les femmes sont les premières concernées par ces formes de précarité"

 

Avignon : La manifestation femmes gilets jaunes a été interdite !

Communiqué du NPA Avignon. Ce dimanche 6 janvier est prévue sur Avignon comme dans plusieurs villes de France des manifestations de femmes gilets jaunes. La demande d'autorisation vient d'être refusée par la Préfecture du Vaucluse, une décision inédite sur le département.

Les femmes Gilet-e-s Jaunes défilaient à Nîmes aujourd’hui. « Nous sommes les mères, les femmes, les filles de la nation » scandaient-elles. Elles demandent à Emmanuel Macron si il enverra les CRS contre elles comme il le fait depuis le début du mouvement des Gilet-e-s Jaunes. Le niveau de revendications dépend des régions ou des villes.
Elles disent qu’elles ne font pas un défilé féministe.
« Cette manifestation n’est pas féministe mais destinée à donner une image inédite au mouvement », a-t-elle ajouté.

https://www.ouest-france.fr/societe/gilets-jaunes/gilets-jaunes-les-gonzesses-dans-la-rue-des-femmes-manifestent-dans-plusieurs-villes-6160160

 

Au contraire :
À Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), une quarantaine de femmes ont défilé pour alerter sur les difficultés des femmes célibataires avec des enfants, selon France Bleu Loire Océan.
Ou encore :
"Les gonzesses sont dans la rue" : près de 500 femmes Gilets jaunes défilent à Toulouse.
(…) "Précarisées, discriminées, révoltées, Femmes en première ligne"

 

MOUVEMENT SOCIAL. MACRON N’EN A PAS FINI AVEC LES GILETS JAUNES.
(…) Pouvoir d’achat, ISF, RIC, les revendications ont été une nouvelle fois rappelées à l’exécutif.
(…) En somme, les vœux du président n’ont convaincu personne (…) Pour dénoncer « l’usage incompréhensible » de la violence et des armes par les CRS et la brigade anticriminalité, les femmes, visage maquillé de rouge sang, ont pris la tête du cortège nantais. 
Les Femmes Gilets Jaunes défilent le 13 janvier:

Le Mans

Nice

Pau

Pérouges

Perpignan

 

Toulouse

 

 

Les femmes retraitées

 

Les femmes ont beaucoup de charge et pas d'aide 

8 mars 

 

Vers la retraite à 65 ans?

Pour finir par terre et ne plus être d'Attac?!!!

 

Femme, sois vieille et tais-toi!

Du pain et des roses - ARTE Radio Podcast.
 
Depuis le début du mouvement des gilets jaunes, les femmes se mobilisent en nombre. Elles bloquent les ronds points, participent aux barrages, allument les feux. Elles créent aussi des groupes non mixtes, pour partager leurs expériences communes et manifester entre femmes. Elles sont travailleuses précaires, salariées dans le secteur du soin ou du nettoyage, commerçantes retraités, mères célibataires ou travaillant au foyer. Elles habitent les zones rurales, les centres villes ou les banlieues. Elles se mobilisent parce qu'elles représentent 70% des travailleurs pauvres et qu'elles ont toujours pris part à toutes les formes de résistances, partout dans le monde. A travers leurs témoignages, cet épisode propose d'interroger la valeur du travail, gratuit et salarié, et de penser l'articulation entre féminisme, lutte des classes et luttes antiracistes. Le titre de cet épisode reprend celui d'un poème de James Oppenheim, « Du pain et des roses ». C'est aussi un slogan scandé lors de la mobilisation de 1912 des ouvrières du textile américaines contre leurs conditions de travail et leurs bas salaires. Il synthétise leurs revendications pour de meilleures conditions de vie. C'est également le nom d'un collectif féministe argentin « Pan y Rosas » qui ne cesse de grandir depuis 2010 dont l'une des représentantes s'appelle Andrea d'Atri.
Fiorina Lignier
Fiorina Lignier, 20 ans, a été blessée grièvement à l'oeil suite à un tir de grenade lacrymogène, le 8 décembre sur les Champs-Elysées à Paris. Son cas a suscité une vague de soutien en ligne, fortement relayée par la sphère identitaire et l'extrême droite, dont elle est proche. Sa cagnotte a dépassé les 50.000 euros. L'AFP l'a rencontrée chez elle à Amiens, le 13 février.
(…) "Je n'arrive plus à lire. C'est plus la même vie, c'est tout au ralenti. Même le ménage j'ai du mal : je range 10 minutes et je suis essoufflée. C'est très rare que les volets soient ouverts, je vis comme une taupe", confie Florina Lignier
INTERPELLÉE, INSULTÉE, EMPRISONNÉE : L’HISTOIRE DE MARION, FEMME GILET JAUNE.

GILET JAUNE BRETONNE, COIFFEUSE À DOMICILE ET MÈRE DE FAMILLE, MARION A ÉTÉ VIOLEMMENT INTERPELLÉE PUIS ARRÊTÉE SUR LES CHAMPS-ÉLYSÉES LE 16 MARS DERNIER. RÉCIT D’UNE ÉTRANGE MANIFESTATION.

 
(…)Vers 17h, elle se trouve au 75, avenue des Champs-Élysées, et marche sur le trottoir lorsqu’elle est « violemment projetée par les forces de l’ordre avec un bouclier », explique-t-elle. 
(…)« J’ai été insultée de connasse, de pute, [on m’a dit] qu’il fallait que je reste à faire la vaisselle chez moi », confie-t-elle.
(…) C ‘était peut-être cela, le véritable motif de cette violente interpellation : faire peur aux manifestantes, afin qu’elles restent « faire la vaisselle », plutôt que de descendre dans la rue pour y défendre leurs droits.
 
MARION, GILET JAUNE, 4 ENFANTS, VICTIME ORDINAIRE DE LA RÉPRESSION.
Marion a manifesté pendant l'#ActeXVIII. Sans #giletjaune, pacifiquement, sans arme. 
Mélanie, gilet jaune amiénoise frappée violemment dans la nuque par un policier samedi à Paris.

Mélanie, 39 ans, mère de deux enfants, l'une des porte-parole des Gilets Jaunes d'Amiens, Les Réfractaires du 80, a été violemment frappée à la nuque, par derrière, par un policier lors de l'acte 23 de la mobilisation des gilets jaunes à Paris samedi. Elle a déposé plainte ce mardi

 


Justice pour Zineb R à Marseille

"Gilets jaunes" : Camelia, manifestante espagnole enceinte, interpellée le 1er mai et menacée d'expulsion.

La préfecture de police a délivré une obligation de quitter le territoire français pour cette militante pacifiste, arrêtée en possession d'un bouclier utilisé pour protéger son ventre. 

( …) Ce bouclier, considéré par des policiers comme une "arme par destination", lui a valu d'être interpellée et placée en garde à vue, mercredi 1er mai, selon le Collectif droit des femmes et le collectif de photojournalistes La Meute.

(…) Sortie du centre de rétention dimanche après-midi, Camelia attend à présent le jugement concernant son interdiction de territoire, selon le Collectif droits des femmes. 

« J’ai perdu mon identité » : de femme coquette à « gilet jaune » éborgnée.
 
(….) Pourtant, de l’avis de ses proches, Vanessa Langard a fait des progrès grâce à la rééducation et au suivi psychologique. Si sa vie est rythmée par les rendez-vous médicaux, les efforts paient. Récemment, elle a réussi à prendre le bus accompagnée.
Mort de Zineb Redouane : l’enquête est dépaysée pour éviter « une forme de suspicion ».

Le tireur de la grenade lacrymogène qui a touché cette Algérienne de 80 ans en marge d’une manifestation de « gilets jaunes » à Marseille, n’a pas été identifié malgré six mois d’investigations.

(…) « Au moment de la manifestation, un magistrat du parquet était présent aux côtés des forces de l’ordre, ce qui, en soi, n’a aucune incidence sur les faits mais peut créer une forme de suspicion,explique le magistrat Robert Gelli. »

(…) Plus de six mois après le décès de Mme Redouane, l’enquête n’a pas avancé et le policier n’a toujours pas été identifié.

 

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/06/20/affaire-zineb-redouane-l-enquete-est-depaysee-pour-eviter-une-forme-de-suspicion_5479063_3212.html?fbclid=IwAR1pqJEpjHUJMtRkeMsVNjlOYYtjQemaIDp7DwPTamdvsTXFeOfI07XLw2o

 

 

 

Zineb Redouane 

18h56

 

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article