Pierre Dharréville - Le pouvoir d’achat - Fos-sur-Mer - Vente d'armes

Publié le par bmasson-blogpolitique

La question des élus, du président de la République, de leur rôle, de leur utilité et de leurs dépenses a été soulevée.

 

Les Présidents de la République.

Ils ont un secrétariat car ils continuent à recevoir du courrier. (NDLR : je ne mets pas au féminin car il n’y a pas encore eu de femme Présidente de la République…mais ça viendra !)

Qu’est-ce qu’ils touchent personnellement ? Je ne saurais pas vous répondre mais je peux me renseigner.

Quelles sont les raisons qui ont conduit le législateur à prendre ces décisions ? Imaginons que les Président-e-s de la République n’aient pas de revenus et touchent  les minimas sociaux. « Il pourrait aller travailler » lui rétorque une femme de l’assistance. « Vous avez raison. Sarkozy l’a fait » lui répond Pierre Dharréville.

Le Président de la République représente la dignité de l’Etat. C’est une conception ancienne qui remonte au XXe et peut-être du XIXe siècle. Dans la France actuelle, il se dit que les privilégié-e-s sont les responsables politiques. Si l’on prend l’argent des responsables, on va régler les problèmes actuels. Ca, c’est faux. L’argent est ailleurs.

La rémunération d’un certain nombre d’élu-e-s est beaucoup discutée sur les réseaux sociaux. Il faut regarder le réel. Les élu-e-s qui passent de temps au service du bien commun doivent être rémunéré-e-s correctement. Ils n’ont pas besoin d’être des privilégié-e-s.

« La voiture de fonction ? »

Je ne connais pas d’élu-e-s qui l’utilisent. Elle n’est pas faite pour se déplacer en dehors des temps de travail. Il faut faire respecter les règles. C’est un sujet traité par la loi.

Quels sont les avantages d’être élu-e demande Pierre Dharréville à l’assistance. « Des repas au Sénat bien copieux… » rétorque la même femme.

Les élu-e-s consacrent tout leur temps à s’occuper des affaires publiques. Pour la question des trajets par exemple, je n’utilise le train que pour me rendre à l’Assemblée Nationale. Et encore heureux qu’il y a une indemnité prévue pour cela, sinon je n’y vais pas. « Donc ceux qui n’y vont pas la touchent quand même ? » demande un homme. « Non ! » répond Pierre Dharréville. « Les journalistes disent que les sénateurs-trices touchent 1 000€ de frais de communication par mois » affirme un autre participant. « Non, méfiez-vous de ce qui se dit sur les réseaux sociaux. »

Les choses sont très cadrées. Il y a une enveloppe qui est dédiée aux frais parlementaires qui sont remboursés sur facture. Ce sont les frais de communication pour un tract tiré, pour les locations de salle (ce soir, la salle a été prêtée par la mairie), les frais de déplacements, de téléphone. Puis il y a les frais de paiement des collaborateurs. C’est l’Assemblée Nationale qui les paie directement. Le travail est très codifié. Les attaché-e-s parlementaires préparent les lois, réfléchissent à rédiger les amendements et à accompagner le-la député-e dans son travail. Ils-elles reçoivent à la permanence un certain nombre de gens, d’associations,  réceptionnent le courrier, préparent des réponses aux courriers.  J’espère que l’on parlera d’autres questions car à mon avis, on se trompe de sujet. On n’est pas dans des calculs de 23 000€. Ce sont des calculs faussés. (* NDLR : lire l’article sur les avantages supprimés et conservés des députés en bas de cet article)

Moi, je ne touche pas plus aujourd’hui que ce que je touchais quand j’étais salarié. C’est un choix de ma part. Je reverse une part de mon indemnité à mon organisation politique. Chacun fait ses choix en cohérence. C’est pareil pour le budget. Au sujet des retraites, je pense que tout le monde y a droit. Je me bats pour ça. Il n’y a pas lieu d’avoir des privilèges. Je défends l’égalité des droits.

                         

Dans cette législature, il a été décidé de mettre fin à l’avantage du droit à la retraite pour les député-e-s. Il y avait un certain nombre de mesures à prendre. Il y en a peut-être d’autres à prendre. Ce n’est pas ma vision des choses  de dire qu’il  y a une lutte des classes entre la classe politique et les citoyen-ne-s. La lutte des classes est ailleurs. Il y a des élu-e-s qui se comportent mal. Je prends l’exemple de François Fillon. Il n’avait en tête que de chercher à trouver encore plus d’argent.

La presse a montré qu’il avait une volonté d’enrichissement personnel. La politique n’est pas faite pour ça. Des profiteurs existent partout. J’entends souvent à l’Assemblée Nationale dire que les chômeurs et les chômeuses sont des profiteurs-euses. On va les obliger à occuper un emploi qu’ils ou elles n’ont pas choisi. L’argument de la fraude et des profiteurs-euses a toujours été utilisé pour attaquer un certain nombre de droits dans ce pays. Il faut faire attention avec ces arguments-là car ça peut amener à prendre des mauvaises décisions.

Les budgets de l’Etat, de l’Assemblée Nationale, du Sénat et de l’Elysée, selon « Le Figaro », représentent 0,24% du budget de l’Etat. Les supprimer ne règlera pas les problèmes.

La confiance envers les élu-e-s.

On a une crise politique profonde qui se développe depuis deux ou trois décennies, avec de la défiance, de la désaffection. C’est très contradictoire car ce qui est en train de se passer (les Gilets Jaunes, NDLR), c’est très politique. Il y a une revendication et une contestation de choix politiques. Mais on ne voit pas d’issue pour faire changer les choses. Les gouvernements qui se sont succédés ont tous glissé dans la pente libérale et  se sont conformés aux directives européennes. Ca sape la confiance. Quand on vous dit « Nous on est différents », mais qu’à l’arrivée, c’est la même politique que celle du  prédécesseur, comment faire confiance ?

Les politiques libérales ont détricoté la puissance publique, les droits et augmenté le dumping social et fiscal. On diminue notre capacité à vivre bien et à vivre ensemble.

Faire vivre la démocratie.

Il faut s’y attaquer. Il faut faire de la politique ensemble. Ce n’est pas réservé à un petit nombre de privilégié-e-s, d’élu-e-s. C’est l’affaire du peuple. Il va falloir du temps pour reconquérir cette confiance. Mais il faut aussi des choix et des actes politiques. On ne peut pas en rester aux discours.

Si je mène ce débat c’est parce qu’on  besoin de démocratie. Les experts ne représentent pas la démocratie. Des gens viennent vous dire « Moi, j’ai la bonne recette, je sais comment il faut faire ». La majorité a fait comme ça pour se faire élire. Ils ont dit « Tous ceux d’avant étaient des incompétents, mais nous, on a la bonne idée, la bonne mesure technique. » Ce n’est pas une question de mesure technique mais de choix politiques. On a besoin de démocratie. Ca coûte un peu d’argent d’organiser des élections, avec des bulletins de vote, des bureaux de vote, des débats. Mais il faut consacrer une partie des richesses communes à l’exercice de la démocratie.

Etre en phase avec la population.

Actuellement, on vise à réduire la capacité d’intervention des élu-e-s et à renforcer les pouvoirs du Président de la République. On vous dit dans les médias « Les député-e-s gagnent trop. Ils-elles ne servent à rien. On va réduire leur nombre. » Si c’est très populaire, c’est pourtant grave pour la démocratie. Moi, je vais partout où se trouve la population car je souhaite porter ce qui est phase avec elle. C’est ce qui aide à essayer de prendre les bonnes décisions. Même si jusqu’ici, j’ai été trop peu écouté. Si vous laissez le pouvoir au seul Emmanuel Macron, ça ne va pas s’améliorer.

Au sujet des indemnités des députés, plus ils sont nombreux, moins il y a d’arrangements entre eux. « On fait ça entre nous ! » Diminuer le nombre de député-e-s signifie que l’on agrandit la taille des circonscriptions en les multipliant pas deux. Dans le département, il y a seize circonscriptions, il n’y en aura plus que neuf après la réforme prévue.

Les députés seront moins présents sur le terrain, moins enracinés, moin prêts à organiser des réunions, à recevoir des associations, des syndicats ou des habitants qui demandent à être reçus.

On a besoin d’élus qui soient à l’image de la diversité de la société.

 

 

*Privilèges des députés : ceux qui ont été abolis et ceux qui existent encore.

L’Assemblée a décidé de baisser l’indemnité obsèques accordée à ses députés et anciens députés.

(…) L’Assemblée nationale a acté la fin de la gratuité des trains pour ses députés honoraires. 

(…) (Voiture de fonction des présidents de l’Assemblée) : l’Hémicycle a annoncé la suppression de ce privilège en 2022.

(…) Le régime spécial de retraite. Une économie de 10 millions d’euros par an à terme.

(…) En cas de défaite électorale, les actuels habitués du Palais Bourbon ont désormais droit à 57 % du salaire journalier pendant 24 à 36 mois

(…) Les privilèges qui existent encore

Plus de 5 000 euros mensuels de frais de mandat. 

(…) Une enveloppe de 18 950 euros par an pour les taxis, le téléphone et le courrier.

(…) L’Assemblée nationale prend en charge les déplacements en train de ses députés, qui voyagent en première classe.

(…) Le logement. Il existe plusieurs catégories de députés.

 

 

 « J’ai fait le calcul du nombre d’heures de travail d’un député et cela fait environ quatre vingt dix heures de travail par semaine. Si je les passe sur le siège de velours de l’Assemblée nationale, je ne fais pas correctement mon travail. »
« Les lois prises par la majorité ont visé à s’en remettre au marché. Ca a été le cas pour le logement, la formation professionnelle. Le centre AFPA d’Istres est menacé de fermeture par le conseil d’administration. C’est la décision de casser le service public de la formation professionnelle. C’est une décision politique. Je me suis battu contre ça. J’ai demandé à la ministre quelle était son ambition. Je n’ai pas eu de réponse. Quelques mois après, c’est la décision de fermeture. Et on va s’attaquer à la fonction publique. Attention aux fonctionnaires ! Ils vont dire : « Un fonctionnaire, ça coûte trop cher. On va faire faire le travail par d’autres ». Le droit de tout le monde est tiré vers le bas.
Pour l’AFPA, on va demander à une officine privée d’assurer un service de formation qui ne sera pas le même que celui fourni par l’AFPA. On ouvre des espaces au marché. L’Etat est donneur d’ordre en la matière. Il a de l’argent à distribuer. Au ministère, je rencontre une collaboratrice de la ministre. Ils lancent un dispositif appelé « Le Plan Investissement Compétences » et ils demandent à des entreprises ou à des associations de postuler. Le centre AFPA d’Istres pourrait le faire, mais on le ferme. Le choix politique est ici véritable et affirmé. »

Mes photos de Fos-sur-Mer by night (de nuit):

 

La Capitainerie

 

 

Tag 

"La mer "

Puces de Saint-Ouen

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

------------------------------------------------------------------------------------------------

Stéphane Peu et la justice fiscale rejetée par les députés LREM :

 

Macron essuie une défaite dans ses ordonnances : La disposition qui limite les réparations, auxquelles ont droit les salariés victimes de licenciement abusif, à 20 mois de salaire au maximum, a été déclarée contraire aux règles internationales.
(…) Grâce au barème Macron, « l’employeur qui viole la loi peut ainsi budgéter à l’avance le prix de sa faute et n’en assumer qu’une faible part des conséquences », décrypte le Syndicat des avocats de France (SAF), adversaire résolu de cette disposition. 

Pierre Dharréville :

« Nous nous privons de 3,2 MDS qui peuvent être utiles pour répondre aux besoins et construire de l'égalité dans notre pays. C'est à l'État de mettre en oeuvre la redistribution des richesses par un impôt juste."

PLF2019 : l'ISF est un outil de justice fiscale from Pierre Dharreville on Vimeo.

Pierre Dharréville (PCF) veut "rendre obligatoire la prime exceptionnelle pour les entreprises d'au moins 250 salariés".

 

L'examen en commission du texte commence par une "protestation" de Pierre Dharréville (PCF) : "Je crains qu'en guise de débat nous ayons un débarras", assure le député, qui estime que "nombre d'amendements ont été débarrassés de la discussion".

 

« Avec les heures supplémentaires défiscalisées, le message est clair : pour gagner leur vie dignement, les gens n'ont qu'à travailler plus. »

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pierre Dharréville :

« La part des richesses accaparées par le capital a augmenté de 8% ces dernières années. Mais vous préférez laisser se déprécier le travail en le finançant par des prestations sociales. »

 

« Ce plan d'urgence n'est pas à la hauteur et renonce aux mesures pérennes de justice sociale. Il est financé par celles et ceux auxquels il est censé bénéficier. C'est le symbole des artifices avec lesquels on finit par se brûler les doigts. »
« Vous refusez d'augmenter le SMIC et les salaires : c'est pourtant la meilleure manière d'augmenter le pouvoir d'achat et de rémunérer le travail. »
« L'accélération libérale a provoqué des mesures d'une grande brutalité et a conduit à ce que s'exprime la colère sociale qui s'est exprimée dans tout le pays. »
« Le gouvernement refuse d'aller chercher l'argent là où il est, dans les bénéfices et les dividendes, et de produire un budget de Justice sociale pour financer les mesures pour le pouvoir d’achat et pouvoir de vivre. »
Hausse de la prime d'activité :  
Pierre Dharréville (PCF) dénonce un "exercice de contournement du salaire".

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 
L’Arabie Saoudite a des actions dans Uber :

(à propos de Netflix)

 

 

Niches fiscales :

100 milliards

Fraude fiscale:

80 milliards

Intérêts de la dette:

40 milliards

 

Déficit public:

80 milliards

 

Source: CGT

 

 

Jacques Attali et l'ISF

 

"Jacques a dit!"

 

P. Boy

"Papa c'est quoi l'argent?"

Paris

le 104

19e

Graph

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pierre Dharréville : « Ordonnances travail : le dumping social à l’œuvre ».
(…) Avec ces ordonnances, le gouvernement a organisé le renoncement au droit. Il ne s’en était d’ailleurs pas caché, disant vouloir aller le plus possible vers des logiques de transactions, d’évitement du tribunal, de judiciarisation de certains cas.

 

Mon aquarelle

Fos-sur-Mer village

-------------------------------------------------------------------------------

Mai 2019

« J’apprends qu’un cargo arriverait aujourd’hui à Fos pour embarquer des charges explosives à destination de l’Arabie Saoudite. Je demande au gouvernement un moratoire immédiat sur les livraisons d’armes. Agissons pour un plan de paix au Yémen. »

Pierre Dharréville

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

La CGT est opposée aux ventes d'armes qui seront  livrées à l'Arabie saoudite  et passeront par Fos-sur-Mer.

 

 

Augmentation des salaires ou gavage des actionnaires ?

----------------------------------------------------------------------------------------

 

 

78% des personnes veulent que la France s’engage dans le désarmement nucléaire. Le Conseil des droits de l’homme (et de la femme, NDLR) de l’ONU a dénoncé les ventes d’armes de#France. 200 000 signatures ont été réunies pour appeler Macron à cesser les ventes à l’Arabie Saoudite.

Source « L’Humanité »

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pierre Dharréville - Léo Purguette – Bilan à la Mi-Mandat du député de la 13e circonscription.

Martigues.       

 

Pierre Dharréville.

Écrivain, journaliste, Pierre Dharréville est né en 1975. Membre du Parti communiste, où il est en charge de la culture, il est député de la 13e circonscription des Bouches-du-Rhône. Membre de la commission des affaires sociales, il est également porte-parole de son groupe à l’Assemblée nationale.

 

Léo Purguette anime la discussion.

La Marseillaise est un quotidien régional du sud créé par des résistants en décembre 1943 ... Frédéric Durand est le directeur exécutif du journal, Françoise Verna est directrice de la rédaction et Léo Purguette, rédacteur en chef.

Il a écrit deux livres :  

Plumes de pierre (2018)

Mascarons d'Aix (2016).

 

 

La question de la Paix.

« On n’en a pas parlé. Le monde est soumis à des tensions terribles qui ont toutes des racines économiques. La France n’y est pas pour rien. Sur le port de Marseille-Fos, des dockers ont bloqué des chargements d’armes contre la population civile du Yemen. Quand l’exécutif confisque les questions de la diplomatie et de la défense, comment un parlementaire peut-il intervenir ? »

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pierre Dharréville - Léo Purguette – Bilan à la Mi-Mandat du député de la 13e circonscription.

Martigues.       

 

Pierre Dharréville.

Écrivain, journaliste, Pierre Dharréville est né en 1975. Membre du Parti communiste, où il est en charge de la culture, il est député de la 13e circonscription des Bouches-du-Rhône. Membre de la commission des affaires sociales, il est également porte-parole de son groupe à l’Assemblée nationale.

 

La paix.

 

« La paix est une question majeure. Le monde est secoué de toutes parts par les tensions, les conflits. Construire la paix demande des efforts considérables. C’est une construction politique. Elle se fonde sur la justice. Les dérèglements sociaux et économiques, les dérèglements climatiques  provoquent ces tensions-là. Il faut s’en occuper très sérieusement. Notre pays doit prendre ses responsabilités en la matière. Pour le conflit au Yemen et les ventes d’armes, je suis parmi les premiers à avoir interpellé le gouvernement sur le sujet au début de mon mandat. Les réponses du gouvernement ne peuvent pas être acceptables. On ne peut pas dire : « Nous n’avons aucune preuve que les armes que nous avons vendues servent contre des populations civiles ». Si il y a un risque, il faut prendre des précautions. Et nous savons des choses. »

------------------------------------------------------

Il y a un an maintenant, j'alertais le ministre des Affaires étrangères sur la vente d'armes par la France à l'Arabie Saoudite qui mène une guerre et des massacres gravissimes, abjectes au Yémen depuis des mois et des mois. Aucune réponse n'a à cette heure été apportée.

Des réponses précises doivent évidemment être apportées, mais surtout des actes : la France se doit, nous doit, de stopper la vente d'armes immédiatement dont un rapport de l'ONU pointait récemment la "légalité discutable"...

Elsa Faucillon

------------------------------

Dividendes des entreprises: plus de 50 milliards en 2019.

Taux de marge des entreprises: 33,10% en 2019.

Du pognon de dingue, il y en a!

Augmentez le SMIC de 20% au 1er janvier 2020.

 

-----------------------------------------------------

SMIC

Plus 20 pour cent au 1er janvier 2020.

PCF

12 19

-----------------------------

 

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article