Balance ton taudis - Marche blanche à Marseille - Mes photos

Publié le par bmasson-blogpolitique

 

Affiche "Contre les aménageurs et leur monde de merde"

 

Marseille délabrée

Mais il y a la clim'!

 

 

Marche solennelle

 

 

 

Les slogans:

 

 

"Ce n'est pas la pluie "

 

"Crève Gaudin"

 

"Gaudin et ses sbires,

 bons à rien"

 

Les fleurs:

 

 

 

 

Evacuation des pneus des véhicules écrasés sous les décombres des immeubles écroulés?

 

Restes d'une manifestation agitée et violente?

 

Ville en état de siège?

 

Les pompiers ont été ovationnés....

 

Lire aussi:

Marche blanche à Marseille. La mairie savait depuis 2014 :

 

Suite de la marche blanche à Marseille. Nouvelle manifestation mercredi et demande de mesures à prendre pour le logement à Marseille

 

 

Demande de la « démission de Gaudin et toute sa clique » :

 

Le drame de la rue d'Aubagne assombrit la fin de mandat de Jean-Claude Gaudin.

 

"Que laisse Gaudin derrière lui?", poursuit cet élu. "Une ville sale, à l'abandon. C'est une incompétence complète qu'il a réussi à cacher grâce à sa personnalité exceptionnelle. C'est très mauvais pour notre famille politique".

(…) La mairie et Jean-Claude Gaudin, sont en outre au cœur d'une vaste enquête de parquet national financier autour du temps de travail des employés municipaux. En juillet dernier, le maire a même été entendu pendant 7 heures par les enquêteurs.

Jean-Marc Coppola (PCF), le 8 novembre 2018 :

« Jean-Claude Gaudin a reconnu que la Ville de Marseille a engagé 35 millions d’euros en 13 ans pour le logement insalubre soit une moyenne annuelle de 2,7 millions pour un budget annuel de la municipalité de 2 milliards €.

Sa priorité est bien de gaver les grands groupes privés 1 milliard pour le Vélodrome, 1 milliard pour le PPP écoles, des centaines de millions pour les officines privées de sécurité, des cadeaux pour les promoteurs privés....et des miettes pour les familles qui vivent dans des conditions indécentes et indignes de la France au 21ème siècle.

Le résultat tout le monde le connaît avec le drame de la rue d’Aubagne.

La Ville de Paris pour financer son Plan d’éradication de l’habitat insalubre a consacré avec l’Etat 3,5 milliards d’euros de 2000 à 2010.

Pourquoi Paris a-t-elle réussi et Marseille non ?
Tout est question de volonté et de choix politiques.

(…)Avant de détailler prochainement des propositions concrètes et réalisables, j’avance juste que les moyens existent et que ni la longueur des procédures, ni leur lourdeur administrative, ni leur coût ne peuvent être évoqués quand il s’agit d’Humain et de sa dignité.

Un plan d’éradication de l’habitat indigne sur 10 ans, avec l’Etat et les collectivités, Ville, Métropole, Département, Région, doit être décidé dans les semaines qui viennent. »

 

Marseille solidaires 

rue d'Aubagne 

 

Pierre Dharréville :

"Les événements qui ont eu lieu à Marseille renforcent notre volonté d’agir contre l’habitat insalubre. Nous avions déposé une PPL dans ce sens et dénoncé les effets néfastes de la loi ÉLAN, nous continuerons."

 

A Marseille, ils savaient par une lettre. La mairie SAVAIT. Les alertes précises, répétées d'ingénieurs structure dès 2014, comme ce courrier du 19 décembre 2014.

 

 

Deux courriers d'experts de 2014 et 2017 prouvent que la ville connaissait les risques du 65 rue d'Aubagne.

 

(…) Or la municipalité qui n'a déjà pas répondu à l'existence de la première alerte reçue trois ans plus tôt, va encore passer sous silence celle réitérée le 20 octobre 2017 par ce même expert en termes encore plus appuyés, et accompagné d'un note de deux ingénieurs (ci-dessus). 

 

Marseille : des services municipaux perquisitionnés après les effondrements de la rue d'Aubagne.

 

(…) Légalement, la municipalité est compétente en matière de "péril" lorsque l'état d'un immeuble, même privé, met en danger la vie de ses habitants. Elle était en outre propriétaire de l'un des deux bâtiments qui s'est effondré, via son bailleur social Marseille Habitat.

Abdelghani Mouzid

Vidéo d'un appartement du 65 rue d'Aubagne avant l'effondrement.

PCF à Marseille :

 

Propositions pour le logement :

 

 

La manifestation du mercredi 14 novembre en direct :

Après le problème du mur de la "Pl'Haine", voici une fin de règne municipale dans l'animosité.

Qui sème la haine, récolte la haine...

 

NDLR : il faut renouveler la politique marseillaise. La droite, qui vivait en vase clos et s’autocongratulait, a du sang sur les mains. Ils ont bloqué tous les projets humains. Le tramway qui double le métro, la vente à la hâche des bijoux architecturaux au privé, le développement du tourisme 5 étoiles, un stade football qui a coûté cher et au futur incertain, la privatisation des plages, ce sont des priorités économiques du passé…Rien sur le développement du métro, des bibliothèques, des piscines, des logements HLM, des services publics, des écoles, et j’en oublie de ce qui peut aider à améliorer la vie de tous…

Jusque-là, Marseille c’était une belle « carte postale ». Maintenant cela devient dangereux d’y aller (le pont de Martigues n’est toujours pas sécurisé) et de s’y promener (on risque de disparaître sous les décombres…). Il faut prévenir tes proches quand tu vas à Marseille : « Oui, je suis bien rentrée ! »…

 

Marseille : démission du second élu marseillais, Bernard Jacquier, qui détenait un logement dans les immeubles effondrés :

 

 

 

La carte des taudis marseillais sur Google :

Réunion #Balance ton Taudis le 21 novembre à Marseille :

 

N'oubliez pas l'accueil des femmes, victimes des violences...

 

A Paris, ils avancent sur ce sujet, même si c'est loin d'être parfait...

 

Hélène Bidard, adjointe PCF à la Maire de Paris, chargée de l’égalité femmes-hommes, de la lutte contre les discriminations et des droits humains,  ajoute que trois maisons d'accueil pour les femmes victimes de violence à Paris sont en travaux :

 

 

Marseille : nombre de logement évacués et  d'évacuations de personnes :

Source La Marseillaise

 

Marseille et ses taudis :

Kévin Vacher du « collectif du 5 novembre » soulève la question de la réquisition. "Qu'attend la ville ?"

Source La Marseillaise

1217 personnes évacuées de leur logement à Marseille.

Source « La Marseillaise »

Arlette Fructus quitte le groupe majoritaire à la Région Sud PACA.

(…)Arlette Fructus (Mouvement radical), également en charge de l'habitat à la Ville de Marseille et à la Métropole, ne décolère pas.

(…) (Le) budget consacré à l'habitat et au logement par la Région. « Il est passé de 35 millions d'euros en 2015 à 14 millions d'euros ».

Communiqué de presse de Jean-Marc Coppola, Conseiller municipal PCF- FDG de Marseille

 

 

Conseil municipal de Marseille du 10 décembre annulé : reculer pour ne pas affronter les exigences légitimes

 

La réunion du Conseil municipal de Marseille prévu ce lundi 10 décembre à 8h30 - le 1er depuis le drame de la rue d’Aubagne - qui devait commencer par un débat sur le logement indigne à Marseille sous contrôle citoyens avec la convergence de plusieurs mobilisations (logement, école, hôpital, bibliothèques, urbanisme, personnels municipaux....) a été annulé à la dernière minute par le maire Jean-Claude Gaudin.

Par souci d’apaisement justifie-t-il....

 

Pour autant cette annulation à une date ultérieure est ressentie par de nombreux marseillais comme du mépris à l’égard de ceux qui souffrent et qui portent des exigences légitimes de vivre mieux, comme déjà le droit au logement digne.

 

Signe de fébrilité de la part de l’équipe municipale majoritaire à aborder les sujets qui fâchent sérieusement dans la ville ou crainte de ne pas être assez protégés dans le bunker de la mairie par des forces de l’ordre exténuées, toujours est-il que l’heure de regarder en face le logement indigne est repoussée.

 

Le problème reste entier et urgent à traiter à la fois dans l’immédiat pour les familles touchées par le drame, comme pour celles évacuées sans perspective, et à la fois sur le fond du logement pour tous à Marseille.

 

Réquisitions de logements vacants, accompagnement des familles et enfants expulsés, plan d’éradication des logements indignes, construction de logements sociaux, encadrement des loyers...toutes ces propositions restent lettre morte, faute d’interlocuteurs responsables.

 

Rencontre, dialogue, solutions concrètes seraient les seuls et vrais signes d’apaisement et non cette fuite en avant qui ne fait qu’accroître la colère.

 

Demain, je participerai et j’appelle les marseillais à participer massivement au rassemblement prévu devant la mairie centrale à 8h pour demander des comptes au maire de la 2ème ville de France afin que de véritables négociations s’ouvrent avec tous les acteurs concernées et les institutions responsables de la mairie à l’Etat en passant par la Métropole, le CD 13 et la Région.

 

Jean-Marc Coppola

 

06.14.63.51.31

NDRL : ils démissionnent des vice-présidences, mais ils restent élus…
Marseille : Thierry Santelli démissionne de la vice-présidence du conseil départemental.

(…) Il louait un appartement dans un immeuble frappé début décembre d'un arrêté de péril dans le 3e arrondissement de Marseille. 

NDLR : Le RN est un danger pour la démocratie…

A la Région, l'extrême droite polémique sur la rue d'Aubagne.

Ce mardi 18 décembre, la Marseillaise accueillait dans ses rotatives Christian Nicol, auteur d'un rapport sur la requalification du Parc privé à Marseille, et Ian Brossat, adjoint PCF au logement de la mairie de Paris, tête de liste des communistes aux européennes, pour un débat sur la crise du logement à Marseille.

 

https://soundcloud.com/lamarsweb/crise-du-logement-a-marseille-debat-ian-brossat-christian-nico

 

 

Une femme victime de violences ne doit pas continuer de payer le loyer solidairement avec l’homme violent :

 

Il existe encore l'obligation d'avoir une ordonnance de non conciliation pour qu'un bailleur social puisse attribuer un nouveau logement à une femme victime alors le logement initial est au nom de monsieur. C’est à retirer du code pénal.

 

1,3 million de personnes vivent dans 600 000 logements indignes.

 

De retour de Marseille, Nicole Ferroni est très perplexe du drame qui touche cette ville, celui de la rue d'Aubagne.
Petite phrase d'Emmanuel Macron sur les Français en difficulté : "Que ce soit une maladresse ou pas, ça fait mal".

Après la sortie d'Emmanuel Macron sur les personnes en situation de difficulté qui "déconnent", Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre, déplore les propos du président de la République et appelle à ce que "l'apaisement vienne du plus haut niveau de l'Etat".

(…) "La France, elle a envie d'égalité et que tout le monde s'en sorte. Il y en a qui pensent que certains profitent mais il ne faut pas que le président parte de ceux qui pensent ça, il faut au contraire qu'il ressoude la société. 

Benjamin Griveaux, avec ses 7900€ par mois ne peut pas acheter son logement

 

Cela a bien évidemment suscité quelques commentaires savoureux:

 

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

B Griveaux, suite « anonyme » :

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Paris "trop cher" : des cagnottes lancées pour aider Benjamin Griveaux à se payer un logement.
(…) De quoi susciter bon nombre de sarcasmes, et la création de fausses cagnottes solidaires.
(…) "Nous avons le devoir de nous mobiliser pour soutenir notre secrétaire d'Etat. Un toit pour Griveaux !" lance l'une des ces cagnottes, une autre appelant les généreux contributeurs à l'aider "à sortir de la misère".

 

La crise du logement en France.
Source AFP

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Révélation La Marseillaise:

Christophe Madrolle, candidat UDE à la mairie de Marseille et Mohamed Laqhila, député de la majorité présidentielle et candidat à la maire d’Aix-en-Provence possèdent des logements qu’ils louent dans l’une des copropriétés les plus dégradées de Marseille .
 En kiosque ce jeudi 19 septembre ou à acheter en ligne sur :

-------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Prison requise contre Dominique Tian à Marseille. ---------------------------------------------------------------------------------------------------

 Madrolle n'est plus à l'UDE

Publié dans Marseille

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article