Auguste Chabaud - André Derain

Publié le par bmasson-blogpolitique

Le peintre Auguste Chabaud naît à Nîmes le 3 octobre 1882. Il évoquera dans de nombreux écrits et poèmes des souvenirs de sa petite enfance nîmoise, où les sensations de couler sont déjà présentes.

« Je me souviens aussi vaguement d’une fenêtre d’amis de laquelle nous regardions passer la procession, non, cette fois, dans une petite rue en pente, mais sur le grand boulevard où la procession plus à l’aise se déroulait avec l’ampleur d’un régiment tout blanc avec en tête un suisse tout rouge avec des broderies jaune de chrome, avec un chapeau à plume de général et sa hallebarde solennelle. Ces suisses, tout rouge c’est la coutume en Languedoc et je ne les ai plus retrouvés dans les processions et les églises de Provence.

Pour revoir quelque chose de comparable à un pareil suisse qui avait ébloui mon âme d’enfant, il a fallu qu’à vingt ans j’aille tirer mon congé en Afrique où j’en fus ébloui par le Tambour Major des Tirailleurs, habillé non de vermillon mais d’azur, bordé de tresses jaune de chrome, et maniant, non la solennelle hallebarde, mais une canne à grosse pomme d’or avec un gland. Bien qu’à cette époque je me disais antimilitariste, j’en fus émerveillé. »

Auguste Chabaud

Atelier de l’artiste - Graveson

La séduction du costume

 

 

 

Il est le cadet des deux fils d’une famille protestante. Durant son enfance, il passe ses vacances à Graveson, au mas de Martin, la propriété viticole que ses grands-parents paternels vont léguer à ses parents en 1893.

Il entre à quinze ans à l’école des Beaux-Arts d’Avignon, avant de s’installer à Paris en 1899. A l’académie Carrière, il rencontre Matisse, Derain*, Puy, Laprade. Il peint sur les bords de la Seine, en plein air.

Il s’embarque quelques mois comme pilotin sur un navire marchand partant sur les côtes d’Afrique de l’Ouest. Le suicide de son père le contraint au retour. Ne pouvant que rarement acheter toiles et couleurs, il dessine à cette période sur du papier de boucherie.

Il y croque la vie du mas, celle des travailleurs, des paysans, des bergers, des bêtes, du quotidien avec ses rituels, ses fêtes et ses drames. Sa faculté à saisir l’essentiel de cette vie rurale à travers les gestes et les attitudes est remarquable tant par sa force que par sa vision synthétique, la vivacité et la précision de son regard, son don de l’observation, sa mémoire visuelle, sa férocité et paradoxalement aussi par sa tendresse.

« Le peu que je sais, je l’ai appris non dans les ateliers suffocants où je n’ai pu vivre, et je m’en fais gloire, mais en suivant les laboureurs et les bergers. J’ai dessiné ce que j’ai vu autour de moi… Ces dessins de campagne ont été faits d’un cœur candide, loin de toutes fréquentations esthétiques. Ils sont comme le bosquet assez agréable dont est sortie la forêt plus farouche de mon oeuvre proprement dite. »

De 1903 à 1906, il fait son servie militaire en Tunisie, d’où il rapporte de nombreux dessins et des peintures de petites dimensions.

 En 1906, il s’installe de nouveau à Paris et alternera jusqu’à la Première guerre mondiale des séjours parisiens et à Graveson.

Il élabore à cette période une œuvre puissante, directe, à la fois fauve et expressionniste qui le situe dans les rangs de l’avant-garde. Il fréquente le Moulin de la Galette, les maisons closes de Montmartre, qui deviennent ses sujets de prédilection.

 

Sa carrière se dessine à Paris avec celle des Fauves dès 1907 au Salon d’Automne, après les découvertes de l’Afrique et de la Tunisie. En 1913 il expose aux Etats-Unis aux côtés de Vlaminck, Derain, Matisse et Picasso.

Ses toiles des années parisiennes exhibent la vie nocturne : Montmartre, ses cabarets, ses cafés, ses théâtres et ses prostituées, à l’aide de couleurs vives, rayonnant dans la nuit jusqu’au sombre et au noir.

Ses tableaux de prostituées seront exposés au public quatre ou cinq ans avant sa mort, vers 1950, car il ne voulait pas blesser sa famille. Les contours des femmes et des personnages sont noirs. Il inscrit dans le tableau en lettres d’or les noms des hôtels, contraste avec la nuit.

 

« Comme tes cils sont longs, comme tes yeux sont beaux,

Tes grands eux noirs qui font ta peau encore plus pâle,

O ma prostituée trouvée dans le ruisseau,

Un soir que le ruisseau reflétait les étoiles.

 

Serre-toi contre moi et parle-moi tout bas,

Raconte-moi un peu ta lamentable histoire.

Dis-moi des mots, des mots que tu ne penses pas.

Je suis assez naïf, tu le sais, pour y croire.

 

De ce que tu me dis nulle chose n’est vraie ;

Mais, avec émotion j’écoute tout de même ;

Je n’ai qu’un seul désir, c’est me laisser tromper.

Dis, petite chérie, dis-moi tout bas ; « je t’aime »… »

Auguste Chabaud

Poésies sentimentales

1907

 

En 1919, il s’installe définitivement à Graveson, dans la propriété familiale dirigée par sa maman. Son père s’est suicidé après la crise du phylloxéra en 1900 qui détruit totalement les vignes et le ruine. Auguste Chabaud affrontera un autre malheur. Sa mère se suicidera aussi. Il se mariera, aura huit enfants et vivra en reclus, peignant sa « montagnette ».

Il a produit environ 15 000 œuvres : des poèmes, des sculptures, des dessins, des peintures.

Il meurt à Graveson le 25 mai 1955, à l’âge de 73 ans.

 ---------

*

André Derain

1880 - 1954

Les Naïades

1942 - 1945

Huile sur toile.

Fontevraud

Abbaye royale

------

André Derain

1880 - 1954

Bateaux de pêcheurs à Collioure

1905

Huile sur toile

Paris, centre Pompidou - 2015

 

André Derain

1880 - 1954

Big Ben, Londres

1904

Huile sur toile

Musée des Beaux-Arts de Troyes

André Derain

1880 - 1954

Le faubourg de Collioure

Huile sur toile

Centre Pompidou

-----

André Derain 
1880 - 1954
Pantagruel, roi des Dipsodes, fils de grand géant Gargantua.
Bois en couleur dessiné et gravé. 
François Rabelais 
1494 - 1553
Maison natale "La Devinière".
-------------

Auguste Chabaud 

Affiche à Nîmes

------------------------------------------------------------------------------------------

Auguste Chabaud

1882, Nîmes – 1955, Graveson

La femme à la cigarette

1907 – 1912

Huile sur carton

 

 

De la fin 1906 jusqu’en 1912, il vit à Paris, dessinant et peignant sans relâche les bords de la Seine et les grands boulevards. Il restitue la vie nocturne, les milieux de la prostitution et des salles de spectacle. Ce portrait est halluciné, assemblé à la manière d’un collage de fragments corporels dissociés, traitant en gros plan et de façon crue chacune des composantes érotiques du modèle.

 

Musée Cantini

Marseille

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Auguste Chabaud 
Nîmes, 1862 - Graveson, 1955
Hôtel - Hôtel 
Vers 1907 - 1908 
Huile sur papier marouflé sur panneau
MUMA 
Le Havre 
Auguste Chabaud 
Nîmes, 1862 - Graveson, 1955
Le Moulin de la Galette 
Vers 1908 - 1909 
Huile sur bois marqueté
MUMA 
Le Havre 
Graveson 
Auguste Chabaud 
La messe basse 
1901
 

Auguste Chabaud

1882 - 1955

La fête populaire

1925

Huile sur carton

Fontevraud

Abbaye royale

--------

Publié dans art pictural

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article