Maurice Audin - La naissance de la nation algérienne

Publié le par bmasson-blogpolitique

Conférence organisée dans les locaux de la section du PCF de Marseille 9e.

Les communistes du PCA (Parti Communiste Algérien) étaient engagés dans le combat. Maurice Audin et le PCA ont été une composante de la nation algérienne. Maurice Audin est le produit d'une histoire.

La naissance de la nation algérienne. Quelle était l'Algérie de Maurice Audin ? Il est le fils d’un gendarme. Le pays rural à 81% est essentiellement arabe. La moitié de la population avait 20 ans quand on mourait à 46 ans.

 

 

C'est une agriculture de subsistance sensible aux aléas extérieurs. Il y avait des criquets et parfois des nuages de sauterelles qui dévastaient tout.

Les zones rurales se situaient dans des zones difficiles. C’est le résultat de la spoliation des terres avec la révision complète du droit de propriété. Là où il était collectif, par exemple pour les forêts importantes pour le charbon de bois qui servait à faire la cuisine, il est devenu le domaine de l’Etat et a été monnayé à des colons qui les ont revendus à d’autres colons.

Karl Marx : « anéantissement de la propriété collective, autochtone,  par la liberté d’achat et de vente, ce qui facilite le passage final aux mains des colons français. »

Les violences dans la société algérienne. Le correspondant de Karl Marx à Alger où il a fait un court séjour pour maladie en 1882 explique qu’il y a eu 703 incendies volontaires conclus par 71 condamnations à mort.

Le FNL a compris stratégiquement ce que représente comme potentiel révolutionnaire cette masse paysanne. Il s’est implanté dès 1954 dans les campagnes. C’est la même stratégie suivie au Vietnam (Ho Chi Minh,  communiste) et en Chine (Mao Tse Toung, communiste)  pour prendre le pouvoir.

La vie politique se passait dans les grandes villes. 82% des Français d’Algérie s’y regroupaient. Nous ne connaissons pas en France le nom des massacres. Ce n’est pas passé dans notre domaine politique et culturel.

En Algérie, il n’y avait pas de classe ouvrière. Ce sont des commerçants et des artisans de nationalité française, ce qui est un énorme avantage.

Etre de nationalité française permet d’accéder aux emplois publics et de devenir fonctionnaire, instituteur, postier. Le décalage pour l’accès à l’emploi est très important.

La société s’est complexifiée. Les Algériens qui ont accédé minoritairement à l’éducation française ont tous accédé à des emplois de profession intermédiaire (médecin, avocat, pharmacien, etc). Ca a développé un courant assimilationniste. Pour eux, avoir la nationalité française, c’était important et contraire à leur aspiration d’indépendance.

Ce courant a été un véritable obstacle pour les indépendantistes. L’élite algérienne n’adhérait pas à leur projet. Le PCA est issu de ces grandes villes dans le contexte du Front Populaire notamment pour les combats antifascistes entre les deux guerres. Les mairies algériennes communistes sont arrivées après 1945.

Il y  avait des adeptes pour le maréchal Pétain. Il y avait aussi parmi la population européenne en Algérie des populations espagnoles et italiennes avec une forte propension fasciste notamment chez les Italiens.

 

A Endoume,  à Marseille, ce sont les chemises noires italiennes qui occupaient notre maison du Peuple et les résistants ont flingué leur chef sur la Corniche. En Algérie, le combat anti fasciste était dur. Le PCA a sans doute fait une erreur politique. En premier, il y avait le combat anti fasciste, et en second celui de l’indépendance nationale. Le PCA s’était séparé du PCF, en opposition.

Subordonner la politique nationale n’a pas été fait par Messali Al Haj et son parti le PPA en France. Il était un grand leader nationaliste. Il n’est pas entré dans le front commun anti fasciste, mais n’a pas soutenu non plus le fascisme. Il est resté autonome sur la question nationale. Il y avait une classe ouvrière d’origine algérienne en France. Il a confectionné le drapeau de la république algérienne en France.

 

Ce courant existait toujours. Audin s’est occupé des liens avec les étudiants nationalistes à l’université pour la cellule du Parti Communiste. Messali Al Haj reconnaissait l’aspect musulman de la société algérienne.  Il s’est séparé des mouvements religieux réformateurs sur la question du rôle de la religion dans la société. Il avait comme vision Ataturk.

 

Voici le tableau de la naissance de Maurice Audin.

Le PCA a été dans la tourmente de la guerre à partir de 1954. Les messalistes ont été éliminés politiquement et physiquement par le FLN. Le PCA a négocié avec le FLN pour sa participation au combat dans la résistance armée.

Le FLN recevait des armes de Tchécoslovaquie et de la RDA et avait besoin de la reconnaissance de l’URSS. Cela explique les négociations. Le FLN a demandé la dissolution de PCA dans le FLN. Ca n’a pas marché. « Les maquisards rentrent chez vous et vous faites le travail politique ». C’était boiteux. L’action du  lieutenant Maillot qui a déserté pour créer un maquis rouge qui n’a pas duré longtemps, accompagné de Boris Laband, a facilité les négociations. Il était un ami d’enfance de Fernand Iveton qui avait essayé de faire sauter une bombe à EDF, puis a été arrêté et décapité, alors qu’il avait pris ses précautions pour qu’il n’y ait pas de victimes.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Maillot_(militant_anticolonialiste)

Le PCA a été interdit en 1955. Son activité a été clandestine. Maurice Audin et sa femme, Henri Alleg ont milité clandestinement et ont créé la Voix du soldat pour diffuser dans les casernes. Il fallait cloisonner les activités, et aucun regroupement. Henri Alleg a été arrêté le lendemain de l’arrestation de Maurice Audin, pris dans une souricière.

 

Je vais vous lire le document écrit par Sadek Hadjeres membre du PCA.

Lecture du texte de Sadek Hadjeres membre du PCA.

 

Voir aussi:

 

 

 

Patrick Boucheron, Patrick Chamoiseau, Simone de Bollardière, Aurélie Filippetti, Robert Guédiguian, Pierre Laurent, Benjamin Stora, Françoise Vergès, Cédric Villani...

 

Théodore Devilly

Metz, 1818 – Nancy, 1886

Mort du sergent Blandan

1882

Huile sur toile

Cette toile relate un épisode historique de la conquête de l’Algérie où un jeune sergent a préféré mourir plutôt que de se rendre.

Musée des Beaux-Arts

Nancy

 

Les Gilet-e-s Jaunes se demandent comment la rue a eu raison de Bouteflika.

Mais on en reparlera dans 20 semaines. Auront-ils  raison de son entourage?

 

 

Marc Alfred Chataud

Rue à Alger

Seconde moitié du 19e siècle

Huile sur toile

Musée du Quai Branly

Paris

 

Publié dans histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article