Diaporama de mes dessins en hommage aux artistes - Edgar Degas

Publié le par bmasson-blogpolitique

Henri Matisse, Aragon et Elsa Triolet, Jacques Réattu, Edgar Degas*, Claude Monet, Berthe Morisot, Victor Vasarely sont ceux à qui je rends hommage avec mes dessins.

*

Edgar Degas

Cheval attaché à un arbre

Vers 1873 – 1880

Huile sur panneau

Musée Cantini

Marseille

Collection Burrell

 

Les courses figurent parmi les sujets de prédilection de Degas. L’étude des chevaux reste l’apanage du dessin ou de la sculpture. Les courses hippiques connaissent un regain d’intérêt sous le Second Empire. Elles sont un effet de l’anglomanie qui triomphe en France eu XIXe siècle.

 

 

Edgar Degas

Femme à l’ombrelle

Vers 1880

Huile sur toile

Musée Cantini

Marseille

Collection Burrell

 

En marge de son travail sur les repasseuses, les danseuses, les nus ou les courses de chevaux, Degas fut l’un des grands portraitistes de son siècle. Ici, il aboutit à l’invention du « portrait en situation » où le personnage exerçant une activité quotidienne, ainsi que son vêtement, en disent autant que son apparence physique.

 

Edgar Degas

Femme regardant à travers des jumelles

Vers 1866 – 1872

Huile et crayon sur papier marouflé sur toile

Musée Cantini

Marseille

Collection Burrell

 

 

Cette femme élégante, spectatrice d’une course hippique, incarne l’essence du réalisme artistique de Degas à la fin des années 1860. L’originalité de Degas est dans son dessin très marqué, se fondant dans une peinture diluée dans de l’essence.

 

-----------------------------------------------------

 

William Burrel a réuni vingt-trois oeuvres de Degas.  La Répétition est emblématique de la fascination de Degas pour les coulisses de la danse. Dans cette œuvre d’un foyer, peut-être celui de l’ancien opéra rue Le Peletier, il multiplie les audaces de cadrage. A gauche, l’escalier en colimaçon que descendent les danseuses dont on n’aperçoit que les jambes. A droite, la jeune femme au premier plan est arbitrairement coupée sur le côté. Quant au vide au centre de la composition, il est une innovation radicale.

 ---------------------------------------------------------------------

Page 107 :

Elisabeth de Gramont a connu Edgar Degas, vieillard devenu aveugle. Quand il était jeune, il « scrutait les gestes des femmes, leur façon de se peigner et de s’affubler. Il allait voir rue de Douai, sa voisine, une jeune et jolie veuve, Madame Georges Bizet, et la priait de se faire coiffer devant lui. »

 

Quand Elisabeth de Gramont  lui demanda pourquoi il dessinait les femmes si laides, il lui répondit « Parce qu’elles sont laides, Madame. »

Elisabeth de Gramont

Les Marronniers en fleurs – Mémoires, 2

Les Cahiers Rouges – Grasset – 2018 – Première édition en 1929

----------------------------------------------------

 

Edgar Degas

France, 1834 – 1917

Danseuse rajustant son épaulette

Pastel sur papier

Musée d’Assezat

Fondation Bemberg

Toulouse

---------------------------------------

P 153 :

Degas se prend les pieds dans les fils de fer qui entourent les pelouses, au parc Monceau, un soir qu’il va manger chez Rouart.

« Ces fils de fer qu’on met là tout exprès pour faire tomber les promeneurs… » dit un passant indigné.

« Non, fait Degas, c’est pour arrêter les gens qui vont déposer des statues sur les pelouses. »

Ambroise Vollard

En écoutant Cézanne, Degas, Renoir

Edition Les Cahiers Rouges – Grasset

Première édition : 1938

------------------------------------------------------

Edgar Degas

Paris - 1834 - 1917

Etude de deux têtes de femmes

1870 - 1872

MUMA

Le Havre

---------------------------------

 

Edgar Degas 
Paris 1834 - 1917
Deux hommes en pied 
1847 
Troyes 
Musée des beaux Arts
Je me suis demandé pourquoi un visage n'était pas peint.
Avait-il été effacé ou alors, pas terminé?
------------------------

Edgar Degas

Jeune fille se coiffant

Non daté

Bronze

Fonte Hébrard (1921 – 1931)

 

Ces statues n’étaient pas destinées à être montrées mais ça a inspiré Degas pour rendre ses peintures plus vivantes.

Après sa mort en 1917, on trouvera dans son atelier 150 statues inconnues du public.

 

Musique :

Ulv Orn Bjornsson                                              

 

https://soundcloud.com/ulv-orn-bjornsson

-----------------

Edgar Degas et son tableau « L’Absinthe » – Page 166 :

Il le peignit en 1876. « L’homme a l’air absorbé par de lointaines pensées, tandis que la femme semble attristée par sa situation présente et par sa solitude ».

 

L’auteur constate que l’alcoolique « vit dans son monde intérieur, éloigné du monde réel. (…) Les mains de cette femme, aux doigts démesurément longs et maigres, traduisent une personne amaigrie par la boisson ».

 

La vigne et le vin, sacrés symboles.

Jean-François Blondel.

Editions OXUS – 2020

-------------


Absinthe romaine.

Artémisia absinthium.  

Abbaye Saint-Georges-de-Boscherville. 

L’absinthe est une plante vivace herbacée qui peut mesurer jusqu’à 1 m de haut est qui est bien connue pour avoir donné son nom à un célèbre alcool. Recouverte d’un poil blanc argenté, elle donne de jolies petites fleurs jaunes durant tout l’été.

----

Edgar Degas 

Paris 1834 - 1917

Danseuse regardant la plante de son pied droit 

Fontevraud 

Abbaye royale

Bronze patiné.

Fonte en 1920, par A. Hébrard.

-------

Edgar Degas 

Paris 1834 - 1917

La femme surprise

1884

Fontevraud 

Abbaye royale

Fusain et pastel sur papier vergé chiné.

 

Edgar Degas 

Paris 1834 - 1917

La repasseuse

1884

Fontevraud 

Abbaye royale

Fusain sur papier calque vélin contrecollé sur carton.

-------------

 

Edgar Degas 

Cavaliers 

Carnet 1 de dessins 1870 - 1913.

BNF - Estampes et photographie.

Paris 

-------------

 

Famille Degas 

1834 - 1917

Cimetière de Montmartre

---

Edgar Degas 

Chanteuse au café 

1878 

Paris 

Musée d'Orsay 

------

Edgar Degas 

Deux danseuses en maillot (Arlequin et Colombine) 

1892 

Paris 

Musée d'Orsay 

-------

Edgar Degas 

Etude pour Miss Lala au cirque Fernando 

1879 

Paris 

Musée d'Orsay

------

Degas des eaux.

Par No Name

NDLR: jeu de mots sur "dégât des eaux". C'est le jeu de mots qui "prend l'eau"!

----------------

 

Publié dans art pictural

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article