Manifestation du 25 novembre - Journée internationale contre les violences faites aux femmes

Publié le par bmasson-blogpolitique

28/11/2017:

Laurence Cohen (PCF) : 

Comme bon nombre de militantes féministes, les sénateurs CRCE déplorent le fait que les 420 millions annoncés pour 2018 sur les politiques transversales ne représentent pas un euro supplémentaire sur le budget alloué à l’égalité Femme/Homme en 2017.

 

24/11/2017

à la Une de l'Humanité, numéro spécial "Le temps d'agir face aux violences faites aux femmes".

Laurence Cohen (PCF): "On demande plus aux associations pour accompagner les femmes mais l'état se désengage quand il s'agit de les financer ! "

 

Le PCF regrette «la duplicité» du gouvernement:

 

Il demande la mise en place de politiques publiques à hauteur d’un milliard d’euros.

Bonjour à toutes et à tous,

Ces dernières semaines, nous avons assisté à une libération historique de la parole des femmes et à une démonstration unique de l'ampleur du sexisme. La révolution féministe est un enjeu prioritaire que nous nous devons de porter dans notre projet d'émancipation humaine. La réaction forte, avec les hashtags #balancetonporc et #metoo mais aussi avec le scandale judiciaire de la question du consentement, en est la preuve.

Samedi 25 novembre est la journée internationale contre les violences faites aux femmes, à laquelle le PCF participe toujours activement. Mais cette année, il faut faire plus et mieux.

Nous vous invitons donc à venir nombreux et nombreuses samedi 25 novembre à 14 heures place de la République à Paris, ainsi que dans les rassemblements en régions, afin de montrer que les communistes s'engagent pour une loi-cadre contre les violences de genre.

N'hésitez pas à en parler largement autour de vous afin de mobiliser massivement.


Ici, vous trouverez la carte des rassemblements partout en France, recensés par le CNDF :

"La bande-son de la vie d'une femme" concentre en 1m45 les mots, les phrases, les manifestations de sexisme et de violences auxquelles une femme est confrontée tout au long de sa vie.

Emmanuel Macron:

Caroline, Fatima, Madeline, Clémentine et Laure, toutes les 5 à l'origine d'une pétition pour dénoncer les violences envers les femmes, demandent au président Emmanuel Macron des mesures concrètes face à ce fléau. A 24h de la prise de parole d'Emmanuel Macron à l'occasion de la journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes, elles l'appellent à prendre des mesures concrètes et financées contre ce fléau.

A Nîmes

Ligue des droits de l'homme (ou de l'Humain?)

#SoyezAuRdv:

une cinquantaine de personnes se sont réunies vendredi soir place de la République à Paris pour interpeller le président Emmanuel Macron, qui doit annoncer samedi une série de mesures pour lutter contre violences et harcèlement sexuels. L'initiative est partie de cinq militantes féministes, dont l'appel a recueilli 700.000 soutiens en ligne.

Caroline de Haas demande elle aussi un milliard pour défendre les femmes victimes de violences.

Caroline de Haas:

 

"Le Président n’a pas compris ce qu’il se passait dans le pays. Des mesures éparses, certaines reprenant nos demandes, mais sans aucun moyen financier pour les appliquer."

 

"Pour améliorer la visibilité des femmes dans les médias, le gouvernement réalise un clip contre les violences avec ... 100% d’hommes. "

"Formation des fonctionnaires à la prévention des violences annoncée en 2018. 👍 Par contre, sans moyens financiers, je sais pas comment on fait."

« Prise en charge des soins post-traumatiques par la Sécurité sociale ». Bravo! Par contre, sans moyens, je vois pas bien comment on fait."

"Plutôt qu’un brevet obligatoire de la non violence au collège, le Président propose une intervention sur le porno dans les réunions de rentrée des parents."

"Seule parole sur le travail : des testings. Aucune proposition pour faire appliquer la loi sur la prévention du harcèlement sexuel (80% des entreprises hors la loi)"

Femmes solidaires de Corse et l'association Savannah:

Inauguration d'un banc rouge dans les villes d'Ajaccio et de Bastia pour ne pas oublier les femmes victimes de féminicide.

Sources :

Etude nationale sur les morts violentes au sein du couple; Etude mondiale sur l’homicide, 2013;  Enquête cadre de vie et sécurité; Enquête Virage, INED; Miprof; Unicef; HCEfh; centre Hubertine-Auclert.

Affiche de l'association des "Effrontées".

 

Publié dans Femmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article