Anti-relous : déferlement haineux contre le site  et une journaliste d’Europe 1.

Publié le par bmasson-blogpolitique

Anti-relous : déferlement haineux contre le site  et une journaliste d’Europe 1.

 

Ne cherchez pas le site sur Internet, il a été fermé. Voici le déroulé des réactions haineuses :

 

Acte 1 :

27 octobre, création d’un nouveau site contre le harcèlement :

 

0644649021, voici le numéro de téléphone pour "se débarrasser des mecs insistants"

 

Voici le texto envoyé par le 0644649021 :

« Bonjour ! Si vous lisez ce message, c'est que vous avez mis une femme mal à l'aise. Avec vous, elle ne s'est pas sentie en sécurité. Ce n'est pas très compliqué : si une femme dit « non », inutile d'insister. Apprenez à respecter la liberté des femmes et leurs décisions. Merci. »

Acte 2 :

1er novembre, Libération : Fermeture du site

Numéro «anti-relous» : aussitôt créé, aussitôt pris pour cible, aussitôt supprimé.

 

Submergés par les messages d'insultes et de menaces, et par un «raid» orchestré par les utilisateurs d'un forum hébergé par le site JeuxVideo.com, les deux fondateurs de ce numéro de portable lancé le 27 octobre pour décourager les auteurs de harcèlement l'ont finalement supprimé.

 

Acte 3 : 1er novembre à Europe 1

 

Vidéo de Nadia Daam :

 

Pour chaque don contre le harcèlement, un porté de Dirty Dancing* !

* Marseille

Tag trompe-l'oeil

Porte d'une boîte de nuit

 

 

Un forum qui, comme son nom ne l’indique pas, ne traite pas tellement de jeux vidéo, et n’est pas vraiment alimenté par des personnes âgés de 18 à 25 ans, mais par des gens dont la maturité cérébrale n’a visiblement pas excédé le stade embryonnaire.

Ce forum, pour dire les choses poliment, représente le bac marron d’internet, la poubelle à déchets non recyclables. À ce stade-là, c’est pas #balancetonporc, mais balance la chaine de fabrication des jambons Madrange, couenne comprise. Car ses membres se sont fixés une mission : harceler, menacer et décourager la moindre initiative féministe.

Acte 4 :

3 novembre, Libération : menaces contre une journaliste qui a soutenu l’initiative des « anti-relous ».

Soutien à la journaliste Nadia Daam, menacée par des trolls.

Depuis quelques jours, notre consœur Nadia Daam est assiégée par des nervis abrités dans l’anonymat d’Internet, sur Twitter, Discord ou sur les forums de discussion 18-25 de la plateforme jeuxvideo.com.

 

Voici le site Marue Sue, qui devait être copié en France :

Traduction :

Tu en as assez de donner ton numéro aux mecs juste pour t’en débarrasser? Eh bien, nous avons la réponse pour vous! Au lieu d'obtenir encore un autre compte Google Voice, il suffit d'utiliser notre nouvelle Hotline Mary Sue rejet.

 

Avec le  # (646) 926-6614, ils vont entendre ce beau message:

 

"Oh Bonjour." Si vous entendez ce message, vous avez fait une femme ne se sentant pas en sécurité et/ou irrespectueux. S'il vous plaît apprendre à entendre « non » pour une réponse et  respectez l'autonomie émotionnelle et physique des femmes. K THANKKS. "

 

Aussi, parce que nous savons qu'à peu près personne ne fait plus d'appels, il y a une option de texte. Le texte ne sera pas automatiquement envoyé, vous donnant assez de temps pour partir, mais il sera livré à leur boîte de réception une heure plus tard.

 

https://www.franceinter.fr/societe/la-journaliste-nadia-daam-menacee-de-mort-et-de-viol-pour-avoir-denonce-des-trolls-sur-internet

 

Une réponse judiciaire peu adaptée.

 

Acte 5:

03/11/2017:

Europe 1 a annoncé vendredi avoir porté plainte pour le harcèlement dont est victime l'une de ses journalistes, Nadia Daam, après une chronique dénonçant la campagne de haine à l'encontre de deux militants féministes menée par le forum Blabla 18/25 du site jeuxvideo.com.
 

La journaliste Nadia Daam, insultée et menacée de mort sur Internet, espère que le procès, ce mardi à Paris, de deux cyber-harceleurs mettra fin au sentiment d’impunité des internautes malveillants.

(…) Elle a du désactiver son compte Twitter, s’adapter pour que sa fille ne reste pas seule à la sortie du collège et a vu son nom inscrit sur des sites pédophiles ou zoophiles.

(…) Sept internautes identifiés.

Le premier sévissait sous le pseudonyme @Tintindealer, 20 ans.

Le second, 34 ans, s’est caché sous le pseudo quatrecenttrois.

(…) Les quatre autres auteurs identifiés, domiciliés entre Valenciennes (59), Douai(59), Strasbourg (67) ou Grasse (06) seront jugés par les juridictions de leurs régions

Audience Nadia Daam renvoyée au 3 juillet. La demande de renvoi de la défense (qui n'a pas eu de copie du dossier) est acceptée.

Déception de la journaliste.

 

NDLR : aux suivants !

 

Dans l’affaire du cyberharcelement de Nadia Daam, les deux prévenus sont chacun condamnés à 6 mois avec sursis, et à verser à la victime 2000 euros en réparation de son préjudice moral. Très émue, Nadia Daam se dit "soulagée que ce soit fini" et se félicite que ce qu'elle a vécu soit reconnu par la justice. Le plus jeune des deux n'est pas revenu écouter la sentence.

Plus

« Le cyberharcèlement ne va pas s’arrêter du jour au lendemain. Mais ce que ce procès dit : c’est qu’on a les moyens de retrouver les auteurs » réagit Nadia Daam.

Deux membres du forum "18-25" de jeuxvideo.com condamnés à 6 mois de prison avec sursis pour avoir harcelé la journaliste Nadia Daam.

 

Fatima Benomar victime de cyberharcèlement 

Une autre militante victime.

 

Fatima Benomar victime de cyberharcèlement
#NousToutes la soutient
Moi aussi...

--------------

 

Messages haineux à signaler à:

 

 

"Quartiers sans relous": Mme Schiappa, le harcèlement de rue n’a pas de bornes géographiques.

La démarche du ministère de l’Intérieur est problématique car elle cible la rue, alors que le harcèlement sexuel ou à caractère sexiste est partout: dans les bars ou à l’Assemblée Nationale.

 

(…) Partout les réseaux sociaux qui ferment les yeux sur le cyberharcèlement des femmes. Partout les prises de parole publiques qui nient, banalisent, excusent les violences, et culpabilisent les victimes. Et sur les plateaux télé des émissions grand public, des agressions sexuelles commises en direct qui suscitent l’hilarité générale. 

( …) Cette confusion, on la retrouve dans le mot “relou”, qui évoque l’emploi fréquent de l’expression “drague lourde”. Le harcèlement de rue, ce n’est pas de la drague. Et la drague, quand c’est lourd, ça n’en est pas. Ce qui caractérise la drague, c’est le consentement. 

(…) Le harcèlement des femmes dans l’espace public, c’est aussi le symptôme d’une société qui n’éduque pas ses enfants à l’égalité.

(…) Si l’on veut traiter le problème du harcèlement sexuel ou sexiste, dans la rue et ailleurs, il faudra accepter de regarder en face certaines évidences:

1) Le préalable à toute évolution des comportements est une évolution des mentalités. Cela nécessite une reconnaissance publique que le problème est systémique et non individuel.

2) La priorité donnée à des mesures répressives est une impasse.

3) Cela prendra du temps et demandera des politiques de long terme axées sur les causes du sexisme, et non sur ses conséquences.

4) Des politiques publiques contre les violences sexistes et sexuelles, à commencer par la formation des enseignant.es sur ces sujets et une éducation à l’égalité à l’école, demandent des moyens.

Publié dans Femmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article