La condition des femmes migrantes - Aix-en-Provence - Mexique - Allemagne

Publié le par bmasson-blogpolitique

Elles vont vous présenter le parcours des femmes migrantes et la CIMADE.

Mireille

La Cimade :

L’association a été créée en 1939. Les Allemands ont envahi l’Alsace-Lorraine et l’ont annexée. La Cimade s’est créée quand de nombreux Alsaciens et de Lorrains ont fui. Elle les a aidés à se réinstaller. La guerre finie, la Cimade a axé son travail sur les étrangers arrivant en France. Il y avait beaucoup d’Algériens, Marocains et Tunisiens. Pendant la période des Trente glorieuses, ils viennent de l’Afrique noire. Depuis 2015, la Cimade travaille avec l’énorme flot de réfugiés.

La défense des droits des personnes étrangères.

La Cimade leur offre une aide et un soutien juridique dans leurs démarches administratives pour accéder  au droit d’asile et éventuellement à la citoyenneté française.

Depuis 2016, la Cimade à Aix-en-Provence a accueilli 220 personnes qui sont accompagnées jusqu’aux préfectures.

Deux livrets gratuits à consulter :

Petit guide pour conjuguer la migration au féminin

Les migrations internationales

Les femmes sont dominantes sur les hommes dans la migration internationale. 52% des personnes migrantes sont des femmes. En 1950, elles étaient déjà 49%. Il y a eu les bonnes allemandes, les Suisses. La migration des femmes ne sa fait pas seulement dans le cadre familial. Si elles migrent c’est parce qu’elles veulent avoir un accès aux droits. Elles veulent travailler. Elles sont déjà diplômées. Elles désirent aussi avoir accès aux droits fondamentaux, à la reconnaissance de leur personne car dans de nombreux pays, les femmes sont considérées comme des mineures.

Beaucoup de femmes migrent seules. Elles sont dans des conditions de fragilité et de vulnérabilité considérables. Dans leur pays d’origine, elles sont déjà le soutien économique de leur famille. En Afrique, la vie économique des familles étant extrêmement dégradée, elles vont chercher ce soutien en Occident. Elles voyagent illégalement, contrairement aux épouses qui rejoignent leur mari. Elles subissent des violences spécifiques, des préjugés sexistes, et ont des parcours migratoires plus dangereux. 90% des femmes qui passent par la Libye sont violées et portent un enfant. Tous deux peuvent avoir le SIDA.

 

 

Elles ont un statut social très dévalorisé. Elles viennent car elles savent qu’il y a un besoin spécifique dans le service à la personne, dans certains emplois agricoles ou dans la santé. Je pense aux Roumaines employées en Italie, dans les services à la personne. Ce sont des emplois invisibles, non déclarés, mal payés. Chez nous elles subissent la flexibilité de l’emploi, le travail illégal ou sans accès aux droits du travail.

 

 

En France, les statistiques interdisent de spécifier le sexe ou le genre, tout comme la couleur de la peau. Plus de 40% d’entre elles sont actives. 60% sont donc dans le cadre d’un foyer familial. 14% ont un titre de séjour étudiant. 38% ont un diplôme de l’enseignement supérieur. Elles vont être sous-employées chez nous. 23% des femmes obtiendront une régularisation pour le travail. Elles sont plus vulnérables quand elles sont reconduites à la frontière.

 

 

La discrimination envers les femmes est invisible et indirecte. Le texte de la loi française se présente comme neutre, pour tout le monde. Ce n’est pas vrai. L’article 313-14 du CESEDA précise que pour être régularisé, il faut avoir été embauché au SMIC mensuel pendant au moins cinq ans et que l’employeur participe à la procédure de demande de régularisation. Or, 85% des métiers sont genrés. Les femmes connaissent la multiplicité des employeurs et des salaires très bas. Souvent payées au noir, avec des périodes de chômage, elles sont dans l’incapacité de remplir les critères demandés. La réalité est différente pour les hommes et les femmes.

 

 

En 2006, on pouvait l’obtenir au bout de 10 ans de séjour sans condition. Sarkozy a décidé de supprimer cette carte de dix ans. Pour obtenir une carte de résident, il faut faire la preuve les conditions s’allongent à dix de revenus au moins égal au SMIC. Les femmes sont dans l’inégalité.

Cette précarité va se retrouver dans le cadre du regroupement familial. C’est souvent l’homme qui a le statut principal. Si la femme quitte son foyer, elle n’a plus de papier. En cas de violence conjugale ou de grosses difficultés dans le couple, la femme n’obtient pas de papier.

La question de genre émerge actuellement. Les femmes ne sont pas toujours conscientes de ce qu’elles subissent elles-mêmes. « Femmes étrangères, n’ajoutons pas la violence à la violence » est une campagne menée par la CIMADE.

Faire attention à la discrimination inconsciente. On demande à la femme sa situation sur les enfants (regroupement familial), à l’homme sa condition professionnelle (travail).  

Les questions de l’ethnocentrisme. Pour nous, une femme qui porte le voile est une femme soumise. La question de leurs relations avec leurs enfants. S’autonomiser n’est pas la même chose que pour nous.

NDLR : Ces questions sont en effet en débat chez les féministes !

 

Carole

11

Je travaille en centre détention auprès des détenus étrangers.

L’origine de l’homme (des humains, NDLR) est située en Afrique. Ils vont partir et traverser les mers, les montagnes. C’est un phénomène mondial. Jusqu’à maintenant.

L’Organisation Mondiale de l’Immigration estime les femmes à plus de 50% des migrants. Depuis 2014, cette proportion est en hausse. De plus en plus de femmes seules, plus jeunes migrent pour des raisons de conflits internes dans leur pays (guerres, changement climatique, discriminations, persécutions et crises économiques).

En 2016, en Sicile, l’OIM a décompté 11 000 femmes nigériennes. Les Nations Unies ont estimé que 80% de ces femmes étaient destinées à la prostitution. C’est un trafic de femmes entre le Nigeria et l’Europe qui existe depuis des décennies. Mais il a augmenté de plus 600% dans les trois dernières années. Les marchés noirs rentables sont ceux de la drogue, de la vente d’armes et le trafic des êtres humains. Elles proviennent d’un endroit spécifique Benin City, dans l’Etat d’Edo, au sud du Nigeria.

 

"Dire que les femmes ont le droit de se vendre, c'est masquer que les hommes ont le droit de les acheter."

Françoise Héritier.

Le Nigeria est un pays où il y a de grands extrêmes, et où 50% des femmes sont analphabètes. Elles n’ont pas d’accès à l’éducation, à l’emploi, au contrôle de leur destin, de leur parole, elles sont très démunies.

Deux facteurs : la pauvreté et la famille.

La pauvreté est inimaginable. Si on n’a rien vendu on ne mange pas. C’est chacun pour soi. Il n’y a pas de projet ni d’avenir. C’est au jour le jour.

 

 

Les familles nigérianes sont très éclatées. Elle donne un exemple anonyme sur le destin d’une jeune fille nigériane. Elle devient la femme de ménage du beau-père puis d’un oncle, puis devient sa femme par mariage forcé. « La place de la femme au Nigeria est celle d’un esclave ».

 

 

Cela les met dans uns situation de précarité très vulnérable.

 

 

La plupart des femmes part pour s’échapper de tout ça, mais aussi pour avoir de l’argent pour manger et pour nourrir une grand-mère ou un petit frère.  Elles ont envie de s’en sortir et de sauver ce qu’il reste de leur famille. En 2003, le gouvernement nigérien a fait une loi contre cette traite. Mais personne ne parle dans les villages de prostitution. C’est un tabou. On ne connaît pas ce mot.

 

 

On lui promet un travail de femme de ménage. Elle pourra gagner un salaire mensuel et envoyer de l’argent au pays. Dans chaque village, une jeune femme qui est allée en Italie a renvoyé de l’argent et ça se voit. Le niveau de vie s’améliore. Personne ne parlant de prostitution, la femme pense que ça va. Une tante, une mie se présentent. Elles sont aussi tenues par la violence. Soit l’information est fausse, soit il y en a peu. Dès que la jeune fille dit oui, on l’isole dans une autre ville, dans un appartement avec l’eau chaude, la lumière, la télévision. Elle pense « Ma vie va mieux ».

 

 

On l’endette. Un grand frère, une grand-mère lui prête de l’argent. La nuit, on l’emmène participer à une cérémonie, un rituel de vaudou le « djoudjou ». Le prêtre qui fait peur prend de son sang, des poils pubiens, des morceaux de vêtements. Il connaît tout l’état civil de la jeune fille et de sa famille. Il donne ses informations aux bandes criminelles nigérianes en Italie. Elle prête un serment de rembourser la dette.

 

 

Pour elle, il y a une malédiction et un contrôle psychologique. Elle pense qu’il y a un mauvais esprit dans son corps contrôlé par quelqu’un d’extérieur. Elle arrive dans un stress et une menace constante. Sur le trajet, elle a peut-être vécu des violences ou été violée. La prostitution inattendue la traumatise.  Il y a en Italie, selon les Nations Unies, une hausse de problèmes mentaux car ces femmes souffrent de traumatismes psychiques. Elles, elles pensent que la malédiction marche.

En Italie, il  en a très peu qui comprennent. Une femme sur vingt essaie de s’en sortir. Dans l’illégalité, elle a une sécurité. Elle est hébergée, elle n’a pas besoin de papier. Si elle sort de ça, les problèmes commencent : difficultés administratives, hébergement, santé, isolation, peur, barrière de la langue.

Elle peut faire appel à l’OFPRA à Paris pour demander l’asile. Pas une seule femme n’a réussi le passage de cette étape.

Il y a un recours, le CNDA. Il faut appartenir à un groupe qui est persécuté et dont le pays d’origine ne protège pas ce groupe-là.

 

En 2016 et 2017, le CNDA a reconnu que ce groupe de femmes de Bénin City fait partie des groupes persécutés.

Ces femmes ne peuvent pas être renvoyées car elles ne sont pas protégées. Dans leur village, elles sont marginalisées, elles subissent encore les discriminations. Heureusement, elles rentrent dans la convention de Genève de protection pour les demandeurs d’asile.

 

 

Depuis 2016, la femme peut s’en sortir, être accompagnée d’une association, peut obtenir l’autorisation provisoire de séjour qui donne le droit renouvelable de travailler pendant 6 mois. Le dossier est assez lourd à monter et à ce jour aucune jeune femme n’est parvenue à cette étape.

Femmes Forum Méditerranée

Je suis Noura, Libanaise. Je fais une thèse entre l’Université d’Aix-Marseille et celle du Liban sur le statut des femmes en droit pénal comparé. Je suis membre du Forum Femmes Méditerranée depuis cinq ans. Je représente le Forum au Réseau pour les femmes migrantes qui est le premier réseau sur cette thématique en Union Européenne.

A quels obstacles et à quelles violences sont confrontées les femmes qui migrent ou qui sont réfugiées? Il faut prévoir une stratégie et une action commune sur le terrain. Comment donner la parole à ces femmes, comment les aider ?

On appelle la migration une migration féminine car on sait, sans statistique définitive, que la majorité des migrants sont des femmes.

La migration peut être vue positivement. C’est une autonomisation pour elles, d’émancipation économique. Elles fuient leur pays à la recherche d’un travail ou pour poursuivre leurs études, pour fuir les traditions et les règles culturelles religieuses ou pour fuir leur famille. Elles ont pu trouver leur place dans notre pays. Elles ont pu avoir un statut juridique. Ce visage de la migration aide à lutter contre la pauvreté et la discrimination pour atteindre une égalité entre hommes et femmes.

La migration présente d’un autre côté un visage négatif.

Les femmes sont soumises à des violences et à des discriminations. Les femmes quittent leur pays volontairement. Rapidement, elles vont avoir des difficultés pour avoir un statut par la légalisation de leurs papiers, ou pour la reconnaissance de leurs diplômes.

En France comme ailleurs, les femmes ont des emplois moins importants et moins bien payés.

Elles seront encore plus discriminées car elles sont migrantes.

Elles quittent leur pays volontairement à la recherche d’une meilleure vie ou d’un emploi ou involontairement en signant pour un contrat de travail qui n’est pas le vrai travail sur place, et vont tomber directement entre les mains des proxénètes. Elles seront forcées de se prostituer. Il y a peu d’associations qui l’évoquent. Une action va être présentée devant l’Institut européen pour l’égalité des genres pour parler de cette problématique et la porter au Parlement européen pour tenter de faire pression sur les gouvernements pour aider ces femmes et limiter le trafic. 

NDLR : limiter seulement le trafic ? Pourquoi ne pas l’interdire ? Des lois au Parlement européen doivent être mises en place, pas seulement des recommandations

Elles vont subir des grossesses et des avortements forcés, des viols, des harcèlements. Ces jeunes femmes n’ont pas le courage de parler. La majorité ignore la langue, ignore le droit qui est en vigueur dans le pays qui les accueille, elles ont peur de se retrouver dans la rue sans logement ni papier. Elles ont peur de se retrouver devant les policiers et d’être encore plus discriminées et re-victimisées.

Le cas des réfugiées.

Ces femmes qui fuient leur pays pour des raisons politique de guerre vont se retrouver dans un état sans statut. Dans le plus grand camp en Grèce, la situation est catastrophique. Les femmes subissent les violences de la part de leur mari ou de leur famille, des habitants locaux à l’extérieur, des autorités policières et de l’Etat.

Novembre 2017.

Mexique: 30 femmes sauvées de réseaux de prostitution:

Allemagne: Des pilotes allemands ont refusé de renvoyer chez eux des migrants expulsés

Grand Corps Malade - Au feu rouge

 

Le 18 décembre, remise du rapport sur la Situation des femmes demandeuses d'asile en France à Madame la ministre Jacqueline Gourault .

L’UE accusée de complicité avec les crimes commis en Libye.

Titres de séjour pour tous-tes!

Aides

No one is illegal

 

Lettre d'un migrant à sa famille - Le Billet de Charline
Les Français sont très organisés : les uns nous donnent des tentes, les autres les lacèrent au couteau...
 
Explosion du nombre d'enfants enfermés en centre de rétention avec Collomb et Macron

 

Le médecin humanitaire Raphaël Pitti a choisi de renoncer à sa Légion d'honneur pour protester contre les conditions d'accueil des migrants en France.

 

"Je ne vois pas d'inconvénient à ce qu'il y ait des contrôles de police mais lorsque l'on demande aux associations humanitaires de le faire, on est dans des choses qui rappellent une certaine histoire et Vichy en particulier", a-t-il aussi jugé.

Janvier 2018

 

L'Etat demande à des hôpitaux de les aider à expulser les sans-papiers.

 

Les sans-papiers seront-ils poursuivis jusque dans les hôpitaux publics ?

 

Les autorités libanaises ont interdit la diffusion de deux films, dont The Post du réalisateur Steven Spielberg.

Un autre film de la production australienne Jungle, a vu en outre sa licence retirée. L'oeuvre raconte le périple tragique de l'aventurier Yossi Ghinsberg, égaré dans la forêt amazonienne en Bolivie en 1981 et incarné à l'écran par Daniel Radcliffe.

Avant même sa sortie, "Beirut" provoque la colère des Libanais. Le film raconte l'histoire d'un diplomate américain, appelé en 1982 par la CIA à se rendre dans la capitale libanaise en pleine guerre civile, pour jouer les négociateurs avec un groupe armé.

Les ressortissants libanais n'ont pas le droit de se rendre en Israël.

Spectacle au profit des migrants avec l'association Haut-Var Solidarité

Samedi 20 janvier 2018 à 20h30  
Salle F Mistral -FLAYOSC  (salle collée à la mairie)

 

" Merci de vous être déplacépar Matthieu Epp, conteur

Ces récits d’immigrés clandestins témoignent de ce qu’ils ont vécu en quittant leur pays pour échapper à la guerre ou la misère et dépasser les frontières. Le voyage commence sur un rivage où les migrants attendent le signal du passeur pour embarquer. Ce soir ils vont passer et très vite tout peut basculer. Ce spectacle alterne contes traditionnels et récits de vie, mêlant le mensonge au merveilleux.

Tout en bas de l'échelle chez les migrants : les femmes, qui fuient souvent la violence et la faim dans leur pays d'origine, parfois aussi celles à qui on promet une meilleure vie, sans préciser qu'elles seront vendues à des réseaux de prostitution. Sur ce chemin, les femmes sont celles qui paient le plus lourd tribu.

Les femmes représentent 70 % des personnes vivant avec moins de un dollar par jour. Elles assurent plus de 80 % de la production agricole dans les pays en voie de développement, passent trois fois plus de temps à collecter l'eau mais elles ne possèdent que 2 % des terres et ne touchent que 10 % des revenus. Elles sont les premières à devoir faire face aux phénomènes de sécheresse, de désertification et d'inondations. Elles ont quatorze fois plus de chances que les hommes de périr en cas de catastrophe naturelle. Leur rôle est central au sein de la famille en matière d'éducation et de prévention.

Esa Faucillon (PCF):

"Face à la Loi Asile-Immigration du gouvernement, nous proposerons des amendements pour interdire le placement des enfants en centre de rétention."

Les conséquences catastrophiques du projet de loi asile/immigration sur la santé des personnes.

Comme l’a récemment montré l’enquête PARCOURS menée par l’Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS), 49 % des migrants-es séropositifs-ves ont été contaminés-es sur le territoire français, après leur arrivée. Les migrantes sont particulièrement concernées : en l’absence de logement stable ou de titre de séjour, certaines femmes se retrouvent, comme le précise encore l’étude PARCOURS, à la merci d’hommes n’hésitant pas à « monnayer leur aide » contre des rapports sexuels contraints. Aussi, entraver l’accès à un titre de séjour, c’est précariser socialement et exposer au VIH de nombreux migrants-es et, in fine, favoriser la dynamique de l’épidémie en France

Paris :

L’apprentissage du français pour tous : une priorité de notre politique d’intégration !

C’est pourquoi les élus de la majorité parisienne ont affirmé à plusieurs reprises leur volonté que soient soutenues par l’État toutes les actions qui concourent à cet apprentissage, sans condition de nationalité, de statut administratif ou de durée de présence en France.

 

Le prix Nobel de Littérature Jean-Marie Gustave Le Clézio se dit, dimanche dans le JDD  , "scandalisé" par les mauvais traitements infligés en France aux migrants, appelant le président Emmanuel Macron a tenir "davantage" compte des défavorisés.

 

(…)"Fermer ou ouvrir les frontières reste une question, mais une fois que les gens sont en France, il est inacceptable de mal les traiter", ajoute-t-il.

Le prix Nobel de Littérature Jean-Marie Gustave Le Clézio se dit, dimanche dans le JDD  , "scandalisé" par les mauvais traitements infligés en France aux migrants, appelant le président Emmanuel Macron a tenir "davantage" compte des défavorisés.

(…)"Fermer ou ouvrir les frontières reste une question, mais une fois que les gens sont en France, il est inacceptable de mal les traiter", ajoute-t-il.

Elsa Faucillon (PCF):

Plus

« Nous proposons de donner le même droit devant la Justice aux demandeurs d'asile qu'aux citoyens français, pour une vraie égalité républicaine et humaine devant notre Justice. »

 

 

Alors que le gouvernement souhaite une réforme de la politique de l'asile, le sociologue Smaïn Laacher, spécialiste des questions migratoires, nous plonge au cœur de la Cour nationale du droit d'asile, ultime recours pour celles et ceux ayant fui leur pays et qui invoquent la protection de la France.

  

Loi immigration et asile. Droits des étrangers, vers un recul historique ?

(…) L’article 5 du texte gouvernemental prévoit, par exemple, de réduire de 120 à 90 jours la période durant laquelle un étranger peut déposer son dossier à l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), après son entrée sur le territoire.

(…)Une personne menacée dans son pays pourrait y être renvoyée, alors même qu’elle sollicite la justice française pour lui venir en aide. Le texte gouvernemental prévoit, de plus, que le requérant ne dispose plus que de 15 jours, au lieu de 30 aujourd’hui, pour formuler ce recours.

(…) Cette interdiction (de 3 ans) sera automatiquement inscrite dans le fichier des visas Schengen, explique la Cimade. Cela équivaut pour ceux qui seront expulsés en dehors de l’UE à une interdiction de tout le territoire européen. 

 

La CIMADE communique:

 

 

Elsa Faucillon (PCF) :

« Submersion migratoire » : les Français.e.s n’ont pas fait barrage à Le Pen en 2017 pour que le gouvernement reprenne aujourd’hui son vocabulaire sur l’immigration !

Asile : un projet de loi injuste et inefficace

Depuis l'annonce du projet de loi sur l'asile et l'immigration discuté à partir du 16 avril au parlement, les défenseurs des droits des étrangers se mobilisent pour en pointer les écueils et les manques. Explications.

 

Pierre Dharréville à L'Assemblée Nationale:

"Je suis heurté par le cynisme et le manque d'humanité de certains propos entendus ici ce soir, par cette manière de tout mélanger, d'agiter les peurs et de rendre l'étranger responsable d'une crise issue de la loi de l'argent".

Asile et immigration : l'opposition de gauche accuse les LREM d'avoir voté "avec Les Républicains et le FN".

 

La majorité a voté jeudi soir la réduction de 120 à 90 jours du délai de dépôt d'une demande d'asile. Les députés PS, LFI et PCF ont dénoncé le fait que l'article 5, qui contient cette mesure, a également été voté par les députés LR (14 sur 19 votants) et par les quatre élus FN présents au moment du vote.

Elsa Faucillon (PCF) le 21/04/2018 :

« Des enfants derrière les barbelés pendant 90 jours : c’est que la majorité En Marche s’apprête à voter ce matin. » 

La fascisation des esprits au sein des autorités politiques:

Ce sont avec des mots "calme" et "état de droit" que l'on ouvre un boulevard aux idées de l'extrême droite.

 

Lu sur Twitter :

-         PCF : « Quelle mansuétude envers les minables provocations de l'extrême droite. Les étudiants de Tolbiac et d'ailleurs n'ont pas le droit à autant d'égards. »

-         Ça se passe en France en 2018.

Le migrant pourrait faire un effort - La chronique de Pablo Mira.

Pablo Mira revient aujourd'hui sur une loi qui divise : la loi asile - immigration qui est en débat à l'Assemblée nationale. Il vous explique tous les points de crispation.

 

Elsa Faucillon (PCF):

« Vous ne prenez pas le chemin de la paix ni de la justice. Vous ne prenez pas le chemin de l’intelligence collective qui accueille aujourd’hui pour préparer demain. »

 

Elle défend un amendement proposant la non poursuite des personnes, victimes de traite d’être humains, qui ont été contraintes de commettre des délits dans ce cadre (une proposition du comité contre l’esclavage moderne). Rejeté.

 

« Après 7 jours et quelques nuits, la Loi asile et immigration a été votée. Je pense à toutes celles et tous ceux qui se sont battus contre cette loi, et à ceux qui la subiront. La suite sera compliquée pour eux. Notre rage est froide, mais elle est assurément déterminée. »

 

 

Maryline Baumard (journaliste Le Monde) :

Identitaires : "Gérard Collomb a dit 'On surveille' mais qu'est ce que ça veut dire quand on laisse un groupe surveiller les frontières à la place de la police? C'est comme les milices privées en Hongrie."

Des demandeurs d'asile soudanais torturés dans leur pays après avoir été expulsés par la France

Une enquête du New York Times a révélé dimanche soir que plusieurs demandeurs d'asile soudanais renvoyés par la France, l'Italie et la Belgique, avaient été torturés à leur retour dans leur pays d'origine.

Le PCF édite son manifeste

"Pour une France hospitalière et fraternelle, une Europe solidaire"

Pour une autre politique migratoire : présentation du manifeste du PCF par Cécile Dumas
Cécile Dumas, responsable nationale du PCF aux questions migratoires présente la contribution des communistes pour une nouvelle approche et une autre politique des questions migratoires.

 

Situation critique au Col l’Échelle : une militante de La Cimade témoigne.

Alors qu’environ 200 policiers et gendarmes sont présents au Col de l’Echelle, que les “Identitaires” annoncent une deuxième phase à leur action, la protection des personnes exilées et des lieux de refuge par les militants briançonnais doit être épaulée par des soutiens extérieurs. Récit.

Pas de poursuites pour les Identitaires qui disent avoir remis des migrants à la police.

Des militants d'extrême droite affirmaient avoir "raccompagné" des migrants à la frontière franco-italienne dans la nuit de jeudi à vendredi dans les Hautes-Alpes : l'enquête ouverte par le parquet de Gap a été classée sans suite, faute "d'infraction constatée".

(…) Le week-end dernier, des voix à gauche s'étaient élevées contre leur action en reprochant à l'État de ne pas réagir assez fermement – certains ont réclamé depuis la dissolution de Génération Identitaire.

 

De plus en plus de femmes s’expatrient pour leur carrière.

Le temps où la plupart des femmes partaient dans un autre pays pour suivre leur conjoint est révolu. Elles sont de plus en plus nombreuses à déménager à l’étranger pour leur travail plutôt que pour leur famille.

(…) Certaines suivent encore leur mari ou leur partenaire à l’étranger, mais aujourd’hui beaucoup partent seules – soit parce qu’elles ont été envoyées par leur employeur, soit en tant qu’indépendantes à la recherche d’une meilleure expérience et d’un meilleur salaire.”

Les femmes migrantes plus exposées aux violences.

(…) On parle souvent des migrants mais très rarement des migrantes. Pourtant, les femmes représentaient en 2017 35% des demandeurs d’asile et 40,5% des personnes sous la protection de l’Ofpra.

(…) Risques d’agressions, de viols, d’exploitations.

 

La totalité des droits sera reversée au @legisti , Groupe d'Information et
de Soutien des Immigrés.

"L'intimité, ce mot-là n'existe pas dans la rue" : des bains-douches dédiés aux femmes sans-abri en projet à Paris.

Le SAMU social de Paris a lancé un financement participatif pour créer une structure de bains-douches et de bien-être, réservée aux femmes sans-abri et pallier un manque dans la capitale.

 

(…) "Il y a des petits bobos, des problèmes d'hygiène intimes. Elles ne peuvent pas en parler aux travailleurs sociaux."

Campements de migrants parisiens : "Tout le monde sait que c’est un chaos", selon Ian Brossat.

(…) La ville de Paris a proposé six sites parisiens pour permettre à ces personnes d’avoir un toit sur la tête et un peu de dignité. Il revient à l’État de se saisir de cette main tendue.

https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/campements-de-migrants-parisiens-tout-le-monde-sait-que-c’est-un-chaos-selon-ian-brossat/ar-AAx7dWY?li=AA521z&ocid=spartandhp

Les opérations antimigrants des identitaires sont contraires à la loi, rappelle la Chancellerie.

Les opérations comme celle de militants de Génération Identitaire qui avaient bloqué fin avril un col des Hautes-Alpes pour empêcher des migrants de passer en France peuvent être poursuivies par la justice, a rappelé récemment la Chancellerie aux procureurs.

(…) Par ailleurs, «au-delà de ces situations ponctuelles», une enquête préliminaire plus globale ouverte du chef d’immixtion dans une fonction publique (article 433-12)» a été confiée aux gendarmes.

L’agriculteur défenseur des migrants Cédric Herrou reçoit la médaille de la ville de Grenoble.

(…) Le maire demande l'abrogation du délit de solidarité.

(…) Le procès d'une retraitée de 72 ans.

(…) Jeudi à Gap, trois militants, une Italienne et deux Suisses, comparaîtront eux pour avoir facilité l’entrée en France de réfugiés le 23 avril lors d’une marche de soutien aux migrants à la frontière franco-italienne.

 

https://www.ouest-france.fr/monde/migrants/l-agriculteur-defenseur-des-migrants-cedric-herrou-recoit-la-medaille-de-la-ville-de-grenoble-5788527

 

L’héroïsme vu par les Macronistes :

 

Pour SOS Méditerranée, les 629 migrants doivent débarquer d'urgence.

(…) Le bateau, dont la capacité d'accueil est de quelque 500 personnes, en compte actuellement 629, dont 123 mineurs et 7 femmes enceintes, et les vivres à bord sont prévues pour tenir qu'une seule journée. 

Affaire de l’Aquarius :

Pierre Henry dénonce "le silence assourdissant de la France".

(…) Pour Pierre Henry, ces pays parmi lesquels figurent la France "ont ainsi contribué à la crise qui a amené l'alliance néo-fasciste au pouvoir en Italie".

Mur de la honte entre le Mexique et les USA :

 

Les officiers disent :

-          Je vais emmener votre enfant au bain.

Cette scène se reproduit encore et encore.

-          Votre enfant doit venir avec moi pour prendre le bain.

L’enfant part et 20 minutes ou une demi-heure plus tard, les parents s’inquiètent.

-          Où est mon enfant de sept ans ?

-          C’est un long bain.

Et ils disent :

-          Vous ne reverrez plus jamais votre enfant.

Lu sur AFP :

« Frontière USA/Mexique: séparer des enfants de leurs parents est "inadmissible", déclare le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme (NDLR, = de l’Humain). »

 

« Ce que tu fais à l’Intérieur commence sérieusement à nous foutre la honte à l’extérieur".

Aujourd’hui nous sommes le 18 juin et dans deux jours exactement nous célébrerons la journée mondiale des réfugiés qui, cette année, tombe pile le jour de l’anniversaire de notre Gérard Collomb national. Le billet d'humeur de Sophia Aram

Frontière mexicaine :

2.342 enfants et jeunes migrants ont été séparés de leur famille après être arrivés au États-Unis.

 

Enfants séparés de leurs parents migrants: une ministre américaine prise à partie.

"Honte, honte, honte! Honte à vous!", scandent longuement les activistes de Metro DC Democratic Socialists of America.

Publié dans Femmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article