Exposition "Les bijoux d'Elsa Triolet" à la fête de l'Humanité

Publié le par bmasson-blogpolitique

« L'homme était le directeur d'un très grand journal à la mode américain. La chasse aux nouveautés et sa gentillesse naturelle l'avaient incité à s'occuper de mes colliers.
Il m'expliqua comment se faisait la vente, où je devais aller, comment il fallait prendre les commandes, numéroter mes modèles, etc. »
 
La mode sanctifiée par l'art
Regards, 1946
Article d'Elsa Triolet
Une vie
De 1929 à 1932, elle crée des bijoux pour la Haute Couture. Elle raconte son expérience dans « Colliers ».
« J'allais vendre aux marchands de New-York et d'ailleurs
De Berlin de Rio de Milan d'Ankara
ces joyaux faits de rien sous tes doigts orpailleurs
Ces cailloux qui semblaient des fleurs
Portant tes couleurs Elsa valse et valsera »
 
Louis Aragon
in Les Yeux d'Elsa

 
« Lorsqu'une maison très connue achète un nouveau modèle, elle lui confère, par-là même le droit à l'existence, car les clients qui achètent pour les maisons de mode étrangères se fient aveuglément au bon goût infaillible des grandes maisons parisiennes. »
 
« Une fois, par un jour torride d'août, je suis allée jeter un coup d’œil sur une exposition de tableaux pour échapper à la canicule et me reposer un peu. Il faisait encore plus chaud dans la galerie , les tableaux étaient plus ennuyeux que des papiers peints et j'allais me diriger vers la sortie, lorsque je fus interpellée par une journaliste américaine. »

« Schiaparelli est une italienne brune, ébouriffée, d'âge moyen. Malgré son succès, elle n'a pas encore de directrice et sa maison n'est pas encore installée dans un hôtel particulier, mais dans un appartement. Elle m'a reçue dans un petit bureau, orné de ses propres photos sur lesquelles, seul un observateur perspicace pouvait reconnaître Schiaparelli. »

« Pauvre Louis ! Pour lui aussi, le commerce était une chose parfaitement insolite.
A six heures du matin, sans avoir le temps de déjeuner ni de se raser, il courait la valise à la main dans le quartier éloigné des maisons de commission. Moi, je préparais déjà une deuxième collection de colliers en choisissant le matériel de telle sorte que Louis n'ait pas top de mal à porter la valise. »

La Coupole, le café de la rencontre d'Elsa Triolet et de Louis Aragon

Or de lui 
"L'Humanité" 
 
----------
VRP timide et sans envergure, Joseph Kamoun voit sa vie basculer du jour au lendemain : primo il est cocu ; secundo il pond de l'or.
 
Sur France TV également:
 
Rien ne va plus dans la vie de Joseph. Son mariage avec Marie s’essouffle : il est évident qu’il n’est plus attiré par sa femme qui se désespère. Au travail, ce n’est pas mieux. Oppressé par un patron tyrannique, Joseph passe ses journées devant son ordinateur, seul et blasé, à vendre des étiquettes. L’unique personne qui semble vouloir créer du lien avec lui est Jacques, l’informaticien de l’entreprise, un nerd maladroit et harcelé par ses collègues. Mais un soir, après avoir reçu un couple d'amis chez eux, Joseph est alors pris subitement d’intenses maux d’estomac. 

https://www.france.tv/series-et-fictions/series-dramatiques/or-de-lui/2876289-episode-1.html#xtor=CS2-800-[description]-[OrDeLui]-[Episode1]

-----

Publié dans Elsa Triolet

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article