Horria Saïhi a écrit le livre « Voix sans voile » aux éditions hélvétius

Publié le par bmasson-blogpolitique

Horria Saïhi a écrit le livre « Voix sans voile » aux éditions hélvétius

Horria Saïhi

A écrit le livre « Voix sans voile » aux éditions hélvétius

05 2016

Invitée par le collectif 13 des droits des femmes

« Témoin du drame que vivait mon pays, aller sur le terrain avec un magnétophone ou une caméra, était pour moi une nécessité vitale, tout comme faire parler, laisser s’exprimer, enregistrer un maximum de témoignages est une responsabilité et un devoir de journaliste dont je ne pouvais me dispenser », écrit-elle.

Horria a été condamnée à mort par les intégristes à la fin de l'année 2000. Depuis, elle vit en France. Elle a réalisé des reportages sur les femmes et sur leur résistance. Elles étaient des féministes anonymes, mais vraies. Elles n'étaient pas préparées pour occuper le premier rang. Elles avaient l'amour de la république et l'amour de l'Algérie.

Ses films n'étant pas diffusés, elle a publié un témoignage en forme de livre.

200 000 personnes sont mortes dans la lutte et la bataille contre l'islamisme.

Il y a eu la résistance pacifique et armée.

Les femmes étaient au premier rang, mais on n'en parlait pas.

Elles ont aussi écrasé leurs larmes.

Elles ont été enlevées vers les camps de la mort et violées dans les camps islamistes.

Il y a eu pour la première fois une série de reportages à la télévision algérienne. La plus grande difficulté a été de faire parler et témoigner les femmes qui devaient étaler au grand jour leurs problèmes, à visage découvert.

"J'avais envie de mourir,..mais je ne leur donnerai pas raison. Il faut que je parle." dira une participante. On lui avait conseillé de ne pas parler car elle serait en danger.

Au lieu d'utiliser le mot "viol", elles périphrasaient avec "Il m'a tripotée mais les médecins disent qu'il y a des dégâts." Ensuite, elles ont utilisé le bon mot, le mot viol.

Horria Saïhi a écrit le livre « Voix sans voile » aux éditions hélvétius

L'intérêt de son métier de journaliste est de parler de l'innommable et des sujets tabous.

Elle a réussi à ce que "ces moins que rien qui devaient donner le repos aux guerriers de la république islamiste (surnommés aussi les fous de Dieu) avant l'assaut" prennent la parole.

Elle regrette que l'Algérie de maintenant ne soit pas toute belle. Les femmes voilées l'emportent. Les femmes ont merveilleusement résisté pendant dix ans. Mais la république et son sens ont été dévoyés. En Algérie, les islamistes présents ne faisaient pas que se préparer à la guerre, ils surveillaient aussi la population. En attaquant la direction du parti communiste algérien, ils ont attaqué la laïcité. Les enseignants ont aussi été assassinés, devant les enfants, à 500km d'Alger. 800 syndicalistes ont été tués car les islamistes pensent qu'en dehors du Coran, il n'y a pas de vérité, pas de parole. Aux républicains, les islamistes disaient qu'ils étaient des mécréants, après le départ de De Gaulle.

Horria Saïhi a écrit le livre « Voix sans voile » aux éditions hélvétius

Il faut se battre pour la liberté, mais pas que de l'Algérie. Il faut se battre pour un projet politique et pour toutes les femmes.

Avec les islamistes, on doit réapprendre à vivre.

Elle refuse ce monde où on a le droit de porter des armes. Pour elle, son arme, c'est de donner la parole.

Elle regrette aussi que l'on ait islamisé la France.

C'est parfois pire ici qu'en Algérie. Cela devient dangereux du côté des musulmans, mais aussi du côté des catholiques.

Les publicistes issus des milieux d'argent et capitalistes tels que H&M, Marks ans Spencer, etc. accompagnent les islamistes avec leurs publicités sur le voile.

Toute religion doit être en dehors de la sphère publique. Les premières concernées sont les femmes. Les islamistes veulent les femmes aliénées, disciplinées, silencieuses.

Cette époque de barbarie marquée par le sang met mal à l'aise car elle est difficile à comprendre. Horria Saïbi est debout face aux dominateurs, face à la vie et en phase avec elle et avec elles.

Le Collectif 13 Droits des Femmes organise le 5ème Salon Méditerranéen des Publications de Femmes, 19, 20 et 21 mai 2016, Cité des Associations, 93 la Canebière dans le premier arrondissement de Marseille.

Cette manifestation a été initiée il y a quatre ans par les associations Les Femmes et La Ville, le Forum Femmes Méditerranée et Femmes Solidaires. Et reprise par le Collectif 13 afin de donner aux femmes plus de voix.

Ce salon mettra en scène les revues, éditions et journaux de femmes en Méditerranée. Il permettra de réunir, dans le même espace, le monde de la pensée, de la création et de la recherche sur les femmes, par les femmes. Echanger, transmettre et partager ces expériences donneront à voir la diversité des résistances. Il s’agit de rendre visibles les femmes à travers leur histoire, leur place dans la société, leurs ambitions et leurs destins. Nous organiserons ainsi au cours de ce salon 4 tables rondes, plusieurs conférences ainsi que des présentations d'ouvrages, des stands, une exposition de céramiques parle CAL (céramistes et artistes de Lilith), des signatures d'ouvrages et des lectures d'extraits d’œuvres.

Nous souhaitons présenter votre livre « Après Charlie-Laïques de tous pays, mobilisez-vous ! », si les contraintes de votre agenda vous le permettent, nous serions très honorées de votre présence.

Notez bien également que l'un des objectifs 5ème Salon Méditerranéen des Publications de Femmes, est bien de créer des échanges entre les auteurs, les publics, les éditeurs et les libraires présents sur ce salon.

Si vous souhaitez donc participer à cet événement, nous vous y accueillerons très volontiers.

Hippolyte Lazerges

Narbonne, 1817 – Mustapha, 1887

 

Adolescent, il découvre l'Algérie au début de la conquête, son père, artisan boulanger, ayant décidé de s'installer dans ce nouvel Eldorado.

C'est surtout à travers les portraits et les scènes de rues orientalistes que l'artiste va donner la pleine mesure de sa virtuosité technique.

 

Algériennes autour de la fontaine

1886

Publié dans Femmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article