Musée Rodin à Paris - Les statues à l'intérieur

Publié le par bmasson-blogpolitique

Rodin et la danse : décomposer le mouvement pour mieux le recréer.

De Nijinski au Cambodge.

Energie.

"On pensait jusqu'en 2015 que Rodin avait modelé chacune de ces statuettes comme une oeuvre unique: en fait il a modelé des morceaux et en a fait un tirage pour les réassembler", souligne-t-elle

 

Page 36 et 37. La comparaison à Nijinski :

A l’occasion d’une tournée triomphale en France et au Royaume-Uni, en 1961, Rudolf Noureev sème ses gardiens du KGB. Les autorités russes veulent le rapatrier rapidement en Russie pour le surveiller et lui rappeler les règles de l’obéissance.

 

« Il avait fait sensation à chacune de ses apparitions et la qualificatif de « nouveau Nijinski » courait sur toutes les lèvres. »

 

Philippe Grimbert

Rudik

L’autre Noureev.

 

Editions Plon, 2015.

-------------------------

Jean Cocteau

Portraits-souvenir

Les Cahiers Rouges

Grasset, 1935

 

Page 112 :

Isadora Duncan.

Elle est morte « victime de la complicité d’une voiture de course et d’un châle rouge. »

---------

 

Isadora Duncan
Mon aquarelle.
------------

Isadora Duncan, « la plus grande danseuse du monde ».

Film de Ken Russell.

1966.

La vie scandaleuse de la danseuse américaine des années 1920, Isadora Duncan, que Ken Russell a décrite comme « en partie génie et en partie charlatan ».

Ken Russell a toujours eu un faible pour Isadora (BBC, tx. 22/9/1966) également connu sous le nom d’Isadora Duncan, The Biggest Dancer in the World), le citant comme l’un de ses films préférés de la BBC.

Discutant de sa performance avec son biographe John Baxter, Russell pourrait bien avoir résumé toute sa carrière:

C’est étrange que les gens ne puissent pas concilier vulgarité et art. C’est la même chose pour moi. Mais ne confondez pas vulgarité et commercialisme. Par vulgarité, j’entends une chose exubérante plus grande que nature légèrement de mauvais goût. Et si cela n’a rien à voir avec l’Art, n’avons rien à voir avec l’Art. 

(…) L’heure restante est consacrée à l’examen beaucoup plus détaillé du même matériel, essayant d’expliquer les motivations derrière sa vie et sa carrière souvent scandaleuses tout en transmettant à la fois ses ambitions impossibles et ses réalisations réelles.

(…) Russell présente cela comme un mélange de matériel dramatisé et de séquences fantastiques qui mélangent des numéros de danse originaux avec des images de Olympia de Leni Riefenstahl (Allemagne, 1938), un paean* extatique à la gloire du corps humain.

 

La plupart des écrivains de fiction réfléchiraient à deux fois avant de tuer leur personnage central en la faisant étrangler par une écharpe prise dans les roues d’une voiture.

Deux ans plus tard, Vanessa Redgrave jouera le même rôle dans le biopic grand écran Isadora (d. Karel Reisz, 1968), co-écrit par Melvyn Bragg, collaborateur régulier de Russell. Sans surprise, c’était une affaire plus calme, bien que la performance de Redgrave ait été nominée aux Oscars.

* Péan

Un péan ou pæan (du grec παιάν) est un chant ou un poème lyrique en action de grâce ou célébrant le triomphe. Péan (ou Péon) est à l'origine le nom d'un dieu guérisseur dans la mythologie grecque, puis une épiclèse d'Apollon, mais le nom recoupe par la suite celui d'un chant à l'honneur de ce dernier. Ce type de chant sera ensuite utilisé pour louer d'autres dieux puis finalement utilisé en l'honneur d'êtres humains.

----------

Isadora Duncan, née le 26 ou le 27 mai 1877 à San Francisco, et morte le 14 septembre 1927 à Nice, est une danseuse américaine qui révolutionna la pratique de la danse par un retour au modèle des figures antiques grecques. Par sa grande liberté d'expression, qui privilégiait la spontanéité, le naturel, elle apporta les premières bases de la danse moderne européenne, à l'origine de la danse contemporaine. Influencée par son frère Raymond Duncan sur un retour à l'hellénisme et le culte du corps, elle a voulu redonner toute sa place à la beauté, à l'harmonie du corps, osant s'exhiber presque nue, dissimulée seulement par quelques voiles. Par ailleurs, son travail chorégraphique accorde une place particulière à la spiritualité.

------

 

Musée des Beaux-Arts

Nancy

 

Auguste Rodin

Paris, 1840 – Meudon, 1917

Psyché transportée par la chimère.

Vers 1907

Marbre.

La déesse de la beauté, Aphrodite, jalouse de Psyché, la condamne à mort : son père est enjoint de la conduire au sommet d’une montagne où un monstre doit la dévorer. Mais, le dieu de l’Amour, Eros, séduit par la jeune fille, la fait enlever par Zéphyr. Cette histoire permet à Rodin de jouer sur l’opposition entre le marbre brut symbolisant la montagne et le fini des corps qui s’élancent, accentuant l’impression de mouvement.

Auguste Rodin

Paris, 1840 – Meudon, 1917

La Voix intérieure

1897

Plâtre

Musée des Beaux-Arts

Marseille

 

 

D'après le " Baiser de Rodin"

Toulouse

 

Auguste Rodin

France, 1840 – 1917

Etude pour Pierre de Wiessant, nu

Bronze

1875/1876

Musée d’Assezat

Fondation Bemberg

Toulouse

 

 

Cette « Grande Ombre » de Rodin fait partie de la Porte de l’Enfer, œuvre centrale de l’artiste.
Château de Caen

https://www.ouest-france.fr/normandie/caen-14000/une-statue-de-rodin-debarque-au-chateau-3384697

 

 

Kouka

Graph

"Le penseur"

Puces de Saint-Ouen

Woman in Thought II 
(1928)
La Penseuse.
 

Gabriele Münter, née le 19 février 1877 à Berlin et décédée le 19 mai 1962 à Murnau am Staffelsee, est une peintre allemande du mouvement expressionniste. Elle est l'une des représentantes majeures de l'avant-garde munichoise du début du XXᵉ siècle en tant que membre du mouvement artistique

Gabriele Münter est une artiste femme peintre allemande. Elle se démarque par son utilisation de la couleur. Elle est très proche de Vassily Kandinsky.

Gabriele Münter étudie le piano dans sa jeunesse.

Gabriele Münter poursuit ses études à partir de 1897 à l'Ecole d'Art pour femmes de Düsseldorf. Gabriele Münter s'installe à Munich .


 
--------------

Le Penseur devant le frigo plein.

Que choisir?

Par Thomas.

-----

 Le Penseur en émoji 

---------------

 

Auguste Rodin

1840 – 1917

Victor Hugo

Buste en bronze sur piédouche en marbre, modèle 1899 – 1900, fonte en 1908.

Maison de Victor Hugo

Place des Vosges

Auguste Rodin

1840 - 1917

Buste de Balzac

1892 - Fonte de Alexis Rudier.

Fontevraud

Abbaye royale

Entre la période des recherches et celle de la réalisation, il s'écoule plusieurs années.

Il élabore plusieurs statues de Balzac: un nu, un bras croisés, un bedonnant, un pied en avant, un cheveux courts. 

Ce portrait se veut ressemblant.

--------------

Auguste Rodin

1840 - 1917

Balzac, étude de nu C.

Plâtre original, 1892. 

Musée Honoré de Balzac

Château de Saché

------------

Auguste Rodin

1840 - 1917

Balzac, étude finale.

Moulage en plâtre.

1897. 

Georges Rudier en a certainement fait 12 moulages en bronze à partir de ce moulage, entre 1972 et 1976.

Musée Honoré de Balzac

Château de Saché

------------

 

Manuel H.

Rodin dans son atelier

Vers 1900.

Musée Honoré de Balzac

Château de Saché

-----------

 
Auguste Rodin 
Pygmalion et Galatée 
1889 
Paris 
Musée d'Orsay 
 
La statue aimée par Pygmalion s'éveille.
 
--------------
Auguste Rodin
1840 - 1917 
Le Baiser 
Réplique en plâtre.
Musée Eugène Boudin 
Honfleur
 
-------------
 

Jardin des Tuileries

Auguste Rodin

Le baiser

J’ai habillé ce dessin avec des arbres issus de fibules du 6e siècle.

(Paire de fibules aviformes - Envermeu - 6e s – Rouen, Musée des Antiquités)

Le Baiser est une sculpture représentant un couple enlacé, créée vers 1881 par Auguste Rodin, initialement comme motif pour La Porte de l'Enfer. Sa première version de grande taille en marbre date de 1889, à l'occasion d'une commande de l'État français pour l'Exposition universelle.

---------------

"Comment on s’enrhume à Paris" , 1961, Jean-Jacques Sempé .

-----------------

Publié dans Camille Claudel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article