Les prothèses mammaires PIP, suite des procès 5 ans après.

Publié le par bmasson-blogpolitique

Les prothèses mammaires PIP, suite des procès 5 ans après.

Les prothèses mammaires PIP.

Historique

2010

Suspension de l'utilisation des implants mammaires en gel de silicone de la société Poly implant prothèse (PIP)

L'Afssaps avait soulevé le pot aux roses en suspendant, le 29 mars 2010, l'utilisation des prothèses mammaires à base de gel de silicone fabriquées par la société varoise Poly Implant Prothèse. De nombreuses femmes qui portaient ces implants se plaignaient d’irritations et des fuites avaient été constatées. Des inspecteurs ont découvert des fûts de matière première suspects et recueilli des confidences de salariés.

Il a depuis été établi que le silicone utilisé était destiné à un usage industriel, d'où une "gélification partielle" favorisant les fuites à travers l'enveloppe de l'implant et pouvant la fragiliser jusqu'à la rupture.

Sur les 30 000 femmes implantées avec des prothèses PIP en France depuis 2001, difficile d'estimer combien risquent une rupture, du fait de l'hétérogénéité de la qualité d'une prothèse à l'autre.

Le dossier est d'autant plus délicat qu'il s'agit, pour 80% des femmes concernées, de chirurgie esthétique, habituellement non remboursée.

En cas de doute, si la femme souhaite retirer un ou deux implants, avant la fuite, plusieurs organisations professionnelles de chirurgie plastique recommandent le retrait des implants et conseillent aux chirurgiens de pratiquer la modération pour les honoraires des futures opérations.

Car, dans ce cas (soit 80%), ne sont pas pris en charge par l'Assurance Maladie :

•L'acte de changement d'implant mammaire ou d'implantation d'un nouvel implant mammaire.

•Le nouvel implant mammaire.

•Les frais d'hospitalisation en rapport avec la pose d'un nouvel implant mammaire si cette pose est effectuée dans un 2e temps après l'acte d'ablation.

•Les soins post-opératoires (en relation avec le nouvel implant mammaire).

L'affaire dépasse largement les frontières françaises, puisque 80 à 90% de la production de PIP ont été exportés. 15 000 à 20 000 femmes seraient par exemple concernées en Grande-Bretagne, 10 000 en Espagne.

Le Ministère de la Santé se demande s’il faut recommander aux femmes d’enlever les implants. Il donnera sa réponse le 23 décembre 2011…

Encore une fois, le corps des femmes va souffrir pour plusieurs raisons.

Pour plaire aux critères de séduction actuels, ces femmes ont subi une intervention chirurgicale qui a un coût élevé.

Pour satisfaire aux besoins de rentabilité, une entreprise n’hésite pas à remplir des implants avec de la silicone dangereuse pour la santé des femmes.

2015

Juillet

Le certificateur TUV a été blanchi par la justice.

En première instance, la firme allemande et sa filiale française, chargées de ratifier la qualité des prothèses produites par l’entreprise PIP, avaient été condamnées à verser 3400 euros à chacune des 1700 victimes au titre de provision. Le tribunal de Toulon avait, en novembre 2014, estimé que le leader du contrôle qualité avait "manqué à ses obligations de contrôle et de vigilance."

Plus d’une centaine d’expertises confirment la toxicité du gel frauduleux.

La cour d’appel d’Aix en Provence a estimé en juillet que le géant allemand du contrôle n’avait pas commis de faute engageant sa responsabilité civile.

Les victimes devraient donc rembourser la somme reçue.

Les avocats conseillent à leurs clientes de se pourvoir en cassation.

Prothèses mammaires PIP : il y aura un nouveau procès.

La Cour de cassation a annulé une décision qui avait dédouané le certificateur allemand TÜV de toute responsabilité dans l’affaire des prothèses mammaires défectueuses.

Mais l’affaire avait largement dépassé les frontières nationales. La société varoise exportait 80 % de sa production, notamment en Amérique latine.

http://www.leparisien.fr/societe/sante/protheses-mammaires-pip-il-y-aura-un-nouveau-proces-10-10-2018-7915674.php

Les implants mammaires :

André Chassaigne a sollicité le Président Richard Ferrand afin que l’Assemblée nationale mette en place une commission d’enquête pour faire la lumière sur la situation française.

Cancer lié aux prothèses mammaires : dix fois plus de cas en sept ans, on vous explique ce qu’est le LAGC :

L'inertie des autorités sanitaires sur le cancer lié aux prothèses mammaires.
(…) Huit ans après le scandale PIP, la dangerosité des prothèses mammaires ne semble toujours pas questionnée.

Pour mémoire, en 2012, j'avais retranscrit un article sur ce sujet:

 

 

 

Novembre 2018:

En 2011, des patients ont été opérés avec des implants de hanche non homologués, qui étaient alors en test sur des animaux. Des patients qui servent de "cobayes" malgré eux : c'est l'affaire Ceraver.

Source France Inter

Implants mammaires: Rappel des implants texturés Allergan en stock.
(…) L’organisme français de certification des dispositifs médicaux GMED a décidé de ne pas renouveler le marquage CE de ces implants texturés Allergan dans le cadre de la procédure qui a lieu tous les 5 ans et il a demandé des données complémentaires au fabricant, explique l’ANSM dans un communiqué.

(…) Les implants mammaires texturés, qui représentent 85 % du marché français (les implants lisses représentant 15 %), suscitent actuellement des interrogations, des cas d’une forme rare de cancer ayant été recensés chez des femmes qui en portent.

Implant Files : et après... ?
Un mois après les révélations sur les failles dans la réglementation des implants médicaux, les choses commencent à bouger. Certaines femmes victimes de prothèses mammaires ou vaginales envisagent des actions en justice.

« La cour d’appel de Paris a reconnu jeudi la responsabilité du certificateur allemand TÜV dans l’affaire des implants mammaires frauduleux, ouvrant la voie à des indemnisations. »


 

L'Humanité

Justice. Prothèses PIP, du mieux pour les victimes.


 

La cour d’appel de Paris a reconnu jeudi la responsabilité du certificateur allemand TÜV dans l’affaire des implants mammaires frauduleux, ouvrant la voie à des indemnisations.

(…) Entre 2001 et 2010, la société varoise Poly Implant Prothèse, fondée par Jean-Claude Mas, a écoulé plus d’un million d’implants défectueux dans le monde entier. En remplaçant le gel silicone recommandé par un gel artisanal non conforme et bon marché, l’homme d’affaires a placé la santé de ces femmes au second plan, privilégiant la rentabilité de l’entreprise. Le scandale éclate en 2010, à la suite d’un contrôle de l’Agence nationale de sécurité.

05 21
 

Le tatouage post cancer du sein remboursé par la CPAM de Gironde.

 

Bordeaux : « On se bat pour que le tatouage post-cancer du sein soit considéré comme une réelle reconstruction ».

(…) En quoi les tatouages sont-ils bénéfiques pour ces femmes touchées par un cancer du sein ?

Nathalie Kaïd. Ils permettent de dissimuler les cicatrices après une ou plusieurs opérations. Souvent ce sont des personnes mutilées qui viennent nous voir. Ça leur permet de se sentir de nouveau belles, de reprendre confiance en elles. Quand elles se voient pour la première fois avec leur tatouage, elles ressentent beaucoup d’émotion

 

Cancer du sein : les signes.

10 21

--------------

Depuis ce 1er novembre 2021, les femmes atteintes d’un cancer du sein triple négatif peuvent avoir recours au traitement appelé Trodelvy.

Trodelvy, le nouveau traitement contre le cancer du sein disponible en France.

Le cancer du sein triple négatif touche environ 15% des patientes, soit environ 9000 nouveaux cas par an.

(…) Sa caractéristique: il ne présente aucun marqueur (récepteurs hormonaux ou protéine HER2) à la surface des cellules cancéreuses, susceptible de répondre à une thérapie ciblée existante. Les risques de récidives sont élevés: 30% dans les trois ans qui suivent le diagnostic.

(…) Cette nouvelle thérapie est un traitement par anticorps conjugué à une chimiothérapie, fabriqué par le laboratoire américain Gilead, qui s’adresse aux femmes “en échec thérapeutique” après avoir déjà reçu deux autres traitements.

(…) “C’est un vrai progrès, on n’avait jamais eu d’aussi bons résultats dans cette situation pour le cancer du sein triple négatif métastatique”, assure à l’AFP Delphine Loirat, oncologue médicale à l’Institut Curie.

(…) Des études ont aussi montré que l’immunothérapie (une approche thérapeutique qui agit sur le système immunitaire) améliore la survie globale de certaines femmes atteintes d’un cancer du sein métastatique triple négatif.

Reconstruction des seins: des innovations futuristes pour les patientes.
Reconstruire un sein "naturellement" après une ablation, sans avoir recours au silicone: c'est l'ambition de plusieurs start-ups de la santé, dont la lilloise Lattice Medical, qui entame tout juste son premier essai clinique.
(…) Dans de petits locaux en région lilloise, seize imprimantes fabriquent ces prothèses d'un nouveau genre. Attention, elles n'ont rien à voir avec les prothèses déjà commercialisées en silicone, puisqu'elles sont réalisées dans un biopolymère composé essentiellement d'acide lactique, qui doit naturellement se résorber, une fois dans le corps, en dix-huit mois.(…) "Remplacer le silicone".

"Nous fabriquons une matrice poreuse pour régénérer les tissus, faite en matières naturelles biosourcées, un environnement très proche du tissu humain", explique Sophie Brac de la Perrière, sa présidente, qui estime que cette technologie pourrait élargir la reconstruction à davantage de patientes. Healshape envisage d'entamer les essais cliniques en 2024.

07 22

 

Publié dans Femmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article