Pablo Picasso et les femmes - Lee Miller - Françoise Gilot

Publié le par bmasson-blogpolitique

Portrait de Maria Picasso Lopez – 1923-

Picasso représente ici sa mère, dont il fit de nombreux portraits dans sa jeunesse.

Elle est venue le rejoindre à Antibes pour les vacances d’été de 1923.

Le style est significatif des années 1920, période pour Picasso d’un retour au classicisme (1917-1925)

« Il y a des artistes qui transforment le soleil en un point jaune, mais il y en a d'autres qui, grâce à leur art et à leur intelligence transforment une tâche jaune en soleil. »

Lee Miller :

Elle débute, en 1929, comme assistante de Man Ray et fait ses classes auprès du maître. Rapidement, ses clichés rencontrent le succès. C'est lui qu'elle veut comme professeur, et personne d'autre. Il est le maître incontesté de la lumière.

France Arles Musée Réattu.

Portrait de Lee Miller en Arlésienne – 1937 –

Lee Miller aurait dû être mannequin chez Vogue et elle a été une des plus fantastiques photographes de ce siècle. Femme libre, cette égérie du surréalisme a vécu mille vies. Les hommes tombaient sous son charme, Man Ray, Picasso...

En une petite dizaine d'années, Marcel Duchamp, Francis Picabia et surtout Jean Cocteau, ses amis, l'ont présentée à tout ce que Paris compte d'artistes.

Lee Miller quitte Man Ray et revient à New York en 1932 où elle ouvre son propre studio. En 1940, elle travaille pour Vogue jusqu’en 1973. Elle a aussi produit des documentaires, a été photographe publicitaire et correspondante de guerre.

Lee Miller et Picasso :

Lee Miller ... a pris plus d'un millier de photographies de Picasso pendant les 36 années de leur amitié. Roland Penrose,

artiste peintre surréaliste, le mari de Miller, est l'un des biographes les plus importants de Picasso. Lee a constitué des documents extraordinaires sur le travail de Picasso, et, avec son oeil vif et son objectif, a capturé la constante évolution de Picasso dans son existence aux multiples facettes.

Picasso a peint cinq portraits de « Lee Miller L'Arlésienne » pendant l'été 1937.

 

Man Ray

Philadelphie, 1890 – Paris, 1976

Lee Miller photographie de mode

Vers 1930

Epreuves argentiques

Musée Réattu

Arles

---------------

Man Ray 
Pablo Picasso 
1921 
Malaga 
Musée Picasso
 
-----------

Man Ray

Tronc d'arbre

1957-1958

Epreuve gélatino-argentique.

Deauville

Les Franciscaines

Il accentue l'effet de paréidolie pour que le cerveau y aperçoive de l'humain. L'artiste fait le portrait de l'homme-tronc. C'est un être étrange au cou coupé, sans visage, doté de bras moignons, qui marche dans un paysage lunaire.

-----

Lee Miller.

Lee Miller, née Elizabeth Miller le 23 avril 1907 à Poughkeepsie dans l'État de New York aux États-Unis et morte le 21 juillet 1977 à Chiddingly (en) dans le Sussex de l'Est en Angleterre, est une photographe et modèle photo américaine. 

 Son père, Théodore Miller est photographe amateur et il conduit très vite sa fille à poser pour lui. Dès son plus jeune âge, Lee Miller est une jolie petite fille et les premiers clichés sont très beaux. En revanche, son père, au comportement envahissant et un poil louche, photographie sa fille nue lorsqu’elle est adolescente. 

Elle a été mannequin à New York dans les années 1920 avant d’aller à Paris, où elle est devenue photographe de mode et d’art. Dans les années 1920, elle a posé pour les plus grands photographes de New York, notamment Arnold Genthe et Edward Steichen.

 Lee Miller, jeune Américaine débarquée à Paris, fut le modèle et l’amante de Man Ray, avant elle-même de devenir photographe.

 En 1942, elle devient correspondante de guerre au sein de l'armée américaine, couvrant pour le magasine Vogue des événements tels que le Blitz de Londres. Pendant dix mois, elle suit la guerre en soldat, portant treillis et casque, jetant bas tous les signes ordinaires de la féminité. Lee Miller suit, pendant le débarquement de 1944, les troupes américaines en Normandie puis en Bretagne où elle couvre la prise de Saint Malo. Elle participe ensuite à la Libération de Paris. Dans l’appartement abandonné d’Adolf Hitler à Munich, Lee Miller, une ancienne top model américaine devenue reporter de guerre se fait tirer le portrait dans sa baignoire.

Que ce soit en tant que muse ou photographe, Lee Miller a largement contribué au monde la photo et de l’art du XXème siècle, jonglant entre surréalisme, photographie de mode, photojournalisme et reportage de guerre. Lee  Miller est avant tout célèbre pour ses portraits de Picasso, Fred Astaire ou Marlène Dietrich. 

Lee Miller dirige non seulement des séances photo de Vogue pour des campagnes d’information sur la sécurité des femmes au travail par exemple mais elle documente aussi leur combat quotidien contre la pauvreté, l’inflation, le rationnement, et leur nouveau rôle dans la société combinant vie de chef de famille et vie à l’usine.

« Ecoute-moi Anthony…Je n’ai jamais été une mère, mais, ai-je été une femme vraiment ? Je n’ai été qu’une surréaliste, un être fractionné par la vie, qui a vécu avec ce qu’elle m’a transmis d’elle. »

 Elle fut, depuis son plus jeune âge jusqu’à ses 70 ans d'une beauté pure, altière.

 

-----------------------

 

Kate Winslet incarnera la photographe Lee Miller dans le biopic d’Ellen Kuras.

Kate Winslet donnera vie à l’écran à la photographe Lee Miller. Ellen Kuras, nommée aux Oscars pour son documentaire The Betrayal, réalisera le biopic consacrée à la correspondante de l’armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale. Si le projet est sur la table depuis quelque temps déjà, cette fois, le financement est trouvé (Rocket Science) et les héritiers de Lee Miller ont accordé l’accès à toutes les archives de la photographe.

VÉNUS S'ÉPILAIT-ELLE LA CHATTE ?

 

Pablo Picasso

Cet épisode a mis du temps à arriver, mais c’était le temps nécessaire pour digérer et retranscrire tout ce qu’il y a à dire sur Picasso (enfin presque).

Figure du génie par excellence, Picasso est une icône quasi-intouchable, auréolée d’une mythologie qu’il a lui-même entretenue, que des centaines d’expositions et de records en salles de ventes continuent à alimenter. Au-delà de cette figure mythique, Picasso était un homme particulièrement violent et misogyne, qui a passé sa vie à écraser les personnes moins puissantes et moins privilégiées que lui. Le caractère destructeur de Picasso est loin d’être limité à sa vie privée, il a au contraire nourri une immense partie de son travail et c’est précisément pour ça qu’il est valorisé. Le cas de Picasso permet de réfléchir sur la façon dont les valeurs virilistes impactent tous les aspects de la culture occidentale, de l’esthétisation des violences sexistes et sexuelles à la fabrique des génies.

On a parlé de tout ça avec mon invitée Sophie Chauveau, autrice de Picasso, le Minotaure, mais aussi de division sexuée du travail et de charge mentale, de Dora Maar et des artistes que Picasso a brisé·es, d’appropriation culturelle, de subversion et de l’impunité qu’on accorde aux hommes puissants.

Pour le réconfort et la brillance, ces réflexions sont entrecroisées des mots lumineux de Virginia Woolf, Virginie Despentes, Alice Coffin, Vanessa Springora et Hannah Gadsby 

Tout mon soutien à Alice Coffin agressée par des Identitaires à Rouen Honte à celles et ceux qui déclenchent ces réactions violentes Être en désaccord n’autorise pas le lynchage.

Annie Lahmer.

----------

Alice Coffin agressée à Rouen par des militants identitaires : voici ce qu'il s'est passé.

Des témoins racontent l'altercation houleuse qui s'est produit à Rouen avec des militants identitaires, mercredi 16 juin, lors de la venue d'Alice Coffin à la Friche Lucien.

(…) « Des personnes dans le public et de la sécurité sont rapidement intervenues. En réponse, il y a eu des bousculades. Mais ça n’a pas dégénéré, seulement des violences verbales », poursuit Chloé Argentin. 

(…) Des méthodes de groupes identitaires. 

Pour elle, pas de doute, l’agression est clairement lesbophobe. « Maintenant, nous allons chercher à les identifier avec les images que l’on a. Nous ne sommes pas du tout intimidés, ni découragés par ce genre d’actions », martèle cette militante. 

 

Voir aussi:

CITATIONS de Picasso

« Le bon goût - le pire ennemi de la créativité. »

« Tout le monde essaie de comprendre la peinture. Pourquoi n’essaient-ils pas comprendre le chant des oiseaux? »

Arlésienne

Homme et femme

1969

Huile sur toile

Jacqueline assise avec son chat

1964

Pablo Picasso danse avec Jacqueline 
par David Douglas Duncan 
1957 
Malaga 
Musée Picasso
 
---------------
Pablo Picasso et Jacqueline  entre Piero et Landa Crommelynck 
1970 -71 
Malaga 
Musée Picasso
 
-------------------
Pablo Picasso 
Jacqueline assise 
1954 
Malaga 
Musée Picasso
 
----------

La femme qui pleure

Huile sur toile

Pablo Picasso (1881 – 1973)
Femme à la guitare
1920
 
Gouache sur papier
 
Pablo Picasso (1881 – 1973)
Femme au miroir
1954
 
Huile et Ripolin sur toile
Pablo Picasso (1881 – 1973)
Femme au chat assise dans un fauteuil
1964
 

Huile sur toile

Pablo Picasso (1881 – 1973)
Jacqueline lisant
1958
 
Lithographie sur papier
Pablo Picasso (1881 – 1973)
Femme regardant par la fenêtre
1959
 
Linogravure sur papier

Pablo Picasso  (1881 – 1973)

Nu et homme à la pipe (La Conversation)
1968
Huile sur toile
 

Pablo Picasso (1881 – 1973)
Tête de femme au chapeau
1939
 
Huile sur toile
Pablo Picasso (1881 – 1973)
Femme au chapeau dans un fauteuil
1939
 
Huile sur toile
 

Pablo Picasso (1881 – 1973)
La femme au balcon
1937
 
Huile sur toile

 

Fête de l'Humanité

2000

Picasso et la presse

Page 187 :

En 1944, Paris est libérée. Au Salon d'automne, Picasso expose ses tableaux. Pendant cinq ans, rien ne s'était passé du fait de la censure allemande qui considérait son art comme « dégénéré". « Le collaborateur Robert Brasillach renvoyait sa période cubiste au rang de « farces pour Américains gobeurs ». Les musées français se sont non seulement refusés à acheter avant-guerre quelques-unes de ses toiles, mais continueront de refuser tout don de l'artiste jusqu'en 1947 ! Les Demoiselles d'Avignon remontent à 1907... »

Le prince foudroyé

La vie de Nicolas de Staël

Éditions Le livre de Poche

Fayard - 1998

Laurent Greilsamer

Pablo Picasso

Malaga, 1881 – Mougins, 1973

Homme et femme, 1971

Huile sur toile

Un même chapeau réunit deux figures : la femme, serrée contre le dos de l’homme, le soutient de ses mains passées sous ses épaules. Les visages superposés, peints simultanément sous plusieurs angles, et les formes schématiques des mains, gardent un lointain souvenir du cubisme que Picasso a inventé. Sa préoccupation jusqu’à sa mort a été l’amour.

Musée des Beaux-Arts

Nancy

 

Pablo Picasso

Malaga, 1881 – Mougins, 1973

Séjours à Céret en 1911, 1912, 1913, 1953.

Portrait de Corina Père Romeu

1902

Huile sur toile

Corina était la femme du propriétaire du cabaret Els Quatre Gats, très fréquenté par les artistes de Barcelone entre 1897 et 1903.

Picasso s’y lie d’amitié avec le sculpteur Manolo, qui l’invitera à le rejoindre à Céret quelques années plus tard.

Pablo Picasso

Malaga, 1881 – Mougins, 1973

Séjours à Céret en 1911, 1912, 1913, 1953.

 

Portrait de Jacqueline

1956

Terre de faïence blanche

Musée d’art moderne

Céret

 

 

Pablo Picasso

Malaga, 1881 – Mougins, 1973

Homme et femme

24.1.71 I

Crayon feutre sur crayon

 

La donation Picasso au musée Réattu.

57 dessins du musée Réattu sont marqués par une extraordinaire fièvre picturale ;

Ils constituent une sorte de journal du peintre, « écrit »à main levée, à la craie, au feutre, à l’encre, datés et numérotés au jour le jour.

L’Arlequin, le Peintre et son modèle et le Mousquetaire composent les trois principaux thèmes de Pablo Picasso.

 

 

 

 

Pablo Picasso 

"Faune dévoilant une femme"

Musée Angladon

Avignon

-------------

C'est un des tableaux les plus célèbres de Grèce. Le "Portrait de femme" de Picasso avait été volé en 2012 : il vient d'être retrouvé dans les broussailles près d'Athènes.

France Inter.

 

 

(…) Ce Portrait de femme a été offert par l’artiste à la Grèce en 1949, en hommage à la résistance du peuple grec face à l’envahisseur nazi. 

(…) Les enquêteurs ont longtemps cru que seule une équipe de monte-en-l’air avait pu réaliser un tel cambriolage. En fait, ils ont finalement appréhendé un seul et unique voleur : un ouvrier du bâtiment de 49 ans.

 

Françoise Gilot et Carlton Lake

Vivre avec Picasso.

1964

Editions françaises Calmann-Lévy – 1965.

 

 

Françoise a été éduquée comme un garçon par son père. Elle a acquis l’audace et le stoïcisme (p 110). La communication avec Picasso est facile (p 31).

Pour Françoise et Picasso, tout commence bien. Elle le voit quand elle en a envie (p 89)

Pour Picasso, la femme est soit une déesse, soit un tapis-brosse (p 83). Il parle de leur fille Paloma, et il dit : « Ce sera une femme parfaite, passive et soumise » (p 259). Mais la maman de Picasso regrette qu’il soit surtout marié à la peinture (p 154). Françoise combat Picasso en repoussant ses limites (p 110). Après trois années de fiançailles, de 1944 à 1947, il cesse d’être un prince charmant avec Françoise (p 218). Quand il veut la convaincre de vivre avec lui, il la brûle au visage, (p 102) et menace de la jeter dans la Seine si elle refuse. Il lui impose une visite humiliante chez Dora Maar (p 108). Elle a tout quitté pour lui plaire et accepte de faire des concessions (p 128). Mais elle se retrouve coincée entre Dora Maar et Marie-Thérèse, la seconde femme de Picasso.

Marie-Thérèse Walter

Malaga

Musée Picasso 

Elle est ainsi sa quatrième femme (p 132). Elle pense que chacune des quatre femmes a supporté son sort car elles se savaient devenir immortelles en étant près de Picasso et peintes dans ses œuvres (p 241). Il aimait la souffrance des trois femmes (p 354). Il avait le « complexe de Barbe-Bleue » mais sans couper la tête des femmes qu’il quittait (p 243). Il sourit quand deux femmes se battent pour lui et il s’amuse quand Olga, sa première femme, marche sur la main de Françoise (p 217). Olga écrit à Picasso tous les jours (p 155). Elle les suit partout et persécute Françoise jusqu’à ce qu’elle y mette fin en se rebellant (p 215).

Pablo Picasso 

Olga assise 

1923 

Malaga 

Musée Picasso 

--------

 

Pablo Picasso 

Portrait d'Olga 

1923 

Malaga 

Musée Picasso

------

 

Picasso was married twice and had four children by three women:

  • Paulo (4 February 19215 June 1975, Paul Joseph Picasso) – with Olga Khokhlova
  • Maya (born 5 September 1935, Maria de la Concepcion Picasso) – with Marie-Thérèse Walter
  • Claude (born 15 May 1947, Claude Pierre Pablo Picasso) – with Françoise Gilot
  • Paloma (born 19 April 1949, Anne Paloma Picasso) – with Françoise Gilot.
  •  

Picasso s’est marié deux fois et a eu quatre enfants de trois femmes:

• Paulo (4 février 1921 – 5 juin 1975, Paul Joseph Picasso) – avec Olga Khokhlova

 

Pablo Picasso 

Portrait de Paulo 

1922 

Malaga 

Musée Picasso

-------------

Pablo Picasso 

Portrait de Paulo avec un chapeau blanc 

1923 

Malaga 

Musée Picasso

-------------

 

• Maya (née le 5 septembre 1935, Maria de la Concepcion Picasso) – avec Marie-Thérèse Walter

•Claude (né le 15 mai 1947, Claude Pierre Pablo Picasso) – avec Françoise Gilot

•Paloma (née le 19 avril 1949, Anne Paloma Picasso) – avec Françoise Gilot.

-------

Françoise va remplacer en partie le secrétaire particulier de Picasso, à contre-cœur et devient enceinte de son premier enfant (p 151). 

Pablo Picasso 

Claude en marron et blanc 

1950 

Malaga 

Musée Picasso

Elle ne sera pas suivie pendant sa première grossesse car Picasso est superstitieux et pense qu’un médecin pourrait apporter le malheur (p 166). Picasso a un caractère anxieux et elle pense qu’il en joue pour se rassurer (p 258).Il peut changer d’humeur subitement (p 245). Elle revient sur ses sarcasmes et ses sautes d’humeur (p 267). Elle dessinera et peindra pendant toutes ces années (p 259). Comme il manque de chaleur avec elle, elle se sent frustrée mais elle a vécu  avec l’espoir d’un changement (p 333). Entre 1949 et 1951, leur histoire n’est plus une histoire d’amour et elle pleure de ne plus se sentir associée à Picasso (p 335). Quand sa grand-mère est mourante, elle comprend qu’elle ne peut pas compter sur lui en cas de malheur. Elle vit avec lui, mais elle se sent seule  (p 337). Elle réfléchit sur son sort, et admet qu’en étant isolé, chaque être humain est relié aux autres. Elle décide de poursuivre sa vie (a-t-elle songé au suicide à ce moment-là de sa vie ? NDLR) (p 338). Elle quittera Picasso deux années plus tard, en 1953 (p 339). Elle ne supportait plus son âge avancé. Il avait plus de soixante-dix ans (p 346). Après son remariage avec un homme de son âge, Picasso se vengera en faisant rompre le contrat qui liait Françoise à Kahnweiler.

---------------

 

 

Françoise Gilot 
1942 
Musée Pablo Picasso 
Malaga
 
-----------------
Une toile de Françoise Gilot s'envole pour un million d'euros.
Le 27 mai, lors de la toute première vente aux enchères de Sotheby's, à Londres, entièrement consacrée aux artistes femmes du XVIIe au XXIe siècles, la Française Françoise Gilot, 99 ans, a enregistré un record de vente.

 

Sur Sotheby’s :
(…) Paloma a la Guitare, striking in colour and imposing in scale, was executed in 1965 when Françoise Gilot was living in London
Paloma à la Guitare, de couleur frappante et imposante en échelle, a été exécutée en 1965 alors que Françoise Gilot vivait à Londres.
(…) This confident painting is an evocative expression of Gilot’s autonomy which steadily increased after she left Picasso in 1953.

Cette confiance en sa peinture  est une expression évocatrice de l’autonomie de Gilot qui n’a cessé de croître après son départ de Picasso en 1953.

(…) From 1964 to 1968, Gilot resided in an artist studio in Chelsea, organised by the director of the Tate Gallery in London.

De 1964 à 1968, Gilot réside dans un atelier d’artistes à Chelsea, organisé par le directeur de la Tate Gallery de Londres.

(…) She would later describe her representation in London and New York as an enhanced impetus to forge a career distinct from Picasso.

Elle indiquera plus tard sa représentation à Londres et à New York comme un élan accru pour forger une carrière distincte de Picasso.

(…) ‘I knew Paris was no longer the centre but I hesitated between London and New York. My work was with two galleries in London, which were holding it because in France things had got rather difficult for me—leaving Picasso was seen as a big crime and I was no longer welcome. During the 1960s I had a studio in Sydney Close, Chelsea, given me on the recommendation of the director of the Tate, but I always had more collectors in the US than anywhere else, so it made sense to relocate here for work.’

FRANÇOISE GILOT

 

« Je savais que Paris n’était plus le centre mais j’hésitais entre Londres et New York. Mon travail se faisait avec deux galeries à Londres, qui le soutenaient parce qu’en France, les choses étaient devenues assez difficiles pour moi - quitter Picasso était considéré comme un grand crime et je n’étais plus la bienvenue. Au cours des années 1960, j’avais un studio à Sydney Close, a Chelsea, qui m’avait été  donné sur la recommandation du directeur de la Tate, mais j’ai toujours eu plus de collectionneurs aux États-Unis que partout ailleurs, il était donc logique de déménager ici pour travailler. »

FRANÇOISE GILOT

 

Pablo Picasso 
Femme dans un fauteuil 
Françoise Gilot 
1946 
Malaga 
Musée Picasso
 
------------
Pablo Picasso masqué 
Gif sur Twitter.
-----
Pablo Picasso 
Femme avec un chapeau 
1938 
Malaga 
Musée Picasso
 
--------
Pablo Picasso 
Femme avec un chapeau 
1939 
Malaga 
Musée Picasso
 
--------
Pablo Picasso 
Tête de femme 
1945 
Malaga 
Musée Picasso 
 
--------
Pablo Picasso 
Femme dans un fauteuil (métamorphose) 
1929 
Lisbonne 
Musée art moderne
 
--------

Picasso a rencontré le couple d’artistes Jacqueline et René Dürrbach en 1951.

L’atelier de Cavalaire réalisera au total 27 tapisseries d’après Picasso.

Jacqueline Dürrbach 
Les Demoiselles d'Avignon 
1958 
Malaga 
Musée Picasso
 
-------------
Pablo Picasso 
Femme vue de dos 
1906 
Malaga 
Musée Picasso
---------------
Pablo Picasso 
Lavandières 
1895 
Malaga 
Musée Picasso 
 
-------

Pablo Picasso

Malaga, 1881 – Mougins, 1973.

Nu à mi-corps

1923

Huile sur toile

Rennes

Musée Beaux-Arts

 

Pablo Picasso

Malaga, 1881 – Mougins, 1973.

Baigneuse

1928

Huile sur toile

Rennes

Musée Beaux-Arts

Elle a des fesses, mais pas de seins.

-----------------

Pablo Picasso déforme la réalité des personnes.

Cette fois-ci, une femme déformée pose. Son portrait ressemblera à un visage de femme réel.

---------
Pablo Picasso et Dora Maar 
Les bisous.
NDLR: elle n'est pas rancunière!
-------

Publié dans art pictural

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article