Le cénotaphe de Camille Claudel à Montfavet.

Publié le par bmasson-blogpolitique

Camille Claudel – Cénotaphe-

Un cénotaphe — du grec κενοτάϕιον : kenos (vide) et taphos (tombeau) — est un monument funéraire qui ne contient pas de corps, élevé à la mémoire d'une personne ou d'un groupe de personnes, et dont la forme rappelle celle d'un tombeau.

C’est le contraire du mausolée.

Les Monuments aux morts sont des cénotaphes.

Celui de Camille Claudel a été inauguré en 2008 dans le cimetière de Montfavet. C’est son arrière petite nièce, Mme Reine-Marie Paris qui en est à l’origine pour réparer l’oubli souhaité par la famille Claudel et son entourage.

Rodin et Paul Claudel n’ont pas souhaité affronter la mère de Camille qui a fait interner sa fille six jours après le décès de son mari. Ils restaient ainsi tranquilles dans leur vie, à l’abri des soucis et des scandales qu’ils redoutaient. Ce manque de générosité a isolé Camille qui a fait face à la misère sociale et affective comme elle a pu. Elle s’est repliée sur elle-même. Ce n’était pas assez.

Camille est morte de faim pendant la seconde guerre mondiale. Le maréchal Pétain, son gouvernement et les autorités allemandes ne souhaitaient pas nourrir les « aliénés ». La nourriture produite dans l’enceinte de l’hôpital psychiatrique est partie a été donnée aux malades « physiques » au lieu d’être consommée sur place. Le froid dans les cellules a aussi été une des raisons des décès de cette période.

Paul Claudel a laissé sa sœur aller dans la fosse commune. Son catholicisme dogmatique porté par des valeurs morales strictes l’a guidé dans ses choix de vie pour sa sœur, jusqu’au bout.


« Mon grand désir, mon idéal est de mettre dans les formes que je tire de la pâte, une idée !
L’idée ne me suffit pas ; je veux l’habiller de pourpre et la couronner d’or. »
Camille Claudel.

« Il y a toujours quelque chose d’absent qui me tourmente. »
Camille Claudel.

Publié dans Camille Claudel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Richard Laura 19/01/2018 11:50

Merci pour avoir en partie remis les pendules à l'heure, la plupart du temps, je ne lis pas les blogs ou les sites qui parlent immédiatement de la "folie" de Camille, ce qui a le don de me mettre dans une colère intérieure dévastatrice.
Habitant à 50 km de son lieu d'inhumation, j'entretiens aujourd'hui avec désintéressement et amour profond, son Cénotaphe, qui a fort heureusement bien changé depuis la plupart des photos que l'on peut voir sur le Web de ci de là...
En même temps, la réponse à la fameuse phrase écrite dans une lettre à Rodin l'infâme, gravée sur l'une des faces du Cénotaphe, se trouve là, juste au dessus: Ce qui était "toujours absent" et tourmentait Camille, c'était tout simplement l'absence d'amour vrai et désintéressé, qui la poursuivait depuis toute petite.
À commencer par celui de sa mère.
Quant-à sa prétendue "folie" je mets quiconque au défi de rester seulement un an avec des personnes "déséquilibrées" comme celles avec qui elle a été arbitrairement internée, et d'écrire encore vingt ans plus tard, des lettres aussi sensées que ce que Camille a écrites.
Ceux qui ont lu "Camille Claudel, correspondances" de Anne Rivière et Bruno Gaudichon le savent très bien, sinon, ils sont justes bêtes.
C'est bel et bien signe d'un équilibre mental hors du commun, et pas l'inverse.
Cette magnifique femme (oui elle l'était!) est encore inégalée de nos jours dans son art car elle savait sculpter "à vif" directement marbre et onyx, et à ma connaissance peut être incomplète, aucune femme sculpteur connue, a sorti des oeuvres magistrales comme les siennes où elle donnait littéralement vie et mouvement à la matière.
Même Rodin ne s'est, encore à ma connaissance, risqué à sculpter "directement" l'onyx, et très rarement le marbre.
Il ne lui arrive même pas au tendon d'Achile.
Je suis un homme, qui n'a pas oublié qu'il a passé neuf mois dans le ventre de sa maman, en a reçu don de vie, et a tout appris des femmes, quand son papa n'était pas là au moment où il en aurait eu besoin.
Merci encore...
À la mémoire de Camille Claudel la sublime.

bmasson-blogpolitique 19/01/2018 21:30

Le sujet est brûlant et je vois que cela vous passionne. La folie, c'est compliqué et c'est lié à une histoire particulière dans un contexte précis. Ce qui est certain, c'est que sa "folie" arrangeait bien les membres de son entourage. Elle réclamait beaucoup, était ambitieuse et elle était en dehors des normes féminines du moment...C'est la seule femme sculptrice connue dans le monde entier. C'est tout à son honneur.