Père Noël -Jean-Paul Sartre- Citation sur les sentiments négatif - Le Havre

Publié le par bmasson-blogpolitique

Jean-Paul Sartre.

La peur, la mauvaise conscience ont un fumet délectable pour les narines des Dieux.

Père Noël -Jean-Paul Sartre- Citation sur les sentiments négatif - Le Havre

« Toute aventure humaine, quelque singulière qu’elle paraisse, engage l’humanité entière. »
Jean-Paul Sartre

Le square dans La Nausée de Jean-Paul Sartre

Jean-Paul Sartre (1905-1980) fut professeur de philosophie au lycée du Havre entre 1931 et 1937.
Dans une lettre à Simone de Beauvoir de 1931, l’écrivain déclare avoir décidé au Havre d’écrire son
Factum sur la contingence, qui deviendra La Nausée (1938).
Dans ce premier roman de l’écrivain, rédigé pendant les années havraises, le narrateur décrit la ville de Bouville, qui ressemble au Havre.
Le principal jardin public de la ville y occupe une place privilégiée, car c’est en observant l’un de ses arbres que le personnage principal a la révélation de l’existentialisme.

 

« Donc j’étais tout à l’heure au Jardin public. La racine du marronnier s’enfonçait dans la terre, juste au-dessous de mon banc. Je ne me rappelais plus que c’était une racine. Les mots s’étaient évanouis et, avec eux, la signification des choses, leurs modes d’emploi, les faibles repères que les hommes ont tracés à leur surface. J’étais assis, un peu voûté, la tête basse, seul en face de cette masse noire et noueuse, entièrement brute et qui me faisait peur. Et puis j’ai eu cette illumination.
Ça m’a coupé le souffle. Jamais, avant ces derniers jours, je n’avais pressenti ce que voulait dire ‘exister’. »

Jean-Paul SARTRE, La Nausée © Gallimard, 1938. Citation extraite du volume Folio, p. 181.

 

 

Jean-Paul Sartre.

Les victimes et les bourreaux.

"Je hais les victimes qui respectent leurs bourreaux!"

-------------

"Quand les riches se font la guerre, ce sont les pauvres qui meurent."
Jean-Paul Sartre 
 
------------------

Publié dans Citations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article