Michel Bianco se bat pour le respect de meilleures conditions de travail pour les salariés. Loi travail

Publié le par bmasson-blogpolitique

Abrogation de la loi El Khomri

Pour une Sécurité sociale de l'emploi et de la formation

Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail Initiative Copernic le 28 avril Salle des fêtes de Venelles - 18H30 -

"La construction d’une culture de la prévention en matière de SST"

Dans le cadre de sa campagne "Travailler tue !", et pour la septième année consécutive, la Fondation Copernic, représentée par Michel Bianco, organise à Venelles, en partenariat avec la municipalité, une rencontre dans le cadre de la " Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail ", initiée par l’Organisation Internationale du Travail (OIT) en 2003. Le thème de la campagne pour 2015 porte sur " la construction d’une culture de la prévention en matière de SST ". " Une culture préventive de sécurité et de santé au niveau national est une culture où le droit à un milieu de travail sûr et salubre est respecté à tous les niveaux, où les gouvernements, les employeurs et les travailleurs s’emploient activement à assurer un milieu de travail sûr et salubre par la mise en place d’un système de droits, de responsabilités et d’obligations bien défini, et où le principe de prévention se voit accorder la plus haute priorité. [...] " Le BIT célèbre la Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail le 28 avril pour promouvoir la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles à l’échelle planétaire. Il s’agit d’une campagne de sensibilisation dont l’objectif est de donner un coup de projecteur au niveau international sur les tendances émergentes dans le domaine de la sécurité et de la santé au travail et sur l’ampleur du défi que représentent les lésions, les maladies et les accidents mortels liés au travail dans le monde."

Cette année, à Venelles (salle des fêtes), le 28 AVRIL à 18H30, la Fondation Copernic reçoit :

• Audrey WAWRZACZ, qui témoignera pour Bruno, son père de 64 ans, invalide à la suite d’un grave accident de la route au travail le 15 novembre 2001

• Danielle LACHAUX qui interviendra pour Jean Claude, son époux, décédé le 23 décembre 2011, d’une chute en mission pour France Télécom Orange. L’inculpation a été prononcée le procès est prévu en mai 2015

• Le docteur M. TATAH, médecin du travail à Venelles dans le service STProvence (Santé au Travail Provence) depuis 1998 et enseignant vacataire à la faculté de médecine de Marseille dans le cadre du DUST (diplôme Universitaire de santé au travail) depuis 2012, traitera quant à lui du rôle du médecin du travail au sein de la nouvelle réforme de la santé et sécurité

 

Michel Bianco a perdu son fils lors d’un accident de travail. Il nettoyait les vitres et était installé sur une nacelle sans sécurité. Il a fait un pas de côté, est tombé et s’est tué. Il n’avait pas trente ans et il allait devenir papa. Il est parti le matin et n’est pas rentré du travail.

Michel a demandé à la justice de punir le responsable de l’entreprise qui n’a pas vérifié si son matériel était aux normes.

C’était en février 2010.

La peine encourue après un homicide involontaire est de 6 mois de prison. Michel demande que la peine soit alourdie et qu’il y ait un renforcement des peines et de la loi.

Depuis, Michel travaille avec la fondation Copernic pour améliorer les conditions de travail des salariés.

Il pense que l’augmentation des peines n’est pas suffisant.

Des mesures pédagogiques s’imposent, y compris pour les salariés, pour expliquer que des mesures supplémentaires pour faire respecter la sécurité ne sont pas des contraintes supplémentaires, mais permettent de limiter les risques.

Michel souhaite aussi commémorer la mémoire des deux salariés morts pendant la construction de la scène pour Madonna.

Personnellement, il sait que la justice ne pansera pas la mort d’un enfant qui est terrible et irréparable.

Il attend que la justice se préoccupe des accidents du travail et les sorte de la banalisation. Il compare avec la sécurité routière qui a fait, après la prise de conscience de la société et son refus de ces accidents, que leur nombre a été divisé par deux grâce aux dispositions prises.

Lors d’une première instance au tribunal de Grasse, l’employeur de Jérôme Bianco, décédé pendant son travail, a été condamné à quatre mois de prison avec sursis et 3650€ d’amende pour défaut de rambarde de sécurité. Un des deux employeurs de Jérôme a décidé de faire appel de cette décision.

Le patron de l'entreprise dans laquelle travaillait Jérôme Bianco, décédé sur son lieu de travail, a été condamné suite à l'appel fait au tribunal d'Aix-en-Provence.

Lettre à mon fils 2 août 2006/ 2 août 2015.

"C'est aujourd'hui que je comprends la phrase de Lamartine : "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé." Je la comprends et je la vis, depuis 9 ans de façon intense. Le manque que je ressens de toi, m'empêche de vivre la plénitude des réalités de ce monde. Seul face à ton absence, je continue la longue marche des années sans toi mon fils. Je sais tu ne reviendra pas! Alors pour que ta disparition ne soit inutile, je continuerais à me battre pour refuser la fatalité de la mort au travail.

Message de Michel, 10 ans après:

02/08/2016

Jérôme, 10 ans, que la griffure du temps, chaque jour efface ton visage. Demain je chercherai encore, au fond de ma mémoire, l'éclat de ton sourire, ou l'interrogation de tes yeux. Au fond du trou noir de l'absence, je m'efforce de poursuivre l’espérance de ta vie. Notre humanité en a bien besoin. Cette année, pas loin de ton repos éternel l'ombre de la haine s'est encore une fois abattue. Peut être, samedi, trouverons nous de la terre fraîchement retournée avec une inscription sur le marbre, Nice 14 juillet 2016. A notre douleur viendra s'ajouter, une fois de plus, la brisure de cet objet magique que tu avais au cœur, le respect de la vie. Malgré tout nous continuons de vivre. Tu aurais été fier de voir grandir ta fille Célia. Le 2 août 2006, pour elle, tu es parti au travail. L'irresponsabilité criminelle a voulu que la joie de découvrir le visage de ton enfant te soit enlevée. Cette année nous avons encore croisé des histoires de victimes d'accidents du travail, pour que ton absence soit utile à la communauté des Hommes.

Michel Bianco

Message de Michel,

02/08/2017:

Jérôme,

2 août 20017, tout les ans, depuis 11 ans, ce jour se lève, avec pour moi la tristesse et le goût d'amertume de ton absence. La beauté du ciel de ce jour, aura du mal, malgré le chaud soleil d’été à réchauffer mes os. Mes yeux chercheront désespérément vers le ciel ton sourire. Aujourd'hui je ressentirais cette profonde griffure sur la joue que le temps n'efface pas. Bien sur la vie continue, nous avons avec tes frères, fêtés nos anniversaires, mais une fois encore une place est restée vide.

Ce qui me manque le plus, c'est notre complicité. Elle aurait du accompagner les joies et les peines de ta vie.  Et pourtant à chaque fois cette question lancinante me revient << que doit un père à son fils trop tôt disparu>> 

Tu aurais été fier de voire grandir ta fille Célia. Le 2 août 2006, pour elle, tu es parti au travail. L'irresponsabilité criminelle a voulu que la joie de découvrir, le visage de ton enfants, te sois enlevé. Cette année nous avons encore croisé des histoires, de victimes d'accidents du travail, nous continuerons le combat pour que ton absence soit utile à la communauté des Hommes. Il nous revient de continuer à déchirer le silence du mépris de la mort au travail.
Ton père

Terre vs Mars

Terre, la planète bleue:

Oui à la loi travail

Oui à la répression

Mars, la planète rouge:

Non à la loi travail

Non à la régression

Le travail au 21e siècle

 

2e séance du cycle de conférences débats organisé sur le thème du "management à l'épreuve du travail" se tiendra :

Jeudi 26 novembre 2015, à Marseille, dans les locaux de la Faculté d'Economie et de Gestion de l'AMU (site Colbert), de 17h30 à 19h

A cette occasion, nous accueillerons Olivier Cousin, professeur de sociologie à l'Université de Bordeaux II, et chercheur associé au Centre d'Analyse et d'Intervention Sociologique (CADIS)

Il viendra présenter le récent ouvrage collectif qu'il a co-dirigé, intitulé : Travailler au XXIe siècle. Les salariés en quête de reconnaissance.

Cher-e-s ami-e-s,

Rien n'est joué, de grosses mobilisations vont advenir contre la loi El Khomri. Et pour les accompagner, la Fondation Copernic a produit ce clip (plein d'élan) pour laisser la morosité à des jours meilleurs.
N'hésitez pas une seconde à le faire circuler au maximum, ce sera à coup sûr l'une des bandes son de nos prochaines manifs.

Bien amicalement,
La Fondation Copernic

Les femmes, premières victimes des risques psycho-sociaux

Stress, harcèlement, épuisement professionnel ou violence au travail... les femmes sont plus exposées aux risques psycho-sociaux que les hommes. Les observations de terrain confirment les récentes études publiées sur le sujet. Pourtant, prendre en compte le genre dans le travail de prévention et d’accompagnement s’avère aussi un terrain glissant pour l’entreprise.

"J’ai accompagné des femmes de ménage épuisées par des heures de travail morcelé, qui n’ont jamais reçu le moindre signe de reconnaissance et devaient se montrer 'gentilles' pour obtenir des heures supplémentaires. J’ai vu des employées de banque craquer sous la pression. J’ai travaillé pour la Cnam sur la violence des situations vécues par les guichetières de la Poste", témoigne Danielle Poussière. Pour cette déléguée médicale qui conseille des salariés, les femmes connaissent une surexposition aux risques psycho-sociaux (RPS). Et ce, quelle que soit la catégorie socio-professionnelle à laquelle elles appartiennent. Un vécu largement corroboré par le travail de recherche sur les conditions de travail au regard du genre, publié en avril 2014 par Paul Bouffartigue et Jacques Bouteiller, deux chercheurs du Laboratoire d'économie et de sociologie du travail (Lest - Université d'Aix Marseille). Une recherche menée pour le compte de l’Anact (Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail), à partir de l’enquête Sumer 2010. D’après cette étude, 31% des femmes sont en situation de tension au travail contre 27% des hommes. "La notion de tension au travail ou 'job strain' combine une faible 'latitude décisionnelle' - une faible autonomie - , à une forte 'demande psychologique' - une forte charge -, explique Paul Bouffartigue. C’est pourquoi, contrairement à ce que l'on pense, les non-cadres sont généralement plus exposés à ces risques que les cadres." Autre indicateur pris en compte par les chercheurs : celui de "l’isostrain", soit le faible soutien social. Là encore, les femmes sont plus exposées que les hommes (19% contre 16%).

"Le travail émotionnel lié à certains métiers très féminisés, comme l’accueil, le soin aux autres ou le contact avec le public n’est pas perçu comme un travail en soi, explique Anne-Marie Nicot, chargée de mission au département Etudes, capitalisation et prospective de l’Anact. Et le coût psychique qui en découle, comme le fait de dissimuler ses émotions, n’est pas pris en considération. Cela est lié au fait qu’un grand nombre de métiers sont genrés et que l’on part de l’hypothèse que, pour une femme, être souriante, attentive et compassionnée ne relève pas du travail : c’est naturel !" Quelles sont les conséquences de ces risques sur la santé mentale des travailleurs ? Là encore, les femmes paient la note la plus lourde. L’indicateur HAD évaluant l’anxiété et la dépressivité est de 17,7% pour les femmes contre 13,3% pour les hommes. Les chercheurs ont ainsi identifié 57 familles professionnelles. Or, sur les 27 familles dont l’état de santé est plus négatif que la moyenne, 19 sont très féminisées. Et les 7 dont l’état de santé est le plus négatif sont exclusivement féminines. Les ouvrières de l’industrie, les caissières et les employées sont surexposées aux RPS et présentent une santé mentale particulièrement dégradée. "Les employées de la Poste, mais également celles des banques qui reçoivent du public, sont confrontées à la pression, voire la violence des usagers, dans un contexte de pauvreté croissante. Nous avons ainsi constaté de nombreuses dépressions ou séquelles de stress post-traumatique vécu par les femmes face à ces situations", explique Jean-Claude Delgènes, fondateur et directeur général de Technologia, un cabinet d’expertise sur les conditions de travail.

 

Par ailleurs, les femmes sont une population plus à risque en termes de sur-stress et présentent plus de troubles anxieux ou dépressifs que les hommes, selon de nombreuses études épidémiologiques concordantes. A l’heure actuelle, le collège d’experts coordonné par le sociologue Michel Gollac mène une enquête de grande envergure sur les RPS, qui tient compte d’indicateurs complémentaires de ceux de l’étude Sumer, comme le conflit éthique, l’insécurité de l’emploi et les exigences émotionnelles au travail. Tout l’enjeu est de savoir comment l’entreprise peut travailler sur ces données. "Il est très compliqué pour l’entreprise de se risquer sur le terrain des émotions, qui est multifactoriel, et de se positionner sur une approche genrée. Car il y a un risque d’être accusé de discrimination, analyse Laurence Saunder, associée-gérante de l’Ifas (Institut français d’action sur le stress). Pourtant, la prise en compte de cette dimension permettrait une meilleure prévention afin d'accompagner les salariées dans la prise de distance et d’anticiper sur leurs difficultés."

Pascale Colisson

L'Assurance maladie – Risques professionnels a rendu public les statistiques 2013 des accidents du travail et des maladies professionnelles. En 2013, on observe une baisse du nombre d’accidents du travail avec arrêt (- 3,5 %), des décès (-3%) et des maladies professionnelles (-4,7%).

Les accidents de trajet sont quant à eux en progression (3,6 %).

Au prétexte d’un code de déontologie, alors que nous disposons déjà, depuis 2010, de Principes de déontologie, le ministère du travail règle ses comptes vis-à-vis d’une inspection du travail jugée trop proche des salarié/es en faisant figurer dans le code du travail des matières qui relèvent plus d’un règlement intérieur que de la déontologie.
Non seulement ce texte ne respecte pas les obligations des conventions n°81  et n°129 de l’OIT, mais il porte des atteintes à la vie privée et aux droits syndicaux garantis par la constitution.
Ce code est fait pour restreindre l’indépendance des agent/es de contrôle :
- en créant des obligations principalement envers la hiérarchie ;
- en instituant une liberté de contrôle résiduelle et un devoir d'obéissance ;
- en restreignant les libertés individuelles et d'expression des agent/es ;
- en ouvrant la porte aux pratiques arbitraires, aux sanctions et aux discriminations.

Les communistes

Ca suffit!

T'es foutu, les travailleurs sont dans la rue

La réforme du code du travail n'est qu'un outil capitaliste de plus nous enfonçant dans l'esclavage moderne

Regarde ta rolex, c'est l'heure de la révolte

Marseille insoumise

 

Voeux des communistes 2017:

Pierre Dharreville

Retrait de la loi El Khomri!

Nouvelle manifestation en janvier 2017 à propos de l'accident mortel de Jean-Claude Lachaux.

- Orange -

 

La Commune de Paris

1871

ART.1. Le travail de nuit est interdit dans les boulangeries, à partir du mercredi 3 mai.

ART.2. Le travail ne pourra commencer avant 5 heures du matin.

08/03/2018

Marlène Schiappa annonce 7000 inspecteurs du travail dédiés à l'égalité professionnelle. Cette année, il n’y a que 5 postes au concours de l'inspection du travail seulement.

 

Michel Bianco, la vigie des morts au travail

Il y a douze ans, cet ancien syndicaliste perdait son fils dans un accident du travail que le remplacement d’une rambarde aurait pu éviter. Depuis, il se bat aux côtés des familles de victimes pour faire reconnaître en justice la responsabilité des entreprises. Une quête éprouvante, mais qu’il juge nécessaire, alors que 500 personnes meurent chaque année au travail en France.

Portrait

SANG-FROID n°10 - 06/2018

Auteur : Alexia Eychenne
Photos : Mylène Zizzo

Michel Bianco commence ses journées par un café à la terrasse d’un bar-PMU de carte postale, sur une placette gorgée de soleil face à la mairie de Venelles, près d’Aix-en-Provence. Un village à la Pagnol, avec ses collines, ses platanes, ses maisons de tuiles et de pierre ocre aux volets azur. « La retraite ici, c’est le bonheur sur terre », dit en souriant ce septuagénaire à l’allure de vacancier – polo, tongs, pantalon clair – et au tutoiement facile. Chaque jour, il court 10 kilomètres au pied de la montagne Sainte-Victoire, la fierté locale vénérée par Cézanne. La course l’apaise. Elle vide la tête des idées noires. Le matin, il consulte sur son téléphone les résultats d’une alerte Google. L’e-mail recense les accidents mortels du travail survenus les derniers jours. Un ouvrier percuté par un engin de chantier, devant un hôpital. Un agent de nettoyage tué par sa benne sur le parking d’un Décathlon. Un technicien électrocuté par un câble de trolleybus…
Michel Bianco s’inflige cette veille douloureuse en mémoire d’un de ses quatre fils, Jérôme. Ce dernier est mort en 2006, à 32 ans, d’une chute de 9 mètres. Il nettoyait les baies vitrées d’un laboratoire des Alpes-Maritimes dont le garde-corps était cassé. Sa réparation n’aurait coûté que 600 euros. En France, plus de 500 personnes meurent chaque année dans l’exercice de leur métier. « Souvent, la presse relate les faits et, derrière, plus rien, regrette-t-il. On ne cherche pas le pourquoi du comment. Ces accidents restent des faits-divers. Et quand les condamnations tombent des années plus tard, l’effet n’est plus le même. »
Depuis le décès de son fils, il se bat aux côtés de proches des victimes pour faire reconnaître par les tribunaux la responsabilité des employeurs. Une quête interminable, parfois frustrante, mais au nom de Jérôme et contre la fatalité de ces morts. « C’est vrai que l’on donne peu d’écho aux accidents du travail, peut-être parce qu’ils font l’objet d’un traitement judiciaire particulier, avec un volet financier important », glisse Silvia Sappa. Cette avocate au barreau d’Aix-en-Provence a croisé Michel Bianco dans plusieurs dossiers. « J’ai beaucoup d’estime pour lui et son combat, poursuit-elle, car même si le risque zéro n’existe pas, beaucoup de cas pourraient être évités. »

 

Nuit debout

Paris

"Je ne veux pas perdre ma vie à la gagner."

 

 

Commandé par le gouvernement en janvier dernier, le rapport sur la santé au travail de la députée LREM du Nord Charlotte Lecocq devrait être rendu public le 27 août prochain. Santé & Travail qui a eu accès au document vous dévoile les grandes lignes des changements majeurs proposés.


 

A première vue encore beaucoup de discours pour pas beaucoup de mesures concrètes. En santé en sécurité c'est un véritable plan d’urgence national qu'il faut. Avec une formation continue et permanente de tou-te-s les salarié-e-s payée par l'employeur.

Michel Bianco

Santé au travail : la révolution Lecocq

http://www.sante-et-travail.fr/sante-travail-revolution-lecocq

 

 

Une cagnotte pour aider la famille d'un salarié mort sur un chantier dans le Var.
Une cagnotte vient d'être lancée par la fondation Copernic pour venir en soutien à la famille de Fabien, un salarié du BTP décédé lors d'un accident sur un chantier à Sainte-Maxime (Var) le mois dernier. La fondation pointe aussi du doigt les conditions de sécurité sur les chantiers.

Chiffres clés des accidents du travail en 2016

 

- 626 227 accidents ayant entraîné un arrêt de travail ou une incapacité permanente (+0,3% par rapport à 2015)

 

  • 3,6 milliards d’euros imputés aux entreprises

 

- Indice de fréquence (IF) moyen: 33,8 accidents du travail pour 1000 salariés (33,9 en 2015)

 

- 600 accidents par heure travaillée

 

- 41,3M de journées de travail perdues par incapacité temporaire, soit 165126 équivalents temps plein

 

- 514 décès (-5,7% par rapport à 2015)

Pourquoi Airbus fait appel et refuse la faute inexcusable?

Interview de Michel Bianco

 

Rosaria d'Agostino se bat pour que les responsables des morts au travail ne restent pas impunis.

 

Accidents du travail 

La liste au 5 mai 2019 des morts (mais, chut! il faut se taire...)

 

Accidents du travail

6 mois

Liste des recensés

Mathieu Lépine

 

Jérôme Bianco

Ce 2 août 2019 sera à nouveau la journée de la catastrophe! 

Voilà 13 ans, le 2 août 2006, que tu nous as quittés.
Des irresponsables ont permis que tu travailles sur un échafaudage à 8 mètres de hauteur sur lequel il manquait 60 cm de garde-corps. Depuis le silence du mépris pour d'autres victimes d'accidents du travail se poursuit.
Même si le journal Le Monde à fait sa une il y a quelques jours sur : <<les accidents du travail; 10 morts chaque semaine; dans l'indifférence. >> Dans le même temps les familles des victimes de l'effondrement de la scène de Madonna au stade vélodrome attendent depuis 10 ans un procès qui devait avoir lieu en fin d'année et qui vient d’être renvoyé.
Je vous invite à partager un moment à la mémoire de toutes les victimes de la mort au travail. Nous attendons toujours que nos gouvernants organisent une moment de reconnaissance à ceux qui sont partis un matin pour gagner leur vie, pas pour y mourir.

Pour mon fils à jamais.

Michel Bianco

Accidents du travail: pas de statistiques dans le secteur privé et public....

------------------------------------------------------

« Je vous invite à participer massivement à cette initiative pour dire non au silence du mépris face aux morts au travail! Au nom de mon fils Jérôme. »

Michel Bianco

------------------------------------------------------

Michel Bianco signale que c'est une explosion d'une citerne qui a causé le décès et non pas la fatalité.

------------------------------

« Accident du travail : Des témoignages coup-de-poing d'une réalité trop souvent méconnue suite à la mort et la souffrance au travail. Pour le mémoire de mon fils Jérôme et les autres victimes. »

Michel Bianco.

 

-----------------------------------------

Accidents du travail: plus de 500 Français meurent chaque année, qui sont-ils?

ENQUÊTE - Des proches de victimes et des travailleurs gravement blessés témoignent. Entre tristesse et colère, ils veulent faire changer les choses.

Jérôme (32 ans): mort après une chute de 8 mètres d’une passerelle

(…) Michel Bianco, 72 ans, n’oubliera jamais la date du 2 août 2006. Alors en vacances en Ardèche, il sort du restaurant. Il est 20h30 et un message vocal l’attend sur son téléphone: le frère de l’épouse de son fils lui demande de «rappeler de toute urgence». Rapidement, Michel Bianco apprend que son fils Jérôme a eu un grave accident au travail. Il est tombé d’une passerelle de 8 mètres de haut et est décédé. À 32 ans, il laisse derrière lui sa femme enceinte. «Ma petite fille n’a jamais connu son papa», confie Michel Bianco.

(…) «La santé et la sécurité devraient relever d’une formation permanente et continue», estime Michel Bianco, en évoquant certains salariés ne mettant pas toujours leurs équipements de sécurité par habitude ou par confort. Il dénonce aussi la pression des délais sur les entreprises sous-traitantes par les donneurs d’ordre.

Michel Bianco communique ce message. Je vous le transmets.

 

Jérôme,

 

2 août 2006/2aout 2020 14 ans que ce jour noir se lève. La déchirure de ta disparition est toujours aussi lancinante. Bien sur le chemin de la vie avance ta fille Célia va avoir 14 ans. J'imagine la fierté pour toi d'avoir pu te promener avec elle. Alors oui plus jamais ça. Partir un matin au travail pour ne jamais rentré le soir. Cette année, Paloma, Nathalie, Pauline et d'autres se trouvent confrontés à cette horrible injustice. Les victimes de l'effondrement de la scène de Madona en 2009 au stade vélodrome attendent encore que la justice condamne les responsables de cet accident. Bien sur le combat continu pour que les accidents du travail sortent de la rubrique des faits divers et deviennent une question sociale. Pour cela, avec d'autres, j'en parlerais encore et encore pour casser le silence du mépris des deux morts par jour d'accident du travail dans notre pays !

Ton père !

-----------------

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article