Les garçons et les filles en Chine. Inde - Voyages

Publié le par bmasson-blogpolitique

Les garçons et les filles en Chine. Inde - Voyages

En Chine, les prénoms donnés aux garçons représentent l’intelligence, le bonheur et la prospérité et ceux donnés aux filles représentent la beauté, la finesse, les fleurs ou les pierres.

Les garçons sont préférés en Chine car ce sont eux qui s’occuperont de leurs vieux parents. Ils apporteront aussi tout au long de leur vie une force de travail très importante pour leur famille. N’oublions pas que la Chine est un pays agricole depuis plus de cinq mille ans.

Mais en 2001 (dernier recensement) le ratio était historiquement en faveur des garçons (117 garçons pour 110 filles).

Les filles restaient chez leurs parents jusqu’au mariage. On considérait qu’elles n’avaient pas besoin de beaucoup de connaissances et d’éducation. Elles devaient savoir faire la cuisine, le ménage pour la famille et la belle-famille et les enfants. Elles découvraient souvent leurs époux le jour de leur mariage.

Le mariage était imposé aux filles qui une fois mariées vivaient avec leurs beaux-parents et voyaient rarement leur famille (cela dépend des distances entre les belles familles).

Dans l’histoire chinoise, les femmes obéissaient au mari et en cas de décès du mari à leurs fils.

On retrouve encore cette mentalité plus particulièrement dans les campagnes. Mais en ville, les mentalités évoluent.

Les garçons et les filles en Chine. Inde - Voyages

En 1949, lors de la création de la République Populaire de Chine, les femmes on eu de nouveaux droits. Les femmes ont été considérées comme autant talentueuses et capables de faire les mêmes travaux que les hommes.

Le mariage imposé a été supprimé et le choix du conjoint a été possible pour les femmes. Elles ont eu aussi la possibilité de divorcer. Avant seuls les hommes pouvaient le faire (ou bien ils pouvaient répudier la femme).

Il y a en Chine une politique de limitation des naissances. En cas de dépassement du nombre d’enfants autorisé par la loi, les couples doivent payer une amende équivalente à trois années de salaire à deux.

Les garçons et les filles en Chine. Inde - Voyages
Les garçons et les filles en Chine. Inde - Voyages

 

 

Depuis 1980, au lieu des 800 millions d’enfants attendus, il y a eu 300 millions de naissance.

Pour remercier cette politique l’ONU a donné à la Chine une médaille. Il y avait un milliard de Chinois en 1980. Pour éviter la catastrophe et pour pouvoir nourrir, habiller, loger et offrir un travail à chacun d’entre eux, seuls les couples qui avaient une fille en premier avaient le droit à un second enfant dans l’espoir d’avoir un garçon.

Un pays voisin, l’Inde, ne connaît pas de limitation et atteint le milliard d’Hindous, alors qu’ils étaient 600 millions dans les années 1980.

Les garçons et les filles en Chine. Inde - Voyages

Pour satisfaire à la loi de l’enfant unique en Chine, les médecins des hôpitaux sont dans l’interdiction de dire le sexe de l’enfant aux parents, pour éviter l’avortement si c’est une fille. Il existe cependant des cliniques privées qui le pratiquent clandestinement.

 

 

 

L’ouverture de la Chine au monde extérieur a permis l’apport des touristes et l’amélioration des études. Avec le développement des médias (télévision, radios, Internet), les jeunes savent ce qu’il se passe dans les autres pays et ne veulent plus avoir beaucoup d’enfants. C’est trop difficile et trop cher.

Depuis le début des années 2000, la population chinoise vieillit aussi. Il y a plus de vieillards que de nouveaux nés. Les jeunes se marient de plus en plus tard en raison des études et du travail. Il existe des célibataires âgés de plus de trente ans et aussi des couples qui ne souhaitent pas avoir d’enfants.

C’est pourquoi la loi de l’enfant unique a connu des évolutions depuis les années 2000. Il y a plus de facilités pour avoir plusieurs enfants.

Les garçons et les filles en Chine. Inde - Voyages

Il «manque» 63 millions de femmes en Inde , déséquilibre attribuable aux avortements sélectifs, mais aussi au meilleur traitement réservé aux garçons, notamment en matière de nutrition et de soins de santé, selon l'analyse économique annuelle du gouvernement.

Aujourd'hui, en Asie, il y a un déficit cumulé de 117 millions de fillettes manquantes.

En Chine ou en Inde, mais aussi au Vietnam, donner naissance à une fille, c'est encore "cultiver le champ du voisin" ou "arroser le jardin d'un autre" - comprenez la famille du futur époux. Dans ce contexte, dès son apparition, le dépistage prénatal du sexe du bébé a servi à avorter lorsque le bébé était une fille - mieux vaut "dépenser 5000 roupies maintenant (pour avorter) pour en économiser 500 000 plus tard (pour le mariage). Et quand les lois interdisant ces pratiques sont arrivées, 15 ans après la technologie, le mal était fait.

Les femmes représentent 63% des voyageurs solo, appétit pour le grand nord et le Moyen-Orient... tour d'horizon des grandes tendances du tourisme.

Touristes agressés sexuellement au Sri Lanka :

Le Sri Lanka a annoncé vendredi la création de nouveaux postes de police et intensifier les patrouilles dans les stations balnéaires populaires après une série d’agressions sexuelles et de violences visant les touristes étrangers.

(…) Il a ajouté que les mesures avaient été décidées après qu’un touriste hollandais avait été harcelé sexuellement et que plusieurs autres touristes avaient été agressés par un gang dans un hôtel de Mirissa la semaine dernière.

(…) En 2014, un tribunal sri-lankais a condamné un homme politique local et trois de ses partisans à 20 ans de prison pour le meurtre en 2011 du touriste britannique Khuram Shaikh la veille de Noël et le viol collectif de son partenaire russe.

 

Sri Lanka : salariées "garanties sans grossesse"

Il est indiqué "garanties sans grossesse" sur le dossier de femmes sri lankaises qui partent travailler comme domestiques dans les pays du Golfe. Un contraceptif leur est injecté parfois à leur insu.

INCROYABLE ! Plus de 5 millions de femmes indiennes forment une chaîne humaine de 650 km. Voici les raisons !
(…) Pourquoi l’interdiction est-elle si politique ?

La décision de la Cour suprême d’autoriser les femmes à se rendre au sanctuaire de Sabarimala est survenue après qu’une requête eut été formulée contre l’argument selon lequel la coutume leur interdisant violait l’égalité des sexes.

Malgré les efforts des autorités, l'avortement de filles reste pratique en Inde.
En trois mois, aucune fille n'est née sur les 216 naissances enregistrées dans 132 villages du district indien d'Uttarkashi. Une enquête a été lancée pour faire la lumière sur ces données relançant la question des avortements sélectifs.


 

"N'avortez plus de vos filles".

La dot, principal argument.

L'Inde, entre développement et tradition.

Publié dans Femmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article