Les survivantes du génocide au Rwanda - Congo

Publié le par bmasson-blogpolitique

« Nous-mêmes, à Avega, notre association de veuves rescapées du génocide, lorsqu’on a décidé de faire une étude sur le viol, quatre années avaient déjà passé. On s’était rendu compte qu’il y avait de plus en plus de cas de viols, lors d’entretiens individuels durant lesquels des jeunes filles et des femmes nous confiaient leur contamination par le sida. C’était leur façon de dire l’indicible. Le résultat de cette étude a été plus qu’accablant : quatre-vingt pour cent des femmes qui ont survécu ont été violées, et plus de la moitié d’entre elles est infectée par le sida. Les génocidaires les ont consciemment contaminées, ils leur ont inoculé une mort lente. Une grande partie de ces victimes y a succombé. L’autre, survivante, n’a aucun moyen de se soigner.

~~Ces victimes survivent cet insupportable paradoxe : devoir leur survie à un viol. La plupart du temps, les tueurs avaient d’abord massacré leur famille en leur présence, avant d’abuser d’elles et de les épargner. Un paradoxe et une remarquable mise en scène de l’horreur : en effet, les tueurs les laissaient en vie pour qu’elles vivent un enfer pire que la mort. C’est-à-dire pour qu’une fois épargnées, elles ne fassent que regretter d’avoir été laissées en vie. Pour que- et le pire, je crois, est là- pour que survivre ne leur ai servi à rien…Elles ont tenu pour surpasser cette horreur et maintenant qu’elles y sont parvenues, dix ans après, elles sont dans une mort continue. Elles agonisent.

~~Esther Mujawayo, Rwandaise Tutsi née en 1958, sociologue et psychothérapeuthe, vit actuellement en Allemagne.

« Si tu vis en étant morte en dedans, les tueurs ont encore gagné. C’est pour ça que j’ai décidé d’être vivante-vivante plutôt que survivante. »

Esther Mujawayo. Survivantes. Rwanda- Histoire d’un génocide. Editions Seuil. 2005

Les survivantes du génocide au Rwanda - Congo
Au Rwanda, les Gacaca :

La majorité de la population ne s'est pas opposée aux tueurs lors du génocide et les rescapés craignent que ces jugements se fassent dans un contexte populaire défavorable à la vérité.

Les expériences pilotes conduites à partir de 2001 ont montré que ces tribunaux risquent de révéler que 750 000 personnes auraient participé aux tueries. Cela représente environ six fois le nombre de personnes actuellement emprisonnées et presque 10 % de la population actuelle du Rwanda. On évalue depuis longtemps que le nombre de tueurs se situe au moins autour du million de personnes. Certains parlent de 2 millions. Beaucoup sont en fuite, particulièrement en République démocratique du Congo ou sont morts, notamment du sida à la suite des viols nombreux. De nouvelles vagues de réfugiés dans les pays voisins ont vu le jour en 2005 à cause du démarrage des « Gacaca » et l'une des revendications actuelles des FDLR est l'arrêt de ces juridictions, accusées de faire peur aux Rwandais. Ainsi, les 6 000 Rwandais qui ont pris la fuite au Burundi en avril-mai 2005 pour échapper aux « Gacaca » ont tous été renvoyés au Rwanda. (source Wikipédia).

Le Mouvement de la Paix :

Le Tribunal Pénal International est doublé des Gacaca, juridiction communautaire. Ces juridictions montrent une précipitation de la part du gouvernement à vouloir résoudre au plus vite les tensions entre communautés, sans en avoir forcément les moyens. (…) L'enseignement de l'histoire du génocide est encore en suspend faute d'une écriture commune faisant l'unanimité.

Janvier 2018:

 

Les femmes sont de "dangereuses créatures du mal, allant contre les plans de Dieu" : une radio chrétienne fermée pour des propos "ignobles" au Rwanda.

 

http://information.tv5monde.com/en-continu/rwanda-une-radio-chretienne-fermee-pour-des-propos-misogynes-220180

Rwanda. Les armes livrées aux génocidaires renvoyées à l'expéditeur.

Il y a 24 ans, le 7 avril, débutait le génocide des Tutsi au Rwanda, qui a fait entre 800 000 et un million de victimes. Le but de l’initiative, ce jeudi, était de rappeler la responsabilité de la France et d’interpeller les pouvoirs publics.

Les militants de Survie ont réédité l’opération devant le siège du PS

« On peut parler de complicité de génocide, explique-t-il. Car il y a eu soutien actif, en connaissance de cause, et qui a eu effet sur le crime ».

En RD Congo, la difficile réinsertion des anciens enfants-miliciens.

(…) Les Kamuina Nsapu ont enrôlé des mineurs parmi leurs combattants face aux forces de sécurité.

(…)"La première fois que nous sommes allés combattre contre les militaires, beaucoup des nôtres ont été tués", poursuit l'adolescente, envoyée "en première ligne", comme les autres filles.

(… ) "Je veux juste redevenir cette fille normale que j'étais, qu'on me regarde comme un enfant, qu'on m'aime comme autrefois", ajoute Angèle, d'une voix tremblante. »

En RD du Congo . 1152 femmes seraient violées par jour, soit environ 48 viols par heure. Ce sont autant de femmes qui sont rejetées socialement. Discriminées et stigmatisées par leur communauté, elles doivent vivre seules avec cette image de femme violée.

(…)Selon la tradition congolaise, la femme doit rester à la maison pour s’occuper des enfants et entretenir la maison. Une famille sans grand moyen privilégiera la scolarisation de leurs garçons plutôt que de leurs filles. La femme a donc moins de perspectives d’avenir qu’un homme. Pourtant, elle a paradoxalement une “place sacrée”.

 

Lu sur Allafrica

Certains enseignants abusent de leur pouvoir pour obtenir des faveurs sexuelles.

 

Avances repoussées. Punition; mauvaise note au premier devoir.

 

La candidature d'un milicien, récemment condamné à perpétuité pour des viols sur une quarantaine de fillettes âgée de 18 mois à 12 ans, a été jugée recevable aux élections provinciales en République démocratique du Congo.

"Je ne suis pas pute!": à Kinshasa, la traque des "Ujana" braque les jeunes filles.

(…) Kinshasa vit depuis une semaine au rythme d'une opération policière contre la prostitution des mineures et des jeunes filles accusées "d'outrage aux moeurs publiques" parce qu'elles ne portent pas de sous-vêtements.

VIDEO. Rwanda : vingt-cinq ans après le génocide, les femmes prennent le pouvoir

Quel est le seul pays au monde à avoir une majorité de femmes à l'Assemblée nationale ? En ruines après le génocide de 1994, le Rwanda, reconstruit par des centaines de milliers de veuves, a vécu un miracle économique et une révolution politique.

(…) Avant le génocide, aucun élu n'était une femme.

(..) Témoin de cette ascension fulgurante des femmes au Rwanda, les bancs de l'Assemblée nationale. Sur les 80 sièges du Parlement, elles en occupent 51. 

L'historienne Hélène Dumas répond à un journaliste qui utilise une mauvaise expression.

04 20

Rwanda

Il semble qu'il y ait une offensive médiatique pour réécrire l'histoire.

Les Tutsi sont les victimes.

800 000 MORTS à 1 000 000 DE MORTS!

------------------

Rwanda

Félicien Kabuga arrêté

Il sera jugé

05 20

 

Trois Rwandais ont été condamnés pour génocide en France.

Fabien Neretsé a été condamné à 25 ans de prison en Belgique en 2019.

Claude Muhayimana sera jugé à l'automne 2020.

 

La Marseillaise

 

 

 Génocide rwandais

 Pas de remise en liberté pour Kabuga.

---------------

Anniversaire et mémoire du génocide au Rwanda.

 

Cette semaine marquera le 27ème anniversaire du début du génocide des Tutsis le 7 avril 1994. Les enfants qui ont survécu sont maintenant de jeunes adultes. Les jeunes gens de 1994 ont l'âge auquel leurs parents furent massacrés.

Cette semaine marquera le 27ème anniversaire du début du génocide des Tutsis... 7 avril 1994.... Nombre de morts estimé : un million ! Le pays compte aujourd'hui un peu plus de 13 millions d'habitants.

(…) Les rescapés, quand ils ont reconstruit, ont parfois changé l'emplacement de l'entrée de la maison pour ne plus voir au petit matin ceux qui ont parfois porté la robe de leur mère, les pantalons de leur frère.

(…) Il y a quelques jours a paru le rapport de la commission d'historien présidée par Vincent Duclert sur le rôle de la France... Rapport très sévère avec le régime de l'époque, sous la présidence de François Mitterrand... "Responsabilités lourdes et accablantes, la France est demeurée aveugle à la préparation du génocide" mais n'est pas jugée "complice"...

 

Source La Marseillaise.

 

La France ouvre des archives importantes sur le Rwanda.

Explication 

À la suite du rapport remis fin mars sur l’implication de la France au Rwanda entre 1990 et 1994, un arrêté rend accessibles de nombreux documents. Un geste fort, mais encore insuffisant pour le travail des historiens.

(…) À défaut, l’accès à de précieuses informations resterait empêché, comme « les auditions à huis clos », confirme François Robinet, qui conclut : « Cette ouverture des archives est un pas important d’un point de vue politique et symbolique mais en termes de recherche, nous sommes encore au milieu du gué. »

 

 

Des travailleurs humanitaires accusés d’abus sexuels en République démocratique du Congo : Oxfam à nouveau dans la tourmente.
(…) Parmi les organisations humanitaires citées figure Oxfam, mais aussi MSF, et des agences des Nations Unies comme l’OMS, l’Unicef et l’OIM. Le secrétaire général des Nations unies avait demandé une enquête complète. Selon ces témoignages, certains abuseurs seraient belges ou français.
(…) A propos des accusations contre des employés d’Oxfam en RDC, Sarah Champion écrit sur Twitter : "Malheureusement, ce ne sera pas la dernière affaire, tant que le secteur ne change pas. Les lanceurs d’alerte doivent être protégés et un médiateur indépendant doit être mis en place pour enquêter."

Rwanda.

Paul Rusesabagina, condamné en sursis.

L’Humanité

08 21

-------------

Rwanda. Un ancien homme politique visé par une plainte en France pour "crimes de génocide".

Le Collectif des parties civiles du Rwanda (CPCR) a annoncé avoir déposé plainte contre un ancien homme politique rwandais, qui vivrait en France, pour "crime de génocide" et "complicité de crime contre l'humanité" au cours du génocide de 1994.

 

(…) Dans sa plainte, le CPCR affirme que Pierre Kayondo, "ancien préfet de Kibuye et ancien député" dans la préfecture de Gitarama, "a activement participé à l'organisation des exterminations à Ruhango et à Tambwe dans la préfecture de Gitarama en permettant la constitution de groupe de miliciens interahamwe, en fournissant des armes et en participant à des réunions".

 

Natacha Polony au tribunal.

La patronne de Marianne avait déclaré sur France Inter en mars 2018 qu’il n’y avait pas eu lors du génocide au Rwanda « d’un côté les gentils et de l’autre les méchants ». Elle est jugée pour « contestation de l’existence de crime contre l’humanité »

Nils Wilcke.

03 22

----------------

Rwanda

La DGSE a-t-elle aidé au massacre des Tutsi?

Paul Barril, ex-gendarme.

Bob Denard, mercenaire.

"L'Humanité"

--------------

  Rwanda 
Le silence des mots viols non jugés 
"L'Humanité"
Rwanda : le viol de guerre raconté par celles qui l'ont vécu.
Gaël Faye et Michaël Sztanke ont réalisé "Le Silence des mots", un documentaire qui raconte le calvaire de trois femmes violées par des soldats français de l'opération Turquoise. Il sera disponible dès mardi 19 avril sur la plateforme arte.tv et il sera diffusé samedi 23 avril à 18h35 sur Arte.

(…) La marque du génocide, c'est le silence.

Gaël Faye explique ainsi le choix du titre du documentaire : "C'est un constat que je fais depuis des années en tentant d'écrire sur ce désastre qu'est le génocide. Je me rends compte que les mots ne nous permettent pas de dire véritablement. On tourne toujours autour de la plaie. On n'arrive pas à véritablement trouver les mots."

22 ans après l’ouverture des poursuites contre Bucyibaruta le procès du plus haut responsable rwandais impliqué dans le génocide des Tutsis en 1994 s’est ouvert lundi 9 mai à Paris.

L’Humanité.

------------------

Publié dans Femmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article