Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les styles sont différents, les mises en scène d'animaux, de plantes sont variées, les tons passent du pastel au ton chaud du soleil d'ici ou d'ailleurs, les plans sont serrés ou larges, mais tout est montré avec talent.

Les merles nourrissent leurs petits, les serpents rôdent - on est obligé de les voir- les oiseaux pêchent, y compris le renard, ou se chamaillent le territoire de chasse.

 

Les photographes épient, patientent, attendent que le déclic se fasse: il nécessite l'osmose entre le sujet et son auteur. Le moment est précieux.

C'est une traque lente, magique, et révélatrice de la poésie et de la dureté du règne animal. Les paysages du "no man ´s land" de la Crau sont splendides.

J'y ai exposé la douceur d'une sieste de moutons à l'ombre des arbres dès les premières chaleurs du printemps, à deux pas de chez moi.

J'ai aussi choisi la densité d'une pinède provençale, éclairée par un soleil couchant, typique de nos régions et qui ne ressemble en rien aux pinèdes des Landes.

Trois artistes présentent leurs œuvres.

A 83 ans, Jacques Renoux a gardé toute son acuité visuelle et recherche le détail de chaque insecte. Il pose son tabouret dans son jardin à Dijon et il attend les manifestations naturelles des animaux. Professeur d’Université à la retraite, la photo a rempli sa vie, passionnément.

Gilles Garnier, de Fontvieille

L’écume des mots

Dédicace

 

Il a été l’assistant de Lucien Clergue, développant ses pellicules et ses photographies sur papier en noir et blanc.

Puis, il a travaillé pour l’agence Sipa.

Tag(s) : #Mes Photos

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :