Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des souris et des hommes.

De John Steinbeck.

Autant de misère rassemblée dans une même ferme des Etats-Unis, dans les années 1930, ce n’est pas possible !

Et pourtant, Steinbeck l’a fait…

 

Un routard, allant de travail en travail et de ferme en ferme, s’est acoquiné avec un être simple d’esprit sur qui il veille.

Ce simple d’esprit, gentil mais doté d’une force supérieure à la normale, ne peut se débrouiller seul dans la vie.

Pourquoi ces deux êtres que tout sépare restent-ils ensemble ? La peur de la solitude l’emporte sur tout.

Dans cette ferme, un ranch de Soledad, trois autres personnes aux destins tragiques y vivent : la femme du fils du propriétaire, fraîchement mariée. Un homme très âgé et un ouvrier agricole noir.

Trois solitudes à l’état pur.

La jeune femme n’aime pas son mari et recherche de la compagnie pour pouvoir parler.

Mais, dans une ferme américaine de ces années-là, il n’y a que des hommes et ils la regardent avec suspicion, pensant qu’elle cherche à les aguicher.

Le Noir, lui, est rejeté pendant les temps libres par les autres. L’argument de l’odeur nauséabonde est utilisé par les blancs ! Il se retrouve seul, dans une chambre où personne ne vient. Il lit…

L’homme âgé a peur d’être mis au-dehors de la ferme quand il ne pourra plus effectuer les petits travaux d’entretien. Il ne touche pas de retraite…

Face à leurs destins misérables, ils rêvent. Ils aimeraient acheter leur ferme dans laquelle ils imaginent une vie heureuse. Ils rêvent d’un pot commun dans lequel ils verseraient leurs maigres économies.

 

Mais, la jeune femme connaîtra une fin tragique dans les mains de notre simplet qui panique et la fait taire définitivement.

Les blancs de la ferme appliquent une justice expéditive : un chien est trop vieux ? Une balle dans la tête… Notre simplet ne doit plus recommencer ? Une autre balle évitera des frais d’internement !

Serait-ce là la douceur de vivre « made in America » ?

Le récit s'inspire d'un vers de Robert Burns : "The best laid schemes o'mice an'men gang aft a-gley"

« Les plans les mieux conçus des souris et des hommes souvent ne se réalisent pas ».

L’adaptation théâtrale a été réalisée par :

Jean-Philippe Évariste et Philippe Ivancic. Avec : P. Ivancic, J-P. Évariste, G. Le Devehat, P. Sarrazin, E. Dabbous, B. Henry, H. Déus et P. Ivancic, en collaboration avec le Théâtre 13.

Ce spectacle est à voir si le moral est au beau fixe… Devant cette triste fatalité de la vie…Il n’y a aucune échappatoire possible…

Des souris et des hommes- John Steinbeck-
Un Rottweiler et un gros chien noir attaquent en toute liberté...Ils sont les semeurs de mort

Un Rottweiler et un gros chien noir attaquent en toute liberté...Ils sont les semeurs de mort

Tag(s) : #Théâtre

Partager cet article

Repost 0