Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Levallois-Perret.

Sur la crèche Louise Michel en attente de destruction, on ne peut plus voir les panneaux de Boris Taslitzky qui s'appellent "Louise Michel et les enfants de Nouméa", oeuvre en hommage à la déportation de la Communarde Louise Michel à Nouméa, en Nouvelle Calédonie.

La mairie annonce qu'ils seront placés en un autre endroit dans la ville. Ce ne sont pas les squares qui manquent.

Chiche!

Oeuvre de Boris Taslitzky de 1968

"Louise Michel et les enfants de Nouméa"

Permis de construire ou permis de démollir?

Victor Hugo:

"Qui ouvre une école ferme une prison!".

« Si l’égalité entre les deux sexes était reconnue, ce serait une fameuse brèche dans la bêtise humaine. En attendant, la femme est toujours, comme le disait le vieux Molière, le potage de l’homme. Le sexe fort descend jusqu’à flatter l’autre en le qualifiant de beau sexe. Il y a fichtre longtemps que nous avons fait justice de cette force-là, et nous sommes pas mal de révoltées. […] ne comprenant pas qu’on s’occupe davantage des sexes que de la couleur de la peau. […] Jamais je n’ai compris qu’il y eût un sexe pour lequel on cherchât à atrophier l’intelligence. »

Louise Michel

Sa statue dans un square de Levallois-Perret

 

 

 

La Commune.

D'après l'article de Régis Vlachos.

 

La Commune inventa une organisation du travail où le travailleur n'est plus exploité, ce qui en fait un citoyen conscient et impliqué. Cela rend possible une représentation politique qui n'est plus délégataire et indifférente. Une utopie....

 

Ils inventèrent la révocabilité des élus. Ils sont obligés de créer une médiation efficace. Le représentant est assujetti au représenté.

Au cimetière de Levallois-Perret

 

 

A Paris

Square Louise Michel au pied du Sacré Coeur qui fut construite par l’Église et l’État pour, entre autres, « expier les crimes des fédérés ». Un rééquilibrage de l'histoire...Néanmoins, c'est à Montmartre que débute le soulèvement de la Commune.

Sa station de métro

C’est à la mairie du Xe arrondissement que les femmes ont créé « L’Union des femmes pour la défense de Paris et les soins aux blessés ». Elles n’avaient pas le droit de vote mais participaient aux réunions des clubs, mettant ainsi en pratique l’exercice de la démocratie.

 

Réunion à la bibliothèque la Méjanes à Aix-en-Provence, le samedi 25 février 2017, de 17h à 20h, pour revenir sur les traces de Louise Michel.

Réunion organisée par:

Résister Aujourd'hui

La Ligue des Droits de l'Homme d'Aix-en-Provence

Le cercle Condorcet

La bibliothèque la Méjanes

Commune révolutionnaire de Narbonne

24 - 31 mars 1871

 

Après la chute du second Empire, le 4 septembre 1870, éclata en plusieurs villes une insurrection à la fois politique et révolutionnaire.

Depuis cette église désaffectée en 1791, siège du « Club Lamourguier » devenu « Club de la Révolution », ce soulèvement dirigé par Émile Digeon et Baptiste Limouzy tenta d'instaurer « la Commune centrale de l'arrondissement de Narbonne, unis à celle de Paris ».

Comme dans la capitale, cette tentative communaliste fut réprimée avec une extrême rigueur par le gouvernement provisoire d'Adolphe Thiers.

Trois Narbonnais tombèrent victimes de ce combat fratricide.

 

La guerre de 1870/1871:

Quelques représentations

Louis-Ernest Barrias

La défense de Paris

Pour commémorer la défense héroïque de Paris contre les Prussiens au cours de la guerre de 1870/1871 , la préfecture de la Seine organisa, en 1879, un concours, pour l'érection d'un monument au rond-point de Courbevoie, situé à l'extrémité de l'avenue de Neuilly, dans la perspective de l'Arc-de-Triomphe de l’Étoile, là où s'étaient rassemblés les gardes nationaux avant la dernière bataille de Buzenval, le 19 janvier 1871, dans la phase finale du conflit.

Détail

Géo Weiss

1861-1929

Épisode du plateau d'Avron

Exposé au Salon de 1899

Tableau exposé dans le musée de la police, Paris, 4e

Le plateau d'Avron se situe à Neuilly

 

Haut lieu de la défense de Paris à la fin de l'année 1870, le tableau représente l'arrivée de renforts au cantonnement du 6e bataillon des gardes mobiles de la Seine, détruit par un bombardement d'obus ennemis qui ne laissa aucun survivant. En août 1875 le compositeur Guilmaut composa une pièce pour orgue Opus 45-54 à la mémoire de l'aumônier du bataillon.

 

Commandants des gardiens de la paix mobilisés en 1870/1871

LE ROMAN DE Louise

Henri Gougaud

Le livre de Poche

Albin Michel – 2014

 

La naissance de sa vocation d'institutrice :

page 28 :

« Elle ne peut vivre de ses rentes. Il lui faut choisir un métier. Il n'en est qu'un, à l'évidence, qui fait battre son cœur quand à haute voix elle l'imagine. (…) L'ignorance tient les gens en perpétuel esclavage. (…) Elle espère la République, elle est sûre de ses vertus, elle veut farouchement être utile à ces êtres, ces errants de cœur et d'esprit qui ne savent pas ce qu'ils sont, ni ce que l'on fait de leur vie. Elle sera donc institutrice. »

 

Après le décès de ses grands-parents qui l'ont élevée dans un château qui se ruine, à Vroncourt, elle se retrouve dépossédée de son nom par l'action en justice intentée par sa belle-mère... qui n'est pas sa belle-mère. Son grand-père serait son père, celui que l'on a présenté comme son père serait son frère...Cette belle-mère serait donc sa belle-sœur. Elle reprend donc le nom de sa mère, servante au château, et depuis ce jour, se nomme Louise Michel. Son grand-père a laissé pour survivre quelques biens de prairie mais ils ne suffisent pas. Malgré tous ces non-dits, Louise a grandi dans une ambiance d'amour et d'ouverture culturelle. Elle a lu les grands philosophes, dont Voltaire et Jean-Jacques Rousseau, et a une relation épistolaire avec Victor Hugo.

Tag(s) : #histoire

Partager cet article

Repost 0