Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tapis de fleurs - Tu es unique

Tapis de fleurs - Tu es unique

Théâtre

09 2016

Hyacinthe et Rose

Avec François Morel et Antoine Sahler

Texte et mise en scène : François Morel

François Morel, dans la fleur de l'âge, égrène ses souvenirs d'enfance parfumés des senteurs des fleurs qu'aimaient tant ses grands-parents et qu'il hume maintenant avec nostalgie et tendresse comme une fleur-bleue. Tel un gros bourdon bien dodu, en jaune et noir, il butine parmi ses souvenirs lors de ses séjours chez ses aïeux, il ameublit le terreau affectif familial, il bouture le plus petit détail, il défriche les caractères de chacun, il composte les colères, il ébranche les ramifications adolescentes, il fume la soupe bien chaude et fumante, il rempote la gentillesse de sa grand-mère, il repique l'inquiétude féminine devant ses premiers amours.

Hyacinthe, le prénom de son grand-père rappelle la jacinthe qui annonce le printemps. Lui, c'est le « coco » qui annonce la révolution. Rose, la grand-mère, est une rose piquante et belle à la fois. Comme la fleur la plus cultivée au monde, elle participe à l'éducation des enfants.

Emu par ses pensées, il évoque malicieusement les sermons du curé de son village qui adorait, lui aussi, les fleurs et particulièrement le jardin bien entretenu de Rose et de Jacinthe dont le parterre est comparé à un Eden floral, à un tableau impressionniste, à une merveille de la nature, à un régal pour les sens olfactifs et visuels, à un Eldorado du jardinier-poète-créateur d'un univers merveilleux, parfait et irréel.

Il décrit les explications des livres (« mais où vont-ils chercher tout ça ? ») sur les charmes des fleurettes et tombe sur l'expression des poils soyeux de quelques corolles pigmentées qu'il transforme en « A poil, Soyeux ! ».

Il a le souci de retranscrire les dialogues fleuris entre ses grands-parents. Il nous relate le langage des fleurs, avec leurs passions, leurs espoirs, leurs trahisons. Leur couleur est interprétée, discutée, annotée. Les marguerites ont recueilli le grand-père rassis comme une brouette, bourré comme un coing. Il cisèle le suicide raté au chou-fleur, les tulipes rousses comme les poils du chat, sa rivalité jalouse avec son cousin, ses jeux avec les boutons d'or (« t'as mangé du beurre ou pas ? »).

L'émotion est à fleur de peau, la musique joint une note poétique aux propos de l'artiste. A l'aune de la fleur d'innocence, il lustre un portrait doux et parfumé de son enfance.

« Ceux qui aiment les fleurs ont un cœur ressemblant à cette fleur. »

Marcel Proust

« La matière est réelle parce qu'elle est une expression de l'esprit. »
Marcel Proust

Roses à Blois

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Théâtre

Partager cet article

Repost 0