Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Kurdes et les femmes

Josiane Durrieu

Mai 2016

Auteur du livre « Entre les mains des Kurdes », 2016

Aux éditions des Fédérés.

Le projet politique féministe des Kurdes - Josiane Durrieu - PCF 13

Les Kurdes de l’Irak, de la Syrie et de la Turquie sont intervenus pour sauver les 200 000 Yezidis menacés par Daesh et ont ouvert un couloir humanitaire.

Le combat des Kurdes contre Daesh est un combat héroïque car ils combattent réellement avec les armes à la main. Ils n’ont aucune protection, ni gilet par balle, ni armes lourdes.

Dans ce combat, les femmes ont toute leur place. On en connaît les combattantes, mais elles luttent depuis très longtemps, et elles ont commencé à s’organiser dans les années 1978 quand le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) s’est créé avec Abdullah Öcalan.

Il y avait une femme Sakine Cansiz, une des trois qui ont été assassinées à Paris il y a trois ans (en 2013), qui a été une des fondatrices de ce parti. Elle a toujours lutté pour la cause des femmes et pour leurs droits. C’est grâce à eux que les femmes ont pu prendre leur place dans une région du monde qui est très machiste, et où les femmes n’ont aucun droit et sont pratiquement des esclaves. Il n’ y a qu’à voir dans les pays alentours (par exemple, l’Arabie Saoudite).

Les Kurdes proposent un projet politique qui est très féministe. Il est axé sur le droit des femmes. Ici, cela peut paraître plus banal peut-être, même si en France il y aurait des choses à dire sur les droits des femmes. Mais, dans cette région du monde, ce qu’ils font, c’est plus que révolutionnaire. C’est pourquoi Daesh s’en est pris aux Kurdes en premier. Ils auraient pu s’en prendre à Bagdad ou à Damas et envahir la capitale. Ils sont montés se battre contre les Kurdes, que ce soit en Irak ou en Syrie. Ils ont été la première cible de Daesh, à cause du pétrole, mais aussi à cause du projet politique complètement à l’opposé du fascisme que propose Daesh (vente des femmes par exemple). Les Kurdes proposent une société très féministe, démocratique, avec une autonomie démocratique que Josiane nomme « à l’horizontale » et participative, avec des comités de quartier où chacun parle des problèmes et décide de leurs solutions. Les Kurdes n’ont pas d’ennemis et chacun compte pour un et a les mêmes droits que l’on soit Turc, Arabe, Chaldéen, etc. Ils ont un respect pour tout ce qui est personnel, par exemple l’homosexualité, la religion. Ils sont pour un système laïc avec les mêmes droits pour tout le monde. Ce n’est pas qu’un projet car ils l’ont mis en place depuis 2012 dans le nord de la Syrie, dans le Kurdistan syrien.

Dans les instances politiques il y a toujours un homme et une femme. C’est codirigé à parité, dans les mairies par exemple en Turquie ou en Syrie. Dans la société, elles ont créé des associations pour l’éducation des femmes et élever leur niveau. Elles se battent courageusement. Il y a des régiments entiers de femmes. Les combattantes sont des jeunes filles, par exemple en Syrie. Elles avaient un travail ou étaient étudiantes et elles sont venues se battre contre Daesh pour sauver la ville de Kobané et leurs habitants. Dans les Bouches du Rhône, les réfugiés kurdes sont plus de 12 000 et sont organisés avec un système de parité aussi. Leur centre culturel qui s’appelle « la maison démocratique des Kurdes de Marseille » est dirigé par un président et une présidente.

Elles sont plus actives que les Françaises et ont plus de place dans la société que les femmes en France. Elles sont présentes dans tous les domaines. Dans toutes les réunions, le sujet des femmes est abordé. Tout le monde en parle que ce soit les hommes et les femmes. Elles sont très motivées et elles ont des responsabilités à tous les niveaux de la société. Elles sont à l’égal des hommes.

Les Kurdes de Turquie, d’Iran et de Syrie ont la même démarche politique progressiste féministe.

L’exception pour les femmes est l’Irak, pays où c’est différent. Ils ont un Kurdistan autonome capitaliste. Ils sont autonomes depuis qu’il y a eu la guerre en Irak grâce à l’appui des Américains. Ils ont leur propre assemblée, leur propre président. Les femmes ne sont pas plus impliquées que cela que dans notre pays.

Sur le même sujet:

Le 8 mars 2016 RV sur Arte à 22H 35 : Kurdistan la guerre des filles

De Paris à Kobané, en Syrie, du Kurdistan de Turquie au Sinjar en Irak, une immersion dans le mouvement des femmes kurdes luttant contre Daech, héritières d'une longue tradition de résistance.

Il y a plus d'un an, le monde saluait le courage des femmes kurdes des Unités de défense féminines (YPJ) qui avaient combattu pour libérer la ville symbole de Kobané, en Syrie, du joug djihadiste. Aujourd'hui, kalachnikov en main, elles poursuivent leur résistance massive face à Daech, dans le Rojava, le Kurdistan syrien, comme au Sinjar, en Irak, vaillantes et militantes, des chants partisans aux lèvres. Leur slogan ? "Femmes ! Vie ! Liberté !" Mais cette armée de femmes, formée militairement et politiquement, qui porte haut le projet d'une société affranchie du patriarcat, s'inscrit dans un mouvement de résistance déjà ancien, créé il y a bientôt quarante ans en Turquie autour de Sakine Cansiz. Cofondatrice du PKK, assassinée, avec deux autres militantes kurdes à Paris le 10 janvier 2013, cette icône a inspiré des générations de femmes. Elle est en outre à l'origine des communautés et des camps d'entraînement installés dans les montagnes du Qandil, au nord de l'Irak, qui rassemblent des femmes kurdes de la région mais aussi d'Europe, unies par un même idéal : construire des sociétés démocratiques, multiethniques et multiconfessionnelles pour, peut-être, changer l'histoire du Proche-Orient.

Féminisme

Suivant depuis plus d'une décennie ces héroïnes kurdes en treillis, Mylène Sauloy est allée une nouvelle fois à leur rencontre fin 2015, et s'emploie ici à restituer pas à pas leur héritage. Jeunes recrues ou plus anciennes, ces femmes, qui luttent en première ligne contre Daech, défendent dans le même mouvement - et le même sourire -, l'égalité et la parité.

Passionnant, ce documentaire en forme d'hommage montre comment une utopie salvatrice s'inscrit sur le terrain. Un féminisme vivifiant, servi par une remarquable maturité politique.

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0